Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Préoccupation sur la situation sociale en France
Aujourd'hui à 09:47 par Ortho

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 09:12 par vaygas

» Sauvetage d'un éléphanteau au Kerala en Inde
Hier à 14:54 par Mila

» Atelier de méditation « Joie de Vivre I »
Hier à 00:11 par Tergar Bruxelles

» L’importance de l’amour dans le bouddhisme
Dim 09 Déc 2018, 11:05 par Disciple laïc

» Noorung le chien vagabond
Dim 09 Déc 2018, 07:50 par Disciple laïc

» Soutra de Celui qui Connaît l’Art de Vivre Seul
Ven 07 Déc 2018, 14:30 par Disciple laïc

» Sutra de la Voie du Milieu - sur la Vue Juste
Jeu 06 Déc 2018, 19:49 par Disciple laïc

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Jeu 06 Déc 2018, 15:44 par Mila

» Le Bouddha a-il vraiment besoin qu’on lui offre de l’encens ?
Mer 05 Déc 2018, 16:15 par indian

» Discours sur l’Enseignement donné aux Malades
Mer 05 Déc 2018, 14:56 par Mila

» L’Enseignement au disciple vêtu de blanc (les laïcs)
Mer 05 Déc 2018, 14:48 par Mila

» Le Discours d’Anuradha
Lun 03 Déc 2018, 22:49 par Disciple laïc

» Le Discours sur la jeunesse et le bonheur
Lun 03 Déc 2018, 22:21 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Lun 03 Déc 2018, 10:04 par Disciple laïc

» Le Discours sur les Huit Réalisations des Grands Êtres
Dim 02 Déc 2018, 22:40 par Disciple laïc

» Le Discours d’Anuradha
Dim 02 Déc 2018, 15:42 par Disciple laïc

» Le Discours sur la Prise de Refuge en Soi-même
Dim 02 Déc 2018, 15:32 par Disciple laïc

» L’approche spirituelle chez les éclaireurs et éclaireuses de la nature
Dim 02 Déc 2018, 10:31 par Disciple laïc

» Présentation
Sam 01 Déc 2018, 13:52 par mabou

» Aoyama Roshi à la Demeure sans limites
Lun 26 Nov 2018, 18:25 par Disciple laïc

» Bouddhisme et animisme au Laos
Jeu 22 Nov 2018, 14:23 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Lun 19 Nov 2018, 21:15 par Akana

» Rencontre en cercle inter-tradition
Lun 19 Nov 2018, 11:51 par Mila

» Quand le corps, l'esprit et l'instrument font un .
Dim 18 Nov 2018, 12:36 par Mila

»  Pour protéger les forêts de Thaïlande , des arbres sont ordonnés moines
Dim 18 Nov 2018, 11:30 par Mila

» Enseignements publics de Dungsey Gyétrul Jigmé Rimpoché à Bruxelles
Dim 18 Nov 2018, 11:12 par Mila

» Réouverture du site RIMAY
Sam 17 Nov 2018, 22:38 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Sam 17 Nov 2018, 15:28 par Mila

» Bon 80 ème anniversaire Cher Dalaï Lama !
Sam 17 Nov 2018, 10:03 par Karma Trindal

» La pratique du sommeil
Ven 16 Nov 2018, 20:19 par Mila

» Pratiquer le Dharma aujourd'hui: Mindfulness Association Belgium
Ven 16 Nov 2018, 14:16 par Karma Trindal

» présentation d'oupa
Ven 16 Nov 2018, 13:59 par Karma Trindal

» Nouvelle arrivée
Ven 16 Nov 2018, 13:58 par Karma Trindal

» Je pousse la porte...
Ven 16 Nov 2018, 13:55 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 13:42 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Ven 16 Nov 2018, 13:41 par Karma Trindal

» Un grand bonjour pour vous !
Ven 16 Nov 2018, 12:55 par Karma Trindal

» Présentations
Ven 16 Nov 2018, 12:50 par Karma Trindal

» présentation
Ven 16 Nov 2018, 12:49 par Karma Trindal

» Kalou Rimpoché à Paldenshangpa La Boulaye , décembre 2018
Ven 16 Nov 2018, 12:43 par Karma Trindal

» Namasté à tous
Ven 16 Nov 2018, 12:23 par Karma Trindal

» Paroles d'animaux
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par Mila

