Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Hier à 09:52 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Lun 19 Nov 2018, 21:15 par Akana

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Lun 19 Nov 2018, 13:47 par Mila

» Rencontre en cercle inter-tradition
Lun 19 Nov 2018, 11:51 par Mila

» Aoyama Roshi à la Demeure sans limites
Dim 18 Nov 2018, 14:09 par Disciple laïc

» Quand le corps, l'esprit et l'instrument font un .
Dim 18 Nov 2018, 12:36 par Mila

»  Pour protéger les forêts de Thaïlande , des arbres sont ordonnés moines
Dim 18 Nov 2018, 11:30 par Mila

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Dim 18 Nov 2018, 11:12 par Mila

» Réouverture du site RIMAY
Sam 17 Nov 2018, 22:38 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Sam 17 Nov 2018, 15:28 par Mila

» Bon 80 ème anniversaire Cher Dalaï Lama !
Sam 17 Nov 2018, 10:03 par Karma Trindal

» La pratique du sommeil
Ven 16 Nov 2018, 20:19 par Mila

» Pratiquer le Dharma aujourd'hui: Mindfulness Association Belgium
Ven 16 Nov 2018, 14:16 par Karma Trindal

» présentation d'oupa
Ven 16 Nov 2018, 13:59 par Karma Trindal

» Nouvelle arrivée
Ven 16 Nov 2018, 13:58 par Karma Trindal

» Je pousse la porte...
Ven 16 Nov 2018, 13:55 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 13:42 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Ven 16 Nov 2018, 13:41 par Karma Trindal

» Un grand bonjour pour vous !
Ven 16 Nov 2018, 12:55 par Karma Trindal

» Présentations
Ven 16 Nov 2018, 12:50 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 12:49 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoché à Paldenshangpa La Boulaye , décembre 2018
Ven 16 Nov 2018, 12:43 par Karma Trindal

» Namasté à tous
Ven 16 Nov 2018, 12:23 par Karma Trindal

» Paroles d'animaux
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par Mila

» Bouddhisme et christianisme
Jeu 08 Nov 2018, 16:33 par Ortho

» Ripa International Center
Mer 07 Nov 2018, 09:05 par Mila

» Les prières du Bardo.
Mar 06 Nov 2018, 22:29 par Ortho

» Méditation : comment elle modifie le cerveau
Lun 05 Nov 2018, 22:47 par tindzin

» Quelle place et quel sens donner à la vie monacale ?
Dim 04 Nov 2018, 11:01 par Disciple laïc

» Illusion ou censure ?
Jeu 01 Nov 2018, 09:57 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 30 Oct 2018, 20:56 par Pema Gyaltshen

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Sam 27 Oct 2018, 09:22 par Jean-François

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , décembre 2018
Ven 26 Oct 2018, 17:50 par Mila

» Qu'est devenu Larung Gar ?
Ven 26 Oct 2018, 12:08 par Mila

» Le tibétain?
Jeu 25 Oct 2018, 20:06 par Mila

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Mer 24 Oct 2018, 14:28 par Mila

» DREPUNG GOMANG MONASTERY TOUR 2018
Mer 24 Oct 2018, 13:09 par Ortho

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Mar 23 Oct 2018, 10:28 par Pema Gyaltshen

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 et 2/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

» Trinh Xuan Thuan publie La plénitude du vide
Ven 12 Oct 2018, 12:22 par Disciple laïc

» Rencontre des deux Karmapa en France
Ven 12 Oct 2018, 09:54 par Abhradan

» Anniversaire du Vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 12 Oct 2018, 09:52 par Mila

» Quand chante Milarépa
Jeu 11 Oct 2018, 10:19 par Mila

»  INSTRUCTIONS POUR LA MÉDITATION EN MARCHE
Jeu 11 Oct 2018, 08:46 par Disciple laïc

» Compréhension intellectuelle et expérience du dharma
Mer 10 Oct 2018, 17:53 par Disciple laïc

» L'illusion de l'égo
Mer 10 Oct 2018, 08:56 par Disciple laïc

» Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh
Mer 10 Oct 2018, 08:41 par Disciple laïc

