Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

L’homme qui voulait être heureux : analyse Croppe10Études, Pratiques & Compassion

L’homme qui voulait être heureux : analyse 5127b810Inscription totalement gratuite, publicités non apparentes pour les membres du forum.

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !


Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Une Philosophie Non Confessionnelle


Les livres à lire dans sa vie

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Les voeux de Bodhisattva
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyAujourd'hui à 10:43 par Mila

» STUPA ou "STOUPPA" (stüpa en Sanscrit).
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyHier à 11:39 par Mila

» La faim pourrait tuer d'avantage que le coronavirus
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyHier à 11:22 par Mila

» Ce lundi 6 juillet 2020, le 14e Dalaï Lama aura 85 ans
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 07 Juil 2020, 19:02 par Ortho

» Ani Chöying Drolma
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 05 Juil 2020, 20:15 par petit_caillou

» Entraide et bouddhisme pendant la crise sanitaire
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 05 Juil 2020, 11:32 par Disciple laïc

» Religion, choix en effet que l'on m'a choisis, c'est le karma
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 05 Juil 2020, 11:30 par Disciple laïc

» Bouddhisme Vajrayāna-Mahamudra: Les six yogas de Naropa: Yoga du rêve
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 05 Juil 2020, 09:21 par Franck Barron

» Quelques mots pour Ahcia, si elle passe par ici
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 03 Juil 2020, 22:43 par Mila

» Jamgön Kontrul Lodrö Tayé , et le mouvement Rimé .
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 03 Juil 2020, 09:45 par Mila

» Adresses des centres bouddhistes en Belgique et ailleurs...
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 02 Juil 2020, 23:05 par Mila

» La pacification des MAMOS, contre les maladies infectueuses
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 02 Juil 2020, 20:02 par Karma Trindal

» Krishnamurti , sur l'ambition et le sens du bonheur
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 02 Juil 2020, 07:40 par Ortho

» A quoi tient le bonheur sur terre?
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMer 01 Juil 2020, 18:50 par Disciple laïc

» Les six plus remarquables temples bouddistes de Russie
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 30 Juin 2020, 23:44 par Mila

» Prendre soin de tous les êtres : notre héritage
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 28 Juin 2020, 19:14 par Disciple laïc

» Message de la fin des temps
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 28 Juin 2020, 18:12 par Franck Barron

» Alexandra David-Néel, l’intrépide aventurière
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 28 Juin 2020, 11:33 par Mila

» Quand l'attachement est pris pour de la méditation
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 27 Juin 2020, 17:00 par vaygas

» Enseignements de Kalou Rimpoché sur les chants de réalisation Shangpa
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 27 Juin 2020, 13:49 par Mila

» Sciences & Vie /- Les scientifiques et l’expérience de mort imminente
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 26 Juin 2020, 02:14 par Admin

» Le symbole du labyrinthe depuis la nuit des temps
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 25 Juin 2020, 23:45 par Ortho

» Se soigner vegan, naturellement...
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMer 24 Juin 2020, 19:20 par Toupten Zangpo

» Pardonner: Doit-on tout accepter
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMer 24 Juin 2020, 18:11 par Toupten Zangpo

» 13 Juin : Toupten Zangpo
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMer 24 Juin 2020, 12:27 par Toupten Zangpo

» Boîte aux lettres " Besoin de prières"
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 23 Juin 2020, 19:25 par Ortho

» ECLIPSE SOLAIRE ce 21 JUIN 2020
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyLun 22 Juin 2020, 23:10 par Ortho

» L'espace intérieur , par Cassandra Vieten
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 21 Juin 2020, 23:55 par Mila

» Visualisation durant le mantra
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 21 Juin 2020, 07:08 par Pema Gyaltshen

» L'Année du Rat de Métal 2020
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 20 Juin 2020, 10:35 par Mila

»  Les centres de Dharma rouvrent leurs portes !
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 18 Juin 2020, 08:44 par Raphael Detchen Dordje

» Honte ou comment se racheter
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 14 Juin 2020, 19:41 par Invité

» Qu’entend-on vraiment par « tout vient de l’esprit » ?
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 14 Juin 2020, 16:00 par Yeshé Kunga

» La crise Covid 19 : une opportunité pour changer ? Replay 28 jours
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 14 Juin 2020, 09:58 par Disciple laïc

» L'hôpital Notre Dame à la Rose
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 13 Juin 2020, 22:23 par Mila

» Ravie de me joindre à vous
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 13 Juin 2020, 19:02 par loveuse

» Voyagez gratuitement et sans risques avec votre esprit
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 12 Juin 2020, 17:02 par Pema Gyaltshen

»  DALAI LAMA EVENEMENT SORTIE EN JUILLET
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 12 Juin 2020, 00:38 par Mila

» Conseil concernant la maladie
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 11 Juin 2020, 20:48 par loveuse

» Bhoutan, le bonheur national brutal ?
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMer 10 Juin 2020, 10:14 par Mila

» Message de Jane Googall pour la protection des martinets
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 09 Juin 2020, 08:50 par Ortho

» Etude sur le XVIIème Karmapa
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 09 Juin 2020, 06:21 par Raphael Detchen Dordje

» préliminaires de la lignée Shangpa
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyLun 08 Juin 2020, 18:25 par Mila

» Les manuscrits de la Mer Morte , nouvelles découvertes archéologiques .
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyLun 08 Juin 2020, 10:46 par Pema Gyaltshen

» « Espérer ensemble » - contexte covid19
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 07 Juin 2020, 10:45 par Disciple laïc

» Prochains Shangpa Mönlams 2020
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 05 Juin 2020, 16:38 par Mila

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 04 Juin 2020, 15:10 par Pema Gyaltshen

» Le Sûtra de Vimalakîrti : Présentation générale
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyLun 01 Juin 2020, 13:04 par Disciple laïc

