Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Dhammapada
Aujourd'hui à 07:48 par vaygas

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 07:40 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 08:08 par Karma Döndrup Tsetso

» Grande interrogation
Mer 23 Mai 2018, 20:54 par Disciple laïc

» Bouddhisme et transcendance
Mer 23 Mai 2018, 16:06 par Disciple laïc

» Le corps et l'esprit
Mer 23 Mai 2018, 11:41 par Disciple laïc

» présentation
Mar 22 Mai 2018, 23:36 par Akana

» presentation groupes de pratique
Mar 22 Mai 2018, 10:57 par Puntsok Norling

» Cherche référence livre
Mar 22 Mai 2018, 08:33 par Disciple laïc

» Funérailles de robots
Lun 21 Mai 2018, 19:58 par Ortho

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Lun 21 Mai 2018, 14:37 par Disciple laïc

» meditation et pratique avec Lodoe Rinpoche
Dim 20 Mai 2018, 23:56 par Puntsok Norling

» Le programme B.A.S.E - bouddhisme, action sociale et engagement
Dim 20 Mai 2018, 19:32 par Disciple laïc

» Livre sur le bouddhisme Theravada
Dim 20 Mai 2018, 16:14 par Ortho

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Dim 20 Mai 2018, 15:12 par Admin

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Dim 20 Mai 2018, 09:37 par Pema Gyaltshen

» Christopher Dawson
Ven 18 Mai 2018, 19:55 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Ven 18 Mai 2018, 15:48 par Pema Gyaltshen

» M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?
Mar 15 Mai 2018, 22:00 par Disciple laïc

» Khandro Rimpoché
Mar 15 Mai 2018, 19:04 par Disciple laïc

» 4 AMAZING INCIDENTS IN THE LIFE OF BUDDHA
Mar 15 Mai 2018, 14:28 par manila

» Film en diffusion ce soir le 14/05/2018
Lun 14 Mai 2018, 23:16 par manila

» Sur la loi du karma
Lun 14 Mai 2018, 18:13 par Akana

»  Actualités du Bouddhisme dans le monde: Le maître tibétain Sogyal Rinpoché disgrâcié
Lun 14 Mai 2018, 14:30 par Nanachi

» Bonjour tout le monde!
Dim 13 Mai 2018, 19:46 par Karma Trindal

» Présentation rom5991
Dim 13 Mai 2018, 19:43 par Karma Trindal

» Saka Dawa Festival
Dim 13 Mai 2018, 10:58 par Puntsok Norling

» Rencontre avec Sa Sainteté le XVIIème Karmapa Trinlé Thayé Dorjé – 1/2 et 2/2
Dim 13 Mai 2018, 10:23 par Disciple laïc

» Meditation et pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 12 Mai 2018, 11:29 par Puntsok Norling

» Présentations
Jeu 10 Mai 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Bonjour à tous
Mar 08 Mai 2018, 01:04 par rom5991

» Amour altruiste et compassion.
Lun 07 Mai 2018, 17:56 par Disciple laïc

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Sam 05 Mai 2018, 06:21 par rom5991

» Sensation pendant et après méditation
Mer 02 Mai 2018, 13:46 par Srivatsa

» Sexisme, andocentrisme, et misogynie
Mar 01 Mai 2018, 20:42 par Disciple laïc

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mar 01 Mai 2018, 10:24 par vaygas

» Réflexions sur les trois piliers de la voie du Bouddha : vertu, méditation et sagesse
Lun 30 Avr 2018, 17:35 par Disciple laïc

» Même le Bouddha fut confronté à des épreuves
Lun 30 Avr 2018, 14:27 par Disciple laïc

» Lama Puntso nous parle du bouddhisme
Lun 30 Avr 2018, 10:37 par Disciple laïc

» Complexité du Karma
Dim 29 Avr 2018, 20:00 par Disciple laïc

» Traduction et L'interprétation des écrits saints en Islam
Dim 29 Avr 2018, 18:51 par Disciple laïc

» Nos deux mains
Dim 29 Avr 2018, 13:10 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Dim 29 Avr 2018, 10:05 par Ortho

» Meditation et Pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 28 Avr 2018, 22:14 par Puntsok Norling

» Les bienfaits de la souffrance
Sam 28 Avr 2018, 21:20 par Disciple laïc

» En quoi se démarque « Le livre de l’Eveil » des traditions théistes et du bouddhisme, tout en y étant attaché.
Sam 28 Avr 2018, 15:41 par tindzin

» Bouddhisme et nihilisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:37 par Disciple laïc

» le rêve dans le bouddhisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:20 par Jean-François

» La Mort selon les bouddhistes
Mer 25 Avr 2018, 22:29 par Ortho

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Mer 25 Avr 2018, 16:26 par Pema Gyaltshen

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Mer 25 Avr 2018, 08:54 par Karma Tsultrim Jyurmé

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 24 Invités :: 1 Moteur de recherche

vaygas


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 95285 messages dans 11043 sujets

Nous avons 4201 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Amoghasiddhi

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7462)
 
Karma Trindal (6843)
 
manila (4977)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3467)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2299)
 

M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Partagez
avatar
Admin
Fondateur
Fondateur

Masculin
Nombre de messages : 782
Age : 46
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Administrateur réseaux
Disposition de l'Esprit : « Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. » Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Admin le Dim 13 Mai 2018, 01:35



