Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 16:34 par indian

» Toc Toc Toc
Aujourd'hui à 14:10 par michael19711

» Bonjour à toutes et tous
Aujourd'hui à 13:42 par Mila

» Soutra des Quatre Établissements de l’Attention
Aujourd'hui à 08:16 par Disciple laïc

» Pourquoi je suis ici
Hier à 18:45 par Disciple laïc

» Question au sujet des intoxicants.
Hier à 12:56 par Mila

» Message aux dirigeants et aux décideurs selon l’expérience du roi Trân Nhân Tông
Dim 16 Déc 2018, 17:21 par Disciple laïc

» Les dédicaces dans les cérémonies zen
Dim 16 Déc 2018, 10:03 par Disciple laïc

» Atiśa Dīpaṃkara: La guirlande de joyaux du bodhisattva
Sam 15 Déc 2018, 16:17 par Admin

» Appel à l'aide au sujet d'un soutra
Ven 14 Déc 2018, 18:06 par levitrailleur

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Ven 14 Déc 2018, 08:37 par Mila

» Préoccupation sur la situation sociale en France
Mer 12 Déc 2018, 13:32 par indian

» MATRUL Rinpoché à Bruxelles décembre 2018
Mar 11 Déc 2018, 16:15 par Pema Gyaltshen

» Sauvetage d'un éléphanteau au Kerala en Inde
Lun 10 Déc 2018, 14:54 par Mila

» Atelier de méditation « Joie de Vivre I »
Lun 10 Déc 2018, 00:11 par Tergar Bruxelles

» L’importance de l’amour dans le bouddhisme
Dim 09 Déc 2018, 11:05 par Disciple laïc

» Noorung le chien vagabond
Dim 09 Déc 2018, 07:50 par Disciple laïc

» Soutra de Celui qui Connaît l’Art de Vivre Seul
Ven 07 Déc 2018, 14:30 par Disciple laïc

» Sutra de la Voie du Milieu - sur la Vue Juste
Jeu 06 Déc 2018, 19:49 par Disciple laïc

» Le Bouddha a-il vraiment besoin qu’on lui offre de l’encens ?
Mer 05 Déc 2018, 16:15 par indian

» Discours sur l’Enseignement donné aux Malades
Mer 05 Déc 2018, 14:56 par Mila

» L’Enseignement au disciple vêtu de blanc (les laïcs)
Mer 05 Déc 2018, 14:48 par Mila

» Le Discours d’Anuradha
Lun 03 Déc 2018, 22:49 par Disciple laïc

» Le Discours sur la jeunesse et le bonheur
Lun 03 Déc 2018, 22:21 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Lun 03 Déc 2018, 10:04 par Disciple laïc

» Le Discours sur les Huit Réalisations des Grands Êtres
Dim 02 Déc 2018, 22:40 par Disciple laïc

» Le Discours d’Anuradha
Dim 02 Déc 2018, 15:42 par Disciple laïc

» Le Discours sur la Prise de Refuge en Soi-même
Dim 02 Déc 2018, 15:32 par Disciple laïc

» L’approche spirituelle chez les éclaireurs et éclaireuses de la nature
Dim 02 Déc 2018, 10:31 par Disciple laïc

» Présentation
Sam 01 Déc 2018, 13:52 par mabou

» Aoyama Roshi à la Demeure sans limites
Lun 26 Nov 2018, 18:25 par Disciple laïc

» Bouddhisme et animisme au Laos
Jeu 22 Nov 2018, 14:23 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Lun 19 Nov 2018, 21:15 par Akana

» Rencontre en cercle inter-tradition
Lun 19 Nov 2018, 11:51 par Mila

» Quand le corps, l'esprit et l'instrument font un .
Dim 18 Nov 2018, 12:36 par Mila

»  Pour protéger les forêts de Thaïlande , des arbres sont ordonnés moines
Dim 18 Nov 2018, 11:30 par Mila

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Dim 18 Nov 2018, 11:12 par Mila

» Réouverture du site RIMAY
Sam 17 Nov 2018, 22:38 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Sam 17 Nov 2018, 15:28 par Mila

» Bon 80 ème anniversaire Cher Dalaï Lama !
Sam 17 Nov 2018, 10:03 par Karma Trindal

