Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» La religion bouddhique présentée par la Police de Montréal
Aujourd'hui à 14:44 par indian

» Explication de la Roue de la Vie
Aujourd'hui à 13:54 par Disciple laïc

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 13:21 par indian

» Question sur le karma
Aujourd'hui à 09:17 par Disciple laïc

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 08:52 par manila

» 24 heures chez les moines bouddhistes
Aujourd'hui à 07:34 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Hier à 21:22 par indian

» Les ruses de Māra
Hier à 20:22 par Disciple laïc

» Eveil au "beau"
Hier à 14:59 par Disciple laïc

» Le Noble Sentier Octuple 1/2 rediffusion.
Hier à 12:25 par Disciple laïc

» L'enseignement du Bouddha d'après les textes les plus anciens
Hier à 08:02 par Disciple laïc

» Dhammapada
Hier à 07:52 par vaygas

» Hédonisme et eudémonisme, bonheur et plaisir : la grande confusion
Hier à 07:16 par Disciple laïc

» Bonjour...Je me présente
Sam 21 Juil 2018, 21:53 par manila

» 13 Juin : Toupten Zangpo
Sam 21 Juil 2018, 00:56 par Toupten Zangpo

» Alexandra David Neel une Femme Remarquable
Ven 20 Juil 2018, 19:34 par indian

» Bonjour a tous
Ven 20 Juil 2018, 17:21 par Disciple laïc

» Pacifisme et non-violence
Ven 20 Juil 2018, 04:17 par indian

» Bonjour à tous.
Ven 20 Juil 2018, 01:03 par Malilo

» Maîtres Eveillés: Shabkar! Autobiographie d’un yogi tibétain
Jeu 19 Juil 2018, 22:08 par Admin

» Histoire du bouddhisme
Jeu 19 Juil 2018, 08:07 par Disciple laïc

» Inexistence en soi et souffrance
Mer 18 Juil 2018, 17:42 par indian

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Mer 18 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Declaration Universelle des Droits de l'Homme (tous les genres humains)
Mer 18 Juil 2018, 13:33 par indian

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Mer 18 Juil 2018, 11:13 par Karma Trindal

» indian, David
Mer 18 Juil 2018, 00:02 par indian

» Le temps... différence d'état
Mar 17 Juil 2018, 21:11 par Disciple laïc

» Qui est Bouddha Maitreya?
Mar 17 Juil 2018, 14:50 par indian

» Ayurveda, aux origines du bien être, l'Inde ancienne
Lun 16 Juil 2018, 22:37 par manila

» Les 3 entraînements
Lun 16 Juil 2018, 13:50 par Disciple laïc

» La preuve scientifique de l'existence du Dharma
Lun 16 Juil 2018, 13:34 par indian

» Bouthan : le royaume secret des plantes médicinales
Lun 16 Juil 2018, 13:25 par Disciple laïc

» Est-ce bien ici?
Dim 15 Juil 2018, 22:38 par Disciple laïc

» Le choix ..est-il une illusion?
Sam 14 Juil 2018, 04:15 par Kleine Muis

» Les préceptes du bouddhisme: 8 pépites du bouddhisme pour gérer la colère
Ven 13 Juil 2018, 13:39 par Kleine Muis

» Anniversaire de Guru Padmasambhava
Ven 13 Juil 2018, 00:02 par Puntsok Norling

» Ma présentation
Lun 09 Juil 2018, 19:41 par indian

» Méditer sur le non-soi
Lun 09 Juil 2018, 18:13 par Disciple laïc

» Existence en soi
Lun 09 Juil 2018, 17:55 par Disciple laïc

» Réhabiliter le destin de l'humanité
Lun 09 Juil 2018, 16:41 par indian

» Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ
Dim 08 Juil 2018, 20:33 par Disciple laïc

» La doctrine du non-soi :anatta
Ven 06 Juil 2018, 08:22 par Disciple laïc

» Question sur les "vies antérieures"
Jeu 05 Juil 2018, 14:16 par indian

» Quel support pour l'offrande du Mandala
Mer 04 Juil 2018, 15:58 par manila

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Mer 04 Juil 2018, 15:54 par indian

