Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !

Forum bouddhiste l'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Les langues du monde

Surfez sans publicité sur l’Arbre !

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !

  • Bloque les bannières, pop-ups et publicités vidéos - même sur Facebook et YouTube
  • Protège votre vie privée sur Internet
  • Installation en deux clics
  • C'est gratuit !

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Inscrivez-vous sur l'Arbre des Refuges


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Les posteurs les plus actifs du mois

Derniers sujets

» Présentation
Hier à 21:48 par Akana

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 21:23 par manila

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 21:19 par manila

» Dhammapada
Lun 17 Juil 2017, 17:32 par vaygas

» Stéphane Arguillère
Dim 16 Juil 2017, 17:59 par Hild-Rik

» Etude dans le bouddhisme
Lun 03 Juil 2017, 09:18 par seve

» Totalement perdue..
Jeu 22 Juin 2017, 22:54 par tindzin

» Psychologie>Maladies et Symptômes : Les Ruminations Mentales
Jeu 22 Juin 2017, 11:21 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Puissance du mental
Mer 21 Juin 2017, 18:11 par tindzin

» Les préceptes du bouddhisme /- Le coeur du Bouddhisme
Mer 21 Juin 2017, 17:27 par Admin

» Sungazing, l'observation solaire
Mar 20 Juin 2017, 04:24 par tindzin

» Sur le seuil de l'Eveil.
Mar 20 Juin 2017, 03:25 par tindzin

» Une semaine de stage..
Dim 18 Juin 2017, 11:06 par Pema Gyaltshen

» Nouvelle venue : Sayuri - Présentation
Dim 18 Juin 2017, 09:45 par Pema Gyaltshen

» Vivre avec les mensonges répétés d'un proche
Jeu 15 Juin 2017, 21:17 par manila

» de l'origine du soutra du cœur
Mer 14 Juin 2017, 22:06 par levitrailleur

» Présentation
Lun 12 Juin 2017, 15:03 par manila

» sans amies !...
Sam 10 Juin 2017, 11:47 par Akana

» centre shingon - komyo In
Sam 10 Juin 2017, 07:09 par komyo*

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Ven 09 Juin 2017, 09:19 par Ortho

» Commencez aujourd'hui
Lun 05 Juin 2017, 12:14 par tindzin

» Prensentation
Dim 04 Juin 2017, 21:18 par seve

» Bibliothèque multi-médias/- Les Reliques du Bouddha [Arte HD 2016]
Sam 03 Juin 2017, 14:38 par Admin

» Ethique de Vie - Ne jamais abandonner les autres
Sam 03 Juin 2017, 13:55 par Admin

» Projection du film de Garchen Rinpoche For The Benefit Of All Beings
Mar 30 Mai 2017, 19:29 par thienam

» Présentation
Dim 28 Mai 2017, 18:24 par vaygas

» Presentations
Dim 28 Mai 2017, 10:20 par Akana

» Takkesa Ge : le Sutra du Kesa
Sam 27 Mai 2017, 19:03 par vaygas

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 27 Mai 2017, 18:55 par vaygas

» Le Discours entre un Roi et un Moine : Les Questions de Milinda
Ven 26 Mai 2017, 16:16 par Admin

» Wilfried : nouveau venu
Jeu 25 Mai 2017, 11:03 par vaygas

» Phobie sociale
Jeu 25 Mai 2017, 00:44 par Wilfried

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2017
Mer 24 Mai 2017, 11:41 par Pema Gyaltshen

» "Phase noire"
Mer 24 Mai 2017, 09:51 par Dhagpo33

» Attentat Manchester
Mer 24 Mai 2017, 07:38 par Karma Döndrup Tsetso

» Présentation!
Lun 22 Mai 2017, 12:07 par vaygas

» Une histoire étonnante : La recherche de la réincarnation de Tènga Rinpoché
Sam 20 Mai 2017, 15:46 par Admin

» Comment pourrions-nous nous installer au-delà du mental
Mer 10 Mai 2017, 19:43 par tindzin