» Ripa International Center
Mer 07 Nov 2018, 09:05 par Mila

» Les prières du Bardo.
Mar 06 Nov 2018, 22:29 par Ortho

» Méditation : comment elle modifie le cerveau
Lun 05 Nov 2018, 22:47 par tindzin

» Quelle place et quel sens donner à la vie monacale ?
Dim 04 Nov 2018, 11:01 par Disciple laïc

» Illusion ou censure ?
Jeu 01 Nov 2018, 09:57 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 30 Oct 2018, 20:56 par Pema Gyaltshen

» Formations mentales, émotions non souhaitées
Sam 27 Oct 2018, 09:22 par Jean-François

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , décembre 2018
Ven 26 Oct 2018, 17:50 par Mila

» Qu'est devenu Larung Gar ?
Ven 26 Oct 2018, 12:08 par Mila

» Le tibétain?
Jeu 25 Oct 2018, 20:06 par Mila

» Les cent conseils de Padampa Sangye
Mer 24 Oct 2018, 14:28 par Mila

» DREPUNG GOMANG MONASTERY TOUR 2018
Mer 24 Oct 2018, 13:09 par Ortho

» Adzom Gyalsé Rinpoché Bruxelles 2018
Mar 23 Oct 2018, 10:28 par Pema Gyaltshen

» Restons Zen : Le Village des Pruniers
Dim 21 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» L’éthique dans tous ses états – 1/2 et 2/2 : « enseigner l’éthique »
Dim 21 Oct 2018, 14:16 par Disciple laïc

» poème de Jules Supervielle
Sam 20 Oct 2018, 16:42 par Abhradan

» Plongée au coeur du Bouddhisme russe : le datsan d'Aguinskoië .
Sam 20 Oct 2018, 14:14 par Mila

» Regard profond sur les 5 agrégats
Ven 19 Oct 2018, 17:19 par Disciple laïc

» Journée du Bouddhisme - 28 octobre 2018
Mer 17 Oct 2018, 22:43 par Mila

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Mer 17 Oct 2018, 10:52 par Mila

» Méditation-Addiction
Dim 14 Oct 2018, 19:46 par Ortho

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Dim 14 Oct 2018, 19:41 par Ortho

» La pratique véritable .
Dim 14 Oct 2018, 11:36 par Ortho

» Pratique quotidienne + un "truc"
Dim 14 Oct 2018, 08:23 par Disciple laïc

» Krishnamurti, révolution psychologique
Sam 13 Oct 2018, 15:52 par Mila

» La méditation en marchant
Sam 13 Oct 2018, 09:26 par Disciple laïc

» Lettre à un religieux
Ven 12 Oct 2018, 14:55 par Disciple laïc

» Shalom, Salaam, Tournée en Israel/Palestine
Ven 12 Oct 2018, 13:43 par indian

» Trinh Xuan Thuan publie La plénitude du vide
Ven 12 Oct 2018, 12:22 par Disciple laïc

» Rencontre des deux Karmapa en France
Ven 12 Oct 2018, 09:54 par Abhradan

» Anniversaire du Vénérable Thich Nhat Hanh
Ven 12 Oct 2018, 09:52 par Mila

» Quand chante Milarépa
Jeu 11 Oct 2018, 10:19 par Mila

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 32 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 32 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97953 messages dans 11278 sujets

Nous avons 4264 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Tergar Bruxelles

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7495)
 
Karma Trindal (6916)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2442)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Le role des emotions

Partagez
avatar
Karma Yéshé
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 2779
Age : 52
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Le role des emotions

Message par Karma Yéshé le Ven 23 Déc 2011, 22:41




Le rôle des émotions..


par Réduire le Stress, Augmenter l'Énergie et Retrouver l'Équilibre., jeudi 22 décembre 2011, 10:29
.





Avec l’évolution, nous sommes devenus les rois de la chaîne alimentaire et avons développé toutes sortes d’outils qui nous ont aidés à nous défendre contre de nombreux dangers physiques de la nature. Avec le développement de notre système nerveux, nous sommes aussi devenus des êtres sociaux. Notre environnement ne comporte plus seulement des dangers physiques, mais il recèle aussi des dangers moraux et psychologiques. Le messager est demeuré le même, soit l’adrénaline, mais le message a évolué et a tissé un fabuleux réseau invisible – les émotions négatives (un article à paraître prochainement concernant la compréhension des émotions négatives selon la philosophie bouddhiste). Chaque émotion négative correspond à un état de danger distinct. Les émotions sont donc des signaux spécialisés traduisant un message spécifique en rapport avec une situation vécue. De la même manière que le messager informe le capitaine qu’il y a un trou dans la coque du bateau ou qu’il n’y a plus d’eau potable, chaque émotion contient une instruction sur le danger moral ou psychologique vécu. Elle nous donne aussi l’énergie nécessaire pour l’affronter.



