Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !


Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Connexion

Récupérer mon mot de passe

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Précieuse existence humaine
Hier à 22:44 par Ortho

» Présentation Jcare
Hier à 22:14 par Ortho

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 16:57 par manila

» Histoire Zen _ Le Maître du Silence
Hier à 16:47 par vaygas

» Dhammapada
Hier à 16:33 par vaygas

» Témoignage: Mise en place du projet: Méditation à l'école!
Hier à 16:23 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 13:45 par manila

» Illusion ou Réalité: Ram Bahadur Bamjon - Réapparition de Little Buddha
Hier à 13:27 par manila

» Annonce: Cherchons animateur vidéo pour le forum
Hier à 11:32 par Karma Trindal

» Quelles sont les caractéristiques propres au bouddhisme tibétain
Hier à 10:35 par Disciple laïc

» Kyudo, tir à l’arc zen
Hier à 08:36 par Disciple laïc

» Aller à contre courant, se libérer des habitudes
Hier à 08:34 par Disciple laïc

» Regards zen sur l’alimentation
Hier à 08:32 par Disciple laïc

» Bouddhisme et management responsable
Hier à 08:30 par Disciple laïc

» Aide au Bouddhisme
Hier à 07:32 par Disciple laïc

» Un maître du Soto Zen - 1902-2008 - 95 ans de zazen
Ven 20 Oct 2017, 17:05 par Disciple laïc

» Bouddhisme et shintoïsme
Mer 18 Oct 2017, 14:37 par Karma Yéshé

» L'idéal du bodhisattva dans le bouddhisme
Mer 18 Oct 2017, 14:33 par Karma Yéshé

» Evénement: Journée "Porte ouverte" ce dimanche 22/10/2017 à Samye Dzong (Bruxelles)
Lun 16 Oct 2017, 15:52 par manila

» Comment faire chanter un bol tibétain
Dim 15 Oct 2017, 13:08 par manila

» Les 4 Nobles Vérités selon le maître Zen Thich Nath Hanh
Dim 15 Oct 2017, 10:16 par Disciple laïc

» A la rencontre de Maître Taisen Deshimaru
Dim 15 Oct 2017, 10:04 par Disciple laïc

» Les 50 ans du Zen Sôtô en France
Dim 15 Oct 2017, 08:01 par Disciple laïc

» Toumo: Le Feu Intérieur
Sam 14 Oct 2017, 19:25 par Bevis

» Les dix Terres ( Bhumis ) des Bodhisattvas
Sam 14 Oct 2017, 12:45 par tindzin

» Atteindre rigpa par la base
Sam 14 Oct 2017, 12:26 par tindzin

» La pratique du Dzogchen dans la vie quotidienne
Ven 13 Oct 2017, 17:32 par tindzin

» L'attitude bouddhiste face à la douleur
Jeu 12 Oct 2017, 11:05 par Disciple laïc

» Le bouddhisme selon Matthieu Ricard
Mer 11 Oct 2017, 14:31 par Disciple laïc

» L'enseignement du Bouddha d''après les textes les plus anciens
Mer 11 Oct 2017, 11:46 par Ntbr

» Bouddhisme et Science: La méditation, nouvel outil des neurosciences
Mer 11 Oct 2017, 11:38 par Renard sauvage

»  Kagyu Samyé Ling Belgique - Les jardins de méditation: Un nouveau centre international de retraite en Belgique
Mar 10 Oct 2017, 21:27 par manila

» Le Theravada dans la Tradition de la Forêt
Mar 10 Oct 2017, 18:49 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Mar 10 Oct 2017, 13:03 par Renard sauvage

» Présentation d'un homme qui veut comprendre tout
Mar 10 Oct 2017, 02:38 par tindzin

» 20 contes des vies passées du Bouddha
Lun 09 Oct 2017, 23:04 par Disciple laïc

» Moine bouddhiste en Kalmoukie
Lun 09 Oct 2017, 19:35 par Renard sauvage

» Il n'y a ni mort ni peur
Lun 09 Oct 2017, 16:27 par manila

» Recherche d'un livre
Lun 09 Oct 2017, 15:42 par Disciple laïc

» Diriger plus haut - Diriger vers le bas - A propos du Kôan Maître Dôge
Dim 08 Oct 2017, 18:58 par Disciple laïc

» Soi-même et les autres
Dim 08 Oct 2017, 16:38 par Disciple laïc

» Japon : les chemins de pélérinage
Dim 08 Oct 2017, 14:33 par Disciple laïc

» Sortir de l’enfer grâce à la compassion
Dim 08 Oct 2017, 14:28 par tindzin

» Les paroles de Laurent Ruquier
Dim 08 Oct 2017, 11:52 par Disciple laïc

» Sagesses Bouddhistes des 10 et 17 septembre 2017
Dim 08 Oct 2017, 08:46 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé: Bénévolat bouddhiste 2018 - Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 07 Oct 2017, 23:30 par Pema Gyaltshen

» Shoshin ma présentation
Sam 07 Oct 2017, 21:05 par Karma Trindal

» Présentation en tant que nouveau membre
Sam 07 Oct 2017, 21:04 par Karma Trindal

» Me présenter
Sam 07 Oct 2017, 21:02 par Karma Trindal

» Le bouddhisme en occident
Sam 07 Oct 2017, 21:01 par Karma Trindal

» Présentation Lucien
Sam 07 Oct 2017, 20:56 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 07 Oct 2017, 20:55 par Karma Trindal

» Présentation !
Sam 07 Oct 2017, 20:33 par Akana

» Partage de ma perception
Sam 07 Oct 2017, 18:38 par vaygas

» Evénement: Enseignements "Lettre à un ami" de Nagarjuna (novembre et décembre 2017) - Lama Rinchen Palmo (Bruxelles)
Sam 07 Oct 2017, 17:57 par Karma Trindal

»  Evénement: Enseignement sur Dorje Chang Thungma 18/10/2017 - Lama Rinchen Palmo à Samye Dong (Bruxelles)
Sam 07 Oct 2017, 17:47 par Karma Trindal

» Rencontre en cercle inter-tradition
Sam 07 Oct 2017, 17:11 par Karma Trindal

» Je vous souhaite Tout le Bonheur du Monde..
Sam 07 Oct 2017, 16:57 par Karma Trindal

» Vivre en centre spirituel
Sam 07 Oct 2017, 16:55 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 07 Oct 2017, 15:49 par Karma Trindal

» Wilfried : nouveau venu
Sam 07 Oct 2017, 15:26 par Karma Trindal

» Présentation!
Sam 07 Oct 2017, 15:25 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 07 Oct 2017, 15:21 par Karma Trindal

» Nouveau membre : renard sauvage
Sam 07 Oct 2017, 15:19 par Karma Trindal

» Quelques haïkus irréguliers du renard sauvage
Sam 07 Oct 2017, 15:08 par Karma Trindal

