Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» Phobie sociale
Aujourd'hui à 16:21 par Akana

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 12:33 par vaygas

» Dhammapada
Aujourd'hui à 12:31 par vaygas

» Présentation!
Aujourd'hui à 12:07 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 07:57 par Karma Döndrup Tsetso

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» "Phase noire"
Jeu 11 Mai 2017, 10:42 par Vyathita

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

» Toute l'équipe de l'Arbre des Refuges vous souhaite une excellente année 2017!
Lun 27 Fév 2017, 14:42 par Karma Trindal

» Symposium Vedanā
Mar 14 Fév 2017, 14:27 par Hild-Rik

» Sutra original
Mer 25 Jan 2017, 12:46 par Ortho

» Image NASA
Mer 25 Jan 2017, 08:34 par Karma Tsultrim Jyurmé

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 36 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 34 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, Tcheu


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92299 messages dans 10748 sujets

Nous avons 4045 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Tcheu


Matthieu Ricard, l'altruisme pragmatique

Partagez
avatar
Invité
Invité

Matthieu Ricard, l'altruisme pragmatique

Message par Invité le Mar 05 Nov 2013, 10:29

Youphil.com a rencontré le moine bouddhiste Matthieu Ricard, à l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Plaidoyer pour l'altruisme.


Le rendez-vous a été donné dans une brasserie, entre deux entretiens, près de la Maison de la radio. Matthieu Ricard est un homme pressé.


Quand il ne voyage pas en avion, le moine bouddhiste et interprète français officiel du Dalaï lama vit dans un monastère au Népal, et consacre une grande partie de son temps aux nombreux projets humanitaires qu'il porte.


Pour Youphil.com, Matthieu Ricard revient sur sa vision de l'économie, ses engagements humanitaires et sa vie dans l'Himalaya.


Youphil.com: Certains de nos lecteurs nous ont fait part de leur étonnement de vous voir participer au Forum économique mondial de Davos, notamment. Vous espérez porter la bonne parole auprès des grands capitalistes?


Matthieu Ricard: En ce qui concerne le forum de Davos, ce n’est pas de mon initiative. Je ne me suis jamais dit: “Tiens, si j’allais à Davos?”. Lorsque l’on vous demande de venir au Forum économique mondial, qui est censé être La Mecque du capitalisme, la démarche est intéressante. Beaucoup de scientifiques, de personnes engagées dans l’humanitaire ou d’entrepreneurs sociaux, comme Muhammad Yunus ou Fazle Hasan Abed, le fondateur du Bangladesh rural advancement committee (Brac), y sont allés.


Il y a une voix pour les personnes qui font autre chose que de l’économie, ou qui ne travaillent ni dans l’industrie, ni dans les grandes multinationales. Si on vous donne l’occasion d’exprimer un point de vue contraire, et que l’on peut le faire en toute intégrité et sans compromettre ses valeurs, c’est utile. Il faut aller au cœur du dragon, pour essayer d’enclencher un revirement des mentalités.


Comment réagissent ces grands patrons lorsque vous leur parlez d’altruisme, par exemple?


Généralement la plupart disent: “Mais bien sûr, c’est de ça dont nous avons besoin!”. Malheureusement, ils reviennent très vite à leur manière de penser. Ceci dit, beaucoup admettent que le monde a besoin de davantage d’honnêteté et que nous devons nous préoccuper des générations à venir.


De grands économistes admettent que si l’on n’a aucune considération pour autrui, on ne peut pas gérer la démocratie, l’environnement, la qualité de l’air ou la biodiversité. Cela montre qu’il y a une prise de conscience au plus haut niveau.


Il est important de discuter avec de grands décideurs ou des économistes comme Joseph Stiglitz, par exemple. Certains d’entre eux disent qu’il est indispensable d’emprunter la voie du “care”: la voie de la sollicitude, de la solidarité, le fait d’être concerné par autrui. C’est un discours que l’on entend de plus en plus.


Vous arrive-t-il également de conseiller de grandes entreprises?


Non, je n’ai aucune activité de coaching ou de conseil. Je prends la parole lorsqu’on me le demande. Je vis au Népal, où je m’occupe de projets humanitaires.


J’essaye d’être utile, de faire ce que je peux au fil des jours et selon les opportunités. Je n’ai d’autre programme que de vivre là où je vis et de me consacrer à mes projets humanitaires.


