Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» Présentation!
Hier à 21:27 par Akana

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 20:31 par petit_caillou

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 16:02 par manila

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 15:58 par manila

» Dhammapada
Hier à 15:50 par vaygas

» retraite de trois ans en Bourgogne
Jeu 17 Aoû 2017, 09:52 par Dhagpo33

» Martine BATCHELOR
Dim 13 Aoû 2017, 11:57 par Hild-Rik

» La métamatière et le peuple
Sam 12 Aoû 2017, 13:05 par manila

» Matthieu Ricard - "Point de vue"
Jeu 10 Aoû 2017, 09:25 par Hild-Rik

» Quatre nobles vérités
Mer 09 Aoû 2017, 17:09 par manila

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Lun 07 Aoû 2017, 00:37 par tindzin

» Conseils pour renouer et garder le lien sacré?
Lun 31 Juil 2017, 19:31 par manila

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 25 Juil 2017, 11:30 par manila

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 15:08 par manila

» Presentations
Dim 23 Juil 2017, 15:07 par manila

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Dim 23 Juil 2017, 15:05 par tindzin

» Prensentation
Dim 23 Juil 2017, 14:45 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:40 par petit_caillou

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:34 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:32 par petit_caillou

» Rencontre en cercle inter-tradition
Sam 22 Juil 2017, 16:39 par Pema Gyaltshen

» Stéphane Arguillère
Dim 16 Juil 2017, 17:59 par Hild-Rik

» Etude dans le bouddhisme
Lun 03 Juil 2017, 09:18 par seve

» Totalement perdue..
Jeu 22 Juin 2017, 22:54 par tindzin

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 20 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 19 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Pema Gyaltshen


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92663 messages dans 10777 sujets

Nous avons 4061 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est widzer


L’explorateur des écritures bouddhistes

Partagez
avatar
Invité
Invité

L’explorateur des écritures bouddhistes

Message par Invité le Mer 23 Sep 2015, 22:09

L’explorateur des écritures bouddhistes

PortraitVincent Eltschinger, indianiste.


Image: JEAN-PAUL GUINNARD
Par Patrick Chuard Mis à jour à 09h38
0

0

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?
Le geste calme. La voix posée. La bouche fleurie de mots savants. Un air d’ancien prophète persan en grève de turban. Vincent Eltschinger est tout à fait ce qu’il semble être: un intellectuel pur sucre. Ce chercheur en bouddhisme et en philosophie indienne de 45 ans, docteur de l’Université de Lausanne, vient d’être nommé professeur à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) à Paris. L’aboutissement d’un vieux rêve. Parmi les grands noms qui enseignèrent en ces murs figurent quelques inspirateurs de Vincent Eltschinger.
A commencer par Georges Dumézil: un spécialiste du monde indo-européen, vieillard de 88 ans enfermé dans une bibliothèque babélique, qui confiait un jour à la télévision lire couramment plus de trente langues. Mais «seules les trois premières avaient été difficiles à apprendre». La séquence avait frappé le jeune Vincent, gymnasien à cette époque, ébahi par tant de savoir.
Il pratique le sanskrit
Trois décennies plus tard, le Fribourgeois n’affiche pas le même palmarès. Mais, en plus de quelques langues courantes sous nos contrées, il pratique tout de même le sanskrit (l’ancienne langue de l’Inde), le pali (l’une des premières langues du bouddhisme) et le tibétain.
Il n’en fallait pas moins pour s’attaquer aux textes de Dharmakîrti: un philosophe indien du VIIe siècle auquel Vincent Eltschinger a consacré sa thèse, plusieurs années de recherches, des dizaines d’articles et quelques livres. «J’ai découvert ce philosophe grâce au professeur Tom Tillemans, dès 1993, et ses écrits m’ont frappé. C’était un penseur de la connaissance avec une théorie de la logique extrêmement élaborée, qu’on a parfois comparé à Kant. Contrairement à tout ce que j’imaginais auparavant, l’Inde n’était pas seulement une terre de mythes et de mystiques.»
Comme un explorateur en Himalaya, l’indianiste sonde un territoire de mots écrits et agencés il y a plus de douze siècles. Le trek n’est pas musculaire, mais intellectuel. «Parfois le chemin de compréhension est facile, parfois il faut une semaine entière pour venir à bout de quelques phrases. C’est de la recherche en territoire inconnu.»
Chercheur rattaché à l’Académie autrichienne des sciences, il a aussi donné des cours comme professeur invité, à Vienne, à Budapest, à Leiden ou à Tokyo. Une poignée d’étudiants assistent aux cours. Ils sont plus nombreux quand les matières enseignées sont générales, du genre «Introduction au bouddhisme».
On ne lira pas sous la plume du chercheur des traités de «Bouddhisme pratique en dix leçons» avec une paire de tongs et un cône d’encens offerts en coffret. Vincent Eltschinger s’amuse d’ailleurs beaucoup de la perception du bouddhisme en Occident: «On en fait une philosophie du mieux-être, alors que c’est une religion de la rupture avec le monde.»
Grandi dans un repaire d'artistes Fils d’un verrier d’art de Villars-sur-Glâne (FR), aux portes de Fribourg, Vincent Eltschinger a grandi dans la maison qui abrite l’atelier de son père, un repaire d’artistes. Né quelques décennies plus tôt, ce chercheur en spiritualité serait peut-être devenu dominicain, féru d’exégèse et de théologie. Il en aurait eu l’orgueil intellectuel et l’humilité bienveillante. «J’étais trop séculier pour cela», sourit-il.
Façon pudique d’avouer qu’il aime la vie, la fête, la liberté. Jusqu’en 2011, Vincent Eltschinger s’est arrangé pour ne jamais travailler le matin, fréquentant les bistrots en alternance avec le travail ou la lecture jusqu’aux dernières heures de la nuit. Tout a changé avec la naissance de son fils Simon, conçu avec une agrégée de philosophie et spécialiste de la pensée shivaïte rencontrée à Vienne. «Quand il faut se lever pour un enfant, ça change la vie.»
«Mon travail participe à la construction de notre mémoire collective. La mémoire de l’humanité»
Suivant la théorie bouddhiste des réincarnations, le professeur Eltschinger a sans aucun doute été scribe sumérien, lama tibétain, homme médecine d’une tribu sioux, hibou nocturne, courtisane à Angkor, alchimiste, guerrier kung-fu et brasseur de bière en Flandres. La somme de toutes ces vies correspond aux poils d’une barbe qu’il porte depuis toujours, qu’elle soit ou non à la mode.
La vérité est qu’il ne pratique pas le bouddhisme, comme aucune autre religion. Cet athée revendiqué préfère croire à la fraternité sans frontières, aux pouvoirs de l’intelligence et à la nécessité de chercher. «Mon travail ne signifie peut-être rien pour beaucoup de gens, mais il participe à la construction de notre mémoire collective. La mémoire de l’humanité.»
La recherche est nécessaire et immenses les terrains à défricher. «On ne sait pas ce que Bouddha a dit, assure Vincent Elt­schinger, les premiers écrits datent de deux siècles après sa mort. Et on ne sait même pas comment il s’appelait.» Tout est plus complexe qu’il n’y paraît.
(24 heures)

    La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû 2017, 09:58