Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 15:47 par manila

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 15:45 par manila

» Grande interrogation
Hier à 20:54 par Disciple laïc

» Bouddhisme et transcendance
Hier à 16:06 par Disciple laïc

» Le corps et l'esprit
Hier à 11:41 par Disciple laïc

» Dhammapada
Hier à 11:34 par vaygas

» présentation
Mar 22 Mai 2018, 23:36 par Akana

» presentation groupes de pratique
Mar 22 Mai 2018, 10:57 par Puntsok Norling

» Cherche référence livre
Mar 22 Mai 2018, 08:33 par Disciple laïc

» Funérailles de robots
Lun 21 Mai 2018, 19:58 par Ortho

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Lun 21 Mai 2018, 14:37 par Disciple laïc

» meditation et pratique avec Lodoe Rinpoche
Dim 20 Mai 2018, 23:56 par Puntsok Norling

» Le programme B.A.S.E - bouddhisme, action sociale et engagement
Dim 20 Mai 2018, 19:32 par Disciple laïc

» Livre sur le bouddhisme Theravada
Dim 20 Mai 2018, 16:14 par Ortho

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Dim 20 Mai 2018, 15:12 par Admin

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Dim 20 Mai 2018, 09:37 par Pema Gyaltshen

» Christopher Dawson
Ven 18 Mai 2018, 19:55 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Ven 18 Mai 2018, 15:48 par Pema Gyaltshen

» M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?
Mar 15 Mai 2018, 22:00 par Disciple laïc

» Khandro Rimpoché
Mar 15 Mai 2018, 19:04 par Disciple laïc

» 4 AMAZING INCIDENTS IN THE LIFE OF BUDDHA
Mar 15 Mai 2018, 14:28 par manila

» Film en diffusion ce soir le 14/05/2018
Lun 14 Mai 2018, 23:16 par manila

» Sur la loi du karma
Lun 14 Mai 2018, 18:13 par Akana

»  Actualités du Bouddhisme dans le monde: Le maître tibétain Sogyal Rinpoché disgrâcié
Lun 14 Mai 2018, 14:30 par Nanachi

» Bonjour tout le monde!
Dim 13 Mai 2018, 19:46 par Karma Trindal

» Présentation rom5991
Dim 13 Mai 2018, 19:43 par Karma Trindal

» Saka Dawa Festival
Dim 13 Mai 2018, 10:58 par Puntsok Norling

» Rencontre avec Sa Sainteté le XVIIème Karmapa Trinlé Thayé Dorjé – 1/2 et 2/2
Dim 13 Mai 2018, 10:23 par Disciple laïc

» Meditation et pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 12 Mai 2018, 11:29 par Puntsok Norling

» Présentations
Jeu 10 Mai 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Bonjour à tous
Mar 08 Mai 2018, 01:04 par rom5991

» Amour altruiste et compassion.
Lun 07 Mai 2018, 17:56 par Disciple laïc

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Sam 05 Mai 2018, 06:21 par rom5991

» Sensation pendant et après méditation
Mer 02 Mai 2018, 13:46 par Srivatsa

» Sexisme, andocentrisme, et misogynie
Mar 01 Mai 2018, 20:42 par Disciple laïc

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mar 01 Mai 2018, 10:24 par vaygas

» Réflexions sur les trois piliers de la voie du Bouddha : vertu, méditation et sagesse
Lun 30 Avr 2018, 17:35 par Disciple laïc

» Même le Bouddha fut confronté à des épreuves
Lun 30 Avr 2018, 14:27 par Disciple laïc

» Lama Puntso nous parle du bouddhisme
Lun 30 Avr 2018, 10:37 par Disciple laïc

» Complexité du Karma
Dim 29 Avr 2018, 20:00 par Disciple laïc

» Traduction et L'interprétation des écrits saints en Islam
Dim 29 Avr 2018, 18:51 par Disciple laïc

» Nos deux mains
Dim 29 Avr 2018, 13:10 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Dim 29 Avr 2018, 10:05 par Ortho

» Meditation et Pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 28 Avr 2018, 22:14 par Puntsok Norling

» Les bienfaits de la souffrance
Sam 28 Avr 2018, 21:20 par Disciple laïc

» En quoi se démarque « Le livre de l’Eveil » des traditions théistes et du bouddhisme, tout en y étant attaché.
Sam 28 Avr 2018, 15:41 par tindzin

» Bouddhisme et nihilisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:37 par Disciple laïc

» le rêve dans le bouddhisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:20 par Jean-François

» La Mort selon les bouddhistes
Mer 25 Avr 2018, 22:29 par Ortho

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Mer 25 Avr 2018, 16:26 par Pema Gyaltshen

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Mer 25 Avr 2018, 08:54 par Karma Tsultrim Jyurmé

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 25 Invités :: 2 Moteurs de recherche

manila


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 95278 messages dans 11043 sujets

Nous avons 4201 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Amoghasiddhi

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7462)
 
Karma Trindal (6843)
 
manila (4976)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3466)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2296)
 

Une histoire simple...

