Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 07:28 par Karma Döndrup Tsetso

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 07:35 par Karma Döndrup Tsetso

» Dhammapada
Hier à 07:02 par vaygas

» retraite de trois ans en Bourgogne
Lun 14 Aoû 2017, 08:46 par vaygas

» Martine BATCHELOR
Dim 13 Aoû 2017, 11:57 par Hild-Rik

» La métamatière et le peuple
Sam 12 Aoû 2017, 13:05 par manila

» Matthieu Ricard - "Point de vue"
Jeu 10 Aoû 2017, 09:25 par Hild-Rik

» Quatre nobles vérités
Mer 09 Aoû 2017, 17:09 par manila

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Lun 07 Aoû 2017, 00:37 par tindzin

» Conseils pour renouer et garder le lien sacré?
Lun 31 Juil 2017, 19:31 par manila

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 25 Juil 2017, 11:30 par manila

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 15:08 par manila

» Presentations
Dim 23 Juil 2017, 15:07 par manila

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Dim 23 Juil 2017, 15:05 par tindzin

» Prensentation
Dim 23 Juil 2017, 14:45 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:40 par petit_caillou

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:34 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:32 par petit_caillou

» Rencontre en cercle inter-tradition
Sam 22 Juil 2017, 16:39 par Pema Gyaltshen

» Stéphane Arguillère
Dim 16 Juil 2017, 17:59 par Hild-Rik

» Etude dans le bouddhisme
Lun 03 Juil 2017, 09:18 par seve

» Totalement perdue..
Jeu 22 Juin 2017, 22:54 par tindzin

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Wilfried : nouveau venu
Jeu 25 Mai 2017, 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 33 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 32 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Karma Döndrup Tsetso


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92641 messages dans 10777 sujets

Nous avons 4060 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Sacados


Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Partagez

lotuszen
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 953
Age : 44
Contrée : bouddhisme zen
Arts & métiers : animatrice
Disposition de l'Esprit : les pieds sur terre
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 18/07/2011

Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Message par lotuszen le Mar 11 Oct 2011, 19:04

L'ART-THERAPIE

L'art-thérapie est l'utilisation de l'expression artistique dans l'aide aux personnes qui ont des troubles psychiques (désordres émotionnels, stress, manque de confiance) ou des difficultés d'apprentissage .

L'art-thérapie apporte aussi un soutien thérapeutique aux personnes confrontées à une détresse émotionnelle. Le principe de base est d'encourager les patients à exprimer leurs sentiments et émotions sous une forme visuelle ou plastique (peinture, sculpture,dessin, etc.)

Le plus important lors d'une séance d'art-thérapie est de surmonter la crainte de s'exprimer, de faire ressurgir des émotions et sentiments refoulés dans notre inconscient et d'aider à connaître leurs origines.

Un autre aspect positif de l'art-thérapie est le fait que l'oeuvre d'art peut contenir des symboles que le thérapeute analyse de manière similaire à l'interprétation des rêves dans la psychanalyse. Mais à la différence de la psychanalyse, c'est le patient qui prend en charge l'interprétation des symboles artistiques qu'il a créés.

L'art-thérapie est une méthode idéale pour se relaxer et résoudre très naturellement ses problèmes. Peu importe le talent ou le savoir-faire, le plus important est d'écouter sa "voix" intérieure et de s'exprimer à travers sa création artistique.
--------------------------------------------------------------------------------
QUELQUES CONSEILS :

- Pour "démarrer" dans l'art-thérapie, consultez un praticien. En général, il s'agit d'un psychothérapeute qualifié.

- Pendant une séance, le thérapeute vous guide afin de stimuler l'interprétation de votre oeuvre (et non sa réalisation).

- Commencez par la première "image" qui vous vient à l'esprit.

- Laissez "parler" votre intuition et votre spontanéité.

- Au contraire, il faut faire taire la "voix" critique et inhibante qui est en vous.

- Travaillez sans vous soucier du résultat.

- Si vous vous sentez peu à l'aise avec la peinture, essayez l'argile, le découpage-collage ou toute autre expression artistique.

- Examinez soigneusement votre oeuvre une fois achevée. Les couleurs, les formes , les symboles représentés ont-ils pour vous une signification? Quels sentiments éveillent-ils en vous?

- Ecrivez ensuite quelques mots sur la signification des ces couleurs, formes et symbôles.

- Sachez que la découverte de la signification de vos oeuvres ne résout pas vos problémes psychologiques mais permet de mieux les comprendre, les accepter et finalement de les surmonter.

