Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» La loi de causalité
Hier à 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Hier à 20:11 par Disciple laïc

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Hier à 19:36 par Ortho

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 17:14 par manila

» Dhammapada
Hier à 17:13 par vaygas

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Hier à 13:31 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Hier à 13:26 par Disciple laïc

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Hier à 10:09 par Disciple laïc

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 10:07 par manila

» Khandro Rimpoché
Sam 21 Avr 2018, 20:47 par manila

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Ven 20 Avr 2018, 19:31 par manila

» Présentation rom5991
Jeu 19 Avr 2018, 22:12 par rom5991

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Ven 13 Avr 2018, 11:32 par manila

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

» C'est un au revoir
Mer 11 Avr 2018, 15:31 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Question sur les "vies antérieures"
Lun 09 Avr 2018, 23:00 par Ortho

» Bibliothèque multi-médias: La Cité interdite révélée
Lun 09 Avr 2018, 21:58 par Admin

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Lun 09 Avr 2018, 21:37 par Admin

» Salut à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:30 par Karma Trindal

» Bonjour à toutes et à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:28 par Karma Trindal

» Bonjour de Bretagne
Lun 09 Avr 2018, 17:09 par Karma Trindal

» La marche inspirante
Dim 08 Avr 2018, 10:50 par Disciple laïc

» Un autre regard sur la culpabilité - 1/2
Dim 08 Avr 2018, 10:44 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé, écologie, interdépendance et non-discrimination
Sam 07 Avr 2018, 08:38 par Disciple laïc

» Kaccānagotta Sutta — Pour Kaccāna — SN 12.15
Ven 06 Avr 2018, 19:54 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Ven 06 Avr 2018, 19:28 par tindzin

» Du bouddhisme, ou de l'islam, es-ce de l'art ou du cochon ?
Ven 06 Avr 2018, 17:40 par tindzin

» Pour aider : identifier nos formations mentales quand elles surgissent
Jeu 05 Avr 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Je ne suis pas bouddhiste ....
Jeu 05 Avr 2018, 22:32 par Karma Trindal

» 1959 = 666
Jeu 05 Avr 2018, 22:24 par Karma Trindal

» Problème de respiration
Jeu 05 Avr 2018, 21:55 par Karma Trindal

» Précision et clarté au sujet de mon écrit "Le livre de l'Eveil"
Jeu 05 Avr 2018, 11:23 par tindzin

» Le fou divin
Mar 03 Avr 2018, 09:26 par Pema Gyaltshen

» La loi du Karma
Mar 03 Avr 2018, 07:23 par Disciple laïc

» Sur les Bodhisattvas
Lun 02 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 02 Avr 2018, 08:06 par Disciple laïc

» Le lâcher-prise
Dim 01 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» Les 3 absolus
Sam 31 Mar 2018, 10:29 par tindzin

» Je ne suis pas certain qu'il aie été juste de verrouiller le sujet je ne suis pas bouddhiste
Jeu 29 Mar 2018, 18:28 par tindzin

» Sur la conscience
Jeu 29 Mar 2018, 10:25 par Disciple laïc

» Attentat de Trèbes : la peur du changement est dans les 2 camps
Mer 28 Mar 2018, 12:45 par Ortho

» Le bouddhisme et la violence injustifiable
Mar 27 Mar 2018, 09:00 par Disciple laïc

» Ce qu'est vraiment le bouddhisme
Mar 27 Mar 2018, 08:40 par Disciple laïc

» Quelques Kôans qui ont surgit
Lun 26 Mar 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et individualisme
Lun 26 Mar 2018, 08:48 par Disciple laïc

» Nirvana - tentative de description
Ven 23 Mar 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Stephen Hawking est mort
Ven 23 Mar 2018, 16:44 par manila

» Khenpo Tséten Bruxelles Mars 2018
Ven 23 Mar 2018, 14:13 par Pema Gyaltshen

» Les 10 mouvements en pleine conscience
Jeu 22 Mar 2018, 08:22 par Disciple laïc

» La Voie du Bouddha et "les plaisirs des sens"
Jeu 22 Mar 2018, 08:12 par Disciple laïc

» Journal de méditation d'Urbanyogi
Mer 21 Mar 2018, 19:43 par Urbanyogi

» Quelle éthique pour un monde plus heureux - 1ère et 2ème partie
Lun 19 Mar 2018, 12:35 par Disciple laïc

» DE L'IGNORANCE A L'EVEIL
Lun 19 Mar 2018, 11:23 par tindzin

» Non-soi (indépendant) - Très important
Lun 19 Mar 2018, 10:49 par Disciple laïc

» Toutes les larmes sont salées
Dim 18 Mar 2018, 10:21 par Ortho

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 16 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 94938 messages dans 11007 sujets

Nous avons 4187 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est margorabby

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7445)
 
Karma Trindal (6836)
 
manila (4879)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3457)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2261)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


Le fabuleux destin d'un Roi "Ashoka" Guerres et paix !

