Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 07:55 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Histoire Zen _ Le Maître du Silence
Hier à 22:45 par manila

» Yukaro, enchanté
Hier à 22:38 par manila

» La Vue Juste - une définition
Hier à 11:00 par vaygas

» Dhammapada
Hier à 10:29 par vaygas

» Rencontre en cercle inter-tradition
Hier à 09:25 par Pema Gyaltshen

» Etude dans le bouddhisme
Mar 19 Sep 2017, 14:17 par manila

» Présentation.
Lun 18 Sep 2017, 19:42 par TantraVida

» Retraite avec Phakyab RInpoche
Lun 18 Sep 2017, 10:05 par seve

» Les blagues de l'Arbre
Dim 17 Sep 2017, 19:01 par Pema Gyaltshen

» Présentation !
Sam 16 Sep 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 16 Sep 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Conseils pour renouer et garder le lien sacré?
Sam 16 Sep 2017, 22:19 par Karma Trindal

» Annonce: Cherchons animateur vidéo pour le forum
Sam 16 Sep 2017, 22:06 par Karma Trindal

» Bonne nouvelle: record de fréquentation du forum atteint ce 10/09/2017!
Sam 16 Sep 2017, 21:55 par Karma Trindal

» Phobie sociale
Sam 16 Sep 2017, 21:49 par Karma Trindal

» Présentation de Karma Norbu Gyeltsen
Sam 16 Sep 2017, 21:46 par Karma Trindal

» Centre Bouddhiste Tibétain : Oddiyana
Sam 16 Sep 2017, 20:55 par Karma Trindal

» Totalement perdue..
Sam 16 Sep 2017, 20:54 par Karma Trindal

»  Thich Nhat Hanh
Sam 16 Sep 2017, 20:43 par Karma Trindal

» Présentation d'un nouveau membre
Sam 16 Sep 2017, 20:33 par Karma Trindal

» Illusion ou Réalité: Ram Bahadur Bamjon - Réapparition de Little Buddha
Sam 16 Sep 2017, 20:30 par Karma Trindal

» sans amies !...
Sam 16 Sep 2017, 20:28 par Karma Trindal

»  Actualités du Bouddhisme dans le monde: Le maître tibétain Sogyal Rinpoché disgrâcié
Sam 16 Sep 2017, 20:23 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 16 Sep 2017, 20:17 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 16 Sep 2017, 20:16 par Karma Trindal

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Sam 16 Sep 2017, 20:14 par Karma Trindal

» Les livres sur la Médecine Tibétaine
Mer 13 Sep 2017, 21:10 par seve

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 13 Sep 2017, 20:14 par Hild-Rik

» Quatre nobles vérités
Mer 13 Sep 2017, 18:22 par Franck Barron

» Le Bouddhisme pour les nuls
Mer 13 Sep 2017, 15:30 par manila

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Mar 12 Sep 2017, 08:55 par Ortho

» Les Dâkinis
Lun 11 Sep 2017, 13:09 par Akana

» 8ème FESTIVAL CULTUREL DU TIBET
Lun 11 Sep 2017, 08:36 par Karma Döndrup Tsetso

» Rahor Dzogtrul Rinpoché à Bruxelles septembre 2017
Sam 09 Sep 2017, 22:30 par Pema Gyaltshen

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Ven 08 Sep 2017, 22:15 par tindzin

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Dim 03 Sep 2017, 19:24 par Ortho

» Présentation!
Dim 20 Aoû 2017, 22:22 par Akana

» Wilfried : nouveau venu
Dim 20 Aoû 2017, 21:38 par manila

» Retraite de trois ans en Bourgogne
Jeu 17 Aoû 2017, 09:52 par Dhagpo33

» Martine BATCHELOR
Dim 13 Aoû 2017, 11:57 par Hild-Rik

» La métamatière et le peuple
Sam 12 Aoû 2017, 13:05 par manila

» Matthieu Ricard - "Point de vue"
Jeu 10 Aoû 2017, 09:25 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 25 Juil 2017, 11:30 par manila

