Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Pourquoi je suis ici
Hier à 22:24 par Vyathita

» Toc Toc Toc
Hier à 19:02 par michael19711

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 19:01 par indian

» Appel à l'aide au sujet d'un soutra
Hier à 18:06 par levitrailleur

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Hier à 08:37 par Mila

» Préoccupation sur la situation sociale en France
Mer 12 Déc 2018, 13:32 par indian

» MATRUL Rinpoché à Bruxelles décembre 2018
Mar 11 Déc 2018, 16:15 par Pema Gyaltshen

» Sauvetage d'un éléphanteau au Kerala en Inde
Lun 10 Déc 2018, 14:54 par Mila

» Atelier de méditation « Joie de Vivre I »
Lun 10 Déc 2018, 00:11 par Tergar Bruxelles

» L’importance de l’amour dans le bouddhisme
Dim 09 Déc 2018, 11:05 par Disciple laïc

» Noorung le chien vagabond
Dim 09 Déc 2018, 07:50 par Disciple laïc

» Soutra de Celui qui Connaît l’Art de Vivre Seul
Ven 07 Déc 2018, 14:30 par Disciple laïc

» Sutra de la Voie du Milieu - sur la Vue Juste
Jeu 06 Déc 2018, 19:49 par Disciple laïc

» Le Bouddha a-il vraiment besoin qu’on lui offre de l’encens ?
Mer 05 Déc 2018, 16:15 par indian

» Discours sur l’Enseignement donné aux Malades
Mer 05 Déc 2018, 14:56 par Mila

» L’Enseignement au disciple vêtu de blanc (les laïcs)
Mer 05 Déc 2018, 14:48 par Mila

» Le Discours d’Anuradha
Lun 03 Déc 2018, 22:49 par Disciple laïc

» Le Discours sur la jeunesse et le bonheur
Lun 03 Déc 2018, 22:21 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Lun 03 Déc 2018, 10:04 par Disciple laïc

» Le Discours sur les Huit Réalisations des Grands Êtres
Dim 02 Déc 2018, 22:40 par Disciple laïc

» Le Discours d’Anuradha
Dim 02 Déc 2018, 15:42 par Disciple laïc

» Le Discours sur la Prise de Refuge en Soi-même
Dim 02 Déc 2018, 15:32 par Disciple laïc

» L’approche spirituelle chez les éclaireurs et éclaireuses de la nature
Dim 02 Déc 2018, 10:31 par Disciple laïc

» Présentation
Sam 01 Déc 2018, 13:52 par mabou

» Aoyama Roshi à la Demeure sans limites
Lun 26 Nov 2018, 18:25 par Disciple laïc

» Bouddhisme et animisme au Laos
Jeu 22 Nov 2018, 14:23 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Lun 19 Nov 2018, 21:15 par Akana

» Rencontre en cercle inter-tradition
Lun 19 Nov 2018, 11:51 par Mila

» Quand le corps, l'esprit et l'instrument font un .
Dim 18 Nov 2018, 12:36 par Mila

»  Pour protéger les forêts de Thaïlande , des arbres sont ordonnés moines
Dim 18 Nov 2018, 11:30 par Mila

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Dim 18 Nov 2018, 11:12 par Mila

» Réouverture du site RIMAY
Sam 17 Nov 2018, 22:38 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Sam 17 Nov 2018, 15:28 par Mila

» Bon 80 ème anniversaire Cher Dalaï Lama !
Sam 17 Nov 2018, 10:03 par Karma Trindal

» La pratique du sommeil
Ven 16 Nov 2018, 20:19 par Mila

» Pratiquer le Dharma aujourd'hui: Mindfulness Association Belgium
Ven 16 Nov 2018, 14:16 par Karma Trindal

» présentation d'oupa
Ven 16 Nov 2018, 13:59 par Karma Trindal

» Nouvelle arrivée
Ven 16 Nov 2018, 13:58 par Karma Trindal

» Je pousse la porte...
Ven 16 Nov 2018, 13:55 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 13:42 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Ven 16 Nov 2018, 13:41 par Karma Trindal

» Un grand bonjour pour vous !
Ven 16 Nov 2018, 12:55 par Karma Trindal

» Présentations
Ven 16 Nov 2018, 12:50 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 12:49 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoché à Paldenshangpa La Boulaye , décembre 2018
Ven 16 Nov 2018, 12:43 par Karma Trindal

» Namasté à tous
Ven 16 Nov 2018, 12:23 par Karma Trindal

» Paroles d'animaux
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par Mila

» Ripa International Center
Mer 07 Nov 2018, 09:05 par Mila

» Les prières du Bardo.
Mar 06 Nov 2018, 22:29 par Ortho

» Méditation : comment elle modifie le cerveau
Lun 05 Nov 2018, 22:47 par tindzin

» Quelle place et quel sens donner à la vie monacale ?
Dim 04 Nov 2018, 11:01 par Disciple laïc