» La pratique du sommeil
Ven 16 Nov 2018, 20:19 par Mila

» Pratiquer le Dharma aujourd'hui: Mindfulness Association Belgium
Ven 16 Nov 2018, 14:16 par Karma Trindal

» présentation d'oupa
Ven 16 Nov 2018, 13:59 par Karma Trindal

» Nouvelle arrivée
Ven 16 Nov 2018, 13:58 par Karma Trindal

» Je pousse la porte...
Ven 16 Nov 2018, 13:55 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 13:42 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Ven 16 Nov 2018, 13:41 par Karma Trindal

» Un grand bonjour pour vous !
Ven 16 Nov 2018, 12:55 par Karma Trindal

» Présentations
Ven 16 Nov 2018, 12:50 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 12:49 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoché à Paldenshangpa La Boulaye , décembre 2018
Ven 16 Nov 2018, 12:43 par Karma Trindal

» Namasté à tous
Ven 16 Nov 2018, 12:23 par Karma Trindal

» Paroles d'animaux
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par Mila

» Ripa International Center
Mer 07 Nov 2018, 09:05 par Mila

» Les prières du Bardo.
Mar 06 Nov 2018, 22:29 par Ortho

» Méditation : comment elle modifie le cerveau
Lun 05 Nov 2018, 22:47 par tindzin

» Quelle place et quel sens donner à la vie monacale ?
Dim 04 Nov 2018, 11:01 par Disciple laïc

» Illusion ou censure ?
Jeu 01 Nov 2018, 09:57 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 30 Oct 2018, 20:56 par Pema Gyaltshen

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Sam 27 Oct 2018, 09:22 par Jean-François

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , décembre 2018
Ven 26 Oct 2018, 17:50 par Mila

» Qu'est devenu Larung Gar ?
Ven 26 Oct 2018, 12:08 par Mila

» Le tibétain?
Jeu 25 Oct 2018, 20:06 par Mila

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Mer 24 Oct 2018, 14:28 par Mila

» DREPUNG GOMANG MONASTERY TOUR 2018
Mer 24 Oct 2018, 13:09 par Ortho

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Mar 23 Oct 2018, 10:28 par Pema Gyaltshen

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 et 2/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 41 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 41 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 98021 messages dans 11289 sujets

Nous avons 4267 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est bdoisne

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7496)
 
Karma Trindal (6916)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2450)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

La discipline

Partagez
avatar
Invité
Invité

La discipline

Message par Invité le Ven 10 Juin 2011, 17:53



Par Ajahn Sucitto

Aujourd’hui, j’ai eu l’idée de parler de la discipline. Les mots « discipline » et « disciple » viennent du mot latin signifiant « savoir ». C’est ainsi qu’un disciple est quelqu’un qui suit une discipline, quelqu’un qui veut vraiment savoir. Le désir de savoir est si fort qu’il donne une orientation à sa vie.

