Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 08:40 par vaygas

» Dhammapada
Aujourd'hui à 08:38 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 08:00 par Karma Döndrup Tsetso

» retraite de trois ans en Bourgogne
Hier à 09:52 par Dhagpo33

» Martine BATCHELOR
Dim 13 Aoû 2017, 11:57 par Hild-Rik

» La métamatière et le peuple
Sam 12 Aoû 2017, 13:05 par manila

» Matthieu Ricard - "Point de vue"
Jeu 10 Aoû 2017, 09:25 par Hild-Rik

» Quatre nobles vérités
Mer 09 Aoû 2017, 17:09 par manila

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Lun 07 Aoû 2017, 00:37 par tindzin

» Conseils pour renouer et garder le lien sacré?
Lun 31 Juil 2017, 19:31 par manila

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 25 Juil 2017, 11:30 par manila

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 15:08 par manila

» Presentations
Dim 23 Juil 2017, 15:07 par manila

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Dim 23 Juil 2017, 15:05 par tindzin

» Prensentation
Dim 23 Juil 2017, 14:45 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:40 par petit_caillou

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:34 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:32 par petit_caillou

» Rencontre en cercle inter-tradition
Sam 22 Juil 2017, 16:39 par Pema Gyaltshen

» Stéphane Arguillère
Dim 16 Juil 2017, 17:59 par Hild-Rik

» Etude dans le bouddhisme
Lun 03 Juil 2017, 09:18 par seve

» Totalement perdue..
Jeu 22 Juin 2017, 22:54 par tindzin

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Jeu 25 Mai 2017, 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 42 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 40 Invités :: 1 Moteur de recherche

Karma Döndrup Tsetso, vaygas


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92652 messages dans 10777 sujets

Nous avons 4060 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Sacados


Empathie...réflexions...

Partagez
avatar
soleilamethyste
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Féminin
Nombre de messages : 384
Age : 61
Contrée : Liège/Belgique
Arts & métiers : assistante sociale/ thérapeute
Disposition de l'Esprit : Travail sur soi
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 10/09/2007

Empathie...réflexions...

Message par soleilamethyste le Ven 12 Oct 2007, 05:42

Etre compris!...Oui , voilà sans doute un des plus merveilleux cadeau...car en étant comprise, je me sens incluse...et qu'est ce qui fait que je me sens comprise?
Car Etre compris est un concept très large et arriver à le préciser va donc participer à ma recherche de bonheur...

Pour parler d'empathie, il existe bien des définitions et ambiguïtés.
Je citerais l'article de réflexion suivant qui apporte un peu d'eau au moulin. Il s'adresse tant aux professionnels de l'aide qu'à toutes et tous en apportant un éclairage un peu différent, il a le mérite de poser les bonnes questions d'autonomie de chacun!
Bonne lecture!


"Le dictionnaire "Le petit Robert" sur empathie dit: de en- "dedans" et -pathie "ce qu'on éprouve"

en- Élément, du latin in- et im-, de in « dans », servant, avec le radical substantif qu'il précède, à la formation de verbes composés (devient em- devant b, m, p) : emboîter, emmancher, emprisonner, enterrer.

-pathie, -pathique, -pathe Groupes suffixaux, du grec -patheia, -pathês, de pathos « ce qu'on éprouve » : antipathie, apathique, névropathe.

Philosophie, psychologie: Faculté de s'identifier à quelqu'un, de ressentir ce qu'il ressent.

Définition du dictionnaire de psychologie Doron-Parot (Puf):
Selon Carl Rogers: L'empathie consiste à saisir avec autant d'exactitude que possible, les références internes et les composantes émotionnelles d'une autre personne et à les comprendre comme si l'on était cette autre personne

(Naturellement nous prendrons soin de ne pas résumer tout le travail remarquable de Carl Rogers sur la communication à cette simple phrase. Mais c'est justement ce point qui est source d'ambiguïté: "comme si l'on était cette autre personne").

Ambiguïté
L'empathie est prônée par de nombreux spécialistes de l'aide et de la communication. Pourtant, dans le même temps, ces mêmes professionnels de la communication invitent souvent à trouver la bonne distance, à ne pas trop s'impliquer, à ne pas mettre d'affectivité.

