Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Il est temps d’entrer dans l’âge de la femme
Aujourd'hui à 14:13 par Yeshé Kunga

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Aujourd'hui à 09:50 par Mila

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Aujourd'hui à 09:43 par Mila

» Les enseignements de maître Sheng Yen
Hier à 19:20 par Disciple laïc

» Plus fort est l’ego, plus on est vulnérable
Hier à 17:58 par Karma Yéshé

» Retraite de 6 jours avec le 12e Chamgon Kenting Tai Situpa , de retour en Europe après 20 ans .
Hier à 17:52 par Karma Yéshé

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 09:44 par Mila

» Enseignements Zen Sôtô
Lun 18 Mar 2019, 20:39 par Hò Ryu

» Petite guirlande des Maîtres tibétains du présent . Editions Claire Lumière .
Lun 18 Mar 2019, 19:07 par Karma Yéshé

» Parcours de femmes : Le bouddhisme, une voie d’optimisme
Lun 18 Mar 2019, 18:19 par Disciple laïc

» livre de prières tchenrezi
Lun 18 Mar 2019, 14:05 par Mila

» Les blagues de l'Arbre
Lun 18 Mar 2019, 10:17 par Maxime121

»  S'asseoir en pleine conscience
Lun 18 Mar 2019, 10:14 par Maxime121

» Bonjour! :)
Dim 17 Mar 2019, 21:43 par Ortho

» Un espoir pour les animaux , la viande de laboratoire
Dim 17 Mar 2019, 07:33 par Pema Gyaltshen

» 60ème anniversaire soulèvement à Lhassa
Sam 16 Mar 2019, 22:00 par Mila

» Enseignement de Guélong Thubten - mai 2019
Sam 16 Mar 2019, 20:09 par Mila

» Des arbres , pour l'Arbre .
Sam 16 Mar 2019, 18:45 par Abhradan

» Boîte aux lettres " Besoin de prières"
Sam 16 Mar 2019, 10:17 par Mila

» Youth for climate
Sam 16 Mar 2019, 10:07 par Mila

»  Manger en pleine conscience
Ven 15 Mar 2019, 18:08 par Maxime121

»  Aimer en pleine conscience
Ven 15 Mar 2019, 17:55 par Maxime121

» Balade méditative.
Ven 15 Mar 2019, 16:23 par Maxime121

» POURQUOI JE SUIS BOUDDHISTE
Ven 15 Mar 2019, 14:28 par Maxime121

» Un bouddhisme français ?
Ven 15 Mar 2019, 14:08 par Maxime121

» Pourquoi les bouddhistes persécutent les Rohingyas
Jeu 14 Mar 2019, 20:09 par Disciple laïc

» 3 £ pour sauver une poule
Jeu 14 Mar 2019, 18:11 par Mila

» Gilets jaunes
Jeu 14 Mar 2019, 13:36 par Mila

» Vivre aves un cobra.
Jeu 14 Mar 2019, 12:16 par Maxime121

»  Mon autobiographie spirituelle
Mer 13 Mar 2019, 16:34 par Karma Yéshé

»  L'Enfant de pierre
Mer 13 Mar 2019, 16:33 par Karma Yéshé

» Sentiment à effacer
Mer 13 Mar 2019, 16:29 par Karma Yéshé

» Présentation Laurent
Mer 13 Mar 2019, 14:24 par Lolo83

» Richard Gere
Mer 13 Mar 2019, 12:37 par Maxime121

» Jetsun Khandro Rimpoché
Mer 13 Mar 2019, 12:04 par Karma Yéshé

» Souffrance et bonheur
Mer 13 Mar 2019, 11:20 par Karma Yéshé

» N'ayez aucune fierté à pratiquer. Ni aucune honte.
Mer 13 Mar 2019, 08:53 par Maxime121

» Sensation pendant et après méditation
Mar 12 Mar 2019, 18:11 par Lolo83

» Témoignage: Mise en place du projet: Méditation à l'école!
Mar 12 Mar 2019, 09:28 par Maxime121

» 108 perles de sagesse du Dalaï Lama
Lun 11 Mar 2019, 18:14 par Maxime121

» Bouddhisme & Santé: Le bouddhisme m'a sauvé de mon cancer (témoignage)
Lun 11 Mar 2019, 18:10 par Maxime121

