Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Aujourd'hui à 00:02 par Methos

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 22:25 par Jean-François

» Dhammapada
Hier à 19:21 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 08:51 par manila

» Présentation rom5991
Jeu 19 Avr 2018, 22:12 par rom5991

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Ven 13 Avr 2018, 11:32 par manila

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

» C'est un au revoir
Mer 11 Avr 2018, 15:31 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Question sur les "vies antérieures"
Lun 09 Avr 2018, 23:00 par Ortho

» Bibliothèque multi-médias: La Cité interdite révélée
Lun 09 Avr 2018, 21:58 par Admin

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Lun 09 Avr 2018, 21:37 par Admin

» Salut à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:30 par Karma Trindal

» Bonjour à toutes et à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:28 par Karma Trindal

» Bonjour de Bretagne
Lun 09 Avr 2018, 17:09 par Karma Trindal

» La marche inspirante
Dim 08 Avr 2018, 10:50 par Disciple laïc

» Un autre regard sur la culpabilité - 1/2
Dim 08 Avr 2018, 10:44 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé, écologie, interdépendance et non-discrimination
Sam 07 Avr 2018, 08:38 par Disciple laïc

» Kaccānagotta Sutta — Pour Kaccāna — SN 12.15
Ven 06 Avr 2018, 19:54 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Ven 06 Avr 2018, 19:28 par tindzin

» Du bouddhisme, ou de l'islam, es-ce de l'art ou du cochon ?
Ven 06 Avr 2018, 17:40 par tindzin

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Ven 06 Avr 2018, 07:11 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Pour aider : identifier nos formations mentales quand elles surgissent
Jeu 05 Avr 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Je ne suis pas bouddhiste ....
Jeu 05 Avr 2018, 22:32 par Karma Trindal

» 1959 = 666
Jeu 05 Avr 2018, 22:24 par Karma Trindal

» Problème de respiration
Jeu 05 Avr 2018, 21:55 par Karma Trindal

» Précision et clarté au sujet de mon écrit "Le livre de l'Eveil"
Jeu 05 Avr 2018, 11:23 par tindzin

» Le fou divin
Mar 03 Avr 2018, 09:26 par Pema Gyaltshen

» La loi du Karma
Mar 03 Avr 2018, 07:23 par Disciple laïc

» Sur les Bodhisattvas
Lun 02 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 02 Avr 2018, 08:06 par Disciple laïc

» Le lâcher-prise
Dim 01 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» Les 3 absolus
Sam 31 Mar 2018, 10:29 par tindzin

» Je ne suis pas certain qu'il aie été juste de verrouiller le sujet je ne suis pas bouddhiste
Jeu 29 Mar 2018, 18:28 par tindzin

» Sur la conscience
Jeu 29 Mar 2018, 10:25 par Disciple laïc

» Attentat de Trèbes : la peur du changement est dans les 2 camps
Mer 28 Mar 2018, 12:45 par Ortho

» Le bouddhisme et la violence injustifiable
Mar 27 Mar 2018, 09:00 par Disciple laïc

» Ce qu'est vraiment le bouddhisme
Mar 27 Mar 2018, 08:40 par Disciple laïc

» Quelques Kôans qui ont surgit
Lun 26 Mar 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et individualisme
Lun 26 Mar 2018, 08:48 par Disciple laïc

» Nirvana - tentative de description
Ven 23 Mar 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Stephen Hawking est mort
Ven 23 Mar 2018, 16:44 par manila

» Khenpo Tséten Bruxelles Mars 2018
Ven 23 Mar 2018, 14:13 par Pema Gyaltshen

» Les 10 mouvements en pleine conscience
Jeu 22 Mar 2018, 08:22 par Disciple laïc

» La Voie du Bouddha et "les plaisirs des sens"
Jeu 22 Mar 2018, 08:12 par Disciple laïc

» Journal de méditation d'Urbanyogi
Mer 21 Mar 2018, 19:43 par Urbanyogi

» Quelle éthique pour un monde plus heureux - 1ère et 2ème partie
Lun 19 Mar 2018, 12:35 par Disciple laïc

» DE L'IGNORANCE A L'EVEIL
Lun 19 Mar 2018, 11:23 par tindzin

» Non-soi (indépendant) - Très important
Lun 19 Mar 2018, 10:49 par Disciple laïc