» Un peintre belge: René Magritte
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 31 Mai 2020, 14:17 par Mila

» La place de la foi dans le bouddhisme Vajrayana (rediffusion)
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 31 Mai 2020, 11:03 par Disciple laïc

» Coronavirus: interdépendance entre les nations, entre les humains , entre humains et animaux .....
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 28 Mai 2020, 13:07 par Karma Tsultrim Jyurmé

»  Dans le confort et l'aise - extrait (Longchenpa)
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMer 27 Mai 2020, 18:31 par Ami

» Qui est vraiment l'homme de couleur ?
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 26 Mai 2020, 11:46 par Minako

» Deux kilos deux , Gil Bartholeyns
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyLun 25 Mai 2020, 16:54 par Minako

» La vue et l'action justes ou comment réagir ?
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyLun 25 Mai 2020, 13:56 par Disciple laïc

» Enseignement sur la pratique de Chenrezi , par Lama Rinchen Palmo
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 23 Mai 2020, 12:49 par Mila

» Lâcher Prise par Arnaud Desjardins
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 23 Mai 2020, 11:49 par Mila

» la posture de zazen et kinhin
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 23 Mai 2020, 08:46 par vaygas

» Conseils de Kalou Rimpoché pour une retraite solitaire
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 22 Mai 2020, 16:11 par Mila

» Initiation de Avalokiteshvara les 29 et 30 mai , par le Dalaï Lama , en direct .
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 19 Mai 2020, 11:40 par Mila

» Kagyu Meunlam France 2020 à la Pagode de Vincennes
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 17 Mai 2020, 12:11 par Mila

» Parcours de femmes : Le bouddhisme, une voie d’optimisme
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 17 Mai 2020, 10:51 par Disciple laïc

» Protéger les chats du président de la chasse...
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 16 Mai 2020, 15:17 par Minako

» Rêves réccurents 26 caractères
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 16 Mai 2020, 14:57 par Minako

» Enseignements du Dalaï Lama en direct sur le web , les 16 et 17 mai 2020
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 16 Mai 2020, 09:34 par Mila

» Besoin de soutien par les prières
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 15 Mai 2020, 22:29 par Disciple laïc

» Présentation: Bonjour à tous !
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyVen 15 Mai 2020, 15:30 par vaygas

» Les blaireaux, ces héros si discrets
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 14 Mai 2020, 18:15 par Karma Yéshé

» Humour et déconfinement au quotidien
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyJeu 14 Mai 2020, 13:49 par Minako

» "Pour une relance économique intégrant la protection des animaux et de l'environnement.
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMer 13 Mai 2020, 20:39 par Karma Yéshé

» Petit incident : signe ou hasard
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyMar 12 Mai 2020, 17:57 par Invité

» Confinement et vie quotidienne
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 10 Mai 2020, 17:05 par Minako

» Les balades en foret vont recommencer
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 10 Mai 2020, 16:31 par Minako

» Envers vos pensées, soyez comme le lion, pas comme le chien
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptyDim 10 Mai 2020, 16:04 par Mila

» Au nom du Covid-19, les lobbies s'attaquent aux règles envirronementales
L’homme qui voulait être heureux : analyse EmptySam 09 Mai 2020, 20:06 par Karma Yéshé

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 27 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 27 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 104048 messages dans 12176 sujets

Nous avons 4433 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Ruth Saldanha

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7657)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
Karma Trindal (7084)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
petit_caillou (4776)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
karma djinpa gyamtso (3385)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
MionaZen (3351)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
Karma Yéshé (3196)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
vaygas (2757)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
Mila (2580)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 
Karma Yönten Dolma (2306)
L’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_leftL’homme qui voulait être heureux : analyse BarL’homme qui voulait être heureux : analyse Bar_right 

Membres les plus tagués

...

Brave
Le navigateur qui monte
+ Surfez sans publicité !
+ Centré sur la vie privée
+ Rapidité de navigation
+ Modèle de récompense
BAT
Le Deal du moment :
Clé de licence Windows 10 PRO à ...
Voir le deal
9.99 €
-57%
Le deal à ne pas rater :
Autoradio JVC KD-X351BT – Bluetooth (ODR 30€)
39.99 € 93.72 €
Voir le deal

L’homme qui voulait être heureux : analyse

Anonymous
Invité
Invité

Titre-sujet L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par Invité le Mer 25 Sep 2013, 09:51

Imaginez…


Vous êtes en vacances à Bali, et vous décidez, sans raison particulière, de consulter un vieux guérisseur local.


Le diagnostic tombe : vous êtes en bonne santé… mais vous n’êtes pas heureux !


Un médecin français vous laisserait vous dépatouiller avec vos états d’âme. Mais le vieil homme, lui, décide de vous aider à partir à la découverte de vous-même…


                                                                    ***


C’est ainsi que débute l’histoire du narrateur du roman à succès de Laurent Gounelle. Et son guide va l’amener à analyser ses croyances et leur influence sur sa vie.


Nous avons tous beaucoup de croyances :  sur notre physique (je suis beau / je suis pas beau), sur l’intelligence de nos enfants, sur nos capacités, sur notre rôle dans la société, sur notre bonne ou mauvaise étoile dans la vie…


Les êtres humains en général sont très attachés à ce qu’ils croient. A la vérité, ils préfèrent souvent un monde en apparence équilibré bâti autour de leurs perceptions et leurs croyances. L’impression de cohérence qui se dégage est même rassurante.


Mais l’auteur démontre très simplement comment chacun se créé une réalité propre qui n’est en fait que le fruit de ses croyances. Or certaines peuvent être très limitantes.


D’autres ont des effets vraiment étonnants. Ainsi, un placebo présenté comme de la chimiothérapie a été administré à des malades. 33% d’entre eux ont perdu complètement leurs cheveux !