» Illusion ou censure ?
Jeu 01 Nov 2018, 09:57 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 30 Oct 2018, 20:56 par Pema Gyaltshen

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Sam 27 Oct 2018, 09:22 par Jean-François

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , décembre 2018
Ven 26 Oct 2018, 17:50 par Mila

» Qu'est devenu Larung Gar ?
Ven 26 Oct 2018, 12:08 par Mila

» Le tibétain?
Jeu 25 Oct 2018, 20:06 par Mila

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Mer 24 Oct 2018, 14:28 par Mila

» DREPUNG GOMANG MONASTERY TOUR 2018
Mer 24 Oct 2018, 13:09 par Ortho

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Mar 23 Oct 2018, 10:28 par Pema Gyaltshen

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 et 2/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 28 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97989 messages dans 11282 sujets

Nous avons 4266 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est antoguerre

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7496)
 
Karma Trindal (6916)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2445)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Discours sur les 4 sortes de nourritures

Partagez
avatar
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1096
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Discours sur les 4 sortes de nourritures

Message par Disciple laïc le Mar 20 Fév 2018, 12:18

Le Discours sur les Quatre Sortes de Nourriture (Sutra de « la chair de l’enfant ») 


Voici ce que j’ai entendu un jour quand le Bouddha était au monastère d’Anatapindika, dans le parc de Jeta, près de la ville de Sravasti. 



Ce jour-là, le Bouddha dit aux moines : « Il y a quatre sortes de nourriture qui permettent aux êtres vivants de se développer et d’entretenir la vie. Quels sont ces quatre nutriments ?



"Le premier est la nourriture comestible, le second est la nourriture des impressions sensorielles, le troisième est la nourriture de la volition, le quatrième est la nourriture de la conscience. 



« Bhikkhus, comment un pratiquant devrait-il considérer la nourriture comestible ? Imaginez un jeune couple avec un jeune bébé, un garçon dont ils prennent soin et qu’ils élèvent avec tout leur amour. Un jour, ils décident d’amener leur fils dans un autre pays pour y vivre. Ils doivent traverser les difficultés et les dangers d’un désert. Au cours de leur voyage, ils se trouvent à court de provisions et souffrent extrêmement de la faim. Il n’y a pas d’issue pour eux, et ils envisagent le plan suivant : « Nous n’avons que notre fils, que nous aimons de tout notre cœur ; si nous mangeons sa chair, nous pourrons survivre et arriverons à surmonter cette situation dangereuse ; si nous ne mangeons pas sa chair, nous allons mourir tous les trois ». Apres cette discussion, ils choisissent de tuer leur fils. Répandant des larmes de douleur et grinçant des dents, ils mangent la chair de leur fils, juste assez pour se maintenir en vie et sortir du désert. 



Le Bouddha demanda : 



« Pensez-vous que ce couple mangea la chair de leur fils parce qu’ils voulaient se réjouir de son goût et parce qu’ils voulaient que leur corps aie les nutriments qui le rendraient plus beau ? » 



Les moines répondirent : « Non, vénérable Bouddha. » 



Le Bouddha demanda : « Est-ce que ce couple se forçait à manger la chair de leur fils de façon à survivre et à échapper aux dangers du désert ? » 



Les moines répondirent : « Oui, vénérable Bouddha ». 



Le Bouddha enseigna : « Moines, chaque fois que nous ingérons de la nourriture comestible, nous devrions nous entraîner à la regarder comme la chair de notre fils. Si nous méditons dessus de cette façon, nous aurons une vision claire et profonde ainsi que la compréhension permettant de mettre fin aux perceptions erronées au sujet de la nourriture comestible ; alors, notre attachement au plaisir des sens pourra se dissoudre. Une fois que notre attachement au plaisir des sens est transformé, il n’y a plus aucune formation interne concernant les cinq objets de plaisir sensuel dans le noble disciple qui s’applique à l’entraînement et à la pratique. Tant que les formations internes nous attachent encore, nous continuerons à revenir dans ce monde. 



Comment le pratiquant devrait-il méditer sur la nourriture des impressions sensorielles ? » Imaginez une vache qui a perdu sa peau. Où qu’elle aille, les insectes et les asticots qui vivent dans la terre, dans la poussière, et dans la végétation, s’attachent à la vache et lui sucent le sang. Si la vache s’allonge sur la terre, les asticots dans la terre vont s’attacher à elle et se nourrir d’elle. Qu’elle s’allonge ou se tienne debout, la vache va être irritée et souffrira de la douleur. Quand vous ingérez la nourriture des impressions sensorielles, vous devriez pratiquer pour les voir sous cet éclairage ; vous aurez la vision profonde et la compréhension qui mettront fin aux perceptions erronées concernant la nourriture des impressions sensorielles. Quand vous aurez cette vision profonde, vous ne serez plus attaché par les trois sortes de sensations [plaisant, déplaisant, neutre]. Quand il n’est plus attaché aux trois sortes de sensations, le noble disciple n’a plus besoin de faire d’efforts, car tout ce qui devait être fait a déjà été fait.



