Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Aujourd'hui à 10:52 par Mila

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Aujourd'hui à 10:25 par Mila

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Aujourd'hui à 09:53 par Mila

» poème de Jules Supervielle
Hier à 22:24 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Lun 15 Oct 2018, 11:07 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

» Trinh Xuan Thuan publie La plénitude du vide
Ven 12 Oct 2018, 12:22 par Disciple laïc

» Rencontre des deux Karmapa en France
Ven 12 Oct 2018, 09:54 par Abhradan

» Anniversaire du Vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 12 Oct 2018, 09:52 par Mila

» Quand chante Milarépa
Jeu 11 Oct 2018, 10:19 par Mila

»  INSTRUCTIONS POUR LA MÉDITATION EN MARCHE
Jeu 11 Oct 2018, 08:46 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Mer 10 Oct 2018, 18:53 par Disciple laïc

» Compréhension intellectuelle et expérience du dharma
Mer 10 Oct 2018, 17:53 par Disciple laïc

» L'illusion de l'égo
Mer 10 Oct 2018, 08:56 par Disciple laïc

» Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh
Mer 10 Oct 2018, 08:41 par Disciple laïc

» Bonsoir je me présente
Lun 08 Oct 2018, 20:46 par Mila

» La rencontre sereine avec la réalité - Qu'est ce que la réalité ?
Lun 08 Oct 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Vache et baballe
Dim 07 Oct 2018, 18:14 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 07 Oct 2018, 18:12 par Disciple laïc

» L’attention, fondement de la pratique du satipatthana sutta
Dim 07 Oct 2018, 10:18 par Disciple laïc

» La permaculture , une philosophie de vie .
Dim 07 Oct 2018, 00:29 par Mila

» 2 sutras ou Mara suggère à des bhikkouni qu'elles sont faites et contrôlées par un être supérieur
Ven 05 Oct 2018, 16:48 par Disciple laïc

» Mara, Samsara, et Identité
Ven 05 Oct 2018, 16:29 par Disciple laïc

» 2 sutras ou le Bouddha prophétise les "menaces futures"
Ven 05 Oct 2018, 16:18 par Disciple laïc

» Christianisme et bouddhisme
Ven 05 Oct 2018, 11:36 par Disciple laïc

» Un monument en homme aux animaux de guerre
Jeu 04 Oct 2018, 13:12 par Mila

» Communication humain-animaux par le chant , une tradition scandinave pour rassembler les troupeaux .
Mer 03 Oct 2018, 10:53 par Mila

» AN 4.193 Bhaddiya Sutta — Discours à Bhaddiya —
Mer 03 Oct 2018, 08:03 par Disciple laïc

»  4 octobre 2018 , journée mondiale des animaux .
Mar 02 Oct 2018, 16:21 par Mila

» Le bouddhisme, une religion tolérante ?
Mar 02 Oct 2018, 13:22 par indian

» décès de Namkhai Norbu
Mar 02 Oct 2018, 10:53 par Mila

» La liberté de pensée
Lun 01 Oct 2018, 18:41 par indian

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Lun 01 Oct 2018, 16:21 par indian

» LeDernierLoup
Lun 01 Oct 2018, 13:18 par indian

» Introduction au bouddhisme d’un point de vue islamique
Lun 01 Oct 2018, 13:13 par indian

» Sentiment & Mort
Lun 01 Oct 2018, 10:58 par Mila

» Comment transmettre au monde contemporain la sagesse du Bouddha
Dim 30 Sep 2018, 22:02 par Disciple laïc

» Seven Wonders of the Buddhist World
Dim 30 Sep 2018, 10:16 par Mila

» VELUDVAREYYA-SUTTA
Sam 29 Sep 2018, 09:45 par Disciple laïc

» L'univers dans un grain de poussière - par le vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 28 Sep 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et Science: La méditation pour guérir: la science s'en mêle
Ven 28 Sep 2018, 20:33 par indian

