Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 10:53 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 10:50 par Karma Döndrup Tsetso

» Dhammapada
Hier à 11:11 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Hier à 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» Puissance du mental
Mer 24 Mai 2017, 10:35 par Vyathita

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 56 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 56 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92324 messages dans 10752 sujets

Nous avons 4046 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Wilfried


Le moine et le philosophe

Partagez
avatar
Invité
Invité

Le moine et le philosophe

Message par Invité le Jeu 05 Déc 2013, 12:21

Le moine et le philosophe


29 novembre 2013 | Josée Blanchette | Actualités en société http://www.ledevoir.com



 

Jacques Nadeau - Le Devoir Le moine bouddhiste Matthieu Ricard et le père dominicain Benoît Lacroix : deux hommes de tolérance guidés par la spiritualité et l’altruisme. À une poignée de main du dalaï-lama. « En observant la société occidentale, force m’était de convenir que les “ sages ” n’étaient plus des modèles, mais qu’on leur avait substitué les gens célèbres, riches ou puissants. »
– Matthieu Ricard, Plaidoyer pour l’altruisme

« Pourquoi m’inquiéterais-je des générations futures ? Qu’ont-elles fait pour moi ? »
– Boutade de Groucho Marx

« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu. »
– Victor Hugo



Religions ou pas, ces deux apôtres du bien étaient faits pour se rencontrer la veille de la Journée internationale de la tolérance. Dans le hall feutré du couvent des dominicains, le silence et la lumière du matin baignent l’espace. Le moine bouddhiste Matthieu Ricard a revêtu sa robe bordeaux et ses espadrilles de tous les jours et le père Benoît Lacroix, historien aux humeurs philosophiques, a laissé sa tunique blanche au vestiaire. L’habit ne fait pas le moine.

N’empêche qu’entre l’aïeul de 98 ans et le « jeune » moine de 68 ans, il y a une reconnaissance tacite, une fraternité tangible, humanité jumelle « à une poignée de main du dalaï-lama ». Si l’on croit à la réincarnation, j’assiste sûrement à des retrouvailles.

Ces deux « leaders » spirituels, à l’écart de ce que Matthieu Ricard appelle « les fanfaronnades du moi », sont des êtres d’humilité qui ont dédié leur vie aux autres, bien avant l’aube. L’un médite quelques mois par an dans son ermitage de l’Himalaya, l’autre dans sa bibliothèque du chemin de la Côte-Sainte-Catherine.

Le père Lacroix est encore actif par l’entremise de ses multiples activités publiques, messes et conférences. Matthieu Ricard coordonne 130 œuvres humanitaires auxquelles ses droits d’auteur sont entièrement consacrés, en plus d’être l’interprète français de « Sa Sainteté », le maître spirituel bouddhiste le plus connu au monde depuis 25 ans.

Ils ont fait vœu de pauvreté, de simplicité, et pourtant leur vie semble riche. Cela se sent en les écoutant converser. Richesse du vocabulaire au service de la subtilité de la pensée, richesse de l’espoir qui fuse de leurs propos, de l’exemple servi sans éclat, des fréquentations aussi, richesse du bagage, historique pour l’un, scientifique pour l’autre, spirituel pour les deux.

Le généticien « froqué » ne désire rien de plus que ce qu’il a : « J’étais sur le balcon de mon ermitage au Népal, trois mètres carrés sans chauffage ni électricité, et je regardais les montagnes après une pratique spirituelle. Si une fée m’avait offert de réaliser trois vœux matériels, je n’aurais pas su quoi demander. Il n’y a rien que je pouvais souhaiter de plus pour mon ermitage. C’est un tel soulagement de ne pas avoir tous ces besoins inutiles. En gros, nous vivons une crise permanente du superflu », conclut l’auteur du best-seller Plaidoyer pour le bonheur.

L’altruisme, seule voie possible

Le moine français qui vit en Inde, au Bhoutan et au Népal depuis 40 ans, est passé à Montréal pour présenter son dernier essai, un solide pavé de 900 pages qui traite philosophie, spiritualité, neuroscience, économie et écologie. Il a consacré cinq années à l’écriture de Plaidoyer pour l’altruisme. La force de la bienveillance. L’auteur milite en faveur de cette éthique séculière qui regrouperait tous les ordres religieux autour d’un mot : altruisme.

D’ailleurs, mes deux hommes de foi préfèrent nettement la spiritualité à la religion. « Quand un courant spirituel crée de la beauté, j’y crois, lance le père Lacroix. La beauté nous réunit alors que toutes les discussions tournant autour de la vérité divisent. » Le moine, lui, chemine sur le sentier qui mène à l’éveil : « Religare, religion, se relier, sous-entend se relier à tous les êtres sensibles et à leur sort. Nous sommes interdépendants.»

Cela dit, Matthieu Ricard ne croit pas qu’un seul puits donne de l’eau. Le père Lacroix opine : « Toutes les rivières vont au fleuve. Et en vieillissant, on réalise que le fleuve va vers l’océan. »

Pour le bouddhiste, l’altruisme n’est pas un succédané de la religion, sans quoi il laisserait en plan 50 % d’agnostiques et d’athées. Mais pour lui, tous les maux auxquels fait face notre époque, même les problèmes écologiques, découlent d’une épidémie d’égoïsme, d’un manque de considération pour autrui dont tout le monde sort perdant.