» L'@rbre des Refuges: "Les Gardiens du site"
Lun 11 Mar 2019, 17:41 par Maxime121

» Forum Bouddhiste-L'Arbre des Refuges : Mise à jour, Règlement à lire!
Lun 11 Mar 2019, 17:31 par Maxime121

» Bouddhisme et Science: La méditation pour guérir: la science s'en mêle
Lun 11 Mar 2019, 17:22 par Maxime121

» Shiné ou le calme de l'esprit
Lun 11 Mar 2019, 16:48 par Maxime121

» Pratique quotidienne + un "truc"
Lun 11 Mar 2019, 16:33 par Maxime121

» Pour aider : identifier nos formations mentales quand elles surgissent
Lun 11 Mar 2019, 16:22 par Maxime121

» Donner le goût de méditer - Fabrice Midal
Lun 11 Mar 2019, 16:07 par Maxime121

» Le Bouddha a-il vraiment besoin qu’on lui offre de l’encens ?
Lun 11 Mar 2019, 16:01 par Maxime121

»  Comme un éclair déchire la nuit
Lun 11 Mar 2019, 15:16 par Maxime121

» Parcours de femmes : Destins croisés
Dim 10 Mar 2019, 20:23 par Mila

»  La Vie de Naropa
Dim 10 Mar 2019, 10:29 par Maxime121

»  Plaidoyer pour les animaux
Dim 10 Mar 2019, 10:06 par Maxime121

» Liberté et libération selon le bouddhisme zen
Dim 10 Mar 2019, 09:47 par Disciple laïc

» Vivre dans la simplicité volontaire , d'une façon décontractée ...Alexis Robert , le jardinier autonome
Sam 09 Mar 2019, 20:24 par Hò Ryu

»  La sérénité de l'instant
Sam 09 Mar 2019, 19:34 par Karma Yéshé

»  Toucher la vie
Sam 09 Mar 2019, 19:33 par Karma Yéshé

»  Le novice
Sam 09 Mar 2019, 19:33 par Karma Yéshé

»  Prendre soin de l'enfant intérieur
Sam 09 Mar 2019, 19:32 par Karma Yéshé

»  Le Silence foudroyant
Sam 09 Mar 2019, 19:31 par Karma Yéshé

»  Marcher en pleine conscience
Sam 09 Mar 2019, 19:29 par Karma Yéshé

»  Le prince dragon
Sam 09 Mar 2019, 19:29 par Karma Yéshé

»  Sagesse du bouddhisme tibétain
Sam 09 Mar 2019, 19:28 par Karma Yéshé

»  Ce monde est tout ce que nous avons
Sam 09 Mar 2019, 19:27 par Karma Yéshé

»  Méditer au quotidien
Sam 09 Mar 2019, 19:26 par Karma Yéshé

»  Vivre en héros pour l'éveil
Sam 09 Mar 2019, 19:25 par Karma Yéshé

»  Les entretiens du Bouddha
Sam 09 Mar 2019, 19:24 par Karma Yéshé

»  Le Bouddhisme zen
Sam 09 Mar 2019, 19:24 par Karma Yéshé

»  Le Livre de la chance
Sam 09 Mar 2019, 19:23 par Karma Yéshé

»  Padmasambhava. La magie de l'Eveil
Sam 09 Mar 2019, 19:22 par Karma Yéshé

»  Les Plus Beaux Contes zen
Sam 09 Mar 2019, 19:22 par Karma Yéshé

»  Questions à un Maître Zen
Sam 09 Mar 2019, 19:21 par Karma Yéshé

»  Conseils d'une amie pour des temps difficiles
Sam 09 Mar 2019, 19:21 par Karma Yéshé

»  Le sourire du courage
Sam 09 Mar 2019, 19:20 par Karma Yéshé

» Stage-découverte en Permaculture aux jardins de Samye-Ling Belgique
Sam 09 Mar 2019, 19:16 par Karma Yéshé

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 32 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, Disciple laïc, Yeshé Kunga


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 99171 messages dans 11454 sujets

Nous avons 4300 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Teo NordistaCat

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7518)
 
Karma Trindal (6952)
 
petit_caillou (4746)
 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2886)
 
vaygas (2508)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Partagez
Disciple laïc
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1211
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Message par Disciple laïc le Sam 15 Déc 2018, 11:01






Première partie


Ainsi ai-je entendu, alors où le Bouddha demeurait à Kammassadharma, un bourg du peuple Kuru.


