Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» La Mort selon les bouddhistes
Hier à 22:55 par manila

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 12:35 par manila

» Dhammapada
Hier à 11:06 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 10:22 par manila

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Dim 22 Avr 2018, 19:36 par Ortho

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Dim 22 Avr 2018, 13:26 par Disciple laïc

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Dim 22 Avr 2018, 10:09 par Disciple laïc

» Khandro Rimpoché
Sam 21 Avr 2018, 20:47 par manila

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Ven 20 Avr 2018, 19:31 par manila

» Présentation rom5991
Jeu 19 Avr 2018, 22:12 par rom5991

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Ven 13 Avr 2018, 11:32 par manila

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

» C'est un au revoir
Mer 11 Avr 2018, 15:31 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Question sur les "vies antérieures"
Lun 09 Avr 2018, 23:00 par Ortho

» Bibliothèque multi-médias: La Cité interdite révélée
Lun 09 Avr 2018, 21:58 par Admin

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Lun 09 Avr 2018, 21:37 par Admin

» Salut à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:30 par Karma Trindal

» Bonjour à toutes et à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:28 par Karma Trindal

» Bonjour de Bretagne
Lun 09 Avr 2018, 17:09 par Karma Trindal

» La marche inspirante
Dim 08 Avr 2018, 10:50 par Disciple laïc

» Un autre regard sur la culpabilité - 1/2
Dim 08 Avr 2018, 10:44 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé, écologie, interdépendance et non-discrimination
Sam 07 Avr 2018, 08:38 par Disciple laïc

» Kaccānagotta Sutta — Pour Kaccāna — SN 12.15
Ven 06 Avr 2018, 19:54 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Ven 06 Avr 2018, 19:28 par tindzin

» Du bouddhisme, ou de l'islam, es-ce de l'art ou du cochon ?
Ven 06 Avr 2018, 17:40 par tindzin

» Pour aider : identifier nos formations mentales quand elles surgissent
Jeu 05 Avr 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Je ne suis pas bouddhiste ....
Jeu 05 Avr 2018, 22:32 par Karma Trindal

» 1959 = 666
Jeu 05 Avr 2018, 22:24 par Karma Trindal

» Problème de respiration
Jeu 05 Avr 2018, 21:55 par Karma Trindal

» Précision et clarté au sujet de mon écrit "Le livre de l'Eveil"
Jeu 05 Avr 2018, 11:23 par tindzin

» Le fou divin
Mar 03 Avr 2018, 09:26 par Pema Gyaltshen

» La loi du Karma
Mar 03 Avr 2018, 07:23 par Disciple laïc

» Sur les Bodhisattvas
Lun 02 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 02 Avr 2018, 08:06 par Disciple laïc

» Le lâcher-prise
Dim 01 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» Les 3 absolus
Sam 31 Mar 2018, 10:29 par tindzin

» Je ne suis pas certain qu'il aie été juste de verrouiller le sujet je ne suis pas bouddhiste
Jeu 29 Mar 2018, 18:28 par tindzin

» Sur la conscience
Jeu 29 Mar 2018, 10:25 par Disciple laïc

» Attentat de Trèbes : la peur du changement est dans les 2 camps
Mer 28 Mar 2018, 12:45 par Ortho

» Le bouddhisme et la violence injustifiable
Mar 27 Mar 2018, 09:00 par Disciple laïc

» Ce qu'est vraiment le bouddhisme
Mar 27 Mar 2018, 08:40 par Disciple laïc

» Quelques Kôans qui ont surgit
Lun 26 Mar 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et individualisme
Lun 26 Mar 2018, 08:48 par Disciple laïc

» Nirvana - tentative de description
Ven 23 Mar 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Stephen Hawking est mort
Ven 23 Mar 2018, 16:44 par manila

» Khenpo Tséten Bruxelles Mars 2018
Ven 23 Mar 2018, 14:13 par Pema Gyaltshen

» Les 10 mouvements en pleine conscience
Jeu 22 Mar 2018, 08:22 par Disciple laïc

» La Voie du Bouddha et "les plaisirs des sens"
Jeu 22 Mar 2018, 08:12 par Disciple laïc

» Journal de méditation d'Urbanyogi
Mer 21 Mar 2018, 19:43 par Urbanyogi

» Quelle éthique pour un monde plus heureux - 1ère et 2ème partie
Lun 19 Mar 2018, 12:35 par Disciple laïc

» DE L'IGNORANCE A L'EVEIL
Lun 19 Mar 2018, 11:23 par tindzin

» Non-soi (indépendant) - Très important
Lun 19 Mar 2018, 10:49 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 22 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 94956 messages dans 11008 sujets

Nous avons 4187 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est margorabby

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7445)
 
Karma Trindal (6836)
 
manila (4885)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3457)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2263)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


NAGASENA et MILINDA

Partagez
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7445
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

NAGASENA et MILINDA

Message par Pema Gyaltshen le Mer 16 Jan 2008, 23:24

Extraits du Milindapanha
(les questions de Milinda)



Controverse entre Nâgasena, maître bouddhiste et le Roi Bactrien Menandros
(Milinda) qui régna au 2ème siècle avant J-C, dans le Nord-Ouest de l'Inde.