Réincarnation, la croyance qui (re)monte







Des chercheurs s’interrogent sur les cas d’enfants “réincarnés”. Les thérapies visant à explorer nos vies antérieures se multiplient… Superstition, ou parade contre l’angoisse de la fin du moi ?
Erik Pigani

Il n’est pas plus surprenant d’être né deux fois qu’une, disait déjà Voltaire… Un sondage réalisé il y a près de dix ans révélait que un quart des Français croyaient en la réincarnation (“Les Valeurs des Français”, PUF, 1994). Un chiffre qui n’a fait qu’augmenter depuis. Pourquoi, dans un monde "moderne", cet intérêt pour l’une des plus vieilles croyances de notre planète ? La mode du bouddhisme avec son cortège de philosophies orientales ? L’expression d’un désarroi dans une société de plus en plus morcelée ? Face à un avenir moins brillant qu’on nous l’a promis, une façon de se rassurer sur le long terme ?

Les enfants s’en souviennent


La réincarnation est un concept si éloigné de la civilisation occidentale que, pour la science, il ne s’agit que d’une "pure superstition". Pourtant, des événements laisseraient penser que, au-delà des convictions personnelles ou culturelles, il y a peut-être une part de vérité, qui sort de la bouche des enfants ! Le plus célèbre d’entre eux est sans doute l’actuel dalaï-lama. En 1936, à la mort du treizième du nom, les moines se sont rendus dans une province perdue sur les indications fournies par les augures. Ils ont rencontré un garçon qui les a immédiatement reconnus et s’est mis à parler leur langue alors que, dans son village, personne ne l’utilisait. L’enfant portait les huit distinctions physiques des grands chefs religieux et a su reconnaître les objets qui lui auraient appartenu dans sa vie précédente…
En Inde, c’est presque une tradition : entre 2 et 4 ans, un enfant commence à parler à ses parents d’une vie qu’il a menée en un autre lieu. Il est très attiré par les événements de ce passé et insiste pour retourner dans la famille où il prétend avoir vécu. Ian Stevenson, professeur de psychiatrie à l’université de Virginie et spécialiste mondial des "enfants réincarnés", a recensé quelque 14 000 cas curieux et publié des rapports d’enquête sur des centaines d’entre eux. « Un petit garçon de 4 ans habitait dans un village près de Beyrouth, raconte-t-il. Il avait réussi à donner, entre autres, le nom de sa famille précédente, une liste de soixante-dix détails exacts la concernant et… les derniers mots du défunt ! » Preuve de la réincarnation ? « Pas forcément, répond Ian Stevenson. Pour moi, même un cas aussi fort n’est pas parfait. Je préfère dire que mon travail suggère l’existence des vies antérieures plutôt qu’il ne la prouve. »
Le psychiatre a publié le résultat de trente ans de recherches sur les "marques de naissance" — la version grand public vient d’être publiée en français sous le titre Réincarnation et biologie (Dervy, 2002). Il y décrit, par exemple, le cas d’un jeune Indien né avec une malformation de la main, racontant spontanément que, au cours de sa vie précédente, une machine agricole lui avait coupé les doigts, donnant le lieu, l’époque. Une enquête a retrouvé trace de l’événement.
Des cas uniquement asiatiques ? Non. Sur Internet, Wendi, une jeune Américaine qui ne croyait pas à la réincarnation, a raconté que son fils de 3 ans avait peur des vagues. En vacances à Hawaii, il refusait de se baigner mais adorait jouer sur le sable. « Un jour, nous sommes allés sur la plage des surfeurs, a-t-elle expliqué. Il m’a dit : “Quand j’étais grand, j’ai fait du surf ici, je suis tombé dans l’eau, je me suis transformé en oiseau de Dieu et me suis envolé. Après, je suis revenu.” A partir de ce moment, il n’a plus eu peur des vagues et s’est baigné. »

Une croyance devenue outil thérapeutique


Retrouver des bribes de vies passées aurait-il un pouvoir guérisseur ? C’est ce qu’affirment les thérapeutes qui utilisent la sophrologie ou la relaxation active pour explorer les épisodes traumatisants de nos vies antérieures. Aux Etats-Unis, la "karma thérapie" est passée au troisième rang des thérapies alternatives, après les traitements antitabac et les cures d’amaigrissement…
La pratique n’est pas nouvelle, mais elle a souvent été tournée en dérision par les médias, qui se sont gaussés du "retour à la vie" de centaines de Napoléon ou Marie-Antoinette… « Dans les milliers de cas que j’ai traités, je n’ai jamais eu Napoléon, Marie-Antoinette, ni même Cléopâtre ! explique Gilles Guattari, psychothérapeute. Ce sont des gens simples qui reviennent à la mémoire : un marchand, un soldat, un enfant, un prêtre…»
Le thérapeute a totalisé plus de huit mille séances et formé quelques dizaines de praticiens à sa propre technique "d’expansion de conscience".
« Lorsqu’il y a guérison, les symptômes ne réapparaissent pas ailleurs et le rééquilibrage est durable, assure-t-il. Affirmer qu’ils se reproduisent ici ou là est une idée sans fondement. Mais la capacité de guérison de cette technique a de quoi déranger. » Et de raconter le cas d’Alain, journaliste. A la suite d’un grave accident de voiture, il était sous l’emprise d’une angoisse aiguë et souffrait d’une polyarthrite qui empêchait tout mouvement de ses bras. Au cours d’une séance, il se retrouve dans la peau d’un paysan du Moyen Age. Le prévôt vient lui réclamer son impôt. Pris de colère, il se révolte, le fait tomber et le tue. Condamné, il subit le supplice de la roue. « Nous avons travaillé sur cette séquence, explique Gilles Guattari. Lorsque cet homme a réussi à comprendre les liens entre le passé et le présent, l’angoisse a disparu. Et la polyarthrite aussi… »
Peut-on vraiment parler de vies passées ? « Impossible à dire, répond le psychothérapeute. Tous les psys savent qu’il peut exister une vision intérieure plus vraie que nature sans qu’il y ait jamais eu la moindre réalité physique. Ce dont on est sûr, c’est que, outre les résultats, ce processus ouvre la conscience sur une vision globale de la vie, une vision d’unification. C’est ce que l’on appelle la cohérence. Et c’est probablement l’une des qualités dont nous avons le plus besoin aujourd’hui. »

