Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 12:40 par manila

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 11:52 par manila

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Aujourd'hui à 11:44 par manila

» Dhammapada
Hier à 19:21 par vaygas

» Présentation rom5991
Jeu 19 Avr 2018, 22:12 par rom5991

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Ven 13 Avr 2018, 11:32 par manila

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

» C'est un au revoir
Mer 11 Avr 2018, 15:31 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Question sur les "vies antérieures"
Lun 09 Avr 2018, 23:00 par Ortho

» Bibliothèque multi-médias: La Cité interdite révélée
Lun 09 Avr 2018, 21:58 par Admin

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Lun 09 Avr 2018, 21:37 par Admin

» Salut à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:30 par Karma Trindal

» Bonjour à toutes et à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:28 par Karma Trindal

» Bonjour de Bretagne
Lun 09 Avr 2018, 17:09 par Karma Trindal

» La marche inspirante
Dim 08 Avr 2018, 10:50 par Disciple laïc

» Un autre regard sur la culpabilité - 1/2
Dim 08 Avr 2018, 10:44 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé, écologie, interdépendance et non-discrimination
Sam 07 Avr 2018, 08:38 par Disciple laïc

» Kaccānagotta Sutta — Pour Kaccāna — SN 12.15
Ven 06 Avr 2018, 19:54 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Ven 06 Avr 2018, 19:28 par tindzin

» Du bouddhisme, ou de l'islam, es-ce de l'art ou du cochon ?
Ven 06 Avr 2018, 17:40 par tindzin

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Ven 06 Avr 2018, 07:11 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Pour aider : identifier nos formations mentales quand elles surgissent
Jeu 05 Avr 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Je ne suis pas bouddhiste ....
Jeu 05 Avr 2018, 22:32 par Karma Trindal

» 1959 = 666
Jeu 05 Avr 2018, 22:24 par Karma Trindal

» Problème de respiration
Jeu 05 Avr 2018, 21:55 par Karma Trindal

» Précision et clarté au sujet de mon écrit "Le livre de l'Eveil"
Jeu 05 Avr 2018, 11:23 par tindzin

» Le fou divin
Mar 03 Avr 2018, 09:26 par Pema Gyaltshen

» La loi du Karma
Mar 03 Avr 2018, 07:23 par Disciple laïc

» Sur les Bodhisattvas
Lun 02 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 02 Avr 2018, 08:06 par Disciple laïc

» Le lâcher-prise
Dim 01 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» Les 3 absolus
Sam 31 Mar 2018, 10:29 par tindzin

» Je ne suis pas certain qu'il aie été juste de verrouiller le sujet je ne suis pas bouddhiste
Jeu 29 Mar 2018, 18:28 par tindzin

» Sur la conscience
Jeu 29 Mar 2018, 10:25 par Disciple laïc

» Attentat de Trèbes : la peur du changement est dans les 2 camps
Mer 28 Mar 2018, 12:45 par Ortho

» Le bouddhisme et la violence injustifiable
Mar 27 Mar 2018, 09:00 par Disciple laïc

» Ce qu'est vraiment le bouddhisme
Mar 27 Mar 2018, 08:40 par Disciple laïc

» Quelques Kôans qui ont surgit
Lun 26 Mar 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et individualisme
Lun 26 Mar 2018, 08:48 par Disciple laïc

» Nirvana - tentative de description
Ven 23 Mar 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Stephen Hawking est mort
Ven 23 Mar 2018, 16:44 par manila

» Khenpo Tséten Bruxelles Mars 2018
Ven 23 Mar 2018, 14:13 par Pema Gyaltshen

» Les 10 mouvements en pleine conscience
Jeu 22 Mar 2018, 08:22 par Disciple laïc

» La Voie du Bouddha et "les plaisirs des sens"
Jeu 22 Mar 2018, 08:12 par Disciple laïc

» Journal de méditation d'Urbanyogi
Mer 21 Mar 2018, 19:43 par Urbanyogi

» Quelle éthique pour un monde plus heureux - 1ère et 2ème partie
Lun 19 Mar 2018, 12:35 par Disciple laïc

» DE L'IGNORANCE A L'EVEIL
Lun 19 Mar 2018, 11:23 par tindzin

» Non-soi (indépendant) - Très important
Lun 19 Mar 2018, 10:49 par Disciple laïc

