Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 10:53 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 10:50 par Karma Döndrup Tsetso

» Dhammapada
Hier à 11:11 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Hier à 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» Puissance du mental
Mer 24 Mai 2017, 10:35 par Vyathita

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 48 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 48 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92324 messages dans 10752 sujets

Nous avons 4046 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Wilfried


La méditation en pleine conscience contre la dépression: reportage à Sainte Anne

Partagez
avatar
Invité
Invité

La méditation en pleine conscience contre la dépression: reportage à Sainte Anne

Message par Invité le Mer 16 Oct 2013, 09:48

La méditation n'a pas toujours bonne presse. Cette pratique assimilée au bouddhisme, convoque souvent une image, toujours la même: celle du méditant assis en tailleur, le dos droit, les yeux fermés. On s'imagine qu'il doit "faire le vide" avant de dire "Ôm"... Encore des clichés.


Loin d'être la pratique new age réservée aux babas cool dont elle a pu avoir l'image, la méditation s'est peu à peu imposée comme un outil au sein du milieu médical. Et c'est particulièrement vrai pour la méditation "en pleine conscience".


S'il s'agit bien à l'origine d'une technique inspirée du bouddhisme, celle-ci a très largement été laïcisée par des psychologues américains à partir des années 1970 et 1980.


Chef de file de ce mouvement, le professeur de médecine Jon Kabat-Zinn qui mettra au point une méthode de diminution et de contrôle du stress grâce à la méditation de pleine conscience baptisé Mindfulness-Based Stress Reduction. Plusieurs études souligneront l'efficacité de cette méthode avant qu'elle ne se diffuse rapidement dans les cercles médicaux aux États-Unis, pour enfin traverser l'Atlantique.


En février 2013, à Strasbourg, le rhumatologue Jean-Gérard Bloch a ouvert un diplôme universitaire de méditation de pleine conscience. Au total, ce sont une dizaine de centres hospitaliers qui proposent des formations à cette technique. Pour certains, il s'agit d'aider les patients à mieux gérer leur stress, d'autres de lutter contre la douleur, ou encore de prévenir les rechutes des patients dépressifs.


Méditer à l'hôpital


C'est notamment le cas de l'hôpital Sainte Anne, à Paris, où le psychiatre Christophe André enseigne la pleine conscience depuis près de dix ans. Chaque année, on y forme des soignants, qui à leur tour enseignent la pleine conscience au sein de l'hôpital. Le HuffPost a pu assister à l'une de ses formations.


Actuels ou anciens patients de l'hôpital Sainte Anne, mais aussi curieux, ils sont une dizaine à s'être donné rendez-vous ce mardi 1er octobre, dans l'après-midi. La pleine conscience? Quelques-uns l'ont déjà pratiquée, d'autres en ont seulement entendu parler, tous ont en commun de vouloir en savoir plus.


Aux manettes de cette formation qui durera huit semaines, l'infirmier clinicien Florent Dulong, formé à la pleine conscience par Christophe André. Assis autour de lui, en majorité des femmes. Une rapide présentation des uns et des autres permettra de comprendre que la plupart d'entre eux exercent ou ont exercé des professions à l'investissement émotionnel important à l'image de l'enseignement ou des soins.


Lutter contre les "pilotes automatiques"


Parmi les participants, certains ont un passé très lourd, cumulant jusqu'à vingt ou trente ans de dépression quand d'autres reviennent d'un burn-out.


Et s'ils souhaitent apprendre la pleine conscience, c'est bien parce que la dépression procède souvent de ruminations produites par ce que le psychiatre Christophe André appelle notre "pilote automatique", ces vieilles habitudes déclenchées par nos pensées, émotions et sentiments, qui nous emmènent parfois dans des territoires toxiques qui polluent notre rapport au moment présent.


Physiquement, nous sommes bien là mais notre esprit est ailleurs, dans la projection de nos angoisses, de ce que nous devrons faire dans une heure, demain, la semaine prochaine.


"On est tellement habitué à nos pensées qu'elles viennent se mettre au premier plan," explique Florent. C'est là que la méditation de pleine conscience intervient. L'objectif de cette technique? "Développer une qualité de présence à soi-même, un état d'esprit dans lequel on peut se poser," détaille Florent.


