Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Aumônerie bouddhiste
Aujourd'hui à 19:21 par Disciple laïc

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 12:53 par manila

» Dhammapada
Aujourd'hui à 12:47 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 11:28 par manila

» La Mort selon les bouddhistes
Hier à 22:29 par Ortho

» Bonjour tout le monde!
Hier à 18:05 par manila

» le rêve dans le bouddhisme
Hier à 18:01 par Vyathita

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Hier à 16:26 par Pema Gyaltshen

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Hier à 08:54 par Karma Tsultrim Jyurmé

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Khandro Rimpoché
Sam 21 Avr 2018, 20:47 par manila

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Ven 20 Avr 2018, 19:31 par manila

» Présentation rom5991
Jeu 19 Avr 2018, 22:12 par rom5991

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Ven 13 Avr 2018, 11:32 par manila

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

» C'est un au revoir
Mer 11 Avr 2018, 15:31 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Question sur les "vies antérieures"
Lun 09 Avr 2018, 23:00 par Ortho

» Bibliothèque multi-médias: La Cité interdite révélée
Lun 09 Avr 2018, 21:58 par Admin

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Lun 09 Avr 2018, 21:37 par Admin

» Salut à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:30 par Karma Trindal

» Bonjour à toutes et à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:28 par Karma Trindal

» Bonjour de Bretagne
Lun 09 Avr 2018, 17:09 par Karma Trindal

» La marche inspirante
Dim 08 Avr 2018, 10:50 par Disciple laïc

» Un autre regard sur la culpabilité - 1/2
Dim 08 Avr 2018, 10:44 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé, écologie, interdépendance et non-discrimination
Sam 07 Avr 2018, 08:38 par Disciple laïc

» Kaccānagotta Sutta — Pour Kaccāna — SN 12.15
Ven 06 Avr 2018, 19:54 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Ven 06 Avr 2018, 19:28 par tindzin

» Du bouddhisme, ou de l'islam, es-ce de l'art ou du cochon ?
Ven 06 Avr 2018, 17:40 par tindzin

» Pour aider : identifier nos formations mentales quand elles surgissent
Jeu 05 Avr 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Je ne suis pas bouddhiste ....
Jeu 05 Avr 2018, 22:32 par Karma Trindal

» 1959 = 666
Jeu 05 Avr 2018, 22:24 par Karma Trindal

» Problème de respiration
Jeu 05 Avr 2018, 21:55 par Karma Trindal

» Précision et clarté au sujet de mon écrit "Le livre de l'Eveil"
Jeu 05 Avr 2018, 11:23 par tindzin

» Le fou divin
Mar 03 Avr 2018, 09:26 par Pema Gyaltshen

» La loi du Karma
Mar 03 Avr 2018, 07:23 par Disciple laïc

» Sur les Bodhisattvas
Lun 02 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 02 Avr 2018, 08:06 par Disciple laïc

» Le lâcher-prise
Dim 01 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» Les 3 absolus
Sam 31 Mar 2018, 10:29 par tindzin

» Je ne suis pas certain qu'il aie été juste de verrouiller le sujet je ne suis pas bouddhiste
Jeu 29 Mar 2018, 18:28 par tindzin

» Sur la conscience
Jeu 29 Mar 2018, 10:25 par Disciple laïc

» Attentat de Trèbes : la peur du changement est dans les 2 camps
Mer 28 Mar 2018, 12:45 par Ortho

» Le bouddhisme et la violence injustifiable
Mar 27 Mar 2018, 09:00 par Disciple laïc

» Ce qu'est vraiment le bouddhisme
Mar 27 Mar 2018, 08:40 par Disciple laïc

» Quelques Kôans qui ont surgit
Lun 26 Mar 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et individualisme
Lun 26 Mar 2018, 08:48 par Disciple laïc

» Nirvana - tentative de description
Ven 23 Mar 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Stephen Hawking est mort
Ven 23 Mar 2018, 16:44 par manila

