Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Dhammapada
Aujourd'hui à 07:48 par vaygas

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 07:40 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 08:08 par Karma Döndrup Tsetso

» Grande interrogation
Mer 23 Mai 2018, 20:54 par Disciple laïc

» Bouddhisme et transcendance
Mer 23 Mai 2018, 16:06 par Disciple laïc

» Le corps et l'esprit
Mer 23 Mai 2018, 11:41 par Disciple laïc

» présentation
Mar 22 Mai 2018, 23:36 par Akana

» presentation groupes de pratique
Mar 22 Mai 2018, 10:57 par Puntsok Norling

» Cherche référence livre
Mar 22 Mai 2018, 08:33 par Disciple laïc

» Funérailles de robots
Lun 21 Mai 2018, 19:58 par Ortho

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Lun 21 Mai 2018, 14:37 par Disciple laïc

» meditation et pratique avec Lodoe Rinpoche
Dim 20 Mai 2018, 23:56 par Puntsok Norling

» Le programme B.A.S.E - bouddhisme, action sociale et engagement
Dim 20 Mai 2018, 19:32 par Disciple laïc

» Livre sur le bouddhisme Theravada
Dim 20 Mai 2018, 16:14 par Ortho

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Dim 20 Mai 2018, 15:12 par Admin

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Dim 20 Mai 2018, 09:37 par Pema Gyaltshen

» Christopher Dawson
Ven 18 Mai 2018, 19:55 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Ven 18 Mai 2018, 15:48 par Pema Gyaltshen

» M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?
Mar 15 Mai 2018, 22:00 par Disciple laïc

» Khandro Rimpoché
Mar 15 Mai 2018, 19:04 par Disciple laïc

» 4 AMAZING INCIDENTS IN THE LIFE OF BUDDHA
Mar 15 Mai 2018, 14:28 par manila

» Film en diffusion ce soir le 14/05/2018
Lun 14 Mai 2018, 23:16 par manila

» Sur la loi du karma
Lun 14 Mai 2018, 18:13 par Akana

»  Actualités du Bouddhisme dans le monde: Le maître tibétain Sogyal Rinpoché disgrâcié
Lun 14 Mai 2018, 14:30 par Nanachi

» Bonjour tout le monde!
Dim 13 Mai 2018, 19:46 par Karma Trindal

» Présentation rom5991
Dim 13 Mai 2018, 19:43 par Karma Trindal

» Saka Dawa Festival
Dim 13 Mai 2018, 10:58 par Puntsok Norling

» Rencontre avec Sa Sainteté le XVIIème Karmapa Trinlé Thayé Dorjé – 1/2 et 2/2
Dim 13 Mai 2018, 10:23 par Disciple laïc

» Meditation et pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 12 Mai 2018, 11:29 par Puntsok Norling

» Présentations
Jeu 10 Mai 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Bonjour à tous
Mar 08 Mai 2018, 01:04 par rom5991

» Amour altruiste et compassion.
Lun 07 Mai 2018, 17:56 par Disciple laïc

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Sam 05 Mai 2018, 06:21 par rom5991

» Sensation pendant et après méditation
Mer 02 Mai 2018, 13:46 par Srivatsa

» Sexisme, andocentrisme, et misogynie
Mar 01 Mai 2018, 20:42 par Disciple laïc

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mar 01 Mai 2018, 10:24 par vaygas

» Réflexions sur les trois piliers de la voie du Bouddha : vertu, méditation et sagesse
Lun 30 Avr 2018, 17:35 par Disciple laïc

» Même le Bouddha fut confronté à des épreuves
Lun 30 Avr 2018, 14:27 par Disciple laïc

» Lama Puntso nous parle du bouddhisme
Lun 30 Avr 2018, 10:37 par Disciple laïc

» Complexité du Karma
Dim 29 Avr 2018, 20:00 par Disciple laïc

» Traduction et L'interprétation des écrits saints en Islam
Dim 29 Avr 2018, 18:51 par Disciple laïc

» Nos deux mains
Dim 29 Avr 2018, 13:10 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Dim 29 Avr 2018, 10:05 par Ortho

» Meditation et Pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 28 Avr 2018, 22:14 par Puntsok Norling

» Les bienfaits de la souffrance
Sam 28 Avr 2018, 21:20 par Disciple laïc

» En quoi se démarque « Le livre de l’Eveil » des traditions théistes et du bouddhisme, tout en y étant attaché.
Sam 28 Avr 2018, 15:41 par tindzin

» Bouddhisme et nihilisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:37 par Disciple laïc

» le rêve dans le bouddhisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:20 par Jean-François

» La Mort selon les bouddhistes
Mer 25 Avr 2018, 22:29 par Ortho

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Mer 25 Avr 2018, 16:26 par Pema Gyaltshen

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Mer 25 Avr 2018, 08:54 par Karma Tsultrim Jyurmé

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 24 Invités :: 1 Moteur de recherche

vaygas


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 95285 messages dans 11043 sujets

Nous avons 4201 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Amoghasiddhi

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7462)
 
Karma Trindal (6843)
 
manila (4977)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3467)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2299)
 

Même le Bouddha fut confronté à des épreuves

Partagez
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Même le Bouddha fut confronté à des épreuves

Message par Disciple laïc le Lun 30 Avr 2018, 14:27




Ajahn Sundara est née en France en 1946. Elle a étudié la danse contemporaine et classique en Angleterre et en France. Après une vie active en tant que danseuse et professeur de danse contemporaine, elle a connu une période de profonde remise en question.