Le Bouddha s’adressa aux moines : « Bhikkhu », et les bhikkhu répondirent : « Oui, Très Vénérable. »


Le Bouddha dit :


« Bhikkhu, il existe une voie merveilleuse pour aider les êtres vivants à réaliser la purification, à surmonter  directement le chagrin et la peine, à mettre fin à la douleur et à l’anxiété, à parcourir le bon chemin et à réaliser le nirvana. Cette voie, ce sont les quatre établissements de l’attention.


« Quels sont ces quatre établissements ?




1. « Bhikkhu, un pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps, diligent, avec une compréhension claire, attentif, ayant abandonné toutes avidité et tout dégoût pour cette vie.


2. « Il demeure établi dans l’observation des sensations dans les sensations, diligent, avec une compréhension claire, attentif, ayant abandonné toutes avidité et tout dégoût pour cette vie.


3. « Il demeure établi dans l’observation de l’esprit dans l’esprit, diligent, avec une compréhension claire, attentif, ayant abandonné toutes avidité et tout dégoût pour cette vie.


4. « Il demeure établi dans l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit, diligent, avec une compréhension claire, attentif, ayant abandonné toutes avidité et tout dégoût pour cette vie.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
Disciple laïc
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1211
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Message par Disciple laïc le Dim 16 Déc 2018, 18:47

Deuxième partie


« Et comment un pratiquant demeure-t-il établi dans l’observation du corps dans le corps ?


« Il va dans la forêt, au pied d’un arbre, ou dans une pièce vide, s’assoit les jambes croisées dans la posture du lotus, le corps droit et établit l’attention devant lui. Il inspire, conscient d’inspirer. Il expire, conscient d’expirer. Quand il inspire longuement, il sait ” j’inspire longuement”. Quand il expire longuement, il sait ” j’expire longuement”. Quand il inspire brièvement, il sait ” j’inspire brièvement”. Quand il expire brièvement, il sait ” j’expire brièvement”.


Il utilise la pratique suivante : “En inspirant, je suis conscient de tout mon corps. En expirant, je suis conscient de tout mon corps.” : “En inspirant, je calme les activités de mon corps. “En expirant, je calme les activités de mon corps.”



Tout comme un habile tourneur sait, quand il tourne longuement : “Je tourne longuement” et sait, quand il tourne brièvement : “Je tourne brièvement”, de même un pratiquant, quand il inspire longuement, sait : “J’inspire longuement”, quand il inspire brièvement, sait : “J’inspire brièvement”, quand il expire longuement, sait : ‘J’expire longuement’ et quand il expire brièvement, sait : ‘J’expire brièvement.’


« Il pratique ainsi : ‘En inspirant je suis conscient de tout mon corps. En expirant, je suis conscient de tout mon corps. En inspirant, je calme les activités de mon corps. En expirant, je calme les activités de mon corps.’


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps – l’observation du corps intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans le corps ou du processus de dissolution dans le corps, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un corps” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation du corps dans le corps, bhikkhu.


« De plus, quand le pratiquant marche, il est conscient : “Je marche”. Quand il est debout, il est conscient “Je suis debout”. Quand il est assis, il est conscient : “Je suis assis”. Quand il est couché, il est conscient : “Je suis couché”. Quelle que soit la position de son corps, il en est conscient.


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps – l’observation du corps intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans le corps ou du processus de dissolution dans le corps, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un corps” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation du corps dans le corps, bhikkhu.


« De plus, quand le pratiquant va ou vient, il applique la pleine conscience à son mouvement d’allée ou venue. Quand il regarde devant ou derrière, se courbe ou se tient debout, il applique également la pleine conscience à ce qu’il fait. Il applique la pleine conscience en revêtant la robe sanghatti ou en portant le bol à aumônes. Quand il mange ou boit, mâche ou savoure sa nourriture, il applique la pleine conscience à tout cela. Quand il excrète ou urine, il applique la pleine conscience à cela. Quand il marche, se tient debout, couché, assis, dort ou se réveille, qu‘il parle ou soit silencieux, il éclaire de sa conscience tous ces actes.


