L'Arbre des Refuges: Une Philosophie Non Confessionnelle

La seule façon d’apporter la paix au monde est d’apprendre soi-même à vivre en paix.( Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C )


Les livres à lire dans sa vie

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Amitābha: Le Grand Soutra de la Vie Infinie
Vénérable Tilopa EmptyHier à 16:05 par Disciple laïc

» La communication, le partage, la coopération : le défi de notre société
Vénérable Tilopa EmptyHier à 13:31 par Disciple laïc

» Dagpo Rimpoché - Le lama venu du Tibet 3/3
Vénérable Tilopa EmptyHier à 13:24 par Disciple laïc

» Un petit message de présentation
Vénérable Tilopa EmptySam 04 Fév 2023, 20:34 par Nangpa

» La force des souhaits dans le vajrayana
Vénérable Tilopa EmptySam 28 Jan 2023, 08:08 par Disciple laïc

» Iti 18 : Saṅghabheda Sutta : La division du Sangha.
Vénérable Tilopa EmptyVen 27 Jan 2023, 20:41 par Yeshi

» SN 22.43 Attadīpa Sutta : Une île de soi-même.
Vénérable Tilopa EmptyVen 27 Jan 2023, 14:50 par Disciple laïc

» Présentation de ma personne
Vénérable Tilopa EmptyMer 25 Jan 2023, 15:37 par Yeshi

» Trouble psychique et traitement médicamenteux
Vénérable Tilopa EmptyDim 22 Jan 2023, 20:04 par Yeshi

» j'ai du mal à gérer mes emotions, je souhaite m'en sortir
Vénérable Tilopa EmptyDim 22 Jan 2023, 16:12 par felin75

» Promenade dans la nature avec le Bouddha
Vénérable Tilopa EmptySam 14 Jan 2023, 23:47 par Mila

» Le Cheval
Vénérable Tilopa EmptyMar 03 Jan 2023, 17:59 par Pema Gyaltshen

» demande d'informations sur quelques themes
Vénérable Tilopa EmptyDim 01 Jan 2023, 09:17 par Ortho

» La Roue de la vie bouddhique 1/2 et 2/2
Vénérable Tilopa EmptyLun 26 Déc 2022, 12:59 par Disciple laïc

» Le Singe
Vénérable Tilopa EmptyDim 18 Déc 2022, 22:39 par Ortho

» Le Cochon
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 23:07 par petit_caillou

» Le Serpent
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 23:04 par petit_caillou

» La Chèvre (ou Mouton)
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 23:00 par petit_caillou

» Le Coq
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:50 par petit_caillou

» Le Chien
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:46 par petit_caillou

» Le Dragon
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:41 par petit_caillou

» Le Lapin (ou Chat)
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:39 par petit_caillou

» Le Tigre
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:33 par petit_caillou

» Le Buffle
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:29 par petit_caillou

» Le Rat
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:25 par petit_caillou

» L' année du Lapin - 2023
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 22:14 par petit_caillou

» Fermer Les yeux rend t'il heureux ?
Vénérable Tilopa EmptySam 17 Déc 2022, 18:09 par Disciple laïc

» L'Histoire des Derniers Romains : Sagalassos.
Vénérable Tilopa EmptyJeu 15 Déc 2022, 22:39 par Disciple laïc

» Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ? Abdennour Bidar et Chawkat Moucarry
Vénérable Tilopa EmptyMer 14 Déc 2022, 22:30 par Ortho

» L’apport du bouddhisme dans la quête de sagesse démocratique
Vénérable Tilopa EmptyMer 14 Déc 2022, 18:22 par Disciple laïc

» Les animaux ont-ils conscience d’eux-mêmes ?
Vénérable Tilopa EmptyMer 14 Déc 2022, 15:56 par Disciple laïc

» SN 55.17 . Mittāmacca Sutta : Amis & collègues.
Vénérable Tilopa EmptyDim 11 Déc 2022, 21:29 par Disciple laïc

» Confiance en soi, timidité, les autres, Dharma
Vénérable Tilopa EmptyDim 11 Déc 2022, 10:17 par Disciple laïc

» Japon, l'art du jardin zen
Vénérable Tilopa EmptyDim 11 Déc 2022, 09:19 par Disciple laïc

» AN 8.26 Jīvaka Sutta : Les questions de Jivaka.
Vénérable Tilopa EmptySam 10 Déc 2022, 21:39 par Disciple laïc

» AN 7.71 Bhāvanā Sutta : Le développement.
Vénérable Tilopa EmptySam 10 Déc 2022, 21:36 par Disciple laïc