En 1978, elle assista à une conférence où Ajahn Sumedho parlait de sa vie de moine bouddhiste. Elle en fut profondément touchée. Peu de temps après, elle demanda à rejoindre la communauté monastique de Cittaviveka (monastère bouddhiste Theravada à Chithurst, dans le sud de l’Angleterre) où elle fut l'une des quatre premières femmes novices.

Ajahn Sundara se consacra ensuite à l’établissement de la communauté des nonnes tout en poursuivant sa propre formation. Au milieu des années 90, elle passa plus de deux ans en Thaïlande où elle pratiqua la méditation de manière intensive dans les monastères de forêt. Depuis une vingtaine d'années, elle enseigne et dirige des retraites de méditation en Europe et en Amérique du Nord.



Vous pensez sans doute qu’après son Éveil, le Bouddha eut une vie facile, n’est-ce pas ? N’avons-nous pas tous l’espoir qu’après un « petit éveil », la vie pourrait devenir plus simple ?

Je pense que je me dois de vous dire la vérité ainsi vos attentes ne seront pas déçues. En 45 années d’enseignement à la tête de la communauté monastique, le Bouddha a rencontré un nombre incroyable de difficultés. Bien que parfaitement éveillé, il subissait encore l’influence de ses karmas passés.

Des ascètes venaient le rencontrer pour le critiquer, l’accusant d’avoir des vues erronées et un enseignement incorrect ; et tout au long de sa vie, ses disciples lui causèrent de nombreux problèmes. Certains défiaient le Bouddha, encourageant l'extrême indulgence des sens, alors que d’autres voulaient resserrer davantage la discipline en imposant le végétarisme, par exemple. Son cousin Devadatta essaya de le tuer à de nombreuses reprises ; il envoya un éléphant fou pour le piétiner et tenta de créer un schisme dans le Sangha. Finalement, quelques ascètes, jaloux du Bouddha, trouvèrent une femme qui l’accusa d’être le père de son prétendu enfant. Donc, nous ne sommes pas si mal lotis après tout !

Après quelques jours de méditation, nous réalisons que le but de la pratique n’est pas de fuir les inévitables aléas relatifs à une existence humaine ou d’éviter les obstacles de la vie mais plutôt de comprendre l’esprit afin de le libérer de l’ignorance. Celui-ci est une grande force intérieure qui, si elle est incomprise, peut facilement nous mener en enfer. Le pouvoir de notre volonté, de notre colère, de notre entêtement et de notre esprit critique – avez-vous déjà remarqué à quel point il est fort ? N’ayant aucun contrôle sur notre mal-être, nous remplissons donc notre esprit avec des tas de choses afin de nous distraire ; pourtant cette sensation est encore là, n’est-ce pas ? Nous ne pouvons contrôler notre esprit de la sorte indéfiniment.

L’une des plus importantes contributions du Bouddha à notre compréhension de l’esprit, est l’enseignement de la cause de la souffrance. La plupart d’entre nous cherchons encore les causes de la souffrance à l’extérieur de nous-mêmes. Bien qu’il y ait de nombreux éléments extérieurs qui puissent déclencher notre agitation, notre manque de contentement, etc., le Bouddha nous enseigne que la véritable cause de la souffrance est tanha : le désir.

Sans l’attention, notre esprit se perd très souvent dans un état d’attachement, même envers les choses les plus insignifiantes, telles que notre coussin de méditation ou notre place dans la file pour le repas. Ce genre de petites choses est la cause de plus grandes souffrances. Il suffit que, de bon matin, quelqu'un déclenche en nous une légère irritation et le ton est donné pour le reste de la journée. En général, nous n’avons aucune idée de ce que nous ressentons. Avez-vous remarqué que, souvent, les gens les plus en colère n’en sont même pas conscients ? Je mis beaucoup de temps à reconnaître sincèrement que dans certaines situations ou en compagnie de certaines personnes, j’étais constamment exaspérée. Lorsque je commençai à remarquer ce processus de façon claire et profonde, ce fut un grand soulagement.

La plupart d’entre nous sommes en quête du bonheur sans même avoir conscience que nous ne sommes pas heureux. Pourtant, avant de pouvoir être heureux, la première étape est de réaliser qu’il y a dukkha, qu’il y a souffrance. C’est un peu effrayant, pour certaines personnes, d’arriver à y faire face. Ils pensent : « Si je découvre que je ne suis pas heureux, je vais vouloir fuir, je vais devoir quitter mon conjoint, ma maison, mon travail. » Ils croient qu’en se retirant d’une situation douloureuse, ils peuvent échapper à leurs problèmes. Mais ce n’est pas le chemin qui mène à la fin de la souffrance. Le Bouddha a dit que, même si vous partez vous cacher seul à l’autre bout du monde, vous emportez toujours votre esprit avec vous !

