Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Bienvenue sur L'Arbre des Refuges!



S'informer, partager, sympathiser avec l'actualité du Bouddhisme dans le Monde !


Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

Connexion

Récupérer mon mot de passe

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Précieuse existence humaine
Hier à 22:44 par Ortho

» Présentation Jcare
Hier à 22:14 par Ortho

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 16:57 par manila

» Histoire Zen _ Le Maître du Silence
Hier à 16:47 par vaygas

» Dhammapada
Hier à 16:33 par vaygas

» Témoignage: Mise en place du projet: Méditation à l'école!
Hier à 16:23 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 13:45 par manila

» Illusion ou Réalité: Ram Bahadur Bamjon - Réapparition de Little Buddha
Hier à 13:27 par manila

» Annonce: Cherchons animateur vidéo pour le forum
Hier à 11:32 par Karma Trindal

» Quelles sont les caractéristiques propres au bouddhisme tibétain
Hier à 10:35 par Disciple laïc

» Kyudo, tir à l’arc zen
Hier à 08:36 par Disciple laïc

» Aller à contre courant, se libérer des habitudes
Hier à 08:34 par Disciple laïc

» Regards zen sur l’alimentation
Hier à 08:32 par Disciple laïc

» Bouddhisme et management responsable
Hier à 08:30 par Disciple laïc

» Aide au Bouddhisme
Hier à 07:32 par Disciple laïc

» Un maître du Soto Zen - 1902-2008 - 95 ans de zazen
Ven 20 Oct 2017, 17:05 par Disciple laïc

» Bouddhisme et shintoïsme
Mer 18 Oct 2017, 14:37 par Karma Yéshé

» L'idéal du bodhisattva dans le bouddhisme
Mer 18 Oct 2017, 14:33 par Karma Yéshé

» Evénement: Journée "Porte ouverte" ce dimanche 22/10/2017 à Samye Dzong (Bruxelles)
Lun 16 Oct 2017, 15:52 par manila

» Comment faire chanter un bol tibétain
Dim 15 Oct 2017, 13:08 par manila

» Les 4 Nobles Vérités selon le maître Zen Thich Nath Hanh
Dim 15 Oct 2017, 10:16 par Disciple laïc

» A la rencontre de Maître Taisen Deshimaru
Dim 15 Oct 2017, 10:04 par Disciple laïc

» Les 50 ans du Zen Sôtô en France
Dim 15 Oct 2017, 08:01 par Disciple laïc

» Toumo: Le Feu Intérieur
Sam 14 Oct 2017, 19:25 par Bevis

» Les dix Terres ( Bhumis ) des Bodhisattvas
Sam 14 Oct 2017, 12:45 par tindzin

» Atteindre rigpa par la base
Sam 14 Oct 2017, 12:26 par tindzin

» La pratique du Dzogchen dans la vie quotidienne
Ven 13 Oct 2017, 17:32 par tindzin

» L'attitude bouddhiste face à la douleur
Jeu 12 Oct 2017, 11:05 par Disciple laïc

» Le bouddhisme selon Matthieu Ricard
Mer 11 Oct 2017, 14:31 par Disciple laïc

» L'enseignement du Bouddha d''après les textes les plus anciens
Mer 11 Oct 2017, 11:46 par Ntbr

» Bouddhisme et Science: La méditation, nouvel outil des neurosciences
Mer 11 Oct 2017, 11:38 par Renard sauvage

»  Kagyu Samyé Ling Belgique - Les jardins de méditation: Un nouveau centre international de retraite en Belgique
Mar 10 Oct 2017, 21:27 par manila

» Le Theravada dans la Tradition de la Forêt
Mar 10 Oct 2017, 18:49 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Mar 10 Oct 2017, 13:03 par Renard sauvage

» Présentation d'un homme qui veut comprendre tout
Mar 10 Oct 2017, 02:38 par tindzin

» 20 contes des vies passées du Bouddha
Lun 09 Oct 2017, 23:04 par Disciple laïc

» Moine bouddhiste en Kalmoukie
Lun 09 Oct 2017, 19:35 par Renard sauvage

» Il n'y a ni mort ni peur
Lun 09 Oct 2017, 16:27 par manila

» Recherche d'un livre
Lun 09 Oct 2017, 15:42 par Disciple laïc

» Diriger plus haut - Diriger vers le bas - A propos du Kôan Maître Dôge
Dim 08 Oct 2017, 18:58 par Disciple laïc

» Soi-même et les autres
Dim 08 Oct 2017, 16:38 par Disciple laïc

» Japon : les chemins de pélérinage
Dim 08 Oct 2017, 14:33 par Disciple laïc

» Sortir de l’enfer grâce à la compassion
Dim 08 Oct 2017, 14:28 par tindzin

» Les paroles de Laurent Ruquier
Dim 08 Oct 2017, 11:52 par Disciple laïc

» Sagesses Bouddhistes des 10 et 17 septembre 2017
Dim 08 Oct 2017, 08:46 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé: Bénévolat bouddhiste 2018 - Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 07 Oct 2017, 23:30 par Pema Gyaltshen

» Shoshin ma présentation
Sam 07 Oct 2017, 21:05 par Karma Trindal

» Présentation en tant que nouveau membre
Sam 07 Oct 2017, 21:04 par Karma Trindal

» Me présenter
Sam 07 Oct 2017, 21:02 par Karma Trindal

» Le bouddhisme en occident
Sam 07 Oct 2017, 21:01 par Karma Trindal

» Présentation Lucien
Sam 07 Oct 2017, 20:56 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 07 Oct 2017, 20:55 par Karma Trindal

» Présentation !
Sam 07 Oct 2017, 20:33 par Akana

» Partage de ma perception
Sam 07 Oct 2017, 18:38 par vaygas

» Evénement: Enseignements "Lettre à un ami" de Nagarjuna (novembre et décembre 2017) - Lama Rinchen Palmo (Bruxelles)
Sam 07 Oct 2017, 17:57 par Karma Trindal

»  Evénement: Enseignement sur Dorje Chang Thungma 18/10/2017 - Lama Rinchen Palmo à Samye Dong (Bruxelles)
Sam 07 Oct 2017, 17:47 par Karma Trindal

» Rencontre en cercle inter-tradition
Sam 07 Oct 2017, 17:11 par Karma Trindal

» Je vous souhaite Tout le Bonheur du Monde..
Sam 07 Oct 2017, 16:57 par Karma Trindal

» Vivre en centre spirituel
Sam 07 Oct 2017, 16:55 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 07 Oct 2017, 15:49 par Karma Trindal

» Wilfried : nouveau venu
Sam 07 Oct 2017, 15:26 par Karma Trindal

» Présentation!
Sam 07 Oct 2017, 15:25 par Karma Trindal

» Présentation
Sam 07 Oct 2017, 15:21 par Karma Trindal

» Nouveau membre : renard sauvage
Sam 07 Oct 2017, 15:19 par Karma Trindal

» Quelques haïkus irréguliers du renard sauvage
Sam 07 Oct 2017, 15:08 par Karma Trindal

» Vajrasattva est aussi la base neutre
Sam 07 Oct 2017, 14:54 par tindzin

» Amour altruiste et compassion.
Sam 07 Oct 2017, 14:19 par Karma Trindal

»  Thich Nhat Hanh
Sam 07 Oct 2017, 13:57 par Karma Trindal

» Rapport au monde
Sam 07 Oct 2017, 13:50 par Karma Trindal

» Présentation Disciple Laïc
Sam 07 Oct 2017, 13:40 par Disciple laïc

» Ce qui n'est pas donné est perdu
Sam 07 Oct 2017, 13:21 par Karma Trindal

» Yukaro, enchanté
Sam 07 Oct 2017, 13:15 par Karma Trindal

» Phobie sociale
Sam 07 Oct 2017, 12:39 par Akana

» 7 octobre 2017: "13h15 le samedi". Pierre Rabhi : objectif Terre
Sam 07 Oct 2017, 12:34 par Karma Trindal

» Maka Hannya Haramita Shingyo - Essence du Sutra de la Grande Sagesse qui permet d’aller au-delà
Sam 07 Oct 2017, 12:22 par Karma Trindal

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 58 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 57 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Karma Trindal


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 92830 messages dans 10787 sujets

Nous avons 4081 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Jorince

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7408)
 
Karma Trindal (6790)
 
petit_caillou (4717)
 
manila (4386)
 
Karma Döndrup Tsetso (3418)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2663)
 
Karma Yönten Dolma (2313)
 
vaygas (1984)
 

Matthieu Ricard et son blog

Partagez
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Lun 19 Mar 2012, 12:15

Bonheur National Brut et Produit National Brut – 3
Mercredi 14 mars 2012

Suite des extraits d’une déclaration du Premier ministre du Bhoutan, SE Jigmi Thinley en préparation aux débat du 2 Avril au Nations Unis, auquel j’aurai l’oppornité de participer.