Les mandalas sont une forme d'art-thérapie. Voir le dossier Mandalas

--------------------------------------------------------------------------------
L’art-thérapie c’est prendre sa parole en main !

par Jean-Pierre Royol - Art-thérapeute

« Tant que nous ne serons parvenus à supprimer aucune des causes du désespoir humain, nous n’aurons pas le droit d’essayer de supprimer les moyens par lesquels l’homme essaie de se décrasser du désespoir.» Artaud parle ici de la drogue, pour ma part, je parlerai d’Art-thérapie.
Utilisée dans le champ du soin et de la prévention, l’ Art-thérapie est une méthode qui consiste à créer les conditions favorables à l’expression et au dépassement des difficultés personnelles par le biais d’une stimulation des capacités créatrices.
Elle trouve sa place dans le cadre des troubles dépressifs et psychosomatiques, des conduites addictives, des problématiques alimentaires mais aussi dans celui de pathologies plus sévères comme les psychoses et l’autisme. Aujourd’hui, nombreux sont les services de psychiatrie publics ou privés qui lui font appel.
Dans le domaine de la prévention elle peut permettre, par exemple, que la violence cesse de prendre pour cible le corps de l’autre ou celui du sujet lui-même, lorsqu’elle peut enfin se traduire en langage artistique.
Soulignons tout de suite qu’un pouvoir politique ne tenant pas compte de cette évidence ne devra pas s’étonner de voir se développer des comportements violemment asociaux. Curieusement, cette violence qui ne cesse de faire la une de nos quotidiens est trop souvent entendue comme déficit de l’intégration sociale alors qu’il est clair qu’elle résulte d’une hyper adaptation à un discours dominant qui conduit à un effacement de l’expression subjective. Grâce à l’ Art-thérapie, cette forme de travail de désocialisation, de désintoxication à l’égard du discours dominant peut passer par un retour aux racines des processus de subjectivation via le travail avec les matières brutes comme l’argile, le plâtre, la pâte colorée, le textile… enfin tout ce qui peut constituer le sol d’un projet. C’est ainsi que le sujet peut repartir de son empreinte « digitale ».

Le fait d’utiliser l’expression: « Art-thérapie » présuppose que l’on ne confonde pas, de manière naïve, ces deux termes : « art » et « thérapie », et que, partant de cette séparation assumée, l’on envisage la possibilité d’un tissage de liens justement créatifs. Chacun des domaines est la limite de l’autre puisque l’Art, même s’il cherche à montrer, n’a rien à démontrer et c’est son luxe quand la psychologie dépose les armes devant la beauté. Il n’y aurait à convertir l’Art en Psychologie ou la Psychologie en Art que manœuvre hystérique ! Jamais l’un ne remplacera l’autre sauf à se cantonner dans une galerie des glaces comme monde de la pure illusion dominé par les sensations en lieu et place du sens. La psychologie, pour sa part, devrait cesser définitivement de « psychologiser » l’Art en le considérant comme ultime compensation ou refuge d’un sujet épouvanté devant la réalité ou rongé par son incapacité à mordre dans l’objet de son désir.

Dans le champ de l’Art-thérapie, l’Art peut être entendu aux racines - mêmes de ses origines latines dans la mesure où il engage le sujet du coté de l’ « ars », c’est-à-dire de ce « savoir-faire » qui n’est pas sans évoquer le « savoir y faire avec le symptôme », manière de lui rendre la parole en le débarrassant de sa fonction persécutrice. Loin de viser la surchauffe du plaisir poussant du côté de la jouissance, l’Art - thérapie se propose de conduire le sujet à « prendre sa parole en main » à travers la mise en formes de sa souffrance comme matière première.

La souffrance lorsqu’elle est représentée, extériorisée par le biais de la création est en quelque sorte mise à distance et ne colle plus à la peau sous forme de symptôme corporel. Le patient peut progressivement la considérer comme un objet extérieur, lui parler et la hisser au rang d’objet de communication. Une souffrance communiquée est déjà moins douloureuse puisqu’elle emprunte des circuits plus longs permettant de la relater en la relativisant, permettant aussi qu’elle se décharge en chemin de sa vérité persécutrice. On utilise d’ailleurs le terme : « souffrance » lorsque l’on parle d’une lettre en attente d’un destinataire.

Ce qui souffre est l’impatience d’un impossible à former c’est à dire à formuler.