» que pensez vous de toutes ces théories ?
Vénérable Tilopa EmptyMer 07 Déc 2022, 23:15 par Ortho

» Le Yang doit t’il récupéré sa tête
Vénérable Tilopa EmptyMer 07 Déc 2022, 18:22 par LeLoups

» QUI REMPLIT LES PRISONS ? QUI ? Et surtout pourquoi ?
Vénérable Tilopa EmptyMar 06 Déc 2022, 22:33 par Ortho

» Les voeux de Bodhisattva
Vénérable Tilopa EmptyMar 06 Déc 2022, 22:22 par Mila

» Difficulté générale que je rencontre
Vénérable Tilopa EmptyMar 06 Déc 2022, 10:31 par Disciple laïc

» Bonne nouvelle : une ordination
Vénérable Tilopa EmptyJeu 01 Déc 2022, 19:34 par Ortho

» La voie du souffle, dans le bouddhisme theravada
Vénérable Tilopa EmptyMer 30 Nov 2022, 19:03 par Disciple laïc

» Le taoïsme et le bouddhisme s’opposent sur l’approche de la mort (guide touristique)
Vénérable Tilopa EmptyMer 30 Nov 2022, 10:21 par Nangpa

» conseil concernant un livre : taoisme
Vénérable Tilopa EmptyJeu 24 Nov 2022, 08:35 par Disciple laïc

» Bouddhisme & Santé: Le bouddhisme m'a sauvé de mon cancer (témoignage)
Vénérable Tilopa EmptyMer 23 Nov 2022, 12:33 par Mila

» La pratique de Shamatha ou la quiétude mentale par Jetsunma Tenzin Palmo
Vénérable Tilopa EmptyMar 22 Nov 2022, 15:29 par Disciple laïc

» Quand les musulmans se détournent de la foi
Vénérable Tilopa EmptyDim 20 Nov 2022, 22:34 par Ortho

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Vénérable Tilopa EmptySam 19 Nov 2022, 20:36 par Mila

» Les cinq éléments du tao, élixirs de vie
Vénérable Tilopa EmptySam 19 Nov 2022, 19:35 par Disciple laïc

» Lanterna magica , la Forêt enchantée .
Vénérable Tilopa EmptyJeu 17 Nov 2022, 19:13 par Mila

» Les souhaits de Shantideva
Vénérable Tilopa EmptyLun 14 Nov 2022, 17:16 par Mila

» Amazonie, les civilisations oubliées de la forêt
Vénérable Tilopa EmptyDim 13 Nov 2022, 22:43 par Disciple laïc

» Bouddhisme : Ethique et karma
Vénérable Tilopa EmptyDim 13 Nov 2022, 15:29 par Disciple laïc

» Bangkok, vue et commentée par Kalu Rimpoché
Vénérable Tilopa EmptyDim 06 Nov 2022, 21:01 par Mila

» Japon, l'art du jardin zen
Vénérable Tilopa EmptyDim 06 Nov 2022, 20:46 par Disciple laïc

» Carnac : sur les traces du royaume disparu
Vénérable Tilopa EmptyDim 06 Nov 2022, 08:49 par Disciple laïc

» Un chien à la recherche des disparus
Vénérable Tilopa EmptyVen 04 Nov 2022, 17:52 par Mila

» Des ours polaires s'installent dans une station météorologique de l'arctique
Vénérable Tilopa EmptyVen 04 Nov 2022, 16:49 par Mila

» ASBL L'Arbre des Refuges: Présentation du Projet
Vénérable Tilopa EmptyMar 01 Nov 2022, 16:46 par Karma Trindal

» La Bonne Nouvelle du Salut.
Vénérable Tilopa EmptyMar 01 Nov 2022, 16:38 par Karma Trindal

» Nouveau sur le forum - merci pour votre accueil
Vénérable Tilopa EmptyMar 01 Nov 2022, 16:37 par Karma Trindal

» Des arbres , pour l'Arbre .
Vénérable Tilopa EmptySam 29 Oct 2022, 11:21 par Mila

» La première étape de la discipline...
Vénérable Tilopa EmptySam 29 Oct 2022, 11:00 par Mila

» Fanatisme religieux sur CNEWS ?
Vénérable Tilopa EmptyMar 25 Oct 2022, 10:12 par Disciple laïc

» Circonstances favorables et confiance (précieuse existence humaine)
Vénérable Tilopa EmptyLun 17 Oct 2022, 18:19 par Disciple laïc

» Une ville rasée par une comète : Sodome.
Vénérable Tilopa EmptyDim 16 Oct 2022, 18:57 par Disciple laïc

