Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» La pratique du sommeil
Hier à 20:19 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Hier à 20:01 par Mila

» Bon 80 ème anniversaire Cher Dalaï Lama !
Hier à 17:45 par Mila

» Pratiquer le Dharma aujourd'hui: Mindfulness Association Belgium
Hier à 14:16 par Karma Trindal

» présentation d'oupa
Hier à 13:59 par Karma Trindal

» Nouvelle arrivée
Hier à 13:58 par Karma Trindal

» Je pousse la porte...
Hier à 13:55 par Karma Trindal

» présentation
Hier à 13:42 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Hier à 13:41 par Karma Trindal

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 13:13 par Mila

» Un grand bonjour pour vous !
Hier à 12:55 par Karma Trindal

» Présentations
Hier à 12:50 par Karma Trindal

» présentation
Hier à 12:49 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoché à Paldenshangpa La Boulaye , décembre 2018
Hier à 12:43 par Karma Trindal

» Namasté à tous
Hier à 12:23 par Karma Trindal

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Hier à 12:20 par Karma Trindal

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Hier à 09:43 par Mila

» Paroles d'animaux
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par Mila

» Bouddhisme et christianisme
Jeu 08 Nov 2018, 16:33 par Ortho

» Ripa International Center
Mer 07 Nov 2018, 09:05 par Mila

» Les prières du Bardo.
Mar 06 Nov 2018, 22:29 par Ortho

» Méditation : comment elle modifie le cerveau
Lun 05 Nov 2018, 22:47 par tindzin

» Quelle place et quel sens donner à la vie monacale ?
Dim 04 Nov 2018, 11:01 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Jeu 01 Nov 2018, 09:58 par Pema Gyaltshen

» Illusion ou censure ?
Jeu 01 Nov 2018, 09:57 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 30 Oct 2018, 20:56 par Pema Gyaltshen

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Sam 27 Oct 2018, 09:22 par Jean-François

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , décembre 2018
Ven 26 Oct 2018, 17:50 par Mila

» Qu'est devenu Larung Gar ?
Ven 26 Oct 2018, 12:08 par Mila

» Le tibétain?
Jeu 25 Oct 2018, 20:06 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Jeu 25 Oct 2018, 12:56 par Mila

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Mer 24 Oct 2018, 14:28 par Mila

» DREPUNG GOMANG MONASTERY TOUR 2018
Mer 24 Oct 2018, 13:09 par Ortho

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Mar 23 Oct 2018, 10:28 par Pema Gyaltshen

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 et 2/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

» Trinh Xuan Thuan publie La plénitude du vide
Ven 12 Oct 2018, 12:22 par Disciple laïc

» Rencontre des deux Karmapa en France
Ven 12 Oct 2018, 09:54 par Abhradan

» Anniversaire du Vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 12 Oct 2018, 09:52 par Mila

» Quand chante Milarépa
Jeu 11 Oct 2018, 10:19 par Mila

»  INSTRUCTIONS POUR LA MÉDITATION EN MARCHE
Jeu 11 Oct 2018, 08:46 par Disciple laïc

» Compréhension intellectuelle et expérience du dharma
Mer 10 Oct 2018, 17:53 par Disciple laïc

» L'illusion de l'égo
Mer 10 Oct 2018, 08:56 par Disciple laïc

» Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh
Mer 10 Oct 2018, 08:41 par Disciple laïc

» Bonsoir je me présente
Lun 08 Oct 2018, 20:46 par Mila

» La rencontre sereine avec la réalité - Qu'est ce que la réalité ?
Lun 08 Oct 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Vache et baballe
Dim 07 Oct 2018, 18:14 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 07 Oct 2018, 18:12 par Disciple laïc

» L’attention, fondement de la pratique du satipatthana sutta
Dim 07 Oct 2018, 10:18 par Disciple laïc

» La permaculture , une philosophie de vie .
Dim 07 Oct 2018, 00:29 par Mila

» 2 sutras ou Mara suggère à des bhikkouni qu'elles sont faites et contrôlées par un être supérieur
Ven 05 Oct 2018, 16:48 par Disciple laïc