C’est la compréhension bouddhique de la discipline comparée à la discipline militaire qui revient, en un sens, à ne pas savoir, à vous assurer que vous ne savez pas ce qui se passe, en vous empêchant de poser des questions ou de chercher. L’attitude bouddhiste concernant la discipline implique que vous voulez savoir non sur un plan idéaliste, mais d’un point de vue pratique, c’est, d’une certaine façon, la transformation d’un idéal en une voie pratique. Quand vous désirez vraiment comprendre la vie, il vous faut la saisir solidement, la maintenir bien établie et la considérer en toute clarté : c’est la vie telle que vous la vivez : votre conscience, vos réactions, vos réponses, vos perceptions, vos pensées. Tenez-les fermement devant vous et regardez-les bien. Alors, vous pourrez voir si elles sont valables ou utiles, de quoi il s’agit, et ce qu’il en résulte. La discipline, dans la pratique du Bouddhisme, a pour but de rendre la vie plus accessible à la réflexion. Lorsque nous tenons une chose fermement, nous pouvons la soumettre à la réflexion. C’est un peu comme tenir un miroir immobile. Si nous pensons constamment à nos pensées, si nous chérissons des opinions concernant nos sentiments et nos idées sur ce que devrait être la vie, il ne s’agit pas ici de réflexions. C’est plutôt créer davantage de cette matière que nous cherchons à comprendre. Ce n’est pas que nous soyons contre les pensées, les sensations et les impulsions, mais pour les comprendre, il nous faut les tenir silencieusement et bien stables ; alors seulement nous pourrons les regarder et voir comment elles nous affectent. C’est l’essence de ce qu’est la discipline bouddhiste, et de ce que signifie la réflexion. Le Bouddhisme est un enseignement de réflexion. Il nous demande de réfléchir sur l’état du corps, sur la vieillesse, la maladie, la mort. Nous réfléchissons sur notre kamma. Nous réfléchissons sur la bonté du coeur. Ce sont des réflexions bouddhistes prouvant que nous gardons un mental stable, permettant à ces thèmes d’y entrer pour voir ce qui se passe. Nous gardons le mental sans passion en nous gardant de toute conclusion et de chercher un résultat. Quand nous prenons le corps comme objet de réflexion, nous gardons un mental tranquille et nous nous permettons de considérer les sensations du corps, le poids, la chaleur ou les énergies qui s’y manifestent. Nous pouvons aussi réfléchir sur le mental. Lorsque nous réfléchissons sur un enseignement, nous écoutons et contemplons ce qui se passe quand nous entendons cet enseignement. Nous n’écoutons pas pour y croire, ni pour être convaincu ou endoctriné. Tout en écoutant, nous ne pensons pas : « Je ne vais pas accepter tout cela, vous ne pouvez me contraindre à y croire ! » C’est-à-dire, nous ne commençons pas à argumenter, mais nous nous efforçons de garder le mental stable pour laisser l’enseignement y pénétrer et voir ce qui arrive. Il peut y avoir compréhension ou non, nous pouvons donner notre approbation ou non. C’est à cela que sert la réflexion. L’une des disciplines fondamentales est celle qui nous permet d’être tranquille sans vouloir trouver des réponses ni prouver quoi que ce soit. Ne pas avoir d’opinions exige un mental spirituellement discipliné. Cela pourrait s’appeler la discipline de l’Éveil, parce que, pour arriver à l’éveil, il nous faut être libre des opinions. L’illumination du Bouddha était basée sur le fait d’examiner les opinions et les préjugés qui accompagnent le chemin spirituel. Par exemple, nous pouvons supposer qu’il nous faut nous détacher du monde sensible, arrêter nos pensées et que, de cette manière, nous allons transcender le monde des sens. Ce sont des suppositions que nous nous faisons concernant le chemin spirituel si nous n’avons jamais appliqué une discipline de réflexion en utilisant nos pensées, nos sentiments et nos expériences sensorielles en tant qu’objets. Nous n’avons jamais vraiment réussi à les contempler tranquillement de sorte que toutes ces idées sont devenues des obstacles à notre pratique. Nous réagissons constamment à nos expériences sensorielles qui nous séduisent ou, au contraire, que nous rejetons. Quand nous sommes en colère, nous cherchons ou à réprimer cette colère ou à l’utiliser. Mais nous ne réfléchissons jamais sur le phénomène luimême. Tant que nos habitudes subconscientes ou conditionnées consistent à nous engager dans des pensées ou des expériences sensorielles, il ne nous reste aucune possibilité de contempler, de réfléchir. Donc, nous pensons que les choses doivent être écartées ou changées d’une façon ou d’une autre. Même l’idée de la méditation ou d’une discipline nous apparaît comme une annihilation, un refus, parce que nous n’avons pas la force intérieure d’être tranquille en ce qui concerne la vie telle qu’elle passe en nous. Nous avons toujours l’impression que si quelque chose coule nous risquons d’être annihilé ou, autrement il nous faut arrêter le courant. Mais la Voie du Milieu du Bouddha est une espèce de discipline plus subtile. Ce n’est pas une discipline de contrôle, c’est une discipline qui résulte du désir de connaître, de connaître vraiment en toute clarté. De quoi s’agit-il ici ? Qu’est-ce donc, le bonheur ? Qu’est-ce donc, le malheur ? Qu’est-ce donc, le plaisir ?