La confiance totale et erronée dans le PIB n’a jamais été aussi claire que pendant l’effondrement économique mondial de 2008-2009, lorsque les leaders mondiaux ont unanimement décidé que la priorité était de faire croître encore l’économie, en d’autres termes de stimuler le PIB. Le monde paie aujourd’hui le prix de cette conception unilatérale : les gouvernements sombrent dans le gouffre d’une dette dévastatrice dont ils n’arrivent pas à émerger.

Tout cela me conduit directement à l’annonce que je souhaite faire aujourd’hui. Dorénavant, [au Bhoutan] nous comptabiliserons de façon opportune toute la précieuse richesse de ce pays, en y incluant les richesses naturelle, humaine, sociale et culturelle, et nous cesserons de nous focaliser strictement sur nos richesses financière et manufacturée, comme si ces dernières étaient les seules à être prises en compte. Bien sûr nous continuerons de les comptabiliser, mais dorénavant et pour la première fois nous serons capables de chiffrer les vrais coûts de l’activité économique et d’équilibrer celle-ci à l’aide d’une comptabilité appropriée de nos richesses naturelle, humaine et culturelle, qui sont bien sûr les piliers de notre Bonheur National Brut. En résumé, nous allons créer des comptes de BNB équilibrés pour ce pays, et par là-même créer la première comptabilité nationale étendue au monde.

Nous ne sommes pas les seuls à aller dans cette direction, puisque c’est précisément ce qui a été recommandé par la Commission Stiglitz, elle-même nommée par le président français Sarkozy. Mais nous serons en fait le premier pays à mettre tout cela en pratique, et nous sommes déjà en train de faire appel aux meilleurs experts mondiaux pour le faire de façon correcte et crédible. Cela ne sera pas facile, cela prendra du temps pour l’appliquer d’une manière appropriée et complète (plusieurs années en fait), et nous devrons faire face à d’importants défis méthodologiques, comme le fait que l’argent n’est pas un outil adéquat pour décrire correctement la valeur des activités hors marché - par exemple les services rendus par l’écosystème.

Grâce à la présence de MM. Costanza et Kubiszewski dans notre pays, nous avons déjà commencé à travailler en initiant nos statisticiens nationaux, la Commission BNB et nos fonctionnaires du Ministère des Finances, entre autre, à ne nouveaux concepts et à des méthodes nouvelles. Ainsi, même si l’ensemble complet des comptes de BNB n’est pas encore prêt, nous publions aujourd’hui les premiers comptes de résultats de notre nouvelle comptabilité étendue incluant les dimensions naturelle, sociale et humaine de notre activité économique.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/210_about_gross_national_happiness_and_gross_national_product_3_continued/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Lun 19 Mar 2012, 12:16

Bonheur National Brut et Produit National Brut – 4
Dimanche 18 mars 2012

Suite des extraits d’une déclaration du Premier ministre du Bhoutan, SE Jigmi Thinley en préparation aux débat du 2 Avril au Nations Unis, auquel j’aurai l’opportunité de participer.

Dr. Costanza et Kubiszewski ont travaillé dur pour nous fournir la première estimation jamais réalisée de la valeur économique du capital naturel de notre pays : 760 milliards de Ngultrums pour les services rendus par l’écosystème chaque année, soit 4,4 fois plus que la totalité de notre PIB. Presque 94% de ces services de l’écosystème sont fournis par les forêts de notre pays. Et c’est là que notre petit pays rend un énorme service au monde, car 53% de cette valeur revient à ceux qui sont en dehors de nos frontières. Pourquoi ? Parce que nos forêts régulent le climat, emmagasinent le carbone et protègent les bassins fluviaux dont d’autres bénéficient.

Et chaque année les gens de notre pays offrent généreusement du temps de façon bénévole pour aider leurs semblables en nettoyant les détritus, en réparant les lhakhangs (temples ou monastères), en combattant les incendies, ou en aidant les gens malades, les personnes âgées et les handicapés. Par son travail bénévole notre peuple non seulement vit très activement le BNB, mais il fournit aussi des services d’une extraordinaire valeur à notre pays et à notre économie. Si nous devions rémunérer tout ce travail bénévole, nous savons maintenant que cela nous couterait 320,5 millions de Nu chaque année. Ceci est notre première valorisation du capital social de notre pays.

Nous avons également commencé à valoriser notre capital humain et nous avons appris pour la première fois que les soins de santé liés aux problèmes d’alcoolisme coûtent à notre système de santé plus de 30 millions de Nu chaque année.

Ainsi pour la première fois, en valorisant notre capital naturel, humain et culturel, nous commençons vraiment à saisir le sens notre abondante richesse nationale, ainsi que les coûts véritables de certains phénomènes, comme celui de l’alcoolisme, par exemple – tout cela restant caché dans une comptabilité conventionnelle basée sur le PIB. Ces informations nouvelles nous seront d’une aide très précieuse pour mettre en place des politiques reposant sur de vrais indicateurs et pour créer une vraie société de BNB.

Au-delà de cela, ces nouveaux comptes nationaux reflétant pleinement le rapport coût-bénéfices constituent la véritable fondation d’un nouveau paradigme économique basé sur le BNB, tout en nous détournant de notre addiction à la croissance économique consumériste. Cela nous guidera vers un bonheur humain durable et le bien-être de toutes les formes de vie.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/211_about_gross_national_happiness_and_gross_national_product_4_continued1/

avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Ven 23 Mar 2012, 10:59

Bonheur National Brut et Produit National Brut – 5
Jeudi 22 mars 2012

Suite et fin des extraits d’une déclaration du Premier ministre du Bhoutan, SE Jigmi Thinley en préparation aux débat du 2 Avril au Nations Unis, auquel j’aurai l’opportunité de participer.

Certains, n’en doutons pas, s’interrogeront : pourquoi ce casse-tête comptable est-il nécessaire ? D’autres demanderont aussi : nos indicateurs de PNB ne sont-ils pas suffisants ? Et bien tout d’abord ces nouvelles mesures sont importantes tout simplement parce que tout ce qui est comptabilisé et mesuré attire l’attention. […]

Voici quelques exemples. Les taux de criminalité sont un indicateur (soit ils augmentent soit ils diminuent), mais les comptes évaluent les coûts économiques des crimes contre la société – c’est à dire l’argent que nous pourrions économiser s’il n’y avait pas de crime. Les taux de tabagisme sont un indicateur, tandis que les comptes évaluent les coûts économiques du tabagisme pour notre système de santé en fonction des taux plus élevés de cancers des poumons, de maladies cardiaques ou d’affections respiratoires – autrement dit l’argent que nous pourrions économiser si aucun Bhoutanais ne fumait. Les émissions de gaz à effets de serre sont un indicateur permettant de mesurer si nous avons émis cette année moins de GES que l’année dernière, tandis que les comptes évaluent les coûts du changement climatique que l’on attribue à ces émissions.

