Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 15:47 par manila

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 15:45 par manila

» Grande interrogation
Hier à 20:54 par Disciple laïc

» Bouddhisme et transcendance
Hier à 16:06 par Disciple laïc

» Le corps et l'esprit
Hier à 11:41 par Disciple laïc

» Dhammapada
Hier à 11:34 par vaygas

» présentation
Mar 22 Mai 2018, 23:36 par Akana

» presentation groupes de pratique
Mar 22 Mai 2018, 10:57 par Puntsok Norling

» Cherche référence livre
Mar 22 Mai 2018, 08:33 par Disciple laïc

» Funérailles de robots
Lun 21 Mai 2018, 19:58 par Ortho

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Lun 21 Mai 2018, 14:37 par Disciple laïc

» meditation et pratique avec Lodoe Rinpoche
Dim 20 Mai 2018, 23:56 par Puntsok Norling

» Le programme B.A.S.E - bouddhisme, action sociale et engagement
Dim 20 Mai 2018, 19:32 par Disciple laïc

» Livre sur le bouddhisme Theravada
Dim 20 Mai 2018, 16:14 par Ortho

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Dim 20 Mai 2018, 15:12 par Admin

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Dim 20 Mai 2018, 09:37 par Pema Gyaltshen

» Christopher Dawson
Ven 18 Mai 2018, 19:55 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Ven 18 Mai 2018, 15:48 par Pema Gyaltshen

» M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?
Mar 15 Mai 2018, 22:00 par Disciple laïc

» Khandro Rimpoché
Mar 15 Mai 2018, 19:04 par Disciple laïc

» 4 AMAZING INCIDENTS IN THE LIFE OF BUDDHA
Mar 15 Mai 2018, 14:28 par manila

» Film en diffusion ce soir le 14/05/2018
Lun 14 Mai 2018, 23:16 par manila

» Sur la loi du karma
Lun 14 Mai 2018, 18:13 par Akana

»  Actualités du Bouddhisme dans le monde: Le maître tibétain Sogyal Rinpoché disgrâcié
Lun 14 Mai 2018, 14:30 par Nanachi

» Bonjour tout le monde!
Dim 13 Mai 2018, 19:46 par Karma Trindal

» Présentation rom5991
Dim 13 Mai 2018, 19:43 par Karma Trindal

» Saka Dawa Festival
Dim 13 Mai 2018, 10:58 par Puntsok Norling

» Rencontre avec Sa Sainteté le XVIIème Karmapa Trinlé Thayé Dorjé – 1/2 et 2/2
Dim 13 Mai 2018, 10:23 par Disciple laïc

» Meditation et pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 12 Mai 2018, 11:29 par Puntsok Norling

» Présentations
Jeu 10 Mai 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Bonjour à tous
Mar 08 Mai 2018, 01:04 par rom5991

» Amour altruiste et compassion.
Lun 07 Mai 2018, 17:56 par Disciple laïc

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Sam 05 Mai 2018, 06:21 par rom5991

» Sensation pendant et après méditation
Mer 02 Mai 2018, 13:46 par Srivatsa

» Sexisme, andocentrisme, et misogynie
Mar 01 Mai 2018, 20:42 par Disciple laïc

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mar 01 Mai 2018, 10:24 par vaygas

» Réflexions sur les trois piliers de la voie du Bouddha : vertu, méditation et sagesse
Lun 30 Avr 2018, 17:35 par Disciple laïc

» Même le Bouddha fut confronté à des épreuves
Lun 30 Avr 2018, 14:27 par Disciple laïc

» Lama Puntso nous parle du bouddhisme
Lun 30 Avr 2018, 10:37 par Disciple laïc

» Complexité du Karma
Dim 29 Avr 2018, 20:00 par Disciple laïc

» Traduction et L'interprétation des écrits saints en Islam
Dim 29 Avr 2018, 18:51 par Disciple laïc

» Nos deux mains
Dim 29 Avr 2018, 13:10 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Dim 29 Avr 2018, 10:05 par Ortho

» Meditation et Pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 28 Avr 2018, 22:14 par Puntsok Norling

» Les bienfaits de la souffrance
Sam 28 Avr 2018, 21:20 par Disciple laïc

» En quoi se démarque « Le livre de l’Eveil » des traditions théistes et du bouddhisme, tout en y étant attaché.
Sam 28 Avr 2018, 15:41 par tindzin

» Bouddhisme et nihilisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:37 par Disciple laïc

» le rêve dans le bouddhisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:20 par Jean-François

» La Mort selon les bouddhistes
Mer 25 Avr 2018, 22:29 par Ortho

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Mer 25 Avr 2018, 16:26 par Pema Gyaltshen

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Mer 25 Avr 2018, 08:54 par Karma Tsultrim Jyurmé

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 25 Invités :: 2 Moteurs de recherche

manila


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 95278 messages dans 11043 sujets

Nous avons 4201 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Amoghasiddhi

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7462)
 
Karma Trindal (6843)
 
manila (4976)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3466)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2296)
 

Soutra Chanda

Partagez
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Soutra Chanda

Message par Disciple laïc le Dim 28 Jan 2018, 17:06

Soutra Chanda


Samyukta Agama n°262






Voici ce que j’ai entendu :
En ce temps-là, plusieurs vénérables moines vivaient ensemble au Parc des Cerfs à Isipatana dans la ville de Vārānasī. Le Bouddha venait d’entrer en nirvana depuis peu de temps.