La montée de l’individualisme


L’histoire de la réincarnation correspond à un changement majeur : la montée de l’individualisme, de la personne comme unité psychologiquement autonome, contenue dans des limites étanches et stables. Auparavant, l’individu était essentiellement perçu comme un point de convergence dans un réseau d’énergies psychiques relié verticalement aux ancêtres et horizontalement à la communauté. Il n’était qu’une manifestation d’un psychisme collectif. Avec le temps, il a acquis sa propre autonomie, sa propre identité. Processus qui s’est accéléré ces vingt dernières années. Cette poussée de l’individualisation s’accompagne d’une angoisse existentielle face à la mort, à la disparition du moi…
La résolution de cette énigme semble nous échapper. Menons-nous une ou plusieurs vies ? Tout dépend sans doute si l’on se situe dans le temps ou hors de lui. Notre plus grande part se trouve emportée par l’irrésistible fleuve chronologique. La sagesse nous suggère de ne pas trop nous en émouvoir et de contempler le spectacle, avec compassion et… humour.


Histoire

De l’humanité

Si le terme "réincarnation" a été créé en 1857 par Allan Kardec, le fondateur du spiritisme, cette hypothèse remonte à l’aube de l’humanité. Elle traverse les religions animistes, chamaniques ou primitives sous la forme de "transmigration des âmes" : il faut mener une vie pure pour ne pas renaître dans un corps d’animal. Elle se retrouve dans diverses cultures – la "métempsycose" (animation en succession) pour les Grecs. Elle apparaît dans la plupart des religions orientales, avec des différences. Pour les bouddhistes, nous n’avons pas d’âme personnelle : le moi est une pure illusion.
Officiellement, l’islam rejette cette idée. Selon certains chefs religieux, il serait plus juste de dire qu’elle laisse le libre arbitre aux lecteurs des textes sacrés. Dans le judaïsme, les textes de la kabbale parlent du "gilgul" (transmigration) et de "teshouva" (retour), une nouvelle chance donnée par Dieu. Pour les chrétiens, la métempsycose a été condamnée en 553, au concile œcuménique de Constantinople, pour défendre l’originalité de la résurrection.


L'avis du spécialiste


Marc de Smedt : « Croire en la réincarnation aide à lutter contre l’angoisse de la mort du moi »
Marc de Smedt, directeur du magazine Nouvelles Clés et directeur de la collection Essais clés chez Albin Michel, a publié Enquête sur la réincarnation”(Albin Michel, 2001), un ouvrage collectif.
Que vous a appris cette enquête ?
J’ai été étonné de découvrir que l’idée de réincarnation est répandue dans autant de traditions. Même pour le rabbin Adin Steinsaltz, kabbaliste de renommée mondiale, il y a possibilité de retour des âmes. Et je concède que certains cas – notamment les "enfants réincarnés" – sont troublants. Il y a là des phénomènes étranges même si l’on tente d’expliquer les "souvenirs de vies antérieures" par la génétique, ou une perception très fine. Cela dit, il faut garder les pieds sur terre.
Comment expliquer cet intérêt pour la réincarnation ?
Par la peur de se perdre dans l’inconnu, pour lutter contre la peur de la mort, notamment celle du moi. Le poids des dogmes de l’Eglise catholique a presque disparu, et le brassage des cultures donne accès aux croyances qui font partie du patrimoine de l’humanité. C’est une histoire d’ego : croire que notre moi peut se perpétuer d’une vie à l’autre est un piège pour l’ego.








Enquêtes extraordinaires: La Réincarnation






Hypothèses et tentent de les expliquer. « Enquêtes Extraordinaires » plonge au cœur des phénomènes inexpliqués les plus incroyables avec un traitement journalistique sérieux et respectueux des témoins qui vivent ces événements parfois dans la douleur, mais aussi, souvent sous le regard amusé de leurs interlocuteurs. Chaque film documentaire explore un thème (les guérisseurs, le 6e sens, les frontières de la vie), recueille des témoignages et rencontre des scientifiques qui étudient ces phénomènes de manière approfondie. Une collection présentée par Stéphane Allix, ancien reporter de guerre et fondateur de l'INREES (Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires) dont l'expertise est reconnue et appréciée des scientifiques. Les témoins qu'il a rencontrés ont tous accepté, sur son nom, de participer à cette collection.


