Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 18:11 par Mila

» Padthaï végétalien
Aujourd'hui à 18:09 par Mila

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Aujourd'hui à 11:09 par Mila

» Question sur nos conditionnements
Aujourd'hui à 10:49 par Ortho

» Novice dans ce monde qui m’interpelle.
Hier à 19:28 par Mila

» Soutra du Bonheur - Canon Pali
Hier à 17:46 par Disciple laïc

» Qu’entend-on vraiment par « tout vient de l’esprit » ?
Hier à 14:43 par Disciple laïc

» question concernant la méditation
Hier à 12:39 par Yeshé Kunga

» Moi c'est Cedpa
Hier à 12:23 par Disciple laïc

» Toute l'équipe de l'Arbre des Refuges vous souhaite ses meilleurs voeux pour 2019!
Hier à 11:19 par Karma Trindal

» Pèlerinage Bouddhiste en Europe
Hier à 09:48 par Karma Trindal

» Ôtani Chôjun et la véritable Ecole de la Terre Pure
Dim 13 Jan 2019, 21:40 par Disciple laïc

» Présentation
Ven 11 Jan 2019, 15:36 par Nangpa

» Illusion ou Réalité: Ram Bahadur Bamjon - Réapparition de Little Buddha
Ven 11 Jan 2019, 14:41 par Nangpa

» Psychologie: Le pouvoir nuit-il gravement au cerveau ?
Ven 11 Jan 2019, 13:58 par Mila

» Naissances et vies: OÙ EN EST LA SCIENCE SUR LA VIE APRÈS LA MORT ?
Mer 09 Jan 2019, 12:24 par Mila

» Le Mahamoudra du Gange .
Mar 08 Jan 2019, 13:55 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Lun 07 Jan 2019, 11:50 par Mila

» Aoyama Roshi à la Demeure sans limites
Lun 07 Jan 2019, 07:11 par Disciple laïc

» le Dalaï-lama a félicité Nancy Pelosi
Dim 06 Jan 2019, 11:33 par Mila

» Regard bouddhiste sur l’éducation et la jeunesse - Forum tenu à Dhagpo Kagyu Ling en août 2018
Dim 06 Jan 2019, 10:29 par Disciple laïc

» Les 12 signes
Dim 06 Jan 2019, 01:45 par petit_caillou

» Année du Cochon 2019
Dim 06 Jan 2019, 01:40 par petit_caillou

» Le Rat
Dim 06 Jan 2019, 01:34 par petit_caillou

» Le Lapin (ou Chat)
Dim 06 Jan 2019, 01:27 par petit_caillou

» Le Cheval
Dim 06 Jan 2019, 01:04 par petit_caillou

» Le Coq
Dim 06 Jan 2019, 00:57 par petit_caillou

» Le Buffle
Dim 06 Jan 2019, 00:52 par petit_caillou

» Le Dragon
Dim 06 Jan 2019, 00:45 par petit_caillou

» La Chèvre (ou Mouton)
Dim 06 Jan 2019, 00:37 par petit_caillou

» Le Chien
Dim 06 Jan 2019, 00:30 par petit_caillou

» Le Tigre
Dim 06 Jan 2019, 00:21 par petit_caillou

» Le Serpent
Dim 06 Jan 2019, 00:07 par petit_caillou

» Le Cochon
Sam 05 Jan 2019, 23:56 par petit_caillou

» Le Singe
Sam 05 Jan 2019, 23:42 par petit_caillou

» Sadhguru: Comment arrêter les pensées ?
Sam 05 Jan 2019, 16:29 par Admin

» Comment la Terre survit-elle ?
Sam 05 Jan 2019, 12:12 par Pema Gyaltshen

» Elevage industriel , nous vivons un divorce total avec la nature .
Mer 02 Jan 2019, 21:22 par Pascal Ceurtvriend

