Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» Phobie sociale
Aujourd'hui à 16:21 par Akana

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 12:33 par vaygas

» Dhammapada
Aujourd'hui à 12:31 par vaygas

» Présentation!
Aujourd'hui à 12:07 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 07:57 par Karma Döndrup Tsetso

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» "Phase noire"
Jeu 11 Mai 2017, 10:42 par Vyathita

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

» Toute l'équipe de l'Arbre des Refuges vous souhaite une excellente année 2017!
Lun 27 Fév 2017, 14:42 par Karma Trindal

» Symposium Vedanā
Mar 14 Fév 2017, 14:27 par Hild-Rik

» Sutra original
Mer 25 Jan 2017, 12:46 par Ortho

» Image NASA
Mer 25 Jan 2017, 08:34 par Karma Tsultrim Jyurmé

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 36 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 34 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, Tcheu


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92299 messages dans 10748 sujets

Nous avons 4045 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Tcheu


Avec les exilés Tibétains

Partagez
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4706
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Avec les exilés Tibétains

Message par petit_caillou le Mer 18 Mai 2011, 18:16

Il y a soixante ans, le 23 mai 1951, un accord scellait la domination Chinoise au Tibet et provoquait un exil massif du peuple Tibétain. En Inde, à Mundgod, 16 000 réfugiés ont recréé un environnement où ils cultivent leurs traditions. Reportage dans un lieu sacré du bouddhisme


C'est un monde à part. Un îlot propre, paisible et ordonné où vivent 16 000 réfugiés Tibétains, dont 5000 moines bouddhistes. Dans le camp de Mundgod continue à battre le cœur du Tibet, au rythme de rituels perpétués sans folklore, avec d'autant plus de ferveur que la Chine, en envahissant le Tibet en 1950, a tout fait pour les réduire à néant. C'était compter sans l'attachement d'un peuple à sa philosophie de vie et à son chef spirituel, le Dalaï Lama. Figure charismatique à laquelle se réfère constamment cette communauté homogène, à l'image de la famille de Norlha...


Sur le trajet qui mène à son domicile, chiens errants, vaches et buffles freinent régulièrement la course du rickshaw taxi, contraint aussi de ralentir au passage de moines déambulant en grappes dans leur robe bordeaux. Gorgé de pluie au lendemain de la mousson, le paysage défile, luxuriant, coloré et vierge de détritus. Des drapeaux de prières chuchotent au ciel leurs invocations. Quelques centaines de mètres plus loin se dresse la maison de Norlha et de sa famille. Une ferme rudimentaire abritant 21 personnes. Quatre générations sous un même toit. Dans toutes les pièces, séparées par de simples pans de tissu, des autels garnis d'offrandes, des moulins à prières et l'odeur douceâtre des encens. Sec et alerte, Norlha, le doyen du clan, âgé de 80 ans, vient de rentrer des champs.


Convoi nocturne :

Le thé au lait sucré servi, sous le regard bienveillant du Dalaï Lama accroché au mur, le livre des souvenirs s'ouvre. Norlha raconte son histoire. Craignant la répression de l'armée Chinoise, il a fui le Tibet en 1961, accompagné de son épouse, de ses deux enfants de 4 et 6 ans et de quelques voisins. Des milliers de personnes ont été tuées, relate l'exilé, qui a perdu nombre des siens dans le conflit. Le convoi se dirige vers le Ladakh. Le voyage, à pied, durera sept mois, avec la peur constante d'être interceptés. Pour limiter les risques, nous marchions la nuit et dormions le jour. Heureusement, le fugitif connaît bien la route. Nomade à cette époque, éleveur d'animaux, il faisait du troc à la frontière indo Népalaise, échangeant du sel et de la laine contre du blé et de l'orge.


Au Ladakh, les conditions d'existence sont rudes. Norlha s'échine sur des chantiers, mais l'argent gagné ne suffit pas. Son épouse et sa fille doivent aussi travailler et recourir ponctuellement à la mendicité. Sept ans s'écoulent avant que la famille ne s'installe à Mundgod, en 1968, sur un bout de terre forestière mise à disposition par le gouvernement Indien et où 200 personnes ont alors déjà trouvé refuge, résidant sous des tentes. Ils participent à l'abattage des arbres, à la construction des maisons, aux travaux des champs... Au fil des ans, le camp de fortune ancre sa destinée dans la pierre. Aujourd'hui, c'est un Tibet miniature bien organisé, avec ses monastères, sa médecine traditionnelle et moderne, ses écoles, ses hôpitaux, ses programmes télévisés retransmis de Dharamsala... Un Tibet qui ne remplacera jamais pourtant l'original dans le cœur de Norlha. Je garde espoir de retourner dans ma patrie avant de mourir, lance le vieil homme, qui nourrit aussi le rêve, dans sa prochaine vie, de renaître Tibétain au Tibet !