» Dilgo Khyentsé Rimpoché
Ven 28 Sep 2018, 19:06 par Pema Gyaltshen

» Liste des Bouddhas et Bodhisattvas féminines
Ven 28 Sep 2018, 14:40 par Mila

» Le "crime" d'être homosexuel dans le monde
Jeu 27 Sep 2018, 15:55 par indian

» Sagesse Ou || Non
Jeu 27 Sep 2018, 15:09 par LeDerrnierLoup

» Deux niveaux de lecture
Jeu 27 Sep 2018, 13:58 par indian

» Sentiment à effacer
Jeu 27 Sep 2018, 09:10 par LeDerrnierLoup

» Se libérer des quatre attachements
Jeu 27 Sep 2018, 08:23 par Mila

» Les questions inutiles (CULAMALUNKYA-SUTTA)
Jeu 27 Sep 2018, 08:16 par Disciple laïc

» Ramana Maharshi, un témoignage
Mar 25 Sep 2018, 21:23 par Mila

» L'armée américaine veut tester une théorie folle pour envoyer une fusée dans l'espace sans carburant
Mar 25 Sep 2018, 10:11 par Vyathita

» Education des enfants aux faits religieux
Lun 24 Sep 2018, 20:44 par indian

» Ou est celui qui s'interroge ?
Lun 24 Sep 2018, 20:43 par indian

» Genius of the Ancient World part 1/3 : Buddha
Lun 24 Sep 2018, 13:23 par Disciple laïc

» Les Soi et le Pas-Soi - 1ère et 2ème partie
Lun 24 Sep 2018, 12:14 par Disciple laïc

» L’Institut d’Etudes Bouddhiques – IEB - à Paris
Lun 24 Sep 2018, 12:02 par Disciple laïc

» Dhammapada
Lun 24 Sep 2018, 11:49 par Mila

» Le centre bouddhiste Karma Ling a brûlé
Dim 23 Sep 2018, 18:27 par Ortho

» Sommes nous sûres de comprendre correctement ?
Dim 23 Sep 2018, 13:20 par indian

» Fête du nouvel an thaï au Wat Thammapathip de Moissy-Cramayel, Val de Marne
Dim 23 Sep 2018, 12:26 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Sam 22 Sep 2018, 19:24 par Mila

» venue du Dalaï Lama à Rotterdam
Sam 22 Sep 2018, 13:05 par Mila

» AN 4.180 Mahāpadesa Sutta — Les grandes références —
Ven 21 Sep 2018, 12:18 par Disciple laïc

» On ne peut plus être Tartuffe quant à l'avenir du monde
Jeu 20 Sep 2018, 19:17 par indian

» L'an 2000 vu dans les années 1960
Jeu 20 Sep 2018, 18:39 par Mila

» Visite d'un temple tibétain en Auvergne avec lama Namgyal
Jeu 20 Sep 2018, 17:57 par Disciple laïc

» AN 5.29 Caṅkama Sutta — Méditation marchée —
Jeu 20 Sep 2018, 17:47 par Disciple laïc

» AN 4.202 Assaddha Sutta — Sans conviction —
Jeu 20 Sep 2018, 17:30 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 43 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 42 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Disciple laïc


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97623 messages dans 11234 sujets

Nous avons 4253 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Coala

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7487)
 
Karma Trindal (6896)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2417)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


NAGASENA et MILINDA

Partagez
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7487
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

NAGASENA et MILINDA

Message par Pema Gyaltshen le Mer 16 Jan 2008, 23:24

Extraits du Milindapanha
(les questions de Milinda)



Controverse entre Nâgasena, maître bouddhiste et le Roi Bactrien Menandros
(Milinda) qui régna au 2ème siècle avant J-C, dans le Nord-Ouest de l'Inde.

Les questions de Milinda


Le roi Milinda s'approcha de Nâgasena et, lui ayant adressé les compliments
ordinaires, il s'assit à son côté. Nâgasena lui rendit ses politesses, de sorte
qu'il lui inspira des dispositions favorables. Alors le roi commença
l'entretien
- Comment vous appelle-t-on, Vénérable? Quel est votre nom?
- On m'appelle Nâgasena : c'est ainsi que mes confrères me désignent. Mais, ô
roi, bien que les parents donnent à leurs enfants un nom tel que Nâgasena,
Sûrasena, Vîrasena, Sîhasena, c'est seulement une appellation, une notion
vulgaire une expression courante, un simple nom! :
il n'y pas là-dessous d'individu [de soi].