Source : M6-Replay


_________________
«Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas.»[ Bouddha ]
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Disciple laïc le Dim 13 Mai 2018, 09:03

A regarder oui, par curiosité. Justement je discutais un peu hier avec un collègue de travail très sympathique, musulman, lui il me semble, et justement j'ai permis de le détromper, en lui disant que les bouddhistes ne croient pas en la "réincarnation" dans le sens ou on l'entend en général, à savoir une "âme" ou quel que soit le nom qu'on lui donne, qui saute de corps en corps. Comme les hindous ou les monothéismes croient en un "atman", le bouddhisme affirme l"anatman". Tout en rejetant aussi toute forme de nihilisme. (Personnellement je trouve très convaincante et Juste la voie médiane proposée par le Bouddha : ni éternalisme ni nihilisme).

Il m'a aussi demandé si dans le bouddhisme il y avait "l'unicité", je lui ai demandé ce qu'il entendait par "unicité", mais globalement je lui ai dis que les concepts de vacuité et d'interdépendance dans le bouddhisme pouvaient aller dans ce sens, puisque rien n'existe en soi et par soi indépendamment du reste. Il y a donc un certaine "unité" de l'univers/cosmos (avec nous dedans bien sûre). 

En France la "réincarnation" est quelque chose qui ne s'inscrit pas naturellement dans notre paysage religieux puisque les monothéïsmes ne vont pas dans ce sens et nous sommes une société judéo-chrétienne depuis longtemps ou l'Islam prend un part croissante. A l'inverse en extrême-orient c'est un concept nettement plus "banal", il existe des livres et études sur le sujet, assez sérieuses, et cela paraît nettement moins farfelu ou ésotérique ou peu crédible là bas par rapport à chez nous. 


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Vyathita
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 57
Contrée : France
Arts & métiers : Informaticien
Disposition de l'Esprit : Tourmenté
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/04/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Vyathita le Lun 14 Mai 2018, 07:43

Je voudrais bien savoir comment le bouddhisme concilie le dogme de la non-permanence du "moi" avec le fait que les moines arrivent à retrouver le dalaï-lama défunt réincarné ???
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Disciple laïc le Lun 14 Mai 2018, 08:36

L'idéal du bodhisattva peut être ? 

De son vivant un authentique bodhisattva, peut, par compassion, faire le voeu de renoncer aux fruits de la Libération après la mort de son corps actuel pour renaître dans un nouveau corps, dans le samsara, et ce afin de continuer à aider ceux qui souffrent. Le sacrifice ultime par compassion. Renoncer temporairement à "l'extinction", à la libération du cycle des renaissances, pour continuer à œuvrer dans le samsara à la libération de tous les êtres encore prisonniers. Cela permettrait ainsi de "retrouver" des maîtres qui dans le passé on fait ce voeu et donc, dont le "flux de conscience" renaît dans un nouveau corps. 

Déjà en principe on ne doit pas considérer les vues bouddhiques comme des dogmes, dans le sens de "vérités incontestables" à gober tout cru. Le Bouddha a encouragé ceux qui voulaient le suivre à mettre à l'épreuve ce qu'il disait, à ne rien croire sur parole. Donc je ne crois pas que le terme "dogme" soit adéquat, pas en tout cas dans le même sens qu'il a par exemple dans les religions monothéïstes. 

Ensuite, il faut bien comprendre ce que l'on entend par impermanence et par non-soi. 

Déjà, l'impermanence c'est tout simplement le fait que tout change constamment. La seule chose constante c'est justement le changement. 

Ensuite le bouddhisme ne nie pas l'existence du "moi". Il nie l'existence d'un "moi indépendant". On oublie toujours le second terme ce qui mène à des malentendus. Le bouddhisme dit qu'il n'existe aucun "moi", aucun "soi" indépendant. Car tout est interdépendant. 

Et tout étant interdépendant, le changement est forcément constant. Puisque nous interagissons avec tout ce qui nous entour et tout ce qui nous entour interagit avec nous. 

Le Bouddha dit qu'il y a donc bien "quelque chose", appelons le un "moi" si vous voulez, personnellement le meilleur terme que j'ai trouvé c'est "flux de conscience". Mais ce "moi" est en perpétuel changement. 

Le Bouddha écarte l'hypothèse nihiliste : oui il y a bien quelque chose. 
Mais il écarte aussi l'hypothèse éternaliste : ce quelque chose n'est pas immuable. 

Le fait qu'un "moi" ne soit pas permanent ne signifie pas pour autant qu'il soit inexistant. 

Donc quand, dans le bouddhisme tibétain, on cherche à retrouver un maître qui a repris forme humaine après sa mort, celui qu'on retrouve est à la fois le maître défunt ET aussi quelqu'un de nouveau. 

Vyathita, observez vous vous-même : quand vous vous couchez le soir vous êtes quelqu'un mais à votre réveil le lendemain vous êtes quelqu'un d'autre, mais vous n'êtes pas non plus quelqu'un de totalement différent. Du temps s'est écoulé, vous avez vieilli de quelques heures, des cellules sont mortes et d'autres sont apparues dans votre corps, vous avez accumulé des souvenirs, fait des rêves, transpiré, etc... Donc vous n'êtes plus tout à fait le même que celui qui s'est couché mais pas totalement différent non plus. 

Le Tibétains je crois cherchent simplement à contrôler le processus de renaissance afin de s'assurer qu'un maître défunt renaîtra dans une zone géographique limitée (le Tibet) et sera reconnaissable par des signes. Notamment il me semble, l'enfant à un certain âge se met à reconnaître instinctivement des objets qui lui on appartenu dans sa vie antérieure alors qu'il n'a en principe objectivement aucun moyen de le savoir, sauf si il y a bien un lien entre cet enfant et le maître précédent défunt. 