» Toutes les larmes sont salées
Dim 18 Mar 2018, 10:21 par Ortho

» Le faisan - parabole commentée
Sam 17 Mar 2018, 11:21 par manila

» What is true love?
Ven 16 Mar 2018, 13:56 par Disciple laïc

» Somā Sutta — La bhikkhouni Somā —
Jeu 15 Mar 2018, 08:13 par Disciple laïc

» Lignée ininterrompue depuis le Bouddha ?
Mer 14 Mar 2018, 21:14 par Pema Gyaltshen

» Animal Aid Unlimited, India
Mer 14 Mar 2018, 20:59 par Disciple laïc

» Non-attachement aux vues
Mer 14 Mar 2018, 20:18 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 33 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 32 Invités :: 1 Moteur de recherche

Chintamani


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 94901 messages dans 11003 sujets

Nous avons 4186 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Chintamani

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7445)
 
Karma Trindal (6836)
 
manila (4867)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3457)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2256)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


Sur les Bodhisattvas

Partagez
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 469
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Sur les Bodhisattvas

Message par Disciple laïc le Lun 02 Avr 2018, 21:28

Sur les Bodhisattvas :

Le silence foudroyant

Soûtra de la maîtrise du Serpent et Sutra du Diamant commenté.

Thich Nhat Hanh




« Si un bodhisattva, Subuthi, entretient l'idée d'un soi, d'une personne, d'un être vivant ou d'une durée d'existence, il ne saurait être un authentique bodhisattva. »

Notre main droite est un authentique bodhisattva, parce qu'elle n'opère aucun discrimination entre elle-même et notre main gauche. Elle « prend soin », c'est tout.


Il est important que nous comprenions les mots « soi », « personne », « être vivant » ou « durée d’existence ».


Le « soi » désigne une identité permanente, constante, mais puisque, selon le bouddhisme, rien n'est permanent et que ce que nous appelons le soi est entièrement composé de non-éléments, il n'existe en réalité aucune entité telle que le soi. Notre idée d'un soi surgit lorsque nous recouvrons au moyen de concepts des choses dépourvues de toute existence en soi. Usant de l'épée de la conceptualisation pour découper la réalité en pièces, nous appelons cette partie « moi » et le reste « non-moi ».


Le concept de « personne », comme le concept de soi, n'est composé que d'éléments « non personnels » - soleil, nuages, blé, espace, etc. Grâce à ces éléments, émerge quelque chose que nous appelons personne. Mais élever une barrière entre l'idée de « personne » et l'idée de « non-personne » est erroné. Si nous disons, par exemple, que le cosmos à donné naissance à l'humanité, et que les autres créatures, les plantes, la lune, les étoiles, etc. existent à seule fin de nous servir, nous sommes emprisonnés dans l'idée d'une personne. De tels concepts visent à séparer le soi du non-soi et la personne de la non-personne – ce en quoi ils sont faux.


Nous consacrons une grande énergie au progrès technologique en vue d'améliorer notre vie, et nous exploitons pour ce faire des éléments non humains tels que les forêts, les rivières et les océans. Mais à mesure que nous polluons et que nous détruisons la nature, nous nous polluons et nous nous détruisons nous-mêmes. Les résultats de cette séparation entre l'humain et le non-humain sont le réchauffement global de l'atmosphère, la pollution et l'apparition de nombre de maladies singulières. Autrement dit, afin de nous protéger, nous devons protéger les éléments non-humains. Cette compréhension fondamentale se révèle nécessaire si nous voulons préserver la planète.


Le concept d ' »être vivant », sattva en sanscrit, apparaît à l'instant ou nous séparons les êtres vivants des êtres non vivants. Lamartine demanda un jour : « Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? » - comme pour questionner notre compréhension ordinaire. Si nous détruisons le non-vivant, nous détruisons aussi le vivant. Dans les monastère bouddhistes, durant la cérémonie du Renouveau, chaque moine récite : « Je fais le vœu de pratiquer de tout mon coeur afin que tous les êtres, vivants et non vivants, soient libérés ». Et lors d'autres cérémonies, nous nous inclinons profondément pour montrer notre gratitude à nos parents, à nos maîtres, à nos amis et à tous les êtres des mondes animal, végétal et minéral. En agissant ainsi, nous comprenons qu'il n'est aucune séparation entre les êtres vivants et les êtres prétendument non-vivants. Le compositeur vietnamien Trinh a écrit un jour : « Comment savons-nous que les pierres ne souffrent pas ? Demain tous les caillou fraterniseront. ». Lorsque nous découvrons vraiment l'amour, celui-ci inclut tous les êtres, vivants ou prétendument non vivants.