» J'ai envie de parler de... : Vers un Crash Alimentaire ? [1/5]
Mer 10 Mai 2017, 18:58 par tindzin

» Rencontre en cercle inter-tradition
Mar 09 Mai 2017, 09:39 par Pema Gyaltshen

» Destruction de la théorie évolutionniste
Ven 05 Mai 2017, 19:29 par tindzin

» Quelle est l'attitude correcte pour la méditation?
Dim 30 Avr 2017, 13:43 par tindzin

» Pourquoi CAMINO... mon chemin spirituel, méditer et agir?
Mar 25 Avr 2017, 18:35 par tindzin

» Khandro Rinpoché à Bruxelles Avril 2017
Mar 25 Avr 2017, 09:11 par Pema Gyaltshen

» Bonjour tout le monde!
Sam 22 Avr 2017, 20:51 par Vyathita

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 22 Avr 2017, 18:00 par tindzin

» Un peintre belge: René Magritte
Ven 21 Avr 2017, 12:43 par tindzin

» "Borobudur, hier et aujourd'hui" 25/03/2017
Jeu 20 Avr 2017, 09:03 par Karma Döndrup Tsetso

» Petite présentation moi et mon art
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

» Les mandalas pour se faire et faire du bien
Mer 19 Avr 2017, 20:31 par Karma Trindal

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 234 le Dim 09 Oct 2011, 00:38

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92515 messages dans 10770 sujets

Nous avons 4056 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est TOPAL


Le conte du serpent blanc

Partagez
avatar
Invité
Invité

Le conte du serpent blanc

Message par Invité le Mar 21 Mai 2013, 13:04

Une belle histoire



Je me demandais qu’elles sont selon vous les réponses aux questions posées à la fin



Il y a maintenant fort longtemps que vivait un roi dont la sagesse était fameuse et célébrée dans tout le pays. Il était au courant de tout et il n’y avait rien qui pût se faire à son insu : on eût dit que les nouvelles lui arrivaient à travers les airs et qu’il connaissait le secret de toutes les choses cachées. Mais il avait une bizarre habitude.

Chaque jour à midi, quand la table avait été débarrassée et quand il n’y avait plus personne autour de lui, le roi se faisait apporter une certaine terrine par un serviteur attaché à sa personne. La terrine était couverte et le serviteur lui‑même ignorait ce qu’elle pouvait contenir. Ni lui ni personne ne le savait. Car le roi attendait toujours d’être absolument seul pour la découvrir et en manger, supposait-on.

Il y avait déjà pas mal de temps que durait la chose, quand un jour, en remportant la terrine, le serviteur n’y tint plus :

Il emporta la terrine dans sa chambre, ferma la porte à double tour et ôta le couvercle. Et que vit‑il dedans ? Un serpent blanc.

Rien qu’à le voir, il eut envie d’y goûter et ne put se retenir : il en coupa un petit bout qu’il porta à sa bouche ; mais à peine sa langue y eut‑elle touché, voilà qu’il entendit à sa fenêtre un étrange murmure de petites voix fines. Il s’approcha et prêta l’oreille, s’apercevant alors que c’étaient des moineaux qui faisaient la conversation et qui se racontaient toutes sortes d’histoires sur ce qu’ils avaient vu dans les champs et dans les bois. D’avoir goûté au serpent l’avait doué du pouvoir de comprendre le langage des oiseaux et des autres bêtes.

Justement, ce jour‑là, il se fit que la reine s’aperçut de la disparition de sa plus belle bague, et que le soupçon se porta sur ce serviteur familier, qui avait ses entrées partout. Le roi le fit appeler devant lui et lui dit, avec des paroles dures et menaçantes, que si le coupable n’était pas découvert et désigné avant le lendemain matin, ce serait lui qui répondrait du vol et qui serait jugé. Il eut beau protester de son innocence, cela ne changea rien et il se retira sans avoir rien obtenu de meilleur, ni même un simple renseignement.