Partagez
avatar
Admin
Administrateur
Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 779
Age : 46
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Administrateur réseaux
Disposition de l'Esprit : « Le temps est un grand maître, le malheur, c'est qu'il tue ses élèves. »[Bouddha]
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Le fabuleux destin d'un Roi "Ashoka" Guerres et paix !

Message par Admin le Mer 10 Sep 2008, 16:20



Ashoka - guerres et paix


Après une sanglante conquête, le roi Ashoka connaît l’éveil. Il se tourne alors vers l’AHIMSA, la compassion, la protection des animaux et le végétarisme. Malgré les 2000 ans nous séparant de lui, le message de paix d’Asoka est toujours d’actualité sur notre planète dévastée par les guerres et les dictatures.




Par Marjolaine Jolicoeur

Après une sanglante conquête, le roi Asoka connaît l’éveil. Il se tourne alors vers l’AHIMSA, la compassion, la protection des animaux et le végétarisme. Malgré les 2000 ans nous séparant de lui, le message de paix d’Asoka est toujours d’actualité sur notre planète dévastée par les guerres et les dictatures.
Dans la campagne indienne, au sud du pays, s’élèvent des collines de pierres rouges. En haut d’escaliers abrupts, des enfilades de portails incrustés dans la roche et des fenêtres donnant sur des cavernes sombres. Des bandes de singes courent dans les ruines, leurs longues queues fendant la chaleur humide. Il y a plus de 2000 ans, la guerre du Kalinga a amené ici dévastation et mort. Comme un album illustré, des fresques murales décrivent les massacres et l’histoire d’un conquérant et de son illumination. Des villages brûlés, des cours d’eau rougis par le sang des cadavres, des femmes pleurant sur la dépouille de leur fils, du bétail pourrissant le long des chemins, des vautours tournant dans le ciel à la recherche de chair fraîche. À la vue de toutes ces souffrances le guerrier Asoka est saisi de remords. La violence apporte-t-elle la paix ? À quoi bon toutes ces conquêtes cruelles si l’on n’a pas conquis son Esprit ?
Tout comme Krishna, Mahavira ou Bouddha avant lui, Asoka naît vers 273 avant J.C. dans une famille royale de la caste guerrière des Kshatriya. Son grand-père Chandragupta régna sur un vaste empire qui s’étendait jusqu’à l’Afghanistan. Il établit une administration sur l’exemple des Perses et la capitale, aux proportions énormes, Pataliputra, était construite sur le modèle architectural de Persépolis. Mais le fondateur de la dynastie des Maurya se lassa des intrigues de la cour et abdiqua en faveur de son fils Bindusara. Chandragupta suivit alors les enseignements d’un maître jaïn et se retira avec lui dans un endroit isolé afin de finir ses jours dans le jeûne et la méditation. Son fils, le père d’Asoka, ne resta sur le trône que peu de temps. Lui aussi choisit la vie d’ascète et renonça à la royauté.
Lorsqu’Asoka accède au pouvoir souverain, les Maurya règnent sur une grande partie de l’Inde, ayant unifié par la force les innombrables principautés, républiques et tribus. C’est l’apogée de la puissante dynastie. Infiltrations, espionnages et déportations sont les instruments politiques du jeune despote. Sa police secrète sème la terreur. Asoka conclut des alliances avec ses voisins mais ne les respecte pas. Sa soif de conquête est grande. Il provoque des hostilités afin d’ouvrir un accès vers le sud du royaume. Cette guerre du Kalinga fait plus de 100,000 morts. Des sages jaïns et bouddhistes le supplient alors de mettre fin au conflit et de faire la paix. Ils lui expliquent la profonde signification de l’AHIMSA, mot sanskrit signifiant non-violence, refus de tuer, de nuire ou de détruire. La vie est chère à tous les êtres, tous craignent la souffrance et redoutent leur destruction. Le respect, la compassion et la tolérance demeurent l’essence de la sagesse.
Selon Bouddha, un des devoirs primordiaux d’un roi est de faire régner la paix, d’éviter à tout prix la guerre et toute chose impliquant violence et anéantissement de la vie. Le mauvais karma n’a aucune prise sur celui qui s’identifie avec tous les êtres, qui les considère d’un regard égal. L’AHIMSA est lié au renoncement à vouloir posséder et dominer. Les attitudes pacifistes se joignent au dharma, la loi, le devoir universel, sur le chemin pavé d’actions justes.
Que mon coeur prenne refuge aux pieds du Bouddha. À 20 ans, le voile de l’illusion s’estompe, les chaînes de l’attachement se brisent pour Asoka. C’est avec l’AHIMSA-DHARMA qu’il va désormais pacifier tous les sujets de son empire.
Sur le site de la bataille de l’Orissa, il fait graver dans la pierre : "Devanamapriya (Asoka) conquérant du Kalinga, a maintenant des remords à la pensée que la conquête n’est pas une conquête car des hommes furent assassinés, tués et exilés lors d’une telle conquête. Devanamapriya éprouve cela avec beaucoup de tristesse et de regrets. À présent, la perte du centième ou même du millième de toutes les vies qui furent tuées, qui moururent ou furent emmenées captives à l’époque où le Kalinga fut conquis, Devanamapriya le déplore. Il considère que même ceux qui lui causent du tort méritent d’être pardonnés pour les torts qui peuvent être pardonnés. Parce qu’il croit que tous les êtres doivent rester saufs, avoir le contrôle d’eux-mêmes, être traités également et mener une vie heureuse. Pour Devanamapriya, la conquête par la vertu est la plus importante conquête".