Les questions de Milinda


Le roi Milinda s'approcha de Nâgasena et, lui ayant adressé les compliments
ordinaires, il s'assit à son côté. Nâgasena lui rendit ses politesses, de sorte
qu'il lui inspira des dispositions favorables. Alors le roi commença
l'entretien
- Comment vous appelle-t-on, Vénérable? Quel est votre nom?
- On m'appelle Nâgasena : c'est ainsi que mes confrères me désignent. Mais, ô
roi, bien que les parents donnent à leurs enfants un nom tel que Nâgasena,
Sûrasena, Vîrasena, Sîhasena, c'est seulement une appellation, une notion
vulgaire une expression courante, un simple nom! :
il n'y pas là-dessous d'individu [de soi].

- Ecoutez, vous tous, les cinq cents Yonakas et les quatre-vingt mille
moines! Voici Nâgasena qui dit :
« Il n'y a pas là-dessous d'individu! » Est-ce possible de l'admettre?
Mais, ô vénérable Nâgasena s'il n'y a pas d'individu,
qui donc vous donne des robes, des aliments, des logements, des remèdes,
des ustensiles, et qui en use? Qui pratique la vertu? Qui se livre à la méditation?
Qui réalise 1e Chemin, le Fruit, le Nibbâna ? Qui se livre au meurtre, au vol, à
l'impureté, au mensonge, à l'alcool ? Qui commet les cinq péchés ? Il n'y donc
ni bien ni mal, pas d'auteur ou d'instigateur des actes salutaires et pernicieux,
pas de fruit, pas de maturation des bonnes et des mauvaises actions !

Si, ô Nâgasena, celui qui vous tue n'existe pas, il n'y a donc pas de
meurtre! Il n'y a rien chez vous ni maîtres, ni précepteurs, ni ordination!
Quand tu dis : « Mes confrères m'appellent Nâgasena quel est ce Nâgasena dont tu
parles ? Est-ce les cheveux qui sont Nâgasena ?

- Non, mahârâja.
- Est-ce les poils, les ongles, les dents, la peau, la chair, les tendons,
les os, la moelle, les reins, le cœur, le foie, le derme, la rate, les poumons,
l'in­testin, le mésentère, les aliments non digérés, les résidus de la digestion,
la bile, le phlegme, le pus, le sang, la sueur, la graisse, les larmes, l'huile de la peau,
la salive, le mucus nasal, la synovie, l'urine, le cerveau ?

- Non, mahârâja.
- Ou bien, est-ce la forme, la sensation, la perception, les formations,
la conscience ?

- Non, mahârâja.
- Est-ce donc la réunion de ces cinq éléments - forme, sensation, perception,
formations, conscience?

- Non, mahârâja.
- Est-ce une chose distincte des cinq éléments?
- Non, mahârâja.
-J'ai beau t'interroger : je ne vois pas de Nâga­sena. Qu'est-ce que
Nâgasena? Un mot et rien de plus. Ta parole, ô Vénérable, est fausse et
mensongère : il n'y a pas de Nâgasena!
- Tu es, roi, délicat comme un prince, très délicat. S'il t'arrive de
marcher, à midi, sur la terre chaude, sur le sable brûlant, foulant aux pieds
les aspérités du gravier, des tessons et du sable, tes pieds souffrent, ton
corps est las, ton âme épuisée, et la conscience de ton corps s'accompagne de
malaise... Es-tu venu à pied ou au moyen d'un véhicule ?
- Je ne vais pas à pied, Vénérable, je suis venu en char.
- Puisque tu es venu en char, mahârâja, définis-moi ce char. Est-ce le timon
qui est le char?
- Non, Vénérable.
- Est-ce l'essieu, les roues, la caisse de la voiture, le support du dais, le
joug, les rênes, l'aiguillon ?
- Non, Vénérable.
- Est-ce donc la réunion de toutes ces choses ?
- Non, Vénérable.
- Est-ce une chose distincte de tout cela ?
- Non, vénérable.
-J'ai beau t'interroger : je ne vois pas de char. Qu'est-ce qu'un char? Un
mot et rien de plus. Ta parole, mahârâja, est fausse et mensongère : il n'y a
pas de char. Tu es le premier parmi les rois du Jambudîpa : de qui donc as-tu
peur pour mentir ainsi ? Écoutez, vous tous, les cinq cents Yonakas et les
quatre-vingt mille moines !