» Vajrasattva est aussi la base neutre
Sam 07 Oct 2017, 14:54 par tindzin

» Amour altruiste et compassion.
Sam 07 Oct 2017, 14:19 par Karma Trindal

»  Thich Nhat Hanh
Sam 07 Oct 2017, 13:57 par Karma Trindal

» Rapport au monde
Sam 07 Oct 2017, 13:50 par Karma Trindal

» Présentation Disciple Laïc
Sam 07 Oct 2017, 13:40 par Disciple laïc

» Ce qui n'est pas donné est perdu
Sam 07 Oct 2017, 13:21 par Karma Trindal

» Yukaro, enchanté
Sam 07 Oct 2017, 13:15 par Karma Trindal

» Phobie sociale
Sam 07 Oct 2017, 12:39 par Akana

» 7 octobre 2017: "13h15 le samedi". Pierre Rabhi : objectif Terre
Sam 07 Oct 2017, 12:34 par Karma Trindal

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 07 Oct 2017, 12:22 par Karma Trindal

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 59 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 58 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Karma Trindal


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92830 messages dans 10787 sujets

Nous avons 4081 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Jorince

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7408)
 
Karma Trindal (6790)
 
petit_caillou (4717)
 
manila (4386)
 
Karma Döndrup Tsetso (3418)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2663)
 
Karma Yönten Dolma (2313)
 
vaygas (1984)
 

grossesse et bouddhisme

Partagez
avatar
djinpa
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 555
Age : 47
Contrée : A.
Arts & métiers : ...
Disposition de l'Esprit : bouddhisme, peinture, lecture
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/07/2007

grossesse et bouddhisme

Message par djinpa le Mer 29 Aoû 2007, 11:32

Mes 3 grossesses ont été des moments de bonheur fabuleux,j'ai ressenti une harmonie profonde avec ces trois petits êtres en formation qui m'étaient "donnés",un sentiment d'unité intense,je crois que cela m'a permis d'habiter vraiment mon corps moi qui avais tendance à le "fuir".....

Je suis choquée par les passages concernant cette étape dans les livres bouddhistes que j'ai lus.Par ex dans "Le chemin de la grande perfection" de Patrul Rinpoché,p123:"enfermé dans un utérus étroit,malodorant(merci pour l'utérus!!!!!!)et totalement obscur,le foetus souffre comme s'il était jeté ds un cachot.Quand sa mère mange qqchose de chaud,il souffre comme si on le brûlaitQuand elle absorbe qqc de froid ,il souffre comme si on l'avait jeté dans l'eau glacée.Quand elle est couchée,il souffre comme s'il était écrasé sous une colline.Quand elle a l'estomac bien rempli,il souffre comme s'il était coincé entre 2 gros rochers.Qd elle a faim,il souffre comme s'il tombait dans un précipice.Quand elle marche,s'assoit,remue,il souffre comme si le vent l'emportait...."

Après de telles lignes,je me réjouis d'abord que mes grossesses appartiennent désormais pour moi au passé........
Je pense ensuite à ceux qui attendent des enfants ou en désirent......
Enfin,de telles phrases me semblent écrites par des hommes et pour des hommes ,non?Shocked
Qu'en pensez-vous?
avatar
Thành
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Masculin
Nombre de messages : 424
Age : 55
Contrée : Québec
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 15/04/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Thành le Mer 29 Aoû 2007, 15:43

djinpa a écrit:Mes 3 grossesses ont été des moments de bonheur fabuleux,j'ai ressenti une harmonie profonde avec ces trois petits êtres en formation qui m'étaient "donnés",un sentiment d'unité intense,je crois que cela m'a permis d'habiter vraiment mon corps moi qui avais tendance à le "fuir".....

Je suis choquée par les passages concernant cette étape dans les livres bouddhistes que j'ai lus.Par ex dans "Le chemin de la grande perfection" de Patrul Rinpoché,p123:"enfermé dans un utérus étroit,malodorant(merci pour l'utérus!!!!!!)et totalement obscur,le foetus souffre comme s'il était jeté ds un cachot.Quand sa mère mange qqchose de chaud,il souffre comme si on le brûlaitQuand elle absorbe qqc de froid ,il souffre comme si on l'avait jeté dans l'eau glacée.Quand elle est couchée,il souffre comme s'il était écrasé sous une colline.Quand elle a l'estomac bien rempli,il souffre comme s'il était coincé entre 2 gros rochers.Qd elle a faim,il souffre comme s'il tombait dans un précipice.Quand elle marche,s'assoit,remue,il souffre comme si le vent l'emportait...."

Après de telles lignes,je me réjouis d'abord que mes grossesses appartiennent désormais pour moi au passé........
Je pense ensuite à ceux qui attendent des enfants ou en désirent......
Enfin,de telles phrases me semblent écrites par des hommes et pour des hommes ,non?Shocked
Qu'en pensez-vous?

Jalousie qui sait ? Sad((lol))):

Mon épouse ressentait la même félicité....Wink
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7408
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Pema Gyaltshen le Mer 29 Aoû 2007, 18:10

Je ne pense pas que les Tantras soient machistes ! Il ne faut pas oublier que la première souffrance répertoriée est la naissance. Les Textes font de telles descriptions en effet.
Les différents stades depuis la conception jusqu'à la mort sont ainsi décrit dans le Kalachakra.
C'est à étudier avec un Maître Eveillé qui à la Connaissance.
Il y a aussi des Maîtres-femmes.. je n'ose écrire des Maîtresse !
avatar
Karma Tsultrim Dreulma
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 53
Age : 39
Contrée : Belgique
Arts & métiers : Employée communale
Disposition de l'Esprit : Lecture, s'occuper des enfants
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 23/10/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Karma Tsultrim Dreulma le Ven 30 Nov 2007, 12:53

Hello les amis, je savais qu'il fallait faire attention à ne pas avoir de choc émotionel durant sa grossesse pour le bien être de l'enfant ni dire des choses blessantes à son sujet mais je ne savais pas que l'enfant pouvait souffrir de la nourriture, il est dans une poche donc pour moi il est protégé
bisous
avatar
Invité
Invité

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Invité le Ven 30 Nov 2007, 14:05

L'enfant à naître peut souffrir de l'environnement dans lequel se trouve sa maman



les bébés sont exposés à de nombreuses
substances toxiques industrielles dès le stade fœtal,
dans l'utérus même de leurs mères...
http://www.greenpeace.org/france/vigitox/informations/sante-et-environnement



Le guide cosmetox présente tous les articles
d'hygiène corporelle, de soins de beauté,
d'esthétique comportant des produits dangereux pour la
santé de l'adulte comme du bébé.
http://www.greenpeace.org/france/vigitox/actualites/produits-cosmetiques-ushuaia

pour vous informer avec Greenpeace
http://www.greenpeace.fr/vigitox/produits.php
avatar
djinpa
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 555
Age : 47
Contrée : A.
Arts & métiers : ...
Disposition de l'Esprit : bouddhisme, peinture, lecture
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/07/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par djinpa le Ven 30 Nov 2007, 18:50

excusez-moi ,mais quel est le rapport avec la question de départ en relation avec la conception bouddhiste?
Je n'ai toujours pas de vraies réponses.......
avatar
Karma Jimpa Dreulma
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Féminin
Nombre de messages : 483
Age : 36
Contrée : Belgique
Arts & métiers : Employée
Disposition de l'Esprit : ,le bouddhisme ,lecture,la famille ,l'amitié,les enfants ,ect...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 09/02/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Karma Jimpa Dreulma le Sam 01 Déc 2007, 01:10