« De plus, le pratiquant sur son propre corps de la plante des pieds jusqu’en haut, puis des cheveux du sommet de la tête jusqu’en bas, un corps contenu dans la peau et rempli de toutes les impuretés appartenant au corps : “Voici les cheveux, les poils, les ongles, les dents, la peau, la chair, les tendons, les os, la moelle, les reins, le cœur, le foie, le diaphragme, la rate, les poumons, les intestins, le mésentère, les excréments, la bile, le phlegme, le pus, le sang, la sueur, la graisse, les larmes, le sébum, la salive, le mucus, la synovie, l’urine.”


« Bhikkhu, imaginez un sac ouvert en haut et en bas, rempli de diverses sortes de grains : riz complet, riz sauvage, haricot mung, haricots rouges, sésame, riz blanc. Si quelqu’un doté d’une bonne vue ouvre le sac, il le passera ainsi en revue : “Voici du riz complet, voici du riz sauvage, voici des haricots mung, voici des haricots rouges, voici des graines de sésame, voici du riz blanc.” De même, le pratiquant passe en revue tout son corps de la plante des pieds aux cheveux du sommet de la tête, un corps contenu dans une couche de peau et rempli de toutes les impuretés appartenant au corps : “Voici les cheveux, les poils, les ongles, les dents, la peau, la chair, les tendons, les os, la moelle, les reins, le cœur, le foie, le diaphragme, la rate, les poumons, les intestins, le mésentère, les excréments, la bile, le phlegme, le pus, le sang, la sueur, la graisse, les larmes, le sébum, la salive, le mucus, la synovie, l’urine.”


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps – l’observation du corps intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans le corps ou du processus de dissolution dans le corps, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un corps” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation du corps dans le corps, bhikkhu.


« De plus, quelle que soit la position de son corps, le pratiquant passe en revue les éléments constituant ce corps : “Dans ce corps, il y a l’élément terre, l’élément eau, l’élément feu, et l’élément air.”


« De même qu’un boucher habile ou un apprenti boucher, après avoir abattu une vache, s’assiérait à un carrefour pour la dépecer en de nombreuses parties, le pratiquant passe en revue les éléments formant son propre corps : “Dans ce corps il y a l’élément terre, l’élément eau, l’élément feu, l’élément air.”


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps – l’observation du corps intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans le corps ou du processus de dissolution dans le corps, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un corps” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation du corps dans le corps, bhikkhu.


« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier et gisant là depuis un, deux, trois jours, enflé, bleuâtre et suppurant, et il observe : “Mon corps est de la même nature. Il finira de la même manière ; rien ne peut lui éviter cet état.”


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps – l’observation du corps intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans le corps ou du processus de dissolution dans le corps, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un corps” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation du corps dans le corps, bhikkhu.


« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, déchiqueté par les corbeaux, dévoré par les faucons, les vautours et les chacals, infesté d’asticots et de vers, et il observe : “Mon corps est de la même nature. Il finira de la même manière ; rien ne peut lui éviter cet état.”




« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps – l’observation du corps intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans le corps ou du processus de dissolution dans le corps, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un corps” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation du corps dans le corps, bhikkhu.



« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, réduit à l’état de squelette auquel adhère un peu de peau et de sang, dont les os sont maintenus ensemble par les ligaments, et il observe : “Mon corps est de la même nature. Il finira de la même manière ; rien ne peut lui éviter cet état.”


« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, réduit à l’état de squelette, auquel plus aucune chair n’adhère, mais encore tâché d’un peu de sang, aux os encore maintenus par les ligaments, [et il observe… etc., comme ci-dessus]« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, réduit à l’état de squelette, auquel plus aucune chair n’adhère, et qui n’est plus tâché de sang, mais aux os encore maintenus ensemble par les ligaments […]


« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, réduit à des os éparpillés ça et là – ici les os d’une main, là un tibia, un fémur, un pelvis, une colonne vertébrale, un crâne […]
« De plus,, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, réduit à des os blanchis, couleur de coquillage […]


« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, gisant là depuis plus d’un an, réduit à un amas d’os secs […]


« De plus, le pratiquant compare son propre corps à un cadavre qu’il imagine jeté dans un charnier, réduit à la poussière des os pourris et il observe : “Mon corps est de la même nature. Il finira de la même manière ; rien ne peut lui éviter cet état.”


