Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 10:53 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 10:50 par Karma Döndrup Tsetso

» Dhammapada
Hier à 11:11 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Hier à 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» Puissance du mental
Mer 24 Mai 2017, 10:35 par Vyathita

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 48 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 48 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92324 messages dans 10752 sujets

Nous avons 4046 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Wilfried


Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda

Partagez
avatar
Admin
Administrateur
Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 738
Age : 45
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Informaticien
Disposition de l'Esprit : « Le temps est un grand maître, le malheur, c'est qu'il tue ses élèves. »[Bouddha]
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda

Message par Admin le Sam 20 Mai 2017, 15:18



Milindapañha




LES QUESTIONS DE MILINDA

Extraits du Milindapanha :

Controverse entre Nâgasena, maître bouddhiste et le Roi Bactrien Menandros (Milinda) qui régna au 2ème siècle avant J-C, dans le Nord-Ouest de l'Inde.

Introduction : Les thèmes choisis sont ceux qui reviennent régulièrement sur les listes de discussion bouddhistes : l'individu en tant que soi, la renaissance et le karma. Ce texte présente la vue Theravada (Hinayana) qui réfute un soi ou individu substantiel et autonome, mais qui à la différence des écoles postérieures croit à l'existence réelle des phénomènes.

Les questions de Milinda

Le roi Milinda s'approcha de Nâgasena et, lui ayant adressé les compliments ordinaires, il s'assit à son côté. Nâgasena lui rendit ses politesses, de sorte qu'il lui inspira des dispositions favorables. Alors le roi commença l'entretien

- Comment vous appelle-t-on, Vénérable? Quel est votre nom?

- On m'appelle Nâgasena : c'est ainsi que mes confrères me désignent. Mais, ô roi, bien que les parents donnent à leurs enfants un nom tel que Nâgasena, Sûrasena, Vîrasena, Sîhasena, c'est seulement une appellation, une notion vulgaire une expression courante, un simple nom! : il n'y pas là-dessous d'individu [de soi].

- Ecoutez, vous tous, les cinq cents Yonakas et les quatre-vingt mille moines! Voici Nâgasena qui dit : « Il n'y a pas là-dessous d'individu! » Est-ce possible de l'admettre? Mais, ô vénérable Nâgasena s'il n'y a pas d'individu, qui donc vous donne des robes, des aliments, des logements, des remèdes, des ustensiles, et qui en use? Qui pratique la vertu? Qui se livre à la méditation?Qui réalise 1e Chemin, le Fruit, le Nibbâna ? Qui se livre au meurtre, au vol, à l'impureté, au mensonge, à l'alcool ? Qui commet les cinq péchés ? Il n'y donc ni bien ni mal, pas d'auteur ou d'instigateur des actes salutaires et pernicieux, pas de fruit, pas de maturation des bonnes et des mauvaises actions !

Si, ô Nâgasena, celui qui vous tue n'existe pas, il n'y a donc pas de meurtre! Il n'y a rien chez vous ni maîtres, ni précepteurs, ni ordination!Quand tu dis : « Mes confrères m'appellent Nâgasena quel est ce Nâgasena dont tu parles ? Est-ce les cheveux qui sont Nâgasena ?

- Non, mahârâja.

- Est-ce les poils, les ongles, les dents, la peau, la chair, les tendons, les os, la moelle, les reins, le cœur, le foie, le derme, la rate, les poumons, l'in­testin, le mésentère, les aliments non digérés, les résidus de la digestion, la bile, le phlegme, le pus, le sang, la sueur, la graisse, les larmes, l'huile de la peau, la salive, le mucus nasal, la synovie, l'urine, le cerveau ?

- Non, mahârâja.

- Ou bien, est-ce la forme, la sensation, la perception, les formations, la conscience ?

- Non, mahârâja.

- Est-ce donc la réunion de ces cinq éléments - forme, sensation, perception, formations, conscience?