» Mara, Samsara, et Identité
Ven 05 Oct 2018, 16:29 par Disciple laïc

» 2 sutras ou le Bouddha prophétise les "menaces futures"
Ven 05 Oct 2018, 16:18 par Disciple laïc

» Christianisme et bouddhisme
Ven 05 Oct 2018, 11:36 par Disciple laïc

» Un monument en homme aux animaux de guerre
Jeu 04 Oct 2018, 13:12 par Mila

» Communication humain-animaux par le chant , une tradition scandinave pour rassembler les troupeaux .
Mer 03 Oct 2018, 10:53 par Mila

» AN 4.193 Bhaddiya Sutta — Discours à Bhaddiya —
Mer 03 Oct 2018, 08:03 par Disciple laïc

»  4 octobre 2018 , journée mondiale des animaux .
Mar 02 Oct 2018, 16:21 par Mila

» Le bouddhisme, une religion tolérante ?
Mar 02 Oct 2018, 13:22 par indian

» décès de Namkhai Norbu
Mar 02 Oct 2018, 10:53 par Mila

» La liberté de pensée
Lun 01 Oct 2018, 18:41 par indian

» LeDernierLoup
Lun 01 Oct 2018, 13:18 par indian

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Maajis


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97764 messages dans 11254 sujets

Nous avons 4258 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est lysi

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7491)
 
Karma Trindal (6914)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2419)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

les 35 bouddhas partie3

Partagez
avatar
Invité
Invité

les 35 bouddhas partie3

Message par Invité le Mar 10 Juil 2007, 15:39

15
Sujato Sabba Lokaggo

Sujâta, sommet du monde

Il est né dans la ville de Sumangala, son père étant le guerrier Uggata et sa mère Pabhâvati. On l'appelait Sujâta parce que sa naissance apporta le bonheur à tous les êtres. Il vécu comme maître de maison pendant neuf mille ans dans trois palais : Siri, Upasiri et Nanda, sa femme étant Sirinandâ et son fils Upasena. Il quitta le foyer monté sur un cheval appelé Hamsavaha, pratiqua les austérités pendant neuf mois et attend l'éveil sous un bambou. Le repas de riz lui fut offert par la fille de Sirinandasetthi de Sirinandana et l'herbe pour son siège de méditation fut donné par un ascète nommé Sunanda. Il donna son premier sermon à son plus jeune frère Sudassana et au fils du grand prêtre Deva, dans le parc de Sumangala. Il accompli le miracle des doubles apparences à la porte du parc Sudassana. Le Bodhisatta était alors un cakkavatti qui entra dans l'Ordre du bouddha. Ses principaux disciples étaient Sudassana et Deva ; Sâgâ et Nâgasamalâ chez les nonnes. Nârada était son assistant. Sudatta et Citta étaient ses principaux donateurs laïcs masculins et Subhaddâ et Padumâ pour les femmes. Son corps avait cinquante coudées de hauteur. Il vécu quatre-vingt dix mille ans et mourut à Silârâma dans la cité de Candavati, où un stupa fut érigé en son honneur.


16
Piyadassî Narâsabho

Piyadassi, seigneur des hommes

Il est né à Sudhañña et sa mère s'appelait Sucandâ. On l'appela Piyadassî car il accompli de nombreux miracles agréables. Il vécut neuf mille ans comme laïc dans trois palais : Sunimala, Vimala et Giriguhâ. Sa femme s'appelait Vimalâ et son fils Kañcanavela. Il quitta le foyer monté sur un chariot et pratiqua les austérités pendant six mois. La fille de Vasabha lui offrit du riz au lait et de l'herbe pour son siège par l'ascète Sujâta. L'arbre sous lequel il parvint à l'éveil était un kakudha. Parmi ses convertis, se trouvaient le roi Sudassana et l'éléphant Donamukha. Un moine nommé Sona conspira avec le prince Mahâpaduma pour tuer le bouddha, l'éléphant qu'ils utilisèrent pour leur complot manqué était Donamukha (cf.Nâlâgiri).