                                                                   ***


Le guérisseur balinais va aussi pousser le narrateur à affronter sa peur du rejet. Puis à oser rêver d’une vie idéale… pour réussir à vivre ses rêves.


Il met cependant en garde son “patient” :  il ne faut pas confier ses projets aux personnes dont vous sentez qu’elles pourraient vous décourager. En effet, certains d’après lui se sentent mieux quand  vous allez mal et font donc tout pour que vous n’alliez pas mieux !


D’autres encore détesteraient vous voir réaliser vos rêves car ils manquent de courage pour réaliser les leurs.


Enfin certaines personnes se sentent valorisés par vos difficultés car cela leur donne l’occasion de vous aider.


Le mieux est alors de s’éloigner de toutes ces personnes pour ne pas rejoindre les millions de gens qui n’ont pas la vie qu’ils désirent. Et d’avoir au contraire dans votre entourage 1 ou 2 personnes qui croient en vous.


                                                                       ***


Car une vie réussie c’est une vie que l’on mène conformément à ses souhaits, en agissant en accord avec ses valeurs et en donnant le meilleur de soi-même dans ce que l’on fait. Un bon test pour savoir si vous y êtes, c’est d’imaginer que vous allez mourir ce soir. Demandez-vous alors ce que vous auriez conservé de vos actions de la semaine dernière. 20 % ? 50 % ?


Si vous gardez 70% de ce que vous avez fait, c’est que vos actions sont en harmonie avec qui vous êtes, nous dit le guérisseur balinais. Car l’important, c’est le sens que vous donnez à vos actes.


Et vous, vous conserveriez quoi ?
clanatib
clanatib
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Féminin
Nombre de messages : 336
Zodiaque : Taureau Âge : 33
Contrée : France
Arts & métiers : secretaire
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chat
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : ouverte
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/01/2013

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par clanatib le Mer 25 Sep 2013, 12:57

Il y a peu de chose que je ne garderai pas car j'essai d'etre toujours en accord avec moi meme. Je pense d'ailleurs que je peux mourir demain et que c'est important de faire du mieux que l'on peut. il y a encore des objectif a atteindre, je suis loin d'etre eveillée, d'ailleurs, je pense certainement trop! c'est surtout ça que j'aimerai ne pas garder. j'aimerai me libérer de mes pensées!
Lodrö
Lodrö
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 194
Zodiaque : Balance Âge : 40
Contrée : Pachamama (mais dans les yvelines en ce moment)
Arts & métiers : Derrière un clavier :(
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chèvre
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Confiant
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 01/08/2013

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par Lodrö le Mer 25 Sep 2013, 13:36

Quelle plaie ces pensées quand elles viennent et reviennent pour nous hanter! Mais la patience et la confiance me paraissent vraiment être nécessaires afin de pratiquer sans se décourager. Il faut persévérer, on y arrivera! Smile
julien
julien
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 14
Zodiaque : Capricorne Âge : 50
Contrée : france
Arts & métiers : communication
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Coq
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : ne plus tomber dans les pièges
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 23/09/2013

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par julien le Sam 28 Sep 2013, 05:46

je crois en l'amour et la compassion,

je ne veux plus souffrir, faire souffrir,

ma réalité c'est ne fait pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu'on te fasse,

mon placebo c'est la paix,

ma peur c'est de souffrir parmi des gens qui sont en train de s'amuser, par ma faute,

je ne me suffis pas à moi même, j'aime, j'attends un signe en retour, puis je dépéri,

je ne jalouse pas la réussite des autres, ce qui me semble important est au dessus de cela, peut-être mon sourire quand je rencontre les réalisateurs de leurs rêves,

ça fait plaisir de trouver quelqu'un en plus grande difficulté que moi, c'est l'occasion de montrer mon grand cœur auto-satisfait, mes grandes capacités,

le mieux serait d'être une ile à soi tout seul, c'est d’arrêter les conneries que je n'arrive pas à arreter,

je n'ai rien à conserver sinon tout ce qui est,

la pensée n'est pas mon ennemie mais mon reflet, elle me dit comment ça travaille là haut, grâce à elle je me connais.

j'aimerai mourir comme un soleil qui se lève.

libre !
karquen
karquen
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 595
Zodiaque : Bélier Âge : 48
Contrée : Lorraine
Arts & métiers : formateur en informatique
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Rat
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Philosophie Bouddhiste et taï Chi taoïste.
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2013

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par karquen le Dim 29 Sep 2013, 05:45

C'est un algorithme intéressant mains pas une pensée, et loin d'être La vie....Celle-ci me semble fondées par de multiples facettes, et de de multiples interactions..... Hors nous est présenté ici un "cliché" un "instantané" ; non évolutif, d'une interrogation du passé, pour conduire auprésent... sans vraiment parler de futur.... Il faux bien distinguer le contentement de soit, de l'instant de bonheur, et d'être heureux ! L'Ultime passe pas 3 axes ; dans le sentiment d'être heureux, mais jamais nulle satisfaction parfaite ne peux voir le jour : satisfait et heureux de quoi ? ......... Sans démagogie je suis heureux de voir curiosity le robot analyseur sur Mars, heureux de voir la paix s'instaurer entre deux payx, malheux de voir le terrorisme et les revendications se développer ainsi que la fracture numérique et l'accès aux savoirs... Je suis un éternel chercheur de bonheur et suis heureux de l'être, un peu épicurien sans abus, respectueux de tous, à l'aise en assemblées et parler, devant 100 personnes physiques est un échange interactif bénéfique car je sais qui je suis... à qui je m'adresse, et pourquoi....

La question n'est pas comment ; mais pourquoi.
A ce titre, la recherche de l'idéal, est différente de la recherche de l'équilibre.