En d’autres termes, nos tout nouveaux comptes de BNB vont ajouter à l’information fourni par nos indicateurs habituels la dimension d’une valorisation économique vitale. Et cela est essentiel pour la simple raison que le PIB n’est pas un indicateur mais un système comptable. Si nous voulons vraiment remettre en question la prédominance (voire la main mise) de la pensée attachée au PIB sur notre propre pensée et l’élaboration de nos politiques, il est tout à fait nécessaire de constituer un système comptable plus large, plus approprié et plus exhaustif qui comptabilise correctement la valeur de notre richesse naturelle, humaine et culturelle.
Tant que les budgets mèneront le monde, et tant que nous ignorerons les vrais bénéfices et les vrais coûts de notre activité économique, les seuls indicateurs ne pourront pas déloger le PIB de la place prépondérante qu’il occupe actuellement. Et si nous voulons concrétiser ce que Sa Majesté a compris très profondément, à savoir que le BNB était plus important que le PNB, alors nous devons aller vers la prochaine étape en créant une vraie société de BNB : nous devons nous appuyer sur notre excellent système d’indicateurs pour construire désormais un nouvel ensemble de comptes de BNB.

Que signifie en pratique ce nouveau système comptable ? Voici quelques exemples. Lorsque nous présenterons nos budgets annuels, nous commencerons aussi à comptabiliser la santé de nos forêts et d’autres ressources naturelles comme l’eau. Et si nous avons eu une mauvaise année à cause d’incendies, par exemple, et bien nous devrons compter la perte de forêts en tant que dépréciation de notre richesse naturelle, de la même façon que nous chiffrons actuellement la dépréciation lorsque nous comptabilisons la valeur de notre capital immobilier ou manufacturé. Et si nous plantons des arbres, nous le compterons comme un investissement en capital naturel, comme nous comptabilisons actuellement les investissements dans notre capital immobilier.

Pour prendre un exemple de capital humain : nous commencerons à chiffrer la prévention des maladies comme un coût économique plutôt que de nous fourvoyer à comptabiliser de telles dépenses comme un gain économique. Nous avons commencé, par exemple, à calculer ce que coûte l’alcoolisme à l’économie, et nous avons donc pu considérer les dépenses à réaliser pour la prévention de l’alcoolisme comme de fructueux investissements pour notre capital humain (et non pas simplement comme des coûts, tels qu’ils apparaissent dans notre système comptable actuel erroné). […]

Le plus important peut-être : nos nouveaux comptes nationaux reflèteront au final les piliers principaux de notre Bonheur National Brut, de façon à ce que nous puissions esquisser un pas en avant de façon équilibrée pour le bénéfice de tout notre peuple. Par là-même les nouveaux comptes seront très certainement un cadeau pour le monde et pourront bénéficier à de nombreux autres pays qui peuvent s’en inspirer.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/212_about_gross_national_happiness_and_gross_national_product_5_end/
avatar
heyopibe
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 1522
Age : 52
Contrée : france
Arts & métiers : bénévole chez les migrants
Disposition de l'Esprit : apaisement
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 16/07/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par heyopibe le Ven 23 Mar 2012, 13:29

Merci pour cette information !
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mer 28 Mar 2012, 17:33

Notre bonheur passe par celui des autres
Mardi 27 mars 2012

Un bonheur pour soi tout seul ? Serait-il possible en négligeant celui des autres ou pire en essayant de le construire sur leur malheur ? Un « bonheur » élaboré dans le royaume de l’égoïsme ne peut être que factice, éphémère et fragile comme un château bâti sur un lac gelé, prêt à sombrer dès les premiers dégels. Parmi les méthodes maladroites, aveugles ou même outrancières que l’on met en œuvre pour construire le bonheur, l’une des plus stériles est donc l’égocentrisme. « Quand le bonheur égoïste est le seul but de la vie, la vie est bientôt sans but », écrivait Romain Rolland. Même si l’on affiche toutes les apparences du bonheur, on ne peut être véritablement heureux en se désintéressant du bonheur d’autrui.

Shantideva, philosophe bouddhiste indien du VIIe siècle, s’interroge : « Puisque nous avons tous un égal besoin d’être heureux, par quel privilège serais-je l’objet unique de mes efforts vers le bonheur ? » Je suis un et les autres sont innombrables. Pourtant, à mes yeux, je compte plus que tous les autres. Telle est l’étrange arithmétique de l’ignorance. Comment être heureux si tous ceux qui m’entourent souffrent ? Et s’ils sont heureux, mes propres tourments ne me semblent-ils pas plus légers ? Shantideva conclut :
« Le corps, malgré la diversité des membres, est protégé comme un être unique : il doit en être ainsi de ce monde où les êtres divers, qu’ils soient dans la douleur ou la joie, ont en commun avec moi le désir de bonheur. » Cela ne signifie nullement qu’il nous faille négliger notre propre bonheur. Notre aspiration au bonheur est aussi légitime que celle de n’importe quel être. Et pour aimer les autres il faut savoir s’aimer soi-même. Cela ne revient pas à être infatué de la couleur de ses yeux, de sa silhouette ou de certains traits de sa personnalité, mais à reconnaître à sa juste valeur l’aspiration à vivre chaque moment de l’existence comme un moment de plénitude. Il est essentiel de comprendre qu’en faisant le bonheur des autres on fait le sien : lorsqu’on sème un champ de blé, le but est de récolter du grain, et on obtient en même temps, sans effort particulier, la paille et le son.

En résumé, le but de l’existence est bien cette plénitude de tous les instants accompagnée d’un amour pour chaque être, et non cet amour individualiste que la société actuelle nous inculque en permanence. Le vrai bonheur procède d’une bonté essentielle qui souhaite du fond du cœur que chacun trouve un sens à son existence. C’est un amour toujours disponible, sans ostentation ni calcul. La simplicité immuable d’un cœur bon.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/213_our_happiness_depends_on_that_of_others/
avatar
hananou
Présence spontanée
Présence spontanée

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 57
Contrée : france
Arts & métiers : le vent souffle sur les drapeaux
Disposition de l'Esprit : A/ Om Ma Ni Padme Houng
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 05/01/2011

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par hananou le Jeu 29 Mar 2012, 18:38

flowerEn résumé, le but de l’existence est bien cette plénitude de tous les
instants accompagnée d’un amour pour chaque être, et non cet amour
individualiste que la société actuelle nous inculque en permanence. Le
vrai bonheur procède d’une bonté essentielle qui souhaite du fond du
cœur que chacun trouve un sens à son existence. C’est un amour toujours
disponible, sans ostentation ni calcul. La simplicité immuable d’un cœur
bon.
Wink


_________________
Puisse la bodhicitta, le précieux esprit d’éveil, qui n’a pas été générée dans notre esprit être générée et croître,
Et puisse l’esprit d’éveil qui a été généré dans notre esprit et dans celui des autres ne pas dégénérer mais augmenter toujours plus.
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mar 10 Avr 2012, 09:56

Réunion de l'ONU sur le bien-être et le bonheur: Définition d’un nouveau paradigme économique
Samedi 07 avril 2012

Le 19 Juillet dernier, 68 pays ont rejoint le Royaume du Bhoutan pour co-parrainer une résolution intitulée «Le bonheur: Vers une approche holistique du développement,” qui a été adoptée par consensus par les 193 membres de l’Assemblée générale des Nations Unies. Dans le suivi de la résolution, le Gouvernement du Bhoutan a organisé une réunion de haut niveau le 2 Avril 2012 au siège des Nations Unies à New York.

La réunion a été très constructive et animée et des progrès encourageants ont été accomplis dans la promotion d’un mouvement mondial pour mettre en œuvre un nouveau paradigme économique basé non pas sur le PIB, mais sur la prise en compte la satisfaction de vie des gens et sur le respect de l’environnement et des richesses naturelles.