Justement, au début des années 2000, vous avez co-fondé l’association humanitaire Karuna-Shéchèn. Quelles sont vos priorités?


Depuis une douzaine d’années, nous avons développé près de 130 projets au Népal, au Tibet et en Inde, dans des domaines comme la santé, l’éducation, les aides sociales pour les personnes âgées ou la construction de ponts.


Au Népal, par exemple, nous construisons des écoles en bambou: en trois mois, nous pouvons bâtir une école pour 2000 enfants et pour 100.000 euros. C’est un bon investissement!


Depuis l’écriture de mon premier livre “Le moine et le philosophe” avec mon père [le philosophe et journaliste Jean-François Revel, NDLR], j’ai consacré l’intégralité des droits d’auteurs à mes projets humanitaires. Mais ce n’est pas suffisant, nos projets coûtent près de deux millions d’euros chaque année.


Comment interprétez-vous la crise économique mondiale?


C’est une crise de l’avidité, de la stupidité et du manque de régulation. C’est un système malsain! Il faut une régulation intelligente, faite d’altruisme. Pas pour museler l’entreprise. Mais si on dérégule à outrance comme cela a été le cas aux États-Unis depuis Ronald Reagan, on aboutit à ce que certains détournent le système à leur profit.


Il faut une économie positive, qui facilite le commerce équitable ou les investissements éthiques. Il faut, par exemple, cesser de financer l’industrie du tabac, qui a fait 100 millions de morts au vingtième siècle et qui continue de tuer des millions de personnes chaque année. C’est autant que les deux dernières guerres mondiales réunies!


Vous avez d’ailleurs récemment participé à un groupe de réflexion sur l’économie positive


Oui, j’ai proposé la création d’une bourse de l’économie positive. Beaucoup de choses se font dans l’économie participative: le crowdfunding, le microcrédit ou encore les banques coopératives. Toutes ces pratiques restent pourtant dispersées et certaines personnes ne savent même pas qu’elles existent.


Une bourse de l’économie positive, qui regrouperait l’ensemble de ces initiatives, permettrait de donner une certaine crédibilité à ces innovations et chacun saurait où investir.



 

Le concept de bonheur national brut est une question qui vous passionne. Pouvez-vous nous l’expliquer?


Lors d’une conférence au siège des Nations Unies [en avril 2012, NDLR], j’ai participé à un débat proposé par le Bhoutan sur le bonheur national brut (BNB). L’idée n’est pas simplement de faire en sorte que tout le monde se sente heureux. Il s’agit de faire des comptes nationaux, comme le fait le Bhoutan, où le produit intérieur brut (PIB) n’est qu’un index parmi d’autres: il y a l’index de prospérité environnementale, ainsi que l'index de richesse sociale. 


Pour vous donner un exemple, si les gens fument et achètent des paquets de cigarettes, cela fait grimper le PIB. S’ils vont à l’hôpital pour se faire soigner d’un cancer, cela fait également monter le PIB. Mais le Bhoutan comptabilise cela comme une perte de richesse sociale. Avec ces trois index réunis, les sociétés se sentent plus à l’aise.


Cet indicateur est-il applicable aux sociétés dans lesquelles nous vivons?


Oui, Joseph Stiglitz a même évoqué un système d’avenir. Le Japon a nommé un secrétaire d’État pour étudier cette idée du triple index de richesse économique, sociale et environnementale.


Le Costa Rica est aussi très avancé sur la question, c’est un des pays les plus “verts” du monde. Même l’Angleterre souhaite étudier le bien-être de sa population. Ce nouveau paradigme économique a largement dépassé les frontières du Bhoutan.


Récemment pourtant, le nouveau Premier ministre du Bhoutan, Tshering Tobgay, a estimé que le bonheur national brut n’est plus en adéquation avec les “problèmes réels auxquels nous sommes confrontés”…


Je connais très bien Tshering Togbay et je pense qu’il s’agit d’une posture politique pour se démarquer de son prédécesseur. La Commission du bonheur national brut au Bhoutan est maintenue, mais il souhaite peut-être un peu réviser les priorités du gouvernement. Il faut voir ce que cela donne, mais à mon sens c’est dommage!