Personnellement, je ne peux pas être heureux totalement, tant que l'Univers et tous les êtres, 8 milliards et combien sur d'autres planètes ne sont pas heureux... j'appelle ça de l’anthropomorphisme... Car dans l'ignorance je préférère ma propre recherche du bonheur, la recherche du bonheur des autres sans s'introduire dans leurs vies, et particulière la tempérence dans l'équilibre des sensations et des 5 sens qui nous sont acquis : dire à un aveugle : regarde ce paysage magnifique me semble déplacé au sens strict, même si il le perçoit ! Et dans cette perception est la nuance du terme "HEUREUX"... L'Univers s'arrange pour que nous ayons nés tous, des moments interactifs heureux et malheureux. Nous sommes rien sans les autres, parsque nous sommes les autres. Nous sommes l'ensemble de leurs différences, et représentons leurs contradiction, par notre vécu isolé...d'un point de vue central, nous sommes un axe et si il faux mourir alors, pourquoi pas ? Mais la n'est pas ma peur, ma peur réside dans la peur de l'autre..... je sais qui je suis, je sais que je suis dans un espace relativement accueillant et calme, né, pour accomplir des choix, des choix que que l'Univers "écoute" - le boson de Higgs- et répond, des principes sociaux, nutritionnel, éducatifs, sociologique, sexuels, modification de conscience par des plantes bio parfois, collectionner des timbres, ou être bénévole à la croix rouge... C'est quoi être heureux ?
Se satisfaire d'être heureux parque l'on est heureux ?

L’existence est plus simple, et plus complexe qu'un simple résumé en bout de page, et non je n'aimerai pas mourir !
Mais il est ainsi qu'il le faudra ! du moins jusqu'à ce qu'une technologie nous fournisse l'immortalité mais ça, ce vieux rêve ne peux pas exister en théorie quantique comme dans les possibles où tout se se transforme et évolue par nature.... donc, apprendre un maximum, car l'Univers semble généreux, si généreux qu'il nous offre moult possibilité de vie....Mais pas uniquement sur Terre ! la conscience est belle, éternelle et charnelle, l'attitude et l'acte , est universel.... Nous entrons dans une dimension où notre maman-Terre, n'est que notre évolution parmis des milliards de possibles -où on ne trouve l'infini, que par son début, l" Big Bans où nous étions tous Un.


Pema Gyaltshen
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7657
Zodiaque : Cancer Âge : 65
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cheval
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Arts
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par Pema Gyaltshen le Sam 05 Oct 2013, 10:08

...et avant Big Bang nous étions où ? Je pense qu'il y a une infinité de Big Bang.

Etre heureux dans le sens de notre Quête c'est forcément par la compassion et l'intention de pratiquer pour obtenir l'éveil, justement au bénéfice de TOUS les êtres sensibles dans les Dix directions de l'espace.

Impossible d'être heureux pour soi-même puisque nous sommes tous reliés.

L’homme qui voulait être heureux : analyse 586300


_________________
L’homme qui voulait être heureux : analyse Benzar10
L’homme qui voulait être heureux : analyse Pema_g10
julien
julien
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 14
Zodiaque : Capricorne Âge : 50
Contrée : france
Arts & métiers : communication
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Coq
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : ne plus tomber dans les pièges
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 23/09/2013

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par julien le Sam 05 Oct 2013, 16:01

c'est l'égo qui nous pousse à venir ici, si j'avais dépassé l'égo j'écrirai : " bonjour, signé julien" lol
karquen
karquen
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 595
Zodiaque : Bélier Âge : 48
Contrée : Lorraine
Arts & métiers : formateur en informatique
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Rat
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Philosophie Bouddhiste et taï Chi taoïste.
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2013

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par karquen le Sam 05 Oct 2013, 22:14

Voilà un débat significatif sur l'égo et la science ! ... Cette dernière est logique. Oui ! pourquoi pas plusieurs Big bang, voire même répétés à chaque inflation de l'Univers si celui-ci est ultimement Unique et fermé sur lui-même ! J'avais pour thèse ce concept, mais ça avant de comprendre le boson de Higgs, qui change les données à chaque fois ! Aucun big Bang et Big Crunch ne peuvent se ressembler. Idem nous ne savons encore rien des brânes - sorte de feuilles spatiales - qui quand elles se touchent donnent naissance à un Big bang dans une dimension où la compréhension humaine aurait du mal à imaginer qu'un rasoir peu aussi servir de tasse à café ! .....
Être heureux c'est avant tout "Être".... et ça c'est formidable ! c'est inédit ! c'est magnifique !

Maintenant la recherche de pourquoi "être" est aussi passionnante, une recherche permanente ou impérmanente, mais surtout mon bouddhisme est pas d'égo, mais de profond respect sur l'éclairage des possibles ! Car le bouddhisme sera encore là dans des millions d'années par sa nature humaine ! Alors que les autres religions... qui auront dessiner un temps leurs histoires, s’effaceront comme toutes les autres, et de l'avancée socio-technologique.... les polythéistes grecs, les égyptiens, les mayas, les incas, les aborigènes, les Celtes, les dogons, moult et moult !.....
Et il n'y qu'un "JE" commun à tous dans l'avenir que nous devons préparer aujourd'hui, fonder les bases d'une société bouddhiste, universelle, scientifique, car nous nous destinons tous à un avenir éclairé et tangible ici, mais également à la découverte de notre système solaire et plus loin encore ! ....
Pema Gyaltshen
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7657
Zodiaque : Cancer Âge : 65
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cheval
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Arts
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par Pema Gyaltshen le Sam 05 Oct 2013, 22:38

Ma conviction profonde est que si nous atteignons l'éveil, il n'est plus besoin d'aller chercher des explications scientifiques au bout de l'univers, ni l'infiniment grand, ni l'infiniment petit.
Tout sera là, présent ici et maintenant.
Au delà de l'espace-temps.
Donc je pense que notre intérêt, comme nous l'enseignent nos Maîtres, c'est de pratiquer
la méditation et le yoga profond, encore et encore...