» Logique éco, systémique
Mar 03 Juil 2018, 15:31 par indian

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Mar 03 Juil 2018, 15:15 par indian

» Karma... des définitions?
Mar 03 Juil 2018, 13:46 par Disciple laïc

» Une oeuvre qui me parla, me parle et me parlera ...
Mar 03 Juil 2018, 13:35 par indian

» Méditation sur le son ou les sons
Jeu 28 Juin 2018, 10:42 par Disciple laïc

» Khenpo Gyurmé Tsultrim Belique et France 2018
Jeu 28 Juin 2018, 10:02 par Pema Gyaltshen

» Une piste, comment répondre à une personne énonçant une vue fausse
Jeu 28 Juin 2018, 02:46 par tindzin

» Regard des bouddhistes sur Jésus
Sam 23 Juin 2018, 23:46 par Hild-Rik

» JESUS ou SAINT ISSA: Jésus en Asie.
Sam 23 Juin 2018, 20:23 par Disciple laïc

» Présentation de MINISCALCO
Jeu 21 Juin 2018, 14:30 par manila

» Rencontre en cercle inter-tradition
Jeu 21 Juin 2018, 09:50 par Pema Gyaltshen

» Foi et compassion dans le bouddhisme
Mer 20 Juin 2018, 07:30 par Disciple laïc

» La vérité ultime selon le bouddhisme
Mer 20 Juin 2018, 07:10 par Disciple laïc

» Pauvre diable ! (Une excuse trop commode)
Mar 19 Juin 2018, 08:10 par Disciple laïc

» Rencontre avec Takloung Matrul Rimpoché 1/2 et 2/2
Dim 17 Juin 2018, 20:47 par Disciple laïc

» Présentation groupes de pratique
Mer 13 Juin 2018, 18:22 par Puntsok Norling

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2018
Mer 13 Juin 2018, 10:06 par Pema Gyaltshen

» Bande annonce : Walk with me (version française)
Mar 12 Juin 2018, 07:52 par Karma Döndrup Tsetso

» Uruvela Kassapa et le Bouddha
Dim 10 Juin 2018, 20:27 par Disciple laïc

» La compassion
Dim 10 Juin 2018, 17:08 par manila

» Les actions bienfaisantes, appelées « punna » ou mérites, dans la tradition theravada
Dim 10 Juin 2018, 09:55 par Disciple laïc

» L’aumônerie bouddhiste en milieu hospitalier
Sam 09 Juin 2018, 15:32 par Pema Gyaltshen

» Enfer et souffrances
Sam 09 Juin 2018, 07:42 par Disciple laïc

» Présentation et recherche communauté Mons, BE
Ven 08 Juin 2018, 13:37 par Neige86

» Votre regard sur l'Eveil
Jeu 07 Juin 2018, 21:00 par Disciple laïc

» Centre shingon - komyo In
Mer 06 Juin 2018, 16:34 par komyo*

»  Nagarjuna (IIe - IIIe siècle après J-C.) : Hymne à la réalité absolue !
Mar 05 Juin 2018, 10:31 par tindzin

» Les 4 Etats illimités
Lun 04 Juin 2018, 18:59 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 04 Juin 2018, 18:32 par Disciple laïc

» Assaddha Sutta - Sans conviction (AN 4.202) Canon Pali
Lun 04 Juin 2018, 17:26 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 40 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 37 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, Disciple laïc, Sig35


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 96061 messages dans 11108 sujets

Nous avons 4220 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est gyamtso

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7472)
 
Karma Trindal (6846)
 
manila (5128)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3495)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2343)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 

texte bouddhique sur la vacuité

Partagez
avatar
Invité
Invité

texte bouddhique sur la vacuité

Message par Invité le Jeu 05 Juil 2007, 22:24

La Vacuité
Ainsi ai-je entendu : Le Bienheureux séjournait à la résidence monastique fondée par Migara-Mata, dans le monastère de l'Est, près de la ville de Savatthi. Un après-midi, s'étant levé de sa méditation solitaire, l'Ayasmanta Ananda s'approcha du Bienheureux. S'étant approché, il rendit hommage au Bienheureux et s'assit à l'écart sur un côté.