Partagez
avatar
Thành
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Masculin
Nombre de messages : 422
Age : 56
Contrée : Québec
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 15/04/2007

Une histoire simple...

Message par Thành le Sam 03 Nov 2007, 11:20

Extrait de « Comment éveiller le soleil intérieur ? »
de Kessani et Chris Iwen aux éditions Altess.



Le sourire intérieur est donc un véritable acte énergétique.

C’est à la fois un acte énergétique et un acte qualitatif. À propos du sourire intérieur, il existe une petite histoire très in­structive. Un jour, Dieu vint séjourner sur terre. Il devait rester seulement une semaine, et durant son séjour, n’importe qui avait le droit de venir lui rendre visite et de pouvoir bénéficier d’un tête à tête avec le Créateur de l’univers. Comme Dieu était un peu timide, il passait tout son temps dans son bureau, une pièce située au cœur du château dans lequel il allait rester durant quel­ques jours, et à laquelle on ne pouvait accéder qu’après avoir traversé trois antichambres.

Tout le monde voulait naturellement obtenir une rencontre en tête à tête avec Dieu. Chacun avait un million de questions à poser à l’Être suprême, et tout le monde avait des milliers de rêves à faire exaucer. Certains avaient des reproches à faire et d’autres voulaient faire des suggestions afin d’améliorer la création. Quelques-uns étaient juste curieux de voir la tête de Dieu, et se demandaient si vraiment il portait une barbe blanche comme le père Noël. Un ange gardait l’entrée du château. N’im­porte qui pouvait se présenter et demander à rencontrer Dieu, l’ange le conduisait devant la porte de la première anti­chambre en lui disant :

– Vous avez juste trois antichambres à traverser. Pour ouvrir les portes, vous n’avez qu’à sourire.

Les gens se retrouvaient devant la première porte, souriaient, mais rien ne se passait. Lorsqu’ils revenaient auprès de l’ange pour lui demander des explications, ils s’entendaient invariable­ment répondre :

– Les portes s’ouvrent grâce à l’énergie que vous déployez par le sourire. Si les portes ne s’ouvrent pas, c’est que l’énergie que vous déployez n’est pas suffisante. Essayez encore et en­core, ne perdez pas espoir.

Les gens recommençaient, encore et encore, en vain.
Il y eut de grandes concertations et de vastes cercles de ré­flexion. La propagande des anges disait que n’importe qui pouvait demander une audience afin de rencontrer Dieu, et que toutes les audiences seraient accordées sans aucune espèce de formalité. Cela semblait vrai à première vue : on pouvait venir, demander à voir Dieu, et l’ange de garde conduisait tout de suite la personne devant l’entrée des antichambres, puis s’en retour­nait. Mais il était évident que cette apparente simplicité était une façon de se moquer des hommes, car on avait beau sourire, aucune porte ne s’ouvrait. Au fond, se disaient les gens, Dieu ne voulait rencontrer personne, et cette histoire de portes qui ne s’ouvraient qu’avec le sourire était une manière élégante de refuser de recevoir du monde.

Mais quelques anges purent participer aux débats et ils réus­sirent à convaincre les gens que tout était OK, et que le vrai problème, c’était qu’apparemment les hommes ne savaient plus sourire. Tout le monde avait souri à belles dents, et certains avaient des dents si belles et si blanches qu’ils auraient mérité de figurer en couverture des magazines les plus « glamours ». Les anges expliquèrent que Dieu n’accordait aucune importance au sourire physique, et si les portes ne réagissaient pas, c’était pro­ba­blement parce que les gens n’arboraient que des sourires « émail diamant ».