Un matin, le bhikshu Chanda revêtu de sa robe, tenant son bol, entra dans la ville de Vārānasī pour mendier sa nourriture. Après avoir reçu sa nourriture et pris son repas de midi, le bhikshu rangea sa robe et son bol, se lava les pieds. Tenant sa clé, il alla de forêt en forêt, de cabane en cabane, d’allée de méditation en allée de méditation. Où qu’il aille, le bhikshu s’adressait [ainsi] aux Vénérables moines :



- Chers Vénérables, s’il vous plaît, enseignez-moi, parlez-moi du Dharma pour m’aider à comprendre les enseignements du Bouddha, à les voir, ainsi je comprendrais vraiment le Dharma et le contemplerais correctement.



Alors, les Vénérables moines lui répondaient :



- Le corps est impermanent. La sensation, la perception, la formation mentale et la conscience sont également impermanents. Toutes les formations sont impermanentes. Tous les phénomènes sont dépourvus de soi et le nirvana est la paix et le calme.



Le bhikshu Chanda dit aux Vénérables moines :



- Je sais déjà que le corps est impermanent, que la sensation, la perception, les formations mentales et la conscience sont également impermanents. Je sais que toutes les formations sont impermanentes, que tous les phénomènes sont dépourvus de soi et que le nirvana est la paix et le calme. Mais je ne suis pas satisfait [d’entendre] que toutes les formations sont vides, qu’elles sont insaisissables et que le nirvana n’est possible qu’avec la cessation des désirs. S’il en est ainsi, alors y-a-t-il un soi (un sujet) qui connaît vraiment [la vérité], voit vraiment [la vérité], pour que l’on puisse dire « voir le Dharma »?



Le bhikshu Chanda répéta 2 fois puis 3 fois cette question. Il se demanda, alors :



« Parmi ces Vénérables moines, qui est capable de m’enseigner et de m’aider à connaître et à voir le Dharma ? »



Puis il pensa :



« Le Vénérable Ānanda réside actuellement dans le Parc Ghosita à Kosambi. Il était proche du Bouddha, il était son intendant. Le Bouddha le complimentait et tous les moines chastes le connaissent. Ce Vénérable moine est certainement capable de m’enseigner et de m’aider à connaître et à voir le Dharma. »



Le bhikshu se reposa et dormit jusqu’au lendemain. Le matin, revêtu de sa robe et tenant son bol, il entra dans la ville de Vārānasī pour mendier la nourriture. Après avoir reçu sa nourriture et terminé son déjeuner, il rangea son lit. Après l’avoir rangé, revêtu de sa robe et tenant son bol, il prit le chemin de Kosambi. Etant passé par plusieurs étapes, il arriva, posa sa robe et son bol, se lava les pieds et se rendit à l’endroit où le Vénérable Ananda résidait. L’ayant salué, il s’assit sur le côté. Il demanda alors au Vénérable Ānanda :



- Cher Vénérable, quand plusieurs Vénérables moines demeuraient au Parc des Cerfs à Isipatana, dans la ville de Vārānasī, un matin, revêtu de ma robe et tenant mon bol, j’entrais dans la ville de Vārānasī pour mendier ma nourriture. Après l’avoir reçu et pris mon repas de midi, je rangeais ma robe et mon bol, me lavais les pieds. Tenant ma clé, j’allais de forêt en forêt, de cabane en cabane, d’allée de méditation en allée de méditation. Où que j’aille, quand je rencontrais les Vénérables moines, je leur demandais de m’enseigner et de me transmettre le Dharma pour m’aider à connaître et à voir les enseignements du Bouddha. Alors, les Vénérables moines m’enseignaient en disant que le corps est impermanent que la sensation, la perception, la formation mentale et la conscience le sont également, que toutes les formations sont impermanentes et tous les phénomènes sont dépourvus de soi et que le nirvana est la paix et le calme.



A ce moment-là, je leur disais :



« Je sais déjà que le corps est impermanent, que la sensation, la perception, les formations mentales et la conscience le sont également. Je sais que toutes les formations sont impermanentes, que tous les phénomènes sont dépourvus de soi et que le nirvana est la paix et le calme. Mais je ne suis pas satisfait d’entendre que toutes les formations sont vides, qu’elles sont insaisissables et que le nirvana n’est possible qu’avec la cessation des désirs. S’il en est ainsi, alors y-a-t-il un soi (un sujet) qui connaît vraiment [la vérité], voit vraiment [la vérité], pour que l’on puisse dire « voir le Dharma » ? »



Alors je me suis demandé :



« Parmi ces Vénérables moines, qui est capable de m’enseigner et de m’aider à connaître et voir le Dharma ? »



Puis j’ai pensé que le Vénérable Ānanda résidait actuellement dans le Parc Ghosita à Kosambi, qu’il avait été proche du Bouddha, qu’il avait été son intendant, que le Bouddha le complimentait et que tous les moines chastes le connaissaient. Ce Vénérable moine est donc certainement capable de m’enseigner et de m’aider à connaître et voir le Dharma.