» La Lignée Drikung Kagyu en France
Vénérable Tilopa EmptyDim 16 Oct 2022, 15:10 par thie24

» MARPA, l’un des fondateurs de la lignée Kagyu
Vénérable Tilopa EmptyDim 16 Oct 2022, 10:06 par Disciple laïc

» Enseignement et initiation d'Amithaba
Vénérable Tilopa EmptyJeu 13 Oct 2022, 18:03 par Disciple laïc

» Une compassion égale pour tous
Vénérable Tilopa EmptyMer 12 Oct 2022, 22:33 par Mila

» Rituel annuel, Drouptcheu de Karmapakshi , à Bruxelles
Vénérable Tilopa EmptyMer 12 Oct 2022, 21:57 par Mila

» Le zen, une pratique du temps infini
Vénérable Tilopa EmptyDim 02 Oct 2022, 10:15 par Disciple laïc

» Le festival pour la Paix à la Pagode de Vincennes
Vénérable Tilopa EmptyJeu 29 Sep 2022, 20:39 par Disciple laïc

» AU SUJET DU DOCUMENTAIRE "BOUDDHISME : LA LOI DU SILENCE".
Vénérable Tilopa EmptyJeu 29 Sep 2022, 16:07 par MichelPaul

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 23 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

L’Arbre et ses racines

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 107468 messages dans 12891 sujets

Nous avons 4620 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Aniketa

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7807)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
Karma Trindal (7220)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
petit_caillou (4847)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
Mila (3549)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
karma djinpa gyamtso (3385)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
MionaZen (3351)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
Karma Yéshé (3196)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
vaygas (2774)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
Disciple laïc (2751)
Vénérable Tilopa Bar_leftVénérable Tilopa BarVénérable Tilopa Bar_right 
3 participants

    Vénérable Tilopa

    Karma Trindal
    Karma Trindal
    Fondatrice
    Fondatrice


    Féminin
    Nombre de messages : 7220
    Zodiaque : Poissons Âge : 42
    Contrée : Bruxelles - Belgique
    Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
    Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Singe
    Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
    Éthique de la vertu : Aucun avertissement

    Date d'inscription : 28/01/2007

    Titre-sujet Vénérable Tilopa

    Message par Karma Trindal Sam 06 Oct 2007, 12:18

    Tilopa


    Vénérable Tilopa Tilopa1


    Les biographies bouddhistes indiennes pourraient avoir été une riche tradition orale, lorque le Bouddhisme était largement répandu en Inde. Il n'était pas inhabituel, en cette époque, que les gens portent leurs connaissances dans leurs coeurs et dans leurs esprits, en confiant des volumes entiers à leur mémoire. De nombreux religieux étaient capables de réciter par coeur plus de la moitié des cent volumes de la transcription des enseignements du Bouddha. Certains les connaissaient même tous. La disparition du Bouddhisme dans ce pays y détruisit malheureusement ses traditions orales. Il en reste très peu, qui fut préservé grâce aux écrits, et donc aussi aux impresions faites par les biographes d'autres pays, en particulier les Tibétains, un peuple à la mentalité très systématique, plutôt différente de l'esprit indien, romantque et joliment compliqué, qui, comme dans ses développements musicaux et architecturaux, se délecte dans les diversions étriquées et dans le non-concret.
    Tilopa apparaît deux fois parmi les 84 célèbres mahasiddhas des Bouddhismes indiens, Tilopa and Tillipa, biens que d'aucuns croient qu'il ait pu s'agir de deux individus distincts. Le résumé suivant se base sur la biographie de Tilopa par l'actuel Tai Sitoupa, pour laquelle il se basa sur les différents fragments biographiques qui ont survécu à travers les âges.
    Il y a un parallèle intéressant entre la conception de Tilopa et celui de l'actuel karmapa. Dans les deux cas, les parents s'adressèrent à un saint-homme pour essayer d'obtenir l'enfant qu'ils désiraient, leurs voeux furent exaucés par la naissance d'un fils qui naîtrait au milieu de signes inhabituels, et ils furent amenés à être les parents d'un enfant miraculeux, dont la vie, même dès leur jeune âge, devait être guidée par les plus grands enseignants spirituels de leur époque.
    Dans le cas de Tilopa, la guidance vint sous l'apparence régente d'une dakini ("qui vole dans le ciel" - être spirituel féminin), qui se manifesta aux moments importants de sa vie pour le mettre sur la bonne voie. Dès le début, elle lui explicita que ses vrais parents n'étaient pas ses parents terrestes, mondains, mais la sagesse primordiale et la vacuité universelle :