» Khenpo Tséten Bruxelles Mars 2018
Ven 23 Mar 2018, 14:13 par Pema Gyaltshen

» Les 10 mouvements en pleine conscience
Jeu 22 Mar 2018, 08:22 par Disciple laïc

» La Voie du Bouddha et "les plaisirs des sens"
Jeu 22 Mar 2018, 08:12 par Disciple laïc

» Journal de méditation d'Urbanyogi
Mer 21 Mar 2018, 19:43 par Urbanyogi

» Quelle éthique pour un monde plus heureux - 1ère et 2ème partie
Lun 19 Mar 2018, 12:35 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 40 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 36 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, Disciple laïc, Karma Tsultrim Jyurmé, manila


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 94993 messages dans 11009 sujets

Nous avons 4188 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est KazumiHira

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7448)
 
Karma Trindal (6836)
 
manila (4896)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3457)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2266)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Partagez
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 488
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par Disciple laïc le Dim 22 Oct 2017, 08:34

Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Invité : Martin Aylward

Martin Aylward, de l’association « Le Moulin de Chaves » explique comme se délivrer des trois poisons : le désir, la haine et l’ignorance, sources de désillusion qui conduisent à la souffrance, dans une version plus contemporaine et accessible à tous et à toutes.

Réalisation : Claude Darmon
Présentation : Sandrine Colombo







_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
manila
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4896
Age : 61
Contrée : Belgique
Arts & métiers : la tête dans les étoiles
Disposition de l'Esprit : qui voyage bien ne laisse pas de trace
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 19/01/2011

Re: Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par manila le Mar 07 Nov 2017, 18:31

Se libérer du connu aurait dit Krishnamurti .
avatar
Karma Yéshé
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 2779
Age : 51
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Re: Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par Karma Yéshé le Mar 07 Nov 2017, 19:37

Merci pour ce partage
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 488
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par Disciple laïc le Mer 08 Nov 2017, 10:21

Une habitude que j'ai constaté avoir et dont je n'étais pas conscient avant de pratiquer la marche de pleine conscience, c'est que je ne regardais pas vraiment mon environnement quand j'étais hors de chez moi. 

Depuis cet été je pratique la marche "méditative" dans le sens ou justement je m’efforce de ne plus "penser" quand je me promène mais de me balader, d'abord en marchant lentement sans me presser du tout, et surtout en observant tout, sans jugement, sans appesantir spécialement sur quelque chose en particulier. Je fais vraiment "attention" à ce que je vois et j'entends. Mais une attention non "forcée". Juste être attentif. Sans qualifier ce que je vois ou entend en me disant : tient le chant d'un oiseau, tient un camion de pompier qui passe, etc... Non. Je laisse venir les événements, les phénomènes.

Je me contente d'observer et aussi de ne pas me dire : c'est beau ou c'est laid ou j'aime ou je n'aime pas ou c'est agréable ou désagréable. 

Je suis simplement présent à ce que je perçois au moment ou cela arrive, donc je ne suis pas dans les pensées futures ou passées. Je n'ai pour but que de marcher en étant attentif. 

Et je me rend compte que bien que je vive dans le même quartier depuis 15 ans, une foule de petits détails m'avaient échappés. Plein de petits détails des bâtiments, des lieux, des rues etc... je passais totalement à coté avant. 

Et parfois il y a aussi de l'émerveillement devant tel ou tel objet, je me mets à trouver beau, un arbre, devant lequel j'étais passé 100 fois avant en le voyant mais sans le regarder, je découvre des petites rues et des pavillons que je trouve très beaux, même si leur style est des plus variés, parfois même je me met à sourire par réflexe, inconsciemment , légèrement, et je prend conscience de ce sourire léger une fraction de seconde après qu'il se soit manifesté. 
Et quand je rentre de ma promenade je suis calme.  

Et l'autre jour dans la principale rue commerçante j'ai pris conscience de tous les mots qui étaient plaqués partout sur les murs pour désigner les choses. Comme si on voulait absolument s'assurer que les gens n'oublient pas qu'une boulangerie... c'est une boulangerie, que ce petit abris c'est un arrêt de bus et pas autre chose. Qu'un boucher c'est un boucher. 