Que se passe-t-il quand le capitaine fait la sourde oreille ? Le messager revient en force, car le danger est toujours présent. « Capitaine, je sais que vous êtes occupé à autre chose, mais il y a un trou dans la coque ! » Quand on ne l’écoute pas, l’adrénaline (ou le cortisol) induit des changements néfastes. Elle sort le corps de l’état de paix, et nuit à certains systèmes, par exemple le système digestif, urinaire et immunitaire. Les émotions esquivées rompent donc l’état d’équilibre et ont des conséquences dangereuses pour la santé. Pour retrouver l’état de paix, il faut écouter le messager et régler son problème pour qu’il cesse de sonner l’alarme.



Une émotion est une énergie pure qui nous motive. C’est une pression psychologique nous poussant à AGIR. C’est un message dont on peut se servir pour continuer à grandir, à évoluer et à induire des changements dans notre monde. Plusieurs personnes ne le savent pas. Elles sont découragées par la montée de pression engendrée par l’adrénaline et essaient de réprimer cet état de danger par de mauvaises habitudes comme le tabagisme. La cigarette, certes, constitue un excellent antidote chimique par son effet relaxant. Le message émotif, par contre, demeure présent. Le messager reviendra donc une fois que l’antidote ne fera plus son effet. Quand on a peur de la montée de l’adrénaline, on a peur du messager. On a alors peur de la peur. Lorsque nous l’affrontons, nous pouvons enfin entendre le messager et trouver une solution à la situation dangereuse, qu’elle soit réelle ou fictive.



Les émotions sont NORMALES et ESSENTIELLES. Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises. Si on les appelle « émotions négatives », c’est seulement en raison du sentiment désagréable (la peur) qui les accompagne. Ce sentiment désagréable est cependant nécessaire pour susciter une action urgente.



Nous avons tous des besoins à combler. Nos émotions nous indiquent à quel besoin nous devons prêter attention, tout comme les voyants d’un tableau de bord nous indiquent les problèmes précis à régler. Quand vous conduisez votre auto et que le symbole de l’huile s’allume, vous savez quoi faire, n’est-ce pas ? Le niveau d’huile moteur est trop bas et vous vous arrêter à la prochaine station-service pour en ajouter. Puis vous vous essuyez les mains et vous repartez ! Bref, vous savez quoi faire, parce que vous avez appris le langage de l’automobile et savez qu’il est dangereux de continuer à rouler quand le voyant d’huile est allumé. Eh bien, c’est la même chose pour nos émotions ! L’ennui, la colère, la culpabilité, la tristesse, l’inadéquation, le stress… TOUTES ces émotions sont sur le tableau de bord. Nous pouvons les utiliser à notre avantage.







LES ÉMOTIONS PRIMAIRES NÉGATIVES



Il n’existe pas de définition ou de théories uniques des émotions. Il en existe plusieurs et toutes semblent décrire un sentiment intense consécutif à une expérience psychologique. Vu qu’aucune théorie ne peut à elle seule expliquer tous les aspects de l’expérience, aucune catégorisation des émotions n’est possible, ce qui montre que ce domaine relève fort probablement de l’irrationnel ou de l’illogisme.



La description d’une émotion est aussi complexe que la description d’une œuvre d’art. Certaines personnes peuvent rattacher une œuvre au style moderne, contemporain ou autre. Mais l’œuvre d’art reste une expérience que l’on ressent et que l’on vit. Les limites et les catégories n’existent pas dans le domaine de l’irrationnel, elles n’existent que dans le monde logique et physique. Une émotion est une sensation, une pure compréhension. Quels mots pour évoquer la subtilité d’une nuance de peinture ? Il existe tant de nuances pour chaque couleur ! Allez choisir de la peinture pour repeindre votre salon, et vous le verrez bien. Calvin Bayan, dans The Secret Language of Feelings, décrit une palette d’émotions constituée de sept couleurs de base dont on peut se servir pour décoder le message émotif. Sa méthode facile permet de prêter rapidement attention aux messages émotifs afin de les régler.