Le roi Milinda que voici a dit : « Je suis venu en char. »
Or, invité à définir le char, il ne peut prouver l'existence du char.
Peut-on admettre cela?
A ces mots les cinq cents Yonakas acclamèrent Nâgasena et dirent au roi
Milinda : « Maintenant, mahârâja, réponds si tu le peux! » Le roi reprit la parole.

- Je ne mens pas, Vénérable : c'est à cause du timon, etc., que se forme
l'appellation, la notion commune, l'expression courante, le nom de « char.
- Très bien, mahârâja ! Tu sais ce qu'est le char. De même c'est à cause des
cheveux, etc., que se forme l'appellation, la notion commune, l'expression
courante, le nom de « Nâgasena » : mais en réalité il n'y a pas là d'individu.
La religieuse Vajirâ l'a dit en présence du Buddha :
"De même que la combinaison des pièces donne lieu au mot "char" ainsi
l'existence des khandhas [agrégats] donne lieu à la convention d'être vivant."
.
- Merveilleux, Nâgasena! Admirable, Nâgasena ! Tu as répondu à
tous les artifices de ma question. Si le Bouddha était ici il t'applaudirait.
Très bien, très bien Nâgasena.

.../...
-Nâgasena, qu'est-ce qui renaît ?
-Le Nom-et-forme.
-Est-ce le présent Nom-et-forme qui renaît?
- Non. Le présent Nom-et-forme accomplit un acte bon ou mauvais; et en
conséquence de cet acte un autre Nom-et-forme renaît.
-Si ce n'est pas le même Nom-et-forme qui renaît, le dernier ne se
trouve-t-il pas ainsi affranchi des péchés antérieurs?
- S'il n'y avait pas renaissance, il le serait en effet; mais il y a
renaissance, c'est pourquoi il ne l'est pas.
- Donne-moi une comparaison.
- Suppose qu'un homme prenne des mangues à un autre. Le propriétaire des
mangues le saisit et le mène devant le roi en t'accusant de vol. Si l'accusé
répond : "Ce ne sont pas les mangues de cet homme que j'ai emportées : autres
les mangues qu'il a plantées, autres celles que j'ai emportées; je n'ai encouru
aucune punition", cet homme est-il coupable ?
- Il l'est.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'il en dise, les dernières mangues sont solidaires des
premières.
- De même, mahârâja, quand le Nom-et-forme accomplit un acte bon ou mauvais,
c'est cet acte qui détermine la renaissance d'un autre Nom-et-forme; on ne peut
donc dire une autre comparaison.
- Un homme monte avec un flambeau à l'étage supérieur de sa maison et y prend
son repas. Le flambeau met le feu au chaume du toit, le chaume à la maison, la
maison au village. Les villageois se saisissent de l'homme :
"Pourquoi as-tu
incendié le village? - je n'ai pas incendié le village. Autre le feu à la lueur
duquel j'ai mangé, autre le feu qui a brûlé le village." Tout en se disputant,
ils viennent en ta présence. A qui
adjugeras-tu le procès?
- Aux villageois.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'en dise la partie adverse, le feu qui a brûlé le village
est sorti de l'autre.
- II en est de même du Nom-et-forme. Sans doute celui qui renaît est autre
que celui qui meurt mais il en procède : on ne peut donc dire qu'il soit
affranchi des péchés antérieurs.
- Donne-moi une autre comparaison.
- Un homme épouse une enfant, paie la dot et s'en va. La petite grandit,
devient nubile : un autre homme la choisit, paie la dot et célèbre ses noces
avec elle. Le premier revient et lui reproche d'avoir épousé sa femme : "Je n'ai
pas épousé ta femme", dit le second mari; "autre la petite fille que tu as
épousée et payée, autre la jeune fille nubile que j'ai épousée et payée."
Tout en se disputant, ils comparaissent devant toi. A qui, mahârâja,
adjugeras-tu le procès?
- Au premier.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'en dise l'autre, la jeune fille procède de l'enfant. Il
en est de même du Nom-et-forme.
- Donne-moi une autre comparaison.
- Un homme achète d'un vacher un pot de lait: il le lui laisse en dépôt et
part, en annonçant qu'il viendra le chercher le lendemain. Le lendemain, le lait
s'est changé en caillebottes. L'acheteur revient : "Donne-moi mon pot de lait. »
L'autre lui présente des caillebottes. Il proteste "C'est du lait que je t'ai
acheté et non des caillebottes!
- C'est que le lait s'est, à ton insu, changé en caillebottes! " Tout en se
disputant ils comparaissent
devant toi : à qui, maharaja, adjugeras-tu le procès ?
- Au vacher.
- Pourquoi ?
- Parce que, quoi qu'en dise l'autre, les caillebottes procèdent du lait.

- II en est de même du Nom-et-forme.

Source : Traduction Louis Finot Edition Bossard 1923
Repris Edition
Dharma 1983

    Sujets similaires

    -

    La date/heure actuelle est Mar 24 Avr 2018, 03:01