S'étant assis à l'écart sur un côté, l'Ayasmanta Ananda dit au Bienheureux : Une fois, ô Bienheureux, vous étiez dans le bourg des Shakyas appelé Nagaraka au pays des Shakyas. En ce temps là, j'ai entendu, étant en face de lui, le Bienheureux disait: " Moi, ô Ananda, en demeurant dans la vacuité, maintenant j'y demeure davantage. " Je pense, ô Bienheureux, que j'ai entendu ainsi correctement, que j'ai compris ainsi correctement.

Le Bienheureux dit : Certainement, ô Ananda, ce que vous avez entendu ainsi est correct ; ce Que. vous avez compris ainsi est correct. Maintenant, tout comme avant, en demeurant dans la vacuité, j'y demeure d'avantage.

Tout comme cette résidence monastique fondée par Migara-Mata et vide d'éléphants, de vaches, de chevaux, de juments, est vide d'or et d'argent, est vide d'assemblées d'hommes et de femmes. Seulement elle est non vide du caractère unique fondé sur l'ordre des moines.

De même, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant le village, sans se concentrer sur la perception concernant les êtres humains, se concentrer sur le caractère unique fondé sur la perception concernant le forêt. Sa pensée plonge dans la perception concernant la forêt. Sa pensée s'y plaît, sa pensée s'y établit, sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant le village. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant les êtres humains. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la forêt.

Alors il sait : Cette perception est vide de la perception concernant le village. Cette aperception est vide de la perception concernant les êtres humains. Elle est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la forêt. De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant les êtres humains, sans se concentrer sur la perception concernant la forêt, se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la terre.

Tout comme, ô Ananda, une peau de bœuf, bien étendue par cent chevilles, dont la graisse a disparu, de même, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur les choses terrestres comme les hautes terres et les marécages, les rivières, les arbres portant des branches et des épines, etc., les montagnes et les vallées etc., se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la terre. Sa pensée plonge dans la perception concernant la terre. Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant les êtres humains. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la forêt. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la terre.

Alors il sait : Cette perception est vide de la perception concernant les êtres humains. Cette perception est vide de la perception concernant la forêt. Elle est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la terre.

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la forêt, sans se concentrer sur la perception concernant la terre, se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : " Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la forêt. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la terre. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensé fondée sur la perception concernant la sphère de l'espace infini. "

Alors il sait : Cette perception est vide de la perception concernant la forêt. Cette perception est vide de la perception concernant la terre. Cette aperception est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la terre, sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ", se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la terre. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " la sphère de l'espace infini ". Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensé fondée sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie. "

Alors il sait : Cette aperception est vide de la perception concernant la terre. Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Cette aperception est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère de l'espace infini ", sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ", se concentre sur le caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère du néant ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère du néant ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la " sphère du néant ".

Alors il sait : Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de l'espace infini ". Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Cette aperception est non vide seulement du caractère unique fondé sur la perception concernant la " sphère du néant ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentre sur la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ", sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère du néant ", sans se concentrer sur le caractère unique sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ". Sa pensée plonge dans la perception concernant la " sphère ni de la perception ni de la non-perception ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la perception concernant la " sphère du néant ". Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause du caractère unique de la pensée fondée sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ".

Alors il sait : Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère de la conscience infinie ". Cette aperception est vide de la perception concernant la " sphère du néant ". Cette aperception est non vide seulement du caractère fondé sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ".

De cette façon, s'il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " Ainsi, ô Ananda, pour ce disciple, c'est aussi l'arrivée dans une vacuité qui est vraie, non fausse et pure.

Et encore, ô Ananda, un disciple, sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère du néant ", sans se concentrer sur la perception concernant la " sphère sans perception ni non-perception ", se concentre sur le caractère unique fondé sur la " concentration mentale qui est sans indice ". Sa pensée plonge da la " concentration mentale qui est sans indice ". Sa pensée s'y plaît. Sa pensée s'y établit. Sa pensée s'y libère.