Ce n'est pas moi qui vais pouvoir répondre à ta question mais d'un point de vue personnel j'ai toujours pensé que le petit bébé d'Amour était super heureux "intéro" il est protéger de beaucoup de virus ect...il écoute le coeur de sa maman battre la preuve d'ou il est bien, c'est que quand il en sort il a besoin de l'odeur,de la voix et du seins de sa maman....D'un point de vue bouddhiste je n'ai jamais encore lu ce qu'il en est ,mais d'un point de vue "maman" ,je pense que donner la vie à un petit être et le faire grandir avec notre corps notre respiration et notre bonheur de l'attendre est une des plus belles chose qu'un être humain puisse faire ,c'est un don de donner la vie ...pour moi! bien sur sunny


Félicitation à toutes les mamans accomplies, et à toutes les mamans ...futur .... cheers ::41: Very Happy


_________________
Ne cherchez pas le passé, ne cherchez pas le futur; le passé est evanoui, le futur n'est pas encore advenu. Mais observez ici cet objet qui est maintenant. (Bouddha)
avatar
Thành
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Masculin
Nombre de messages : 424
Age : 55
Contrée : Québec
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 15/04/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Thành le Dim 02 Déc 2007, 13:26

djinpa a écrit:excusez-moi ,mais quel est le rapport avec la question de départ en relation avec la conception bouddhiste?
Je n'ai toujours pas de vraies réponses.......

LoL mais lol !!!! ::34:
avatar
Invité
Invité

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Invité le Dim 02 Déc 2007, 13:48

Chère amie Djinpa... je ne peux te répondre sur les dire de ce moine bouddhiste, quant "au cachot" ect...

Mais je pense que le foetus partage totalement la vie de sa maman.
Il est bien si elle est bien, mal si elle souffre ect...

et (c'est le sens de mon intervention sur Vigitox)
il est soumis à toutes les pollutions que subit sa maman au risque de naitre malformé.
avatar
Yoda
Membre
Membre

Féminin
Nombre de messages : 8
Age : 37
Contrée : Belgique
Disposition de l'Esprit : discussions,lecture, musique,...
Date d'inscription : 02/12/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Yoda le Lun 03 Déc 2007, 08:30

Bonjour,
n'ayant pas lu cet ouvrage, il m'est difficile de porter une "critique" sur ces quelques lignes, n'est-ce pas là, une façon plutôt durement imagée, de souligner le lien de cause à effet?
Est-ce que cela ne veut pas simplement dire :"prend soin de toi maman, tu prendras soin de moi" en passant par la nutrition et autres?
Les problèmes durant les grossesses sont nombreux, et ce déjà en passant par l'alimentation : diabète, toxoplasmose, hypertension, bébé trop gros -) souffrance foetale -) manque de place ...oedèmes,...ou à l'inverse, hypotension, bébé trop petit,....l'alcool, les drogues sont également ingérées par la maman.

Ceci dit, d'un point de vue médical, et je crois que c'est cela qui te trouble autant, l'utérus et l'eau qu'il contient n'est pas mal odorant sauf si complications.
Le bébé ne souffre pas d'un " mal de mer",... sauf si maman se laisse aller a des extêmes irréversibles...

Ce qui rejoint ma "théorie" sur le lien de cause à effet.

Voici peut-être une réponse que te satisfera.
avatar
shivadu62
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 89
Age : 38
Contrée : pas-de-calais
Arts & métiers : conseillé clientèle
Disposition de l'Esprit : football,bouddhisme jeux vidéo
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/06/2008

Re: grossesse et bouddhisme

Message par shivadu62 le Ven 13 Juin 2008, 18:11

bonjour voilà ma femme et moi n'avons pas d'enfant et surtout avont du mal en en concevoir un petit bout de chacun de nous ont le désire plus que tout au monde les testes sont positive pour tout les deux aucun soucil.
esque que bouddhisme peu m'aider existe t'il des tantra ou faut'il avoir un objet qui porte chance pour mettre toutes les chances de notre côtés.
merci.

::41:
avatar
djinpa
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 555
Age : 47
Contrée : A.
Arts & métiers : ...
Disposition de l'Esprit : bouddhisme, peinture, lecture
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/07/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par djinpa le Dim 15 Juin 2008, 07:34

Votre détresse est perceptible et compréhensible.Je souhaite que la vie vous permette de réaliser ce souhait et de fonder une famille..............................
Mais ne cherchez pas dans le bouddhisme un "grigri" pour exaucer vos désirs...
Bon dimanche à tous les deux.
avatar
Pema
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 48
Contrée : castillon la bataille
Arts & métiers : cadre infirmière
Disposition de l'Esprit : reiki meditation equitation montagne
Date d'inscription : 05/04/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Pema le Dim 15 Juin 2008, 10:15

je suis d'accord avec ta réponse le bouddhisme n'est pas un grigri. peut etre il peut vous aider à tous les deux mais d'une autre manière. Souvent on bloque son désir sur quelque que chose alors que peut etre il faut : soit etre dans le lacher prise ou y voir ou percevoir quelque chose d'autre. Et les réponses sont en vous deux. c'est par votre amour à tous les deux que vous trouverez peut etre les réponses. :*Bouddhisme3:


_________________
regarde et apprends de la pierre qui a été creusée par les gouttes de pluie. Ecarte l'idée qu'accomplir un devoir est trop difficile. Rien n'est impossible.
extrait des poèmes de S.A.I l'empereur MEIJI du Japon
avatar
shivadu62
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 89
Age : 38
Contrée : pas-de-calais
Arts & métiers : conseillé clientèle
Disposition de l'Esprit : football,bouddhisme jeux vidéo
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/06/2008

Re: grossesse et bouddhisme

Message par shivadu62 le Dim 15 Juin 2008, 17:19

merci pour votre soutien a tous.
nous allons plus sur la possitive attitude éviton de troppenser au bébé mais prendre plutot prendre sois de nous et de notre corp penser a autre chose et ça viendra quand ca viendra et il serra le bien venu.

::66
avatar
ccile
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 188
Age : 37
Contrée : nord
Arts & métiers : maman
Disposition de l'Esprit : lecture promenade et cuisine
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 25/01/2008

Re: grossesse et bouddhisme

Message par ccile le Dim 15 Juin 2008, 17:34

tu sais je suis maman d'un petit garçon qui est arrivé après 6 mois d'essais

nous avons essayé d'avoir un deuxième enfant mais il ne venait pas en septembre j'ai perdu un bébé il aurait du naitre ce mois ci

et en fevrier nous sommes parti en vacances où j'ai totalement oublié mon envie de bébé et quand on est revenu on était un de plus
avatar
shivadu62
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 89
Age : 38
Contrée : pas-de-calais
Arts & métiers : conseillé clientèle
Disposition de l'Esprit : football,bouddhisme jeux vidéo
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/06/2008

Re: grossesse et bouddhisme

Message par shivadu62 le Jeu 19 Juin 2008, 12:42

::24: c'est génial pour vous félicitation.
moi j'avais des problème de santé j'étai dialysé donc soucil pour avoir un petit bout de choux, maintenant depuis deux ans greffé d'une rein et en bonne santé tout est devenu normal ma femme petit soucil donc mis sous traitement et c'est pas 6 mois comme vous, mais 1 ans mais le médecin a dit laisser le temps a votre corps d'une de se remettre de votre grève et de deux le traitement agir sur votre conjointe.
alors maintenant ont pense a autre chose donc ont a décider de faire les chose a l'envers ont va se mariés ont est trop heureux le thème c'est l'asie.
En espèrent que celà nous changeras les idées et que ça nous porteras bonheurs.
merci pour ton soutien.

