Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Confessions of a Buddhist Atheist
Aujourd'hui à 06:36 par Disciple laïc

» Hommage à un petit coeur sous un blouson de cuir
Hier à 23:49 par Ortho

» Is there only one true religion?
Hier à 20:17 par Disciple laïc

» Accident Pyrénées orientales
Hier à 17:19 par Ortho

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 12:53 par manila

» Matthieu Ricard : un demi-siècle dans l'Himalaya 1/2
Hier à 09:35 par Disciple laïc

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Ven 15 Déc 2017, 12:47 par manila

» Dhammapada
Ven 15 Déc 2017, 12:09 par vaygas

» Patique de la pleine conscience des oreilles
Jeu 14 Déc 2017, 18:13 par Disciple laïc

» L'esprit d'eveil
Mar 12 Déc 2017, 18:25 par tindzin

» Le centre bouddhiste Karma Ling a brûlé
Lun 11 Déc 2017, 17:14 par Ortho

» L'homme n'est pas notre ennemi
Lun 11 Déc 2017, 13:48 par manila

» Les mantras peuvent guérier les maladies, etc.. ?
Dim 10 Déc 2017, 19:29 par Ortho

» Aoyama Roshi, la vie d’une nonne zen – 1ère et 2ème partie
Dim 10 Déc 2017, 09:51 par Disciple laïc

» Les enseignements de maître Sheng Yen
Dim 10 Déc 2017, 06:50 par Disciple laïc

» Le bien, le mal et le corps du Dharma
Jeu 07 Déc 2017, 15:16 par Disciple laïc

» Le bouddhisme en occident
Jeu 07 Déc 2017, 13:11 par Averoes

» Eloge du bon sens dans la quête du sens
Mer 06 Déc 2017, 13:07 par tindzin

» Nature du Samsara
Mer 06 Déc 2017, 12:20 par tindzin

» Buddhist Nun Speaks After 45 Years of Solitary Retreat
Mar 05 Déc 2017, 17:46 par manila

» From US Marine to Zen Monk
Mar 05 Déc 2017, 16:42 par Disciple laïc

» Présentation de Yo
Mar 05 Déc 2017, 16:33 par Yo Prodrive

» Es-ce que la ré-cognition est-elle possible?
Mar 05 Déc 2017, 01:45 par tindzin

» Esprit du Bouthan
Lun 04 Déc 2017, 13:49 par Akana

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Lun 04 Déc 2017, 12:29 par Disciple laïc

» sagesse bouddhiste , la marche inspirante
Sam 02 Déc 2017, 07:29 par Karma Yéshé

» Nous sommes remplis de violence
Mer 29 Nov 2017, 10:04 par Karma Tsultrim Jyurmé

» What is nirvana ?
Mar 28 Nov 2017, 22:27 par tindzin

» Les religions sont-elles misogynes ? - Une matinée exceptionnelle
Mar 28 Nov 2017, 13:08 par Ortho

» Aller à contre courant, se libérer des habitudes
Mar 28 Nov 2017, 02:23 par tindzin

» Changement de fréquence vibratoire et de dimensions ?
Mar 28 Nov 2017, 01:58 par tindzin

» Venir en aide à soi-même ?
Lun 27 Nov 2017, 22:54 par Akana

» Quatre nobles vérités
Dim 26 Nov 2017, 15:32 par Franck Barron

» Film : Master of Zen - Bodhidharma
Ven 24 Nov 2017, 00:28 par manila

» Quelles sont les caractéristiques propres au bouddhisme tibétain
Mer 22 Nov 2017, 11:17 par manila

» Dans la circulation à Dakar
Mar 21 Nov 2017, 17:04 par tindzin

» 24/12 fête de noel
Mar 21 Nov 2017, 09:02 par Karma Yéshé

» 3/12 La méditation du Calme Mental
Mar 21 Nov 2017, 09:01 par Karma Yéshé

» sam 2/12 Shinee, met Lama Zeupa
Mar 21 Nov 2017, 08:59 par Karma Yéshé

» 2 et 3 /12 Tai Chi, avec Nello Mauro
Mar 21 Nov 2017, 08:58 par Karma Yéshé

» 2 et 3 /12 langue tibétaine
Mar 21 Nov 2017, 08:57 par Karma Yéshé

» 30/11Het Juweel van de Bevrijding
Mar 21 Nov 2017, 08:56 par Karma Yéshé

» 25 et 26/11 les12 maillons de la naissance conditionnée.
Mar 21 Nov 2017, 08:54 par Karma Yéshé