Ceci nous donne un ensemble d'informations ambiguës car contradictoires:

Se mettre à la place de l'autre génère forcément de l'affectivité!
Garder ses distances conduit forcément à ne pas comprendre l'autre.

Cela produit des discours maladroits où l'on entend qu'il faut comprendre, écouter, humaniser (car on sent bien qu'il est urgent de progresser sur ce point) mais en même temps qu'il faut ne pas trop s'investir et garder ses distances (car il faut aussi prendre soin de soi, éviter le stress, l'attachement)

Tout cela est un peu vrai.. et aussi, en même temps, très faux. Il s'agit de concepts mal précisés. Même de nombreux professionnels s'y embrouillent. Ils en ont certainement l'intuition mais cela reste confus et les ballotte dans une oscillation entre trop et trop peu

Pour vraiment comprendre l'autre
L'illusion du miroir
Écouter l'autre pour se mettre à sa place (tout en restant soi-même) est un leurre. Se mettre à la place de l'autre, ne peut permettre de le comprendre.

Cela fait penser à Narcisse qui, voyant son image se refléter dans la fontaine, croit voir une autre personne et en tombe amoureux. Puis, dans sa stupéfaction il en oublie même de boire et meurt de soif devant sa fontaine. Il fut alors transformé en la fleur "Narcisse" dont l'étymologie nous ramène au grec narké qui a donné narcose. La fleur était reconnue comme pouvant endormir même les divinités (Dictionnaire Larousse de la mythologie grecque et romaine de Joël Schmidt)

Celui qui s'adonne à l'empathie ne fait que du narcissisme relationnel. Croyant accéder à une compréhension de l'autre, il ne voit que lui-même... et encore! il ne voit qu'une image erronée de lui-même. En effet, si plus tard il vit une situation équivalente à celle de son interlocuteur d'aujourd'hui, il vivra une expérience très différente de ce qu'il avait imaginé.

Plutôt s'ouvrir sans se mettre à la placeSe mettre à la place de l'autre est un "jeu" compliqué et dangereux. L'autre s'y sent incompris (ça peut même le rendre agressif... ou déprimé!). Quand à nous, nous croyons l'avoir compris et nous ne saisissons que de l'illusion... ce qui en découlera sera donc inadapté. En plus nous nous chargeons d'un poids qui ne nous appartient pas en tentant de "ressentir" ce que vit l'autre.

Nous pouvons faire beaucoup mieux en nous ouvrant simplement à notre interlocuteur.

Plutôt que de nous mettre à sa place, nous pouvons mettre du soin à l'entendre exprimer ce qu'il ressent, pense, ou vit à la place où il est. En laissant notre imaginaire et nos hypothèses de côté, nous pourrons mieux le comprendre.
Notre imaginaire nous est cependant très utile pour être créatif. Notre capacité à émettre des hypothèses nous est aussi très utile dans la résolution de problèmes... mais à deux conditions: d'une part, avec une rigueur mathématique, nous ne devons pas confondre hypothèses et certitudes... d'autre part avant de conclure, apprenons à lire tout l'énoncé.

Une vraie qualité d'écoute s'opère de façon active. Il serait maladroit d'être passif et de simplement laisser parler. Il est plus efficace d'aider notre interlocuteur à exprimer ce qu'il a à dire grâce à des questions pertinentes, sans conditions de réponse, et non indiscrètes. Ceci amènera la précision et la concision optimum pour le plus grand bonheur de chacun.
...

Être distinct sans être distantJ'entends souvent des stagiaires se préoccuper de garder la bonne distance (dans le management, dans la conduite de réunion, dans les entretiens individuels, dans l'accueil, dans l'aide et l'accompagnement, dans les soins, dans la prise en charge des personnes âgées, dans la fin de vie etc...) Que de domaines concernés!

Ceux qui se préoccupent d'humaniser les rapports humains recherchent cette distance optimum un peu comme l'alchimiste recherche la pierre philosophale... ils semblent ne jamais la trouver et ils oscillent seulement entre le trop proche et le trop loin (c'est à dire entre le copinage et l'indifférence).