    ...ton père est Cakrasamvara et ta mère est Vajravarahi ..
    En suivant son avis, il fréquenta les monastères et mena progressivement une vie de moine pour, finalement, devenir un docte érudit et un moine exemplaire, connu sous le nom de Prajñabhadra. En suivant une vision, il découvrit un texte caché dans la base d'une statue du monastère. Comme il n'en comprenait pas la signification, il pria son mentor dakini, qui l'envoya vers les célèbres gourous Matangi et Saryapa pour y étudier le tantra. En retournant au monastère un peu plus tard, il compléta ses études classiques. Une autre rencontre fondamentale avec son enseignante céleste dakini l'initia plus avant et ferma définitivement les fissures qui pouvaient exister entre sa connaissance théorique et son discernement expérimental.
    Après ceci, il voyagea abondamment en Inde, allant de gourou en gourou, jusqu'à avoir assimilé la véritable quintessence de chaque courant majeur de l'enseignement du vajrayana du moment. En particulier, il reç-ut de Saryapa les enseignements sur la purification des chakras et du corps subtil, mieux connus aujourd'hui sous leur nom tibétain de tummo. De Nagarjuna il reçut les enseignements du corps illusoire et les enseignements de la lumière radiante; de Lawapa le yoga des rêves, de Sukhasiddhi les enseignements sur la vie, des états de la mort et d'entre les vies (bardo), et du transfert de conscience; d'Indrabhuti les eneignements sur le discernement (prajna) et tant qu'élilibration des énergies, et de Matangi les enseignements sur la résurrection du corps mort. Comprenant les nombreux parallèles qu'il trouva dans les traditions variées, et réalisant que chacune correspondait aux besoins de personnes différentes, à différents étapes de l'éveil, il condensa finalement leur essence en quatre courants d'enseignement principaux. C'est de ceux-ci et dans ceux-ci que nous trouvons la véritable signification du mot kagyu. Dans ce que dit Taï Sitoupa :

    "Prenant avantage de sa liberté nouvellement trouvée, Prajñabhadra pratique la méditation d'une manière très intense, voyageant si nécessaire pour recevoir les techniques spéciales et la guidance de la plupart des grands maîtres de son époque : Guhya, Darika, Dingi, etc. Il était le meilleur des étudiannts, il maîtrisa tous les enseignements vitaux et fut capable d'appréhender leurs points communs et leurs particularités. Les lignées dont il hérita se regroupent toutes en quatre courants de sagesse transmise. C'est de ceux-ci que la traditio kagyu détient son nom : Kagyu est une forme abrégée du tibétain :

    theg pa gsum gy snying don bka bab kyi chos bzhi'i gdams ngag bar ma ckad pa'i brgyud pa,

    qui, en gros, signifie la lignée ininterrompue de guidance profonde et intime dans les quatre sortes de maîtrise transmise, la signification centrale, le coeur des trois yanas.
    Dans ce qui précède, ka est une abbréviation pour Ka.pap.zhi. - qui pourrait être gossièrement rendue par "les quatre transmissions de la maîtrise". Zhi signifie quatre. Ka.pap est un terme qui n'a pas d'équivalent en anglais (ni en français - NDT) . Il signifie transmission de la connaissance, de la capacité, de l'introversion, et des capacités à enseigner. Dans un domaine spécifique, de maître à étudiant, au point où l'étudiant entre dans la possession comlète de toutes les compétences du maître. C'est ce qui a lieu quand quelqu'un de déjà adéquatement formé au départ, ou qui soit profondément prédisposé, un sujet recherche la personne adéquate dans le domaine en question, et apprend d'elle tout ce qu'elle a à enseigner. L'appréciation spontanée et l'assimilation rapide qui surviennent lorsqu'un étudiant a une iclinaison naturelle pour le sujet font implicitement paryie de ce procédé.
    Vénérable Tilopa Tilopa


    Les quatre transmissions Kagyu dont il a été questions sont ceux :



    • du grand sceau - (Tib. phyag.rgya.cken.po Skt. mahamudra), en ce cas, le "mahamoudra non caractérisé", càd sans rituel, ni forme, ni sophistication,
    • du yoga de la chaleur - (Tib. gtum.mo, qui signifie littéralement "mère en colère"),
    • de la lucidité - (Tib. od.gsal qui signifie "aussi clair que s'il était illuminé" - parfois appelé "claire lumière" dans les traductions modernes), ceci inclut les yogas du rêve et de l'entre-vies (bardos)
    • de l'union - (Tib. Ias.kyi.phyag.rgya Skt. karma mudra)