» 18 et 19 /11 Méditation
Mar 21 Nov 2017, 08:51 par Karma Yéshé

» 29/11 le joyau ornement de la liberation
Mar 21 Nov 2017, 08:48 par Karma Yéshé

» Besoin de conseils (livres pour débutants)
Lun 20 Nov 2017, 19:09 par manila

» Prière d'offrande de lampes
Lun 20 Nov 2017, 19:05 par manila

» La Corée du Sud : le pays aux multiples miracles : les Temples Bouddhistes
Lun 20 Nov 2017, 18:00 par Karma Yéshé

» Présentation Neisha
Lun 20 Nov 2017, 17:59 par Neisha

» Rencontre en cercle inter-tradition
Lun 20 Nov 2017, 17:15 par Karma Yéshé

» Citation d'Einstein sur le bouddhisme
Dim 19 Nov 2017, 23:14 par Disciple laïc

» Sur la souffrance , un débat
Dim 19 Nov 2017, 21:21 par Karma Yéshé

» Digestion difficile
Dim 19 Nov 2017, 21:15 par Karma Yéshé

» Bouddhisme et management responsable
Sam 18 Nov 2017, 14:07 par manila

» Table d'étude
Sam 18 Nov 2017, 13:31 par Tsultrim Yeunten

» Marcher de noel hilamayen
Sam 18 Nov 2017, 13:08 par manila

» Atteindre rigpa par la base
Ven 17 Nov 2017, 00:47 par tindzin

» Créer une association
Jeu 16 Nov 2017, 09:35 par manila

» Tout sur le karma
Mer 15 Nov 2017, 00:09 par tindzin

» Bouddhisme engagé : La Chine, amie ou ennemie ? L'exemple de Leibniz et Confucius
Mar 14 Nov 2017, 23:23 par tindzin

» Reliques du Bouddha
Mar 14 Nov 2017, 20:24 par Karma Yéshé

» Présentation de "Renaissance"
Mar 14 Nov 2017, 13:02 par Puchi

» bonjour à tous!
Mar 14 Nov 2017, 12:59 par Puchi

» Les 16 attitudes ou l'éducation universelle 2/2
Mar 14 Nov 2017, 12:58 par Disciple laïc

» Recherche magasin de zafus sur Paris
Mar 14 Nov 2017, 12:15 par Disciple laïc

» Présentation Bern
Mar 14 Nov 2017, 11:05 par manila

» Présentation Tsultrim Yeunten
Mar 14 Nov 2017, 10:38 par manila

» Histoire Zen _ Le Maître du Silence
Mar 14 Nov 2017, 10:36 par manila

» Ecouter les enseignements.
Lun 13 Nov 2017, 14:45 par Karma Yéshé

» Sciences et Vie: Les étonnantes vertus de la méditation
Dim 12 Nov 2017, 21:46 par Invité

» Statuette de Bern
Dim 12 Nov 2017, 20:49 par Invité

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mer 08 Nov 2017, 10:23 par manila

» Adzom Gyalsé Rinpotché à Bruxelles novembre 2017
Mer 08 Nov 2017, 09:46 par Pema Gyaltshen

» Entretien autour d'un film.
Mar 07 Nov 2017, 19:54 par Karma Yéshé

» Vivre en centre spirituel
Mar 07 Nov 2017, 12:40 par manila

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 22 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 93435 messages dans 10866 sujets

Nous avons 4099 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est kpu

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7420)
 
Karma Trindal (6794)
 
petit_caillou (4717)
 
manila (4561)
 
Karma Döndrup Tsetso (3457)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2772)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2052)
 