- Non, mahârâja.

- Est-ce une chose distincte des cinq éléments?

- Non, mahârâja.

-J'ai beau t'interroger : je ne vois pas de Nâga­sena. Qu'est-ce que Nâgasena? Un mot et rien de plus. Ta parole, ô Vénérable, est fausse et mensongère : il n'y a pas de Nâgasena!

- Tu es, roi, délicat comme un prince, très délicat. S'il t'arrive de marcher, à midi, sur la terre chaude, sur le sable brûlant, foulant aux pieds les aspérités du gravier, des tessons et du sable, tes pieds souffrent, ton corps est las, ton âme épuisée, et la conscience de ton corps s'accompagne de malaise... Es-tu venu à pied ou au moyen d'un véhicule ?

- Je ne vais pas à pied, Vénérable, je suis venu en char.

- Puisque tu es venu en char, mahârâja, définis-moi ce char. Est-ce le timon qui est le char?

- Non, Vénérable.

- Est-ce l'essieu, les roues, la caisse de la voiture, le support du dais, le joug, les rênes, l'aiguillon ?

- Non, Vénérable.

- Est-ce donc la réunion de toutes ces choses ?

- Non, Vénérable.

- Est-ce une chose distincte de tout cela ?

- Non, vénérable.

-J'ai beau t'interroger : je ne vois pas de char. Qu'est-ce qu'un char? Un mot et rien de plus. Ta parole, mahârâja, est fausse et mensongère : il n'y a pas de char. Tu es le premier parmi les rois du Jambudîpa : de qui donc as-tu peur pour mentir ainsi ? Écoutez, vous tous, les cinq cents Yonakas et les quatre-vingt mille moines ! Le roi Milinda que voici a dit : « Je suis venu en char. » Or, invité à définir le char, il ne peut prouver l'existence du char.

Peut-on admettre cela?

A ces mots les cinq cents Yonakas acclamèrent Nâgasena et dirent au roi Milinda : « Maintenant, mahârâja, réponds si tu le peux! » Le roi reprit la parole.

- Je ne mens pas, Vénérable : c'est à cause du timon, etc., que se forme l'appellation, la notion commune, l'expression courante, le nom de « char.

- Très bien, mahârâja ! Tu sais ce qu'est le char. De même c'est à cause des cheveux, etc., que se forme l'appellation, la notion commune,

l'expression courante, le nom de « Nâgasena » : mais en réalité il n'y a pas là d'individu. La religieuse Vajirâ l'a dit en présence du Buddha :

"De même que la combinaison des pièces donne lieu au mot "char" ainsi l'existence des khandhas [agrégats] donne lieu à la convention d'être vivant."
.
- Merveilleux, Nâgasena! Admirable, Nâgasena ! Tu as répondu à tous les artifices de ma question. Si le Bouddha était ici il t'applaudirait. Très bien, très bien Nâgasena.

.../...

-Nâgasena, qu'est-ce qui renaît ?

-Le Nom-et-forme.

-Est-ce le présent Nom-et-forme qui renaît?

- Non. Le présent Nom-et-forme accomplit un acte bon ou mauvais; et en conséquence de cet acte un autre Nom-et-forme renaît.

-Si ce n'est pas le même Nom-et-forme qui renaît, le dernier ne se trouve-t-il pas ainsi affranchi des péchés antérieurs?

- S'il n'y avait pas renaissance, il le serait en effet; mais il y a renaissance, c'est pourquoi il ne l'est pas.

- Donne-moi une comparaison.

- Suppose qu'un homme prenne des mangues à un autre. Le propriétaire des mangues le saisit et le mène devant le roi en t'accusant de vol. Si l'accusé répond :"Ce ne sont pas les mangues de cet homme que j'ai emportées : autres les mangues qu'il a plantées, autres celles que j'ai emportées; je n'ai encouru aucune punition", cet homme est-il coupable ?

- Il l'est.