Arbre des émotions issues de la peur

L’adrénaline produit la peur. Cette peur se métamorphose en émotions négatives.



Adrénaline

Peur

Inadéquation – Colère – Culpabilité – Stress – Tristesse – Ennui – Solitude



Les sept couleurs de base



Stress

Définition : Sentiment d’être débordé ou de manquer de contrôle.

Besoin : Nous avons tous besoin de nous acquitter de nos tâches. Le message livré par le stress est : « Je sens que j’ai trop de choses à faire ou que je ne suis pas en condition pour le faire. J’ai besoin d’aide ou de ressources supplémentaires pour m’acquitter de toutes mes tâches. »

Rôle : Le stress indique qu’il faut revoir sa méthode de travail ou sa façon de gérer ses obligations. Ce sentiment peut résulter d’une mauvaise gestion du temps ou d’une faible capacité organisationnelle. Il peut aussi être induit par une incapacité de dire non aux demandes des autres ou une difficulté à prioriser l’essentiel.



Ennui

Définition : Sentiment de lassitude et de léthargie. Manque d’intérêt pour la vie.

Besoin : Nous avons tous besoin de nous épanouir. L’ennui est le message disant : « J’ai besoin d’avoir des défis et de vivre des choses qui me feront grandir. »

Rôle : L’ennui nous indique qu’il faut tenter de repousser nos limites, d’apprendre et de nous dépasser. Souvent, la paresse ou la peur de l’inconnu masque ce sentiment, mais il demeure présent.



Colère

Définition : Sentiment d’être furieux ou irrité.

Besoin : Nous possédons tous le sens de la justice, selon notre morale et nos croyances personnelles. La colère se manifeste quand nous percevons une situation comme INJUSTE pour nous-mêmes, pour d’autres personnes ou pour des choses que nous aimons.

Rôle : Quand nous devenons colériques, nous sommes stimulés par une montée d’énergie spectaculaire qui nous pousse à agir. La colère est donc une pression qui permet de réparer une situation injuste envers soi ou envers les autres.



Culpabilité

Définition : Fait de sentir fautif ou d’avoir honte.

Besoin : La culpabilité s’apparente à la colère, car elle provient du même besoin de justice. Mais, contrairement à la colère, la culpabilité est un message qui dit : « Je pense que j’ai été injuste envers quelqu’un, envers moi-même ou envers une situation. »

Rôle : La culpabilité est une pression qui nous pousse à réparer une injustice que nous avons commise.



Tristesse

Définition : Chagrin, sentiment d’avoir le cœur brisé. On confond souvent la tristesse avec la dépression.

Besoin : Nous sommes tous des êtres nostalgiques et relationnels. Par sécurité, nous avons besoin, chacun à notre manière, de nous attacher à des objets, à des lieux, à des visages, à des rôles et à des personnes. Parfois, cet attachement est si inapproprié ou intense qu’il nous prive de la satisfaction d’un besoin primaire de liberté et de détachement.

Rôle : La tristesse apparaît lorsque nous vivons une perte significative et indique notre degré d’attachement à cet objet, à ce lieu, à cet animal, à ce poste, à cette personne, etc. que nous venons de perdre.



Solitude

Définition : Fait de se sentir isolé.

Besoin : Nous sommes des êtres sociales ; nous nous épanouissons en compagnie de personnes qui nous apprécient ou que nous aimons. La solitude est le message disant : « J’ai besoin d’être avec quelqu’un qui m’apprécie et que j’aime » ou « J’ai besoin de sentir que je suis relié et que je fais partie d’un tout. »

Rôle : La solitude est une émotion qui nous pousse à socialiser, à partager, à interagir et à faire partie d’un ensemble.



Inadéquation

Définition : Fait de sentir stupide, inutile ou inapte.

Besoin : Nous avons tous besoin de nous sentir confiants, en pleine possession de nos moyens. L’inadéquation est la voix disant : « J’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui cloche en moi. J’ai besoin de me retrouver et de m’aimer. »

Rôle : L’inadéquation est une volonté de se sentir pleinement confiant, une énergie qui nous pousse à renouer avec notre puissance intérieure.







Les émotions combinées



Les couleurs de base des émotions nous permettent donc de décrire et de décider et de décoder les messages émotifs. C’est ce qu’on appelle communément « écouter ses émotions ». Il arrive souvent, par contre, que des situations fassent surgir plusieurs messages à la fois. Le ressenti devient alors une combinaison de plusieurs couleurs de base, créant ainsi une nuance particulière et distincte selon l’évènement, l’individu, son expérience et son interprétation de la situation.



