Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Quand chante Milarépa
Aujourd'hui à 10:45 par Mila

» Question sur la vie
Aujourd'hui à 10:00 par Disciple laïc

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 22:41 par indian

» Je m'appelle Mila
Hier à 11:27 par Mila

» Dhammapada
Hier à 09:00 par vaygas

» Présentation Zui Ho/Livres Bouddhistes
Sam 18 Aoû 2018, 21:24 par Livres.Bouddhistes.ZuiHo

» Salut à Tous
Sam 18 Aoû 2018, 16:53 par Ortho

» Instructions fondamentales : Introduction au bouddhisme Vajrayana
Ven 17 Aoû 2018, 10:23 par Mila

» Lama à 19 ans , et après
Ven 17 Aoû 2018, 08:30 par Mila

» Maîtres Eveillés: Shabkar! Autobiographie d’un yogi tibétain
Jeu 16 Aoû 2018, 12:38 par Mila

» Présentation
Lun 13 Aoû 2018, 21:06 par Disciple laïc

» Pourquoi cette censure?
Sam 11 Aoû 2018, 18:58 par Karma Trindal

» (Re)nouveau et présentation :)
Sam 11 Aoû 2018, 17:04 par Erispoë

» Don du sang
Mer 08 Aoû 2018, 12:40 par indian

» bonjour de présentation a tous !
Mer 08 Aoû 2018, 10:12 par Akana

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Mer 08 Aoû 2018, 07:28 par Invité

» Hérault : dérives et abus de pouvoir, le temple bouddhiste de Lodève dans la tourmente
Lun 06 Aoû 2018, 11:36 par Invité

»  Propagande positive pour le Bien de tous les Etres
Dim 05 Aoû 2018, 13:03 par indian

» Question sur le karma
Sam 04 Aoû 2018, 14:42 par indian

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Ven 03 Aoû 2018, 10:11 par Geronima

» Décadence de la Loi
Mer 01 Aoû 2018, 13:08 par Ortho

» Lumbini, lieu de naissance du Bouddha
Mer 01 Aoû 2018, 09:29 par Disciple laïc

» Les religions du Vietnam
Mar 31 Juil 2018, 13:36 par Disciple laïc

» ZAZEN - Pratique du Zen dans un temple bouddhiste
Mar 31 Juil 2018, 12:48 par Disciple laïc

» Présentation
Lun 30 Juil 2018, 12:53 par indian

» Bonjour tout le monde
Lun 30 Juil 2018, 12:47 par indian

» L'ego (ou le Moi)
Dim 29 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Idées reçues
Dim 29 Juil 2018, 16:24 par Disciple laïc

» Le Bouddha et la Voie
Dim 29 Juil 2018, 16:21 par Disciple laïc

» Est-ce bien ici?
Mer 25 Juil 2018, 22:46 par Karma Trindal

» Ma présentation
Mer 25 Juil 2018, 22:43 par Karma Trindal

» Présentation de MINISCALCO
Mer 25 Juil 2018, 22:40 par Karma Trindal

» Présentation groupes de pratique
Mer 25 Juil 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Bonjour a tous
Mer 25 Juil 2018, 22:35 par Lisalisa

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mer 25 Juil 2018, 22:33 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Mer 25 Juil 2018, 22:32 par Karma Trindal

» Explication de la Roue de la Vie
Mer 25 Juil 2018, 22:14 par Karma Trindal

» Bonjour à tous.
Mer 25 Juil 2018, 22:04 par Karma Trindal

» Citations Ikkyu
Mer 25 Juil 2018, 21:41 par Karma Trindal

» 13 Juin : Toupten Zangpo
Mer 25 Juil 2018, 21:20 par Karma Trindal

» Bonjour...Je me présente
Mer 25 Juil 2018, 21:19 par Karma Trindal

» Cherche référence livre
Mer 25 Juil 2018, 16:17 par Disciple laïc

» Les 6 règles de la concorde
Mar 24 Juil 2018, 20:11 par Disciple laïc

» La Nature ultime de l'esprit
Mar 24 Juil 2018, 18:31 par Akana

» 3 Sagesses anciennes : Gilgamesh, Bouddha, Epictete
Mar 24 Juil 2018, 10:43 par Akana

» Le Trikaya : Les Trois Corps
Lun 23 Juil 2018, 22:13 par Disciple laïc

» La religion bouddhique présentée par la Police de Montréal
Lun 23 Juil 2018, 21:28 par indian

» 24 heures chez les moines bouddhistes
Lun 23 Juil 2018, 07:34 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 22 Juil 2018, 21:22 par indian

» Les ruses de Māra
Dim 22 Juil 2018, 20:22 par Disciple laïc

» Eveil au "beau"
Dim 22 Juil 2018, 14:59 par Disciple laïc

» Le Noble Sentier Octuple 1/2 et 2/2 rediffusion.
Dim 22 Juil 2018, 12:25 par Disciple laïc