L’homme qui voulait être heureux : analyse 586300


_________________
L’homme qui voulait être heureux : analyse Benzar10
L’homme qui voulait être heureux : analyse Pema_g10
julien
julien
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 14
Zodiaque : Capricorne Âge : 50
Contrée : france
Arts & métiers : communication
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Coq
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : ne plus tomber dans les pièges
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 23/09/2013

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par julien le Dim 06 Oct 2013, 12:15

Et la première étapes dans tout ça c'est apprendre à devenir humain dans le sens noble du terme.
brackardej
brackardej
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1501
Zodiaque : Scorpion Âge : 65
Contrée : LOTHLORIEN (Terre du milieu)
Arts & métiers : magasinier
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cheval
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : randonnée, bicyclette, forêts , dialoguer avec mon chat , regarder la neige tomber ...
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/12/2007

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par brackardej le Jeu 10 Oct 2013, 20:46

Pas de doute (s)? Très bien , pourquoi pas ?
Souhaitons que les  " maîtres"  ne se fussent point plantés ! "
( ça arrive à tout être humains , fut-il censé ( ou étant ) saint...)
Bonjour


_________________
Bêtise humaine. "Humaine" est de trop : il n'y a que les hommes qui soient bêtes.
Jules Renard

" La philosophie, c'est l'art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité. "
Frédéric Dard
Pema Gyaltshen
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7657
Zodiaque : Cancer Âge : 65
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cheval
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Arts
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par Pema Gyaltshen le Jeu 10 Oct 2013, 20:48

ll est impossible qu'un véritable Maître se "plante", sinon ce n'en est pas un !L’homme qui voulait être heureux : analyse 322308


_________________
L’homme qui voulait être heureux : analyse Benzar10
L’homme qui voulait être heureux : analyse Pema_g10
Anonymous
Invité
Invité

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par Invité le Lun 11 Nov 2013, 15:40

Un article intéressant sur le livre :

L’homme qui voulait être heureux : analyse L-homme-qui-voulait-%C3%AAtre-heureux-190x300
« L’homme qui voulait être heureux« , vous raconte comment l’auteur a décidé de vivre sa nouvelle vie : « le fruit de ses décisions de ses choix et de sa volonté ».