Tout angoissé, il descendit dans la cour, où il resta à se demander comment il pourrait bien faire pour s’en tirer. Il y avait là, sur le bord du ruisseau, un petit monde de canards qui pares­saient et se reposaient, nettoyant et lissant leurs plumes du bec tout en bavardant paisiblement. Le serviteur s’arrêta au bord de l’eau et il commença de les entendre se raconter ce qu’ils avaient fait, où ils s’étaient pro­menés et dandinés ce matin‑là, quelles bonnes choses ils avaient trouvées à manger, quand il en surprit un à se plaindre avec humeur qu’il avait quelque chose qui lui pesait dans le jabot. “Figurez‑vous que dans ma hâte j’ai avalé une bague sous la fenêtre de la reine.” Le serviteur ne fit ni une, ni deux : il l’attrapa par le col et le porta à la cuisine, où il dit au cuisinier : “Celui‑ci est bon à tuer : il est dodu à souhait !

— Ça oui, dit le cuisinier en le soupesant dans sa main, en voilà un qui n’a pas plaint sa peine pour ce qui est de se gaver, et tu peux dire qu’il n’a que trop attendu pour se faire embrocher !

Il lui coupa le cou sur l’heure, et quand on l’eut plumé et vidé, on retrouva la bague de la reine dans son gésier.

Le ser­viteur n’eut alors aucune peine à démontrer son innocence au roi, qui lui promit, pour réparer l’injustice qu’il avait commise, de lui accorder la grâce qu’il lui demanderait, si haute que fût la dignité qu’il lui plairait d’occuper à la cour. Le serviteur refusa tout et demanda seulement un cheval et une bourse de voyage, car il avait envie de voir le monde et de s’y promener un petit bout de temps.

Sa requête ayant été satisfaite, il se mit en route et arriva un jour près d’un étang, où il vit trois poissons qui s’étaient pris dans les roseaux et qui gigotaient désespérément pour retourner à l’eau. Bien qu’on prétende que les poissons soient muets, il entendit pourtant leurs gémissements pitoyables et comment ils se plaignaient d’avoir à mourir si misérablement. Parce qu’il était charitable de cœur, il descendit de cheval et libéra les trois prisonniers. Sortant leurs têtes à la surface, ils lui crièrent : “Nous saurons nous en souvenir et nous te récompenserons de nous avoir sauvés.”

Il remonta à cheval et poursuivit son chemin, et voilà qu’au bout d’un moment, il lui sembla entendre comme une voix à ses pieds, dans le sable. Il prêta l’oreille et entendit un roi des fourmis qui se lamentait : “Si seulement les hommes avec leurs grosses bêtes lourdaudes restaient loin de nous ! Voilà ce stupide cheval qui m’écrase sans pitié mes sujets sous ses sabots ferrés !” Le cavalier détourna sa bête dans un autre chemin, et le roi des fourmis lui cria : “Nous nous en souvien­drons et te le revaudrons !”

Le chemin qu’il avait pris le mena dans une forêt, où il vit un père corbeau et une mère corbeau, sur le bord de leur nid, en train de jeter dehors leurs petits. “Hors d’ici, bande de gloutons, criaient‑ils ; nous n’arrivons plus à vous rassasier, maudits pendards, et vous êtes bien assez grands pour vous nourrir tout seuls !” Les malheureux petits gisaient sur le sol, en battant gauchement de leurs jeunes ailes, et ils se lamen­taient : “Pauvres abandonnés que nous sommes, qu’allons‑nous devenir ? Il faut que nous trouvions nous‑mêmes notre nourri­ture, et nous ne savons pas voler ! Mourir de faim ici, c’est tout ce qui nous attend.”

Alors le bon jeune homme mit pied à terre, tua son cheval d’un coup d’épée et le laissa aux jeunes cor­beaux afin qu’ils s’en nourrissent. Ils sautillèrent auprès, man­gèrent tout leur soûl et crièrent : “Nous nous en souviendrons et te le revaudrons !”