avatar
Karma Trindal
Administrateur
Administrateur

Féminin
Nombre de messages : 6790
Age : 37
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Karma Trindal le Jeu 19 Juin 2008, 16:30

Bonjour Shivadu62

Félicitations pour votre mariage à ta future femme et à toi-même! Smile
Pour le bébé attends un peu, comme l'ont dit vos médecins, tu dois d'abord te remettre de ta greffe et ta femme doit laisser le traitement agir.
Patience, tout vient à point à qui sait attendre! Wink

Amitiés :*Bouddhisme7:


_________________

avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7408
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Pema Gyaltshen le Dim 04 Déc 2011, 00:11

Djinpa a écrit :
"Je suis choquée par les passages concernant cette étape dans les livres
bouddhistes que j'ai lus.Par ex dans "Le chemin de la grande perfection"
de Patrul Rinpoché,p123:"enfermé dans un utérus étroit,malodorant(merci
pour l'utérus!!!!!!)et totalement obscur,le foetus souffre comme s'il
était jeté ds un cachot.Quand sa mère mange qqchose de chaud,il souffre
comme si on le brûlaitQuand elle absorbe qqc de froid ,il souffre comme
si on l'avait jeté dans l'eau glacée.Quand elle est couchée,il souffre
comme s'il était écrasé sous une colline.Quand elle a l'estomac bien
rempli,il souffre comme s'il était coincé entre 2 gros rochers.Qd elle a
faim,il souffre comme s'il tombait dans un précipice.Quand elle
marche,s'assoit,remue,il souffre comme si le vent l'emportait...."

Après de telles lignes,je me réjouis d'abord que mes grossesses appartiennent désormais pour moi au passé........
Je pense ensuite à ceux qui attendent des enfants ou en désirent......
Enfin,de telles phrases me semblent écrites par des hommes et pour des hommes ,non?Shocked
Qu'en pensez-vous?



J'ai eu l'occasion de parcourir un texte sur la grossesse et la formation de l'embryon décrit par le regretté Tenzin Chödrak qui était un très grand thérapeute Tibétain et le médecin personnel de Sa Sainteté le Dalaï-Lama.
Bien évidemment il n'y a là rien de "sexiste" ! C'est tout simplement la réalité du processus de la naissance qui est décrit avec des mots et des images du langage Tibétain qui illustrent les sensations de l'enfant qui va naître.
Ces éléments apparaissent seulement vers la trente-sixième et trente septième semaine de grossesse.
D'ailleurs si l'enfant sort du ventre c'est bien parce que sa situation devient intenable de souffrance et d'inconfort. La conscience du foetus est affligée c'est ainsi qu'il conçoit l'idée de s'échapper ...
Le Tantra dit qu'à la trente-huitième semaine c'est "l'énergie de la cause première"qui fait se retourner l'enfant de manière qu'il présente la tête en premier.
La naissance est un traumatisme, c'est d'ailleurs ce qui fait que nous oublions à ce moment nos vies antérieures dont nous avons conscience à partir de la vingt-sixième semaine...

La naissance est souffrance.

Ces descriptions évoquées proviennent des "Tantra des explications"


_________________

avatar
Karma Yéshé
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 2663
Age : 51
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Karma Yéshé le Dim 04 Déc 2011, 02:48

Moi ce qui me choque c"est que l'on gomme toute une partie des choses, le bb ressent du bien être et est heureux dans le ventre de sa mère, on le prouve sans problème sur monitoring. Les maman le sentent d'ailleurs. Mon fils kevin etait super bien ,super zen, d'ailleurs , il ne voulait absolument pas sortir. Mais effectivment ces textes s'ils sont tout à fait juste sont ecrits par des hommes, ils ne peuvent pas comprendre.
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7408
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Pema Gyaltshen le Dim 04 Déc 2011, 08:57

Mais enfin Karma Yéshé, réfléchis deux secondes s'il te plait !
Comment peux-tu écrire que les Tantras sont dans un domaine de dualité homme-femme et qui plus est ne peuvent pas comprendre !
Réalises-tu l'énormité de cette pensée ? ( Vite ! reprends-toi )

Maintenant si tu ne veux pas voir la Réalité décrite par nos Maîtres vis à vis de la naissance, libre à toi.
De plus le Tantra ne gomme rien du tout, il faut bien lire, il est précisé que cette situation inconfortable arrive en fin de grossesse les deux ou trois dernières semaines, et si le bébé était si bien que ça il ne voudrait jamais sortir...
Contestes-tu aussi que la naissance soit souffrance ?
C'est pourtant une des quatre vérités fondamentales du Bouddha.
Il faut savoir aussi que outre l'agression des lumières, du bruit etc, le premier "bain" que l'enfant reçoit est également perçu comme une torture, toujours selon le Tantra, le contact de l'eau lui donne la sensation d'être battu !
Il ne sert à rien de se cacher la réalité des évènements.
Ce n'est pas non plus une atrocité insurmontable puisque nous sommes tous là pour en parler ! Laughing
Et puis il y a toute sorte de cas et de déclinaisons à partir de ce schéma.
Mais cela démontre surtout l'importance du comportement de la maman durant la grossesse et la manière dont l'accouchement peut avoir une influence sur le bébé.
Mais tout est aussi question de karma.


_________________

avatar
hananou
Présence spontanée
Présence spontanée

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 57
Contrée : france
Arts & métiers : le vent souffle sur les drapeaux
Disposition de l'Esprit : A/ Om Ma Ni Padme Houng
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 05/01/2011

Re: grossesse et bouddhisme

Message par hananou le Dim 04 Déc 2011, 12:35

Donner un sens au tantra


Alexander Berzin, 2002

Traduit par Véronique et Michel Zaregradsky
1e partie : Questions fondamentales et doutes sur le tantra


1. Le sens du tantra



La définition du mot tantra


Les enseignements du Bouddha comprennent à la fois les soutras (sutras) et les tantras.
Dans les soutras sont présentés les thèmes essentiels de la pratique
qui permettent d’atteindre la libération des problèmes à la récurrence
incontrôlable (skt. samsara) et plus encore : l’état illuminé
d’un bouddha, à la capacité d’aider les autres autant que possible. Ces
thèmes comprennent des méthodes pour développer une autodiscipline
éthique, la concentration, l’amour, la compassion et la compréhension
correcte de la façon dont les choses existent en réalité. Dans les tantras sont présentées des pratiques avancées, basées sur les soutras.

En sanskrit, le mot tantra désigne la chaîne d’un métier à tisser ou les brins d’une natte. Comme les fils de la chaîne, les pratiques du tantra servent de structure où s’entrelacent les thèmes des soutras, tissant ainsi une tapisserie d’illumination. De plus, le tantra
combine entre elles les expressions physiques, verbales et mentales de
chaque pratique qui, une fois nattées, forment un chemin de
développement holistique. Puisque l’on ne peut pas intégrer et
pratiquer simultanément tous les thèmes des soutras sans un
entraînement préalable distinct pour chacun d’eux, la pratique du tantra est extrêmement avancée.