La vraie aventure commence pour lui, au moment il décide de rendre visite au sage Samtyang qui vivait à Bali et qui avait « soigné » des personnes importantes, comme par exemple le premier ministre du Japon.
En regardant le modeste personnage qui allait influencer sa vie, habillé avec des vêtements très sobres, l’auteur c’est dit au début de cette rencontre, qu’il était en train de faire erreur sur la personne.
Dans ce petit village à quelques kilomètres d’Ubud au centre de l’île, le sage l’a accueilli avec beaucoup de luminosité dans son regard en lui parlant avec douceur dans un très bon anglais.
Dès la première séance avec le sage, l’auteur du livre apprend la mauvaise nouvelle : il était quelqu’un de malheureux
Alors qu’il était en parfaite santé, « le patient » qui avait le symptôme d’un mal être général, explique à la demande de son guérisseur, pourquoi il n’était pas heureux : il était empêché de vivre en couple. Il ne pouvait pas plaire à une femme en sachant que son corps était trop maigre. Mais son vrai souci n’était pas son corps. Le vrai problème se trouvait, dans sa tête.
Notre héros apprend qu’il n’avait pas à se soucier de son physique, mais plutôt de ce que lui croit de sa perception, par les femmes. En vérité le succès qu’il pouvait avoir auprès de l’autre sexe, avait peu de rapport avec son apparence physique.
Généralement les gens lorsqu’ils rencontrent une personne qui pourrait les aimer, ils se focalisent plutôt sur leurs défauts en pensant qu’ils ne peuvent pas plaire. En fait ils ont parfaitement raison : en se voyant moches, les autres les voient moches aussi.
Vous imaginez bien la réponse de notre « malheureux » lorsque le sage lui a demandé : « comment les femmes le voient ? ». Je vous laisse deviner.
Nicole Kidman entièrement nue !
En posant la question : « avez-vous vu le film : Eyes wide shut de Stanley Kubrick ? » et en faisant un arrêt sur image dans la scène où Nicole Kidman était entièrement nue, le sage donne des explications à son patient, concernant la beauté imparfaite de cette actrice considérée en 2006 par le magazine britannique Eve, parmi les cinq plus belles femmes au monde.
Comment expliquer cette statistique ? Nicole Kidman est probablement convaincue d’être superbe et que les hommes la désirent tous, que les femmes sont toutes jalouses et qu’elles l’admirent. Probablement qu’elle se voit comme l’une des plus belles femmes au monde.
Pendant cette première séance avec le sage, une expérience consistait en s’imaginant que le « patient » se trouvait très beau et qu’il était convaincu d’avoir un énorme impact sur les femmes, tout en décrivant sa posture : une démarche assurée détendue avec la tête droite en regardant devant avec un léger sourire sur le visage, cool et sûr de lui à la fois.
Comment les femmes pouvaient le voir dans cette situation ? Les femmes ne peuvent qu’aimer ce qui émane de sa personne.
Cet effet se produit de la même façon, chez quelqu’un qui prend la parole en public. Tout dépend de comment s’imagine celui qui parle. Son succès auprès de son public, dépend ce qu’il croit de lui-même.
La question qui se pose est : comment se fait-il que quelqu’un se met à croire des choses sur soit; qu’elles soient positives ou négatives ?
Plusieurs explications très claires sont données en ce moment de l’histoire, par le sage. Je vais vous laisser les découvrir vous-même, en lisant ce livre que j’ai lu avec beaucoup de plaisir pendant un week-end.
Une autre expérience mentionnée par le sage pendant cette première entrevue, concerne un test effectué dans une université américaine, sur un groupe d’élèves du même âge et qui avaient le même résultat, au niveau du test de leur Q.I. Ils étaient considérés donc, ayant un niveau d’intelligence égal.
Le groupe avait été séparé en deux. Un enseignant qui a pris en charge le premier groupe a été informé que les enfants de sa classe, ont une intelligence supérieure. La deuxième partie a été confiée à un autre enseignant à qui on avait expliqué que ces enfants cette fois-ci, sont moins intelligents que la moyenne. Après une année de cours les chercheurs ont fait passer de nouveau le test de Q.I. à tous les enfants. Devinez quoi ? Les enfants du premier groupe avaient des résultats nettement supérieurs à ceux des enfants du deuxième groupe.
Je profite pour m’adresser aux lecteurs qui ont lu cet article jusqu’ici : que pensez-vous de cette expérience ? Quelle est votre conclusion ?
Personnellement je donne raison à Laurent Gounelle qui précise que faire des expériences de ce genre avec des enfants, c’est vraiment quelque chose de discutable.
En se posant la question du prix de la séance et pour que les choses soient claires, le patient demande au sage combien il lui doit pour son temps. Le marché a été conclu à condition que le patient ne garde pas que pour lui, ce qu’il allait découvrir.
Pendant la deuxième séance nous apprenons quelque chose d’autre de très intéressant de la part du sage, qui explique que les humains sont très attachés à tout ce qu’ils croient et qu’ils ne cherchent pas la vérité. En cherchant l’équilibre, les êtres humains cherchent à se bâtir un monde qui correspond plus ou moins, à leurs croyances.
Un détail très intéressant et très important à retenir lorsque le patient pose la question : « pourquoi on ne se rend pas compte que ce que l’on croit n’est pas la réalité ? » Voici la réponse donnée par le sage : « ce que nous croyons devient notre réalité« .
Par exemple si vous fermez les yeux et si vous bouchez vos oreilles et que vous essayez de décrire précisément la réalité qui se trouve autour de vous, pensez-vous que vous pouvez tout décrire ? Il s’agit d’une multitude d’informations concernant le plan visuel, la lumière ambiante, les ombres le ciel, les nuages le soleil, les objets, les sons. Que répondez-vous à cette question ?
Par exemple, prenez en considération le corps d’une personne se trouvant devant vous, qui vous envoie des milliers d’informations relatives à sa posture, à ces mouvements au regard et aux expressions du visage. Il y a beaucoup de choses qui changent d’une seconde à l’autre en sachant que cela ne concerne que les informations visuelles. Il y a aussi d’autres informations, comme la température et le toucher par exemple.
Pensez-vous être capable de transmettre toutes ces informations ? Est-ce que votre cerveau n’est-il pas en train de faire un tri, en captant certaines informations et pas d’autres ?
Ce qui est très intéressant c’est que le tri n’est pas le même d’une personne à l’autre. Il n’est pas du hasard, il est propre à chacun et dépend notamment des croyances et de la vision de chacun, sur le monde en général.
Vos croyances dirigent pratiquement votre vie. Vous avez développé des croyances sur vous-même, sur les autres et sur les relations avec les autres. Vous avez vos propres croyances concernant le monde qui vous entoure. Ces croyances sont différentes d’une personne à une autre et elles ne représentent pas la réalité. Ce qui est très important à retenir, c’est qu’il faut comprendre les effets des croyances qui peuvent être positif ou limitants.
À l’occasion de cette deuxième séance le patient reçoit deux missions :

  • Il doit d’abord rêver tout en restant éveillé. Dans son rêve il doit se trouver dans un monde où tout est possible.

  • Ensuite il doit faire des études concernant les recherches scientifiques qui ont été menées aux États-Unis sur les effets de placebo.

C’est parce que « ce n’est pas en écoutant quelqu’un que l’on évolue« .
Dans le monde où tout est possible, l’auteur du livre est un professeur qui change de métier. Il se réalise dans un nouveau domaine artistique, en faisant de sa passion qui était la photographie, son métier. Ces photos décoderaient les émotions des gens en racontant leurs histoires. Son studio à succès aurait une certaine notoriété. Ces  tarifs raisonnables permettraient au large public de s’offrir ses service et son salaire d’enseignant allait être triplé. Sa nouvelle maison pour laquelle il avait dessiné les plans et qu’il allait construire, avait un jardin dans lequel il pouvait lire le week-end allongé dans un transat à l’ombre d’un tilleul. Bien sûr il vivrait avec une femme qu’il aimait. Dans son salon où le feu brûlait dans la cheminée, il interpréterait au piano, de nocturnes de Chopin pour ses invités.
Voici ce qu’il a trouvé parmi les résultats les plus incroyables, concernant les recherches scientifiques sur le placebo :
Il a été administré à des malades, un placebo présenté comme de la chimiothérapie. Le résultat : 33 % d’entre eux avaient intégralement perdu leurs cheveux. En croyant qu’ils avaient avalé un médicament dont on connaît très bien son effet secondaire c’est-à-dire la perte des cheveux, ces malades ont effectivement perdu leurs cheveux.
C’est en ce moment que l’auteur se pose la question suivante : « pourquoi ne pas s’intéresser davantage aux moyens de guérir les malades par la voie psychologique ?« 
Lors de son prochain rendez-vous avec le sage, celui-ci n’était pas présent. Samtyang lui avait laissé un mot pour notre patient. Deux missions :

  • « Écrivez les obstacles qui vous empêchent d’avoir une vie heureuse ».

  • « Accéder au sommet du mont Skouwo ».