La vie monastique est une merveilleuse école pour apprendre rapidement ce qu’est dukkha car tous les jours, vous faites l’expérience de cette vérité avec très peu de distractions. Au sein d’une communauté monastique, vous vous retrouvez dans des situations où vous avez peu de contrôle, avec des personnes que vous n’avez pas choisies. Ce genre d’environnement vous pousse dans vos derniers retranchements. La seule chose qui nous sauve est notre refuge dans l’attention au présent. Lorsque nous sommes attentifs, nous maîtrisons les énergies de notre esprit, nous cultivons la retenue. En d’autres mots, nous n’éclaboussons pas les autres personnes avec les proliférations de notre esprit !

Je me souviens du temps, au monastère de Chithurst, où je cuisinais pour un moine senior qui, depuis plusieurs années, était très malade. J’avais offert de m’occuper de son alimentation car j’avais des connaissances en nourriture macrobiotique avant d’être nonne.

Un jour, tout m’irritait. Je cuisinais son repas et je pensai : « Les mauvaises vibrations de ma colère dans la nourriture ne vont aider personne, n’est ce pas ? » Donc, j’allai voir mon enseignant et lui dis : « Je pense que je vais devoir arrêter de cuisiner. Je suis si en colère parfois, que je crois que je suis en train de l’empoisonner. » Sa réponse fut : « Eh bien, si vous demeurez attentive à votre colère, vous ne l’empoisonnez pas. Votre colère ne contamine pas la nourriture car vous la contenez en vous. »

En une autre occasion, alors que je devais donner un enseignement à 45 personnes, mon cœur s’emballa et la seule chose que je voulais faire était de sortir de la pièce pour libérer cette adrénaline. Mais comme je patientais en silence, ayant conscience que cette situation allait changer, je commençai à parler. C’est vraiment incroyable ! Bien que j’étais prise d’une panique totale, la nonne qui se trouvait à côté de moi me dit à quel point je paraissais calme et en paix lorsque j’enseignais !

Donc, lorsque vous irez au bureau demain, et que vous ne pourrez pas supporter votre patron ou que vous serez au bout du rouleau, demeurez simplement attentifs à cette sensation, et votre patron ne le remarquera sûrement pas.

L’attention nous protège véritablement et vous saurez, en la cultivant, que vous n’avez pas besoin de réprimer ou d’attendre d’exploser pour vous exprimer. Voyez comment ça marche, que ce soit avec votre conjoint, votre ami, ou votre chien. Souvenez-vous simplement, chaque matin, de ce qui est réellement important dans votre vie. En Occident, tant d’opportunités s’offrent à nous ; nous sommes vraiment gâtés. Même dans les meilleurs centres de retraite, les gens se plaignent de la nourriture, de ceci, de cela. Reconnaîtrions-nous le paradis si nous l’avions juste en face de nous ? C’est tellement facile, pour nous, de tomber dans la négativité. Souvent, il semble même que cela nous apporte beaucoup d’énergie.

À la place, pourrions-nous apprendre à cultiver quelque chose de plus nourrissant que la frustration et le mécontentement ? Les scientifiques disent que nous n’utilisons que 10 % de notre potentiel mental et même cette infime partie est mal exploitée et canalisée dans des choses telles que le doute, l’inquiétude, la peur, l’avidité, l’envie, etc.

L’Occident a peu d’exemples qui nous inspirent la sagesse et la compassion. Nos héros modernes ne sont pas particulièrement pacifiques ni empreints de sagesse. Dans cette société matérialiste, nous nous sentons souvent comme des orphelins spirituels, privés des conseils de sages emplis de compassion. Heureusement, l’enseignement bouddhiste nous ramène toujours vers notre maître intérieur. Ici et maintenant, nous pouvons écouter et nourrir la sagesse qui est en nous, au lieu de nous tourmenter en nous dévalorisant. C’est important de voir que les problèmes qui surgissent dans la vie peuvent être des opportunités d’éveil, de transformation.

Même si nous nous attachons au bien comme à une fin en soi, cela créera de la souffrance. Vouloir ‘ne pas être en colère’ ou vouloir ‘devenir meilleur’ est dukkha. Le Bouddha a dit qu’il n’y a qu’un seul attachement sain : le désir de libération. Ainsi, avec l’attention pour refuge, cultivez en vous-mêmes l’intention de libérer votre cœur de dukkha, d’abandonner toutes ces choses qui empêchent votre cœur de se libérer de l’ignorance.
Une fois que nous avons goûté à la vie sans le fardeau du désir et de l’attachement, tout devient beaucoup plus simple. Nous demeurons avec cette force dans notre propre cœur : la force de la patience, de l’attention, de l’amour bienveillant et de la paix.



Traduit de l’anglais par Romain Robert et Valérie Melsion
http://www.dhammadelaforet.org/


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 

    La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018, 16:04