Les yeux pétillants d'une bonté malicieuse, Choeden, l'épouse de Norlha, 79 ans, rayonne. Et ni la douleur d'une ostéoporose qui la plie en deux ni les aléas d'une existence difficile n'ont assombri son humeur. Pas un mot ou presque sur son union avec Norlha, un mariage arrangé, conformément à la coutume Tibétaine d'antan. L'a t elle trouvé beau ? Qu'a t elle ressenti lors de leur rencontre ? Quand il était jeune, peut être... répond Choeden à la première demande, tout en ignorant la seconde. La réfugiée se contentera de dire qu'elle a connu beaucoup de souffrances mais qu'à Mundgod sa vie s'est améliorée, grâce à la gentillesse du Dalaï Lama. Tripatouillant son tablier – un accessoire porté sur la robe traditionnelle par les femmes mariées –, Choeden précise que le plus important, c'est la famille. La colère est inutile. Je n'ai jamais été fâchée avec les dieux et continue à prier pour une vie future meilleure.


J'aurai voulu être enseignante :

Si Tsechoe Lamo, la fille de Norlha et de Choeden, a bien un regret, c'est celui de n'avoir pu fréquenter l'école, contrairement à son frère cadet, Karma Jangdup. La faute à l'exil et à la pauvreté... Je ne sais qu'écrire mon nom, s'attriste cette femme de 56 ans, mère de quatre enfants, essuyant d'irrépressibles larmes. Mariée à 19 ans, Tsechoe a consacré son temps à la famille, au travail des champs et à la vente, plusieurs mois par année, de pulls et de jaquettes hors de Mundgod. Une activité fréquente dans les rangs des réfugiés qui peinent souvent à survivre avec les seuls emplois dans le camp. Ma vie a été difficile, mais il n'y a pas de tristesse à avoir. C'est mon karma, affirme, résignée, cette femme qui aurait pourtant aimé devenir enseignante. Son fils, Karma Dhondup, 34 ans, trois enfants, a été mieux loti. Diplômé de Bangalore en management, il est responsable de la coopérative de fermiers de Mundgod, forte de 3800 membres. J'ai eu la chance de suivre des études. A mon tour de faire quelque chose pour les autres, déclare t il, précisant que son travail comporte un important volet social. Et de manifester son attachement à la communauté et à la famille. C'est un choix de rester ensemble, une manière propice à l'entraide et au maintien de nos traditions. Tôt ou tard, le Tibet sera autonome.


Paroles aux enfants :

Le Tibet, je sais où c'est. C'est très loin. Je sais aussi que les Chinois ont des armes. Du haut de ses 5 ans, Tenzin, le fils aîné de Karma, a déjà une certaine conscience de ses origines. Et de l'importance du bouddhisme dans l'existence. Ce matin, il a accompagné son père au temple, agité les moulins à prières et salué les dieux avant de se rendre à l'école. Et le Dalaï Lama, en a t il entendu parler ? Bien sûr, c'est un lama. Pas un moine. Le moine, c'est mon oncle. Tenzin Yangchen, sa cousine de 15 ans, fait figure d'adolescente bien sage. Son but dans la vie ? Suivre les conseils et les règles de ses parents. Des propos dictés par la présence de son père à proximité ? Interrogée sur la possibilité de choisir son futur mari, la jeune fille baisse en tout cas la voix. Oui, c'est désormais faisable... Et que lui inspire le Tibet ? Nous avons perdu notre liberté, notre pays. Il nous faut étudier dur pour les reconquérir. Un discours qui sent un peu la leçon apprise... Mais, en même temps, les distractions au camp sont inexistantes. Discothèques et fêtes nocturnes sont interdites. Tenzin passe son temps libre à faire ses devoirs – elle souhaite devenir biologiste – et à aider au ménage. Autant dire que les rêves n'ont pas encore été mis à l'épreuve de tous les possibles...


Mungod en chiffres :

Mundgod (20 000 habitants), état du Karnataka, se situe à 150 km à l'est de Goa. En 1966, l'Inde y a créé un camp fermé aux touristes, composé de 9 villages où vivent 16 000 réfugiés. Les célèbres monastères de Deprung et Ganden, démantelés au Tibet par les Chinois, y ont été reconstruits et abritent plus de 5000 moines. Le Dalaï Lama s'y rend régulièrement pour livrer des enseignements fondamentaux.

Source: http://www.sauvonsletibet.org/2011/05/avec-les-exiles-tibetains-17-mai-2011.html


_________________

    La date/heure actuelle est Lun 22 Mai 2017, 21:14