Après, je ne suis pas expert en bouddhisme tibétain, ma propre tradition ne se soucie pas d'un tel processus et n'en a pas d'équivalent à ma connaissance, c'est vraiment quelque chose de très spécifique au bouddhisme tibétain. 

Demandez à des adeptes ici présent de cette voie là si selon eux mes explications sont correctes, et qu'ils corrigent au besoin. 


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Vyathita
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 57
Contrée : France
Arts & métiers : Informaticien
Disposition de l'Esprit : Tourmenté
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/04/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Vyathita le Lun 14 Mai 2018, 12:21

D'accord; merci beaucoup d'avoir pris le temps de ces explications très détaillées: je comprends mieux ce qui, je dois dire, était un point d'achoppement pour moi depuis longtemps.

Je suis d'accord que le mot "dogme" n'était pas des plus appropriés, et pour tout dire il était un peu provocateur; car je discute souvent avec un ami bouddhiste qui m'a donné l'impression, sans doute à tort, que cette notion d'impermanence, d'ailleurs mal cernée, était une sorte de clef magique dont on ne pouvait guère discuter l'empreinte.

Merci encore!
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Disciple laïc le Lun 14 Mai 2018, 13:02

L'impermanence de tout est difficilement contestable, il suffit de regarder en soi et autour de soi. 
On peut dire que c'est un dogme du bouddhisme si on veut mais dans ce cas la gravitation est un dogme de la science physique. Est-ce être dogmatique que de simplement décrire la réalité telle qu'elle est objectivement en se basant sur l'observation de nos sens à chaque instant aussi imparfait nos sens soient-ils ? 

Et pour reprendre une formule du Dalaï Lama : "On a pas besoin d'être bouddhiste pour constater que..." tout est impermanent.  

Quand je dis : l'eau mouille, le feu brûle, en l'absence d'air je meurs, etc... suis je dogmatique ? 


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Ortho
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1291
Age : 63
Contrée : France
Arts & métiers : Vaguemestre
Disposition de l'Esprit : En attente.
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 04/08/2011

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Ortho le Lun 14 Mai 2018, 13:29

@Disciple laïc a écrit:
L'idéal du bodhisattva peut être ? 
De son vivant un authentique bodhisattva, peut, par compassion, faire le voeu de renoncer aux fruits de la Libération après la mort de son corps actuel pour renaître dans un nouveau corps, dans le samsara, et ce afin de continuer à aider ceux qui souffrent. (...) Cela permettrait ainsi de "retrouver" des maîtres qui dans le passé on fait ce voeu et donc, dont le "flux de conscience" renaît dans un nouveau corps. (...)
Ensuite le bouddhisme ne nie pas l'existence du "moi". Il nie l'existence d'un "moi indépendant". On oublie toujours le second terme ce qui mène à des malentendus. Le bouddhisme dit qu'il n'existe aucun "moi", aucun "soi" indépendant. Car tout est interdépendant. (...)
Le Bouddha dit qu'il y a donc bien "quelque chose", appelons le un "moi" si vous voulez, personnellement le meilleur terme que j'ai trouvé c'est "flux de conscience". Mais ce "moi" est en perpétuel changement. 
Donc quand, dans le bouddhisme tibétain, on cherche à retrouver un maître qui a repris forme humaine après sa mort, celui qu'on retrouve est à la fois le maître défunt ET aussi quelqu'un de nouveau. (...)

Le Tibétains je crois cherchent simplement à contrôler le processus de renaissance afin de s'assurer qu'un maître défunt renaîtra dans une zone géographique limitée (le Tibet) et sera reconnaissable par des signes. Notamment il me semble, l'enfant à un certain âge se met à reconnaître instinctivement des objets qui lui on appartenu dans sa vie antérieure alors qu'il n'a en principe objectivement aucun moyen de le savoir, sauf si il y a bien un lien entre cet enfant et le maître précédent défunt. 

 Bonjour, rapidement, oui, c'est tout à fait cela.Lorsque l'on prend refuge dans les trois joyaux, dans l'Ecole Karma Kagyu, on se promet de revenir sans cesse jusqu'à ce que tous aient obtenu la libération.Je crois que la différence avec les "grands maîtres" c'est qu'ils sont des émanations des grands Bouddhas (ex Tchenrézig= Avalokiteshvara). Il se peut qu'il y en aient plusieurs en même temps (les deux Karmapas) et que  ces émanations sont entretenues par des vies de rituels pratiqués. Des lamas se sont réincarnés dans des corps d'Européens ces dernières années, je pense à Lama Osel, entre autres. Le résultat est très surprenant!


_________________
Les apparences sont trompeuses!
[i]
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Disciple laïc le Lun 14 Mai 2018, 13:43

Les Dalaï Lamas sont sensé être des "émanations" de Tchenrezig, le bodhisattva de la compassion. 
Ce bodhisattva représente une des vertus principales d'un bouddha : la compassion. Tchenrezig est la manifestation de la compassion de tous les bouddhas quel qu'ils soient. Il n'est pas encore un bouddha lui-même mais cela viendra. (Enfin si tant est qu'user de nos repère temporels ai un sens en parlant d'être comme eux). 