» Toutes les larmes sont salées
Dim 18 Mar 2018, 10:21 par Ortho

» Le faisan - parabole commentée
Sam 17 Mar 2018, 11:21 par manila

» What is true love?
Ven 16 Mar 2018, 13:56 par Disciple laïc

» Somā Sutta — La bhikkhouni Somā —
Jeu 15 Mar 2018, 08:13 par Disciple laïc

» Lignée ininterrompue depuis le Bouddha ?
Mer 14 Mar 2018, 21:14 par Pema Gyaltshen

» Animal Aid Unlimited, India
Mer 14 Mar 2018, 20:59 par Disciple laïc

» Non-attachement aux vues
Mer 14 Mar 2018, 20:18 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 25 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Methos


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 94896 messages dans 11003 sujets

Nous avons 4185 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Methos

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7445)
 
Karma Trindal (6836)
 
manila (4863)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3457)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2256)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


texte bouddhique sur la vacuité

Partagez
avatar
Invité
Invité

texte bouddhique sur la vacuité

Message par Invité le Jeu 05 Juil 2007, 22:24

La Vacuité
Ainsi ai-je entendu : Le Bienheureux séjournait à la résidence monastique fondée par Migara-Mata, dans le monastère de l'Est, près de la ville de Savatthi. Un après-midi, s'étant levé de sa méditation solitaire, l'Ayasmanta Ananda s'approcha du Bienheureux. S'étant approché, il rendit hommage au Bienheureux et s'assit à l'écart sur un côté.

S'étant assis à l'écart sur un côté, l'Ayasmanta Ananda dit au Bienheureux : Une fois, ô Bienheureux, vous étiez dans le bourg des Shakyas appelé Nagaraka au pays des Shakyas. En ce temps là, j'ai entendu, étant en face de lui, le Bienheureux disait: " Moi, ô Ananda, en demeurant dans la vacuité, maintenant j'y demeure davantage. " Je pense, ô Bienheureux, que j'ai entendu ainsi correctement, que j'ai compris ainsi correctement.

Le Bienheureux dit : Certainement, ô Ananda, ce que vous avez entendu ainsi est correct ; ce Que. vous avez compris ainsi est correct. Maintenant, tout comme avant, en demeurant dans la vacuité, j'y demeure d'avantage.

Tout comme cette résidence monastique fondée par Migara-Mata et vide d'éléphants, de vaches, de chevaux, de juments, est vide d'or et d'argent, est vide d'assemblées d'hommes et de femmes. Seulement elle est non vide du caractère unique fondé sur l'ordre des moines.

De même, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant le village, sans se concentrer sur la perception concernant les êtres humains, se concentrer sur le caractère unique fondé sur la perception concernant le forêt. Sa pensée plonge dans la perception concernant la forêt. Sa pensée s'y plaît, sa pensée s'y établit, sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant le village. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant les êtres humains. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la forêt.

Alors il sait : Cette perception est vide de la perception concernant le village. Cette aperception est vide de la perception concernant les êtres humains. Elle est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la forêt. De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant les êtres humains, sans se concentrer sur la perception concernant la forêt, se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la terre.

Tout comme, ô Ananda, une peau de bœuf, bien étendue par cent chevilles, dont la graisse a disparu, de même, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur les choses terrestres comme les hautes terres et les marécages, les rivières, les arbres portant des branches et des épines, etc., les montagnes et les vallées etc., se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la terre. Sa pensée plonge dans la perception concernant la terre. Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant les êtres humains. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la forêt. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la terre.

Alors il sait : Cette perception est vide de la perception concernant les êtres humains. Cette perception est vide de la perception concernant la forêt. Elle est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la terre.

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la forêt, sans se concentrer sur la perception concernant la terre, se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : " Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la forêt. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la terre. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensé fondée sur la perception concernant la sphère de l'espace infini. "

Alors il sait : Cette perception est vide de la perception concernant la forêt. Cette perception est vide de la perception concernant la terre. Cette aperception est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la terre, sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ", se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la terre. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " la sphère de l'espace infini ". Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensé fondée sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie. "

Alors il sait : Cette aperception est vide de la perception concernant la terre. Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Cette aperception est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ", sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ", se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère du néant ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère du néant ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la " sphère du néant ".