Outre le Bhoutan et le Costa-Rica, les gouvernements du Brésil et le Japon ont pris des mesures importantes afin d’inclure BNB (Bonheur National Brut) dans l’agenda national.

A cette occasion, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré: “La prospérité matérielle est importante, mais elle est loin d’être le seul déterminant du bien-être. [...] Le Bhoutan a reconnu la suprématie de bonheur national sur le revenu national depuis les années 1970. Il a adopté le célèbre le but du Bonheur National Brut au lieu du Produit National Brut. Une telle vision est en train de gagner du terrain dans d’autres pays. Le Costa Rica est connu pour être le pays le plus « vert » au monde - un exemple de développement global et écologiquement responsable. Comparé aux autres pays avec des niveaux de revenu similaires, il se classe premier dans le développement humain et est un havre de paix et de démocratie.
Au Royaume-Uni, les statisticiens commencent à évaluer le “bien-être national”. La Commission européenne a son projet « PIB et au-delà », tandis que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a ses lignes directrices de mesure du bien-être.
Le Produit National Brut a longtemps été l’aune à laquelle les économies et les politiciens ont été mesurés. Pourtant, il ne parvient pas à prendre en compte les coûts sociaux et environnementaux du soi-disant progrès. Nous avons besoin d’un nouveau paradigme économique qui reconnaît la parité entre les trois piliers du développement durable. Social, économique et bien-être environnemental sont indivisibles. Ensemble, ils définissent le bonheur brut mondial. [...]

Le monde est à un carrefour. Nous avons besoin de tous - ministres du gouvernement et des décideurs, des chefs d’entreprise et la société civile, et les jeunes – pour œuvrer ensemble à la transformation de nos économies ... à mettre nos sociétés sur un pied plus juste et plus équitable ... et de protéger les ressources et les écosystèmes sur lesquels notre avenir commun dépend. Nous avons besoin d’un résultat à l’issu de Rio +20 qui reflète cela. Un résultat qui affirme que le bonheur et le bien-être seront mesurés en plus du revenu national brut - et que ce sont des objectifs fondamentaux en eux-mêmes “.

Les débats peuvent être vu à http://www.gnhc.gov.bt/2012/04/un-webcast-on-happiness-and-wellbeing-high-level-panel-discussion/

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/219_un_high_level_meeting_on_wellbeing_and_happiness_defining_and_new_econo/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Jeu 26 Avr 2012, 22:03

"La bonté humaine": Un livre à lire
Dimanche 22 avril 2012

“La bonté humaine” de Jacques Lecomte (Odile Jacob), est l’un de ces remarquables livres qui devraient guider notre société en nous aidant à prendre conscience que nous avons en nous un potentiel fondamental de bonté. Ce bel ouvrage montre, comme le disait Nelson Mandela, que « la bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher mais qu’on ne peut jamais éteindre, » que la violence et l’égoïsme existent, mais ne correspondent pas à la nature profonde de l’être humain — les satisfactions qu’ils peuvent procurer ne sont que de fragiles faux-semblants. L’être humain a des potentialités pour la bonté comme pour la cruauté et tout dépend de celles que nous nourrirons.

Au fil des pages, le lecteur découvrira que beaucoup de certitudes sur la violence et l’égoïsme sont fondées sur des affirmations sans preuves, souvent sur des rumeurs. Les recherches ont montré par exemple que, contrairement aux idées reçues, lors des catastrophes naturelles, il n’y a pratiquement pas de pillages et de violences, mais beaucoup d’altruisme et de solidarité. Dans un autre domaine, les vingt dernières années de recherche ont montré que les enfants sont loin d’être des petites brutes centrées sur elles-mêmes, comme le pensaient certains, mais qu’ils sont spontanément altruistes, sans avoir besoin d’y avoir été éduqués ou contraints. Jacques Lecomte nous offre également un chapitre particulièrement émouvant sur le pardon.

« La bonté humaine » est émaillée de citations inspirantes comme celle de Primo Levi, qui interné dans un camp auxiliaire d’Auschwitz, travaillait dans une usine de production de caoutchouc. Il raconte que chaque jour, pendant six mois, un ouvrier italien lui a apporté un morceau de pain et sa gamelle de soupe ; il lui a également donné un chandail. « Il ne demanda rien et n’accepta rien en échange, parce qu’il était bon et simple, et ne pensait pas que faire le bien dût rapporter quelque chose. (…) Je crois que c’est justement à Lorenzo que je dois d’être encore vivant aujourd’hui, non pas tant pour son aide matérielle que pour m’avoir constamment rappelé, par sa présence, par sa façon si simple et facile d’être bon, qu’il existait encore, en dehors du nôtre, un monde juste, des choses et des êtres encore purs et intègres que ni la corruption ni la barbarie n’avaient contaminés, qui étaient demeurés étrangers à la haine et à la peur ; quelque chose d’indéfinissable, comme une lointaine possibilité de bonté, pour laquelle il valait la peine de se conserver vivant. (…) Lorenzo était un homme : son humanité était pure et intacte, il n’appartenait pas à ce monde de négation. C’est à Lorenzo que je dois de n’avoir pas oublié que moi aussi j’étais un homme. »

Je travaille moi-même depuis quelques années à un volume sur l’altruisme, et la lecture du livre de Jacques Lecomte m’a fait pensé que j’aurais presque pu m’épargner cette tâche ! Mais, dans ce domaine, trop de voix ne risquent pas de nuire, et je poursuis donc mon ouvrage.

Jacques Lecomte enseigne à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et est le président de l’Association française de psychologie positive.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/220_la_bonte_humaine_un_livre_a_lire/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mer 09 Mai 2012, 09:34

La peur disproportionnée du terrorisme
Jeudi 03 mai 2012

La peur disproportionnée du terrorisme
En dépit de l’énorme écho médiatique des actes de terrorisme, selon la plus grande base de données disponible, le nombre des morts imputables au terrorisme est infime comparé à d’autres causes de mort violente . Selon le Global Terrorism Database, depuis l’attentat du 11 Septembre, le terrorisme a causé la mort de 30 citoyens américains, soit 3 par an contre 18 000 homicides et 40 000 morts dans les accidents de la route. Comme le souligne le politologue John Mueller, un américain moyen risque plus d’être tué par la foudre, l’allergie aux cacahuètes, les piqures de guêpes et l’enflammement d’une chemise de nuit que par un acte de terrorisme. Les experts ont montré qu’en fin de compte, la peur du terrorisme a provoqué six fois plus de morts aux Etats-Unis que le terrorisme lui-même. Ils estiment que 1500 américains sont morts sur la route par crainte de prendre un avion qui pourrait être détourné ou attaqué, sans se rendre compte que la probabilité de mourir d’un accident avion lors d’un vol 4000kms est équivalente au risque encouru en faisant 20kms en voiture .

Cette paranoïa du terrorisme est reflétée de manière tragicomique dans les résultats d’un questionnaire soumis à des usagers des transports aériens, lequel a révélé que 14% des sujets interrogés se sont déclarés être disposés à souscrite une assurance couvrant les actes terroristes contre 10% seulement pour une assurance tous risques (qui par définition inclue la première !)

Les politologues John Mueller et Mark Steward de l’Université de l’Ohio estiment gouvernement américain a dépensé 1 trillion de dollars pour la prévention du terrorisme qui, en évaluant les attaques qui ont été ainsi déjouées, ont peut-être sauvé la vie à 2300 personnes selon les estimations de ces experts, ce qui place le coût à 400 millions de dollars par personne . La valeur de la vie humaine n’a pas de prix, mais les mêmes ressources financières auraient permis de sauver la vie de plusieurs millions de personnes dans d’autres domaines (santé, éradication de la pauvreté, etc.)

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/222_the_disproportionate_fear_of_terrorism/
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7408
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par Pema Gyaltshen le Mer 09 Mai 2012, 10:01

Excellente et juste analyse , comme toujours avec Matthieu !

Mais nos médias adorent faire "mousser" les peurs et particulièrement celles du terrorisme...