Ils ne la trouvent pas car le problème de la distance et trop simple pour les esprits compliqués: La bonne distance c'est PAS DE DISTANCE DU TOUT.

Le zéro de la distance produit l'infini de la qualité. Mais "distance zéro" ne signifie surtout pas "se mettre à la place". Car se mettre à la place, c'est aboutir à une sorte de fusion... qui amène la confusion. Si la bonne distance c'est pas de distance du tout, il est par contre fondamental d'être distinct.

Nous mettrons donc un soin tout particulier à ne pas confondre distinct et distant autant qu'à ne pas confondre proche et fusionnel

Être distant, c'est se mettre en rupture (se couper) de son interlocuteur. Il en résulte bien sûr qu'on ne le voit plus.
Se mettre à la place, c'est se mettre en fusion (ne faire q'un) avec lui. Il en résulte alors qu'il disparaît et qu'on ne le voit pas non plus.

Pour voir l'autre, ce qui est important, c'est de s'individualiser. Être pleinement SOI face à quelqu'un à qui on accorde d'être pleinement LUI
Affectivité et chaleur humaine
La chaleur humaine sans l'affectivité
Il n'y a jamais assez de chaleur humaine et toujours trop d'affectivité. Nous avons bien remarqué que l'excès d'affectivité est nuisible à la qualité de la communication, de l'aide et surtout de la psychothérapie.

Mais le problème est que l'affectivité et la chaleur humaine sont mal différenciées dans l'esprit de beaucoup de monde (y compris dans l'esprit de nombreux thérapeutes et professionnels de la communication).

Alors pour se libérer de l'affectivité, malencontreusement, certains suppriment aussi la chaleur humaine... et le résultat est toujours insatisfaisant. Où alors, voyant que cela pose problème, ils reviennent à la chaleur humaine... mais réintroduisent l'affectivité.

La chaleur humaine c'est quand on est ouvert à l'autre sans avoir besoin de lui.L'affectivité c'est quand on a besoin de l'autre ou qu'on a peur de l'autre. Besoin de lui pour combler un de nos manques, pour nous rassurer. Peur de lui quand il risque d'aggraver un de nos manques et de nous déstabiliser.

Bien différencier la chaleur humaine de l'affectivité, permet d'être chaleureux sans ambiguïté, et d'avoir une communication plus efficace et plus sereine.
Si on est thérapeute, cela permet d'être plus efficace et plus rapide car un patient a besoin de la chaleur humaine de son thérapeute pour oser lui livrer ce qu'il a de plus précieux, intime, douloureux en lui. Mais il a besoin évidemment aussi que son thérapeute ne soit pas dans l'affectivité, sinon ça brouille sa recherche et peut même avoir des effets très néfastes.

L'empathie source d'affectivité
La chaleur humaine réchauffe alors que l'affectivité étouffe. Nous comprenons alors bien pourquoi l'affectivité est indésirable.

L'affectivité est d'autant plus indésirable qu'elle nous expose à l'envahissement. En nous mettant à la place de l'autre, nous nous exposons à ressentir une expérience qui ne nous correspond pas et pour laquelle nous ne sommes pas prêts.

Au contraire, en étant proche et distinct, nous sommes à même de comprendre l'expérience de notre interlocuteur, de nous enrichir de ce qu'il en a fait sans pour autant en subir la pression émotionnelle. Nous pouvons aussi mieux l'aider ou l'accompagner quand il vit une expérience douloureuse.
Nous devenons ainsi capables d'entendre cette expérience sans la dramatiser ni la banaliser. Nous devenons capables d'en saisir la juste mesure: celle de l'autre (qui n'a forcément que peu à voir avec la nôtre). Nous pouvons ainsi humaniser profondément notre communication qui s'ajuste à la réalité de l'autre.
L'inconvénient majeur de l'empathie est qu'elle produit au contraire une sorte d'état fusionnel, générant illusion, confusion et affectivité. Il n'en résulte aucune chaleur humaine, mais par contre beaucoup de stress et d'incompréhension.