Par exemple, lorsque Sophie Durelabeur est renvoyée après 15 ans de travail, il est possible qu’elle se sente :


■En COLÈRE, si elle estime que se renvoi est injuste;
■COUPABLE, si elle a l’impression qu’elle n’a pas fait les efforts nécessaires pour s’acquitter convenablement de ses tâches;
■ENNUYÉE par manque de motivation, après quelques semaines passées à chercher vainement un emploi;
■SEULE, si elle passe toutes ses journées à la maison;
■INADÉQUATE et rejetée, parce qu’un licenciement ne fait jamais de bien à l’estime de soi;
■TRISTE, si ce travail ou ses collègues étaient très importants pour elle;
■STRESSÉE, si un manque d’argent l’empêche de joindre les deux bouts.



La perte d’un emploi peut être assez pénible, tout comme d’autres épreuves de la vie. Le rôle de chaque émotion est de désigner un besoin brimé et de nous indiquer la manière de le satisfaire. Bien évidemment, tout est plus facile quand on déchiffre les messages. On peut ainsi réduire de manière importante la sécrétion d’adrénaline dans notre corps, et résoudre les différentes situations problématiques. Après la pluie, vient toujours le beau temps (un article à venir sur comprendre les émotions proposera plusieurs solutions qui permettront de répondre à ces besoins distincts et de résoudre le message émotif véhiculé).



Le déni émotionnel



Ceux qui n’écoutent pas leurs émotions font souvent appel à la distraction. La distraction, c’est la sourde oreille que fait le capitaine en présence du messager. C’est l’action de « noyer » les idées engendrées par l’émotion, sans jamais y faire face. Boire de l’alcool, fumer, courir les magasins, se goinfrer, regarder la télé, travailler – voilà des exemples d’activités de distraction qui permettent d’évacuer momentanément la pression. Mais un moyen de distraction ne peut pas devenir une habitude car, même s’il nous soulage temporairement, le vrai problème reste entier, puisque le message émotionnel – notre besoin – n’est pas comblé. AGIR selon l’émotion ressentie et décoder le message, cette nuance de couleur, est la seule manière de régler la situation. L’émotion qui revient constamment, comme un cercle vicieux, peut conduire à un sentiment de vide, de frustration et de dépression.



La frustration

Quand un besoin reste inassouvi, le messager s’énerve davantage et déclenche des systèmes d’alarme beaucoup plus puissants. La douleur de l’émotion négative augmente alors avec l’arrivée de la FRUSTRATION. Ce sentiment d’ « être abattu » est un mécanisme de sécurité normal. La frustration peut être ressentie comme un état de carence avec toute émotion persistante. Quand elle survient, c’est une demande faite par le corps pour faire QUELQUE CHOSE D’AUTRE, car votre comportement ne comble pas le besoin inassouvi et ne répond pas au message. C’est un appel à l’imagination : il faut changer de tactique pour percevoir la nuance de l’émotion qui ne fait que resurgir. C’est le moment de demander de l’aide, car si on ne trouve pas une solution à la frustration, on peut passer à l’étape ultime : la dépression.



La dépression ou l’anxiété

Lorsque le corps est entraîné dans une direction qui lui est nuisible, il cesse de coopérer. La dépression, c’est comme un arrêt automatique du système. De ce point de vue, elle serait donc bénéfique. Parfois, avec l’aide d’un professionnel, on peut enrayer les idées négatives (voire les pensées suicidaires) et découvrir ce qui a causé la frustration en premier lieu. Mais ceux qui n’aiment pas trop se questionner ou s’analyser finissent souvent par prendre des substances telles que des anxiolytiques et des antidépresseurs. Ces médicaments sont peut-être parfois nécessaires quand les symptômes sont sévères, mais ne constituent pas des remèdes miracles, en raison de leurs effets secondaires. Beaucoup d’autres conditions reconnues, telle que l’anxiété généralisée, sont causées par des émotions longtemps négligées.



Habitudes cancérigènes

Parfois, le mal psychique se traduit en mal physique, car les gens qui gèrent mal leurs émotions adoptent de mauvaises habitudes de vie. Un simple réflexe de distraction peut aussi alors devenir une dépendance cancérigène. Par exemple, certaines personnes :


■Fument la cigarette;
■Boivent de l’alcool;
■Mangent mal;
■Prennent des drogues;
■Dorment mal;
■Etc.