_________________

avatar
brackardej
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1502
Age : 62
Contrée : LOTHLORIEN (Terre du milieu)
Arts & métiers : magasinier
Disposition de l'Esprit : randonnée, bicyclette, forêts , dialoguer avec mon chat , regarder la neige tomber ...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/12/2007

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par brackardej le Mer 09 Mai 2012, 15:48

11 septembre 2001 , New York : Près de trois mille morts
11 mars 2004 , Madrid : 200 morts , 400 blessés
7 juillet 2005 , Londres : 56 morts 700 blessés
25 juillet 1995 , Paris ( RER) : 8 morts , 117 blessés ( une pécadille bien sûr à côté des précédents ) et tant et tant d'autres ...Mais bon c'est sûr ; nous sommes paranos... Evil or Very Mad
Tout celà n'existe pas , ce sont juste des scènes tournées en studio avec d'excellents comédiens et de merveilleux maquilleurs qui maîtrisent de main de maître l'art du maquillage gore.. Rolling Eyes

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27attentats_meurtriers


_________________
Bêtise humaine. "Humaine" est de trop : il n'y a que les hommes qui soient bêtes.
Jules Renard

" La philosophie, c'est l'art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité. "
Frédéric Dard
avatar
Karma Tsultrim Jyurmé
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 707
Age : 38
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Telecom Analyst
Disposition de l'Esprit : Under construction
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 18/07/2011

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par Karma Tsultrim Jyurmé le Mer 09 Mai 2012, 16:18

Mr Brack,

Je suis bien d'accord que ces attentats ont bien eu lieu.

J'ai peut-être mal lu, mais je ne vois pas trop le rapport avec le post de Matthieu Ricard...

Entre parenthèses, ne rentrons pas dans la théorie du complot, dans laquelle "tout le monde nous ment", mais il ne faudrait peut-être pas nier quil y a une forme de psyschose qui tourne autour de tout celà... Dans quelle proportion, à qui celà profite: chacun son avis. Soit, fin de la parenthèse, revenons à nos moutons ( , je sais c'est une vache Smile )

Je trouve la réflexion de M. Ricard, très intéressante... Est-ce vraiment nécessaire, tout cet argent contre le terrorisme, n'y a-t-il pas d'autres priorités? certes moins rémunératrices en électeurs, comme les sans abris, les réfugiés politique, l'environnement, la préparation de l'après pétrole, la montée des extrémismes... Encore une fois, j'ai peut-être mal compris votre réponse



Et quoi qu'il advienne , bonne journée Wink


_________________
"La Bienveillance envers tous les êtres est la vraie Religion"

blog life inside
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mer 23 Mai 2012, 09:45

La bonté humaine-2
Vendredi 18 mai 2012

Dans son inspirant ouvrage La bonté humaine, Jacques Lecomte cite un texte de Mordecai Paldiel, qui fut directeur du département des Justes parmi les nations, en Israël. Selon lui, c’est la bonté fondamentale, présente en chacun de nous, qui est la clé qui nous ouvre la compréhension des comportements de ceux qui ont risqué leur vie pour sauver leurs semblables. Pour Paldiel, les actions des sauveteurs démontrent que l’altruisme est une « prédisposition humaine innée ». Selon les mots de Paldiel:

« Plus j’examine les actes des Justes parmi les nations, écrit-il, plus je doute de la validité de la tendance habituelle à magnifier ces actions dans des proportions déraisonnables. Nous avons tendance à regarder ces bienfaiteurs comme des héros : d’où la recherche de motivations sous-jacentes. Cependant, les Justes se considèrent eux-mêmes en rien comme des héros, et perçoivent leur comportement durant l’Holocauste comme parfaitement normal. Comment résoudre cette énigme ?
Pendant des siècles, nous avons subi un lavage de cerveau par les philosophes qui ont mit l’accent sur l’aspect détestable de l’homme, soulignant sa disposition égoïste et malveillante, au détriment de ses autres attributs. Consciemment ou non, avec Hobbes et Freud, nous acceptons la proposition selon laquelle l’homme est essentiellement un être agressif, enclin à la destruction, concerné principalement par lui-même, et seulement marginalement intéressé par les besoins des autres (…)
La bonté nous stupéfie, car nous refusons de la reconnaître comme une caractéristique humaine naturelle. Aussi, nous cherchons longuement une motivation cachée, une explication extraordinaire de ce comportement si particulier. (…)
En cherchant une explication aux motivations des Justes parmi les nations, ne sommes-nous pas en train de dire : mais qu’est-ce qui n’allait pas chez eux ? Ne sommes-nous pas, dans un sens plus profond, en train de sous-entendre que leur comportement était anormal ? Est-ce possible que nous créons ainsi un problème là où il ne devrait pas y en avoir ? (…)
Au lieu d’essayer de mettre poliment de la distance entre eux et nous tout en louant leurs actions, ne serait-il pas préférable de redécouvrir le potentiel altruiste en nous ? Aider de temps en temps quelqu’un, même si c’est particulièrement difficile, fait partie de notre nature humaine et de nos comportements. (…)
Ne cherchons pas des explications mystérieuses de la bonté chez les autres, mais redécouvrons plutôt le mystère de la bonté en nous-mêmes. »

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/225_human_goodness_2/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mer 23 Mai 2012, 09:46

Pourquoi la torture est aussi inefficace qu’inacceptable : deux preuves expérimentales
Mercredi 23 mai 2012

Au XVIIIe siècle, Un juge milanais ne croyait pas que la torture pouvait avoir une quelconque valeur comme technique d’obtention d’une confession fiable de la part d’un criminel présumé. Ainsi, il tua sa mule, accusa son serviteur de ce crime, et le fit torturer. L’homme avoua le crime et refusa de se rétracter même sur l’échafaud, de peur d’être à nouveau torturé. Bien sûr, le juge lui épargna la vie.
Le juge milanais abolit alors l’utilisation de la torture dans les affaires devant sa cour. L’écrivain Daniel Mannix raconte une autre histoire illustrant l’inutilité de la torture:

Le Duc de Brunswick en Allemagne fut tellement choqué par les méthodes utilisées par les inquisiteurs dans son duché qu’il demanda à deux célèbres savants jésuites de superviser les audiences. Suite à une étude approfondie, les jésuites dirent au Duc, «Les inquisiteurs font leur devoir. Ils arrêtent seulement des personnes qui ont été mises en cause par les confessions d’autres sorcières. »

« Accompagnez-moi donc à la chambre de torture», suggéra le Duc. Les prêtres suivirent et découvrirent une infortunée étendue sur un chevalet. « Permettez-moi de lui poser des questions », proposa le Duc. « Maintenant, femme, vous avez confessé être une sorcière. Je soupçonne ces deux hommes d’être des sorciers. Qu’en dites-vous? Un autre tour du chevalet, vous autres bourreaux. »

« Non, non! » cria la femme. « Vous avez tout à fait raison ; je les ai souvent vu au Sabbat. Ils savent se transformer en chèvres, loups, et autres animaux. »

« Que savez-vous de plus sur eux? » demanda le Duc.

