Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Hier à 11:51 par Mila

» Paroles d'animaux
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par Mila

» Bouddhisme et christianisme
Jeu 08 Nov 2018, 16:33 par Ortho

» Ripa International Center
Mer 07 Nov 2018, 09:05 par Mila

» Les prières du Bardo.
Mar 06 Nov 2018, 22:29 par Ortho

» Des arbres , pour l'Arbre .
Mar 06 Nov 2018, 07:56 par Abhradan

» Méditation : comment elle modifie le cerveau
Lun 05 Nov 2018, 22:47 par tindzin

» Quelle place et quel sens donner à la vie monacale ?
Dim 04 Nov 2018, 11:01 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Jeu 01 Nov 2018, 09:58 par Pema Gyaltshen

» Illusion ou censure ?
Jeu 01 Nov 2018, 09:57 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 30 Oct 2018, 20:56 par Pema Gyaltshen

» Bon 80 ème anniversaire Cher Dalaï Lama !
Sam 27 Oct 2018, 23:35 par tindzin

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Sam 27 Oct 2018, 09:22 par Jean-François

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , du 6 au 13 décembre 2018
Ven 26 Oct 2018, 17:50 par Mila

» Qu'est devenu Larung Gar ?
Ven 26 Oct 2018, 12:08 par Mila

» Le tibétain?
Jeu 25 Oct 2018, 20:06 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Jeu 25 Oct 2018, 12:56 par Mila

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Mer 24 Oct 2018, 14:28 par Mila

» DREPUNG GOMANG MONASTERY TOUR 2018
Mer 24 Oct 2018, 13:09 par Ortho

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Mar 23 Oct 2018, 10:28 par Pema Gyaltshen

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 et 2/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Sam 20 Oct 2018, 19:45 par Mila

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

» Trinh Xuan Thuan publie La plénitude du vide
Ven 12 Oct 2018, 12:22 par Disciple laïc

» Rencontre des deux Karmapa en France
Ven 12 Oct 2018, 09:54 par Abhradan

» Anniversaire du Vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 12 Oct 2018, 09:52 par Mila

» Quand chante Milarépa
Jeu 11 Oct 2018, 10:19 par Mila

»  INSTRUCTIONS POUR LA MÉDITATION EN MARCHE
Jeu 11 Oct 2018, 08:46 par Disciple laïc

» Compréhension intellectuelle et expérience du dharma
Mer 10 Oct 2018, 17:53 par Disciple laïc

» L'illusion de l'égo
Mer 10 Oct 2018, 08:56 par Disciple laïc

» Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh
Mer 10 Oct 2018, 08:41 par Disciple laïc

» Bonsoir je me présente
Lun 08 Oct 2018, 20:46 par Mila

» La rencontre sereine avec la réalité - Qu'est ce que la réalité ?
Lun 08 Oct 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Vache et baballe
Dim 07 Oct 2018, 18:14 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 07 Oct 2018, 18:12 par Disciple laïc

» L’attention, fondement de la pratique du satipatthana sutta
Dim 07 Oct 2018, 10:18 par Disciple laïc

» La permaculture , une philosophie de vie .
Dim 07 Oct 2018, 00:29 par Mila

» 2 sutras ou Mara suggère à des bhikkouni qu'elles sont faites et contrôlées par un être supérieur
Ven 05 Oct 2018, 16:48 par Disciple laïc

» Mara, Samsara, et Identité
Ven 05 Oct 2018, 16:29 par Disciple laïc

» 2 sutras ou le Bouddha prophétise les "menaces futures"
Ven 05 Oct 2018, 16:18 par Disciple laïc

» Christianisme et bouddhisme
Ven 05 Oct 2018, 11:36 par Disciple laïc

» Un monument en homme aux animaux de guerre
Jeu 04 Oct 2018, 13:12 par Mila

» Communication humain-animaux par le chant , une tradition scandinave pour rassembler les troupeaux .
Mer 03 Oct 2018, 10:53 par Mila

» AN 4.193 Bhaddiya Sutta — Discours à Bhaddiya —
Mer 03 Oct 2018, 08:03 par Disciple laïc

»  4 octobre 2018 , journée mondiale des animaux .
Mar 02 Oct 2018, 16:21 par Mila

» Le bouddhisme, une religion tolérante ?
Mar 02 Oct 2018, 13:22 par indian

» décès de Namkhai Norbu
Mar 02 Oct 2018, 10:53 par Mila

» La liberté de pensée
Lun 01 Oct 2018, 18:41 par indian

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Lun 01 Oct 2018, 16:21 par indian

» LeDernierLoup
Lun 01 Oct 2018, 13:18 par indian

» Introduction au bouddhisme d’un point de vue islamique
Lun 01 Oct 2018, 13:13 par indian

» Sentiment & Mort
Lun 01 Oct 2018, 10:58 par Mila

» Comment transmettre au monde contemporain la sagesse du Bouddha
Dim 30 Sep 2018, 22:02 par Disciple laïc