Matthieu Ricard entretien

Partagez
avatar
Invité
Invité

Matthieu Ricard entretien

Message par Invité le Jeu 18 Juin 2015, 13:03

Quand on dit «moine bouddhiste», on a tendance à penser calme olympien régnant entre les parois d’un crâne rasé, tissus orange flottant dans un air immobile et méditation en position du lotus. Une idée reçue que le cas Matthieu Ricard (Le moine et le philosophe, Plaidoyer pour le bonheur…) amène à réviser. Si l’ermite au rayonnement international apparaît bien glabre et drapé, au milieu de la foule du récent Salon du livre, il garde de ses origines françaises une inégalable volubilité. Bolide de la parole, voletant d’une idée à l’autre avec l’agilité d’un curseur, le scientifique devenu chantre de la spiritualité, auteur, traducteur du tibétain, photographe et militant humanitaire se sent aussi à l’aise dans le rassemblement que dans le recueillement. Même si son cœur, lui, ne balance pas. On l’écoute battre.
Fils du philosophe Jean-François Revel et d’une peintre renommée, vous vous êtes d’abord tourné vers une formation de généticien cellulaire. Comment expliquer ce virage?
Je voulais devenir médecin, comme en avant-goût de mes projets humanitaires actuels. Mais mon père, qui prétendait que «tout philosophe rêve d’avoir un fils scientifique», insistait que «la recherche, c’est l’avenir». Donc, avec un certain regret sur le moment, je me suis lancé dans les sciences. Ce que je ne peux plus regretter aujourd’hui, car je sais que, sans ce parcours, je ne serais pas qui je suis. Je ne serais peut-être pas allé en Inde si j’avais fait médecine. Mon second virage, vers la vie spirituelle cette fois, a catastrophé mon père. Mais il a eu la noblesse de ne pas créer de drame, et m’a laissé partir. Ma décision n’était en aucun cas guidée par la rébellion, mais par une inspiration purement constructive. J’ai d’abord terminé mes études, pris congé de mon professeur François Jacob, sans claquer la moindre porte. Ma mère, elle, me soutenait. Et mon père a admis plus tard qu’à 26 ans j’étais «en âge de choisir ce que j’allais faire dans la vie». Je lui suis très reconnaissant pour ça.
PUBLICITÉ
Revel, Jacob, le dalaï-lama, comment se fait-il que vous ayez toujours été entouré de célébrités?
Parmi mes amis, on trouve aussi bien un maître spirituel qu’un charpentier ou un pilote. On est des humains, on essaie de devenir de meilleurs humains, on représente un maître spirituel pour lequel un roi ou un paysan signifient la même chose. Si je suis devenu le traducteur du dalaï-lama, c’est juste que j’ai passé quarante ans sur place à apprendre le tibétain. Mon deuxième maître spirituel, Dilgo Khyentsé Rinpoché, avec qui j’ai écrit L’esprit du Tibet, était l’un des maîtres du dalaï-lama. Je l’accompagnais, on passait des jours ensemble. Par accident, un jour, à Paris, le dalaï-lama avait besoin d’un interprète, je me suis proposé. Il m’a redemandé par la suite, et je suis devenu son traducteur attitré.
Comment avez-vous fixé votre première destination de voyage en Asie?
Ce sont les documentaires d’Arnaud Desjardins qui m’ont décidé. Il était un ami de mes parents, j’ai vu ses films en cours de montage, en 1966. Ça m’a tellement impressionné qu’il a fallu que j’aille voir de mes propres yeux. Je suis donc parti suivre le maître qu’il avait filmé à Darjeeling, Kangyur Rinpoché. Et je suis devenu son disciple pendant sept ans, jusqu’à sa mort.
Vous aviez reçu une éducation religieuse?
Laïque. Totalement. Ma mère était en revanche portée sur l’ésotérisme et le spirituel. Elle s’intéressait aux mystiques, aux hindouistes. A l’adolescence, elle m’a communiqué son goût pour la métaphysique. Mais on ne m’avait transmis aucune pratique, aucune tradition vivante.
Quand même: et dieu dans tout ça? Que trouvez-vous dans le bouddhisme que le christianisme n’offre pas?