Avons-nous peur du plaisir ou de la douleur, de l’inconfort, du blâme ou du souci ? Le Bouddha a formulé un vaste champ de discipline du soi étayé sur le désir de contrôler les choses : et, jusqu’à un certain point, cela peut s’avérer être une pratique habile. Tout d’abord, il nous faut cultiver le respect de soi-même et la force du mental en nous décidant à rejeter certaines choses, en y renonçant, en nous mettant dans des situations qui ne nous plaisent pas mais qui vont sans doute favoriser notre pratique. C’est souvent ce qui se passe dans les débuts. Il nous faut établir notre « indépendance ». Nous prenons la résolution de nous engager dans des retraites, et de nous vouer à des actes de compassion. La bénédiction d’une pratique de ce genre est de nous donner la possibilité de partir d’une discipline basée sur le contrôle pour nous diriger vers une discipline plus élevée, basée sur la compréhension, sur le désir de connaître ce qu’est la colère ou le désir, ou ce qu’est l’existence. Cela mène à la réflexion. Il faut toujours se rappeler que le Bouddha appelait ses enseignements le « Dhamma-Vinaya », Vinaya étant l’entraînement, parfois traduit par « discipline ». Cet entraînement n’est pas une activité en force. C’est une manière de cultiver une action adroite qui nous permettra de transformer notre vie en une oeuvre d’art. La calligraphie, l’ébénisterie et la poterie sont aussi des disciplines. Dans chacune de ces activités artistiques, il nous faut développer une certaine clarté et une capacité de travailler dans les limites de notre instrument, ce qui nous permettra de le connaître parfaitement bien, ce qui nous évitera de brouiller les lignes si nous écrivons, de fendre le bois que nous utilisons ou de briser l’argile si nous sommes potier. Le Dhamma-Vinaya est semblable. Il permet d’être clairement conscient de ce qui convient, de ce qui est correct et adroit et également conscient de ce qui est mal formé, d’un usage maladroit ou non juste du corps, de la parole ou du mental. Les monastères de forêt où la discipline est très développée et vécue à un très haut degré sont des endroits de très forte discipline, non seulement sur le plan moral, mais sur la façon dont les choses sont faites. Les choses sont accomplies selon des normes clairement définies. L’accent mis sur l’entraînement est tel qu’il nous faut être attentif à chaque moment de la vie et l’utiliser au maximum. Nous utilisons des formes au cours de nos routines quotidiennes qui permettent de maintenir le mental stable et de contempler. Par exemple, quand nous nous prosternons, nous ne le faisons pas négligemment, ni inconsciemment, nous y mettons une certaine attention et nous observons : que se passe-t-il ? Qu’éprouvons-nous ? Alors, nous pouvons remarquer si nous y mettons une résistance ou de la mauvaise volonté, de l’impatience ou tout autre sentiment. En même temps, nous pouvons aussi reconnaître que ce que nous sentons n’a pas d’importance, que nos jugements, nos pensées et sensations ne sont que des expériences qui vont et viennent et que nous laissons se dérouler. Nous parvenons à ce point avantageux grâce à la discipline permettant à la vie de nous traverser et donc d’apprendre. Qu’est-ce que l’ennui ? Est-ce utile ou non ? Pouvons-nous agir à son encontre, y croyons-nous ou pensons-nous nous en libérer en rétablissant un sentiment de clarté et d’attention à ce que nous sommes en train de faire ? En ce qui me concerne, après quelques années de méditation, étudiant un peu, lisant un peu et pensant énormément, je n’avais vraiment rien dans quoi m’engager. C’était vivre comme un moine, mais même vivre comme un moine, dans la règle, n’était pas un engagement de tous les instants parce que, la plupart du temps, je ne faisais que rester assis. Ce dont j’avais besoin et que je trouvais très utile, c’était un entraînement consistant à faire les choses le mieux possible en m’occupant des simples possessions qui étaient les miennes. Comme moine, j’avais à plier ma robe d’une certaine façon, je ne pouvais pas seulement l’ôter et la jeter par terre quand je rentrais dans ma cellule comme je faisais quand j’étais étudiant. En tant que moine, il me fallait plier ma robe autour de mes mains pour former un paquet bien net qu’il fallait placer d’une certaine manière, afin de le retrouver le lendemain au lever du soleil et aussi être conscient de l’heure qu’il était, aurore ou non. Je dois nettoyer ma cellule tous les jours, ou même n’importe quelle cellule parce qu’un moine ne possède pas une cellule à lui. Pour un moine, une cellule n’est qu’un logement, un endroit temporaire. Même si l’on y a passé dix ans, c’est toujours une nuit à la fois. Quand nous nous déplaçons ailleurs, nous avons une cellule pour une nuit, ou deux heures. Nous devons traiter chaque endroit où nous avons séjourné aussi bien : le tenir propre et en ordre sans penser : « Oh, c’est la maison de quelqu’un d’autre, il nettoiera pour moi ! ».

