Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» Phobie sociale
Aujourd'hui à 16:21 par Akana

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 12:33 par vaygas

» Dhammapada
Aujourd'hui à 12:31 par vaygas

» Présentation!
Aujourd'hui à 12:07 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 07:57 par Karma Döndrup Tsetso

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Melinda
Sam 20 Mai 2017, 15:18 par Admin

» "Phase noire"
Jeu 11 Mai 2017, 10:42 par Vyathita

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Prensentation
Lun 08 Mai 2017, 22:46 par Ortho

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Hommage à Stéphane (Tenryu)
Mer 19 Avr 2017, 20:27 par Karma Trindal

» Bonjour à vous tous
Mer 19 Avr 2017, 19:40 par Karma Trindal

» Pratique du Dharma: Pourquoi des retraites? Par Lama Rinchen Palmo
Mer 19 Avr 2017, 19:27 par Karma Trindal

» Message de SS le Karmapa: Santé de Lama Yeshé Losal Rinpoché et Samyé Ling
Dim 16 Avr 2017, 23:25 par Karma Trindal

» Avoir une habitation plus saine grâce aux plantes ?
Dim 16 Avr 2017, 23:08 par Karma Trindal

» Présentation Kato
Dim 16 Avr 2017, 23:04 par Karma Trindal

» Presentation EtreLeBonheur
Dim 16 Avr 2017, 22:58 par Karma Trindal

» présentation david
Dim 16 Avr 2017, 22:52 par Karma Trindal

» Aménager un autel bouddha dans une chambre ??
Dim 16 Avr 2017, 22:43 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoche sur Face Book
Dim 16 Avr 2017, 22:40 par Karma Trindal

» Reconnaissance De Tulku Tenga Rimpoche
Dim 16 Avr 2017, 22:37 par Karma Trindal

» Commencez aujourd'hui
Dim 16 Avr 2017, 22:31 par Karma Trindal

» présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:29 par Karma Trindal

» Enquête bouddhsime en Occident
Dim 16 Avr 2017, 22:28 par Karma Trindal

» Message de présentation
Dim 16 Avr 2017, 22:23 par Karma Trindal

» Rabjam Rinpoché à Bruxelles Mai 2017
Dim 16 Avr 2017, 22:18 par Karma Trindal

» de l'origine du soutra du cœur
Lun 10 Avr 2017, 23:22 par levitrailleur

» gourou yoga du 16 éme karmapa
Dim 09 Avr 2017, 18:32 par manila

» service civique à Bruxelles
Dim 02 Avr 2017, 14:05 par vaygas

» very happy ... !
Sam 01 Avr 2017, 17:06 par manila

» de prières
Lun 27 Mar 2017, 13:33 par Ortho

» Summer Course Announcement Summer Course 2017
Dim 19 Mar 2017, 00:10 par Ortho

» «C'est comme si toute une bibliothèque avait brûlé»
Sam 18 Mar 2017, 09:55 par Hild-Rik

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Sam 11 Mar 2017, 09:08 par Pema Gyaltshen

» Toute l'équipe de l'Arbre des Refuges vous souhaite une excellente année 2017!
Lun 27 Fév 2017, 14:42 par Karma Trindal

» Symposium Vedanā
Mar 14 Fév 2017, 14:27 par Hild-Rik

» Sutra original
Mer 25 Jan 2017, 12:46 par Ortho

» Image NASA
Mer 25 Jan 2017, 08:34 par Karma Tsultrim Jyurmé

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 34 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 32 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, Tcheu


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92299 messages dans 10748 sujets

Nous avons 4045 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Tcheu


Bouddhisme/ actualités dans le monde : En quoi le bouddhisme est-il moderne?

Partagez

lotuszen
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 953
Age : 44
Contrée : bouddhisme zen
Arts & métiers : animatrice
Disposition de l'Esprit : les pieds sur terre
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 18/07/2011

Bouddhisme/ actualités dans le monde : En quoi le bouddhisme est-il moderne?