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Dim 23 Juil 2017, 15:05 par tindzin

» Prensentation
Dim 23 Juil 2017, 14:45 par petit_caillou

» Stéphane Arguillère
Dim 16 Juil 2017, 17:59 par Hild-Rik

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 23 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Karma Döndrup Tsetso


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92902 messages dans 10789 sujets

Nous avons 4070 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Yukaro


Matthieu Ricard : "La violence n'a cessé de décroître depuis cinq siècles"

Partagez
avatar
Invité
Invité

Matthieu Ricard : "La violence n'a cessé de décroître depuis cinq siècles"

Message par Invité le Mer 01 Jan 2014, 12:54

Matthieu Ricard : "La violence n'a cessé de décroître depuis cinq siècles"

Entretien : Geneviève Simon


Dans son récent essai, le moine bouddhiste Matthieu Ricard plaide pour l’altruisme et la force de la bienveillance. Cinq ans d'enquête font apparaître des signaux encourageants issus d'univers intellectuellement différents. L’ère du chacun pour soi est peut-être en train de s’éteindre. Changer est désormais une nécessité, voire une urgence.

"L’altruisme n’est ni une utopie ni un vœu pieux, mais une nécessité, voire une urgence", écrivez-vous…

On dit souvent qu’on peut se permettre l’altruisme quand tout va bien. Ou qu’il sied à un homme idéal qui ne correspond pas à la nature humaine. Or des études sérieuses ont montré que l’altruisme véritable existe. De plus, l’évolution montre que la coopération a été créative. La compétition existe, évidemment, mais la coopération a permis des progrès considérables, d’une grande complexité. Et, surtout, on a toujours eu besoin de vivre en harmonie avec les autres, et plus particulièrement aujourd’hui, avec l’augmentation de la population, qui induit des paramètres nouveaux. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que l’homme a un impact majeur sur l’avenir de la planète. Or l’altruisme doit nous permettre d’harmoniser les exigences sur les trois échelles de temps : court terme (notre vie personnelle, pour y garder la joie de vivre), moyen terme (avoir la satisfaction d’une vie qui vaut la peine d’être vécue) et long terme (nous interférons sur des changements qui se produiront de toute façon). La croissance soi-disant illimitée ne peut être illimitée par principe. Pour l’économiste américain Herman Daly, il n’y a que deux types de personnes qui pensent que la croissance peut être illimitée : les fous et les économistes. Une fois qu’on le sait, on peut viser une croissance qualitative, une harmonie durable.

Le plus grand défi de l’altruisme n’est-il pas dans le domaine de l’économie ?

Il y a un nombre croissant d’économistes qui pensent, à la suite de Dennis Tower, qu’on a suffisamment parlé de raison en économie et qu’on a désormais besoin du "care", de la solidarité, à cause des biens communs : la qualité de l’air, les réserves d’eau douce, la liberté, la démocratie. Il faut dépasser ses propres intérêts pour gérer les biens communs qui nous concernent tous. Amartya Sen, prix Nobel d’économie, dit qu’il faut maximiser les capacités. Joseph Stiglitz veut réduire les inégalités. Il y a un mouvement. L’homo economicus est mort, vive l’homo altericus !

Malgré le repli sur soi induit par la crise, il y aurait de quoi espérer ?

Il y a un repli sur soi pour se protéger d’une certaine façon, mais la vie de tous les jours est tissée d’actes de bienveillance. L’exemple de l’ouragan Katrina est à cet égard révélateur. Sur base de rumeurs, les médias ont parlé de viols, de pillages, de meurtres. A tel point que le gouverneur de la Louisiane a envoyé l’armée pour mettre de l’ordre, au lieu de secours. Or, il s’est avéré que ces rumeurs étaient fausses. Les gens qui prenaient de l’eau dans les supermarchés, c’était pour étancher la soif de leurs enfants, pour survivre. Le "New York Times" et le "Los Angeles Times" ont reconnu qu’ils avaient déformé la réalité. Ceux qui ont étudié les grandes catastrophes disent que les gens restent plutôt calmes, s’entraident dans une vaste majorité. La vraie panique, c’est être bloqué dans un cinéma en feu dont les issues de secours sont bloquées. Dans les situations extrêmes, le meilleur de nous-mêmes vient à la surface.