La racine du mot tantra
signifie « s’étirer » ou « continuer sans interruption ». Mettant
l’accent sur ce sens, les érudits tibétains ont traduit le terme par gyu (rgyud),
ce qui désigne une continuité ininterrompue. On se rapporte ici à une
continuité dans le temps comme la succession des instants d’un film,
plutôt qu’à une continuité dans l’espace comme la succession des
tronçons d’un trottoir. En outre, les successions dont il est question
dans le tantra ressemblent à des films éternels : elles n’ont ni commencement, ni fin.

Il n’y a jamais deux films identiques, et même deux copies du même
film ne peuvent jamais être la même pellicule. Aussi, les successions
infinies maintiennent toujours leur caractère individuel : les images du
film défilent une à une et tout change image après image. De la même
manière, dans les successions infinies, les instants sont éphémères, un
seul à la fois, sans qu’il y ait rien de solide qui se perpétue à
travers les successions.

Les continuums mentaux en tant que tantras


L’exemple le plus remarquable d’une succession infinie est le continuum mental (flux mental, angl. mind-stream), la succession infinie des instants d’un esprit individuel. Dans le bouddhisme, l’esprit (angl. mind)
fait référence à la pure et simple expérience individuelle et
subjective – et non pas à un objet physique ou immatériel qui, soit
ferait cette expérience, soit serait l’outil utilisé par quelqu’un pour
faire l’expérience de choses. D’autre part, un continuum mental
n’est pas un flot d’expériences qui s’accumuleraient de sorte qu’une
personne aurait plus d’expérience qu’une autre. Un continuum
mental comprend simplement une succession ininterrompue d’instants de
fonctionnement mental – le fait pur et simple de faire l’expérience de
choses. Ces choses dont on peut faire l’expérience comprennent les
images, les sons, les sentiments, les pensées, le sommeil et même la
mort. Dans ce contexte, l’expression « pur et simple » implique que
l’expérience vécue n’a pas besoin d’être délibérée, touchante sur le
plan affectif ou même consciente.

De plus, l’expérience de quelque chose est toujours individuelle et
subjective. Deux personnes peuvent faire l’expérience de voir le même
film, mais elles n’auront pas la même expérience du film – il se peut
qu’il plaise à l’une et pas à l’autre. L’expérience qu’elles auront du
film dépend de nombreux facteurs interconnectés tels que leur humeur,
leur état de santé, les personnes qu les accompagnent, et même le siège
sur lequel elles sont assises.

Les êtres individuels sont ceux qui ont un continuum mental. À
chaque instant de leur existence, ils font l’expérience de quelque
chose. Ils agissent avec intention – même s’ils ne l’ont pas planifié de
manière conceptuelle – et vivent une expérience subjective des effets
immédiats et à long terme de ce qu’ils font. Ainsi, le continuum
mental de tous les êtres individuels – leur expérience des choses –
change d’instant en instant, au fur et à mesure qu’eux-mêmes et leur continuum
mental continuent d’une vie à l’autre, sans jamais de début ni de fin.
Le bouddhisme accepte comme un état de choses que non seulement les continuums
mentaux durent éternellement, mais aussi qu’ils soient dénués de toute
forme de commencement, que ce soit du fait de l’œuvre d’un créateur,
de la matière/énergie ou de rien du tout.

Les êtres individuels, et donc les continuums mentaux,
interagissent les uns avec les autres tout en demeurant distincts les
uns des autres, même dans la bouddhéité. Bouddha Shakyamouni et Bouddha
Maitreya sont identiques dans leur atteinte de l’illumination, pourtant
ils ne sont pas la même personne. Ils ont tous deux des relations
uniques avec des êtres différents, ce qui est illustré par le fait que
certains individus peuvent rencontrer un tel bouddha et non tel autre,
et recevoir les bienfaits de ce bouddha et non d’un autre.

Les films maintiennent leur caractère individuel sans requérir ni
contenir un indicateur fixe et inné, tel que leur titre, qui serait
toujours présent en tant que partie de chaque instant et leur prêterait
une identité individuelle par la seule voie de son propre pouvoir. Les
films conservent leur caractère individuel dans la mesure où ils
dépendent purement et simplement de facteurs entrelacés et changeants,
comme l’agencement séquentiel et sensé d’images. De même, les continuums
mentaux infinis se poursuivent sans indicateur fixe et inné tels
qu’une âme, un soi ou une personnalité, qui resterait non influencé et
inchangé pendant toute une vie et d’une vie à l’autre, et leur prêterait
une identité individuelle par la voie de son propre pouvoir. Pour
conserver leur identité individuelle, les continuums mentaux
dépendent purement et simplement de facteurs entrelacés et changeants,
comme des séquences sensées d’expériences de choses, selon les
principes de cause et effet comportementaux (skt. karma). Même à un niveau plus général, les continuums
sont dénués d’une identité fixe et inhérente telle que « humain », «
moustique », « mâle » ou « femelle ». Selon leurs actes, les êtres
individuels apparaissent à chaque vie sous une forme différente –
quelquefois avec plus de souffrance et de problèmes et quelquefois avec
moins.

Le terme tantra en référence à la nature de bouddha


Quoiqu’il manque aux continuums mentaux, et donc aux êtres
individuels, une âme innée qui leur prêterait une identité par la voie
de son propre pouvoir, il y a néanmoins d’autres caractéristiques qui
les accompagnent en tant que facettes intégrales de leur nature. Ces
facettes innées constituent aussi des tantras
– des successions d’instants sans commencement ni fin. Les facettes
innées et infinies qui se transforment en facettes illuminantes d’un
bouddha, ou qui permettent à chaque continuum mental de devenir le continuum d’un bouddha, comprennent les « facteurs de la nature de bouddha » de ce continuum.

Par exemple, les successions ininterrompues d’instants concernant
l’apparence physique, la communication et le fonctionnement mental
(corps, parole et esprit), les qualités positives opérantes et
l’activité, accompagnent indéfiniment la succession d’instants de chaque
continuum mental, bien que les formes particulières de ces «
cinq » varient à chaque instant. L’apparence physique peut être
invisible à l’œil humain ; la communication peut être non intentionnelle
et se faire simplement à travers un langage corporel et le
fonctionnement mental peut être minimal comme dans le sommeil ou dans un
état inconscient. Les qualités positives comme la compréhension, la
sollicitude et la capacité peuvent opérer à des niveaux infimes ou être
seulement latentes, et l’activité peut être simplement autonomique.
Néanmoins, l’expérience individuelle et subjective de quelque chose à
chaque instant implique qu’il y a continuellement une certaine apparence
physique, une certaine forme de communication d’une certaine
information, un certain fonctionnement mental, un certain niveau où
opèrent des qualités positives et une certaine activité.

Le fait que des successions ininterrompues d’instants des cinq facettes innées accompagnent le continuum
mental de chaque être à chaque renaissance rend compte que les
successions de ces « cinq » continuent à accompagner chaque être, même
en tant que bouddha. D’un autre point de vue, les instants des « cinq »
continuent à survenir dans des successions ininterrompues, même après
l’illumination – sauf qu’ils se manifestent alors sous la forme des
cinq facettes illuminantes d’un bouddha. Elles sont « illuminantes »
dans le sens où elles constituent les moyens les plus efficaces pour
conduire les autres à l’illumination.