Message par lotuszen le Mar 26 Juil 2011, 14:13

http://www.lexpress.fr/informations/en-quoi-le-bouddhisme-est-il-moderne_618997.html

En quoi le bouddhisme est-il moderne?
Par L'Express, publié le 24/10/1996

UNE PHILOSOPHIE POUR NOTRE TEMPS PAR MICHEL HULIN *

«Il conviendrait de replacer l'intérêt pour la philosophie bouddhiste au sein du contexte très critique dans lequel se trouve actuellement la philosophie en Occident. Depuis deux siècles, toutes les grandes catégories autour desquelles la philosophie occidentale s'était structurée ont été battues en brèche. Ce que Kant appelle les trois idées transcendantales a été laminé: le sujet comme moi substantiel; le monde comme organisation des phénomènes dans le temps et dans l'espace; Dieu comme pensée organisatrice de l'ensemble du réel. Ayant rongé ses propres racines, la pensée philosophique européenne se trouve aujourd'hui dans une certaine détresse. Elle a développé un complexe d'infériorité par rapport aux sciences positives auxquelles elle a abandonné l'effort d'interprétation du monde. D'un côté, elle a évolué vers un certain nihilisme; de l'autre, elle s'est repliée vers des questions plus modestes et techniques, comme l'analyse du langage.

«Voilà, parmi bien d'autres aspects, l'une des raisons pour lesquelles la philosophie bouddhiste exerce un grand attrait actuellement en Occident. Le bouddhisme échappe en effet à ces critiques démystifiantes: pour lui, il n'y a pas de sujet substantiel (l'homme est en devenir permanent); il se place dans une échelle de temps et d'espace illimité; il est sans l'idée d'un Dieu créateur. De plus, il ne prétend pas fournir d'explication globale et totalisante du monde. D'une certaine manière, le bouddhisme permet de remettre l'interrogation philosophique en contact avec les questions du sens et du salut, questions délaissées par la pensée philosophique occidentale contemporaine.»
*Philosophe. Professeur de philosophie indienne et comparée à Paris IV-Sorbonne. Auteur notamment de Hegel et l'Orient (Vrin) et de La Mystique sauvage (PUF).

BOUDDHA PLUS AMBITIEUX QUE FREUD PAR JEAN-CLAUDE ZANDMAN*

«Le point commun de la psychanalyse et du bouddhisme est l'abord résolument psychologique et pragmatique de l'être humain en tant qu'être souffrant. Bouddha est certainement un médecin de l'être, comme Freud. Leur projet n'est toutefois pas identique: Freud vise à atténuer les souffrances de l'homme, à le libérer de ses névroses, non de son angoisse existentielle. Bouddha est plus ambitieux: il enseigne comment se libérer de toute souffrance, par le détachement. La psychanalyse explore ce que l'individu a mis en place pour échapper à l'angoisse existentielle, par évitement et déplacement, ce qui paradoxalement engendre de la souffrance. Le bouddhisme, lui, ne s'occupe pas des arcanes de ces labyrinthes névrotiques: il préconise d'emblée la méditation comme moyen de se détacher de la souffrance.
«Il y a là une explication de l'engouement suscité par le bouddhisme chez les Occidentaux, qui croient faire ainsi l'économie d'une exploration coûteuse et douloureuse. Mais ceux qui pratiquent ainsi - en fuite d'eux-mêmes et de leur histoire - à la recherche d'une ?extase? sont les mêmes que les amateurs de sectes. Ils sont nombreux, bien entendu, car l'attrait de la méditation comme image infantile de paix et de sagesse est grand. Or, comme l'enseignent les maîtres authentiques, la méditation bouddhiste est ouverture vers l'intérieur. Ouvrir vers l'intérieur implique de libérer en soi toutes les fortes émotions imprimées et comprimées depuis le début de notre vie. Cette démarche est courageuse et demande de prendre conscience du prix à payer. Elle est souvent difficile pour des Occidentaux qui n'ont pas fait d'abord un travail thérapeutique sur leur fond névrotique. En tout cas, son évitement réduira l'enseignement bouddhiste à une fascination mentale, et rien de plus.»
*Médecin psychiatre, psychothérapeute, Jean-Claude Zandman a pratiqué pendant dix ans la méditation bouddhiste.