Cela maintient les gens dans l'idée que le mot désigne la réalité de l'objet. 

Hors une boulangerie ce n'est pas qu'un mot, c'est plein de choses derrières, notamment des personnes. 

En fait à force de rappeler aux gens que désignation : réalité de l'objet on les maintient dans l'ignorance de la vacuité. 

Vous imaginez des champs à la campagne avec des vaches sur lesquelles ont poserait une grosse étiquette avec marquer : vache. Au cas ou les gens cofonderaient avec un mouton... ? Cocasse non ?
C'est aussi une habitude de "nommer" les choses et de coller matériellement des étiquette dessus, pas seulement mentalement. 
A quand un énorme panneau indicateur en orbite de notre satellite avec une grosse flèche pointant dessus et écrit en gros "La Lune". 

Je trouve cela à la fois drôle et bizarre. 

Notre mental nous pousse avec l'habitude à donner des noms aux choses et à mettre littéralement des noms dessus : chez mon fromager y a de petites étiquettes sur chaque fromage, piquées, ça change quelque chose au gout du camembert de s'appeler "camembert" ? 

Il y a quelques semaines je me suis fait rire tout seul dans le rue justement pendant que je marchais paisible et attentif. J'ai imaginé un dialogue entre deux personnes, l'une vient d'adopter un chien, une autre lui demande : comme l'a tu appelé ? Elle répond : Camion ! Et l'autre de dire : mais pourquoi c'est un chien ? Et le maître de répondre : justement je l'ai appelé Camion parce que c'est un chien. 

Moi cela m'a fait rire. 


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
manila
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4896
Age : 61
Contrée : Belgique
Arts & métiers : la tête dans les étoiles
Disposition de l'Esprit : qui voyage bien ne laisse pas de trace
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 19/01/2011

Re: Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par manila le Mer 08 Nov 2017, 10:30

Chouette prise de conscience  Smile

...on nous inculque cet étiquetage quand on est bébé et qu'on apprend à parler , puis à lire .
Les petits enfants ont se genre de conversation quand ils sont avec les "grands" . En promenade , ils disent " chat ! "  " chien ! " " auto " " fleur ! " .....ensuite on continue , souvent sans s'en rendre compte .
avatar
tindzin
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 58
Contrée : Sénégal
Arts & métiers : Entrepreneur : transport, location, maraîchage, élevage et divers
Disposition de l'Esprit : Mise en lumière de l'ignorance par dévoilement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 27/10/2009

Re: Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par tindzin le Mar 28 Nov 2017, 02:13

Bonjour,

Je ne vais pas regarder de suite cette vidéo. Pour ma part, lorsque j'étais éducateur et que je suivais des personnes dépendantes de produits prohibés, leur problème de fond n'était pas leur envie sincère d'arrêter, mais le fait que ces personnes nous disaient: "C'est tellement bon !"

Le drame en tous cas du désir, c'est tout pareil ... D'un certain point de vue, c'est tellement bon !

Je me demande si le meilleur moyen pour se débarrasser de ce problème ne serait-ce justement, de ne pas le voir comme en étant un ?

A vous toutes et tous.

tindzin
avatar
tindzin
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 58
Contrée : Sénégal
Arts & métiers : Entrepreneur : transport, location, maraîchage, élevage et divers
Disposition de l'Esprit : Mise en lumière de l'ignorance par dévoilement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 27/10/2009

Re: Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par tindzin le Mar 28 Nov 2017, 02:23