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation du corps dans le corps – l’observation du corps intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans le corps ou du processus de dissolution dans le corps, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un corps” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation du corps dans le corps, bhikkhu.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
Disciple laïc
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1211
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Message par Disciple laïc le Mar 18 Déc 2018, 08:16

Troisième partie
 


« Bhikkhu, comment un pratiquant demeure-t-il établi dans l’observation des sensations dans les sensations ?


« Quand le pratiquant éprouve une sensation agréable, il est conscient : “Je ressens une sensation agréable.” Quand il éprouve une sensation désagréable, il est conscient : “Je ressens une sensation désagréable.” Quand il éprouve une sensation qui n’est ni agréable ni désagréable, il est conscient : “Je ressens une sensation neutre.” Quand il éprouve une sensation agréable fondée sur le corps, il est conscient : “J’éprouve une sensation agréable fondée sur le corps.” Quand il éprouve une sensation agréable fondée sur l’esprit, il est conscient : “J’éprouve une sensation agréable fondée sur l’esprit.” Quand il éprouve une sensation désagréable fondée sur le corps, il est conscient : “J’éprouve une sensation désagréable fondée sur le corps.” Quand il éprouve une sensation désagréable fondée sur l’esprit, il est conscient : “J’éprouve une sensation désagréable fondée sur l’esprit.” Quand il éprouve une sensation neutre fondée sur le corps, il est conscient : “J’éprouve une sensation neutre fondée sur le corps.” Quand il éprouve une sensation neutre fondée sur l’esprit, il est conscient : “J’éprouve une sensation neutre fondée sur l’esprit.”


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation des sensations dans les sensations – l’observation des sensations intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans les sensations ou du processus de dissolution dans les sensations, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici une sensation” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation des sensations dans les sensations, bhikkhu.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
Disciple laïc
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1211
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Message par Disciple laïc le Jeu 20 Déc 2018, 20:33

Quatrième partie


« Bhikkhu, comment un pratiquant demeure-t-il établi dans l’observation de l’esprit dans l’esprit ?


« Quand son esprit désire, le pratiquant est conscient : “Mon esprit désire”. Quand son esprit ne désire pas, il est conscient : “Mon esprit ne désire pas”. Quand son esprit déteste quelque chose, il est conscient : “Mon esprit déteste quelque chose”. Lorsque son esprit ne déteste pas, il est conscient : “Mon esprit ne déteste pas.”



Quand son esprit est dans un état d’ignorance, il est conscient : “Mon esprit est dans un état d’ignorance”. Quand son esprit n’est pas dans un état d’ignorance, il est conscient : “Mon esprit n’est pas dans un état d’ignorance”.


Quand son esprit est tendu , il est conscient : “Mon esprit est tendu”. Quand son esprit n’est pas tendu, il est conscient : “Mon esprit n’est pas tendu”. Quand son esprit est distrait, il est conscient : “Mon esprit est distrait”. Quand son esprit n’est pas distrait, il est conscient : “Mon esprit n’est pas distrait”. Quand son esprit a une plus vaste portée, il est conscient : “Mon esprit a élargi sa portée”. Quand son esprit a une portée étroite, il est conscient : “Mon mental a rétréci sa portée”. Quand son esprit est capable d’atteindre un état élevé, il est conscient : “Mon esprit est capable d’atteindre un état élevé”. Quand son mental n’est pas capable d’atteindre un état élevé, il est conscient : “Mon esprit n’est pas capable d’atteindre un état élevé”.



Quand son esprit est concentré, il est conscient : “Mon esprit est concentré”. Quand son esprit n’est pas concentré, il est conscient : “Mon esprit n’est pas concentré”. Quand son esprit est libéré, il est conscient : “Mon esprit est libéré”. Quand son esprit n’est pas libéré, il est conscient : “Mon esprit n’est pas libéré”.


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation de l’esprit dans l’esprit – l’observation de l’esprit intérieurement ou extérieurement, ou à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans l’esprit ou du processus de dissolution dans l’esprit, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici l’esprit” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation de l’esprit dans l’esprit, bhikkhu.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
Disciple laïc
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1211
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Message par Disciple laïc le Ven 21 Déc 2018, 07:22

Cinquième partie


« Bhikkhu, comment un pratiquant demeure-t-il établi dans l’observation des objets du de l’esprit dans les objets de l’esprit ?


« Tout d’abord, il observe les objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux cinq obstacles. Comment observe-t-il cela ?