Conclusion
Le poids des mots
Au fond peut-être ne devons-nous pas attacher trop d'importance au fait qu'une chose, une idée, une attitude soit désignée par un mot plutôt qu'un autre. Au fond, ce qui importe c'est ce que nous en faisons! Les mots ne sont peut-être qu'une convention?

Pourtant, quand je rencontre autant de professionnels de l'aide et de la communication avoir personnellement (et même promouvoir dans leur entourage) des propos et des attitudes qui produisent l'inverse des effets attendus... je pense que la précision du langage est ici particulièrement nécessaire.
Et puis les mots ne sont pas seulement une convention. Quand on les étudie, on peut remarquer que souvent ils contiennent dans leur étymologie, dans leur construction, un aspect profond de ce qu'ils désignent.

Se remettre aux commandes
J'ai bien conscience qu'avec cet article j'invite quelques personnes à se remettre en cause par rapport à l'empathie.

Mais se remettre en cause c'est se remettre au commandes de sa vie. C'est ne pas croire ce qui est dit parce qu'on nous le dit (même si on prétend nous donner des "preuves"). C'est plutôt confronter ce qu'on sait à l'expérience et en mesurer l'efficacité sans complaisance.

Les remises en cause sont sources de progrès. Elles ne sont pas destruction du passé, mais ajustements, ajouts, discernement accru, enrichissement. Ce qui importe, ce n'est pas d'avoir raison. Ce qui importe, c'est que l'aide, le communication, la psychothérapie, l'accompagnement soient efficaces au delà des croyances de chacun.
Thierry TOURNEBISE"

Je vous inclus amicalement,bonne journée de paix et d'harmonie.
Josiane.


_________________
Soleilamethyste:
http://www.autre-rive.net
http://soleilamethyste.forumactif.org/
avatar
Invité
Invité

Re: Empathie...réflexions...

Message par Invité le Ven 12 Oct 2007, 13:43

je relirai ton article à tête reposée parce que c'est vrai ça remue un peu les idée , pour les remettre en place je crois
avatar
Karma Trindal
Administrateur
Administrateur

Féminin
Nombre de messages : 6721
Age : 37
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Ami(e)s, Cinéma, Net, Photographie...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Re: Empathie...réflexions...

Message par Karma Trindal le Ven 12 Oct 2007, 21:07

Bonsoir Smile,

D'un point de vue bouddhiste, je pense qu'il est important, dans le travail de développement de l'amour et de la compassion de savoir se mettre à la place de l'autre. Il est important d'avoir une écoute dite "active" lorsque nous avons des interlocuteurs autour de nous (ça me rappelle mes cours de psychopédagogie lol Wink) mais pour vraiment, réellement, compatir à la douleur d'un être, il faut, je pense, avoir la capacité de se mettre à leur place (même si la douleur ne sera pas la même du fait que nous ne "subissons" pas le même karma), afin, justement, que l'écoute soit vraiment à son paroxysme!
C'est ma définition de l'empathie mais aussi de la compassion!
Beaucoup de Maîtres le disent, et, personnellement, j'essaie de ne pas faire aux autres ce que je n'aimerais pas qu'ils me fassent, c'est une question d'éthique et c'est aussi, se mettre à leur place... Du moins je pense.
Par contre, lorsqu'une personne qui fait naître en vous des pensées négatives, du stress, de l'anxiété ou autre, il vaut mieux l'éviter pour son bien à elle (la personne) car cela lui permettra de mieux comprendre son attitude et de se remettre en question mais aussi pour notre bien à nous! Si nous ne sommes pas "ouvert" à cause de telle ou telle raison avec untel ou untel, il vaut mieux rester dans le silence! Il faut savoir se préserver!
A quoi bon sinon? S'énerver et engendrer du stress? Certainement pas!
Je dois dire que j'ai déjà demandé conseil à un Maître à propos de cela et il m'a bien conseillé de prendre du recul face à ce genre de situation.


Bisous à tous! Smile


_________________


Contenu sponsorisé

Re: Empathie...réflexions...

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû 2017, 09:04