» J'ai l'impression de régresser
Mar 01 Jan 2019, 21:02 par Pascal Ceurtvriend

» justice à Kagyu Ling
Lun 31 Déc 2018, 12:29 par Ortho

» L'enfance d'un maître .
Lun 31 Déc 2018, 10:35 par Nangpa

» Le bouddhisme, une religion tolérante ?
Dim 30 Déc 2018, 11:03 par Ortho

» Toc Toc Toc
Ven 28 Déc 2018, 12:09 par michael19711

»  Se libérer en devenant fort
Jeu 27 Déc 2018, 23:01 par Karma Trindal

» Hondelatte Raconte: Le psychiatre du Bouddha (Récit intégral)
Jeu 27 Déc 2018, 23:00 par Karma Trindal

» Pourquoi je suis ici
Jeu 27 Déc 2018, 22:54 par Karma Trindal

» Bonjour à toutes et tous
Jeu 27 Déc 2018, 22:48 par Karma Trindal

» JOYEUX NOEL
Jeu 27 Déc 2018, 22:33 par Karma Trindal

» Soutra des Quatre Établissements de l’Attention
Jeu 27 Déc 2018, 09:38 par Disciple laïc

» Rencontre d'une petit fille Zoulou avec le Bouddha (en Anglais).
Mer 26 Déc 2018, 11:04 par Mila

» Rituel annuel, Drouptcheu de Karmapakshi , à Bruxelles
Mer 26 Déc 2018, 10:14 par Mila

» Kalachakra, l’Eveil - 1 et 2/2
Dim 23 Déc 2018, 10:15 par Disciple laïc

» Le XVIIème Karmapa Thayé Dorje présente son fils.
Jeu 20 Déc 2018, 09:58 par Ortho

» Question au sujet des intoxicants.
Lun 17 Déc 2018, 12:56 par Mila

» Message aux dirigeants et aux décideurs selon l’expérience du roi Trân Nhân Tông
Dim 16 Déc 2018, 17:21 par Disciple laïc

» Les dédicaces dans les cérémonies zen
Dim 16 Déc 2018, 10:03 par Disciple laïc

» Atiśa Dīpaṃkara: La guirlande de joyaux du bodhisattva
Sam 15 Déc 2018, 16:17 par Admin

» Appel à l'aide au sujet d'un soutra
Ven 14 Déc 2018, 18:06 par levitrailleur

» Préoccupation sur la situation sociale en France
Mer 12 Déc 2018, 13:32 par indian

» MATRUL Rinpoché à Bruxelles décembre 2018
Mar 11 Déc 2018, 16:15 par Pema Gyaltshen

» Sauvetage d'un éléphanteau au Kerala en Inde
Lun 10 Déc 2018, 14:54 par Mila

» Atelier de méditation « Joie de Vivre I »
Lun 10 Déc 2018, 00:11 par Tergar Bruxelles

» L’importance de l’amour dans le bouddhisme
Dim 09 Déc 2018, 11:05 par Disciple laïc

» Noorung le chien vagabond
Dim 09 Déc 2018, 07:50 par Disciple laïc

» Soutra de Celui qui Connaît l’Art de Vivre Seul
Ven 07 Déc 2018, 14:30 par Disciple laïc

» Sutra de la Voie du Milieu - sur la Vue Juste
Jeu 06 Déc 2018, 19:49 par Disciple laïc

» Le Bouddha a-il vraiment besoin qu’on lui offre de l’encens ?
Mer 05 Déc 2018, 16:15 par indian

» Discours sur l’Enseignement donné aux Malades
Mer 05 Déc 2018, 14:56 par Mila

» L’Enseignement au disciple vêtu de blanc (les laïcs)
Mer 05 Déc 2018, 14:48 par Mila

» Le Discours d’Anuradha
Lun 03 Déc 2018, 22:49 par Disciple laïc

» Le Discours sur la jeunesse et le bonheur
Lun 03 Déc 2018, 22:21 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Lun 03 Déc 2018, 10:04 par Disciple laïc