1- « Quand le désir sensoriel est présent en lui, il est conscient : “Le désir sensoriel est présent en moi”. Quand le désir sensoriel n’est pas en lui, il est conscient : “Le désir sensoriel n’est pas présent en moi”. Quand le désir sensoriel commence à apparaître, il en est conscient. Quand le désir sensoriel déjà apparu est abandonné, il en est conscient. Quand le désir sensoriel déjà abandonné ne réapparaîtra plus dans l’avenir, il en est conscient.


2- « Quand la colère est présente en lui, il est conscient : “Il y a de la colère en moi”. Quand la colère n’est pas présente en lui, il est conscient : “La colère n’est pas présente en moi”. Quand la colère commence à apparaître, il en est conscient. Quand la colère déjà apparue est abandonnée, il en est conscient. Quand la colère déjà apparue ne réapparaîtra plus dans l’avenir, il en est conscient.


3- « Quand l’inertie et la torpeur sont présentes en lui, il est conscient : “L’inertie et la torpeur sont présentes en moi”. Quand l’inertie et la torpeur ne sont pas présentes en lui, il est conscient : “L’inertie et la torpeur ne sont pas présentes en moi”. Quand l’inertie et la torpeur commencent à apparaître, il en est conscient. Quand l’inertie et la torpeur déjà apparues sont abandonnées, il en est conscient. Quand l’inertie et la torpeur déjà abandonnées ne réapparaîtront plus, il en est conscient.



4- « Quand l’agitation et le remords sont présents en lui, il est conscient : “L’agitation et le remords sont présents en moi”. Quand l’agitation et le remords ne sont pas présents en lui, il est conscient : “L’agitation et le remords ne sont pas présents en moi”. Quand l’agitation et le remords commencent à apparaître, il en est conscient. Quand l’agitation et le remords déjà apparus sont abandonnés, il en est conscient. Quand l’agitation et le remord déjà abandonnés ne réapparaîtront plus, il en est conscient.



5- « Quand le doute est présent en lui, il est conscient : “Le doute est présent en moi”. Quand le doute n’est pas présent en lui, il est conscient : “Le doute n’est pas présent en moi”. Quand le doute commence à apparaître, il en est conscient. Quand le doute déjà apparu est abandonné, il en est conscient. Quand le doute déjà abandonné ne réapparaîtra plus, il en est conscient.



« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit – l’observation des objets de l’esprit intérieurement ou extérieurement, ou l’observation des objets de l’esprit à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans les objets de l’esprit ou du processus de dissolution dans les objets de l’esprit, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un objet de l’esprit” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit, bhikkhu.



« De plus, bhikkhu, le pratiquant observe les objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux cinq agrégats d’attachement. Comment observe-t-il cela ?



« Il observe ainsi : “Ainsi est la forme. Ainsi est l’apparition de la forme. Ainsi est la disparition de la forme. Ainsi est la sensation. Ainsi est l’apparition de la sensation. Ainsi est la disparition de la sensation. Ainsi est la perception. Ainsi est l’apparition de la perception. Ainsi est la disparition de la perception. Ainsi sont les formations mentales. Ainsi est l’apparition des formations mentales. Ainsi est la disparition des formations mentales. Ainsi est l’apparition de la conscience. Ainsi est l’apparition de la conscience. Ainsi est la disparition de la conscience.



« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux cinq agrégats d’attachement – l’observation des objets de l’esprit intérieurement ou extérieurement, ou l’observation des objets de l’esprit à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans les objets de l’esprit ou du processus de dissolution dans les objets de l’esprit, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un objet de l’esprit” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux cinq agrégats d’attachement, bhikkhu.



« De plus, le pratiquant observe les objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux six organes des sens et aux six objets des sens. Comment observe-t-il cela ?



« Il est conscient des yeux et conscient de la forme et il est conscient  des formations internes produites en dépendance de ces deux phénomènes. Il est conscient de la naissance d’une nouvelle formation interne et conscient d’abandonner une formation interne déjà produite, et quand une formation déjà abandonnée ne réapparaitra plus, il en est conscient.



« Le pratiquant est conscient des oreilles et conscient du son, et il est conscient des formations internes produites en dépendance de ces deux éléments. Il est conscient de la naissance d’une nouvelle formation interne et conscient d’abandonner une formation interne déjà produite, et quand une formation déjà abandonnée ne réapparaîtra plus, il en est conscient.