Lors de leur prochaine entrevue, pour finir le chapitre sur la santé, le sage précise à son patient que les gens qui croient en Dieu et qui pratiquent leur religion de façon régulière ont une espérance de vie de 29 % supérieure à celle des autres.
C’était aussi l’occasion pour l’auteur du livre, d’avouer qu’il n’a pas donné suite à la demande de la part de son guérisseur, de faire l’ascension du mont Skouwo.
Apparemment, l’obstacle principal qui empêchait l’auteur du livre de vivre la vie de ses rêves,  c’était qu’il n’avait pas de chance. D’après le sage, chaque personne rencontre dans sa vie un grand nombre d’occasions. Sauf que tout le monde n’est pas capable de le voir. La preuve :
Une expérience qui a eu lieu en Europe, a été menée sur des personnes qui s’estimaient chanceuses et à la fois sur d’autres qui pensaient le contraire. Toutes ces personnes devaient compter les nombres de photos dans un journal.
Un texte qui apparaissait de façon très claire dans ce journal quelque part au milieu, indiquait qu’il n’était pas nécessaire de compter les photos, car leur nombre était 57. Les personnes qui se considéraient chanceux avais cessé de continuer la lecture, à partir du moment où ils ont lu le texte leur indiquant clairement, le nombre de photos dans le journal. Tandis que les autres personnes ont continué de lire le journal jusqu’à la fin. À la demande adressée à ceux qui ne se considéraient pas chanceux : « pourquoi vous n’avez pas arrêté de lire, en voyant le texte qui vous indiquait clairement, le nombre de photos dans le journal ? « , ces derniers avaient répondu : « quel texte ? ». En effet, ils n’avaient pas vu cette information.
Concernant les occasions qui se sont peut-être déjà présenté dans la vie de notre personnage principal, peut-être qu’il ne les avait pas vus.
Sur la liste des obstacles qui s’opposaient à la création de son propre studio de photographies de mariage, il y avait aussi la peur de ne pas être capable de réaliser ce projet qui l’attirait beaucoup. Son ressenti ne lui permettait pas de savoir, s’il s’agissait de la réalité ou d’une « croyance limitante » en ce qui concerne ses capacités.
Pouvez-vous vraiment vous permettre de ne pas faire comme les bébés ?

Une de choses à retenir grâce à ce livre, c’est que lorsque vous êtes en attente de réponses qui n’arrivent pas, vous avez tendance à croire que vous n’êtes pas doué(e). Si vous rêvez de réaliser un projet, posez-vous la question : « comment je compte m’y prendre ? ». Tant que vous ne répondez pas à cette question, vous continuerez à penser que vous n’êtes pas capable. Pour trouver la réponse, il vous faut détailler votre projet et éviter de le voir comme quelque chose d’intégral.
Je reprends les conseils de Samtyang qui fait appel à l’image d’un petit enfant, en train d’apprendre à marcher. D’après les statistiques, avant de pouvoir faire ses premiers pas, un bébé tombe environ deux mille fois. Si tous les bébés devaient renoncer à apprendre à marcher (comme les adultes qui renoncent à leurs projets), imaginez de quelle façon les gens allaient se déplacer.
Êtes-vous capable de faire des sacrifices pour réaliser votre projet ?

Dans ce passage du livre, le sage démontre à son visiteur que pour réaliser son rêve, il doit savoir faire des choix. Ne pas savoir renoncer parfois au confort, empêche de choisir. Et ne pas choisir, c’est l’équivalent de ne pas pouvoir vivre la vie de son rêve.
Ces questions s’adressent à vous maintenant, si vous avez lu jusqu’ici

Avez-vous un rêve à réaliser ? Êtes-vous capable de faire un effort pour atteindre vos objectives ? Mentionnez en laissant un commentaire, quel est le sacrifice que vous avez du mal à faire parmi les suivants, pour changer votre vie :

  • Passer plus de temps à lire de livres de développement personnel

  • Ne plus regarder la télévision

  • Ne pas partir en vacance

  • Faire des heures supplémentaires

  • Apprendre une langue étrangère

  • Arrêter de fumer

  • Arrêter de consommer de l’alcool

  • Se former plus et s’amuser moins

  • Être discipliné

  • Être organisé

  • D’autres (Ça peut être utile de partager votre expérience personnelle concernant ces « barrières » pour apporter de la valeur, aux personnes qui nous lisent. Vous pouvez en spécifier éventuellement vous aussi, en laissant votre commentaire, à la fin de l’article). L’homme qui voulait être heureux : analyse Icon_wink