Bref, elles endommagent leur corps et adoptent des comportements dangereux qui sont des facteurs de risque du cancer.



La question à se poser maintenant est celle-ci : l’œuf ou la poule ?



Nous savons que l’usage de la cigarette est lié au cancer.



Si cette habitude de vie dangereuse (poule) est une conséquence d’une mauvaise gestion des émotions (œuf), qu’est-ce qui se passe une fois qu’on retire la poule ? En d’autres mots, que se passe-t-il avec des gens anxieux qui cessent de fumer ? Personnellement, je suis certain que la cessation du tabagisme est très bénéfique pour le corps, mais qu’est-ce qui se passe avec ces émotions, cette peur et ces changements physiologiques associés? Où vont-ils, si les gens ne savent pas comment les canaliser ? Si les gens n’y font pas face, le problème n’est solutionné qu’en partie. Le vrai défi, par la suite, c’est de régler le problème de l’œuf.







LES POINTS IMPORTANTS


1.Une émotion contient de l’information au sujet d’un besoin qui doit être comblé.
2.Toutes les émotions sont issues de la peur, mais se distinguent selon le besoin à combler. La peur nous guide vers le bien-être.
3.Les gens qui ne font pas face à leurs émotions n’ont jamais appris à les déchiffrer et peuvent fuir ces sentiments désagréables en adoptant des comportements dangereux de distraction qui nuisent au corps.
4.Quand on ne fait pas face aux émotions, l’information qu’elles véhiculent revient toujours. Cela peut mener ultimement à des répercussions psychologiques, telle que la dépression, et peut-être physiques, comme le cancer.

Alors, s’il vous plaît….



ÉCOUTEZ VOS ÉMOTIONS, car elles vous transmettent un message : «il y a quelque chose qui cloche et vous devez régler le problème !»



L’INCONNU UNIVERSEL



Pendant les cours de système nerveux à la faculté de médecine, j’encourage mes étudiants à explorer leur créativité, surtout en ce qui a trait aux questions médicales sans réponses claires. Les connaissances scientifiques actuelles sur le rôle des émotions et leur localisation dans le corps sont encore limitées. Certes, nous connaissons certaines structures anatomiques impliquées, par exemple le système limbique, l’hypothalamus, l’amygdale, l’hippocampe (eh oui, nous en avons un dans notre cerveau), mais personne n’a jamais observé une émotion sous un microscope, et les données sont très limitées quant à leur fonctionnement. OÙ SONT NOS ÉMOTIONS ? Nous savons que des molécules et des peptides sont impliqués dans les émotions, mais nous n’avons pas identifiés de mécanismes expliquant ces différentes émotions. Beaucoup de gens pensent qu’elles ne sont pas uniquement gérées dans notre crâne, car des récepteurs de neuropeptides ont été découverts à plusieurs endroits du corps. D’autres croient qu’elles peuvent aussi être présentes dans le système nerveux autonome (automatique), ce qui pourrait expliquer des réactions comme le choc vagal, soit une perte de conscience causée par un surplus émotionnel, ou des réactions dites « viscérales » (en anglais, gut feelings). Les émotions sont aussi accompagnées de sensations physiques – serrements, crampes, battements. Il n’y a donc aucun consensus sur la localisation anatomique des émotions. Par contre, il existe maintenant suffisamment de preuves pour croire qu’elles sont communiquées à toutes les cellules du corps. Le Dr Candace Pert, pharmacologue et auteur du livre Molecules of Emotion, explique que le mental communique et échange constamment de l’information avec le physique. Nos émotions circulent donc dans tout notre corps et peuvent être présentes dans chaque cellule de chaque organe de chaque système. Le langage émotionnel est un langage universel, inné. Complètement indépendant de la parole, il a un rôle important dans l’évolution. Des récepteurs émotifs ont été retrouvés sur des organismes cellulaires très primitifs. Ces découvertes ont d’énormes implications. Les émotions auraient donc été conservées depuis leur origine, sous les formes les plus simples de la vie, et auraient continué de se développer dans un réseau psychosomatique aussi important que celui de l’être humain.