» Seven Wonders of the Buddhist World
Dim 30 Sep 2018, 10:16 par Mila

» VELUDVAREYYA-SUTTA
Sam 29 Sep 2018, 09:45 par Disciple laïc

» L'univers dans un grain de poussière - par le vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 28 Sep 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et Science: La méditation pour guérir: la science s'en mêle
Ven 28 Sep 2018, 20:33 par indian

» Dilgo Khyentsé Rimpoché
Ven 28 Sep 2018, 19:06 par Pema Gyaltshen

» Liste des Bouddhas et Bodhisattvas féminines
Ven 28 Sep 2018, 14:40 par Mila

» Le "crime" d'être homosexuel dans le monde
Jeu 27 Sep 2018, 15:55 par indian

» Sagesse Ou || Non
Jeu 27 Sep 2018, 15:09 par LeDerrnierLoup

» Deux niveaux de lecture
Jeu 27 Sep 2018, 13:58 par indian

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97724 messages dans 11251 sujets

Nous avons 4254 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Paul04

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7490)
 
Karma Trindal (6896)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2418)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


Le mouvement est la vie

Partagez
avatar
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1063
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Le mouvement est la vie

Message par Disciple laïc le Ven 07 Sep 2018, 22:06



Hazrat Inayat Khan (1882 – 1927) est le fondateur du « soufismeuniversel », un mouvement spirituel basé sur l’unité de tous les peuples et de toutes les religions. Venu du Nord de l’Inde en Occident en tant que musicien, incité par son maître à harmoniser l'Orient et l'Occident par sa musique, il se tourne rapidement vers l’introduction et la transmission de la pensée et des pratiques soufies en Occident. Son message d’unité divine se concentre sur les thèmes de l’amour, l’harmonie et la beauté. Diverses branches du mouvement d’Inayat Khan sont présentes aujourd’hui en Allemagne, en Angleterre, en Australie, au Canada, aux États-Unis, en France, aux Pays-Bas et en Russie. Dans ses écrits tels que La Musique de la Vie et Le Mysticisme du Son et de la Musique, Inayat Khan couple sa passion pour la musique avec son parcours soufi, formulant ainsi un éloquent manifeste de la musique en tant que fil harmonieux de l’Univers.

Ce qui est écrit entre parenthèse après astérisque sont des commentaires personnels. J'ai aussi mis en italique et souligné des passage qui méritent selon moi réflexion. 

LE MOUVEMENT EST LA VIE

La Santé

Chapitre 3



Le mouvement est la vie et l'immobilité est la mort; car il y a, dans le mouvement, la signification de la vie, et dans l'immobilité, nous voyons le signe de la mort. On pourrait demander, en le considérant d'un point de vue métaphysique, s'il existe une immobilité quelconque. Non, mais c'est ce que nous appelons «non-mouvement», ou du moins pas de mouvement qui nous soit perceptible sous une forme quelconque, que ce soit visible ou audible ou sous la forme de sensation ou de vibration. C'est le mouvement qui ne nous est pas perceptible que nous appelons immobilité; nous n'utilisons le mot vie qu'en rapport avec l'existence perceptible, que nous percevons grâce à son mouvement. Dès lors, en ce qui concerne notre santé physique, le mouvement est la chose principale, la régulation du mouvement, de son rythme dans la pulsation et la circulation du sang. On peut retrouver toute cause de mort et de déclin dans le manque de mouvement. On peut retrouver tous les divers aspects de maladie dans la congestion.


Toute dégénérescence est provoquée par la congestion, et la congestion est causée par le manque de mouvement. Il y a des endroits du corps où les vaisseaux, les nerfs, adhèrent à la peau, et où il n'y a pas de libre circulation. De là proviennent toutes les maladies. Des maladies externes de ce genre sont appelées maladies de peau; quand cela se produit à l'intérieur, cela se manifeste sous la forme d'une certaine douleur.


Un médecin peut nous apporter un millier de différentes raisons comme étant la cause de diverses maladies, mais finalement la cause unique et principale de chaque maladie et de toutes les maladies est le manque de mouvement, qui, en fait, est le manque de vie. Ce mécanisme du corps est fait pour travailler suivant un certain rythme et est maintenu par un mouvement rythmique perpétuel. Le centre de ce courant perpétuel de vie est le souffle. *Les divers remèdes que l'homme a trouvés à toutes les époques apportent souvent un soulagement sur le moment à ceux qui souffrent, mais ils ne sont pas toujours guéris, car la cause de la maladie reste inexplorée. A l'arrière-plan de toute maladie, il y a quelque manière de vivre irrégulière, non naturelle, dans l'alimentation, la boisson, l'action ou le repos.


*l'univers est une souffle, big-bang, big-crush. Vie mort, mort vie, ni commencement ni fin. L'attention sur le souffle est la forme de méditation qui aurait entamé le chemin vers la Réalisation du Bouddha au pied de l'arbre de la Bodhi.


La mort est un changement qui provient de l'incapacité du corps à retenir ce que nous appelons l'âme. Le corps a une certaine somme de magnétisme, qui est le signe de son parfait état de marche.