Méditer: mode d'emploi


Alors comment faire? Avant les exercices, Florent présente au groupe les principes de la méditation: tourner son attention vers l'instant présent, délibérément, sans jugement, sans attente et surtout sans contrôle. Autant dire que de loin, cela peut non seulement avoir l'air flou, mais également relever de la mission impossible.


Ce premier exercice le démontrera, notre cerveau n'est pas habitué au repos, pas plus que notre corps est habitué à cette posture "digne et bienveillante", qu'il nous est demandé d'adopter. Assis, le dos droit, le menton légèrement baissé, nous mettons nos mains sur nos genoux, paumes tournées vers l'intérieur ou vers l'extérieur, c'est à nous de décider.


"Prenez conscience du point de contact entre votre corps et la chaise, entre vos pieds et le sol, entre vos mains et vos jambes," propose Florent. À ce stade, prendre conscience implique simplement de ressentir, reconnaître ces sensations par exemple en remarquant que la pression est plus forte d'un côté que de l'autre, pour les accepter.


Libre à chacun de fermer les yeux ou au contraire de les laisser ouverts. Ainsi commence cette méditation au cours de laquelle il ne s'agit pas de ne rien faire, bien au contraire.


S'observer respirer


Au coeur de ce premier exercice, qui rappellera la sophrologie ou le yoga à ceux qui les pratiquent: la respiration. Mais il n'est pas question de se forcer à respirer d'une manière ou d'une autre, mais bien de s'observer respirer, toujours sans juger, sans contrôler. Première étape: identifier le point du corps où la respiration et cette sensation de gonflement, dégonflement, est la plus facilement identifiable.


"Je ne cherche pas à modifier ma respiration, je prends conscience de l'inspiration, de l'air qui rentre dans mes narines, puis de l'expiration et de l'air chaud que j'expire," explique Florent. Basique? Pas tant que ça tant dans nos vies souvent soumises au stress nous oublions notre corps.


"Une pensée m'assaille, mon esprit divague? Une fois que je l'ai remarqué, je retourne à ma respiration," continue Florent. Celle-ci s'impose alors comme une corde à laquelle se raccrocher une fois l'esprit embarqué ailleurs.


À l'issue de cet exercice qui aura duré près de 15 minutes, force est de constater que certains ont subi de véritables assauts de la part de leur esprit. "J'ai eu du mal à me concentrer, j'étais complètement ailleurs," lâche une participante. Inquiétant? Non, parfaitement normal.


Une autre est aussi inquiète, mais pour une raison diamétralement opposée: "Je n'avais pas de pensées, rien, et ça m'a angoissé." Trop ou pas assez, pourquoi s'inquiéter? Car tel est l'objectif de la pleine conscience: s'observer et accepter de ne pas se juger.


Être présent... grâce à un raisin sec?!


Et c'est plus facile à dire qu'à faire. Après que chacun a partagé son expérience, toujours différente de celle du voisin, Florent annonce que nous allons passer à un autre exercice impliquant... un raisin sec. Nous tendons notre main, Florent le dépose dans notre paume et nous voilà invités à le considérer, à s'en saisir pour mieux le regarder, découvrir ses formes...


"Prenez le raisin entre vos doigts, écrasez-le pour en libérer les arômes, sentez son odeur, portez-le à votre oreille, continue Florent, écoutez le bruit qu'il fait lorsque vous le manipulez," avant de le manger, doucement, en pleine conscience.


A priori l'exercice a l'air incongru, si ce n'est pas abscons. Pourtant, après un débriefing nous nous rendrons compte à quel point chaque participant a vécu singulièrement cette expérience sensorielle, en apparence uniquement. Car pendant ces quelques minutes, chacun aura été animé de pensées diverses.


Si pour certains elles auront été agréables, les libérant des contingences pour se focaliser sur l'instant présent et ce grain de raisin, habituellement englouti sans considération à l'heure de l'apéritif, d'autres y auront projeté des images douloureuses, déclenchant de mauvaises pensées. C'est l'oeuvre de ces "pilotes automatiques" dont les participants ont pu prendre conscience.


Laisser passer ses pensées


"Les premiers bénéfices de la méditation? C'est quand j'ai vu comment arrivaient mes pensées et mes émotions, qu'elles soient positives ou négatives," racontera Florent en marge de cette première séance, "si je laisse faire, elles partent".