» Le Discours sur les Huit Réalisations des Grands Êtres
Dim 02 Déc 2018, 22:40 par Disciple laïc

» Le Discours d’Anuradha
Dim 02 Déc 2018, 15:42 par Disciple laïc

» Le Discours sur la Prise de Refuge en Soi-même
Dim 02 Déc 2018, 15:32 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 43 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 43 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 98256 messages dans 11314 sujets

Nous avons 4276 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Marquise Du Mont

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7502)
 
Karma Trindal (6929)
 
petit_caillou (4746)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2471)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Risquer la Liberté- Fabrice Midal

Partagez
avatar
Invité
Invité

Risquer la Liberté- Fabrice Midal

Message par Invité le Lun 17 Fév 2014, 09:36

Risquer la Liberté- Fabrice Midal
 
 
 
Santé Yoga : Pourquoi à votre avis tant de gens se plaignent-ils aujourd’hui d’aller mal ?
 
Fabrice Midal : Parce que la plupart pense que ce malaise vient de problèmes sociaux ou psychologiques et cherche dans cette direction la solution à ce malaise qui les étreint. Et si le problème majeur qui nous rend la vie impossible était la légende du monde mort ? Cette légende nous fait croire que ce monde est mort, qu’un arbre, par exemple, n’est pas ce qui relie le ciel et la terre mais ce qui produit une certaine quantité de CO2, que l’on peut gérer, abattre, replanter à volonté parce qu’il est forcément semblable à un autre. Les êtres humains sont de plus en plus « gérés », organisés, sans que rien de leur être ne soit écouté. Notre monde n’est plus que technique, sans le moindre égard pour la poésie dont tout le monde se moque.
 
S.Y. :  La poésie, qu’entendez-vous par là ?
 
F.M. : Loin de cette idéologie qui nous conduit à ne considérer que ce qui est utile, la poésie est la sauvegarde de l’inutile. Mais l’amitié, l’amour, la vérité, ce qui donne du sens, est tout à fait aussi inutile dans cette perspective crispée de l’efficacité. La question est simple : l’être humain est-il d’abord un producteur-consommateur ? Ou bien le secret de son être serait plus ample et plus profond ? Ce que nous permet de découvrir le yoga et la méditation.
 
S.Y. : Est-ce que toutes les formes de yoga et de méditation peuvent fonctionner ?
 
F.M. : Lorsqu’ils sont utilisés pour nous rendre plus efficaces et nous permettre de nous barricader, ce sont des formes de consumérisme spirituel. Ce sont d’abord et avant tout des produits. Or, ce dont nous avons besoin, c’est d’entrer dans la réalité, d’affronter les dragons.
 
S.Y. : Selon vous qu’est-ce qu’est et n’est pas la méditation ?
 
F.M. : J’ai commencé à pratiquer avec Francisco Varela, spécialiste des sciences cognitives et grand ami du Dalaï Lama avec qui il a fondé « Mind and life », dont le propos est de travailler sur la relation entre bouddhisme et science.
 
Contrairement à ce que l’on croit, la méditation ne consiste pas à faire le vide et à être comme une grenouille la bouche ouverte mais, pour reprendre l’expression d’Artaud à « ameuter la vie ». Le Bouddha a vite compris que toute forme de gymnastique mentale conduisait à une impasse et que seule l’intelligence claire (prajna), l’intuition  vive, pouvaient nous libérer. Le chemin a plus à voir avec un mouvement radical de détente, un renoncement, une ouverture, qu’avec une domination supérieure. Il s’agit d’abandonner ses masques, et non d’en fabriquer de plus beaux. L’un des moyens de la méditation consiste à développer une forme d’attention très amplement ouverte qui nous conduit à toucher chaque expérience telle qu’elle est sans la manipuler.
 