Ce livre vous a demandé cinq ans de rencontres, de recherches… Qu’est-ce qui vous a le plus interpellé ?

Le fait que la violence n’a cessé de décroître depuis cinq siècles. Ainsi, sur le front de bataille, lors de la Deuxième Guerre mondiale, seulement 15 % des soldats tiraient sur l’ennemi. Ce n’est pas qu’ils étaient peureux, mais ils aidaient les autres, tiraient en l’air ou à côté, faisaient semblant. Il faut le dire. Il y a aussi le fait que soit fausse l’idée selon laquelle les enfants sont égoïstes et que l’empathie n’arrive pas avant l’âge de 7 ans : dès 18 mois, les enfants sont extrêmement empathiques. Ils sont des coopérateurs inconditionnels jusqu’à l’âge de 5 ans. De même, E.O. Wilson, le père de la sociobiologie, qui pendant longtemps a été le grand défenseur des jeunes égoïstes, a admis s’être trompé, à 83 ans. Il a reconnu que la coopération a été beaucoup plus efficace. En l’apprenant, je me suis dit : ça y est, le dernier morceau du puzzle se met en place. Voir au fil de ces rencontres qu’aussi bien les psychologues que les économistes disent qu’il faut aller vers davantage de compassion : cela pointe intellectuellement de tant d’horizons différents qu’il y a une sorte de pression évolutive.

Ce qui se passe dans le monde animal est aussi interpellant…

J’ai longuement discuté avec Franz De Val : si les chimpanzés, les bonobos, les cochons sont capables d’actes empathiques, tiennent compte de la situation de l’autre, pourquoi pas les humains ? Il n’y a pas de discontinuité dans l’évolution, c’est un continuum : c’est donc normal que cela ait pris cent millions d’années, l’empathie ne nous est pas tombée du ciel d’un coup. De même, on s’est aperçu que les poissons peuvent imaginer la situation de l’autre, qu’ils ont des terminaisons nerveuses et des neurotransmetteurs qui leur font ressentir la douleur. Chez les mammifères, quand un dauphin est blessé, ses congénères peuvent se mettre à deux pour le maintenir à la surface de l’eau, jusqu’à dix jours de suite, pour ne pas qu’il s’asphyxie.

Vous rappelez combien a compté l’enseignement de vos maîtres : cette transmission ne manque-t-elle pas fondamentalement à notre époque ?

Mes maîtres spirituels ont donné sens à mon existence. Mais ce n’est pas applicable à tous d’aller passer quarante ans dans l’Himalaya. Ceci dit, la famille joue un rôle important. Les études en Afrique ont montré que, dans des sociétés communautaires, un jeune enfant qui naît est touché par vingt personnes dans les 24 h. C’est énorme pour l’empathie car l’enfant apprend à se relier émotionnellement aux autres. On a aussi montré que, dans une famille africaine, l’espérance de vie d’un enfant de cinq ans diminuait de 30 % si la grand-mère maternelle mourrait, alors que les conséquences étaient assez insignifiantes si c’était le père. Chez nous, les familles disloquées appauvrissent les échanges ainsi que la relation émotionnelle et empathique.
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7400
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Matthieu Ricard : "La violence n'a cessé de décroître depuis cinq siècles"

Message par Pema Gyaltshen le Jeu 02 Jan 2014, 10:12

Toujours optimiste et encourageant ce cher Matthieu !

 Laughing


_________________


    La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep 2017, 09:04