L'actuel Dalaï Lama répète clairement qu'il n'est pas un dieu ou un demi-dieu, qu'il n'est pas infaillible, qu'il est conscient parfois de son manque de sagesse. En Europe on l'appelle "votre sainteté" comme pour le Pape, mais lui-même ne se considère pas comme "saint". Il est sacré pour les Tibétains mais il n'y a pas d'équivalent en français de son titre alors par défaut on l'appelle "votre sainteté". Il me semble qu'il parle de lui à la première personne "Je". De son coté le maître que j'écoute, lignée zen, parle dans ses enseignements de lui-même à la 3ème personne, en usant du diminutif "affectueux" que lui donne ses adeptes "Thay", plutôt que son titre et nom complet "Thich Nhat Hanh". De même le moine Matthieu Ricard rappelle régulièrement quand c'est nécessaire qu'il n'est que l’interprète du Dalaï Lama pour la langue française rien de plus, il n'est lui-même que simple moine. 

Le Panchen-Lama lui est sensé être une manifestation du Bouddha transcendantal Amitabha, créateur de la Terre Pure de l'Ouest. 


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Admin
Fondateur
Fondateur

Masculin
Nombre de messages : 782
Age : 46
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Administrateur réseaux
Disposition de l'Esprit : « Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. » Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges: Débat sur la réincarnation

Message par Admin le Mar 15 Mai 2018, 20:50

Hommage à tous les Bouddhas, Nam Mo Adi Da Phat!

Bonsoir à tous,

Comme dit mon Maître "Si tout ce que je dis vous semble bon, prenez-le. Si cela vous semble incorrect, rejetez-le! Cela ne gêne personne.".

Disciple Laïc, je te félicite, tu es bien informé. Smile Je n'ai pratiquement plus rien à dire, quoique... Wink

Il faut toujours faire attention à ce qu'on dit et à ce qu'on affirme et tout ce qui suit est mon point de vue, ça vaut ce que ça vaut.

Tu affirmes que le bouddhisme prône l'anatman mais soyons sages. Prenons l'exemple de notre Maître Manjushri partant du principe de tétralemme: l’absolu (l'esprit) n’est ni existant ni non-existant, ni à la fois existant et non-existant, ni différent à la fois de l’existence et de la non-existence.
Cela s'applique à toute chose.

Tant qu'on n'est pas éveillé, on a cette notion de "soi", d'un "je", de quelque chose qui existe. On se pose souvent la question "Est-ce qu'il y a quelque chose après la mort?". Les adeptes du nihilisme vont répondre "rien". Les adeptes de l'éternalisme vont répondre qu'il y a le paradis ou l'enfer et cela, éternellement (les pauvres qui vont en enfer! pale ). Dans le bouddhisme, on nous encourage à bien utiliser notre corps, notre parole et notre esprit car c'est cela qui va nous permettre de renaître dans les meilleures conditions afin d'évoluer petit à petit vers l'éveil, et c'est très long comme chemin.

La réincarnation (ou la renaissance) est l'un des "piliers" de l'enseignement du Bouddha. Une compréhension profonde permet à tout un chacun de comprendre sa situation actuelle.
Pour savoir comment cela se passe, il suffit de se référer au Bardo Thödol et aux milliers de gens qui ont fait une expérience EMI.

Il faut concevoir qu'il y a le corps et qu'il y a l'esprit.

Si on suppose que la conscience, l'esprit ou l'âme est dans un corps, lorsque le corps "meurt", l'esprit ou l'âme et les sens "meurent" également. C'est un sens logique des choses.
C'est la théorie sur laquelle s'appuie les adeptes du nihilisme puisqu'ils considèrent toute chose comme matière.

Hors, un monde (ou des mondes) qui ne fait pas de matière existe, qu'on le veuille ou non.

Une femme, aveugle de naissance, fait un AVC. Lorsqu'elle était dans le bloc opératoire et qu'on l'a déclarée cliniquement morte, elle a vu tout ce que les médecins ont fait. A son réveil, elle en a discuté avec le directeur de l'hôpital qui lui a confirmé que tout ce qu'elle a vu et entendu durant son passage au bloc, était véridique.

Cela prouve quoi? Cela prouve qu'il y a une identité, tant qu'on n'atteint pas l'éveil, de la conscience du moi. Quelle est cette conscience du moi? La conscience de la vue, la conscience de l'ouïe, la conscience du goût, la conscience du toucher, la conscience de l'odorat et la conscience mentale (objets mentaux).
Quand nous sommes dans un corps, ce sont les 6 sens qui nous sont proposés. Grâce à la méditation, nous pouvons atteindre cette 7ème conscience qui est la conscience de la globalité de toute chose.
Beaucoup de ceux qui ont fait une expérience EMI, quand ils reviennent à la vie, ont l'impression de saisir cette globalité des choses de la vie.

Cela rejoint nos grands Maîtres qui ont été très loin dans la méditation et qui ont pu décrire avec précision les différents passages dans les Bardos.

Non seulement, c'est une bonne nouvelle qu'il y a "quelque chose après la mort" mais en plus, cela donne une compréhension illimitée du monde matériel et du monde immatériel. Ces 2 vérités relative et ultime cohabitent constamment ensemble, tels le corps et l'esprit.