Les anges avaient certainement raison. Les gens recommen­cèrent, mais sans plus de résultat. Il devint évident qu’il fallait être quelqu’un de remarquable pour avoir une chance de faire réagir ces portes. Les jours passaient, et le séjour de Dieu tendait inexorablement vers sa fin. Il fallait qu’au moins une personne puisse franchir ces portes et rencontrer Dieu. Beaucoup de gens se rendaient clairement compte qu’ils étaient certainement in­capables d’ouvrir ces portes, mais tout le monde avait la convic­tion qu’il devait au moins exister une personne capable de réali­ser cet exploit. Les gens se réunirent à nouveau, et il fut décidé que celui qui réussira à rencontrer Dieu aura la mission, en plus de demander des choses qui lui seront personnelles, de soumet­tre à Dieu deux questions au nom de l’humanité toute entière : Comment s’affranchir de la souffrance ? Comment atteindre le bonheur éternel ?

Qui pouvait réussir à obtenir une rencontre en tête à tête avec Dieu ? La plupart des gens avaient essayé plusieurs fois, tous avaient échoué, et personne ne voulait recommencer car chaque nouvel échec nourrissait un sentiment grandissant d’humiliation.

Comme personne n’osait plus se présenter, les gens se réuni­rent une nouvelle fois afin de désigner ceux qu’ils estimaient être les personnes les plus évoluées de toute l’humanité. Après bien des débats, trois personnes furent désignées : un prix Nobel de sciences, un prix Nobel de littérature, et un prix Nobel de la paix. Le premier était estimé comme étant le scientifique le plus brillant de la planète. Le second était estimé comme étant le poète le plus subtil de la planète. Et le troisième était estimé comme étant l’humaniste le plus grand de la planète.

Le scientifique se présenta devant les antichambres. Il prit une bonne heure de réflexion puis il sembla comprendre ce qu’il fallait faire. Il se remémora l’extraordinaire plaisir intellectuel qui l’avait envahi le jour où il avait fait la découverte qui lui avait valu le prix Nobel de sciences, et il sourit. Et le miracle se produisit : la porte de la première antichambre s’ouvrit toute grande. Il y eut un tonnerre d’applaudissements. Mais lorsque le scientifique se retrouva devant la deuxième porte, il fut incapa­ble de la faire réagir. Il finit par abandonner, car il était évident que seule la première porte avait été à sa portée. Il revint sur ses pas, et la première porte se referma derrière lui.

Les gens furent très déçus par cet échec, mais il restait encore deux brillantes personnes en lice. Ce fut au tour du poète. Il se posta devant la première porte, puis il se remémora le jour où il acheva son plus beau recueil de poèmes, celui qui avait ému la terre entière et qui lui avait valu le prix Nobel de littérature. Et quand il se rappela en souriant de la profonde émotion qui l’avait submergé à ce moment-là, les portes des deux premières antichambres s’ouvrirent toutes grandes, entraînant une euphorie hystérique dans le public. Mais la porte de la troisième anti­chambre se montra indifférente, et le poète dut reconnaître qu’il n’irait pas plus loin. Il revint sur ses pas et les portes se refer­mèrent.

Il ne restait que l’humaniste, et tout le monde était certain qu’il allait réussir car il était certainement quelqu’un de plus grand que le scientifique et le poète. L’humaniste se plaça devant la première porte, puis il se souvint de la profonde expé­rience de béatitude qui s’empara de lui lorsqu’il signa le traité qui avait mis fin, d’un seul coup, à la majorité des guerres et des conflits qui sévissaient sur terre depuis des dizaines d’années. Quand il sourit, rien ne se produisit. Peut-être que sa remémora­tion n’avait pas été correctement faite. Il recommença, mais rien n’y fit. Sa déception fut à l’image du désespoir du public : abyssale. Après le scientifique qui avait réussi à ouvrir une porte, et le poète qui avait réussi à en ouvrir deux, tout le monde s’attendait à ce que l’humaniste réussisse à ouvrir les trois portes. Mais il se montra incapable d’en ouvrir ne serait-ce qu’une seule…

L’échec de l’humaniste est surprenant, Maître.

Oui, c’est surprenant en effet. Les gens allaient se résigner lorsqu’une petite fille se présenta. Au stade où en étaient les choses, on n’avait rien à perdre à laisser une petite fille tenter sa chance. La petite fille prit note des deux questions à poser en cas de réussite, puis elle se présenta devant les antichambres. Elle posa sa main sur la poitrine, puis se mit à sourire du fond du cœur. Comme par enchantement, les trois portes s’ouvrirent paisi­ble­ment en même temps, laissant filtrer une incroyable lumière qui devait certainement émaner de Dieu. Devant ce miracle, la foule s’immobilisa dans un profond silence, empreint de respect mais aussi d’incompréhension, car personne ne com­prenait comment une simple petite fille pouvait réussir là où trois prix Nobel avaient échoué.