Maintenant, il n’avait plus que ses jambes pour voyager, et après une longue, longue marche, il arriva dans une grande ville. Les rues grouillaient de monde et le vacarme était grand, mais tout se tut pour écouter un cavalier qui faisait une annonce : la fille du roi cherchait un époux ; mais celui qui voulait la gagner devait accomplir une difficile épreuve, et s’il n’arrivait pas à la mener à bien, il y laissait sa vie. Nombreux étaient ceux qui l’avaient tenté déjà, mais tous avaient joué de leur vie pour rien. Le jeune homme, lorsqu’il eut l’occasion de voir la princesse, fut si ébloui de sa beauté qu’il en oublia tout danger ; il se rendit devant le roi et s’offrit comme pré­tendant.

Il fut aussitôt emmené dehors et conduit au bord de la mer, dans laquelle on jeta au loin, sous ses yeux, un anneau d’or. Puis le roi lui ordonna de ramener cet anneau du fond de la mer. “Si tu reviens sans le rapporter, ajouta le roi, tu seras rejeté à l’eau jusqu’à ce que les vagues t’engloutissent.”

Toute l’assistance s’affligea pour ce beau jeune homme, puis se retira, le laissant seul sur le bord de la mer. Il se tenait debout sur le rivage, en se demandant comment il pourrait bien faire, quand tout soudain il aperçut trois poissons qui nageaient vers lui, et qui n’étaient autres que les poissons auxquels il avait sauvé la vie. Ils nageaient de front, et celui du milieu portait dans sa gueule un coquillage qu’il posa sur le sable aux pieds du jeune homme. Il ramassa le coquillage, l’ouvrit et trouva dedans la bague d’or, qu’il alla tout heureux rapporter au roi, n’attendant plus que sa récompense.

Mais la fille du roi, dans son orgueil, quand elle sut qu’il n’était pas son égal par la naissance, le repoussa dédaigneusement et exigea qu’il subît une seconde épreuve. Elle descendit dans le jardin et répandit elle‑même dix sacs de millet sur la pelouse. “Il faut que demain matin, avant le lever du soleil, il ait tout ramassé, dit‑elle, et qu’il n’y manque pas une seule graine.”

Le jeune homme, resta là, dans le parc, à se demander com­ment il pourrait venir à bout d’une pareille tâche ; mais il eut beau tourner et retourner le problème dans sa tête, il ne trouva rien de rien. Il se laissa tomber sur un banc et attendit là, bien tristement, le lever de cette aube qui serait celle de sa mort. Quand le jour se leva, éclairant de ses premiers rayons le gazon de la pelouse, il y vit, bien rangés l’un à côté de l’autre, les dix sacs remplis à ras, auxquels il ne manquait pas le plus petit grain de millet. C’était le roi des fourmis qui était venu pendant la nuit, avec ses milliers et ses milliers d’ouvrières, et qui avait employé tout son monde, par reconnaissance, à lui ramasser diligemment le millet et à remplir les sacs. La prin­cesse descendit elle‑même au jardin et vit avec stupéfaction que le jeune homme avait parfaitement accompli la tâche qui lui avait été imposée. Mais son cœur orgueilleux ne voulut pas se soumettre encore, et elle dit : “Même après avoir triomphé des deux épreuves, il ne deviendra pas mon époux avant de m’avoir rapporté une pomme de l’Arbre de Vie.”

Le jeune homme n’avait aucune idée de l’endroit où se trou­vait l’Arbre de Vie. Il partit néanmoins, bien décidé à marcher aussi loin et aussi longtemps que ses jambes le porteraient ; mais il n’avait aucun espoir de le trouver jamais. Il avait déjà cheminé à travers trois royaumes, quand un soir, dans une forêt, il s’étendit au pied d’un arbre pour dormir : un bruit se fit dans les branches et une pomme d’or lui tomba dans la main. Au même instant, trois corbeaux descendaient se poser sur ses genoux et ils lui disaient : “Nous sommes les trois corbeaux que tu as sauvés de l’inanition et de la mort ; devenus grands, nous avons appris que tu étais en quête de la pomme d’or, et c’est pourquoi nous avons volé par‑dessus les mers jusqu’au bout du monde où croît l’Arbre de Vie, et nous t’y avons cueilli cette pomme.”