Des successions sans commencement qui peuvent avoir une fin


En tant que tantras,
les continuités infinies des facteurs de la nature de bouddha d’un
individu sont entrelacées, formant ainsi à chaque instant un tout
intégré qui fonctionne comme un réseau. Dans un autre sens, ces
continuités infinies constituent les fils de la chaîne sur lesquels se
tissent les successions d’instants relatives à d’autres
caractéristiques qui accompagnent les continuums mentaux. Il y a
aussi de nombreuses caractéristiques entrelacées qui sont sans
commencement, mais toutes ne continuent pas indéfiniment. Certaines
peuvent avoir une fin et ne constituent donc pas les facettes intégrales
de la nature du continuum. Les plus importantes sont les
continuités sans commencement de la confusion à propos de la façon dont
les choses existent, les habitudes qu’une telle confusion implique et
les difficultés et limitations à la récurrence incontrôlable qu’elles
produisent. Ici, pour simplifier la discussion, nous employons le terme «
confusion » à la place de « méconnaissance » (ignorance) mais sans
connotation de désordre, désarroi ou démence.

Les successions sans commencement d’instants de différents niveaux de
confusion et leurs habitudes peuvent avoir une fin parce que leurs
opposés exacts, les successions d’instants de compréhension et ses
habitudes, peuvent les remplacer et les enlever pour toujours. Pendant
que les successions d’instants de confusion et ses habitudes
accompagnent les continuums mentaux, les facteurs de leur nature de bouddha ne peuvent pas fonctionner à leur pleine capacité. Tant que les continuums
mentaux sont dans cette condition, les individus qu’ils dénotent sont
des « êtres limités » (être doués de sensation). Les facteurs
n’atteignent le sommet de leur fonctionnement qu’avec l’enlèvement
complet de toutes les caractéristiques limitatives ou « taches fugaces
», c’est-à-dire : de tous les niveaux de confusion et leurs habitudes.
Lorsque les continuités de toutes les caractéristiques limitatives
cessent pour toujours, les individus ne sont plus des êtres limités.
Leur continuité infinie en tant qu’individus perdure, mais ces êtres se
sont maintenant transformés en bouddhas.

Les explications Nyingma et Kagyu du tantra


Les quatre traditions du bouddhisme tibétain – Nyingma, Kagyu, Sakya et Guéloug (Gelug) – acceptent les successions infinies d’instants des facteurs de la nature de bouddha comme signification du tantra. Les explications
particulières de chaque école permettent de faire davantage la lumière
sur le sujet et viennent en complément les unes des autres. Voyons
d’abord la présentation générale commune aux traditions Nyingma et
Kagyu car elle a pour spécialité de discuter le tantra en terme de nature de bouddha en général. Ces présentations proviennent du Continuum infini le plus poussé de Maitreya.

Maitreya a expliqué que, bien que les successions d’instants des
facteurs de la nature de bouddha continuent indéfiniment, elles peuvent
être non raffinées, partiellement raffinées, ou complètement raffinées.
La différence se fait selon que les successions d’instants de tous les
niveaux de confusion et leurs habitudes accompagnent sans interruption
le continuum mental, que certaines seulement l’accompagnent
pendant un certain temps, ou qu’aucune ne l’accompagne jamais plus. Ces
trois conditions de la continuité infinie des facteurs de la nature de
bouddha sont les tantras « de la base », « de la voie » et « de la résultante ».

En tant que tantras
de la base, les continuités « toujours-disponibles » des facteurs de
la nature de bouddha sont les matériaux de travail pour atteindre
l’illumination. Vus de cette perspective, les facteurs sont non
raffinés ou « impurs » dans le sens où les successions d’instants de
tous les niveaux de confusion et leurs habitudes s’entrelacent en tout
temps avec les facteurs, limitant leur fonctionnement à différents
degrés.

Sur la voie vers l’illumination, les pratiquants travaillent à
enlever leurs limitations en stoppant par étape les continuités des
différents niveaux de confusion et leurs habitudes qui s’enchevêtrent
avec leur corps, leur communication, leur esprit, leurs qualités
positives et leurs actions. Par conséquent, au cours du processus de
purification, les continuités des facteurs de la nature de bouddha, en
tant que tantras de
la voie, sont partiellement raffinées et partiellement non raffinées.
Quelquefois, des périodes de pleine compréhension accompagnent les
facteurs ; d’autres fois, des périodes s’ensuivent avec le simple momentum
de la compréhension. Parfois les successions d’instants de confusion
cessent temporairement. Ensuite, les continuités de certains niveaux
reprennent, mais graduellement, aucun d’eux ne revient jamais plus.
Pareillement, les habitudes de la confusion cessent parfois de donner
lieu à des instants de confusion et, finalement, les continuités des
habitudes cessent pour toujours.

Au niveau résultant de la bouddhéité, les continuités de facteurs de la nature de bouddha, en tant que tantras de
la résultante, sont raffinées dans leur totalité, c’est-à-dire
qu’elles sont pour toujours complètement débarrassées des périodes qui
accompagnent tous les niveaux de confusion ou de leurs habitudes. Donc,
les facteurs de la nature de bouddha fonctionnent pour toujours à leur
pleine capacité en tant que facettes illuminantes entrelacées d’un
bouddha, par exemple, en tant que facultés illuminantes physiques d’un
bouddha, facultés illuminantes de communication d’un bouddha et
facultés illuminantes mentales d’un bouddha, qualités illuminantes
positives d’un bouddha et activités illuminantes d’un bouddha.

Le rôle des « figures de bouddha » dans le tantra


Les « figures de bouddha » représentent les facteurs de la nature de
bouddha au cours des phases raffinées ou « pures », lorsque les
successions d’instants de pleine compréhension accompagnent leurs
continuités. Parce que les figures de bouddha disposent de corps,
d’esprit, de facultés de communication, de qualités positives et de
facultés d’actions qui œuvrent ensemble comme un réseau intégré, elles
sont aptes à représenter ces facteurs de la nature de bouddha. En outre,
ces figures ont souvent de multiples visages, bras et jambes. La
disposition des visages et des membres représentent des thèmes de
soutras dont la plupart se retrouvent aussi parmi les facteurs de la
nature de bouddha. Les pratiquants du tantra utilisent ces figures dans la méditation pour pousser plus loin le processus de purification.

Le terme sanskrit pour « figures de bouddha », ishtadevata,
signifie « déités choisies », c’est-à-dire des déités choisies pour la
pratique de devenir un bouddha. Ce sont des « déités » dans le sens où
leurs capacités transcendent celles des êtres ordinaires mais elles
n’exercent pas de contrôle sur leur vie, pas plus qu’elles ne requièrent
de vénération. Ainsi, les érudits tibétains ont traduit le terme par lhagpay lha (lhag-pa'i lha), « déités spéciales », pour les différentier des dieux mondains ou de Dieu le Créateur.