SCIENCE ET BOUDDHISME: UN COUPLE QUI MARCHE
Entretien avec Francisco Varela*


- L'EXPRESS: Einstein disait que le bouddhisme était la seule religion compatible avec la science moderne. Partagez-vous ce point de vue?
- Certainement. Depuis dix ans, avec d'autres scientifiques du monde entier, je rencontre régulièrement le dalaï-lama: nous n'avons jamais eu le moindre problème méthodologique, car le bouddhisme est, lui aussi, une approche pragmatique empirique et expérimentale de la vie. De plus, il y a une plate-forme conceptuelle commune entre la science et le bouddhisme autour des notions d'interdépendance et d'impermanence. Tout phénomène est considéré comme un noeud dans un réseau de causalité et ne peut donc avoir de substance propre. Cette vision s'oppose à celle des grandes religions «révélées», qui affirment l'existence de substances immuables (Dieu, l'âme) échappant à la loi de causalité.

- Dans quel domaine la comparaison entre science et bouddhisme est-elle la plus significative?
- Le bouddhisme s'intéresse avant tout à l'existence humaine. C'est donc dans les sciences d'observation du corps et de l'esprit humain qu'il faut chercher. C'est particulièrement le cas des neurosciences et des sciences cognitives, c'est-à-dire l'étude scientifique contemporaine du phénomène mental (perception, mémoire, rêve, émotions, etc.), actuellement en pleine expansion. Les Occidentaux sont allés très loin dans l'étude de la causalité des phénomènes naturels, mais les maîtres spirituels du bouddhisme sont bien plus forts qu'eux dans la connaissance des phénomènes de l'esprit. Le bouddhisme tout entier repose sur cette méthodologie d'exploration minutieuse de la vie intérieure et du mental. Les méditants bouddhistes avancés sont des experts de la connaissance de l'esprit humain. Dans ce domaine précis, le bouddhisme intéresse tout spécialement la science contemporaine.

- Quelles peuvent en être les applications pour les Occidentaux?
- De deux ordres. Tout d'abord l'entraînement dans ces techniques favorise la recherche (en réduisant par exemple considérablement le taux de variabilité des états mentaux observés) et permet de dégager des lois du fonctionnement de l'esprit. Mais il peut y avoir de nombreuses applications pratiques. L'un des principaux problème des éducateurs, c'est d'apprendre aux enfants à apprendre, c'est-à-dire à être attentifs. Or les bouddhistes ont mis au point des méthodes concrètes permettant de cultiver une présence attentive. Ces techniques sont également fort utiles pour aider des sujets atteints de certaines maladies, telles la douleur chronique. La compréhension et la maîtrise des phénomènes mentaux et émotionnels est l'une des plus grandes carences de l'Occident, qui s'est beaucoup plus attaché à comprendre et à maîtriser les phénomènes extérieurs à l'homme. Le bouddhisme, à l'inverse, est une véritable science de l'intériorité de l'homme.

* Neurobiologiste (Ph. D. Harvard). Francisco Varela est directeur de recherche au CNRS. Il anime également une équipe de chercheurs au laboratoire de psychophysiologie cognitive à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris). Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont deux traitent des rapports des sciences cognitives et du bouddhisme: L'Inscription corporelle de l'esprit (Seuil) et Passerelles, entretiens avec le dalaï-lama sur les sciences de l'esprit (Albin Michel).


    La date/heure actuelle est Lun 22 Mai 2017, 21:23