» Bonsoir je me présente
Lun 08 Oct 2018, 20:46 par Mila

» La rencontre sereine avec la réalité - Qu'est ce que la réalité ?
Lun 08 Oct 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Vache et baballe
Dim 07 Oct 2018, 18:14 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 07 Oct 2018, 18:12 par Disciple laïc

» L’attention, fondement de la pratique du satipatthana sutta
Dim 07 Oct 2018, 10:18 par Disciple laïc

» La permaculture , une philosophie de vie .
Dim 07 Oct 2018, 00:29 par Mila

» 2 sutras ou Mara suggère à des bhikkouni qu'elles sont faites et contrôlées par un être supérieur
Ven 05 Oct 2018, 16:48 par Disciple laïc

» Mara, Samsara, et Identité
Ven 05 Oct 2018, 16:29 par Disciple laïc

» 2 sutras ou le Bouddha prophétise les "menaces futures"
Ven 05 Oct 2018, 16:18 par Disciple laïc

» Christianisme et bouddhisme
Ven 05 Oct 2018, 11:36 par Disciple laïc

» Un monument en homme aux animaux de guerre
Jeu 04 Oct 2018, 13:12 par Mila

» Communication humain-animaux par le chant , une tradition scandinave pour rassembler les troupeaux .
Mer 03 Oct 2018, 10:53 par Mila

» AN 4.193 Bhaddiya Sutta — Discours à Bhaddiya —
Mer 03 Oct 2018, 08:03 par Disciple laïc

»  4 octobre 2018 , journée mondiale des animaux .
Mar 02 Oct 2018, 16:21 par Mila

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 19 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 19 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97811 messages dans 11259 sujets

Nous avons 4259 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Godineau

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7494)
 
Karma Trindal (6916)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2421)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Partagez
avatar
Invité
Invité

Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Message par Invité le Lun 17 Fév 2014, 16:59

Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »



 


 

Alors que la pratique de la mindfulness essaime aux quatre coins de la planète - dans les hôpitaux, les écoles, les entreprises, ou encore les prisons -, son instigateur, Jon Kabat-Zinn, fondateur d’une clinique de réduction du stress, fera ce mois-ci une venue remarquée en Belgique1. En avant-goût, il nous a accordé un long entretien exclusif... en pleine conscience.



 

Psychologies : Êtes-vous naturellement attentif au présent ou est-ce la mindfulness qui vous a permis de l’être ?



 

Jon Kabat-Zinn : Je crois que tout enfant est naturellement enraciné dans le présent. Cela disparaît peu à peu quand la pensée prend le dessus, et que notre rythme de vie s’emballe. Mais je ne suis pas venu à la mindfulness en raison du stress ou de la sensation que ma vie était « hors de contrôle ». J’étais plutôt guidé par l’intérêt profond de comprendre la nature de mon propre esprit. J’ai grandi entre un père scientifique et une mère artiste. Très jeune, j’étais déjà intéressé par ces différentes manières d’embrasser le monde. Quand j’ai découvert la méditation, à la vingtaine, j’ai immédiatement reconnu que cela permettait d’unir ces visions, au travers d’un art de vivre, de percevoir le monde et d’interagir avec lui de manière harmonieuse. J’ai réalisé que cela serait très utile pour faire face au stress de la vie courante ; à tout ce qui vient nous fragmenter. Car la pratique de la mindfulness vient unifier l’être en profondeur, dans la conscience profonde que tout est interdépendant. C’est une voie de reliance. De calme, aussi.



 

Quel a été votre chemin d’exploration de la méditation traditionnelle, venue nourrir l’approche de la mindfulness ?



 

J.K.-Z. : En 1966, à 22 ans, je suis entré dans une pratique formelle de la méditation par le biais de la tradition Zen japonaise, qui m’a mené ensuite au Zen coréen. L’essence du Zen est identique, et vient de Chine. Les racines sont le Chan, une forme de bouddhisme qui insiste particulièrement sur la méditation. J’ai rencontré de merveilleux Maîtres Chan et Maîtres Zen, et cela a eu une influence considérable sur ma vie. Ensuite, au début des seventies, j’ai pratiqué avec des Maîtres Vipassana d’origine américaine, qui avaient séjourné en Asie, comme Jack Kornfield. Dans la foulée, ils ont développé le Insight Meditation Center (Cambridge, Massachusetts), où j’ai effectué des retraites. Plus récemment, j’ai exploré un autre courant du bouddhisme, le Dzogchen, et j’ai pratiqué avec des Maîtres issus de cette lignée.