Choisir le chemin qui vous dirige vers la réussite d’un projet qui vous tient à cœur, ça peut être parfois un vrai parcours du combattant. C’est comme faire l’ascension d’une montagne. Tant que vous n’empruntez pas ce chemin, vous ne pouvez pas vous rendre compte de l’énergie nécessaire que vous devez fournir pour arriver à votre « destination ». Mais à l’arrivée votre satisfaction sera directement proportionnelle avec vos efforts. Et plus vos efforts seront grands, plus votre ressenti de bonheur, va durer dans le temps.
C’était un message très clair envoyé subtilement à son « patient », qui n’avait pas respecté sa deuxième mission : l’ascension du mont Skouwo, avant le passage à la prochaine étape.
Comment accorder de l’importance, au choix, à l’effort et au sacrifice
Première mission : Projection en pensées dans quelques mois, en s’imaginant ayant déjà toutes les compétences nécessaire à l’accomplissement du projet (dans le cas de notre héros, il s’agissait de se mettre dans la peau d’un photographe).
Deuxième mission : Se débarrasser de la peur de demander et d’aller vers le gens, en obtenant cinq « NON », cinq refus de la part de personnes inconnues. (A votre avis, es une tâche facile à réaliser ?)
C’était un mercredi. Et à la fin de la semaine, le samedi, notre héros devait reprendre l’avion pour rentrer chez lui car, c’était la fin de ses vacances. Le sage fut surpris de l’entendre car, il avait prévu trois ou quatre séances supplémentaires et nécessaires à son « patient ». L’unique possibilité donc pour finir « le traitement », c’était de changer le billet d’avion et de rentrer le dimanche. Ce choix étant très difficile à prendre car, le type de billet d’avion qu’il avait acheté, ne lui permettait pas ce changement, sans régler une somme d’argent importante.
C’est le moment dans cette histoire ou notre voyageur s’est rendu compte de l’importance du temps.
Concernant la collection de « NON » de notre ami « le malheureux », voici l’épisode dans lequel « une blonde à forte poitrine » et grosse, mangeait une glace succulente.
Dans ce passage, le héros s’invite tout simplement, à goûter la glace de sa « victime », qui avec ses yeux très pétillants, le traite de « coquin » et en s’approchant de lui tout en léchant sa glace, elle lui répond : « oui mon mignon ».
Je vous laisse découvrir par vous-même en vous recommandant ce livre, si la collection de « NON » a été complétée.
Le lendemain il avait avoué cette mission n’a pas été vraiment facile. Le sage au visage très calme, avec l’attitude de quelqu’un qui n’a pas de désirs particuliers, lui avait expliqué que suivant le mécanisme de croyances que notre héros était en train d’assimiler, c’était exactement au moment où sa peur du rejet se manifestait chez lui, qu’il était réellement rejeté.
L’analyse du résultat de la première mission mentionnée plus haut, était de faire comprendre au « patient » qu’il devait rester « lui-même » tout en évitant de prendre en considération, l’opinion des autres, comme par exemple celle de ses parentes qui voulaient que leur fils soit un enseignant ou un scientifique.
Lorsqu’on parle à quelqu’un d’un projet, on peut s’attendre à trois types de réactions :

  • Neutres

  • Positives

  • Négatives


Concernant les réactions négatives, le conseil du sage est d’éviter les personnes susceptibles d’apporter le découragement. Certes, parfois les gens pensent pouvoir protéger, en donnant leur avis. C’est pourquoi il faut surtout demander conseils aux experts.
Ce qui est très positif, c’est d’avoir dans son entourage de personnes qui croient en vous.
Un obstacle très important qui empêchait le sujet principal du livre d’être heureux, c’était le fait que l’argent le répugnait, en oubliant que celui-ci à l’origine a été inventé pour permettre l’échange entre les humains. L’argent ce n’est pas quelque chose de mal, mais plutôt son absence. Son image, d’après l’explication du sage et directement liée à deux aspect :

  • Comment il est gagné

  • Comment il est dépensé


À retenir !
Donner le meilleur de soi-même dans une activité passionnante et qui en même temps permet de gagner de l’argent, représente une des clés du bonheur. Pour se sentir heureux il est très utile de mettre en œuvre les compétences acquises dans le domaine de sa passion, tout en se lançant des nouveaux défis pour stimuler la concentration et pour obtenir le meilleur de soi-même.
Pour savoir si vous faites des choses qui sont en harmonie avec vous et qui peuvent vous permettre de réussir dans votre vie, vous devez vous imaginer que vous allez mourir ce soir et que vous le savez depuis une semaine. La question qui se pose est : parmi toutes vos activités de cette dernière semaine, quelles sont celles qui vous avez envie de garder ?
En reprenant la question du sage et m’adressant à vous qui lisez cette chronique, je vous invite à répondre à cette question, en laissant votre commentaire, à la fin de cet article. Vous pouvez répondre si vous le souhaitez, sous forme de pourcentage. Que feriez-vous si vous constatiez que par exemple 70% de vos agissements de votre dernière semaine, sont des activités que vous ne conserviez pas ? Sachez qu’il y a quand même une bonne nouvelle dans tout ça : même si parfois c’est difficile de prendre une décision, n’oubliez pas que le choix existe au final ! 
En évoluant dans votre vie, en vous débarrassant de vos croyances limitantes et en vous donnant ainsi de plus en plus le choix, vous obtenez au final votre liberté. Lorsque vous choisissez des actions qui respectent vos valeurs, vous devenez précieux pour les autres et votre vie devient facile. Vous n’avez plus besoin de lutter pour avancer.
En parlant du choix et en sachant que nous sommes à ce niveau presque à la fin du livre, le héros ne peut pas bénéficier d’un nouveau conseil de la part du sage, concernant la décision de changer ou pas son billet d’avion, pour bénéficier ainsi d’un « apprentissage majeur ». Le prix du changement du jour de retour à la fin de ses vacances, était presque équivalent au prix initial du billet d’avion.
Le choix difficile de payer 600$ lui appartenait, en sachant que son compte bancaire était déjà « dans le rouge » et qu’en même temps s’il ne changeait pas son billet d’avion, il était en train de rater une dernière leçon, peut-être la plus importante dans sa quête vers une nouvelle vie.
Le rendez-vous avec le sage, était prévu samedi après-midi. En se posant des questions concernant le fameux « apprentissage » et en étant motivé pour profiter au maximum de cette dernière rencontre, le héros rejoint l’habitation du maître Samtyang.
À votre avis (et vous pouvez toujours le donner en laissant votre commentaire à la fin de cet article), quel était le ressenti de Laurent Gounelle l’auteur du livre « L’homme qui voulait être heureux », lorsqu’il venait d’apprendre que le sage n’était pas présent à son domicile pour le dernier rendez-vous avec son patient, et qu’il allait revenir seulement le lendemain, tout en sachant qu’il n’avait pas oublié ?
Bien sûr, tout est décrit dans les dernières pages du livre, ainsi que le mot que le maître Samtyang avait laissé à notre héros et qui expliquait l’absence du sage pour cette dernière rencontre, si importante pour Laurent Gounelle.
Article rédigé par Sorin Busuioc.

Contenu sponsorisé

Titre-sujet Re: L’homme qui voulait être heureux : analyse

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 11 Juil 2020, 12:47