    Ces quatre transmissions contiennent la véritable essence des trois niveaux (yana) du Bouddhisme. Chacun contient les autres, et pour cela, chacun contient tout. En tant qu'un tout, ils sont appelés mahamoudra.
    Si chacun des aspects repris ci-dessus n'était pas une facette d'un tout, tu-mo, la chaleur subtile, serait simplement une technique pour produire de la chaleur : on ne serait rien de plus qu'un four humain. La lucidité radiante ne serait que quelque chose qui illumine, comme la lumière d'une torche. Ils ne sont pas ainsi. la chaleur et la lucidité subtiles sont des pratiques très profondes, richement soutenues par les vues du mahamoudra, les mantras, les étaps de visualisation du mahamoudra, etc. Elles sont très complètes, chacune étant un aspect emphasé de la même chose.
    Ces quatre (transmissions), dont une est la connaissance intime de l'esprit, et les trois autres sont des ensembles de techniques judicieuses, ont été transmis dans leur intégrité originale, par une lignée de maîtres parfaits et d'étudiants amenés à la perfection, depuis l'époque de Tilopa jusqu'à aujourd'hui. Ils forment le noyau, l'essence de la lignée Kagyu actuelle. Au cours de cette période de sa vie, il acquit le nom de Tilopa, qui signifie le broyeur de sésame, ainsi était la face cachée, secrète de ce qu'il vivait à l'extérieur, pendant qu'il parfaisait sa méditation à l'intérieur. Une étape merveilleuse a lieu dans cette partie de sa biographie :
    "A partir de ce moment, pas un seul moment de sa vie, de jour ou de nuit, ne fut gaspillé."
    Ayant hérité des lignées bouddhistes de son temps, Tilopa fut ensuite amené par la dakini qui le guidait aux vallées impénétrables de Orgyen, où il recevrait des transmissions extraordinaires d'enseignements. En une véritable épopée, il travailla et se creusa un chemin à travers les tremblements de terre, les hallucinations, des attaques par des armées de démons et d'autres phénomènes, et il en fut récompensé en devenant le tenant d'enseignements très particuliers : les enseignements du coeur des dakinis. Ceux-ci comprenaient les douze ensignements secrets des dakinis et les quatre enseignements du joyau qui réalisent tous les souhaits.
    Après, suivit son illumination. Bien qu'il ait eu de nombreux excellents gourous, y compris des dakinis célestes, son illumination survint par une fusion directe avec l'esprit du sambhogakaya de Sakyamouni. Tilopa expérimenta ceci comme une rencontre avec "le Bouddha qui tient le Vajrayana" (Bouddha Vajradhara). La transmission en cinq branches qui eut lieu ensuite est indescriptible. Elle cessa en ce que Tilopa ne put plus être distingué de l'illumination de tous les Bouddhas. Ce qui resta de sa vie terrestre se passa en enseignements, et en s'assurant que la précieuse sagesse et les lignées qu'il avait reçues seraient perpétuées par des disciples valables pour le bénéfice futur de l'humanité.



    _________________
    Vénérable Tilopa Untitl10
    heyopibe
    heyopibe
    Protecteur de l'Arbre [PdA]
    Protecteur de l'Arbre [PdA]


    Masculin
    Nombre de messages : 1522
    Zodiaque : Balance Âge : 57
    Contrée : france
    Arts & métiers : bénévole chez les migrants
    Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Serpent
    Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : apaisement
    Éthique de la vertu : Aucun avertissement

    Date d'inscription : 16/07/2009

    Titre-sujet La Vie de Tilopa par Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa

    Message par heyopibe Ven 19 Nov 2010, 16:37

    La Vie de Tilopa par Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa

    (Le 21 Février 2007, Nonnerie de Tilokpur)

    Il existe plusieurs biographies du Mahasiddha Tilopa, cependant elles ne comportent pas de détails précis quant à son histoire, ne fût-ce que son lieu et sa date de naissance, les endroits qu’il a pu parcourir, s’il est bien mort ou non. Sans les mentions de sa date de naissance et de bien d’autres détails, il est difficile de raconter l’histoire détaillée et précise de Tilopa.
    Toutefois je vais essayer de vous la résumer en espérant que cela vous sera bénéfique.

    [...]

    Je pense qu’il est très important pour nous d’étudier la vie de Tilopa, de comprendre l’obtention de sa réalisation à travers ces épreuves et sa diligence.
    Il est aussi essentiel de comprendre ses activités bienveillantes qui continuent de nos jours à être bénéfiques, et ce, de manière incommensurable.
    Sans l’étude et la compréhension de sa grande sagesse, de même que de son amour et de sa compassion pour autrui, il nous sera impossible de l’apprécier, et de comprendre de quelle manière il a contribué à notre monde et le bienfait qu’il a apporté.