- Pourquoi ?

- Parce que, quoi qu'il en dise, les dernières mangues sont solidaires des premières.

- De même, mahârâja, quand le Nom-et-forme accomplit un acte bon ou mauvais, c'est cet acte qui détermine la renaissance d'un autre Nom-et-forme; on ne peut donc dire que celui-ci soit affranchi des péchés antérieurs.

- Donne-moi une autre comparaison.

- Suppose qu'un homme prenne à un autre du riz ou des cannes à sucre : même raisonnement. Autre exemple : un homme, en hiver, allume du feu dans les champs. Il se chauffe, puis s'en va sans éteindre le feu, qui brûle le champ d'un autre. Le propriétaire du champ le saisit et le mène devant le roi en l'accusant d'avoir incendié son champ. Si l'accusé répond : "Ce n'est pas moi qui ai incendié le champ de cet homme : autre le feu que j'ai laissé sans l'éteindre, autre le feu qui a brûlé son champ; je n'ai encouru aucune punition", cet homme est-il coupable?

- Il l'est.

- Pourquoi ?

- Parce que, quoi qu'il en dise, le dernier feu est solidaire du premier. De même pour le Nom-et-forme.

- Donne-moi une autre comparaison.

- Un homme monte avec un flambeau à l'étage supérieur de sa maison et y prend son repas. Le flambeau met le feu au chaume du toit, le chaume à la maison, la maison au village. Les villageois se saisissent de l'homme : " Pourquoi as-tu incendié le village? - je n'ai pas incendié le village. Autre le feu à la lueur duquel j'ai mangé, autre le feu qui a brûlé le village." Tout en se disputant, ils viennent en ta présence. A qui adjugeras-tu le procès?

- Aux villageois.

- Pourquoi ?

- Parce que, quoi qu'en dise la partie adverse, le feu qui a brûlé le village est sorti de l'autre.

- II en est de même du Nom-et-forme. Sans doute celui qui renaît est autre que celui qui meurt mais il en procède : on ne peut donc dire qu'il soit affranchi des péchés antérieurs.

- Donne-moi une autre comparaison.

- Un homme épouse une enfant, paie la dot et s'en va. La petite grandit, devient nubile : un autre homme la choisit, paie la dot et célèbre ses noces avec elle. Le premier revient et lui reproche d'avoir épousé sa femme : "Je n'ai pas épousé ta femme", dit le second mari; "autre la petite fille que tu as épousée et payée, autre la jeune fille nubile que j'ai épousée et payée." Tout en se disputant, ils comparaissent devant toi.

A qui, mahârâja, adjugeras-tu le procès?

- Au premier.

- Pourquoi ?

- Parce que, quoi qu'en dise l'autre, la jeune fille procède de l'enfant. Il en est de même du Nom-et-forme.

- Donne-moi une autre comparaison.

- Un homme achète d'un vacher un pot de lait: il le lui laisse en dépôt et part, en annonçant qu'il viendra le chercher le lendemain. Le lendemain, le lait s'est changé en caillebottes. L'acheteur revient : "Donne-moi mon pot de lait. » L'autre lui présente des caillebottes. Il proteste "C'est du lait que je t'ai acheté et non des caillebottes!

- C'est que le lait s'est, à ton insu, changé en caillebottes! " Tout en se disputant ils comparaissent
devant toi : à qui, maharaja, adjugeras-tu le procès ?

- Au vacher.

- Pourquoi ?

- Parce que, quoi qu'en dise l'autre, les caillebottes procèdent du lait.

- II en est de même du Nom-et-forme.



Texte intégral !
Les antécédents Pubbayoga
Traduit du pali par Louis FINOT (1864-1935)
Directeur de l'École française d'Extrême
Orient et professeur au Collège de France
http://www.lesquestionsdemilinda.org/


_________________
«Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas.»[ Bouddha ]

    La date/heure actuelle est Ven 26 Mai 2017, 13:21