Pour le bouddhisme, l’idée d’une cause première ne marche pas. Une cause première qui n’aurait pas de cause elle-même, et qui produirait toutes les causes après elle? Un pur concept, le néant, qui donnerait soudain naissance à la matière? Dieu ne tient pas la route. Le bouddhisme dit simplement que l’univers est sans début – ce qui défie notre imagination – et que les choses n’y sont pas aussi solides qu’elles en ont l’air. On y rejoint en quelque sorte la physique quantique, d’où mon livre L’infini dans la paume de la main, qui interroge l’idée de réalité. Le réaliste pense que les choses existent de manière solide. Le bouddhiste répond qu’il n’y a que des événements, des relations. Les phénomènes se manifestent de manière infinie, tout en étant dénués de solidité intrinsèque. Un peu complexe.
On touche là à la réincarnation?
Il y a un continuum de phénomènes inanimés, sans début et sans fin. En bouddhisme, on dit qu’un million de causes ne pourraient faire venir à l’existence ce qui n’existe pas. A l’inverse, ce qui existe ne peut que se transformer, il ne peut pas devenir néant. Cela vaut autant pour la matière que pour les êtres vivants et la conscience. On assiste à une suite jamais interrompue d’événements conscients. Un flot dynamique de moments de conscience.
Votre défense de l’altruisme passe-t-elle par une vision politique du monde?
Les politiques doivent s’intéresser aux défis du temps présent. C’est-à-dire, en premier lieu, à l’économie et ses inégalités. En Occident, on connaît la crise, mais une crise du superflu: on ne peut pas se payer telle voiture plutôt qu’une autre; ça ne change rien à notre survie. La vraie crise, c’est qu’un Américain émet 200 fois plus de CO2 qu’un Tanzanien, et que le Qatar en émet 2000 fois plus que l’Afghanistan. La vraie crise concerne la consommation excessive des pays riches, qui nuit aux pays pauvres. Ensuite vient la satisfaction de vie. Si un pays riche et puissant produit des gens malheureux, à quoi ça sert? Enfin vient le problème ultime, qui est tout nouveau: le fait que l’humain soit devenu l’acteur principal de l’avenir de la planète. Il nous faut donc un concept unificateur, que les décideurs puissent adopter aussi. Ce concept, c’est d’avoir davantage de considération pour autrui. C’est une économie du tiers, c’est se préoccuper des générations à venir. En un mot, c’est l’altruisme. Elle éclaire la question politique. Qui aura le courage de l’appliquer, quitte à perdre les prochaines élections, c’est ce qui reste à voir.
Comment voyez-vous les cinquante années à venir?
Tout va dépendre de ce genre de décisions. Si un médecin vous dit: «Vous avez une maladie grave, il faut faire une intervention très sérieuse, vous survivrez, mais ça va être pénible», vous le faites au nom de votre survie. Il faut qu’on en vienne à agir de même, aussi bien les politiques que les citoyens, pour préserver l’environnement qu’on laisse aux générations futures.
C’est encore tôt pour y penser, mais que lira-t-on sur votre épitaphe, le jour venu?
Je m’imagine très bien coupé en morceaux pour nourrir les poissons d’une rivière au Népal! Mais s’il fallait reprendre une devise qui résume ma vision des choses, ce serait «se transformer soi-même pour mieux servir les autres».
Vous faites-vous violence en participant à pareilles manifestations urbaines et médiatiques?
Je ne viendrais pas de mon propre chef s’il n’y avait pas à trouver de l’aide pour le Népal ravagé. J’essaie de me rendre utile. Promouvoir mon image, par contre, je m’en fiche complètement. Mais j’ai trop parlé maintenant, j’ai aggravé la pollution.
Hymne à la beauté Matthieu Ricard, Ed. La Martinière, 2015, 200 p. A paraître sous peu, Visages de paix, terres de sérénité. (TDG)
avatar
manila
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4561
Age : 61
Contrée : Belgique
Arts & métiers : la tête dans les étoiles
Disposition de l'Esprit : qui voyage bien ne laisse pas de trace
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 19/01/2011

Re: Matthieu Ricard entretien

Message par manila le Jeu 18 Juin 2015, 16:19

   C'est toujours une joie de lire de sages paroles .

    La date/heure actuelle est Lun 18 Déc 2017, 08:17