Ce nouveau paradigme a permis l’extension du couvert végétal du pays, le développement de l’agriculture biologique et l’interdiction de la chasse, de la pêche ou du tabac. C’est remarquable au niveau d’une petite nation. Je ne pense pas que le Premier ministre puisse revenir sur tout cela.


Vous consacrez votre dernier ouvrage à l’altruisme. En quoi ce concept peut-il être une solution aux défis économiques, sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés?


L’altruisme souhaite réconcilier trois échelles de temps: le court terme de l’économie, le moyen terme de la qualité de vie, et le long terme de l’environnement. Il y a encore deux siècles, l’impact de l’homme sur l’environnement était négligeable et la Terre pouvait panser ses plaies elle-même.


Ce n’est plus le cas! Depuis 1950, l’impact de l’homme sur notre planète se fait plus fort. Ce sont les générations futures qui en payeront le prix.


L’altruisme permet justement de relier ces trois échelles de temps. Si l’on a de la considération pour autrui, on ne joue pas au casino avec l’argent des investisseurs qui vous font confiance, par exemple. En revanche, on fait en sorte que l’économie soit plus solidaire, ou que les populations et la biodiversité s’épanouissent.


Comment procéder?


L’altruisme vise non pas à un développement effréné, qui de toute façon est impossible. Au rythme actuel, il nous faudrait deux planètes en 2050 pour continuer à croître. Cessons de parler du développement durable. Il faut plutôt une harmonie durable, un développement qualitatif, pas seulement quantitatif.


Cette harmonie durable implique que l’on sorte de la pauvreté plus de 1,5 milliard de personnes et que l’on réduise la consommation ahurissante au sommet de la pyramide. C'est cette consommation qui est l'une des causes du réchauffement climatique, dont souffrent les pays pauvres. Il y a donc un problème éthique vis-à-vis des populations les plus démunies.


L’harmonie durable, c’est que les populations pauvres puissent vivre de façon décente et qu’il n’y ait pas des cinglés qui, au sommet de la pyramide, consomment de manière déraisonnable au prix de la souffrance des autres.


Et cela passe forcément par l’altruisme…


Comment voulez-vous régler cela autrement? C’est uniquement une question d'égoïsme. Si on a de la considération pour autrui, on ne peut pas faire cela!


Cela fait près de 40 ans que vous vivez dans un monastère au Népal. Pourquoi avoir fait ce choix? Vous étiez promis à une carrière scientifique.


Je n’étais prédestiné à rien du tout. Chacun fait son chemin selon son enthousiasme. À un moment donné, on passe un col et on voit ce qu’il y a dans la vallée suivante. C’est une aventure et l’idéal reste de consacrer notre temps qui est si précieux à ce qui nous inspire le plus.


J’ai essayé énormément de choses et ce qui m’inspire le plus est d’essayer de devenir un meilleur être humain, modestement et petit à petit. C’est à cela que je me consacre avec joie. J’ai encore beaucoup de chemin à faire et je suis heureux de me sentir dans la bonne direction.


Vous êtes énormément sollicité à travers le monde. Comment arrivez-vous à concilier vos voyages et vos moments de solitude au monastère de Shéchèn, au Népal?


J’essaye de m’occuper le plus possible de mes projets humanitaires. Je passe quelques mois par an en retraite dans un ermitage au Népal, où je vis seul face à l'immensité de l’Himalaya. J’essaye d’y passer entre deux et trois mois par an, tous les hivers.


Quel est votre quotidien dans ce monastère?


Il y a toute une discipline monastique, une cérémonie, des enseignements par un collège philosophique. Il y a aussi tout un aspect contemplatif, avec des retraites dans les montagnes.


Nous avons également un institut pour la préservation de l’art sacré (des peintures et des archives, notamment). Nous avons publié 400 volumes de textes importants du Tibet, que l’on a reproduits et diffusés dans des monastères et de grandes universités à travers le monde.


Le Dalaï lama se fait plutôt discret. Comment va-t-il, vous qui le connaissez bien?


Il va très bien. Il a 78 ans et il est passionné par deux choses: promouvoir une éthique séculière des valeurs universelles comme l’amour de son prochain, ou la tolérance. Et en tant que moine bouddhiste, il cherche également à promouvoir l'harmonie entre les religions. Ce sont ses deux combats sur lesquels il sera “engagé jusqu’à la fin de ses jours”, dit-il.

    La date/heure actuelle est Lun 22 Mai 2017, 21:09