Sous la direction d’un maître bouddhiste, Asoka fait une retraite de deux ans, puis, pour quelques douzaines d’années reprend en main les destinées de son empire. Un corps de hauts fonctionnaires est chargé de réparer les injustices commises. Sa police secrète est démantelée.
Aux quatre coins du royaume, Asoka proclame sur des parois rocheuses ou sur des colonnes son aversion pour la violence et son adhésion à l’AHIMSA. Ces stèles se retrouvent partout où le peuple peut les lire, dans les lieux sacrés, aux carrefours des villes. Elles demeureront intactes et lisibles pendant des millénaires. Souvent surmontés d’un lion, les pilliers s’ornent aussi du Dharma- Chakra, la roue de la loi sacrée que Bouddha a mis en mouvement pour les tous êtres vivants, lors de son passage terrestre.
"Celui qui refuse de chasser ou de pêcher, qui ne tue point et ne veut être cause de mort pour aucune créature, faible ou puissante, voilà un homme de bien". (Bouddha, Dhammapada)
Comprenant que tuer est toujours une abomination et que chasser et pêcher sont des manquements à l’AHIMSA, Asoka réglemente sévèrement la chasse. Il favorise le végétarisme dans tout le royaume et interdit les sacrifices rituels d’animaux. Dans ses palais, aucun animal n’est mis à mort, toute la cour royale s’abstient de chair animale. Un banquet typique du roi pouvait se composer de raisins, de dattes et de mangues, de gâteaux sucrés, de riz bouilli avec épices et de lait chaud au safran.
L’absence de toute cruauté et une attitude bienveillante doivent englober non seulement les humains mais aussi les animaux : "Ce don (le dharma) consiste à traiter équitablement esclaves et serviteurs, à obéir à la mère et au père, à user de libéralité envers les amis, connaissances, parents, prêtres et ascètes et à ne pas tuer les animaux". (Asoka, edit 10)
L’interdépendance des vies se tisse sur le même désir de ne plus souffrir et de vivre en paix. Il ne faut ni approuver ni encourager la violence. Dans cet esprit de compassion secourable, on ne doit pas effrayer les animaux, les remplir de crainte, les tourmenter, leur infliger de la douleur, les dominer brutalement. Cette conduite éthique implique nécessairement une forme non- violente d’alimentation.
Par solidarité avec le monde animal, Asoka fonde des hôpitaux, des hospices afin de recueillir les animaux malades ou âgés. Il encourage la protection des forêts et des plantes médicinales.
Le roi se rend en pélerinage aux lieux qu’a sanctifié la présence du Bouddha et donne généreusement aux monastères. Il nomme des contrôleurs du dharma qui effectuent des tournées d’inspection périodiques dans tout l’empire. Lui-même parcourt son royaume et propage sa vision de l’AHIMSA-DHARMA dans les villes des provinces les plus reculées. Sous son règne, aucune guerre n’éclatera dans les États pacifiés.
On attribue à Asoka l’érection de 84,000 stupa, monticules circulaires de briques ou de pierres renfermant des reliques du Bouddha ou de Bodhisattvas célèbres, ces illuminés se consacrant à sauver l’humanité souffrante. Le roi envoie aussi des missionnaires au Ceylan, en Birmanie, en Chine et des ambassades aux princes grecs du temps, Antiochus II de Syrie et Antigone Gonatas de Macédoine. Il convoque le troisième concile bouddhique dont la préoccupation majeure sera la diffusion du bouddhisme.
Asoka fonde de plus l’écriture dite brahmi servant à rédiger des documents. Après l’écriture pictographique de l’ère de l’Indus qui dura jusqu’environ 1,500 avant J.C., la plus ancienne écriture indienne déchiffrable remonte à Asoka. Dès qu’il l’utilisa, elle devint l’écriture de toute l’Inde. La majorité des écritures indiennes modernes sont de ce fait dérivés du brahmi.
L’histoire n’a guère laissé de détails sur la vie personnelle d’Asoka. On sait qu’il épousa la fille d’un banquier, qu’il eut des enfants et un palais d’été sur le site même de Kalinga. Son fils (ou son frère ?) apporta les enseignements de Bouddha hors de l’Inde. Son petit-fils Samprati se fit pour sa part un propagateur du jaïnisme.
Asoka mourut dans la quarantaine. Finit-il ses jours dans la solitude méditative comme ses ancêtres ? Nul ne sait vraiment. Après son règne, l’Empire Maurya s’effrita et connut à nouveau de graves bouleversements, des invasions meurtrières et des schismes religieux.
Dans les ruines de Kalinga, des cavernes s’ouvrent dans les rochers. Pendant des siècles, elles abritèrent des moines bouddhistes et jaïns venus là s’absorber dans l’Absolu, à l’écart des illusions humaines. Près du champ de bataille, une pagode blanche et ronde embrasse tout l’horizon. À perte de vue, des champs verts encerclent ce temple dédié à la paix. Des lions immobiles en gardent l’entrée et sur le dôme de la structure plusieurs petites coupoles touchent le ciel comme branchées au cosmos. Un Bouddha lumineux, encastré dans la pierre, médite sur les formes impermanentes, transitoires et douloureuses de ce monde. Les splendeurs de la cour d’Asoka semblent bien lointaines dans les décombres, la végétation et les cris des singes affamés. "Oui, je vous le dis : tout passe. Veillez à votre salut", aurait dit le Bouddha avant de quitter son corps. Tout passe. Mais le message de l’AHIMSA-DHARMA d’Asoka, le guerrier pacifique, est toujours vivant.
Février 2001