Le terme tibétain équivalent le plus courant, yidam (yi-dam), dénote plus clairement le sens voulu. Yi signifie « esprit » et dam tient lieu de damtsig (dam-tshig, skt. samaya), « un lien étroit ». Les pratiquants du tantra
tissent des liens avec des figures de bouddha féminines et masculines,
comme Avalokiteshvara et Tara, imaginant qu’ils ont eux-mêmes les
facettes illuminantes de l’apparence physique, de la communication, du
fonctionnement mental, des qualités positives et des activités de ces
figures. Plus précisément, alors que les continuités des facteurs de
leur nature de bouddha sont encore partiellement non raffinées en tant
que tantras de la
voie, les pratiquants les relient ou les entremêlent aux continuités
des facteurs imaginés comme étant les facettes complètement raffinées
des figures de bouddha. Même lorsque les pratiquants n’ont obtenu
qu’une compréhension incomplète de la façon dont les choses existent,
s’imaginer que les facteurs partiellement non raffinés de leur nature
de bouddha fonctionnent comme les facettes totalement raffinées d’une
figure de bouddha est la méthode générale du tantra
pour enlever des continuités infinies des facteurs de la nature de
bouddha, les taches fugaces des périodes de confusion et de ses
habitudes. En bref, que les facteurs de la nature de bouddha
fonctionnent en tant que tantras de la base, de la voie, ou de la résultante, ils demeurent les mêmes. Le continuum
mental manifeste toujours une certaine forme d’apparence physique, de
communication de quelque chose et de fonctionnement mental, ainsi qu’un
certain niveau de qualités positives opérantes et une certaine
activité. Ce qui fait la différence, c’est la mesure dans laquelle les
successions d’instants des différents niveaux de confusion et de leurs
habitudes accompagnent les continuités des facteurs et limitent leur
fonctionnement.

Selon les présentations Nyingma et Kagyu, le thème du tantra est
celui de l’entrelacement des conditions de la base, de la voie et de
la résultante des continuités infinies des facteurs de la nature de
bouddha, afin de tisser une méthode pour atteindre l’illumination. Plus
particulièrement, le tantra porte sur les méthodes qui permettent de travailler avec les périodes des facteurs de la nature de bouddha en tant que tantras
de la voie afin de purifier les successions de facteurs en tant que
tantras de la base, de sorte que leur fonctionnement ultime se fasse en
tant que continuités infinies des tantras de la résultante. La pratique du tantra
effectue cette transformation en reliant les continuités des facteurs
de la nature de bouddha aux successions d’instants de leur situation
raffinée telle qu’elle est représentée par les facettes illuminantes
des figures de bouddha.

La présentation Sakya


La présentation Sakya de la signification du tantra provient du Tantra de Hévajra, un texte de la plus haute classe de tantra.
Cette présentation élucide la relation entre les figures de bouddha et
les êtres de tous les jours qui permet d’établir le lien entre leurs
facettes respectives dans la pratique du tantra.

Le continuum de claire-lumière (l’esprit de claire-lumière), le niveau le plus subtil du continuum mental de chacun(e), est un sujet d’exclusivité appartenant au plus haut tantra. Tous les continuums
mentaux ont un niveau de claire-lumière où se situe l’expérience des
choses et qui, en tant qu’ultime nature de bouddha, leur fournit la
continuité infinie la plus profonde. En fait, les niveaux grossiers où
se situe l’expérience des choses, comme ceux de la perception
sensorielle et de la pensée conceptuelle, ne se poursuivent pas sans
interruption d’une vie à la suivante. Ils cessent même pour toujours
avec l’atteinte de l’illumination. Seules les successions des niveaux de
claire-lumière continuent sans interruption, même une fois que l’on
est devenu un bouddha. Si l’on compare les êtres individuels à des
radios, alors les niveaux grossiers des continuums mentaux sont
semblables à des radios diffusant différentes stations, alors que les
niveaux de claire-lumière ressemblent à des radios qui sont simplement
allumées. Toutefois, l’analogie n’est pas exacte : les radios peuvent
s’arrêter de diffuser, alors que les continuums mentaux ont un flux qui ne cesse jamais.

Indépendamment du niveau auquel elle se passe, la pure et simple
expérience individuelle et subjective des choses suppose de faire
s’élever leur apparence (clarté) et de s’y impliquer mentalement
(conscience). En d’autres termes, on ne perçoit pas directement les
objets extérieurs, mais on perçoit purement et simplement leurs
apparences ou représentations mentales qui s’élèvent comme faisant
partie de l’acte de percevoir. Ici, les apparences comprennent non
seulement l’image des choses mais aussi leur son, leur odeur, leur goût,
la sensation physique et les pensées à leur sujet. La science
occidentale procède à la même description d’une perspective physique.
Lorsque l’on perçoit des choses, ce n’est pas que l’on ait connaissance
d’objets extérieurs – en réalité, on a seulement connaissance de
complexes composés d’impulsions électrochimiques qui représentent les
objets dans le système nerveux et dans le cerveau. Quoique tous les
niveaux d’expérience des choses impliquent que leurs apparences
s’élèvent, c’est le continuum de claire-lumière qui est la véritable source qui fait s’élever toutes les apparences.

S’impliquer mentalement dans les apparences signifie les voir, les
entendre, les sentir, les goûter, les ressentir physiquement ou les
penser, ou encore : ressentir affectivement quelque chose à leur sujet.
L’implication mentale peut se faire de façon subliminale ou même de
façon inconsciente. Et pour aller plus loin, faire s’élever les
apparences des choses et s’y impliquer mentalement sont deux façons de
décrire le même phénomène. L’apparition d’une pensée et la pensée d’une
pensée sont en fait le même évènement mental. Ce n’est pas qu’une
pensée s’élève et qu’on la pense ensuite : les deux actes mentaux ont
lieu simultanément parce qu’ils décrivent le même évènement.

La discussion Sakya sur le tantra
se concentre sur un facteur spécifique de la nature de bouddha, à
savoir : la succession infinie d’instants relatifs à l’activité innée
du continuum de claire-lumière qui consiste de faire s’élever
les apparences à partir de lui-même. La production des apparences se
fait de façon automatique, non délibérée et inconsciente. On peut
regarder quelque chose délibérément, mais quand on voit ce quelque
chose, le continuum de claire-lumière n’en construit pas délibérément l’apparence. De plus, les apparences qui s’élèvent à partir du continuum de claire-lumière peuvent être celles de la base physique du continuum – son corps – ou de tout autre objet qu’il perçoit.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que la production des apparences a
lieu de façon inséparable à deux niveaux : grossier et subtil. « De
façon inséparable » (yermey, dbyer-med) signifie que si un niveau
a lieu de façon valide, l’autre niveau a lieu de façon valide aussi.
Dans ce contexte, les apparences grossières sont celles des êtres
ordinaires et de leur environnement ; les apparences subtiles sont
celles des figures de bouddha et de leur entourage.

Les êtres de tous les jours et les figures de bouddha sont comme des niveaux quantiques de continuums
de claire-lumière. Les particules subatomiques ont plusieurs niveaux
quantiques d’énergie auxquels elles sont en résonance de manière
identique et de façon valide. À tout instant, le niveau auquel une
particule est en résonance est une fonction de probabilité : on ne peut
pas dire avec certitude que la particule soit en résonance à un niveau
seulement et non à l’autre. En fait, d’après la mécanique quantique,
une particule peut être en résonance simultanément sur plusieurs
niveaux. Pareillement, parce le niveau auquel le continuum de
claire-lumière apparaît à tout instant est une fonction de probabilité,
on ne peut pas dire qu’à un instant précis un être individuel ait une
seule apparence et pas d’autre.