Lorsque, en raison de la maladie, le corps, ou soudainement ou graduellement, a perdu ce magnétisme qui lui permet de retenir l'âme, celui-ci relâche, pour ainsi dire, dans son impuissance, sa prise sur quelque chose qu'il tenait; et c'est cette perte d’emprise que nous connaissons comme étant la mort. Habituellement il s'agit d'un processus progressif. Une douleur légère, une petite maladie, un léger malaise, se manifestent d'abord - on n'y fait même pas attention - cela avec le temps se développe pour devenir une maladie. Très souvent les maladies sont entretenues par les malades qui ne savent pas qu'ils les maintiennent, seulement par l'ignorance de leur condition, par leur négligence d'eux-mêmes. Il y a un plus grand nombre de malades qui laissent le médecin étudier leur état. Ils ne savent pas ce qu'ils ont, du début à la fin de la maladie. De même que dans les temps anciens, les simples croyants se fiaient au prêtre pour les envoyer au ciel ou à l'autre endroit, ainsi aujourd'hui le malade s'abandonne aux mains du docteur. Quiconque doué d'une observation pénétrante peut-il imaginer qu'il y ait quelqu'un d'autre que lui-même qui puisse en connaître davantage sur lui que lui-même, s'il désire se connaître? Est-ce une faute? Non, c'est une habitude. C'est une forme de négligence de soi de ne pas penser soi-même à son propre état et de vouloir que le médecin vous dise ce qui ne va pas. La douleur est en soi-même, on peut être le meilleur juge de sa propre vie; c'est bien soi qui peut découvrir la cause à l'arrière-plan de sa maladie, parce que l'on connaît mieux sa propre vie.


D’innombrables êtres aujourd'hui vivent de la sorte, ignorant leur propre condition de vie, et dépendent de quelqu'un qui a étudié la science extérieurement. Même le médecin ne peut aider quelqu'un efficacement si celui-ci ne connaît pas clairement sa condition. C'est la connaissance claire que quelqu'un a de sa propre affection qui lui permet de donner au médecin une idée correcte. Dans l'étoffe où il y a un petit trou, si on n'y prend pas garde, cela va facilement se déchirer et devenir un grand trou. Il en est ainsi de la santé. S'il y a quelque chose qui en elle est un peu déréglé, on le néglige, absorbé dans la vie telle qu'elle est, et ainsi on lui permet de s'aggraver chaque jour, rendant par là plus proche la mort qui autrement pourrait être évitée.


A la question: «Mais est-il nécessaire de penser à notre corps et à notre état de santé?», on répondra oui, pourvu que nous ne soyons pas obsédés de nous-mêmes**. Si l'on doit tellement penser à sa santé que l'on en devienne obsédé, c'est travailler contre soi-même. C'est certainement faux, parce que cela ne peut nous aider.


** : la voie du milieu, ni obsédé ni négligeant. Tous les dharma sont interdépendants.



Si l'on se prend en pitié en disant: «Oh, que je suis malade, et comme c'est épouvantable! Ne serais-je plus jamais bien?»; alors l'impression devient une sorte d'aliment pour le feu et l'on nourrit sa maladie à force d'y penser.


Mais si, d'un autre côté, on devient si négligent de soi que l'on se dise: «Oh, ça ne fait rien, ce n'est après tout qu'une illusion», on ne sera pas capable de conserver cette pensée quand la douleur augmentera. Il est aussi nécessaire de prendre soin de soi que de ne plus penser à sa maladie.


Car une maladie s'approche d'une personne en cachette, comme un voleur entre dans une maison, sans bruit. Il agit à l'insu de ses habitants et leur dérobe leurs meilleurs trésors. Ce n'est pas une mauvaise chose que de monter la garde contre la maladie, pourvu qu'on ne la contemple pas tout le temps.


On pourrait demander: «Est-ce que cela vaut la peine d'être vivant? Pourquoi ne devrions-nous pas en finir avec cette vie? Qu'est-elle, après tout?», mais ceci est une pensée anormale. Une personne avec un corps et un mental sains ne pensera pas ainsi.


Quand cette pensée anormale se développe, elle aboutit à la folie, qui fait que bien des gens se suicident. Le désir naturel de toute âme est d'avoir envie de vivre, de désirer une vie en pleine santé, et de réaliser le meilleur de sa propre venue en ce monde. ***


*** : l'aspiration de tout être humain au bonheur. Tous les dharmas sont interdépendants.


Ni Dieu ni l'âme ne se réjouissent du désir de la mort, car la mort n'appartient pas à l'âme. C'est une sorte de trouble, une révolte qui surgit dans le mental de quelqu'un, pour qu'il dise: «Je préfère la mort à la vie.» Avoir un désir de vivre, et malgré tout vivre une vie de souffrance, n'est pas non plus une chose raisonnable. Et si la sagesse a un sens, on ne doit épargner aucun effort pour atteindre le bon état de santé.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 

    La date/heure actuelle est Mar 13 Nov 2018, 06:01