« Le pratiquant est conscient du nez et conscient des odeurs, et il est conscient des formations internes produites en dépendance de ces deux éléments. Il est conscient de la naissance d’une nouvelle formation interne et conscient d’abandonner une formation interne déjà produite, et quand une formation déjà abandonnée ne réapparaîtra plus, il en est conscient.


« Le pratiquant est conscient de la langue et conscient du goût, et il est conscient des formations internes produites en dépendance de ces deux éléments. Il est conscient de la naissance d’une nouvelle formation interne et conscient d’abandonner une formation interne déjà produite, et quand une formation déjà abandonnée ne réapparaîtra plus, il en est conscient.


« Le pratiquant est conscient du corps et conscient des objets tangibles, et il est conscient des formations internes produites en dépendance de ces deux éléments. Il est conscient de la naissance d’une nouvelle formation interne et conscient d’abandonner une formation interne déjà produite, et quand une formation déjà abandonnée ne réapparaîtra plus, il en est conscient.



« Le pratiquant est conscient de l’esprit et conscient des objets de l’esprit, et il est conscient des formations internes produites en dépendance de ces deux éléments. Il est conscient de la naissance d’une nouvelle formation interne et conscient d’abandonner une formation interne déjà produite, et quand une formation déjà abandonnée ne réapparaîtra plus, il en est conscient.



« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux aux six organes des sens et aux six objets des sens – l’observation des objets de l’esprit intérieurement ou extérieurement, ou l’observation des objets de l’esprit à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans les objets de l’esprit ou du processus de dissolution dans les objets de l’esprit, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un objet de l’esprit” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux six organes des sens et aux six objets des sens, bhikkhu.



« De plus, le pratiquant observe les objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux sept facteurs d’Éveil. Comment observe-t-il cela ?


1. « Quand le facteur d’Éveil attention est présent en lui,  il est conscient : “L’attention est présente en moi”. Quand l’attention n’est pas présente en lui,  il est conscient : “L’attention n’est pas présente en moi”. Il est conscient quand l’attention non encore née est en train de naître et quand l’attention déjà née est parfaitement développée.



2. « Quand le facteur d’Éveil investigation des phénomènes est présent en lui,  il est conscient : “L’investigation des phénomènes est présente en moi”. Quand l’investigation des phénomènes n’est pas présente en lui,  il est conscient : “L’investigation des phénomènes n’est pas présente en moi”. Il est conscient quand l’investigation des phénomènes non encore née est en train de naître et quand l’attention déjà née est parfaitement développée.



3. « Quand le facteur d'Éveil énergie est présent en lui,  il est conscient : “L’énergie est présente en moi”. Quand l’énergie n’est pas présente en lui,  il est conscient : “L’énergie n’est pas présente en moi”. Il est conscient quand l’énergie non encore née est en train de naître et quand l’énergie déjà née est parfaitement développée.



4. « Quand le facteur d’Éveil joie est présent en lui,  il est conscient : “L’a joie est présente en moi”. Quand la joie n’est pas présente en lui,  il est conscient : “La joie n’est pas présente en moi”. Il est conscient quand la joie non encore née est en train de naître et quand la joie déjà née est parfaitement développée.


5. « Quand le facteur d’Éveil aisance est présent en lui,  il est conscient : “L’aisance est présente en moi”. Quand l’aisance n’est pas présente en lui,  il est conscient : “L’aisance n’est pas présente en moi”. Il est conscient quand l’aisance non encore née est en train de naître et quand l’aisance déjà née est parfaitement développée.


6. « Quand le facteur d’Éveil concentration est présent en lui,  il est conscient : “La concentration est présente en moi”. Quand la concentration n’est pas présente en lui,  il est conscient : “La concentration n’est pas présente en moi”. Il est conscient quand la concentration non encore née est en train de naître et quand la concentration déjà née est parfaitement développée.



7. « Quand le facteur d’Éveil lâcher-prise est présent en lui,  il est conscient : “Le lâcher-prise est présent en moi”. Quand le lâcher-prise n’est pas présent en lui,  il est conscient : “Le lâcher-prise n’est pas présent en moi”. Il est conscient quand le lâcher-prise non encore né est en train de naître et quand le lâcher-prise déjà né est parfaitement développé.


