Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Les posteurs les plus actifs du mois

Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 16:30 par manila

» Dhammapada
Hier à 15:43 par vaygas

» Présentation
Lun 26 Juin 2017, 16:10 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Dim 25 Juin 2017, 09:15 par manila

» Totalement perdue..
Jeu 22 Juin 2017, 22:54 par tindzin

» Stéphane Arguillère
Jeu 22 Juin 2017, 20:12 par manila

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Mer 21 Juin 2017, 17:27 par Admin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 18 Juin 2017, 09:45 par Pema Gyaltshen

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» Présentation
Lun 12 Juin 2017, 15:03 par manila

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Ven 09 Juin 2017, 09:19 par Ortho

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Prensentation
Dim 04 Juin 2017, 21:18 par seve

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Présentation
Dim 28 Mai 2017, 18:24 par vaygas

» Presentations
Dim 28 Mai 2017, 10:20 par Akana

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Ven 26 Mai 2017, 16:16 par Admin

» Wilfried : nouveau venu
Jeu 25 Mai 2017, 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 30 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92461 messages dans 10769 sujets

Nous avons 4054 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Kitsunetsuki


Homage à Tara

Partagez
avatar
Invité
Invité

Homage à Tara

Message par Invité le Mer 29 Juin 2011, 16:40

mercredi 29 juin 2011


Hommage à Tara





Publié par Bouddhisme au feminin














mardi 28 juin 2011


Kannon, la deesse de la compassion



La religion populaire l’a parfois surnommée la déesse de la compassion. Vénérée en Chine, au Vietnam, au japon et au Tibet, Kannon a pris de nombreux aspects et de noms pour venir en aide à ceux qui l’invoquent


Sans son symbolisme, Kannon est l’une des principales émanations de la compassion du Bouddha, l’autre étant représentée par le bodhisattva Manjusri.


Kan signifie : observer; on signifie le son. Kannon, c’est celle qui entend les cris du monde. Au Japon, on l’appelle habituellement Kannon, mais elle change de nom et de forme selon les pays où elle est vénérée…../




Les différentes formes de Kannon


La bodhisattva de la compassion revêt différentes formes. Elle est parfois dotée de mille bras et mille yeux (elle voit tout et agit sur tout), parfois de onze visages et mille bras. On la représente, dans l’iconographie ou la statuaire, debout sur un nuage, ou chevauchant un dragon ou encore debout sur un rocher au milieu des vagues déchaînées. Tantôt elle arbore une tête de cheval et chevauche un lion - image terrible -, tantôt elle tient un filet et une corde pour étendre sa compassion sur tous les êtres.


Kannon est compassion agissante. Elle revêt une infinité de formes ; elle est muso, non-posture, non-forme. Elle est libre de prendre toutes les formes, d’apparaître à tout moment et en tout lieu.


Le Kannon Gyo


On ne peut parler de la bodhisattva de la compassion sans évoquer le Karman Gyo, 25e chapitre du Soutra du Lotus, l’un des principaux soutras du Mahayana. Le Kannon Gyo est le soutra le plus répandu au Japon. Le Bouddha s’adresse à Mujini, le bodhisattva de la compréhension parfaite : " Si les êtres sensibles prononcent le nom de Kannon, en grande concentration et mushotokou, ils peuvent atteindre la parfaite liberté. " Si on se concentre sur le nom de Kannon, on peut aller au-delà de tous les périls et de tous nos démons. " Lorsque Kannon veut éduquer, apporter son aide, elle se métamorphose et transmet le Dhar . " Bouddha ou démon, prostituée ou porteuse de poissons, Kannon prend une forme différente pour chaque être à qui elle apporte son aide. Nous-même, dans chaque situation différente, manifestons des formes différentes de Kannon.


Nous-même, lorsque nous sommes mushotokou, sans ego, lorsque nous consacrons notre vie au Dharma, nous sommes Kannon. Tout devient alors Kannon, non-peur, grand bonheur, liberté infinie. Comme Kannon, le bodhisattva joue sur la Voie, en parfaite liberté de forme, de lieu, de temps. Elle réalise gan, le grand voeu pur du bodhisattva.