Source:Marjolaine Jolicoeur


_________________
«Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas.»[ Bouddha ]
avatar
Karma Trindal
Administrateur
Administrateur

Féminin
Nombre de messages : 6836
Age : 38
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Ashoka l’Empereur des Rois

Message par Karma Trindal le Mar 28 Juil 2009, 16:39



Ashoka l’Empereur des Rois

« Il faut se considérer soi-même comme une île et s’appuyer sur soi et non sur les autres,
il faut faire de la Loi son île et s’appuyer sur la Loi et non sur les autres » - Bouddha


Souverain de l’Inde de 273 à 236 avant JC, Ashoka de la dynastie de Mauryan institue sous son règne le principe de non-violence. Il parviendra à faire triompher le droit, la vertu d’accueil et la promotion du bien-être, sur la force. Converti au bouddhisme, il opéra une synthèse entre préceptes bouddhiques et administrations politico-judiciaires. Véritable roi-moine, il cultivera l’exemplarité jusqu’aux moindres détails promulguant des édits sur plus de 80 000 stupas à travers son empire. Ses édits touchent la protection des animaux et des plantes, la construction de puits, de maisons de repos et d’accueil sur les routes de l’Empire, la plantation d’herbes médicinales, d’arbres fruitiers sur l’ensemble du territoire et aux frontières, la diplomatie et l’assistance aux pays voisins, les préceptes à suivre pour le bien-être à l’intérieur et à l’extérieur de l’Empire, la tolérance religieuse, l’éthique sociale et individuelle, etc… Ces édits inscrits sur des blocs de pierre furent écrits en différentes langues : grec, aramide, brahmi, sanskrit, pali ou autres dialectes d’alors. Inscrivant à l’entrée du royaume que les pays voisins ne doivent pas le craindre, que seule la paix tournée vers le bien-être des peuples porte des fruits en ce monde et au-delà, il sera respecté de tous.