Alors il sait : " Cette concentration mentale qui est sans indice " est un état conditionné. Elle est un état produit par sa pensée. Si une chose est conditionnée, si elle est une production de la pensée, elle est sûrement impermanente ; elle est sujette à la dissolution.

Quand il sait cela et quand il voit cela, la pensée se libère de la souillure du désir sensuel ; la pensée se libère de la souillure du désir d'existence ; la pensée se libère de la souillure de l'ignorance. Quand il est libéré vient la connaissance : " Voici la Libération. "

Alors il sait : Toute naissance est anéantie, la Conduite Pure est vécue, ce qui devait être accompli est accompli, plus rien ne demeure à accomplir.

Il comprend : Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la souillure du désir sensuel. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la souillure du désir de l'existence et du devenir. Ici, il n'existe pas de soucis qui se produisent à cause de la souillure de l'ignorance. Ici, il y a seulement des soucis qui se produisent à cause des six sphères sensorielles conditionnées par cette vie, conditionnées par ce corps.

Alors il sait : Cette aperception est vide de souillure dite " désir sensuel ". Cette aperception est vide de la souillure dite " désire d'existence et du devenir ". Cette aperception est vide de la souillure dite " ignorance ". Ici, ce qui est non vide, ce sont les six sphères sensorielles conditionnées par cette vie, conditionnées par ce corps.

Ainsi, il n'y a pas une chose, il constate bien cette absence. S'il y a un résidu, à propos de ce résidu, il comprend : " Quand ceci est, cela est. " De cette façon, ô Ananda, pour ce disciple, c'est l'arrivée dans la vacuité suprême, incomparable, vraie, non fausse et pure.

S'il y a eut, ô Ananda, des religieux et des prêtres dans le passé le plus lointain qui sont entrés et ont demeurés dans la vacuité complètement pure, incomparable et suprême, tous ces religieux et prêtres entrèrent et demeurèrent précisément dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême.

S'il y a, ô Ananda, des religieux et des prêtres dans le futur le plus éloigné qui entreront et demeureront dans la vacuité complètement pure, incomparable et suprême, tous ces religieux et ces prêtres entreront et demeureront précisément dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême.

S'il y a, ô Ananda, des religieux et des prêtres dans le présent qui entrent et demeurent dans la vacuité complètement pure, incomparable et suprême, tous ces religieux et ces prêtres entrent et demeurent précisément dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême.

C'est pourquoi, ô Ananda, vous devez vous entraîner en disant : " Entrant dans cette vacuité qui est complètement pure, incomparable et suprême, j'y demeure. "

Ainsi parla le Bienheureux. L'Ayasmanta Ananda, heureux, ravi, se réjouit des paroles du Bienheureux.



http://perso.orange.fr/bouddhisme-tibetain/mapage/index.html#bv000003
avatar
Tinhy
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 71
Contrée : Nantes
Disposition de l'Esprit : dhamma, photos
Date d'inscription : 24/06/2007

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Tinhy le Ven 06 Juil 2007, 01:09

Il ne s'agit pas d'un Texte sur la vacuité mais d'un sermon du Bouddha

c'est le culasunnata sutta

c'est important pour ceux qui pratiquent et qui étudie de pouvoir retrouver le sutta exact d'autant plus que cela leur sert de méditation quotidienne...

pour nous bouddhiste du Theravada ce sont des textes précieux et vénérables...

pour vous repérer vous pouvez voir l'Index des suttas
avatar
Invité
Invité

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Invité le Ven 06 Juil 2007, 14:49

désolée sur le site cité c'est inscrit comme cela
merci pour les renseignements supplémentaires
avatar
Tinhy
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 71
Contrée : Nantes
Disposition de l'Esprit : dhamma, photos
Date d'inscription : 24/06/2007

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Tinhy le Ven 06 Juil 2007, 23:14

oui je suis allé voir le site... et je n'en veux à personne

mais c'est assez important de situer les suttas car aucun ne peut être pris tout seul... il trouve souvent son complément ailleurs...

Contenu sponsorisé

Re: texte bouddhique sur la vacuité

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 23 Juil 2018, 15:24