Bouddha nous a enseigné les 6 mondes. Dans ces 6 Mondes, il faut savoir qu'il y a 31 plans d'existences sans compter les lieux des Enfers. Dans ces 6 mondes, il y a 3 mondes visibles (Humains, Animaux et Prêtas) et 3 mondes invisibles (Dieux, Dieux titans et Enfers).  Voir aussi: http://www.canonpali.org/cdl/dhamma/sacca/sacca4/loka.html

C'est déjà bien lorsqu'on peut voir les 3 mondes visibles mais avec la pratique (beaucoup beaucoup de pratique), nous pouvons voir les 3 autres mondes. Chacun doit fait le chemin par lui-même pour être en accord avec cela. Même ici sur terre, nous pouvons voir ces 6 mondes à des degrés relatifs. Les milliardaires, les stars et les hommes politiques sont les dieux et les dieux titans. D'un autre côté, ceux qui sont dans un pays en guerre ou qui meurent de faim vivent dans une forme d'enfer.
Nous aussi, en nous, nous pouvons éprouver les 6 mondes: quand nous sommes soumis à un poison mental, nous avons l'impression d'être en enfer. Quand nous sommes joyeux, par exemple, nous avons l'impression d'être dans un état "paradisiaque".
Des personnes qui reviennent d'une guerre (comme la guerre du Vietnam par exemple) peuvent devenir fous, c'est une forme d'enfer mental.

Croire ou ne pas croire, that is the question!

Je pense que la réponse est qu'à partir du moment où on a vu, la "foi" disparaît. A partir du moment où on a compris que "Dieu" n'a pas sa place dans le monde des humains (dans le sens que l'humain compte trop sur Dieu au lieu d'assumer ses propres responsabilités), il n'a pas un pied sur terre. Partant de toutes les injustices subies par de nombreux êtres, on peut se poser la question: "Est-ce l'oeuvre d'un Dieu?"
La notion de réincarnation ou renaissance nous responsabilise, c'est le conséquence d'un acte. Cela apaise beaucoup de comprendre pourquoi les gens vivent telle ou telle situation.
Les personnes en grande souffrance qui comprennent bien cela, vont se responsabiliser s'ils s'imprègnent véritablement du fait que leur situation actuelle est le résultat d'un acte passé.

Comme tu le dis très bien, Disciple Laïc, quand on parle de "l'âme", elle a une notion éternelle dans notre esprit et quand on parle d'éternelle, elle est condamnée elle ne peut pas évoluer. Si on parle d'un esprit, d'un flux de conscience comme tu dis ou le continuum de conscience comme le dit SS le Dalaï Lama, il y a possibilité d'évolution. Les actes commis sur terre (en bien ou en mal) vont se retrouver tôt ou tard dans notre continuum de conscience.
C'est un cycle tout à fait naturel de récolter ce qu'on a semé de vies en vies.

Il y a tellement de choses à dire mais je vais m'arrêter là... pour le moment. Wink

Voir aussi ici: https://www.larbredesrefuges.com/t1251-la-production-conditionnee pour un complément d'information.

Bien à toi,


Dernière édition par Admin le Mar 15 Mai 2018, 21:51, édité 1 fois


_________________
«Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas.»[ Bouddha ]
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Disciple laïc le Mar 15 Mai 2018, 21:08

Lu : 

Wikipédia : 


Ātman (sanskrit IAST ; devanāgarī : आत्मन् ; pali : attā ; « souffle, principe de vie, âme, Soi, essence »)1 est un concept de la philosophie indienne āstika2. Ce terme a le sens de pure conscience d'être ou de pur « je suis », et désigne traditionnellement le vrai Soi, par opposition à l'ego (ahaṃkāra). Cependant dans l'hindouisme, il peut avoir aussi d'autres significations3comme :


- le principe essentiel à partir duquel s'organise tout être vivant (cf. brahman) ;


- l'être central au-dessus ou en deçà de la nature extérieure telle que nous pouvons l'appréhender, calme, inaffecté par les mouvements de la nature intérieure du jīva, mais soutenant leur évolution respective, tout en ne s'y mêlant pas ;


- le souffle vital (prāṇa et vāyu)4.



Le bouddhisme n'admet pas l'existence de l'ātman. Selon la plupart des écoles, il n'existerait aucune entité indépendante et impérissable que l'on puisse appeler le « Soi ». Le terme ātman ne représente qu'une simple désignation dans l'expression d'une vérité conventionnelle (pali : vohāra-vavana) et non quelque chose qui existe réellement. Dans le sens ultime (pali : paramattha), il n'existe que des phénomènes en perpétuelle transformation7 (cf. skandha).


C'est la non-existence du soi (anātman) , la notion complémentaire de l'ātman, qui est employée pour désigner le non-soi des phénomènes corporels et mentaux (skandha). Le Traité de la porte claire des cent dharmas du mahāyāna (sk: Mahāyāna śatadharma prakāśamukha śāstra; ch: Dàchéng bǎifǎ míngmén lùn 《大乘百法明门论》) de Vasubandhu est destiné à démontrer ce point essentiel dans la philosophie bouddhiste8.


Cependant, dans son ouvrage Hindouisme et bouddhisme, Ananda Coomaraswamy considère que le bouddhisme originel ne nie pas l'existence de l'ātman, d'un principe sans début ni fin, d'un Soi éternel, mais donne à voir ce qui n'est pas l'ātman en déclarant que n'est pas l'ātman les composés éphémères du corps.