L’universalité des émotions est aussi mise en évidence par l’impact important du langage non verbal. Lorsque nous communiquons, moins de 10% de la compréhension passe par les mots. Tout le reste de la communication provient du non-verbal – la posture, les gestes, les mimiques faciales, et l’intonation de la voix. Toutes ces composantes du non-verbal ont à leur base l’état mental et les émotions. Or, les recherches démontrent que le non-verbal émotif est similaire chez tous les individus de la planète, qu’ils viennent de Papouasie, de Chine, ou du Burkina Faso. Quand vous regardez un film dans une langue étrangère, ne saisissez-vous pas quand même l’essence des situations, au-delà de l’image ?



Le langage émotionnel est donc mondialement identique ET partagé par tous les êtres vivants, et ce, depuis l’aube des temps. Les animaux ressentent nos émotions et nous communiquons nos émotions aux autres automatiquement, par le principe de résonnance (un article à venir sur ce sujet), ce qui fait des émotions le langage le plus répandu sur la Terre, encore plus utilisé que l’anglais, le mandarin et l’espagnol. Ce n’est pas une langue que nous apprenons avec sa phonétique, ses accents et son orthographe. C’est un langage qui est en nous dès la naissance et que tous les êtres comprennent. Mais, en raison de leur nature immatérielle, il est extrêmement compliqué d’étudier les émotions, et la science n’en est encore qu’aux balbutiements. Mais cela est secondaire ; commençons par leur prêter attention, en les écoutant, et le reste viendra.



Dr. Christian Boukaram

Le pouvoir anticancer des émotions.



Autre articles de Stéphane

- Le rôle des émotions.

https://www.facebook.com/note.php?note_id=219436791465619

- L’alignement alpha, le cerveau et la synchronisation de vos deux hémisphères cérébraux.

https://www.facebook.com/note.php?note_id=217926628283302

- Pourquoi 2 minutes et comment ça marche l'alignement alpha ?

https://www.facebook.com/note.php?note_id=216504281758870

- Surmonter la négativité et nos difficultés.

https://www.facebook.com/note.php?note_id=210375775705054




Alignement Alpha

Dakar, Almadies.

77 664 1686

Stéphane Larouche

www.alignementalpha.ca
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7495
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Le role des emotions

Message par Pema Gyaltshen le Sam 24 Déc 2011, 09:41

L'article dit :

ÉCOUTEZ VOS ÉMOTIONS, car elles vous transmettent un message : «il y a
quelque chose qui cloche et vous devez régler le problème !»


Mais d'un point de vue Bouddhiste, certes nous devons écouter nos émotions mais PAS les suivre nécessairement.
Cet article est fort intéressant mais décrit le phénomène des causes et des effets des émotions sur l'organisme et sur notre comportement mais n'en donne pas l'essentiel :
A savoir qu'il faut maîtriser ses émotions et ne pas les subir, ne jamais en être esclaves car elles deviennent alors "destructrices" comme le souligne souvent le Dalaï Lama qui préfère utiliser le terme fort " destructrices" que habituellement nous appelons dans le Bouddhisme "perturbatrices "
Or pour maîtriser les émotions ...devinez ?
Ben oui : la pratique du Dharma ! La méditation...
Tout simplement...


_________________

avatar
MARCOMAGICO
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 544
Age : 50
Contrée : FRANCE
Arts & métiers : OFFICIER POLICE
Disposition de l'Esprit : BOUDDHISTE
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/11/2011

Re: Le role des emotions

Message par MARCOMAGICO le Dim 25 Déc 2011, 22:41


Très intéressant! merci .
Pour ma part je reprendrai les instructions du Dharma;
" Nous ne sommes pas nos pensées(ou émotions), et nos pensées(ou émotions) ne sont pas des faits "
La vigilance est un bon " contre poison ", pour ma part,
cela porte ses fruits ( doucement ...) drunken


_________________
marcomagico
avatar
Karma Tsultrim Jyurmé
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 731
Age : 40
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Telecom Analyst
Disposition de l'Esprit : Under construction
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 18/07/2011

Re: Le role des emotions

Message par Karma Tsultrim Jyurmé le Mar 27 Déc 2011, 13:59

Merci Karma yeshé, très précieux!


_________________
"La Bienveillance envers tous les êtres est la vraie Religion"

"Elève tes mots pas ta voix, c'est la pluie qui fait pousser les fleurs, pas le tonnerre ..." (Rumi)

Contenu sponsorisé

Re: Le role des emotions

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 11 Déc 2018, 10:13