» L'enseignement du Bouddha d'après les textes les plus anciens
Dim 22 Juil 2018, 08:02 par Disciple laïc

» Hédonisme et eudémonisme, bonheur et plaisir : la grande confusion
Dim 22 Juil 2018, 07:16 par Disciple laïc

» Alexandra David Neel une Femme Remarquable
Ven 20 Juil 2018, 19:34 par indian

» Pacifisme et non-violence
Ven 20 Juil 2018, 04:17 par indian

» Histoire du bouddhisme
Jeu 19 Juil 2018, 08:07 par Disciple laïc

» Inexistence en soi et souffrance
Mer 18 Juil 2018, 17:42 par indian

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Mer 18 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Declaration Universelle des Droits de l'Homme (tous les genres humains)
Mer 18 Juil 2018, 13:33 par indian

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Mer 18 Juil 2018, 11:13 par Karma Trindal

» indian, David
Mer 18 Juil 2018, 00:02 par indian

» Le temps... différence d'état
Mar 17 Juil 2018, 21:11 par Disciple laïc

» Qui est Bouddha Maitreya?
Mar 17 Juil 2018, 14:50 par indian

» Ayurveda, aux origines du bien être, l'Inde ancienne
Lun 16 Juil 2018, 22:37 par Invité

» Les 3 entraînements
Lun 16 Juil 2018, 13:50 par Disciple laïc

» La preuve scientifique de l'existence du Dharma
Lun 16 Juil 2018, 13:34 par indian

» Bouthan : le royaume secret des plantes médicinales
Lun 16 Juil 2018, 13:25 par Disciple laïc

» Le choix ..est-il une illusion?
Sam 14 Juil 2018, 04:15 par Kleine Muis

» Les préceptes du bouddhisme: 8 pépites du bouddhisme pour gérer la colère
Ven 13 Juil 2018, 13:39 par Kleine Muis

» Anniversaire de Guru Padmasambhava
Ven 13 Juil 2018, 00:02 par Puntsok Norling

» Méditer sur le non-soi
Lun 09 Juil 2018, 18:13 par Disciple laïc

» Existence en soi
Lun 09 Juil 2018, 17:55 par Disciple laïc

» Réhabiliter le destin de l'humanité
Lun 09 Juil 2018, 16:41 par indian

» Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ
Dim 08 Juil 2018, 20:33 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 49 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 46 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Abhradan, Akana, Karma Trindal


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 96498 messages dans 11135 sujets

Nous avons 4231 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Skuale

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7475)
 
Karma Trindal (6880)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2371)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

NAKULA SUTTA

Partagez
avatar
Tinhy
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 71
Contrée : Nantes
Disposition de l'Esprit : dhamma, photos
Date d'inscription : 24/06/2007

NAKULA SUTTA

Message par Tinhy le Jeu 16 Aoû 2007, 15:05

Ainsi ai-je entendu : Une fois, le Bienheureux séjour­nait parmi le peuple Bhagga, au parc des Daims, dans un endroit appelé Sumsumàragiri, au bois de Bhesakalâ.

En ce temps-là, un jour, le chef de famille Nakula-pità rendit visite au Bienheureux. S’étant approché, il lui rendit hommage, puis s’assit à l’écart sur un côté. S’étant assis à l’écart sur un côté, il dit : « Bienheureux, je suis quelqu’un de brisé, un vieillard, quelqu’un qui a atteint un âge très avancé ; j’ai un corps malade, souvent souffrant. Et en plus, je suis quelqu’un qui ne voit plus souvent le Bienheureux ou les disciples qui s’engagent dans les méthodes du progrès mental. Que le Bienheureux me donne des conseils. Que le Bienheureux me donne des instructions nécessaires pour qu’elles soient utiles pour mon bien-être pendant longtemps. »

Le Bienheureux dit : « C’est vrai, ô chef de famille, c’est vrai. Votre corps est faible. Il s’est courbé. Pour celui qui possède un tel corps, le fait de réclamer une bonne santé au moins momentanée n’est autre qu’un fol espoir. C’est pourquoi, ô chef de famille, vous devez vous entraî­ner ainsi : “Bien que mon corps soit malade, que mon men­tal ne soit pas malade.” C’est de cette façon que vous devez vous entraîner. »

Le chef de famille Nakula-pitâ se réjouit des paroles du Bienheureux, et il lui rendit hommage, fit la circumambulation et s’en alla. Puis il s’approcha de l’Àyasmanta Sâriputta. S’étant approché, il s’assit à l’écart sur un côté.