« Plusieurs sorcières ont eu des enfants d’eux. Une femme a même eu huit enfants engendrés par ces hommes. Les enfants avaient des têtes de crapaud et des jambes d’araignée. »

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/226_why_torture_doesnt_work/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Ven 01 Juin 2012, 14:13

La dame des mots, une profonde leçon d’humanité
Samedi 26 mai 2012

« La dame des mots », c’est ainsi qu’Eve fut appelée par l’un de ces enfants pour qui les mots sont un mystère, ces enfants qui souffrent de ne pouvoir s’exprimer, de ne pouvoir s’ouvrir à la lecture, à l’écriture, à ces mondes si différents du leur. Eve, par modestie, ne souhaitait pas donner ce titre à son livre : « C’est un livre sur les enfants, disait-elle, pas sur moi ». J’ai insisté, soutenant que cette belle expression était propre à inspirer. Un autre de ces enfants, en visite dans l’établissement après sa scolarité, voulant se rappeler au bon souvenir d’Eve mais ne se rappelant plus son nom, dit à un autre enseignant qui lui demandait qui il cherchait : « Vous savez, c’est la dame qui m’a ouvert l’esprit. »

Pendant près de quarante ans, Eve a exercé le métier d’orthophoniste dans trois centres de la Ville de Paris. Atteinte précocement, elle avait juste trente-huit ans ans, par la maladie de Parkinson, Eve réagit avec un grand courage et de la façon la plus constructive possible, comme elle le décrit dans son émouvant récit Parkinson Blues. En dépit de sa maladie, elle a continué à se dévouer à plein temps aux enfants, « des enfants pas fréquentables, ceux qu’on ne voit jamais dans les goûters d’anniversaire… des champions en grossièretés… ».

Et pourtant, en dépit de trente-six ans de service à Sainte Anne et dans ces autres institutions de la Ville de Paris, en dépit de son dévouement sans bornes auprès des enfants défavorisés dont elle s’occupait, Eve est toujours restée vacataire — vacances sans solde et embauche au même titre qu’une débutante à chaque rentrée, ce qui n’était pas conforme à la loi. Finalement, par une ironie du sort, elle fut titularisée deux ans avant l’âge de la retraite ! Pour cela elle dut, à cinquante-huit ans, passer un examen face à de jeunes orthophonistes qui comptaient beaucoup moins d’années d’expérience professionnelle qu’elle. L’un des examinateurs lui demanda : « Quelle est, selon vous, la qualité principale qu’un orthophoniste doit manifester en exerçant son métier ? » - « Sur le plan personnel ou sur le plan professionnel ? » - « Une qualité personnelle. ». « Une chose m’est venue immédiatement à l’esprit, et m’a paru évidente, dit Eve, et j’ai répondu “être aimante”».

« Être aimante » : voilà bien le chemin que nous ouvre son livre, La dame des mots, qui vient de paraître aux Editions NiL — le récit d’une vie consacrée à des enfants qui manquaient si souvent d’amour.



http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/228_la_dame_des_mots_une_profonde_lecon_dhumanite/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Ven 01 Juin 2012, 14:14

La dame des mots, une profonde leçon d’humanité — 2
Mardi 29 mai 2012

Un jour, ma sœur Eve s’aperçut par hasard que l’un des enfants dont elle s’occupait depuis plus d’un an, en tant qu’orthophoniste dédiées aux enfants les plus négligés, avait finalement appris à lire, et faisait donc semblant d’être encore illettré. La raison de sa dissimulation finit par transparaître : il ne voulait pas être privé d’une présence chaleureuse, aimante et rassurante qui lui faisait tant défaut dans sa vie. Et s’accrochait ainsi à son incapacité de lire comme à une bouée de sauvetage, lui qui était par ailleurs constamment plongé dans un flot d’hostilités.

« Certains enfants », me raconte encore Eve dont le livre, La dame des mots, vient de sortir aux Editions NiL, « n’étaient mutiques qu’à l’école. L’un d’entre eux n’a pas prononcé un mot avec nous pendant quatre ans, mais sitôt dehors, il papotait avec la boulangère.
— Comment cela se fait-il ?
— Il parlait à la boulangère parce qu’il lui achetait des pains au chocolat ! »

Comme elle le souligne, « l’intégration est un mot et reste un mot. Ne pas parler, c’est la façon de ces enfants de dire non à l’éducation, parce que ce n’est pas leur culture et qu’ils ne veulent pas trahir leur culture. L’éducation les met en porte à faux avec leur père et leur mère qui ne savent ni lire ni écrire. En général, tout notre travail consiste à faire accepter le savoir aux enfants. »

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/228_la_dame_des_mots_une_profonde_lecon_dhumanite_2/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mer 06 Juin 2012, 10:11

Le Dalaï-lama et l’âge de la femme
Dimanche 03 juin 2012

Récemment, lors de sa visite à Yeunten Ling, un centre bouddhiste renommé à Huy, en Belgique. Sa Sainteté a parlé du rôle des femmes dans la société :

« Les tribus nomades qui vivaient de chasse ou de cueillette étaient des sociétés égalitaires non régies par des chefs. Puis vint l’âge de l’agriculture sédentaire et le début de l’accumulation des richesses. Des fauteurs de troubles se manifestèrent et il devint nécessaire de faire appel à des chefs pour maintenir l’ordre. La force physique étant essentielle à cet égard, la domination des mâles s’instaura.

« Puis vint l’âge de l’éducation, de l’intelligence et de la raison, autant de domaines dans lesquels la femme et l’homme sont égaux. Bien qu’il reste de grands progrès à accomplir, nous sommes à présent entrés dans l’âge de l’égalité entre hommes et femmes.

« Si l’on veut préparer l’avenir, il semble bien que la qualité suprême, celle dont la société a le plus besoin, est l’altruisme, la disposition à prendre soin des autres et à être concerné par leur sort. Or, les femmes sont naturellement plus disposées à la sollicitude et à la compassion que les hommes. Cela vient sans doute originellement de l’instinct maternel qui les pousse à être attentionnées à l’égard de l’enfant qui dépend d’elle, à se demander s’il souffre, s’il a soif, à être plus encline que l’homme à prodiguer affection et compassion. Placés devant la nécessité de favoriser le développement d’une société plus altruiste, il semble donc souhaitable, d’entrer désormais dans l’« âge de la femme ». Pour ma part, je me considère donc comme un « féministe. »

Lorsque le Dalaï-lama exposa ce point de vue à la conférence de la Paix de Vancouver en 2009 (ainsi qu’à Huy en Belgique il y a quelques jours), conférence à laquelle participaient cinq femmes prix Nobel de la Paix, Mary Robinson, première présidente femme de l’Irlande et ancienne Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, commenta : « Si je me dis féministe, ça ne surprend personne. Mais si le Dalaï-lama se dit féministe, voilà qui frappe vraiment les esprits ! »

Le Dalaï-lama ajoute fréquemment que s’il s’avère que ce temps viendra où les femmes exerceront une influence plus grande dans la société, un prochain Dalaï-lama non seulement pourrait être une femme, mais devrait l’être.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/227_the_dalai_lama_and_the_age_of_the_woman/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Lun 18 Juin 2012, 12:06

L’histoire d’Elissa
Jeudi 14 juin 2012

Elissa vivait près de New York. En 1996, alors qu’elle voyageait en Bosnie, on lui montra la lettre d’un jeune garçon, Kenen, qui avait perdu les deux bras et demandait de l’aide pour se faire faire des prothèses. Emue par son cas, Elissa contacta des hôpitaux et des compagnies aériennes et, dans les 24 heures, elle avait trouvé le moyen de faire venir l’enfant à New York afin qu’il y soit appareillé. Elle hébergea Kenen chez elle pendant les quatre mois nécessaires à la fabrication des prothèses et la rééducation.

Cet événement encouragea Elissa à en faire davantage. Elle créa une petite ONG, Global Medical Relief Fund, pour offrir des soins médicaux et des prothèses à des enfants victimes de guerre en Bosnie, au Libéria, en Irak, en Somalie et autres pays.

« Le courage de ces enfants est incroyable», dit-elle, « un petit garçon que je viens d’amener ici a perdu la vue et un bras. J’ai consulté une vingtaine de spécialistes, mais ses yeux étaient trop abîmés pour permettre une greffe de la cornée. Par contre, il a maintenant un bras tout neuf. » A un journaliste qui lui demandait comment il se sentait, il répondit avec un grand sourire : « Maintenant, avec mon bras, je peux chercher mon chemin ».

Elissa et son mari ont finalement gardé Kenen auprès d’eux. « C’est un exemple pour tous les enfants que j’amène ici. Ils le regardent et disent : « S’il y arrive, lui, un triple amputé, moi aussi je peux le faire ».