Ses disciples principaux étaient Pâlita et Sabbadassî chez les moines, et Sujâtâ et Dhammadinnâ chez les nonnes. Son assistant permanent étant Sobhita. Sannaka et Dhammika étaient ses principaux bienfaiteurs chez les laïcs masculins et Visâkâ et Dhammadinnâ pour les femmes. Il vécu quatre vingt dix mille ans et mourut à Assatthârâma, son stupa ayant trois lieues de haut. Le Bodhisatta était à cette époque un brahmane appelé Kassapa qui construisit un monastère pour le bouddha qui lui coûta cent millions.


17
Atthadassî Kâruniko

Atthadassi, le compatissant

Il est né à Sobhana dans le parc d'agrément de Sucindhanu, ses parents s'appelant Sâgara et Sudassanâ. On l'appela ainsi parce que à sa naissance, retrouvèrent des trésors enfouis depuis longtemps. Sa femme s'appelait Visâka et son fils Sena. Il vécu dix mille ans en tant que laïc dans trois palais : Amaragiri, Suragiri et Girivâhana. Il quitta son foyer monté sur un cheval appelé Sudassana. Ses ascèses durèrent huit mois et le repas de riz au lait fut offert par une femme Nâga, Sucindharâ. Un Nâga nommé Dhammaruci lui donna de l'herbe qu'il répandit au pied d'un arbre campaka, sous lequel il réalisa l'éveil. Il fit son premier sermon dans le parc d'Anoma. Ses principaux disciples étaient Santa, le fils du roi et Upasanta, le fils du grand-prêtre de Sucandaka. Ses principales disciples féminins étaient Dhammâ et Sudhammâ. Abhaya était son assistant et ses bienfaiteurs, Nakula et Nisabha parmi les laïcs et Makilâ et Sunandâ chez les femmes. Le bodhisatta était alors un jatila nommé Susîma de Campaka qui offrit au bouddha un parterre de fleurs amené du monde des dévas. Atthadassi mourût à l'âge de cent mille ans à Anomârâma dans la cité de Anupama et ses reliques furent distribuées dans différents endroits. Il apparut dans le Mandakappa ( un âge où plusieurs bouddhas apparaissent) en compagnie de Piyadassî et Dhammadassî.


18
Dhammadassi Tamonudo

Dhammadassi, qui disperse les ténèbres

Il est né dans le jardin de Sarana, son père étant un guerrier appelé Sarana et sa mère s'appelant Sunandâ. On dit qu'au jour de sa naissance, toutes les lois injustes disparurent des livres de loi ; de là son nom. Pendant huit mille ans, il vécu comme laïc dans trois palais : Araja, Viraja et Sudassana. Sa femme était Vicitoli et son fils Puññavaddhana. Il renonça au monde en voyageant dans son palais avec toute sa suite et pratiqua les austérités pendant sept jours. Sa femme lui donna un repas de riz au lait et Sirivaddha lui offrit de l'herbe pour son siège. L'arbre sous lequel il obtint l'éveil était un bimbijâla. Il fit son premier sermon à Isipatana. Plus tard, il précha au roi Sañjaya de Tagara et à Sakka qui était le Bodhisatta. Les demi frères du bouddha, Paduma et Pussadéva devinrent ses principaux disciples et Hârita

était le plus éminent parmi ceux qui pratiquaient les dutangas (austérités pratiquées par les bhikkus). L'assistant principal du bouddha était Sunetta, les supérieures des nonnes, Khemâ et Sabbadinnâ. Subhadda et Katisaha étaient ses principaux donateurs et Sâliyâ et Valiyâ pour les femmes. Le corps du bouddha mesurait quatre-vingt coudées de haut et il vécu cent mille ans. Il mourut à Sâlavati, dans le monastère de Kesârâm