 

Ce sont là, de fait, les trois grands courants du bouddhisme...



 

J.K.-Z. : Absolument, et j’ai un profond respect pour tous. Ce que j’essaie de faire est de découvrir leur dénominateur commun et de le rendre accessible aux personnes qui jamais ne s’intéresseraient au bouddhisme ou à la méditation bouddhiste, mais qui souffrent énormément : du stress, de troubles physiques et psychiques, de maladie...



 

Quel est ce dénominateur commun ?



 

J.K.-Z. : De mon point de vue, c’est précisément la mindfulness, la pleine conscience. Et j’utilise ce mot dans un sens large. À travers cette approche méditative de la MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction) et de la MBCT (Mindfulness-Based Cognitive Therapy), nous introduisons les personnes à la pratique du dharma, même si nous n’utilisons pas ce terme. La mindfulness permet d’ouvrir les personnes à une dimension non-duelle de leur être, du monde. C’est un moyen d’introduire ce que le Bouddha enseignait, dans un mode d’expression le plus universel possible. Soit la libération de la souffrance (souffrance ou insatisfaction nommée dukkha dans le bouddhisme), en lien avec la condition humaine. L’enseignement classique du bouddhisme étant complexe, il était important pour moi de mettre en avant une approche qui puisse nous toucher, que l’on soit bouddhiste ou non.



 

En quoi consiste le programme de réduction du stress basé sur la pleine conscience (MBSR) ?



 

J.K.-Z. : L’idée est de développer un programme au sein même de l’hôpital (véritable « aimant » à dukkha), pour les patients qui ne sont pas pleinement satisfaits des traitements habituels. Un entraînement intensif à la méditation bouddhiste... sans le bouddhisme (ce qui signifie avec le bouddhisme, puisque cette voie n’est pas dualistique !). Il ne s’agit pas pour autant de simplifier ou de tirer le dharma vers le bas, mais de le re-conceptualiser, de le recontextualiser, pour le rendre accessible aux personnes. Proposer ainsi quelque chose que les patients peuvent faire pour eux-mêmes - une sorte d’auto-éducation, en complément des traitements classiques. Ce programme, basé sur de la méditation, du yoga, de la relaxation, se déroule sur huit semaines et aide les patients à faire un travail sur eux-mêmes, sur leur esprit et sur leur relation à la souffrance. Ces programmes de réduction du stress ont à présent élargi leurs champs d’application pour venir en aide à d’autres catégories de population : dans les écoles, les entreprises, les prisons, les maisons de retraite, etc.



 

C’est une voie de responsabilisation, dans une société plutôt habituée à la prise en charge...



 

J.K.-Z. : En effet, la pratique de la pleine conscience vient ainsi nous rappeler que nous sommes partie prenante dans notre santé, notre bien-être. Même si la personne est à quelques minutes de la mort. La qualité de notre attention, de notre présence, de notre ouverture de cœur, peut faire une énorme différence : biologiquement, psychologiquement et, si cela vous parle, spirituellement. Au niveau de la paix intérieure. Et le fait de pouvoir accepter les choses comme elles sont ; qui est la vraie définition, dans mon approche, du mot « guérison ». Ce qui ne veut pas dire que l’on aime forcément ce qui nous arrive (personne n’aime l’idée de mourir !), ni que l’on renonce face aux difficultés, mais ça signifie que l’on n’est pas en train de lutter constamment, de manière stérile.



 

Qu’est-ce que la méditation a éveillé en vous ?