A la question : « Pensez-vous que tout le monde puisse être capable d’un dévouement semblable au vôtre ? » Elissa répond : « Oui, quiconque a de l’amour dans son cœur. C’est tout ce qu’il faut. »

Un détail intéressant. Avant son voyage en Bosnie, Elissa souffrait d’une anxiété chronique débilitante. A mesure qu’elle s’est consacrée aux autres, ses crises d’anxiété ont diminué, jusqu’à disparaître.

D’après Stephen G. Post, (2011). The Hidden Gifts of Helping

http://www.matthieuricard.org/fr/index.php/blog/229_elissas_story/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Ven 22 Juin 2012, 18:54

L'incroyable histoire de Joynal Abedin
Jeudi 21 juin 2012

A 61 ans, au Bengladesh, Joynal Abedin pédale toute la journée sur un « rickshaw », un gros tricycle commun en Asie, avec une banquette à l’arrière, prévue pour deux personnes et mais sur laquelle il n’est pas rare que trois ou quatre passagers prennent place. Abedin gagne l’équivalent de 4 euros par jour.

« Mon père est mort parce que nous ne pouvions pas l’emmener à l’hôpital, qui était une marche de deux jours à partir de là. J’étais tellement en colère. Les gens ici pensent que parce que nous sommes pauvres, nous sommes impuissants. Je voulais prouver qu’ils ont tort. » Joynal Abedin partit pour la ville avec une seule chose en tête : construire un hôpital dans son village, Tanhashadia. Il se promit de revenir seulement quand il aurait suffisamment d’argent pour commencer.

Il pédala ainsi sur son rickshaw pendant trente ans, mettant chaque jour de côté la moitié de ses gains. A l’âge de 60 ans, il avait enfin épargné 3000 euros, de quoi commencer son projet. Il revint au village et put réaliser son rêve : il construisit l’hôpital.

Au début, il ne réussit pas à trouver des médecins. « Ils ne me faisaient pas confiance » dit-il ; il commença donc avec du personnel paramédical. Mais rapidement, les gens commencèrent à apprécier le travail incroyable qu’il accomplissait, et de l’aide vint à lui. Maintenant, l’hôpital du village, bien que modeste, traite 300 patients par jour. L’hôpital est maintenu grâce aux contributions minimes payées par les patients, auxquelles s’ajoutent les dons, souvent anonymes, qui ont commencé à affluer après que les journaux aient commencé à parler de son histoire.

A 62 ans, Abedin pédale toujours sur son rickshaw, transportant infatigablement des passagers, épargnant chaque coup de pédale pour aider les autres.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/231_the_incredible_story_of_joynal_abedin/
avatar
brackardej
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1502
Age : 62
Contrée : LOTHLORIEN (Terre du milieu)
Arts & métiers : magasinier
Disposition de l'Esprit : randonnée, bicyclette, forêts , dialoguer avec mon chat , regarder la neige tomber ...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/12/2007

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par brackardej le Ven 22 Juin 2012, 21:25

C'est un bien joli conte de fées !
Merci
cheers


_________________
Bêtise humaine. "Humaine" est de trop : il n'y a que les hommes qui soient bêtes.
Jules Renard

" La philosophie, c'est l'art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité. "
Frédéric Dard
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Lun 02 Juil 2012, 11:23

In Memoriam: Père Ceyrac (1914-2012), un grand Coeur
Lundi 02 juillet 2012

Pierre Ceyrac s’est éteint le 30 mai 2012 en Inde, à l’âge de 98 ans, dans la quiétude d’un petit matin indien, « sans aucune douleur, détendu, apaisé », selon ceux qui l’ont accompagné. Il a vécu la plus grande partie de sa vie dans les campagnes du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, qu’il parcourait à motocyclette jusqu’à un âge avancé, pour être auprès de ceux qu’il appelait « mes enfants », et qu’il a tant aidés, tant aimés.

Sans grande ressources financières mais riche d’une compassion et d’une bonté sans limites, ce père jésuite français était venu s’installer dans le sous-continent indien dès 1937. Grâce à l’aide de nombreux volontaires étudiants indiens mais aussi français, le père Ceyrac a bâti des villages entiers pour accueillir 47 000 enfants issus de familles extrêmement pauvres. Il a nourri et soutenu scolairement ces « laissés pour compte », trop souvent rejetés par la société indienne, afin d’en faire « des hommes debout ». Il a construit des dispensaires pour les plus démunis, les lépreux, les intouchables. Pendant treize ans, il a aussi servi dans les camps de réfugiés cambodgiens, le long de la frontière thaïlandaise.

Pierre Ceyrac, devenu en Inde presque aussi célèbre que Mère Térésa, a choisi de terminer sa vie humble parmi les humbles, pauvre parmi les pauvres, car « à mon âge, dit-il, tout ce que je sais encore faire, c’est aimer ».

Il y a quelques années, j’ai eu la joie de le rencontrer à plusieurs reprises. Voici quelques extraits de ses paroles :

« Dans l’amour, s’il n’y a pas de respect, on n’aime pas. S’il n’y a pas de tendresse, on n’aime pas. En Inde, je ne tutoie jamais un pauvre. Ce sont les colons, les riches, les gens de caste qui tutoient. La pauvreté et la misère sont deux choses différentes. La misère - comme la richesse - peut déshumaniser. Jamais la pauvreté. Jésus-Christ, les apôtres, Marie étaient pauvres. Notre mission est d’aider nos amis indiens à être davantage, pas tellement à avoir davantage. ‘Le grand développement, disait Gandhi, c’est être davantage’.»

« Je suis toujours frappé, dans le métro parisien, par le manque de tendresse. Les gens ne se touchent pas, ne se sourient pas. Si vous avez un geste de tendresse ou si vous vous mettez à chanter dans la rue, on vous prend pour un type bizarre. Le sourire est parfois perçu comme une intrusion. En Inde, si on ne parle pas à quelqu’un alors qu’on est à côté de lui depuis trente secondes, c’est qu’on est sourd ou muet. Dans les trains de l’Inde, on partage tout ce que l’on possède. On est tous ensemble, on se parle de compartiment à compartiment. On intervient dans la conversation du voyageur installé dans la couchette d’en haut, on offre ses bananes à son voisin d’en bas. Dans les trains de nuit, au bout de cinq minutes, tout le monde est en pyjama et chacun se parle comme s’ils appartenaient tous à la même famille. »

« Mais malgré tout, même en France, je suis frappé par l’immense bonté des gens, même de la part de ceux qui semblent avoir le cœur et l’œil fermés. Ce sont les autres, tous les autres, qui fondent la trame de nos vies et forment la matière de nos existences. Chacun est une « note dans le grand concert de l’univers » comme le disait le poète Tagore. Et personne ne peut résister à l’appel de l’amour. On craque toujours après un bout de temps. Je pense réellement que l’homme est intrinsèquement bon. Il faut toujours voir le bon, le beau d’une personne, ne jamais détruire, toujours chercher la grandeur de l’homme « debout la tête dans le vent », sans distinction de religion, de caste, de pensée. »

« Une fois, au Cambodge, j’ai croisé des vieilles femmes complètement édentées. On leur avait également cassé le nez lors de séances de torture. Elles devaient avoir entre 75 et 80 ans et leur peau était toute fripée. Je leur ai dit : « Comme vous êtes belles ! » Elles étaient tellement heureuses que quelqu’un ait pu encore les trouver belles qu’elles m’ont porté en triomphe. Et comme elles étaient très croulantes, elles se sont écroulées sous mon poids. Au Cambodge également, les bonzes m’invitaient souvent dans leur monastère et me faisaient m’asseoir à la place que l’Abbé occupait habituellement. On priait ensemble et c’était impressionnant. Nous disions une prière universelle, d’amour universel. Nous avons besoin d’aimer pour vivre comme nous avons besoin de respirer pour vivre. »