Lorsque le_chef de famille Nakula-pitâ fut assis à l’écart sur un côté, l’Àyasmanta Sâriputta lui demanda : « Ô chef de famille, aujourd’hui vos sens ont une allure calme et pure. Votre complexion est claire. Sans doute aujourd’hui, avez-vous eu une discussion doctrinale avec le Bienheureux ? »

Le chef de famille Nakula-pitâ répondit : « Ô hono­rable, comment peut-il en être autrement? J’étais aspergé avec le nectar de la doctrine par le Bienheureux.

Dites-moi, ô chef de famille, de quelle façon étiez-vous aspergé avec le nectar de la doctrine par le Bienheureux ?

O honorable, aujourd’hui, j’ai rendu visite au Bien­ heureux. M’étant approché, je lui rendis hommage, puis m’assis à l’écart sur un côté. M’étant assis à l’écart sur un côté, je lui dis : “Bienheureux, je suis quelqu’un de brisé, […] souvent souffrant. […]

” Le Bienheureux dit : “C’est vrai, ô chef de famille, c’est vrai. Votre corps est faible.

[…] C’est pourquoi, ô chef de famille, vous devez vous entraîner ainsi : ‘Bien que mon corps soit malade, que mon mental ne soit pas malade.’ C’est de cette façon que vous devez vous entraîner”, dit-il.

Mais, ô chef de famille, n’avez-vous pas pensé à poser la question au Bienheureux, en disant : “Dites-moi, Bien­heureux, dans quelle mesure le mental peut-il rester sans être malade, tandis que le corps est malade ?”

Justement, ô honorable, si je suis venu de si loin pour vous voir, c’est pour savoir de votre bouche quel est le véri­table sens de cet énoncé du Bienheureux. Cela me ferait tellement de bien si l’honorable Sâriputta m’expliquait le sens de cet énoncé exprimé par le Bienheureux.

Alors, ô chef de famille, écoutez, fixez bien votre attention. Je vais vous en parler.

« Oui, ô honorable, répondit le chef de famille Nakula-pitâ. »

L’Ayasmanta Sâriputta dit : « Tout d’abord, ô chef de famille, voici comment le corps et le mental deviennent malades. Un puthujjana non instruit (assutavâ puthujjano) qui n’apprécie pas les êtres nobles, qui est incapable de suivre l’enseignement des êtres nobles, qui n’est pas entraîné dans l’enseignement des êtres nobles, qui n’appré­cie pas les sages, qui est incapable de suivre l’enseignement des sages, qui n’est pas entraîné dans l’enseignement des sages, considère la forme matérielle (rûpa) comme Soi, ou il considère le Soi comme ayant la forme matérielle, ou le Soi comme étant la forme matérielle, ou bien le Soi étant dans la forme matérielle. Il se dit : “Je suis la forme matérielle” ou bien il se dit : “La forme matérielle est à moi”, et possède cette idée. Lorsque cette forme matérielle change à cause de la nature de l’impermanence, lorsque cette forme matérielle devient autrement, chez lui se produisent les lamentations, les peines, le chagrin, les afflictions et les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce puthujjana non ins­truit, qui n’apprécie pas les êtres nobles, […] considère la sensation (vedanâ) comme Soi, ou il considère le Soi comme ayant la sensation, ou le Soi comme étant la sensa­tion, ou bien le Soi étant dans la sensation. Il se dit : “Je suis la sensation” ou bien il se dit : “La sensation est à moi”, et il possède cette idée. Lorsque cette sensation change àcause de la nature de l’impermanence, lorsque cette sensa­tion devient autre, chez lui se produisent les lamentations. les peines, le chagrin, les afflictions et les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce puthujjana non instruit qui n’apprécie pas les êtres nobles, […] considère la per­ception (sauna) comme Soi, ou il considère le Soi comme ayant la perception, ou le Soi comme étant la perception, ou bien le Soi étant dans la perception. Il se dit : “Je suis la per­ception” ou bien il se dit : “La perception est à moi”, et il possède cette idée. Lorsque cette perception change à cause de la nature de l’impermanence, lorsque cette per­ception devient autre, chez lui se produisent les lamenta­tions, les peines, le chagrin, les afflictions et les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce puthujjana non instruit, qui n’apprécie pas les êtres nobles, […] considère les com­posants volitionnels (sankhâra) comme Soi, ou il considère le Soi comme ayant les composants volitionnels, ou le Soi comme étant les composants volitionnels, ou bien le Soi étant dans les composants volitionnels. Il se dit : “Je suis les composants volitionnels” ou bien il se dit : “Les composants volitionnels sont à moi”, et il possède cette idée. Lorsque ces composants volitionnels changent à cause de la nature de l’impermanence, lorsque ces composants volitionnels deviennent autres, chez lui se produisent les lamentations, les peines, le chagrin, les afflictions et les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce, puthujjana non instruit qui n’apprécie pas les êtres nobles, […] considère la conscience (vinnâna) comme Soi, ou il considère le Soi comme ayant la conscience, ou le Soi comme étant la conscience, ou bien le Soi étant dans la conscience. Il se dit : “Je suis la conscience” ou bien il se dit : “La conscience est à moi”, et il possède cette idée. Lorsque cette conscience change à cause de la nature de l’impermanence, lorsque cette conscience devient autre, chez lui se produisent les lamentations, les peines, le chagrin, les afflictions et les malaises.