Comment le pratiquant devrait-il méditer sur la nourriture de la volition ? Imaginez qu’il y ait un village, ou une grande ville, prés d’un puits de charbon ardent. Il n’y a plus de fumée, seules les braises rougeoyantes. Maintenant, il y a un homme intelligent, avec suffisamment de sagesse, qui ne veut pas souffrir, qui ne veut que le bonheur et la paix. Il ne veut pas mourir. Il pense : « Par là-bas, la chaleur est très grande ; bien qu’il n’y ait pas de fumée et qu’il n’y ait pas de flammes, si je dois aller dans ce puits, il n’y a aucun doute que je mourrai ». Sachant cela, il est déterminé à quitter cette grande ville, ou ce village, et à aller ailleurs. Le pratiquant devrait méditer ainsi sur la nourriture de la volition. Méditant ainsi, il aura la vision profonde et la compréhension qui mettent fin aux perceptions erronées concernant la nourriture de la volition. Quand il arrive à cette compréhension, les trois sortes de désirs sont achevées. Quand ces trois désirs sont achevés, le noble disciple qui s’entraîne et pratique n’aura plus de travail à faire, parce que tout ce qui devait être fait a déjà été fait. 



Comment le pratiquant devrait-il méditer sur la nourriture de la conscience ? Imaginez que les soldats du roi aient arrêté un criminel. Ils l’attachent et l’amènent devant le roi. Parce qu’il a commis des vols, il est puni par des gens qui percent son corps avec trois cent couteaux. Il est assailli par la peur et par la douleur jour et nuit. Le pratiquant devrait regarder la nourriture de la conscience sous cet éclairage. S’il le fait, il aura la vision profonde et la compréhension qui mettent fin aux perceptions erronées concernant la nourriture de la conscience. Quand il a cette compréhension concernant la nourriture de la conscience, le noble pratiquant qui s’entraîne et pratique n’aura plus a faire d’effort, car tout ce qui devait être réalisé a déjà été réalisé. Quand le Bouddha eut parlé ainsi, les moines furent très heureux de mettre les enseignements en pratique. 

Samyukta Agama, Sutra 373


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Invité
Invité

Re: Discours sur les 4 sortes de nourritures

Message par Invité le Mer 21 Fév 2018, 13:15

Et bé , si ceci était le seul enseignement du Bouddha, je ne serais pas bouddhiste , je n'aurais même pas écouté jusqu'au bout . 

Je comprends vaguement ce qu'il dit de la nourriture comestible ....l'idée de respecter ce qu'on mange , ne pas manger pour le plaisir mais pour se nourrir . ....en lisant , j'imaginais quand même une autre sortie , qu'un des parents se sacrifierait pour l'enfant et l'autre parent qui prendrait soin de l'enfant . ( comme le Bouddha qui s'était tranché un morceau de cuisse pour nourrir une tigresse affamée)

Pour la nourriture de la conscience ...ce qu'on croit qui fera notre bonheur (l'objet volé) fait finalement notre malheur ( le courroux des juges et des bourreaux ) 

Disons qu'il faut être déjà disciple du Bouddha pour essayer de comprendre . Smile
avatar
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1096
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Discours sur les 4 sortes de nourritures

Message par Disciple laïc le Mer 21 Fév 2018, 14:19

L'histoire sur les parents qui mangent leur enfant faisait partie d'un enseignement que j'ai lu il y a quelques années, un enseignement de Thich Nhat Hanh sur la colère, un des tout premiers que j'ai lu de lui. C'est après avoir lu cet enseignement que je suis devenu végétarien, rapidement, je n'ai pas changé de régime depuis. 


Il est évident qu'on ne peut pas commencé a étudier le Dharma (surtout en solitaire), avec n'importe quel texte. C'est pour cela qu'il y a des maîtres, des enseignants laïcs et une progression dans la compréhension. Actuellement je lis et comprends des textes qui me seraient paru totalement confus il y a 3 ans. 


De plus, à qui s'adresse t-il ici ? A des moines, donc a des gens davantage susceptibles d'entendre des paroles plus directes. Ce que l'on dit à des laïcs et ce que l'on attend d'eux n'est pas la même chose que ce que l'on dit à des moines. 


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Karma Trindal
Fondatrice
Fondatrice

Féminin
Nombre de messages : 6916
Age : 38
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Re: Discours sur les 4 sortes de nourritures

Message par Karma Trindal le Jeu 22 Fév 2018, 11:19

manila a écrit:. ....en lisant , j'imaginais quand même une autre sortie , qu'un des parents se sacrifierait pour l'enfant et l'autre parent qui prendrait soin de l'enfant . ( comme le Bouddha qui s'était tranché un morceau de cuisse pour nourrir une tigresse affamée)

Moi aussi. Wink


_________________


Contenu sponsorisé

Re: Discours sur les 4 sortes de nourritures

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 15 Déc 2018, 00:33