- Ecoutez, vous tous, les cinq cents Yonakas et les quatre-vingt mille
moines! Voici Nâgasena qui dit :
« Il n'y a pas là-dessous d'individu! » Est-ce possible de l'admettre?
Mais, ô vénérable Nâgasena s'il n'y a pas d'individu,
qui donc vous donne des robes, des aliments, des logements, des remèdes,
des ustensiles, et qui en use? Qui pratique la vertu? Qui se livre à la méditation?
Qui réalise 1e Chemin, le Fruit, le Nibbâna ? Qui se livre au meurtre, au vol, à
l'impureté, au mensonge, à l'alcool ? Qui commet les cinq péchés ? Il n'y donc
ni bien ni mal, pas d'auteur ou d'instigateur des actes salutaires et pernicieux,
pas de fruit, pas de maturation des bonnes et des mauvaises actions !

Si, ô Nâgasena, celui qui vous tue n'existe pas, il n'y a donc pas de
meurtre! Il n'y a rien chez vous ni maîtres, ni précepteurs, ni ordination!
Quand tu dis : « Mes confrères m'appellent Nâgasena quel est ce Nâgasena dont tu
parles ? Est-ce les cheveux qui sont Nâgasena ?

- Non, mahârâja.
- Est-ce les poils, les ongles, les dents, la peau, la chair, les tendons,
les os, la moelle, les reins, le cœur, le foie, le derme, la rate, les poumons,
l'in­testin, le mésentère, les aliments non digérés, les résidus de la digestion,
la bile, le phlegme, le pus, le sang, la sueur, la graisse, les larmes, l'huile de la peau,
la salive, le mucus nasal, la synovie, l'urine, le cerveau ?

- Non, mahârâja.
- Ou bien, est-ce la forme, la sensation, la perception, les formations,
la conscience ?

- Non, mahârâja.
- Est-ce donc la réunion de ces cinq éléments - forme, sensation, perception,
formations, conscience?

- Non, mahârâja.
- Est-ce une chose distincte des cinq éléments?
- Non, mahârâja.
-J'ai beau t'interroger : je ne vois pas de Nâga­sena. Qu'est-ce que
Nâgasena? Un mot et rien de plus. Ta parole, ô Vénérable, est fausse et
mensongère : il n'y a pas de Nâgasena!
- Tu es, roi, délicat comme un prince, très délicat. S'il t'arrive de
marcher, à midi, sur la terre chaude, sur le sable brûlant, foulant aux pieds
les aspérités du gravier, des tessons et du sable, tes pieds souffrent, ton
corps est las, ton âme épuisée, et la conscience de ton corps s'accompagne de
malaise... Es-tu venu à pied ou au moyen d'un véhicule ?
- Je ne vais pas à pied, Vénérable, je suis venu en char.
- Puisque tu es venu en char, mahârâja, définis-moi ce char. Est-ce le timon
qui est le char?
- Non, Vénérable.
- Est-ce l'essieu, les roues, la caisse de la voiture, le support du dais, le
joug, les rênes, l'aiguillon ?
- Non, Vénérable.
- Est-ce donc la réunion de toutes ces choses ?
- Non, Vénérable.
- Est-ce une chose distincte de tout cela ?
- Non, vénérable.
-J'ai beau t'interroger : je ne vois pas de char. Qu'est-ce qu'un char? Un
mot et rien de plus. Ta parole, mahârâja, est fausse et mensongère : il n'y a
pas de char. Tu es le premier parmi les rois du Jambudîpa : de qui donc as-tu
peur pour mentir ainsi ? Écoutez, vous tous, les cinq cents Yonakas et les
quatre-vingt mille moines !

Le roi Milinda que voici a dit : « Je suis venu en char. »
Or, invité à définir le char, il ne peut prouver l'existence du char.
Peut-on admettre cela?
A ces mots les cinq cents Yonakas acclamèrent Nâgasena et dirent au roi
Milinda : « Maintenant, mahârâja, réponds si tu le peux! » Le roi reprit la parole.