« Ô chef de famille, c’est de cette façon que le corps et le mental deviennent malades. Maintenant examinons comment le mental peut rester sans être malade tandis que le corps est malade. Un disciple noble bien instruit (sutavâ ariya-sâvako) qui apprécie les êtres nobles, qui suit l’en­seignement des êtres nobles, qui est entraîné dans l’ensei­gnement des êtres nobles, qui apprécie les sages, qui suit l’enseignement des sages, qui est entraîné dans l’ensei­gnement des sages, ne considère pas la forme matérielle comme Soi, ou il ne considère pas le Soi comme ayant la forme matérielle, ou le Soi comme étant la forme maté­rielle, ou bien le Soi comme étant dans la forme matérielle. Il ne se dit pas : “Je suis la forme matérielle” ou “la forme matérielle est à moi”, et il ne possède pas une telle idée. Alors, lorsque cette forme matérielle change à cause de la nature de l’impermanence, lorsque cette forme matérielle devient autrement, chez lui ne se produisent pas les lamen­tations, […] les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce noble disciple bien instruit qui apprécie les êtres nobles, […] ne considère pas la sensation comme Soi, ou il ne considère pas le Soi comme ayant la sensation, ou le Soi étant la sensation, ou bien le Soi comme étant dans la sensation. Il ne se dit pas : “Je suis la sensation” ou “la sensation est à moi”, et il ne possède pas une telle idée. Alors, lorsque cette sensation change à cause de la nature de l’impermanence, lorsque cette sensation devient autrement, chez lui ne se produi­sent pas les lamentations, […] les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce noble disciple bien instruit qui apprécie les êtres nobles, [•..] ne considère pas la perception comme Soi, ou il ne considère pas le Soi comme ayant la perception, ou le Soi comme étant la per­ception, ou bien le Soi comme étant dans la perception. Il ne se dit pas : “Je suis la perception” ou “la perception est à moi”, et il ne possède pas une telle idée. Alors, lorsque cette perception change à cause de la nature de l’imperma­nence, lorsque cette sensation devient autrement, chez lui ne se produisent pas les lamentations, […] les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce noble disciple bien instruit qui apprécie les êtres nobles, […] ne considère pas les composants volitionnels comme Soi, ou il ne considère pas le Soi comme ayant les composants volitionnels, ou le Soi étant les composants volitionnels, ou bien le Soi comme étant dans les composants volitionnels. Il ne se dit pas : “Je suis les composants volitionnels” ou “les compo­sants volitionnels sont à moi”, et il ne possède pas une telle idée. Alors, lorsque ces composants volitionnels changent à cause de la nature de l’impermanence, lorsque ces com­posants volitionnels deviennent autrement, chez lui ne se produisent pas les lamentations, […] les malaises.

« Et encore, ô chef de famille, ce noble disciple bien instruit qui apprécie les êtres nobles, […] ne considère pas la conscience comme Soi, ou il ne considère pas le Soi comme ayant la conscience, ou le Soi comme étant la conscience, ou bien le Soi comme étant dans la conscience. Il ne se dit pas : “Je suis la conscience” ou “la conscience est à moi”, et il ne possède pas une telle idée. Alors, lorsque cette conscience change à cause de la nature de l’imper­manence, lorsque cette conscience devient autrement, chez lui ne se produisent pas les lamentations, les peines, le cha­grin, les afflictions et les malaises.

« C’est de cette façon, ô chef de famille, que le mental peut rester sans être malade, tandis que le corps est malade. »

Ainsi parla l’Âyasmanta Sâriputta. Le chef de famille Nakula-pitâ, heureux, se réjouit des paroles de l’Âyas­manta Sâriputta.

Samyutta Nikaya 1-5

In les enseignements du Bouddha

Mohan Vijayaratna


_________________
Tinh Ý

attahi atano natho
faites de vous même un refuge pour vous même
avatar
djinpa
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 555
Age : 47
Contrée : A.
Arts & métiers : ...
Disposition de l'Esprit : bouddhisme, peinture, lecture
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/07/2007

Re: NAKULA SUTTA

Message par djinpa le Jeu 16 Aoû 2007, 20:02

Merci pour ce texte qui tombe très bien,ô Racine de l'Arbre,j'ai de quoi méditer....

    La date/heure actuelle est Lun 20 Aoû 2018, 14:24