Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 10:53 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 10:50 par Karma Döndrup Tsetso

» Dhammapada
Hier à 11:11 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Hier à 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» Puissance du mental
Mer 24 Mai 2017, 10:35 par Vyathita

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 48 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 48 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92324 messages dans 10752 sujets

Nous avons 4046 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Wilfried


Le bouddhisme est-il politique?-Le bouddhisme engagé -Éric Rommeluère

Partagez
avatar
Invité
Invité

Le bouddhisme est-il politique?-Le bouddhisme engagé -Éric Rommeluère

Message par Invité le Jeu 17 Oct 2013, 19:24

Le bouddhisme est-il politique?
Le devoir.com
7 septembre 2013 | Georges Leroux | Livres
. Le bouddhisme engagé
Éric Rommeluère
Éditions du Seuil, Paris,
2013, 181 pages

L’histoire du bouddhisme demeure souvent muette sur les conséquences sociales et politiques de sa doctrine. L’image traditionnelle d’une spiritualité du détachement est en général associée à une indifférence aux affaires du monde et elle a été renforcée par les versions californiennes, concentrées sur le bien-être personnel et l’art de vivre. S’il est vrai que la sérénité demeure l’idéal classique du bouddhisme religieux, cette préséance ne doit pas faire oublier l’importance de la doctrine de la compassion. Dans un essai récent, le grand spécialiste français Éric Rommeluère, lui-même enseignant bouddhiste, propose de redonner à cette vertu de la compassion toute la portée qu’une longue histoire doctrinale a fini par occulter.
 
Le bouddhisme peut-il apporter une réponse politique satisfaisante au défi de la violence et de la souffrance sociale ? Si le dharma, au coeur de la doctrine, vise d’abord l’élimination de l’angoisse existentielle par l’acceptation de la nudité de l’être, il embrasse aussi la délivrance de tous les membres de la société. Sur le long chemin qui mène à l’éveil, le disciple rencontrera très tôt les idéaux de la non-violence, qui trouvent leur origine dans la sagesse indienne. Quand on les retrouve chez des maîtres contemporains, comme Maha Ghosananda (1929-2007), considéré comme le Ghandi du Cambodge, on voit qu’une interprétation du bouddhisme limitée à la délivrance personnelle évite la doctrine politique de la non-violence. Cet enseignement est pourtant très présent dans les écrits canoniques du bouddhisme, et les exemples modernes, comme celui de ce moine engagé dans les camps de réfugiés cambodgiens après la prise du pouvoir par les Khmers rouges, nous montrent comment l’idéal d’engagement ne contredit en rien la recherche de l’éveil. Au contraire, les fameuses marches du dharma organisées en vue de la paix sont des exemples d’une pratique sociale de la compassion ouverte à tous les défis du présent.
 
Le bouddhisme engagé
 
La figure la plus connue de ce bouddhisme engagé est certainement Thich Nhat Hanh, un moine vietnamien contraint à l’exil durant la guerre du Vietnam. On peut lui attribuer la paternité de l’expression « bouddhisme engagé », dont il fit le leitmotiv de son combat pour la paix. Dans son essai, Rommeluère lui consacre des pages inspirées, rappelant la tragédie des réfugiés de la mer. Il passe également en revue d’autres grandes figures de l’engagement, comme le réseau de la Sôka Gakkai et le Buddhist Peace Fellowship, ainsi que des écrivains héritiers des années de la beat generation comme le poète Gary Snyder ou le philosophe David Loy. Ces noms sont connus, mais on oublie souvent que leur réflexion trouve ses bases dans la doctrine traditionnelle de la compassion.
 
Un des aspects les plus visibles de ce bouddhisme engagé est certainement le lien vital avec la cause de l’écologie : pas seulement parce que la doctrine du monde naturel se trouve au fondement de l’un et l’autre, mais surtout parce que la solidarité nécessaire à la survie peut se nourrir d’un idéal de bienveillance que seul le bouddhisme peut soutenir fortement. Cela explique qu’il soit devenu au cours des dernières années la philosophie implicite de la majorité des penseurs écologistes. David Loy et Robert Aitken, mais aussi le Japonais Yamada Kôun, se présentent comme des critiques de l’avidité capitaliste et leur réflexion croise le bouddhisme sur ses préceptes les plus fondamentaux. Rommeluère insiste justement sur l’importance du livre de Loy, Lack and Transcendence (1996), une méditation sur l’illusion du manque.
 
On se tromperait cependant si on pensait que ces avancées politiques sont confinées aux représentants occidentaux de la tradition. On retrouve plusieurs figures similaires chez des penseurs orientaux, ignorés en Occident du seul fait qu’ils ne sont pas traduits. L’exemple de Buddhadâsa bhikkhu (1906-1993), un moine thaïlandais auquel Rommeluère consacre un important chapitre, ne cesse d’impressionner : auteur du concept de socialisme dharmique, ce moine entreprend de réactualiser les idéaux des premiers récits bouddhistes, en évoquant notamment la conversion de l’empereur Asoka. D’autres exemples peuvent par ailleurs inquiéter, comme celui des moines du Sri Lanka, ouvertement actifs dans la répression des revendications des Tamouls. On pense ici au célèbre Walpola Rahûla (1907-1997), partisan de cette répression.
 