La petite fille traversa le couloir, puis elle se retrouva en face de Dieu. Les portes s’étaient refermées derrière elle, et les gens n’eurent même pas le temps d’entrapercevoir fugacement l’Être suprême. Trois heures plus tard, les portes s’ouvrirent à nouveau et la petite fille sortit. Le séjour de Dieu était arrivé à son terme et on vit une lumière aveuglante, vaste comme un soleil, s’élever dans les airs puis disparaître dans l’espace. Tout le monde en­toura la petite fille, et on pouvait lire dans les yeux un curieux mélange de jalousie, d’étonnement, d’égarement, de perplexité, d’émerveillement et d’espoir.

– Comment as-tu réussi à ouvrir les portes ? demanda la foule à la petite fille.
– J’ai simplement souri de tout mon cœur, répondit-elle.
– Quelle question personnelle as-tu posée à Dieu ?
– Je n’avais aucune question personnelle, je voulais seule­ment voir Dieu.
– À quoi Dieu ressemble-t-il ?
– Il me ressemblait, comme une sœur jumelle.

Cette réponse plongea tout le monde dans la confusion la plus totale. Ainsi donc, Dieu avait l’apparence d’une petite fille.

– Est-ce que tu as demandé à Dieu comment s’affranchir de la souffrance ?
– Oui, et il m’a répondu qu’il suffisait de sourire tous les jours, de tout son cœur.
– Et c’est tout ce qu’il t’a répondu ?
– Oui.
– Est-ce que tu as demandé à Dieu comment atteindre le bonheur éternel ?
– Oui, et il m’a répondu qu’il suffisait de sourire tous les jours, de tout son cœur.
– Mais c’est la même réponse que pour la souffrance.
– Je sais, mais c’est ce que Dieu m’a dit.
– Es-tu certaine d’avoir bien entendu ?
– Tout à fait certaine.
– Mais comment fait-on pour sourire de tout son cœur ?
– Bah… il suffit de le faire, c’est tout.

La foule était amère. C’était bien dommage, pensaient les gens, car la petite fille n’était sûrement pas la personne idéale pour discuter sérieusement avec Dieu de la question de la souf­france et du bonheur. Elle n’avait certainement pas bien posé les questions et elle n’avait sûrement pas bien compris les réponses. Dieu ne reviendrait peut-être jamais séjourner sur terre, et la seule chance que l’humanité avait de découvrir le moyen de s’affranchir de la souffrance et de trouver le bonheur éternel avait été perdue. C’était ce que croyaient les gens, car ils ne voulaient pas croire que les vraies réponses soient aussi simples.
avatar
djinpa
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 555
Age : 47
Contrée : A.
Arts & métiers : ...
Disposition de l'Esprit : bouddhisme, peinture, lecture
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/07/2007

Re: Une histoire simple...

Message par djinpa le Sam 03 Nov 2007, 11:42

Very Happy
avatar
Invité
Invité

Re: Une histoire simple...

Message par Invité le Sam 03 Nov 2007, 12:19

Tout simplement merveilleux

Un beau conte de Noel à raconter à nos enfants ou petits enfants
::59:
avatar
Karma Yeshé Gyatso
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1222
Age : 68
Contrée : Desert Intérieur
Disposition de l'Esprit : Survivre
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 23/02/2007

Re: Une histoire simple...

Message par Karma Yeshé Gyatso le Sam 03 Nov 2007, 17:29

Un beau conte pour enfant assurément, mais que je raconterais pas a mes petits enfants. L'eloge de l'IGNORANCE et le rejet de l'HUMANISME. C'est le contraire de toutes les VALEURS que j'ai essayé de leur transmettre, et puis DIEU est un mot qui n'est plus dans mon vocabulaire ALORS merci Than pour ce conte, en tout cas moi il m'a fait plus que sourire, ::30: ::30: ::30: RIRE et c'est BON.

JCB







_________________
Le sot gagne t'il en intelligence,
Elle ne fait que causer sa perte,
détrusiant sa bonne fortune.
Lui faisant eclater la tête

Dhammapada

Contenu sponsorisé

Re: Une histoire simple...

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 16:01