    Comme je vous l’ai mentionné précédemment, la biographie de Tilopa fut écrite dans une langue Tibétaine très ancienne, difficile à traduire en langues étrangères pour les traducteurs, mais également difficile à comprendre pour les contemporains modernes Tibétains.
    Cependant, je ne vais pas parler de sa biographie en détails, mais, plutôt vous raconter quelques événements de sa vie, tirés d’un récit.


    Le Mahasiddha Tilopa naquit au sein d’une famille de Brahmanes dans la cité du Bengale, située dans l’Est de l’Inde.
    Il est écrit qu’il resta dans le ventre de sa mère pendant treize mois.
    Il naquit à l’aube, le second jour du douzième mois du calendrier lunaire de l’année du rat de l’élément terre.
    Selon la culture Indienne et tout particulièrement au sein de la culture des Brahmanes, la plus haute caste Indienne, il était de tradition d’inviter un devin ou un astrologue, ou bien encore un sage, afin de prédire l’avenir du nouveau né, ainsi que ses prédispositions.
    Lorsque le premier devin vit Tilopa, il fut ébloui par ses qualités extraordinaires. Ce qui caractérisait Tilopa était au-delà de toute conception humaine.
    Le devin n’y comprenait rien et ne sut comment l’expliquer aux parents de Tilopa.
    Il partit précipitamment, disant qu’il ne pouvait absolument pas interpréter la magnificence des qualités de leur enfant. Alors, la famille fit appel à autre expert.
    De même, celui-ci s’excusa très poliment et se retira promptement, déclarant que les caractéristiques de cet enfant dépassaient ses concepts. Il fut navré de ne pouvoir expliquer de telles particularités avec des mots.
    (« L’histoire de Tilopa devient très compliquée et je vais peut-être aussi devoir partir….. » ajouta Sa Sainteté en plaisantant.)

    Les parents de Tilopa reconnurent que leur fils était un enfant extraordinaire et hors du commun, comme le prédisaient les devins.
    Ses parents s’occupèrent de lui avec une attention particulière et l’éduquèrent avec beaucoup d’amour et en l’entourant de leur protection.
    Ils ne le laissèrent pas s’amuser, ni rester avec d’autres personnes ; ils l’élevèrent seuls, toujours avec beaucoup d’attention.

    Lorsqu’il fut temps pour Tilopa de se tourner vers le dharma, un fait étrange se manifesta.
    Un jour qu’il était assis au soleil, jouant sous les yeux de sa mère et écoutant ses tendres paroles, une grande ombre le recouvrit soudain.
    Sa mère leva les yeux brusquement et vit une horrible vieille femme devant eux.
    Elle fut si effrayée de voir un être si monstrueux, qu’elle se mit à hurler à la vieille femme, l’enjoignant de s’en aller tout de suite.
    La vieille femme mit en garde la mère de Tilopa : malgré son amour et son désir de protéger son fils, elle ne pourrait pas le protéger d’une mort intempestive.
    Cette remarque interpella la mère qui demanda à l’horrible vieille femme comment y remédier.
    Cette dernière lui conseilla d’envoyer son fils à l’école pour y parfaire son éducation, puis elle disparut dans le ciel.
    Après cette entrevue, la mère de Tilopa fit part de cette entrevue à son mari, qui était parti en déplacement.
    Des jours et des semaines passèrent, les parents de Tilopa étaient de moins en moins préoccupés par la prédiction de la vielle femme.
    Après tout, il était de tradition dans la culture des Brahmanes d’envoyer leurs enfants à l’école pour recevoir une bonne éducation.
    Ils envoyèrent alors leur fils parfaire son éducation à l’école où il acquit la maîtrise des arts et de la philosophie dans la culture brahmane.

    Quelques années plus tard, il était devenu un très grand érudit.
    Vers sa vingtième année, la vielle femme apparut à nouveau, elle était encore plus terrifiante qu’auparavant.
    Elle recommanda aux parents d’envoyer Tilopa dans la forêt pour s’occuper des buffles, leur indiquant qu’il obtiendrait ainsi la bénédiction des dakinis.
    Pris de court, ils furent si déconcertés par les propos de la vieille femme, qu’ils restèrent sans voix.
    Celle-ci se tourna vers Tilopa et lui dit : « Es-tu prêt à aller dans la forêt et à t’occuper des buffles ? »
    Tilopa lui répondit : « Oui, je le suis ! », puis la vieille femme disparut à nouveau.
    A la suite de sa prédiction, les parents de Tilopa suivirent ses conseils.
    Ils achetèrent donc des buffles et envoyèrent leur fils dans la forêt.