Je dois aussi m’occuper de mon bol à aumônes avant de recevoir la nourriture, le nettoyer en m’assurant qu’il n’y a aucune infime créature à l’intérieur. Ensuite, je dois recevoir la nourriture d’une certaine manière. Me placer afin de me trouver près des autres. Ensuite, quelqu’un met la nourriture, soit dans mes mains, soit dans le bol. Il me faut recevoir ce don en regardant le bol sans entamer la conversation, mais en tenant le bol bien stable tout en regardant à l’intérieur. C’est une action de grande attention. Quand j’ai terminé mon tour d’aumônes, il me faut vider la nourriture, la partager avec d’autres, manger ce qu’il me faut et immédiatement laver le bol, sans le laisser flotter dans l’évier pendant trois heures, le laver tout de suite avec soin, l’essuyer proprement et puis le ranger de façon qu’il ne soit pas sur une surface dure, ni dans un endroit d’où il pourrait tomber et se casser. Ce sont seulement là les petits côtés de la discipline d’un moine. Ils ne sont pas très difficiles ; ils sont même très beaux. J’ai remarqué que le fait de devoir mettre son attention sur des choses de ce genre signifie que je ne peux pas me laisser piéger par mon obscur mental personnel. S’entraîner de cette façon, être attentif aux circonstances qui m’entourent et, d’une certaine manière respecter les choses, signifie que je ne peux pas simplement rester perdu dans mes pensées, dans mes humeurs et mes sentiments. Il me faut rester conscient de ce qui se passe. C’est le chemin traditionnel, le chemin du moine et c’est vraiment très utile. J’ai remarqué que cet entraînement mental aide à nous développer au-delà de l’entraînement lui-même. Une grande partie de la vie de notre société consiste à s’occuper de choses comme l’équipement, les machines, les voitures, la maison, les vêtements, etc. Les choses ont évidemment leur nature propre, leur manière personnelle de fonctionner et il nous faut apprendre comment elles marchent. Nous ne pouvons pas donner un coup de pied à une machine et espérer qu’elle se remette en mouvement. Si nous ne nous entraînons pas d’une façon ou d’une autre, nous risquons de casser des choses ou de mal nous en servir. Dans les monastères, nous avons toujours des activités où on entraîne les moines à utiliser les outils convenablement. Les gens ont tendance à s’en servir sans les nettoyer après usage, et sans les ranger. Ils les emploient mal parce qu’ils veulent les faire fonctionner sans vraiment comprendre leur fonctionnement. Nous ne voulons pas savoir qu’il y a une façon de tenir un outil avec gentillesse, ou qu’il faut attendre qu’il se chauffe, qu’il nous faut le tenir d’une certaine façon sinon il ne coupera pas correctement, ou que nous ne pouvons couper des clous avec une scie. S’il y a un clou dans le bois, il faut nous arrêter et enlever le clou. L’impatience de notre mental va dire : « Passe-moi la machine que je le défonce ! ». Et cela, naturellement, ne marche jamais. Nous finissons toujours par casser quelque chose ou par nous blesser. La discipline et la réflexion marchent ensemble de cette manière et peu à peu, c’est aussi le moyen de nettoyer le mental. Le mental peut se révéler attentif, soigneux, capable de donner et de se fixer sur le moment présent sans ajouter de pensées sur la façon dont les choses devraient être ou ne pas être. Tout ce remue-ménage s’arrête parce que nous n’avons pas cru en lui, nous ne nous sommes pas engagés en lui, nous ne l’avons pas combattu, ni pour l’adopter, ni pour le refuser. Nous avons gardé le mental fixé sur son objet du moment en laissant tout ce fatras nous traverser, jusqu’à ce que, finalement, il perde de son pouvoir de nous accrocher, de nous ligoter, de nous coller. Tel est le chemin vers la clarté, vers l’Éveil : discipline et réflexion — il y faut une certaine habileté !

Cet article, publié par Pra Buddha Bharata provient d’une causerie donnée à la Société Bouddhiste de Londres.

Traduit pour Le Refuge par Pierre Dupin.

Ajahn Sucitto

avatar
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4731
Age : 36
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: La discipline

Message par petit_caillou le Sam 11 Juin 2011, 12:32



_________________

    La date/heure actuelle est Mar 18 Déc 2018, 21:50