Prendre du recul, accepter de ne pas contrôler, ne poursuivre aucun but, c'est l'exercice d'équilibriste que propose la méditation qui de technique, s'imposera grâce à la pratique, comme une capacité.


En témoignent les "devoirs" avec lesquels les participants repartiront: pratiquer chaque jour un exercice de pleine conscience, choisir une activité routinière, et faire un effort délibérer pour y introduire une conscience de chaque instant, manger un repas en pleine conscience. Bref, prendre l'habitude d'être dans le présent, d'accepter ses pensées pour mieux les observer, les regarder passer, défiler, sans qu'elles ne prennent toute la place.


Lorsqu'ils se retrouvent une semaine plus tard, les visages de certains participants se sont ouverts. "J'ai réalisé que mes pensées pouvaient me faire du mal," affirme Nathalie (le prénom a été modifié). "J'ai réussi à m'inscrire dans le moment présent en cueillant des pommes, je les ai observées, regardées, comme avec le raisin et ça m'a fait du bien," raconte une autre.


Tous n'ont pas autant de facilité. "Je ne me sens pas à l'aise, je ne comprends pas pourquoi je fais ça, je suis dans l'attente de quelque chose sans savoir quoi, et je ne ressens rien," regrette une autre.


Mettre en pratique une technique tout en ne poursuivant aucun objectif, "c'est tout le paradoxe de l'exercice," analyse la psychologue Anne-Céline Karli, qui co-anime le stage. Déroutante, la proposition de la pleine conscience l'est d'autant plus que l'époque n'encourage pas la poursuite d'une action sans but véritable.


Le corps et l'esprit


L'exercice du jour, le scanner corporel, contribuera à mettre tout le monde d'accord. Allongés sur le dos, les participants sont invités à prendre conscience de chacun de leur membre, guidés par Florent.


Tout commence dans le pied droit, suivent les orteils, un par un, la cheville, puis l'ensemble de la jambe, avant de passer à l'autre, puis de prendre conscience de son abdomen, de ses bras, de son visage. Là encore, la respiration joue un rôle essentiel,


Relaxantes, ces 35 minutes de scanner corporel conduiront certains participants à s'assoupir. Tous en sortiront néanmoins grandis.


"C'est incroyable comme certaines douleurs peuvent disparaître lorsqu'on en prend pleinement conscience," remarque Christine. "J'ai eu plus de mal," confie Fiona (le prénom a été modifié), "j'étais toujours en avance sur le rythme, ça me ressemble, il faut toujours que je me dépêche."


"La méditation est aussi une pratique corporelle, l'idée de cet exercice est vraiment de comprendre à quel point corps et esprit sont liés," conclut Florent. Sensible à nos émotions, le corps réagit. Agir sur le corps permet d'agir sur l'esprit, et inversement.


Les soignants s'y mettent aussi


"Pour moi ça a tout changé," raconte Florent Dulong. "Entre deux patients, je me pose, je respire, j'identifie mon émotion, je reviens au souffle, toujours le souffle," détaille-t-il. "La pleine conscience, c'est une sorte de prière laïque sans volontarisme, sans attente et dont le pire ennemi est l'impatience." Une pratique qui aide à faire la différence entre l'urgent, et l'important.


Mais la pleine conscience, c'est aussi une béquille pour cet infirmier. "En tant que soignants, nous sommes exposés à la souffrance psychique des autres, or dans la pleine conscience, il y a cette idée de bienveillance que l'on trouve également aux fondements du yoga."


Au sein de son service, nombreux sont les médecins à la pratiquer. Elle permet de repartir plus rapidement après un épisode de colère, ou de tristesse. "Mais ce n'est pas non plus un antidote à la vie," tempère Florent, "il n'est pas question de méditer pour mettre une cloche sur ses émotions ou ses sentiments, et puis ça ne marche pas non plus à tous les coups, ça aussi il faut l'accepter."


"Quelque part c'est l'inverse de la relaxation, continue-t-il, l'idée c'est de laisser de l'espace à ses pensées, à ses émotions, sans les subir." Et pour expliciter les effets de la pleine conscience, Florent évoque cette image: "il faut imaginer une vache stressée parce qu'elle est dans un enclos, ce n'est pas la vache le problème, c'est la clôture qu'il faut retirer."

    La date/heure actuelle est Ven 26 Mai 2017, 13:21