Dans la dernière partie de son essai, Rommeluère revient sur les préceptes originels du bouddhisme et sur les défis actuels de leur interprétation. Le vivre-ensemble, le devoir de coopération, l’éthique du soin, tout cela trouve en effet dans le bouddhisme des fondements adaptés à notre temps. En lisant cet essai, on comprend que le bouddhisme existentialiste de la Californie est loin d’être le seul et que le bouddhisme engagé présente une richesse dont on ne saurait se passer.
avatar
karquen
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 595
Age : 45
Contrée : Lorraine
Arts & métiers : formateur en informatique
Disposition de l'Esprit : Philosophie Bouddhiste et taï Chi taoïste.
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2013

Re: Le bouddhisme est-il politique?-Le bouddhisme engagé -Éric Rommeluère

Message par karquen le Ven 18 Oct 2013, 23:41

Très pertinent !
Merci Jojo BXL !

En effet ! c'est pleinement le sens de la philosophie bouddhiste (pas de religion) ; que de se poser en terme d'avenir populaire, la réalité d'une cité (mondiale et mondialisé dans les consciences) en "populus-civitas", de philosophie bouddhiste mondiale, sans concurrences avec les religions, mais de philosophie ouvrant l'avenir à l'avenir, en étant à la fois pragmatique et chaleureux.

A mon sens la politique devrait rester politicienne, jusqu'à  l'apogée de toute civilisation ici planétaire, qui demanderont au bouddhisme son seul sens logique.
Mais pas uniquement... nous devons à la fois entrer dans un monde nouveau, et savoir le reconstruire comme l'influencer.
Pour la première fois dans l'Histoire de l'Humanité, nous sommes face à un interrogation : c'est quoi nous ? 
La destructions abominables des Bouddhas de Bamiyân..... A prouver à l'Humanité que l'ignorance est source de destruction, illusoire et de conflits.
La religion n'est pas philosophie.
Le bouddhisme est religion et philosophie.
C'est la raison pour laquelle le bouddhisme, est l'avenir de l'Humanité en sa sagesse, sa maitrise de soit, et toutes ses déclinaisons...

Le bouddhisme n'est pas une politique ! loin de là ! mais une spiritualité dont devrait s'inspirer les politiques ! Le peuple bouddhique qui à un gouvernement catholique ne fonctionnera pas c'est clair ! idem pour toutes les religions....

je pense que 1789 à bien fait de séparer les deux !

Mais dans l'ensemble, la philosophie (pas la religion) sera de nature exponentielle appliquée et pérenne car c'est la seule voie possible en toutes les circonstances de par sa nature universelle, sans quètes, sans forcer les gens à croire, sans torturer pendant des années dans des geôles, ou bruler comme sorcières des femmes instruites ; sans cacher le visage de la vie, sans détruire des vie au nom d'une conviction illusoire.... sans lachez-prise....

Donc voilà !
Le bouddhisme est par nature appelé à être la religion planétaire malgré les lobbings et l'argent qui coule à flot des sectarismes ; uniquement parsque la planète entière se rend compte progressivement qu'elle est Unie et que la renaissance n'est pas au paradis dans cet Univers, mais bien dans le présent et se qu'on laisse à finir...

Perso,  j'ai super peur de la mort ! .... Une trouille cosmique même si je sais que je vais renaitre, j'ai franchement l'incertitude de renaître sur une autre planète et en un e autre forme de vie ! .... et conscient - heureusement on se rappelle pas des karmas ! - .... 

Bref la politique peut renaitre dans toutes ses formes tout le temps jusqu'à la destruction finale par manque de sagesse  : une seule voie : sagesse et recul, Pragmatisme et un peu d'onirisme.
avatar
karquen
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 595
Age : 45
Contrée : Lorraine
Arts & métiers : formateur en informatique
Disposition de l'Esprit : Philosophie Bouddhiste et taï Chi taoïste.
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2013

Re: Le bouddhisme est-il politique?-Le bouddhisme engagé -Éric Rommeluère

Message par karquen le Ven 18 Oct 2013, 23:43

http://www.scifi-movies.com/images/data/0001305/affiche5.jpg
avatar
nalanda
Nouveau membre
Nouveau membre

Masculin
Nombre de messages : 1
Age : 55
Contrée : france
Arts & métiers : technicien
Disposition de l'Esprit : bonne et combative
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 06/01/2014

Re: Le bouddhisme est-il politique?-Le bouddhisme engagé -Éric Rommeluère

Message par nalanda le Lun 06 Jan 2014, 20:35

Je suis nouveau sur le forum, je cherche à susciter la réflexion sur la question du bouddhise et de la politique, je suis en quelque sorte en réaction, quoique je sache que ce terme est porteur de sensations désagréables, contre un certain confort spirituel. Ne serait ce pas d'ailleurs en relation avec le concept de matérialisme spirituel, quelque part ... bref je ne suis pas étonné donc de trouver ce genre de propos ici, que son auteur ne m'en veuille pas mais franchement je trouve ça un peu léger :

"... la politique peut renaitre dans toutes ses formes tout le temps jusqu'à la destruction finale par manque de sagesse  : une seule voie : sagesse et recul, Pragmatisme et un peu d'onirisme."

Je ne crois pas que le recul soit la seule voie pour éviter la destruction finale que par ailleurs il serait bon de ne pas concevoir comme inévitable. Quand à l'onirisme alors là, on peut toujours rêver ...

http://radioactivbouddha.eklablog.com/

Contenu sponsorisé

Re: Le bouddhisme est-il politique?-Le bouddhisme engagé -Éric Rommeluère

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 26 Mai 2017, 13:21