19Siddhattho Asamo Loke

Siddhattha, sans-égal dans le monde

Il est né dans la cité de Vebhâra dans le parc d'agrément de Viriya, ses parents s'appelant Udenâ et Suphassâ. On l'appela ainsi parce que à sa naissance toutes les entreprises rencontrèrent le succès. Sa femme s'appelait Sumanâ et son fils Anupama. Il vécu dix mille ans en tant que laïc dans trois palais : Kokâ, Suppalâ et Kokanuda. Il quitta son foyer dans un palanquin en or. Ses ascèses durèrent dix mois et le repas de riz au lait fut offert par une servante brahmine, Sunettâ d'Asadisa. Un gardien nommé Varuna lui donna de l'herbe qu'il répandit au pied d'un arbre kanikâra, sous lequel il réalisa l'éveil. Il fit son premier sermon à Gayâ. Le Bodhisatta était alors un ascète nommé Mangala de Surasena. Ses principaux disciples étaient Samphala et Sumitta pour les moines, ses principales disciples féminins étaient Sîvalâ et Surâmâ parmi les nonnes. Revata était son assistant et ses bienfaiteurs, Suppiya et Samudda parmi les hommes laïcs et Rammâ et Surammâ chez les femmes. Son corps mesurait soixante coudées de long. Siddhatta mourût à l'âge de cent mille ans à Anomârâma dans la cité de Anoma. Son stupa était haut de quatre lieues.

2O
Tisso Varada SamvaroTissa le réservé, dispensateur de dons

Il est né à Khemakadans le parc d'agrément de Anomâ, ses parents s'appelant Janasandha et Padumâ. Il vécu sept mille ans en tant que laïc dans trois palais : Guhâsala, Nâri et Nisabha. Il quitta son foyer monté sur un cheval appelé Sonuttara. Ses ascèses durèrent huit mois et le repas de riz au lait fut offert par la fille de Vîrasetthi de Vîragama. Il réalisa l'état de bouddha sous un arbre asana. Il fit son premier sermon dans le parc de Yasavati à Brahmadeva et Udaya qui plus tard devinrent ses principaux disciples. Samanga était son assistant et ses bienfaiteurs, Sambala et Siri parmi les laïcs et Kisâgotami et Upasenâ chez les femmes. Son corps mesurait soixante coudées de haut et il mourut à l'âge de cent mille ans à Nandârâma dans la cité de Sunandavati.son corps fut incinéré et un stupa fut érigé mesurant trois lieues de haut.


21
Phusso Varada Sambuddho

Phusso l'éveillé, dispensateur de dons

Né à Kâsî dans le jardin de Sirimâ. Son père était un guerrier nommé Jayasena et sa mère Sirimâ. Il vécu comme maître de maison pendant six mille ans dans trois palais : Garula, Hamsa et Suvannabhara. Sa femme s'appelait Kisâgotamî et son fils Ananda. Il renonca à la vie de famille et quitta le foyer sur le dos d'un éléphant. Il pratiqua les austérités pendant six mois, reçu un repas de riz au lait offert par la fille de Setthi, Sirivaddhâ et de l'herbe pour son siège par l'ascète Sirivaddha. Il obtint l'Eveil sous un arbre âmanda. Son corps mesurait cinquante huit coudées de haut. Ses principaux disciples étaient Sukhita et Dhammasena parmi les moines et Câlâ et Upacâlâ parmi les nonnes. Sambhiya était son assistant personnel. Ses principaux donateurs laïcs étaient Dhanañjaya et Visâka chez les hommes, et Padumâ et Nâgâ chez les femmes. En ce temps là, le Bodhisatva était un guerrier nommé Vijitâvî de Arimanda. Ce bouddha vécu pendant quatre-vingt dix mille ans et mourut au monastère de Sonârâma à Kusinagar. Ses reliques furent éparpillées. Ambapâli était sa soeur.


22
Vipassi Ca Anûpamo

Vipassi, le sans-rival

Né à Bandhumatî dans le parc Khema, son pére était un guerrier nommé Bandhuma et sa mère Bandhumatî. Il appartenait à la lignée de Kondañña. Il vécu comme maître de maison pendant huit mille ans dans trois palais : Nanda, Sunanda et Sirimâ. Son corps mesurait quatre-vingt coudées de haut. Sa femme s'appelait Sutanâ et son fils Samavattakkhanda. Il renonca à la vie de famille et quitta le foyer sur un chariot. Il pratiqua les austérités pendant huit mois, reçu un repas de riz au lait offert par la fille de Sudassana-setthi, juste avant son Eveil et de l'herbe pour son siège par un gardien nommé Sujâta. Il obtint l'Eveil sous un arbre patalî. Il fit son premier sermon à Khemamigadâya à son beau frère Khanda et au fils de son ministre, Tissa. Ces derniers devinrent ses principaux disciples parmi les moines et Candâ et Candamittâ parmi les nonnes. Asoka était son assistant personnel. Ses principaux donateurs laïcs étaient Punabbasummitta et Nâga chez les hommes, Sirimâ et Uttarâ chez les femmes. En ce temps là, le Bodhisatva était un roi Nâga nommé Atula. Sumedha vécu pendant quatre-vingt mille ans et mourut à Sumittârâma. Ses reliques furent conservées dans un stupa de sept lieues de hauteur.