    Lorsque Tilopa gardait les buffles, il avait en fait assez de temps pour lire des textes et des livres sur le bouddhisme. Il apprit ainsi considérablement sur le dharma.
    Un jour, alors qu’il gardait son troupeau de buffles, il rencontra une très jolie jeune fille qui lui demanda d’où il venait et qui étaient ses parents.
    Après lui avoir raconté son histoire, la jeune fille lui offrit plusieurs présents de grande valeur dont une couronne incrustée de pierres précieuses.
    Elle lui conseilla de se rendre au pays d’Uddiyana afin de recevoir les enseignements tantriques secrets.
    Tilopa retourna chez ses parents et relata sa rencontre avec cette jeune fille.
    Ils discutèrent pendant un moment et réalisèrent que par le passé toutes les prédictions des dakinis s’étaient avérées auspicieuses et favorables pour leur fils.
    Ils furent réjouis par cette nouvelle prédiction et encouragèrent Tilopa à suivre les conseils de la dakini.
    Ils lui donnèrent alors leurs bénédictions pour son départ au pays d’Uddiyana.
    Tilopa quitta ses parents en emportant seulement les rares présents que la jeune fille lui avait offerts.


    Uddiyana n’est pas un champ de bouddha céleste invisible où les gens ne peuvent se rendre.
    C’est en fait un lieu que les personnes fortunées sont à même de visiter.
    En effet, il y a cinq lieux sacrées connus comme étant « les cinq lieux du Vajrayana » ou « Sources du Tantrayana » où les enseignements du Vajrayana sont préservés et enseignés.
    Uddiyana est l’un de ces royaumes, aujourd’hui connu comme étant le Pakistan.
    Plusieurs grands maîtres du Tibet de même que des érudits Chinois s’y sont rendus, du fait qu’il était le lieu d’origine des enseignements tantriques.
    Nous avons un dicton au Tibet qui dit : « Les maîtres ont le contrôle absolu de la façon dont ils veulent présenter leurs enseignements ! »
    Alors je vais utiliser ce pouvoir en écourtant cette histoire.


    Lorsque Tilopa se rendit en Uddiyana, il rencontra beaucoup d’épreuves et d’obstacles, causés par les dakinis.
    En général, nous pensons que les dakinis sont des êtres nobles et bienveillants, mais cela n’est pas toujours le cas.
    Du point de vue de certains indiens, les dakinis sont des êtres qui dévorent la chair humaine, absorbent le sang des hommes, font du mal aux gens, peuvent jeter des sorts, et faire des choses pas très bénéfiques.
    En Inde, si vous dites à une femme : « Vous êtes une dakini ! », cette personne ne sera sûrement pas ravie, car vous lui dites en fait : « Vous êtes une sorcière ! ».

    Tilopa surmonta toutes les difficultés et tous les obstacles sur la route qui le menait vers le pays d’Uddiyana.
    Arrivé à Uddiyana, il y reçut l’enseignement intégral et secret des dakinis et ce, directement de Vajrayogini.
    Il n’est pas précisé s’il eut une vision pure du Yidam Vajrayogini ou s’il la vit sous sa forme humaine.
    Quoi qu’il en soit, en recevant les enseignements directement du Yidam Vajrayogini, Tilopa atteignit instantanément la réalisation absolue.


    C’est la raison pour laquelle, lorsqu’il enseigna plus tard ses étudiants, il mentionna : « Moi, Tilopa, je n’ai pas de Gourou humain. Mon Gourou est le Grand Vajradhara ! ». C
    ette déclaration sous-entend que Tilopa atteignit la même réalisation complète que le Bouddha Shakyamouni, et qu’il y est parvenu sans dépendre d’un maître humain.
    En raison de son apparence extérieure, il fut difficile pour qui que ce soit de reconnaître en Tilopa un pratiquant du Bouddhisme, et encore moins un érudit ou un mahasiddha.
    Toutefois, lorsque nous avons une meilleure compréhension de sa vie et comprenons la manière dont il a reçu les enseignements tantriques de la déité d’élection (yidam) Vajrayogini, à Uddiyana, nous percevons sans le moindre doute Tilopa comme étant l’un des maîtres les plus importants, qui transmit les enseignements du Bouddha appartenant aussi bien au Tantrayana qu’au Soutrayana.
    C’est la raison pour laquelle Naropa le prit pour maître.