Débordant de joie, le jeune homme prit le chemin du retour et rapporta la pomme d’or à la belle princesse, qui n’eut plus rien à dire. Ils partagèrent la pomme de Vie et la mangèrent ensemble ; et l’orgueil, dans son cœur, fut remplacé par le plus grand amour.



Ils vécurent un bonheur parfait et atteignirent un très grand âge.



Quel est l’enseignement du conte ?



Les contes expriment de façon cachée ce qu’ils enseignent. C’est pourquoi je vais vous proposer quelques questions auxquelles réfléchir, pour entrer dans le secret de cette histoire.



· Croyez-vous vraiment que le roi mange de la terrine ? En effet le serviteur n’a besoin d’en manger qu’une fois pour accéder au pouvoir du langage des animaux et le garder ensuite.

· Est-il interdit ou souhaité de lever le couvercle de la terrine ?

· Le roi sachant tout, il sait que son serviteur a découvert la terrine. Pourquoi, alors, réagit-il en lui faisant porter la charge d’une faute qu’il n’a pas commise ? Est-ce une menace ou un test d’évaluation ?

· Qu’est-ce qui a vraiment sauvé le serviteur : les circonstances heureuses ou le pouvoir d’entendre les animaux ?

· Qu’est-ce qui permet au serviteur de passer près de l’étang au moment où s’exprime le canard ?

· De quoi le roi veut-il témoigner quand il propose au serviteur la plus haute charge à la cour pour réparer son injustice ?

· Pensez-vous que le roi rejouera le même jeu avec un prochain serviteur placé dans la même fonction ?

· Quelle est la véritable intention du roi ?
avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3356
Age : 36
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Le conte du serpent blanc

Message par MionaZen le Mar 21 Mai 2013, 17:27

Quel est l'enseignement du conte ?
Je pense qu'il s'agit ici de comprendre que chaque acte entraîne une conséquence.

· Croyez-vous vraiment que le roi mange de la terrine ? En effet le serviteur n’a besoin d’en manger qu’une fois pour accéder au pouvoir du langage des animaux et le garder ensuite.
Je ne pense pas, à mon avis le serpent est un ami intime du roi. Il s'isole sûrement pour converser avec lui sans passer pour un fou.

· Est-il interdit ou souhaité de lever le couvercle de la terrine ?
Je pense ni l'un, ni l'autre car chacun de ces actes entraînent une conséquence. De plus il n'est mentionné nulle part dans ce conte que le roi a interdit à quiconque d'ouvrir ce bocal.

· Le roi sachant tout, il sait que son serviteur a découvert la terrine. Pourquoi, alors, réagit-il en lui faisant porter la charge d’une faute qu’il n’a pas commise ? Est-ce une menace ou un test d’évaluation ? Je pense qu'il voulait voir si ce serviteur aventurier était noble; utiliserait-il ce don à bon escient ? Dévoilerait-il le secret du roi ? ...

· Qu’est-ce qui a vraiment sauvé le serviteur : les circonstances heureuses ou le pouvoir d’entendre les animaux ?
Je pense que c'est le pouvoir d'entendre les animaux qui l'a sauvé, sinon comment aurait-il su où se trouvait la bague de la reine ?

· Qu’est-ce qui permet au serviteur de passer près de l’étang au moment où s’exprime le canard ?

· De quoi le roi veut-il témoigner quand il propose au serviteur la plus haute charge à la cour pour réparer son injustice ?
Il veut lui montrer qu'il le considère comme un homme de valeur.

· Pensez-vous que le roi rejouera le même jeu avec un prochain serviteur placé dans la même fonction ?
Oui car ça lui permet de tester les dispositions de coeur des personnes autour de lui.

· Quelle est la véritable intention du roi ?
avatar
Invité
Invité

Re: Le conte du serpent blanc

Message par Invité le Mar 21 Mai 2013, 18:13

Je le voyais comme cela aussi. Chaque fois qu'il fait une action, aider les animaux, il en est récompensé plus tard. Toutes les actions sont comme une graine karmique qui va donner ses fruits plus tard.
Je me dis aussi que comme il a obtenu le pouvoir de comprendre les animaux, il a en quelque sorte "le devoir" de les aider. Ca me fait penser à atteindre l'éveil pour aider les autres.