- Je ne mens pas, Vénérable : c'est à cause du timon, etc., que se forme
l'appellation, la notion commune, l'expression courante, le nom de « char.
- Très bien, mahârâja ! Tu sais ce qu'est le char. De même c'est à cause des
cheveux, etc., que se forme l'appellation, la notion commune, l'expression
courante, le nom de « Nâgasena » : mais en réalité il n'y a pas là d'individu.
La religieuse Vajirâ l'a dit en présence du Buddha :
"De même que la combinaison des pièces donne lieu au mot "char" ainsi
l'existence des khandhas [agrégats] donne lieu à la convention d'être vivant."
.
- Merveilleux, Nâgasena! Admirable, Nâgasena ! Tu as répondu à
tous les artifices de ma question. Si le Bouddha était ici il t'applaudirait.
Très bien, très bien Nâgasena.

.../...
-Nâgasena, qu'est-ce qui renaît ?
-Le Nom-et-forme.
-Est-ce le présent Nom-et-forme qui renaît?
- Non. Le présent Nom-et-forme accomplit un acte bon ou mauvais; et en
conséquence de cet acte un autre Nom-et-forme renaît.
-Si ce n'est pas le même Nom-et-forme qui renaît, le dernier ne se
trouve-t-il pas ainsi affranchi des péchés antérieurs?
- S'il n'y avait pas renaissance, il le serait en effet; mais il y a
renaissance, c'est pourquoi il ne l'est pas.
- Donne-moi une comparaison.
- Suppose qu'un homme prenne des mangues à un autre. Le propriétaire des
mangues le saisit et le mène devant le roi en t'accusant de vol. Si l'accusé
répond : "Ce ne sont pas les mangues de cet homme que j'ai emportées : autres
les mangues qu'il a plantées, autres celles que j'ai emportées; je n'ai encouru
aucune punition", cet homme est-il coupable ?
- Il l'est.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'il en dise, les dernières mangues sont solidaires des
premières.
- De même, mahârâja, quand le Nom-et-forme accomplit un acte bon ou mauvais,
c'est cet acte qui détermine la renaissance d'un autre Nom-et-forme; on ne peut
donc dire une autre comparaison.
- Un homme monte avec un flambeau à l'étage supérieur de sa maison et y prend
son repas. Le flambeau met le feu au chaume du toit, le chaume à la maison, la
maison au village. Les villageois se saisissent de l'homme :
"Pourquoi as-tu
incendié le village? - je n'ai pas incendié le village. Autre le feu à la lueur
duquel j'ai mangé, autre le feu qui a brûlé le village." Tout en se disputant,
ils viennent en ta présence. A qui
adjugeras-tu le procès?
- Aux villageois.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'en dise la partie adverse, le feu qui a brûlé le village
est sorti de l'autre.
- II en est de même du Nom-et-forme. Sans doute celui qui renaît est autre
que celui qui meurt mais il en procède : on ne peut donc dire qu'il soit
affranchi des péchés antérieurs.
- Donne-moi une autre comparaison.
- Un homme épouse une enfant, paie la dot et s'en va. La petite grandit,
devient nubile : un autre homme la choisit, paie la dot et célèbre ses noces
avec elle. Le premier revient et lui reproche d'avoir épousé sa femme : "Je n'ai
pas épousé ta femme", dit le second mari; "autre la petite fille que tu as
épousée et payée, autre la jeune fille nubile que j'ai épousée et payée."
Tout en se disputant, ils comparaissent devant toi. A qui, mahârâja,
adjugeras-tu le procès?
- Au premier.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'en dise l'autre, la jeune fille procède de l'enfant. Il
en est de même du Nom-et-forme.
- Donne-moi une autre comparaison.
- Un homme achète d'un vacher un pot de lait: il le lui laisse en dépôt et
part, en annonçant qu'il viendra le chercher le lendemain. Le lendemain, le lait
s'est changé en caillebottes. L'acheteur revient : "Donne-moi mon pot de lait. »
L'autre lui présente des caillebottes. Il proteste "C'est du lait que je t'ai
acheté et non des caillebottes!
- C'est que le lait s'est, à ton insu, changé en caillebottes! " Tout en se
disputant ils comparaissent
devant toi : à qui, maharaja, adjugeras-tu le procès ?
- Au vacher.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'en dise l'autre, les caillebottes procèdent du lait.

- II en est de même du Nom-et-forme.

Source : Traduction Louis Finot Edition Bossard 1923
Repris Edition
Dharma 1983

    Sujets similaires

    -

    La date/heure actuelle est Mer 17 Oct 2018, 20:40