Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Derniers sujets

» Présentation!
Hier à 21:27 par Akana

» Wilfried : nouveau venu
Hier à 20:31 par petit_caillou

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 16:02 par manila

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 15:58 par manila

» Dhammapada
Hier à 15:50 par vaygas

» retraite de trois ans en Bourgogne
Jeu 17 Aoû 2017, 09:52 par Dhagpo33

» Martine BATCHELOR
Dim 13 Aoû 2017, 11:57 par Hild-Rik

» La métamatière et le peuple
Sam 12 Aoû 2017, 13:05 par manila

» Matthieu Ricard - "Point de vue"
Jeu 10 Aoû 2017, 09:25 par Hild-Rik

» Quatre nobles vérités
Mer 09 Aoû 2017, 17:09 par manila

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Lun 07 Aoû 2017, 00:37 par tindzin

» Conseils pour renouer et garder le lien sacré?
Lun 31 Juil 2017, 19:31 par manila

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mar 25 Juil 2017, 11:30 par manila

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 15:08 par manila

» Presentations
Dim 23 Juil 2017, 15:07 par manila

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Dim 23 Juil 2017, 15:05 par tindzin

» Prensentation
Dim 23 Juil 2017, 14:45 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:40 par petit_caillou

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:34 par petit_caillou

» Présentation
Dim 23 Juil 2017, 14:32 par petit_caillou

» Rencontre en cercle inter-tradition
Sam 22 Juil 2017, 16:39 par Pema Gyaltshen

» Stéphane Arguillère
Dim 16 Juil 2017, 17:59 par Hild-Rik

» Etude dans le bouddhisme
Lun 03 Juil 2017, 09:18 par seve

» Totalement perdue..
Jeu 22 Juin 2017, 22:54 par tindzin

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 19 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Pema Gyaltshen


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92663 messages dans 10777 sujets

Nous avons 4061 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est widzer


Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion

Partagez
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 19:41

Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion

Le Dharma, l’enseignement du Bouddha, est selon l’étymologie tibétaine, « la tradition de l’intériorité » ou la « science de l’esprit ». Cette définition suggère que ce n’est pas un enseignement tourné vers l’extérieur, vers la maîtrise du monde, mais vers ce qui nous est intérieur, ce que nous sommes essentiellement : notre esprit.



Par Lama Denys

Cet esprit, dont nous sommes tous pourvus, est le lieu de toutes nos expériences : sa nature réalisée est l’Eveil ; sa nature ignorée est l’origine des illusions et des passions. Le connaître est reconnaître ce que nous sommes véritablement, et cette expérience nous libère des illusions et de leurs aliénations.

La voie spirituelle est celle de la réalisation de la nature de l’esprit : il s’agit de réaliser ce que "je" suis vraiment. Ainsi le Dharma du Bouddha nous concerne tous, il a un caractère universel, atemporel et transculturel : la connaissance de l’esprit et de la réalité qu’il propose est pertinente et d’actualité pour tous.

Le doigt qui montre la lune
Le Dharma du Bouddha n’est aucunement un dogme auquel il conviendrait d’adhérer par la croyance. Si son cheminement part bien, et nécessairement, de l’énoncé d’un enseignement, c’est pour conduire à une expérience qui ultimement dépasse le discours et la connaissance conceptuelle habituelle.

Une image traditionnelle illustre bien le rapport entre les formulations de l’enseignement et l’expérience qu’il propose : elle compare ses énoncés au doigt qui pointe vers la lune, et l’expérience dont il s’agit à la lune elle même. La métaphore suggère qu’il n’est que les sots pour prendre le doigt qui montre pour la lune ! En effet, l’énoncé de l’enseignement, ses mots, son texte, sont toujours relatifs et ne sont jamais "la vérité en soi". Les formes et les formulations de l’enseignement sont un appui, nécessaire mais relatif, permettant de s’ouvrir à une expérience silencieuse et immédiate au-delà du discours et des concepts du mental. C’est là un point très important, et l’on peut même dire que dans la perspective du Dharma, la valeur ultime d’une tradition spirituelle réside dans son aptitude à finalement dépasser ses propres formulations.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 19:42

Compréhension relative et expérience immédiate

Le Dharma distingue deux modes de connaissance : la connaissance relative ou conceptuelle, et la compréhension ou intelligence immédiate.

L’intelligence ou compréhension essentielle est une expérience immédiate au double sens du terme. Elle est d’abord immédiate au sens d’instantanée, pleinement dans le présent ; c’est même l’état de présence d’instantanéité. Elle est aussi immédiate, non médiate, au sens où elle ne connaît pas, comme la connaissance dualiste habituelle, par l’intermédiaire ou le médium des interprétations du mental, au travers de ses images, représentations et concepts.