 

J.K.-Z. : J’ai suivi les pas de mon père, et je suis moi-même devenu scientifique. J’ai donc toujours cherché à comprendre le monde dans lequel je vis, les relations que j’entretiens avec lui. Comprendre aussi la nature de l’esprit. La méditation m’a aidé à cultiver l’attention d’une manière spécifique, qui permet de découvrir la dimension cachée de nos expériences de vie. Cette dimension est là, disponible, mais elle est voilée, parce que nous voyons, nous pensons, nous sentons, nous posons les questions, d’une manière extrêmement conditionnée et limitée. La pratique de la méditation accroît le champ de perception, de compréhension. De prime abord, on pourrait penser que la méditation de la pleine conscience n’a rien d’extraordinaire. Mais en réalité, elle l’est, parce qu’elle nous transforme incroyablement. C’est une façon d’être, non une technique.



 

Parvenez-vous à rester cohérent avec les principes de la mindfulness, dans un emploi du temps chargé, impliquant des déplacements partout dans le monde?



 

J.K.-Z. : C’est ça la réelle pratique de la pleine conscience (rire) ! En fait, je pratique chaque jour. Si j’abandonnais ma propre pratique, si je n’essayais pas, instant après instant, de trouver une sorte d’équilibre et si je négligeais mes valeurs, tout en dispensant de par le monde les principes de la mindfulness, ce serait un désastre ! Le propre de l’équilibre, c’est de le perdre par moment et de le retrouver. Une clé est de trouver un chemin pour dire « non »... à 99% des sollicitations de la vie courante, particulièrement dans notre époque. Par exemple, au lieu de parler avec vous, je pourrais faire mille et une choses, mais j’ai choisi de faire cet entretien, parce que je pense que c’est important - je soutiens le travail fait par l’association Émergences et je me dis que, peut-être, un lecteur sera touché par ce que nous échangeons. Je suis donc pleinement là pour vous répondre. Mais je peux le faire uniquement parce que j’ai dit « non » à d’autres choses. Et je dis beaucoup « non » ! (Rire)



 

A l'heure actuelle, comment parvenir à cultiver cette pleine conscience?



 

J.K.-Z. : Mais cela deviendrait toxique, et complètement à l’opposé de l’esprit de la mindfulness, si j’étais complètement « hors de l’équilibre », noyé par les activités et les obligations, sans temps à accorder à d’autres aspects de ma vie. Demain, je vais visiter ma mère qui fête ses 98 ans, elle va rencontrer son arrière-petit-fils pour la première fois. C’est ça qui fait le sel de la vie, sa saveur : quand je suis là, je suis là ! Comme le dit le titre de mon livre : Où tu vas, tu es. Là est tout l’enseignement de la pleine conscience.



 

Même si cela semble évident, ce n’est pas toujours facile à faire...



 

J.K.-Z. : Vous avez raison. Cela exige de la pratique. Deux chemins se présentent à nous. D’une part, il y a la pratique formelle ; il s’agit de prendre du temps chaque jour pour s’asseoir et pratiquer la pleine conscience (on peut aussi être couché, ou pratiquer du yoga). D’autre part, vous pouvez pratiquer la pleine conscience n’importe où : dans une chambre d’hôtel, un avion... Mais c’est important de le faire. La seule raison pour laquelle je parviens à le faire tous les jours, c’est parce que c’est une histoire d’amour ! Ce n’est pas une chose de plus que je dois faire. C’est une hygiène active pour la santé de l’esprit que de prendre du temps pour demeurer tranquille, dans le « non-faire ». Mais ce n’est pas, là, la réelle pratique de la méditation. La réelle pratique, c’est la manière dont vous vivez votre vie à chaque instant, en pleine conscience. Dès lors, vous pratiquez dans n’importe quelle circonstance. Je ne dis pas que je le fais mieux que quiconque ; je fais du mieux que je peux. Et ce n’est jamais fini...



 

Le livre d’Eline Snel4 de méditation de la pleine conscience proposée aux enfants est un succès ; n’est-ce pas là une priorité en regard des troubles de l’attention de plus en plus fréquents chez les enfants ?



 

J.K.-Z. : Les professeurs, aujourd’hui, réalisent l’importance d’apprendre aux enfants comment être attentifs. Aussi, de plus en plus d’écoles primaires, notamment aux États-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, proposent de la mindfulness. Pour jouer un instrument, il y a un apprentissage à faire. C’est la même chose avec le corps et l’esprit : il faut apprendre à les accorder. On y parvient en écoutant profondément les sensations du corps, les pensées, les émotions. En « lisant » ce qu’elles nous disent au moment présent, sans jugement. Les enfants y parviennent facilement... si vous rendez les choses amusantes !