@Disciple laïc a écrit:
Une habitude que j'ai constaté avoir et dont je n'étais pas conscient avant de pratiquer la marche de pleine conscience, c'est que je ne regardais pas vraiment mon environnement quand j'étais hors de chez moi. 
Depuis cet été je pratique la marche "méditative" dans le sens ou justement je m’efforce de ne plus "penser" quand je me promène mais de me balader, d'abord en marchant lentement sans me presser du tout, et surtout en observant tout, sans jugement, sans appesantir spécialement sur quelque chose en particulier. Je fais vraiment "attention" à ce que je vois et j'entends. Mais une attention non "forcée". Juste être attentif. Sans qualifier ce que je vois ou entend en me disant : tient le chant d'un oiseau, tient un camion de pompier qui passe, etc... Non. Je laisse venir les événements, les phénomènes.
Je me contente d'observer et aussi de ne pas me dire : c'est beau ou c'est laid ou j'aime ou je n'aime pas ou c'est agréable ou désagréable. 
Je suis simplement présent à ce que je perçois au moment ou cela arrive, donc je ne suis pas dans les pensées futures ou passées. Je n'ai pour but que de marcher en étant attentif. 
Et je me rend compte que bien que je vive dans le même quartier depuis 15 ans, une foule de petits détails m'avaient échappés. Plein de petits détails des bâtiments, des lieux, des rues etc... je passais totalement à coté avant. 
Et parfois il y a aussi de l'émerveillement devant tel ou tel objet, je me mets à trouver beau, un arbre, devant lequel j'étais passé 100 fois avant en le voyant mais sans le regarder, je découvre des petites rues et des pavillons que je trouve très beaux, même si leur style est des plus variés, parfois même je me met à sourire par réflexe, inconsciemment , légèrement, et je prend conscience de ce sourire léger une fraction de seconde après qu'il se soit manifesté. 
Et quand je rentre de ma promenade je suis calme.  
Et l'autre jour dans la principale rue commerçante j'ai pris conscience de tous les mots qui étaient plaqués partout sur les murs pour désigner les choses. Comme si on voulait absolument s'assurer que les gens n'oublient pas qu'une boulangerie... c'est une boulangerie, que ce petit abris c'est un arrêt de bus et pas autre chose. Qu'un boucher c'est un boucher. 
Cela maintient les gens dans l'idée que le mot désigne la réalité de l'objet. 
Hors une boulangerie ce n'est pas qu'un mot, c'est plein de choses derrières, notamment des personnes. 
En fait à force de rappeler aux gens que désignation : réalité de l'objet on les maintient dans l'ignorance de la vacuité. 
Vous imaginez des champs à la campagne avec des vaches sur lesquelles ont poserait une grosse étiquette avec marquer : vache. Au cas ou les gens cofonderaient avec un mouton... ? Cocasse non ?
C'est aussi une habitude de "nommer" les choses et de coller matériellement des étiquette dessus, pas seulement mentalement. 
A quand un énorme panneau indicateur en orbite de notre satellite avec une grosse flèche pointant dessus et écrit en gros "La Lune". 
Je trouve cela à la fois drôle et bizarre. 
Notre mental nous pousse avec l'habitude à donner des noms aux choses et à mettre littéralement des noms dessus : chez mon fromager y a de petites étiquettes sur chaque fromage, piquées, ça change quelque chose au gout du camembert de s'appeler "camembert" ? 
Il y a quelques semaines je me suis fait rire tout seul dans le rue justement pendant que je marchais paisible et attentif. J'ai imaginé un dialogue entre deux personnes, l'une vient d'adopter un chien, une autre lui demande : comme l'a tu appelé ? Elle répond : Camion ! Et l'autre de dire : mais pourquoi c'est un chien ? Et le maître de répondre : justement je l'ai appelé Camion parce que c'est un chien. 
Moi cela m'a fait rire. 
Bonjour Disciple laïc,

Mais pourquoi t'es-tu senti poussé à prendre comme surnom, Disciple laïc, quel était ta crainte, que voulais-tu affirmer avec ce surnom ?

A part cela, non d'une pipe ! Justement s'en ai pas une ! tel l'a dessiné Magritte.

tindzin

Contenu sponsorisé

Re: Aller à contre courant, se libérer des habitudes

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 26 Avr 2018, 20:59