La connaissance conceptuelle juste est valable et valide, bien sûr, elle est même indispensable et il ne s’agit pas du tout de la renier, mais de comprendre qu’elle n’est que relative et que son champ est limité. La connaissance conceptuelle est celle du sujet qui saisit, appréhende, en termes de noms et de formes. Cette saisie conceptuelle est même ce qui constitue l’expérience dualiste sujet-objet. En effet, sujet et objet n’existent que dans le rapport qu’ils entretiennent l’un l’autre. Ils se posent, l’un en face de l’autre, dans la relation engendrée par la saisie conceptuelle. Ce mode cognitif est celui de la conscience habituelle, ou dit autrement, de l’expérience de l’ego.

Quoi qu’il en soit, le point essentiel est d’entendre que la connaissance conceptuelle n’est pas la seule ; il est au-delà de celle-ci un autre mode d’intelligence, immédiat, non conceptuel qui est la forme ultime de compréhension.

L’amour et la compassion au-delà de l’ego
Quel est le rapport entre cette compréhension et la compassion ? D’abord et en général, le dénominateur commun entre compassion et compréhension réside dans le dépassement de l’expérience égocentrée. La compassion authentique, tout comme la compréhension de l’expérience immédiate, est au-delà de l’ego et de l’égocentrisme.

L’égocentrisme est une attitude égoïste et passionnelle, mais c’est aussi, plus fondamentalement, l’expérience "ego-centrée", c’est-à-dire la perception que le sujet a du monde avec l’observateur intérieur, le moi-sujet au centre, et autour les objets extérieurs, les choses observées comme autres. C’est dans l’intervalle de cette expérience dualiste "moi-autre" que se développent toutes les attitudes passionnelles : le moi-ego - le point de référence central - veut attirer dans son territoire tout ce qu’il juge agréable et désirable, écarter de lui tout ce qu’il juge indésirable ou impropre, et ignorer ce qu’il considère comme indifférent. Ces trois attitudes : attraction, répulsion et indifférence, constituent "les trois poisons de l’esprit", les trois types de relations duelles et conflictuelles qui se développent entre les deux pôles de la dualité sujet-objet.

La compassion authentique, l’amour véritable de l’autre, est une attitude ouverte, réceptive et disponible à celui-ci. C’est dans l’ouverture du cocon de l’ego qu’il est possible de participer vraiment à la réalité de l’autre, de « com-pâtir », ce qui signifie étymologiquement "souffrir avec" ou "participer à la réalité de l’autre". C’est dans cette participation de réceptivité et de disponibilité que se perçoit ce dont l’autre a véritablement besoin, et qu’il est alors possible de lui répondre de façon bienveillante et intelligente. Sans cette dimension de non-ego, l’amour est exposé à toutes sortes de déviations. On peut, au nom de l’amour, essayer de transformer l’autre, de gré ou de force, en une réplique de son ego ; essayer de le convertir à ce que l’on croit être bon pour lui.

En bref, la compassion et l’amour authentiques se vivent dans un effacement de l’ego, une qualité d’abnégation, de don de soi, d’abandon et d’ouverture. Le niveau relatif, relationnel, de l’amour et de la compassion, consiste à renverser l’attitude égocentrée habituelle en apprenant à considérer l’autre comme aussi important et même plus important que soi-même. Les priorités "ego-centrées sont alors inversées en une attitude "allo-centrée ". Toutefois, cet amour relationnel, bien qu’ayant une dimension universelle, est encore relatif ou dualiste. La forme ultime de l’amour est une participation immédiate à la réalité de l’autre ; c’est une expérience au-delà du moi et de l’autre. C’est ce qui est nommé la grande Compassion, et à ce niveau, compassion et compréhension ne sont plus deux.

Les deux ailes de l’oiseau
Les enseignements du Dharma mettent l’accent sur la nécessité de toujours combiner compassion et compréhension ; une voie spirituelle qui ne développerait que la compréhension ou que la compassion, serait déséquilibrée et conduirait à toutes sortes de déviations. Une célèbre image compare la compréhension et la compassion aux deux ailes d’un oiseau qui sont l’une et l’autre indispensables pour s’envoler au firmament du grand Eveil.

Texte préparé à l’Institut Karma Ling à partir d’enseignements de Lama Denys

Février 2000


Source: http://www.buddhaline.net/Le-Dharma-du-Bouddha-une-voie-de


_________________
avatar
Ortho
Essence de l'Arbre
Essence de l'Arbre

Masculin
Nombre de messages : 1187
Age : 62
Contrée : France
Arts & métiers : Vaguemestre
Disposition de l'Esprit : Calme plat, la mer est d'huile..........
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion

Message par Ortho le Mar 29 Mai 2012, 07:59

Ouiiiiiiiiii! Oui, oui,merci.



_________________
Les apparences sont trompeuses!
[i]
avatar
Morgan.P
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 222
Age : 25
Contrée : Dieppe
Arts & métiers : Patience
Disposition de l'Esprit : Calme
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 07/02/2012

Re: Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion

Message par Morgan.P le Sam 02 Juin 2012, 21:00



_________________
« Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. »
Bouddha

Contenu sponsorisé

Re: Le Dharma du Bouddha : une voie de compréhension et de compassion

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû 2017, 09:45