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation  des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux sept facteurs d’Éveil – l’observation des objets de l’esprit intérieurement ou extérieurement, ou l’observation des objets de l’esprit à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans les objets de l’esprit ou du processus de dissolution dans les objets de l’esprit, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un objet de l’esprit” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux sept facteurs d’Éveil, bhikkhu.



« De plus, bhikkhu, le pratiquant observe les objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux quatre nobles vérités Comment le pratiquant observe-t-il cela ?


« Un pratiquant est conscient : “Ceci est souffrance”, au moment où elle apparaît. Il est conscient : “Ceci est la cause de la souffrance”, au moment où elle apparaît. Il est conscient : “Ceci est la fin de la souffrance”, au moment où elle apparaît. Il est conscient : “Ceci est le chemin menant à la fin de la souffrance”, au moment où il apparaît.


« C’est ainsi que le pratiquant demeure établi dans l’observation  des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux quatre nobles vérités – l’observation des objets de l’esprit intérieurement ou extérieurement, ou l’observation des objets de l’esprit à la fois intérieurement ou extérieurement. Il demeure établi dans l’observation du processus de devenir dans les objets de l’esprit ou du processus de dissolution dans les objets de l’esprit, ou à la fois du processus de devenir et de dissolution. Ou bien il est attentif au fait : “Il y a ici un objet de l’esprit” jusqu’à ce que viennent la compréhension et la pleine conscience. Il demeure établi dans l’observation, libre, n’étant pris dans aucune considération attachée au monde. Voilà comment pratiquer l’observation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit relativement aux quatre nobles vérités, bhikkhu.


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 
Disciple laïc
Disciple laïc
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1211
Age : 43
Contrée : France
Arts & métiers : Agent d'accueil & surveillance au Panthéon
Disposition de l'Esprit : Variable mais se stabilisant lentement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 30/09/2017

Re: Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Message par Disciple laïc le Jeu 27 Déc 2018, 09:38

Sixième partie


« Bhikkhu, celui qui pratique les quatre établissements de l’attention pendant sept ans peut espérer l’un de ces deux résultats : la compréhension suprême dans cette vie même ou, s’il demeure un résidu d’affliction, il peut atteindre l’état de non-retour.
« Sans parler de ces sept ans, bhikkhu, quiconque pratique les quatre établissements de l’attention pendant six, cinq, quatre, trois, deux ans ou même un an peut aussi espérer l’un des deux résultats : la compréhension suprême dans cette vie même ou, s’il demeure un résidu d’affliction, il peut atteindre l’état de non-retour.



« Sans parler d’un an, bhikkhu, quiconque pratique les quatre établissements de l’attention pendant sept, six, cinq, quatre, trois ou deux mois, un mois ou un demi-mois peut aussi espérer l’un des deux résultats : la compréhension suprême dans cette vie même ou, s’il demeure un résidu d’affliction, il peut atteindre l’état de non-retour.



« Sans parler d’un demi-mois, bhikkhu, quiconque pratique les quatre établissements de l’attention serait-ce qu’une semaine peut aussi espérer l’un des deux fruits : la compréhension suprême dans cette vie même ou, s’il demeure un résidu d’affliction, il peut atteindre l’état de non-retour.



« C’est pourquoi nous avons dit que cette voie, la voie des quatre fondements pour l’établissement de l’attention, est une voie merveilleuse qui aide les êtres à réaliser la purification, à transcender le chagrin et la peine, à détruire la douleur et l’anxiété, à parcourir le juste chemin et à réaliser le nirvana



Les bhikkhu se réjouirent d’entendre l’enseignement du Bouddha. Ils le prirent à cœur et commencèrent à le mettre en pratique.



Satipatthana Sutta, du Majjhima Nikaya, n°10 (Theravada)


_________________
Dans le ciel il n'y a ni Est ni Ouest, les gens créent des distinctions depuis leur esprit puis croient qu'elles sont vérité. 
Demeurer en colère c'est prendre un charbon ardent avec l'intention de le jeter sur quelqu'un, c'est vous qui vous brûlez. 
Traitez votre colère avec compassion, votre colère c'est votre bébé qui pleure et vous êtes la maman, réconfortez votre bébé pour qu'il ne pleure plus, traitez votre colère avec compassion. 

Contenu sponsorisé

Re: Soutra des Quatre Établissements de l’Attention

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 20 Mar 2019, 14:15