La continuité infinie de l’activité mentale qui produit cette paire
d’apparences liées de façon innée peut être raffinée, partiellement
raffinée ou complètement raffinée selon les successions d’instants de
confusion et des habitudes qui l’accompagnent. Le processus par lequel
une continuité de pratique avec des figures de bouddha purifie ce
facteur de la nature de bouddha, de sorte qu’il produise une succession
infinie d’apparences complètement débarrassée des périodes qui
accompagnent la confusion et ses habitudes est le tout premier thème du tantra, tel qu’il est discuté à l’école Sakya.

L’explication Guéloug (Gelug)


La tradition Guéloug (Gelug) suit Le tantra tardif de Guhyasamaja dans son explication du sens du tantra
en tant que continuité infinie. L’aspect principal de la nature de
bouddha qui y est souligné est celui de la « vacuité » (vide) du continuum mental – son absence d’exister de façon impossible. Les continuums
mentaux n’existent pas comme étant défectueux de manière inhérente et
impurs par nature. Il n’en a jamais été ainsi et n’en sera jamais
ainsi. Il n’y a pas de continuités infinies de caractéristiques innées
qui les accompagnent et qui, du fait de leur propre pouvoir, les
feraient exister de cette façon impossible. Parce que cette absence
totale est toujours actuelle, une fois que les pratiquants ont
parfaitement compris ce fait, ils peuvent faire en sorte que les
continuités de la confusion et de ses habitudes cessent d’accompagner
leur continuum mental afin que les facteurs de leur nature de
bouddha puissent fonctionner pleinement en tant que facettes
illuminantes d’un bouddha. Puisque, en tant que continuités infinies,
les continuums mentaux se poursuivent indéfiniment, leur vacuité
demeure toujours un fait qui rend la purification et la transformation
possibles.

La méthode de purification se rapporte aux étapes de la pratique avec
les figures de bouddha. À la différence des gens ordinaires, les
figures de bouddha ne grandissent pas à partir d’un embryon, ne
vieillissent pas, ni ne meurent. Parce qu’elles sont toujours
disponibles sous la même forme, la méditation avec les figures de
bouddha peut former une continuité infinie. Le résultat du processus de
purification est la continuité infinie de la bouddhéité.

En bref, à travers la continuité infinie de la pratique méditative du lien avec les figures de bouddha, les pratiquants du tantra atteignent la continuité infinie de la bouddhéité sur la base du fait infini de la vacuité de leur continuum mental. Parce que la pratique du tantra implique la production de l’apparence de soi en tant que figure de bouddha semblable à l’état résultant de l’illumination, le tantra est appelé le « véhicule de la résultante ».

Résumé


Le thème du tantra porte sur les continuités infinies liées au continuum
mental. Les continuités comprennent les facteurs de la nature de
bouddha, tels que les qualités positives fondamentales, un niveau de
claire-lumière où a lieu l’expérience de choses, son activité de
production d’apparence de soi, et sa vacuité. Les continuités
comprennent aussi les figures de bouddha et l’état d’illumination. Les
quatre traditions du bouddhisme tibétain expliquent les diverses façons
dont les successions d’instants de ces continuités infinies
s’entrelacent en tant que bases, voies, et résultats. Elles partagent la
caractéristique selon laquelle le tantra
requiert une voie de pratique avec des figures de bouddha pour
purifier une base avec l’illumination pour résultat. Elles s’entendent
aussi sur les caractéristiques physiques des figures de bouddha pour
les utiliser comme représentations polyvalentes et fournir les fils de
la chaîne où viennent s’entrelacer les thèmes variés de la pratique des
soutras. Le terme tantra se rapporte à ce tissage très serré de thèmes étroitement entrelacés, et aux textes qui en discutent.


_________________
Puisse la bodhicitta, le précieux esprit d’éveil, qui n’a pas été générée dans notre esprit être générée et croître,
Et puisse l’esprit d’éveil qui a été généré dans notre esprit et dans celui des autres ne pas dégénérer mais augmenter toujours plus.
avatar
Karma Trindal
Administrateur
Administrateur

Féminin
Nombre de messages : 6790
Age : 37
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Karma Trindal le Dim 04 Déc 2011, 16:09

Comme l'a souligné Pema Gyaltshen:

Ces éléments apparaissent seulement vers la trente-sixième et trente septième semaine de grossesse.

Sinon, le bébé ne sortirait jamais! Wink


_________________

avatar
Karma Yéshé
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 2663
Age : 51
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Karma Yéshé le Dim 04 Déc 2011, 18:25

c'est dingue, je n'ai jamais rien dit de tel!!!!!!je ne repond meme pas çà n'en vaut pas la peine.
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7408
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Pema Gyaltshen le Dim 04 Déc 2011, 20:18

Ce qui est important à comprendre également c'est la conception :
Selon les "Tantras des explications" :


Conception :
Trois éléments sont nécessaires à la formation d'un corps.
Un sperme parfait sans déficience.
Du sang menstruel ( Ovule ) au moment approprié dans son cycle et sans déficience.
L'esprit de l'être venant de l'état intermédiaire ( Bardo )
entrainé par son Karma


Au moment de la conception, tout ce qui nous vient de la mère, du père, et de l'esprit ou conscience, se mélangent...

C'est pourquoi dans le Bouddhisme il existe des pratiques à réaliser AVANT la conception, afin d'inviter une énergie ( une conscience ) dont le karma sera déjà dans une évolution spirituelle favorable.

Ce qui ne veut pas dire que c'est indispensable, dans les cas ordinaires la loi du karma fera son effet, mais on ne sait jamais, nous êtres ordinaires, quelle énergie va émerger...
Je trouve que la vie est passionnante ! Laughing
Et la mort n'est pas effrayante si on est bien préparé par la méditation.


_________________

avatar
marishka
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 45
Contrée : France, région lyonnaise
Arts & métiers : Maman à temps plein
Disposition de l'Esprit : Méditation
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 20/11/2011

Re: grossesse et bouddhisme

Message par marishka le Dim 04 Déc 2011, 22:09

Oui et bien je peux vous dire que j'ai eu droit à un déclenchement en règle pour l'accouchement de mon premier parce que je suis diabétique sous insuline à presque 39 semaines et que malgrè tous leurs produits chimiques, il ne s'est JAMAIS engagé dans le bassin, après 3 jours de contractions non stop et cela même à col dilaté au maximum. J'ai fini par avoir une césarienne d'urgence parce qu'il ne "voulait" pas sortir ... Je pense qu'il ne devait pas être si mal que ça au final ....
Idem pour ma 2ème, j'ai eu une césarienne programmée à 38 semaines et demi ( j'ai fait trainé le plus longtemps possible en espérant une naissance naturelle ) et idem, elle n'a pas voulu non plus sortir ...

Je comprends donc les incompréhensions de Djinpa Karma Yéshé sur ce point là.

Contenu sponsorisé

Re: grossesse et bouddhisme

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017, 04:38