La souffrance est le plus souvent masquée par les discours défensifs au sein desquels le sujet oscille du trésor au déchet. Reconnaître un sujet, c'est entendre et reconnaître la souffrance qu’il exprime quels que soient les moyens dont il dispose. C’est bien le statut de la souffrance, le statut du « mal à dire » qui est en question dans la psychopathologie et ce mal risque toujours de se passer du souffrant qui ne cesse de le subir tant qu’il ne lui donne pas corps au lieu de lui donner le sien. L’activité de représentation permet d’atténuer les contenus douloureux incrustés dans la chair. «On n'a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, que pour sortir de l'enfer», écrivait Antonin Artaud. Or cette capacité à représenter ou à symboliser, nous pourrions dire : à universaliser la douleur, peut se trouver paralysée par des injonctions persécutrices intériorisées et c’est d’abord au franchissement de cet obstacle que peut conduire l’Art - thérapie.

Dans le champ de la psychose, la souffrance est liée à l’envahissement du sujet par l’ Autre persécuteur et c’est bien pour tenter de se défaire de positions violemment persécutrices, que nous en revenons à la matière et que nous accompagnons le psychotique dans la plus grande discrétion. Il arrive même que nous travaillions ensemble sans s’imposer en une forme que j’appellerais volontiers la « dis-création ». Certaines thérapies se cantonnent à l’échange strictement verbal, or nous savons que les mots sont parfois d’emblée trop difficiles à émettre, à manier et peuvent même être vécus comme des mines toujours prêtes à sauter. Pour certains, le fait même de lâcher un mot, si celui-ci est cru, revient à se séparer violemment d’un bout de corps et l’on comprend aisément que cette prudence doit éveiller la nôtre. Je pense à un patient qui avait peur de s’endormir car il avait peur de parler en dormant, peur de révéler ce qu’il appelait sa « faute ». Cette peur était plus forte que tous les somnifères qui lui avaient été prescrits et qu’il avalait disait-il : « comme du petit lait ».

Par ailleurs, nombre de souffrances trouvent leurs racines dans les vécus somatiques qui précédent la pratique du langage parlé qui s’alimente à la source des expériences corporelles.

L’Art-thérapie, via le travail avec la matière que nous pouvons entendre ici comme : « l’amas-tiers », mobilise ce premier noyau organisateur et permet de dédramatiser ces sensations archaïques dans une mise en représentation ludique soutenue par le thérapeute. L’objet de la souffrance est toujours capable de devenir l’ « objeu » de Francis Ponge. Travailler avec la matière, c’est aussi une manière de rompre avec la toute-puissance du vu et si le corps est sollicité, il ne s’agit pas, à proprement parler, d’une thérapie corporelle car entre le corps du patient et celui du thérapeute demeure toujours un espace préservé dans lequel se développe l’objet de création. C’est cet objet qui sert de motif, de pré-texte à la rencontre et permet que des éléments inconscients transitent entre les deux acteurs de la thérapie.

On ne fait pas une Art-thérapie pour devenir artiste comme on ne fait pas une psychanalyse pour devenir psychanalyste mais il est vrai que certains patients prennent goût à la création et participent à des expositions d’œuvres qui ne sont pas produites en séance mais chez eux.

Cette forme de thérapie débouche assez souvent sur un changement de position dans le lien social, le passage du rôle de spectateur victimisé à celui d’acteur capable de bricolages vitaux qui ne se limite plus à servir fidèlement la jouissance de l’autre. Ce goût apparaît même parfois chez des personnes persuadées d’une profonde incompétence et qui finissent par trouver confiance en leurs capacités.

Jean-Pierre Royol
Docteur en psychologie clinique
Diplômé de l’Université de Lyon
Directeur de :
PROFAC
Centre de psychologie appliquée Organisme de recherche et de formation en Art-thérapie
19 Avenue Lafayette 13200 Arles – France
Mail : b@artherapie.com
http://www.artherapie.com
--------------------------------------------------------------------------------
La MUSICOTHERAPIE est une autre forme d'art-thérapie Il s'agit de l'utilisation de la production ou de l'écoute musicale pour induire un état de relaxation chez le patient et de favoriser l'expression d'émotions de manière non verbale. La musique stimule la mémoire et peut avoir un effet anti-douleur chez les malades en phase terminale. Le rythme musical accélère la libération d'endorphines, les analgésiques naturels du corps.
Actuellement, des recherches sont menées por prouver si la musique a un effet sur le système immunitaire.