On donne trois raisons pour le nom de ce bouddha :

parcequ'il voyait aussi bien de jour que de nuit,
parce qu'il avait des yeux larges,
Parce qu'il voyait les choses clairement aprés analyse.
Vipassi observait l'uposatha une fois tous les sept ans, mais en de telles occasions, le sangha était présente au complet. La construction du Gandhakuti (pavillon parfumé destiné au bouddha) pour Vipassi procura une grande gloire à Mendaka dans l'âge présent. Son nom à l'époque était Avaroja. Aññâkondañña était alors connu sous le nom de Cûlakâla et il offrit neuf fois la première récolte de ses champs au bouddha Vipassi.


23
Sikhî Sabbahito Satthâ

Sikkhî, le guide à l'amour infini

Il est né à Arunavati dans le jardin de Sisabha, son père étant le guerrier Aruna et sa mèrePabhâvati. Il vécut pendant neuf mille ans comme chef de famille dans trois palais : Sucanda, Giri et Vahana, avec sa femme Sabbakâmâ et son fils Atula. Il renonça au monde monté sur un éléphant, pratiqua les austérités pendant huit mois et atteint l'éveil sous un arbre pundarika, recevant un repas de riz au lait par la fille de Piyadassî-setthi de Sudassananigama. L'herbe pour son siège de méditation lui fut donnée par Anomadassî. Il prononça son premier sermon dans le parc de Migâcira prés de Arunavati. Son `miracle des doubles apparences (yamaka pâtihâriya)

eu lieu à Suriyavatî sous un arbre campaka. Le Bodhisatta était Arindama, roi de Paribhuta.

Abhibhu et Sambhava étaient les chefs de ses moines ; Akhilâ et Padumâ pour les nonnes. Khemankara était son assistant principal. Sirivaddha et Canda étaient ses principaux donateurs laïcs masculins et Cittâ et Suguttâ parmi les femmes. Son corps avait soixante coudées de haut et il mourut à l'âge de soixante dix mille ans à Angâ râ ma, où un stupa de trois lieues fut érigé sur ses cendres. Le bouddha Sikhî ne fit la cérémonie du pâtimokkha (récitation des règles pour les moines) qu'une seule fois en six ans.


24
Vessabhû Sukhadâyako

Vessabhû, qui génère la béatitude

Il est né dans le jardin d'agrément de Anoma, son père étant le guerrier Suppatita et sa mère Yasavati. A sa naissance il gronda comme un taureau, un vacarme de triomphe, d'où son nom. Il vécut pendant six mille ans comme chef de famille dans trois palais : Ruci, Suruci et Vaddhana, avec sa femme Sucittâ et son fils Suppabuddha. Il renonça au monde montédans un palanquin en or, pratiqua les austérités pendant six mois et atteint l'éveil sous un arbre sâla, recevant un repas de riz au lait par Sirivaddhanâ de Sucittanigama. L'herbe pour son siège de méditation lui fut donnée par le roi naga Narinda. Il prononça son premier sermon à Anurârâma à ses frères Sona et Uttara qui devinrent les chefs de ses moines et Damâ et Samâlâ pour les nonnes. Upasanta était son assistant principal. Sottikâ et Râmâ furent ses principaux donateurs laïcs masculins et Gotamî et Sirimâ parmi les femmes. Son corps avait soixante coudées de haut et il mourut à l'âge de soixante mille ans à Khemâ râ ma, où ses cendres furent éparpillées. Le Bodhisatta était alors le roi Sudassana de Sarabhavati.

Vessabhu observait l'uposatha (jour de pleine lune) une fois tous les six ans.

    La date/heure actuelle est Sam 17 Nov 2018, 01:56