J'aime bien ces histoires ! ca fait réfléchir !
avatar
Mouflette8
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 60
Age : 32
Contrée : Suisse
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Transparence
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 07/03/2013

Re: Le conte du serpent blanc

Message par Mouflette8 le Mar 21 Mai 2013, 22:46

· Croyez-vous vraiment que le roi mange de la terrine ? En effet le serviteur n’a besoin d’en manger qu’une fois pour accéder au pouvoir du langage des animaux et le garder ensuite.

Pour moi et mon esprit farfelu et pour la jouer "symbolique", le serpent blanc peut représenter l'éveil. Le fait de l'ouvrir peut représenter le travail que l'on fait sur soi pour y parvenir (que ce soit méditation ou autres pratiques), étant donné que c'est un travail que l'on fait seul, tout comme lui attend d'être seul pour l'ouvrir..., et sachant que même après l'éveil, le travail continue, il faut continuer "de l'ouvrir".

· Est-il interdit ou souhaité de lever le couvercle de la terrine ?

Partant du principe que c'est déjà un serviteur, peut-être il était écrit d'avance qu'il soulèverait le couvercle quand l'heure était venu qu'il s'éveille et puisse comprendre les animaux.

· Le roi sachant tout, il sait que son serviteur a découvert la terrine. Pourquoi, alors, réagit-il en lui faisant porter la charge d’une faute qu’il n’a pas commise ? Est-ce une menace ou un test d’évaluation ?

Etant un Maître pour lui peut-être, il savait qu'il entrerait en éveil à ce moment là. Il ne lui fait pas porter de charge, il "le conduit" à poursuivre le chemin.

· Qu’est-ce qui a vraiment sauvé le serviteur : les circonstances heureuses ou le pouvoir d’entendre les animaux ?

A mon avis, il n'a jamais été en danger, l'univers conspirait à ce qu'il en arrive là.

· Qu’est-ce qui permet au serviteur de passer près de l’étang au moment où s’exprime le canard ?

Le plus grand des anti-hasard ;-).


· De quoi le roi veut-il témoigner quand il propose au serviteur la plus haute charge à la cour pour réparer son injustice ?

Que dans sa sagesse et son bon coeur, le serviteur refusera pour choisir un chemin plus riche de sens, semer du bonheur et le récolter, aider les autres à s'éveiller à leur tour.



· Pensez-vous que le roi rejouera le même jeu avec un prochain serviteur placé dans la même fonction ?

S'îl en a la mission, oui Very Happy.



· Quelle est la véritable intention du roi ?

Que son élève le dépasse Wink.
avatar
karquen
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 595
Age : 45
Contrée : Lorraine
Arts & métiers : formateur en informatique
Disposition de l'Esprit : Philosophie Bouddhiste et taï Chi taoïste.
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2013

Re: Le conte du serpent blanc

Message par karquen le Mer 22 Mai 2013, 04:30

j'ai vu le film... l'amour séparé représente la volonté d'Union, le blanc est yang, le noir et ying..... l'amour des deux est l'Univers... j'exige que So so soit avec son amoureux ! na !
bounce
avatar
karquen
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 595
Age : 45
Contrée : Lorraine
Arts & métiers : formateur en informatique
Disposition de l'Esprit : Philosophie Bouddhiste et taï Chi taoïste.
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2013

Re: Le conte du serpent blanc

Message par karquen le Mer 22 Mai 2013, 04:37

N'oubliez pas que le serpent blanc, alimente de son venin, la médecine qui sauve le village....
Je pense que c'est une vue juste et belle du bouddhisme et du taoïsmes.... rayonnant, certes intellectuel car sujet à moult interprétations ! mais pris dans le sens de la vacuité et du taoïsme se mariant au bouddhisme une certaine... harmonie entre les deux philosophies très plaisante.... même si j'exige la libération de de so so !

Contenu sponsorisé

Re: Le conte du serpent blanc

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 21 Juil 2017, 08:35