Action de la musique sur l'organisme

La principale valeur thérapeutique de la musicothérapie réside en son influence sur les diverses émotions. En effet, en influençant certaines de nos émotions, la musique a la capacité de stimuler ou de réprimer certaines fonctions de l'organisme (comme le métabolisme, la tension et le pouls, la contraction musculaire, le rythme respiratoire et les sécrétions de certaines hormones). Certains services hospitaliers ont adopté cette thérapie en complément des soins classiques habituels. Le patient est allongé pendant 20 minutes avec un masque sur les yeux et des écouteurs, et on lui diffuse une musique douce qu'il apprécie. Les médecins ont remarqué une baisse de l'anxiété et de la tension suite à ces séances. Cela permet d'appuyer le traitement, de renforcer son efficacité et de diminuer les doses.

La musicothérapie peut être utilisée pour améliorer la concentration et stimuler la mémoire, l'attention, les facultés d'association, l'imagination et la confiance en soi.

C'est un langage différent qui s'interprète au moyen de l'énergie et de la vibration des ondes sonores. Si nous n'avons pas conscience de cela, notre corps et notre esprit, eux, le ressentent. Ainsi, un morceau musical permet au corps et à l'esprit d'être en harmonie.

La musique est donc utilisée comme une forme de thérapie dans certains traitements de psycothérapie moderne. Les 4 traitements les plus courants de la musicothérapie sont :

L'audition passive : il s'agit de l'écoute de certaines mélodies comme thérapie

L'audition active : c'est l'écoute de la musique puis l'analyse des sentiments qu'elle provoque chez le patient.

L'interprétation : le patient interprète des mélodies afin d'améliorer sa pathologie. Cela suppose qu'il ait des bases de connaissances musicales. Le travail créatif : la composition musicale est un outil thérapeutique important.


http://www.naturamedic.com/art-therapie.htm
avatar
hananou
Essence de l'Arbre
Essence de l'Arbre

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 56
Contrée : france
Arts & métiers : le vent souffle sur les drapeaux
Disposition de l'Esprit : A/ Om Ma Ni Padme Houng
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 05/01/2011

Re: Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Message par hananou le Mar 11 Oct 2011, 19:46



_________________
Puisse la bodhicitta, le précieux esprit d’éveil, qui n’a pas été générée dans notre esprit être générée et croître,
Et puisse l’esprit d’éveil qui a été généré dans notre esprit et dans celui des autres ne pas dégénérer mais augmenter toujours plus.
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7394
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Message par Pema Gyaltshen le Mar 11 Oct 2011, 20:50

J'ai participé l'année dernière à des sessions d'Art Thérapie en Belgique...
Notamment avec ma cithare...
C'est très encadré et sérieux, c'était dans l'espace de l'hôpital Erasme à Bruxelles.


_________________

avatar
brackardej
Essence de l'Arbre
Essence de l'Arbre

Masculin
Nombre de messages : 1502
Age : 62
Contrée : LOTHLORIEN (Terre du milieu)
Arts & métiers : magasinier
Disposition de l'Esprit : randonnée, bicyclette, forêts , dialoguer avec mon chat , regarder la neige tomber ...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/12/2007

Re: Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Message par brackardej le Mar 11 Oct 2011, 21:14

Pourquoi pas ?
Méfiance tout de même envers les charlatans de tous poils et les marabouts de carton pâte forts peu scrupuleux quant aux souffrances réelles de leur victimes qu'ils pigeonnent sans vergogne.....Engeance détestable présente en grand nombre dans le domaine des
" médecines et thérapie " parallèles... Cuidado amigos !!!!


_________________
Bêtise humaine. "Humaine" est de trop : il n'y a que les hommes qui soient bêtes.
Jules Renard

" La philosophie, c'est l'art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité. "
Frédéric Dard
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7394
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Message par Pema Gyaltshen le Mer 12 Oct 2011, 08:27

Oui, c'est pourquoi chez nous en Belgique , c'est très encadré.
Et il ne s'agit pas pour les artistes de se substituer aux médecins.
Mais c'est un travail de collaboration.


_________________

avatar
Karma Yéshé
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 2654
Age : 50
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Re: Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Message par Karma Yéshé le Mer 12 Oct 2011, 10:02

Je trouve que c'est une belle initiative.

Contenu sponsorisé

Re: Bouddha Bar : j'ai envie de parler de : l'art- thérapie

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû 2017, 07:53