« Il y a des hommes qui m’ont marqué pour la vie, comme le Mahatma Gandhi. Parfois, il suffit de rencontrer une personne pendant trois secondes pour qu’elle détermine le reste de notre existence. C’est comme lorsque deux trains se croisent. Enfin, aujourd’hui, en Occident, les trains vont trop vite et on n’a plus le temps de regarder. Dans les trains de l’Inde, il m’arrive d’envoyer un baiser à quelqu’un dans un train qui croise le mien et on me répond. »

Lors de l’une de nos rencontres, le Père Ceyrac, qui sortait du métro, me dit : « Les gens sont si beaux. Mais ils ne le savent pas. »

http://www.matthieuricard.org/fr/index.php/blog/335_in_memoriam_father_ceyrac/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mar 10 Juil 2012, 17:21

Donner sans attachement
Vendredi 06 juillet 2012

Comme l’explique Sa Sainteté le Dalaï-lama : « La compassion et la générosité doivent s’accompagner de détachement. Attendre de ces deux attitudes quelque chose en retour s’apparente à du commerce. Si le propriétaire d’un commerce est tout sourire avec ses clients, généralement ce n’est pas parce qu’il les aime, mais parce qu’il veut augmenter son chiffre d’affaires. On ne doit pas non plus manifester de l’amour envers les êtres et leur faire du bien parce qu’on trouve tel ou tel d’entre eux sympathique, mais parce que l’on a conscience que tous les êtres sensibles, que nous les considérions comme amis ou ennemis, désirent le bonheur et ont le droit de le rechercher. »

Enseignements oraux donnés à Schvenedingen en Allemagne, 1998.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/232_donner_sans_attachement/
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 45
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par karma djinpa gyamtso le Mar 10 Juil 2012, 17:22

Le cric et le tamale
Mardi 10 juillet 2012

Justin Horner, un américain de Portland, raconte son aventure sur la bonté de tous les jours, que nous oublions si souvent.

« L’an dernier, j’ai eu trois problèmes de voiture : une crevaison sur l’autoroute, une boîte de fusibles qui a sauté, et une panne d’essence. Ces incidents se sont toujours produits alors que je conduisais la voiture de quelqu’un d’autre, ce qui rendait les choses encore plus pénibles au niveau émotionnel. […]

Chaque fois, personne n’a cherché à me venir en aide. J’en étais écœuré. J’étais coincé sur le bord de l’autoroute à regarder les camions de dépannage défiler devant moi, tout en espérant que le service d’assistance routière de mes amis se manifesterait. Les pompistes des stations d’essence où j’allais demander un jerrican prétendaient qu’ils n’avaient pas le droit de m’en délivrer un pour des « raisons de sécurité », mais que je pouvais acheter un bidon sans bouchon et vraiment en piteux état pour quinze dollars. J’en arrivais à me dire des choses du genre : « Je ne donne pas cher de ce foutu pays ! »

Mais devinez qui est venu à ma rescousse lors de chacun de ces trois incidents ? Des immigrants mexicains. Et aucun d’eux ne parlait anglais.

L’un d’eux s’est arrêté pour m’aider à réparer mon pneu crevé, alors qu’il était avec les quatre membres de sa famille. J’étais au bord de la route depuis trois heures, à côté de la grosse Jeep de mon ami. J’avais mis de grands panneaux sur les vitres disant « Ai besoin d’un cric », et proposant même une récompense. Rien. Au moment où j’allais abandonner et faire du stop, une fourgonnette s’est arrêtée et un type en est descendu d’un bond.

Il a rapidement évalué la situation et a appelé sa fille qui parlait anglais. Il lui a demandé de me dire qu’il avait un cric, mais qu’il était trop bas pour la jeep et qu’il fallait le surélever. Il est allé chercher une scie dans sa fourgonnette et a découpé une grosse bûche qui se trouvait sur le bas-côté de la route. Nous l’avons fait rouler jusqu’à la voiture et, après avoir installé le cric, on s’est mis au travail. J’ai commencé à démonter la roue et, vous n’allez pas le croire, mais j’ai cassé son démonte-pneu. C’était l’un de ces crics rétractables. Je n’ai pas fait attention et j’ai sectionné net la tête du levier. Pas de problème. L’homme a couru à nouveau vers sa fourgonnette, a remis le cric endommagé à sa femme qui, en un éclair, est allée en acheter un neuf.

Nous étions tous deux sales et en sueur. Sa femme a sorti une grande bassine d’eau pour que nous puissions nous laver les mains. J’ai essayé de glisser un billet de vingt dollars dans la main de l’homme qui l’a refusé. Alors, je me suis avancé vers la camionnette et je l’ai remis à sa femme le plus discrètement possible. Je les ai abondamment remerciés. Dans l’intention de leur envoyer un cadeau, j’ai demandé à la jeune fille où ils habitaient. Ils vivaient à Mexico et se trouvaient en Oregon pour plusieurs semaines pour faire la cueillette des cerises.

Après leur avoir fait mes adieux, alors que je me dirigeais vers ma jeep, la jeune fille m’a rappelé pour me demander si j’avais déjeuné. Je lui ai répondu que non ; elle est revenue vers moi en courant pour me remettre un tamale.

Cette famille, sans doute plus pauvre que toutes celles qui vivent le long de cette portion d’autoroute, était une famille de travailleurs saisonniers pour lesquels le temps, c’est vraiment de l’argent. Ils ont néanmoins pris plusieurs heures sur leur temps de travail pour aider un inconnu sur le bord de la route.
Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Après les avoir encore remerciés, je suis revenu à ma voiture. J’ai ouvert le papier d’aluminium qui recouvrait le « tamale » (à cette heure, je mourais de faim!), et qu’est-ce que j’ai trouvé à l’intérieur ? Mon billet de vingt dollars ! J’ai couru jusqu’à la fourgonnette.
Le type a souri et, faisant manifestement un effort de concentration, il m’a dit : « Aujourd’hui toi, demain moi ». Puis il remonté la vitre et a démarré, tandis que sa fille, à l’arrière de la camionnette, me faisait un gentil signe de la main. Je me suis assis dans la voiture pour manger le meilleur tamale de ma vie. Et j’ai fondu en larmes. J’avais vécu une année difficile ; rien ne semblait marcher pour moi. Ce qui venait de m’arriver était tellement inattendu que c’en était trop.

Au cours des mois qui ont suivi, à plusieurs reprises, j’ai aidé des gens à changer leurs pneus, je les ai conduits à la pompe à essence la plus proche ; une fois même, j’ai fait un détour de quatre-vingt kilomètres pour déposer une jeune femme à l’aéroport. Je n’ai jamais accepté d’argent. Mais chaque fois que je suis capable d’aider quelqu’un, j’ai l’impression que j’augmente mon compte en banque. »

Abrégé d’un message électronique provenant du site reddit.com et d’un éditorial publié dans le New York Time Magazine, du 4 Mars 2011.

* Tamale : plat mexicain, sorte de papillote à base de farine de maïs et fourré de légumes et de viande.

http://www.matthieuricard.org/index.php/blog/233_le_cric_et_le_tamale/
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7408
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par Pema Gyaltshen le Jeu 12 Juil 2012, 07:48

Un grand Monsieur le Père Ceyrac !



_________________

avatar
Karma Döndrup Tsetso
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 3418
Age : 58
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : fonctionnaire
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, spiritualité, nature, musique, lecture, net, photo
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 20/04/2009

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par Karma Döndrup Tsetso le Ven 13 Juil 2012, 07:31

Il a fait un super boulot en Inde où il a passé plus de 60 ans, à œuvrer comme Sœur Térésa... Quel homme!Merci à vous du partage


_________________
"On peut allumer des dizaines de bougies à partir d'une seule sans en abréger la vie. On ne diminue pas le bonheur en le partageant." Bouddha

Contenu sponsorisé

Re: Matthieu Ricard et son blog

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017, 04:39