 
 
Rester fidèle implique  de prendre le risque de la liberté
 
 
 
S.Y. : Pouvez-vous nous dire quelques mots de la posture ?
 
F.M. : Elle est cruciale puisque le corps et l’esprit ne sont pas séparés. Le dos est droit, la poitrine  ouverte, ce qui est une façon de joindre la solidité du courage et la vulnérabilité assumée.
 
S.Y. : Comment avez-vous écrit ce livre ?
 
F.M. : Il est né d’une crise personnelle. Je me sentais enfermé dans un bouddhisme que je trouvais devenu doctrinal. J’avais l’impression que quelque chose était joué et répété. Je perdais l’esprit du débutant, plein d’une extrême urgence et d’un grand enthousiasme.  Un soir, en rentrant chez moi, j’ai entendu du Shubert et ce que ce morceau a provoqué chez moi m’a donné la sensation d’avoir trahi. Ce fut un moment très douloureux. Jusqu’à ce que je comprenne qu’il y a un risque à prendre et qu’inconsciemment, nous tendons toujours à transformer la voie en autoroute.
 
S.Y. : Comment éviter cet écueil ?
 
F.M. : Le chemin, nous en sommes tout autant l’arpenteur, que le bâtisseur, et le voyageur. Nous avons chacun à inventer notre propre chemin. Ce livre est le récit de « Comment sauver la tradition ». Rester fidèle implique de prendre le risque de la liberté.
 
S.Y. : Quel est le grand défi ?
 
F.M. : Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain mais sauver le bébé. La Tradition œuvre jusqu’au bout dans la transformation, nous permet de toucher à la vraie joie, de se guérir. C’est au nom de cette exigence qu’il faut être honnête sur notre propre expérience, fut-ce dans le rôle du parfait pratiquant. Là où l’expert pointe son nez, l’enseignement n’est plus vivant. Il faut toujours être en rapport avec son expérience, sa fragilité, savoir où l’on en est. Il s’agit de ne pas confondre le savoir que l’on a pu acquérir avec la vérité de notre propre corps. Tout cherche à vous fixer dans un rôle. Si on l’accepte, notre aspiration véritable s’éteint. Se mettre en danger permet de voir les épreuves comme des chances pour aller plus loin.
 
S.Y. : C’est ce que vous avez appris de la méditation ?
 
F.M. : Il y a une incertitude au cœur de notre existence. Nous ne savons pas entièrement qui nous sommes, tout peut arriver. Plus nous fuyons et plus nous nous enfermons dans une forteresse d’acier. Il n’y a qu’en nous abandonnant à elle que la vie peut rayonner. Voilà la leçon que j’ai apprise de la méditation.
 
S.Y. : Quel était votre but lorsque vous avez fondé « Prajna & Philia » ?
 
F.M. : Etablir un bouddhisme pour l’Occident. Prajna, c’est l’intelligence non conceptuelle, directe, celle qui voit par delà l’accrochement passionnel, l’agression, et l’ignorance ;  Philia, c’est l’amitié au sens le plus ample du terme. Ma conviction a été qu’il fallait d’abord transmettre de la manière la plus rigoureuse la pratique de la méditation mais délestée d’un cadre trop religieux ou trop exotique. Il était important que la méditation ne soit pas un élément étranger, oriental, faisant de nous des pseudo tibétains, mais qu’elle nous aide à mieux comprendre la parole vivante des poètes qui, pour les plus grands d’entre eux, ne cesse de nous montrer ce chemin dans la nudité heureuse du cœur.
 
S.Y. : Que faites-vous concrètement ?
 
F.M. : Des soirées et des séminaires uniques à Paris et à Genève, chaque fois sur des thèmes différents. La pratique est suivie d’un enseignement  sur les grands principes de la Tradition bouddhique et aussi sur des poètes, tels Rilke, Tsvetaieva, et des philosophes comme Simone Weil, Heidegger…

    La date/heure actuelle est Jeu 17 Jan 2019, 18:55