« Cher Vénérable Ānanda, maintenant, enseignez-moi s’il vous plaît, et aidez-moi à connaître et voir le Dharma. »



Le Vénérable Ānanda répondit alors à Chanda :



- Formidable, Chanda, je suis très content, je suis heureux pour vous parce que vous êtes capable de vous tenir devant les moines chastes, sans cacher [ce que vous avez dans le cœur], pour chercher à enlever les épines des illusions [en vous]. Chanda, les êtres ordinaires et ignorants sont incapables de comprendre que le corps est impermanent, que la sensation, la perception, la formation mentale et la conscience le sont. Ils ne savent pas que toutes les formations sont impermanentes, que tous les phénomènes sont dépourvus de soi et que le nirvana est la paix et le calme.



« Comme vous êtes capable de recevoir les enseignements profonds, maintenant, écoutez-moi attentivement, c’est pour vous que je vais partager. »



A ce moment-là, Chanda pensait :



« J’ai une telle joie, un tel sentiment extraordinaire de me rendre compte que je peux de recevoir le Dharma merveilleux. »



Le Vénérable Ānanda dit à Chanda :



- J’ai entendu directement le Bouddha enseigner au Vénérable Mahakatyayana de la manière suivante : « Les gens du monde ont souvent tendance à s’attacher aux deux extrêmes : la vue de l’être et la vue du non être. Parce qu’ils sont pris dans les mondes [des personnes qui perçoivent], il y a de l’attachement dans leur esprit. Quand une personne ne reçoit [rien], ne saisit [rien], ne se tient pas dans l’attachement, ne s’accroche pas à un soi, alors cette personne verra que quand [les conditions de la souffrance] sont suffisantes, la souffrance naît, quand [les conditions de la souffrance] cessent, la souffrance cesse [sans avoir besoin d’un soi et les notions être et non être ne peuvent pas s’y appliquer. Et puis Katyayana [ayant compris cela], ces personnes n’ont plus aucun doute et ne sont plus [manipulés] par la souffrance. Cette vue n’est transmise par personne. Elle est le fruit de leur propre réflexion. C’est ce que l’on nomme la vue juste, ce dont le Tathāgatha a parlé.



« Pourquoi cela, Katyayana ? Quand une personne contemple correctement la manifestation du monde, elle ne fait pas naître la notion du non être et quand elle contemple correctement la dissolution du monde, elle ne fait pas naître non plus la notion de l’être. Katyayana, le Tathāgatha abandonne ces deux notions extrêmes et enseigne la Voie du milieu. Ce qui signifie, cela étant, cela est, ceci naît parce que cela naît, à cause de l’ignorance, il y a la formation, etc. et ce, jusqu’à la naissance, la vieillesse, la mort, la tristesse, les peines. C’est la formation de la souffrance. Cela signifie que ceci n’est pas parce que cela n’est pas, ceci cesse parce que cela cesse, grâce à la cessation de l’ignorance, la formation cesse, et ce jusqu’à la naissance, la vieillesse, la maladie, la mort, la tristesse, les peines. C’est la cessation de la souffrance. »



Pendant que le Vénérable Ānanda enseignait, le bhikshu Chanda parvint à l’état libre de toute souffrance et il réalisa la vision pure. Il vit le Dharma, réalisa le Dharma, connut le Dharma, le fit prospérer et se libéra de tout doute. Sa vision ne fut transmise par personne.



Avec les enseignements du grand maître, il accéda à l’état de non peur. Les mains jointes, il dit respectueusement au Vénérable Ānanda :



- C’est vrai, vous êtes vraiment un pratiquant chaste, un ami sage, un enseignant capable d’instruire, de guider et d’enseigner [merveilleusement]. Maintenant que j’ai entendu vos enseignements, j’ai vu que tous les phénomènes sont complètement vides, calmes et silencieux de nature, insaisissables. C’est seulement en ayant abandonné tout désir et tout attachement que l’on accède à la paix et au silence complet qui est le nirvana. A ce moment-là, notre esprit est paisible et heureux, il s’établit dans la liberté sans retour, sans plus voir le soi mais seulement le Dharma véritable.



Le Vénérable Ānanda dit au bhikshu Chanda :



- Vous avez réalisé maintenant le grand bénéfice sain, vous avez obtenu l’œil de la sagesse des êtres nobles, des enseignements profonds du Bouddha.




Les deux grands êtres furent heureux l’un pour l’autre. Ils se levèrent et retournèrent à leur monastère.



Source : le site La pluie du Dharma, Sangha de Bordeaux, communauté du moine Zen Thich Nhat Hanh.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 

    La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 16:09