1 The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
2 Ce terme sanskrit signifie qui reconnaît l'autorité des Veda.
3 Jean Herbert et Jean Varenne, Vocabulaire de l'hindouisme, Dervy, 1985, p. 29.
4 Le yoga et d'autres pratiques de l'hindouisme permettraient de se relier à cette essence.
7 Nyanatiloka, Vocabulaire pali-français des termes bouddhiques, Adyar, 1995, pp. 36 et 195
8 Le bouddhisme qui ne reconnaît ni le Brahman et ni l'ātman fait partie de la philosophie indienne hétérodoxe ou nastika (qui ne reconnaît pas les Veda)


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
avatar
Disciple laïc
Animateur Inter-News
Animateur Inter-News

Masculin
Nombre de messages : 538
Age : 42
Contrée : France
Arts & métiers : En poste comme agent d'accueil et de surveillance au Musée Galliera - Paris
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Disciple laïc le Mar 15 Mai 2018, 22:00

Pour être plus précis, réponses issues du blog du moine Matthieu ricard. 


Questions sur la réincarnation- 1ere partie Par Matthieu Ricard le 7 mai 2011


Question posée dans une lettre reçue :



« Il me semblait que le bouddhisme ne croyait pas en l'âme et en la transmigration des âmes puisque la pratique bouddhique permettrait d'échapper aux cycles des réincarnations à travers en se libérant du karma. Comment dans ce cas expliquer les réincarnations de grands maîtres spirituels ? Je dois avouer que je rame un peu là! Est-ce une pratique culturelle, une croyance ?



Réponse :


Concernant la réincarnation, les méprises sont fréquentes et nombreuses même parmi les bouddhistes. Selon le bouddhisme, effectivement, il n'y a pas d'âme et il n'y a pas non plus de ‟personne” considérées comme des entités distinctes. Il n'y a qu'un flot dynamique d'expérience, instant après instant, que l'on appelle la conscience. Dans le monde de l'inanimé, il est admis que « rien ne se crée, rien de ne perd ». Il n'y a que des transformations. La matière ne peut naître ex nihilo. Selon le bouddhisme, il en va de même de la conscience, qui ne peut ni surgir de rien ni passer de l'existence phénoménale au néant. D'où l'idée d'un continuum de conscience qui se poursuit d'état d'être en état d'être.


Ce continuum n'implique nullement l'existence d'une âme ou d'un ‟moi”, pas plus qu'il n'existe une entité ‟Ganges” distincte du flot sans cesse changeant que l'on appelle le fleuve ‟Ganges”. Le ‟moi” n'est qu'une ‟désignation conceptuelle”, dénuée d'existence propre, attachée au flot de conscience. La ‟personne” est l'histoire d'un flot de conscience particulier, le vôtre étant diffèrent du mien.


Les êtres ordinaires n'ont guère de maitrise sur le flot de leur conscience et ne comprennent pas la nature fondamentale de la conscience. De ce fait, cette conscience est emportée comme une plume au vent par le Karma, en direction de divers modes d'existence.


Celui qui a réalisé la nature de la conscience est libéré de l'ignorance et des toxines mentales (haine, désir, arrogance, jalousie, etc.) et n'accumule plus de karma négatif. Le flot de son esprit est à la fois limpide (grâce à la connaissance) et flexible (grâce à l'entraînement). Un tel être est libéré du samsara et n'est plus contraint de se réincarner en raison de ses actes karmiques. C'est mû par une compassion sans limite pour les êtres qui souffrent dans le samsara qu'il fait vœu de renaître volontairement pour accomplir le bien des êtres et les délivrer de la souffrance.




Questions sur la réincarnation- 2e partie Par Matthieu Ricard le 4 juin 2011


Question :



Mais si mon flot de conscience est différent du vôtre, les flots de conscience de deux incarnations successives d'un maître spirituel ne sont-ils pas deux flots d'être distincts ? Si c'est le cas, comment expliquer que l'un soit considéré comme la continuation de l'autre?


Réponse :


On peut parler à juste titre du Gange à sa source et du Gange à Bénarès, car il s'agit du même continuum. Cela n'implique par pour autant qu'il existe une entité ‟Gange” autonome, qui sorte la tête de temps à la surface de l'eau pour proclamer « c'est moi le Gange ». Il y a donc bien un continuum, mais pas d'entité distincte.


L'histoire du Gange, avec ses diverses caractéristiques sans cesse changeantes, est différence de celle de la Seine. Cette différence justifie de lui associer un concept et un nom. Il en va de même de la notion de ‟personne”, qui reflète l'histoire de notre flot de conscience. Le ‟moi” existe bien, mais uniquement en tant que désignation conceptuelle qui permet de relier entre eux un ensemble de phénomènes.


Question :


Si nous ne sommes jamais les mêmes, à quoi sert d'entrainer notre esprit en vue d'atteindre le nirvana ? Si l'esprit est un flot sans cesse changeant, peut-on espérer améliorer ce flot de manière durable ? Si tout change à chaque instant, comment espérer progresser sur le chemin spirituel ?


Réponse :


A quoi sert l'entrainement de l'esprit ? Vous souffrez n'est-ce pas ? L'expérience de la souffrance n'est jamais désirable, ni maintenant ni plus tard. Il est donc légitime de tenter de l'éliminer. Si vous verser un puissant poison en amont d'une rivière vous pouvez être certain que son cours sera empoisonné cent kilomètres en aval. Si vous neutralisez ce poison, l'eau sera pure à nouveau. Cela fait une différence indéniable ?




C'est précisément parce que tout est impermanent que le changement et la transformation est possible, un changement qui nous conduira de l'ignorance à la connaissance, de la souffrance à la liberté de la souffrance (le nirvana). Si le moi était une entité autonome et permanente, aucune transformation ne serait possible.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 

Contenu sponsorisé

Re: M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018, 16:04