Nous considérons d'ordinaire la « durée d'existence » comme la longévité de notre vie – commençant à l'instant de notre naissance et finissant à notre mort. Nous croyons ainsi que nous sommes vivants durant toute cette période, mais ni avant ni après. Une fois encore, l'épée de la conceptualisation découpe la réalité en pièces, séparant d'un coté la vie, de l'autre, la mort. Mais penser que nous commençons notre vie à l'instant ou nous naissons et que nous la terminons au moment ou nous mourons constitue un concept erroné – précisément le « concept de la durée d'existence ».
Selon la prajnaparamita, la vie et la mort son une. Nous naissons et nous mourrons à chaque seconde de notre vue. Pendant notre prétendue durée d'existence, il se produit des millions de naissances et des millions de morts. Chaque jour disparaissent des cellules de notre corps – qu'elles proviennent de notre cerveau, de notre peau, ou de notre sang. Notre planète forme également un corps, et nous sommes chacun une cellule au sein du corps. Devons nous pleurer et organiser des funérailles chaque fois que meurt une cellule de notre corps ou un atome du corps de la Terre ? Pour que la vie soit, la mort est nécessaire. Dans le Samyutta Nikaya, le Bouddha dit : « Lorsque les causes et les conditions sont suffisantes, les yeux apparaissent. Lorsque les causes et les conditions sont insuffisantes, les yeux disparaissant. Il en va de même pour le corps et la conscience. » Nous aimons la vie et nous nous y accrochons fermement. Nous abhorrons la mort et nous voudrions la fuir. Un tel comportement, qui nous plonge dans l'inquiétude et l'anxiété, est entièrement dû à notre conception de l'existence.


Le mot sanskrit pour « perception » est samjna. Selon l'école Vijnanavadin de la psychologie bouddhiste, la perception possède deux composantes – un sujet et un objet de cognition. Si, en nous promenant dans un boi la nuit, nous apercevons un serpent, nous éprouverons probablement une grande frayeur. Mais si nous braquons notre lampe de poche sur ce reptile et que nous constatons qu'il s'agît d'une simple corde, nous ressentirons un soulagement. La perception du serpent était erronée, et le Bouddha nous enseigne précisément que quatre perceptions erronées constituent la racine de notre souffrance – la perception d'un soi (1), d'une personne (2), d'un être vivant (3) et d'une durée d'existence (4).


Nous aimons tous quitter la ville et nous rendre à la campagne. Les arbres y sont si beaux, l'air y est si doux. Pour moi c'est l'un des grands plaisirs de la vie. J »aime marcher lentement à travers les bois, contempler les arbres et les fleurs et, quand je dois pisser, je peux le faire en plaine nature. L'air est bien plus agréable que celui des toilettes des villes. Pourtant je dois avouer que durant des années je fus mal à l'aise à l'idée de pisser dans les bois. Dés que je m'approchais d'un arbre, j'éprouvais un tel respect pour sa beauté et sa grandeur que je ne pouvais me résoudre à pisser contre son tronc. Cela me semblait impoli, voire irrespectueux. Alors mes pas me menaient plus loin, mais il y avait toujours là un arbre ou un buisson, et j'avais l'impression de lui manquer de respect.


Nous considérons d'ordinaire notre salle de bains, faite de bois, de carreaux ou de ciment, comme inanimée, et pisser dans un tel endroit ne nous pose aucun problème. Mais après avoir étudié le Soutra du Diamant et compris que le bois, le carrelage et le ciment sont tout aussi merveilleux et animés, je commençais à éprouver de la gène même dans ma propre salle de bains. Alors j'eus une sorte d'illumination. Je compris que l'acte de pisser est aussi une réalité superbe et merveilleuse, un don que nous faisons à l'univers. Nous devons simplement pisser avec attention, avec un grand respect pour nous-mêmes et pour l'environnement – quel qu'il soit – dans lequel nous nous trouvons. Aussi à présent je peux pisser dans la nature, en respectant pleinement les arbres, les buissons et ma propre personne. Par l'étude du Soutra du Diamant, j'ai donc résolu ce dilemme, et je profite de la campagne plus encore qu'auparavant.



_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 

    La date/heure actuelle est Sam 21 Avr 2018, 15:45