    Comme je l’ai dit auparavant, la biographie de Tilopa n’est pas aussi claire et ne mentionne pas exactement ce qu’il a fait, les lieux où il s’est rendu, son trépas, s’il est bien resté dans cette grotte.
    En même temps, je ne peux confirmer qu’il n’y était pas.
    Je pense que cela n’a pas d’importance.
    Je suis content de cette visite et d’avoir enseigné sur la vie du Mahasiddha Tilopa.
    A proprement dit, ce lieu est assez proche d’une région qui s’appelle Zalandra, un autre lieu saint où les enseignements du Tantrayana puisent leur source et qui est également proche de la contrée d’Uddiyana.
    Je trouve qu’il y a quelque chose en commun entre les mahasiddhas et les Occidentaux, ils aiment tous beaucoup voyager et tout explorer.
    Tilopa a peut être voyagé ici lorsqu’il s’est rendu en Uddiyana.
    Il a peut-être exploré cette contrée et il est sans doute resté dans cette grotte.

    Le plus important est de savoir que les nobles nonnes ont établi un institut bouddhiste pour y étudier, pratiquer et préserver les enseignements de Tilopa.
    Tilopa réside n’importe où, à partir du moment où ses enseignements et sa lignée y sont pratiqués.
    Ce qui importe, c’est notre dévotion et notre confiance.
    La grotte de Tilopa peut en fait se situer n’importe où.
    Par exemple, il y a plusieurs Potalas qui représentent le royaume d’Avalokiteshvara.
    Il y a un Potala au Tibet, un autre en Chine, et un autre en Corée.
    Il y aussi d’autres endroits qui sont appelés Jago Phunpo Ri, lieu où le Bouddha a enseigné la Prajanaparamita. Il y a un Jago Phunpori à Rajgir, en Inde, et un autre en Chine.
    Ainsi donc, ce qui est important, c’est notre sincère dévotion et notre confiance.
    Les êtres éveillés comme Tilopa peuvent apparaître et donner des bénédictions aux êtres qui sont emplis de conviction et de dévotion, où qu’ils soient.

    Je suis impressionné par les nobles nonnes qui ont établi cet Institut Bouddhiste à Tilokpur en travaillant très dur.
    Grâce à leur dévouement et à leur aspiration, ce lieu a pu voir le jour – lieu où les enseignements du Bouddhisme sont enseignés.
    De ce point de vue, on peut dire que Tilopa a vécu ici, car la tradition Bouddhiste de la lignée Kagyu enseignée par Tilopa lui-même, y est pratiquée.
    Le fait de savoir qu’il existe un endroit où les enseignements Bouddhistes y sont pratiqués et préservés, cela nous rend confiant.
    L’amour bienveillant et la compassion y sont enseignés et développés.
    On peut ainsi dire que ce lieu est une terre sainte, et je ne pense pas qu’il soit contradictoire de dire que cet endroit est le lieu où Tilopa a résidé.
    De toute évidence, c’est le lieu où les enseignements de Tilopa sont enseignés et d’un point de vue spirituel, voire même mondain, c’est vraiment la grotte de Tilopa.
    Ce qui importe c’est d’avoir la certitude.
    Ainsi donc, avec une confiance absolue, libre de doutes, vous devez sentir que c’est la cave de Tilopa.

    Je voudrais remercier à nouveau les nobles moniales de Tilokpur pour leurs efforts dans la préparation de cette visite, et pour la construction de la Nonnerie Bouddhiste près de la grotte de Tilokpur.
    Je voudrais également souhaiter la bienvenue aux visiteurs et les remercier de s’être déplacés.
    Ils ont fait un voyage difficile et sont venus de loin en dépit de leur situation financière.
    Je prie afin que vous receviez les bénédictions de la lignée et trouviez le but essentiel de votre vie.

    Traduction anglaise : Ringu Tulku Rinpoché
    Transcription anglaise : Mrs Sally Clay
    Traduction française : kagyuoffice-fr.org

    Source : cliquer sur ce lien
    Pema Gyaltshen
    Pema Gyaltshen
    Modérateur d'honneur [RdA]
    Modérateur d'honneur [RdA]


    Masculin
    Nombre de messages : 7807
    Zodiaque : Cancer Âge : 68
    Contrée : Bruxelles
    Arts & métiers : Artiste
    Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cheval
    Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Arts
    Éthique de la vertu : Aucun avertissement

    Date d'inscription : 13/02/2007

    Titre-sujet Re: Vénérable Tilopa

    Message par Pema Gyaltshen Dim 21 Nov 2010, 20:26

    Merci, c'est toujours très précieux de lire les vies de nos grands Maîtres.


    _________________
    Vénérable Tilopa Benzar10
    Vénérable Tilopa Pema_g10

      La date/heure actuelle est Lun 06 Fév 2023, 01:27