Le pouvoir de Kannon
Le texte du Kannon Gyo est d’une grande beauté poétique : " Si vous êtes cernés par des animaux féroces, que leurs crocs aiguisés et leurs griffes acérées vous terrorisent, à ce moment-là, si vous vous concentrez sur le pouvoir de Kannon, ces démons s’enfuiront au loin... Si vous êtes cernés par des voleurs, des assassins et des brigands et que chacun d’eux brandit une épée et vous menace, à ce moment-à, si vous vous concentrez sur le pouvoir de Kannon, chacun d’eux sera animé de l’esprit de compassion... "


Nen pi Karman riki : se concentrer sur le pouvoir de Kannon. Ce mantra revient douze fois dans le poème. Se concentrer sur le pouvoir de Kannon, c’est alléger son esprit, abandonner l’ego, s’harmoniser avec le pouvoir cosmique. Par le pouvoir de mushotokou, de hishiryo, Kannon apparaît en nous et l’égoïsme s’évanouit. On peut alors résoudre toutes les difficultés. Un ancien disciple me racontait qu’à l’époque où Maitre Deshimaru commentait ce soutra, il lui dit un jour en sortant du dojo : " Mais, Sensei, nous sommes des Occidentaux, nous ne pouvons pas croire à ces histoires... " Sensei lui répondit : " C’est mieux de croire que de ne pas croire ". La foi est importante, c’est le non-doute, la non-peur : foi dans notre nature de Kannon. Animé de cette foi, le bodhisattva peut réaliser son grand voeu et sauver toutes les existences.
" Progressivement, tout s’évanouira et apparaîtra la sagesse illimitée, l’observation compatissante qui fait décroître les souffrances et apporte la joie et le bonheur. Le pur et saint esprit de Kannon procure une grande aide dans la souffrance.


Il possède tous les mérites et vertus et regarde tous les êtres sensibles avec des yeux compatissants, L’océan du bonheur est infini... Dans tous les pays du monde le corps de Kannon se réalise. "


On doit donc à Kannon la plus grande vénération.


Source: Extrait Bouddhisme Actualités


Publié par Bouddhisme au feminin à l'adresse 04:13 0 commentaires Envoyer par e-mail BlogThis! Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google Buzz










if (window['tickAboveFold']) {window['tickAboveFold'](document.getElementById("latency-8158583186371310666")); }



jeudi 23 juin 2011


Tara, la mere de tous les Bouddhas




Statue de Tārā banche dans un centre du dharma Karma Kagyu

Tārā (Sanskrit;devanagar ou Ārya Tārā (arya: noble), Dùmu en chinois; Tarani Bosatsu au Japon Jetsun Dolma en tibétain est une bodhisattva très populaire aussi bien auprès des laïcs que des monastiques dans le bouddhisme tibétain En sanskrit, son nom signifie Libératrice, mais aussi Étoile, et Celle qui fait passer - à l'autre rive - à l'instar d'un Bouddha Dans le bouddhisme tibétain, elle est considérée comme la Libératrice, et la Mère de tous les Bouddha. Tārā est une déite tantrique visualisée et méditée par les pratiquants du bouddhisme Vajrayana pour développer de certaines qualités intérieures, et comprendre les enseignements extérieurs, intérieurs et secrets de la compassion et de la sagesse en tant que compréhension de la vacuité Elle peut, comme toutes déités tantriques, être révérée comme yidam c'est-à-dire déité de méditation. Elle présente des points communs aux dakinis, mais elle s'en démarque en ce qu'elle est la principale figure féminine du Bouddha Ainsi, pour la yogini Manchik Labdron, Ārya Tārā est la manifestation en un corps de félicité (Sambhogakata) de Yum Chenmo, la grande mère primordiale (dharmakaya)

Selon Taranatha, elle était dans un monde du passé une princesse appelée lune de sagesse (Jñānacandra en sanskrit), (Yeshe Dawa en tibétain). Ayant durant plusieurs kalpas fait des offrandes au bouddha de ce monde, Dundubhisvara (tib. Tonyo Drupa), seigneur du son du tambour, elle développa l'esprit d'éveil bodhicitta (souhait de devenir un Bouddha pour venir en aide à tous les êtres) et devint ainsi un bodhisattva, tout en décidant de conserver sa forme féminine au long de ses incarnations successives jusqu'à atteindre l'état de Bouddha.

Tārā verte, à Kumbum,Gyantse, Tibet 1993

Il y a un vrai mouvement féministe dans le bouddhisme qui est relié à la déité Tārā. Suivant son culte de la bodhicitta, la motivation du bodhisattya, elle a observé la situation des êtres s'efforçant d'atteindre le plein éveil et elle remarqua que peu de personnes atteignaient l'état de Bouddha en tant que femme. Ainsi Tārā s'est fait une promesse (elle a dit à elle-même): «J'ai développé la bodhicitta en tant que femme. Pour toutes mes vies le long du chemin, je jure de renaître en tant que femme, et dans ma dernière vie, quand j'atteindrai l'état de Bouddha, là aussi, je serai une femme.

Tārā est aussi considérée comme une forme féminine d’Avalokiteshvara, liée comme lui au Bouddha Amitabha. De façon poétique, la légende la fait naître d'une larme de compassion d'Avalokiteshvara, ou encore d’un rayon sorti de ses yeux…../ voir la suite sur Wikipédia

Source : Extrait : Wikipédia

    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017, 07:24