« Le bonheur est meilleur partagé. Je ne pourrais être heureux sans les autres », rappelle le père Lacroix. Le moine ajoute : « L’écrivain Romain Rolland disait : si le bonheur égoïste est le seul but de votre existence, votre existence sera bientôt sans but. »

Les deux hommes s’entendent pour penser que l’altruisme se répandra davantage en réunissant de grandes figures spirituelles de toutes les confessions (érudits, théologiens, contemplatifs) et en usant des médias comme porte-voix. Ceux-ci ont un rôle crucial à jouer dans la diffusion de ce message interreligieux. « Si on appliquait la règle d’or : ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’on te fasse, ça réglerait 70 % des problèmes mondiaux », pense Matthieu Ricard.

« Jean XXIII disait : soyez trop bon, ça suffit », note le père Lacroix, qui a vu passer quel­ques papes.

De l’environnement comme première chapelle

Aux premières loges d’un spectacle qui s’apprête à anéantir les plus démunis, Matthieu Ricard accorde une attention particulière à l’écologie dans son essai. « Nous avons un milliard et demi de gens dans la pauvreté et 1 % des gens qui possèdent près de 40 % de la richesse aux États-Unis, lance-t-il. 30 % de la biodiversité va disparaître d’ici 2050. Nous aurons 200 millions de réfugiés climatiques. Pour la première fois de son histoire, l’être humain a un impact majeur sur notre planète. Et certains prétendent qu’on s’est toujours adaptés. Oui, bien sûr, mais au prix de quelles souffrances, cette fois ? Ça coûtera 20 fois plus cher de réparer que de faire quelque chose maintenant. Malheureusement, la timidité des gouvernements est la-men-ta-ble. Ils visent la prochaine élection alors qu’ils devraient penser à la prochaine génération. C’est comme si on brûlait sa maison avant de mourir. En environnement, tout est question d’altruisme et d’égoïsme, encore une fois. Les générations futures pourront nous dire : vous saviez et vous n’avez rien fait. »

« La rencontre DES spiritualités me semble plus importante que celle des politiciens, actuellement. Il faut penser mondialement et les gouvernements ne le font pas », ajoute le père Lacroix. Les piètres résultats de la Conférence internationale sur le climat à Varsovie leur donnent raison. L’intention de faire le bien n’est pas suffisante. Il faut y adjoindre l’action.

En se quittant, ils se font l’accolade, en silence, comme deux frères. L’un retourne dans son ermitage himalayen, l’autre dans sa bibliothèque, lire Plaidoyer pour l’altruisme. L’a­mour universel n’aura jamais été entre d’aussi bonnes mains. Mais un plaidoyer ne sera peut-être pas suffisant. Vient un moment où prier tient de l’angélisme et se faire prier relève de l’indécence.

***

Appris en lisant Plaidoyer pour l’altruisme (NiL) que selon les études citées par Mathieu Ricard, 20 % des gens seraient des altruistes éclairés qui tiennent compte des générations futures et sont disposés à modifier leur mode de vie. 60 % des gens seraient des « suiveurs », prêts à coopérer si la majorité en fait autant. 20 % seulement demeurent réfractaires à changer, peu importe les conséquences sur l’humanité. « Il faut que le 20 % d’altruistes se manifeste pour amener un changement de culture ! », insiste Matthieu Ricard.

Aimé Une journée, une vie de Marc de Smedt (Albin Michel), le fondateur de la revue Nouvelles Clés, devenue Clés. Il nous propose un recueil de ses éditoriaux, des fragments de sagesse dans un monde de fou. À travers ces textes, l’auteur bien connu (Éloge du silence, Sur les pas du Bouddha) aborde une spiritualité laïque et nous parle du bonheur, de Dieu (« Dieu, c’est la Nature », selon Spinoza), du bouddhisme (« compassion bouddhique et fraternité chrétienne sont du reste plus que cousines »), du dalaï-lama, de méditation, de fin du monde et de fin d’un monde. Bref, tout à fait dans le zeitgeist, même réchauffé.

Lu dans l’excellente livraison du magazine Québec Science (décembre 2013) un article très intéressant : « C’est pas des cadeaux ! » L’économiste américain Joel Waldfogel y affirme que l’industrie du cadeau de Noël représente un gaspillage annuel de 2,5 milliards de dollars à l’échelle planétaire. « Quand les Romains se sont mis à organiser des orgies, mangeant quand ils n’avaient pas faim, se faisant vomir pour mieux recommencer, on pouvait se douter que Rome allait tomber. Quand je me promène dans les centres commerciaux pendant la période des fêtes, j’ai le même sentiment », dit-il. À lire à tout prix avant de sortir sa carte de crédit inutilement. L’altruisme est ailleurs.

***

cherejoblo@ledevoir.com

Twitter.com : @cherejoblo

***

JOBLOG

Harmonie durable

Matthieu Ricard ne parle pas de croissance durable. Il n’y croit pas. Il préfère parler d’harmonie durable. Marxiste de tendance groucho, il ne fait pas de quartier quant aux solutions à apporter. « J’étais à Madrid au moment de la crise. Mais je me demandais : elle est où, la crise ? Venez voir au Népal, où l’électricité est coupée 16 heures par jour et où deux familles font à manger sur un seul feu. En Occident, la crise, c’est de ne pas changer de voiture aux trois ans. Mais cette crise n’a pas de fin. On aura toujours soif ; c’est comme boire de l’eau salée. Je dirais comme David Henry Thoreau : simplifiez, simplifiez, simplifiez. »

    La date/heure actuelle est Ven 26 Mai 2017, 15:13