 

Vous participez à l’événement organisé par Émergences, sur le thème « Se changer soi pour changer le monde » ; pensez-vous que cela soit un préalable indispensable pour une transformation collective ?


J.K.-Z. : Je ne pense pas que ce soit un préalable ou un premier pas, mais bien un processus global. Sinon, on est à nouveau dans la dualité. Si vous changez personnellement, vous avez déjà changé le monde, parce que le monde est complètement interconnecté. Si une personne est un peu plus consciente, aimante, tout l’univers est déjà différent. Certes, de manière minuscule, mais les sciences nous ont démontré que « un petit peu » ce n’est pas insignifiant. Ce n’est pas « rien » ! De petits changements peuvent avoir d’énormes effets sur le monde ; c’est l’image de « l’effet papillon », décrit par Edward Lorenz (Un battement d’ailes de papillon au Brésil produirait une tornade au Texas).



 

Êtes-vous optimiste pour l’avenir ?



 

J.K.-Z. : Oui, je suis très optimiste ! Ce qui ne veut pas dire que je ne vois pas tout un tas de dangers pour le futur, mais je pense sincèrement que nous avons ici une formidable opportunité, en tant qu’espèce, de grandir en conscience. En diffusant la mindfulness, j’ai énormément d’occasions de constater que ce mouvement prend racine partout sur la planète de manière exponentielle. C’est vraiment beau ce qui se passe. Ce n’était pas le cas, il y a quarante ans : quasi personne ne méditait, ne faisait du yoga... maintenant, ils sont des millions. Et je crois que les gens le font pour les bonnes raisons. Ils évoluent dans la même direction : plus d’éveil, de conscience, de gentillesse. Et l’enjeu est trop sérieux pour se prendre au sérieux (rire) !
avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Message par MionaZen le Sam 01 Nov 2014, 12:41

Merci pour ce partage Jojo 
avatar
Invité
Invité

Re: Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Message par Invité le Sam 01 Nov 2014, 12:58

Je n'ai pas tout lu .

Mais je ne suis pas sûre que l'auteur parle vraiment du Dharma ....c'est-à-dire du Dharma qui voit plus loin que cette vie-ci , du Dharma qui vise l'Eveil complet de soi et de tous , absolument tous , pas du confort mental de cette vie-ci .
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7494
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Message par Pema Gyaltshen le Mer 19 Nov 2014, 23:40

Je suis d'accord avec toi Manila
C'est le problème des limites de ces tendances actuelles, et effets de mode; sur les pratiques de la "méditation" pour trouver le bonheur ou se soigner de quelque chose.
C'est évidemment très bien et cela soulagera j'espère beaucoup de souffrance, mais coupé des racines du Dharma véritable, cela ne peut pas aboutir à l'Eveil .


_________________

avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Message par MionaZen le Jeu 20 Nov 2014, 08:09

Effectivement, la mindfulness est un concept de méditation de pleine conscience laïque adaptée en psychiatrie en 1979 par le docteur Jon Kabat-Zinn. Sa méthode visait à aider les patients à surmonter leur stress, leurs angoisses, leur douleur et leur maladie mais en aucun cas la transmission du Dharma ni l'éveil puisqu'il a fait en sorte de rendre cette pratique laïque. 
Ensuite peut-être que les personnes qui commence par cette approche, en voient les effets bénéfiques se tournent vers le Dharma ?
avatar
Invité
Invité

Re: Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Message par Invité le Jeu 20 Nov 2014, 08:18

Oui , certains centres de Dharma , comme les centres Kagyu Samye Dzong ( reliés à Samye Ling en Ecosse) enseignent la mindfulness quelques week-end par an , ouverts à tous . Certains ne viennent que pour ces cours-là . D'autres élargissent et se tournent vers le Dharma .
Rien n'est figé une fois pour toute

Contenu sponsorisé

Re: Jon Kabat-Zinn: « La pratique de la mindfulness unifie l’être en profondeur »

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 21 Nov 2018, 01:25