Alors il sait : Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Cette aperception est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère du néant ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentre sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ", sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère du néant ", sans se concentrer sur le caractère unique sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère ni de la perception ni de la non-perception ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère du néant ". Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ".

Alors il sait : Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère du néant ". Cette aperception est non vide seulement du caractère fondé sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère du néant ", sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ", se concentre sur le caractère unique fondé sur la " concentration mentale qui est sans indice ". Sa pensée plonge da la " concentration mentale qui est sans indice ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : " Cette concentration mentale qui est sans indice " est un état conditionné. Elle est un état produit par sa pensée. Si une chose est conditionnée, si elle est une production de la pensée, elle est sûrement impermanente ; elle est sujette à la dissolution.

Quand il sait cela et quand il voit cela, la pensée se libère de la souillure du désir sensuel ; la pensée se libère de la souillure du désir d'existence ; la pensée se libère de la souillure de l'ignorance. Quand il est libéré vient la connaissance : " Voici la Libération. "

Alors il sait : Toute naissance est anéantie, la Conduite Pure est vécue, ce qui devait être accompli est accompli, plus rien ne demeure à accomplir.

Il comprend : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la souillure du désir sensuel. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la souillure du désir de l'existence et du devenir. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la souillure de l'ignorance. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause des six sphères sensorielles conditionnées par cette vie, conditionnées par ce corps.

Alors il sait : Cette aperception est vide de souillure dite " désir sensuel ". Cette aperception est vide de la souillure dite " désire d'existence et du devenir ". Cette aperception est vide de la souillure dite " ignorance ". Ici, ce qui est non vide, ce sont les six sphères sensorielles conditionnées par cette vie, conditionnées par ce corps.

Ainsi, il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " De cette façon, ô Ananda, pour ce disciple, c'est l'arrivée dans la vacuité suprême, incomparable, vraie, non fausse et pure.

S'il y a eut, ô Ananda, des religieux et des prêtres dans le passé le plus lointain qui sont entrés et ont demeurés dans la vacuité complètement pure, incomparable et suprême, tous ces religieux et prêtres entrèrent et demeurèrent précisément dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême.

S'il y a, ô Ananda, des religieux et des prêtres dans le futur le plus éloigné qui entreront et demeureront dans la vacuité complètement pure, incomparable et suprême, tous ces religieux et ces prêtres entreront et demeureront précisément dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême.

S'il y a, ô Ananda, des religieux et des prêtres dans le présent qui entrent et demeurent dans la vacuité complètement pure, incomparable et suprême, tous ces religieux et ces prêtres entrent et demeurent précisément dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême.

C'est pourquoi, ô Ananda, vous devez vous entraîner en disant : " Entrant dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême, j'y demeure. "

Ainsi parla le Bienheureux. L'Ayasmanta Ananda, heureux, ravi, se réjouit des paroles du Bienheureux.



http://perso.orange.fr/bouddhisme-tibetain/mapage/index.html#bv000003
avatar
Tinhy
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 70
Contrée : Nantes
Disposition de l'Esprit : dhamma, photos
Date d'inscription : 24/06/2007

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Tinhy le Ven 06 Juil 2007, 01:09

Il ne s'agit pas d'un Texte sur la vacuité mais d'un sermon du Bouddha

c'est le culasunnata sutta

c'est important pour ceux qui pratiquent et qui étudie de pouvoir retrouver le sutta exact d'autant plus que cela leur sert de méditation quotidienne...

pour nous bouddhiste du Theravada ce sont des textes précieux et vénérables...

pour vous repérer vous pouvez voir l'Index des suttas
avatar
Invité
Invité

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Invité le Ven 06 Juil 2007, 14:49

désolée sur le site cité c'est inscrit comme cela
merci pour les renseignements supplémentaires
avatar
Tinhy
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 70
Contrée : Nantes
Disposition de l'Esprit : dhamma, photos
Date d'inscription : 24/06/2007

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Tinhy le Ven 06 Juil 2007, 23:14

oui je suis allé voir le site... et je n'en veux à personne

mais c'est assez important de situer les suttas car aucun ne peut être pris tout seul... il trouve souvent son complément ailleurs...

Contenu sponsorisé

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 21 Avr 2018, 02:13