Alors qu’un Machiavel préconise la division des forces pour régner, Ashoka préconise la coopération de tous pour régner idéalement. Le pouvoir d’un roi ne consiste pas à se servir, mais à servir dans tous les sens du terme, par l’intelligence, par la dévotion, par le respect, par l’enseignement des lois qui mènent à l’éveil et la persuasion. La finalité de la régence Ashoka fut sans nul doute le bonheur et le bien-être des peuples. Comment un homme dirigeant un Empire est-il parvenu à faire de la paix, du bonheur et de l’éthique individuelle les règles indéfectibles d’une vaste administration impériale? Au tout début de son règne, Ashoka engagea une terrible guerre contre l’armée de Kalinga. A la tête d’une armée de 100 000 hommes, il écrasa l’ennemi. Cette guerre fit 100 000 morts, des milliers d’éléphants et chevaux périrent également. Sur le champ de bataille, à perte de vue jonchaient, pêle-mêle, les cadavres d’hommes et d’animaux. Un lac entier fut souillé du sang des soldats. 100 000 familles furent déportées et la famine fit rage parmi les orphelins, les femmes et les vieillards, tuant encore plus de monde. Au milieu de cet univers dantesque Ashoka fit le serment, de ne plus jamais faire la guerre et d’instaurer la paix. L’agonie des blessés et ce macabre spectacle de désolation hantèrent son esprit à tout jamais. Il comprit que les flammes de la guerre, non seulement brûlent et détruisent sur le champ de bataille, mais elles continuent à empoisonner les esprits et les vies des survivants jusqu’à leur mort. La guerre de Kalinga, fut sa première et sa dernière guerre. Sa conversion au bouddhisme lui donna les outils conceptuels, éthiques et spirituels pour construire un royaume non violent jusqu’à sa mort en 236 avant JC.

Ashoka de la Légende à l’Histoire

Jusqu’au 19ème siècle, Ashoka fait figure de légende dans les textes bouddhiques et est calomnié par les défenseurs du système des castes en Inde. En 1837, le premier édit inscrit sur un pilier de pierre à Delhi est traduit par James Princep. Cependant, l’édit parle du roi Piyadasi surnommé l’Aimé des Dieux. Ce n’est qu’en 1915, grâce au décryptage d’une autre stèle, que l’on découvrira qu’Ashoka se surnommait le roi Piyadasi «l’Aimé des Dieux». Les édits du roi Ashoka inscrits sur des stèles de pierre pesant jusqu’à 50 tonnes, se retrouvent sur l’ensemble du territoire indien, au Népal, au Pakistan, en Afghanistan. Même si Ashoka est passé de la légende à l’histoire après 2300 ans d’oubli, les traces de son règne demeurent fragmentaires et beaucoup reste à faire du point de vue archéologique. Ses édits sont d’une tonalité personnelle, répétitive et simple s’adressant au peuple, promulguant des conseils pour la vie quotidienne sur la base d’une éthique individuelle. Certains édits étaient lus lors de fêtes ou cérémonies annuelles telles que les excuses du roi au peuple pour la guerre de Kalinga. Il est clairement établi à travers tous les écrits d’Ashoka que l’état a la responsabilité du bien-être et de la protection de tout être vivant. La protection d’espèces animales et végétales, la protection de réserves forestières, l’interdiction de toute cruauté envers les animaux domestiques, le devoir d’assistance médicale sur tout l’Empire, la protection de toute religion, la stimulation de l’harmonie inter-religieuse font partie des fonctions de l’état. Le roi encourage sur tout le royaume la générosité envers les pauvres, la solidarité envers les malades, le respect envers ses proches, voisins, professeurs, donnant l’exemple lors de ses visites dans chaque province de l’Empire. Il reforme également le système judiciaire pour les condamnés à mort. Des délais sont accordés pour faire appel, pour faire amende honorable en pratiquant assidûment l’ascèse, ou pour solliciter une amnistie, régulièrement accordée sous certaines conditions. Ce personnage historique nous donne un exemple jamais égalé dans l’histoire des rois et des régimes politiques.

Les édits d’Ashoka

La retranscription d’extraits en français ci-dessous traduit l’esprit plutôt que la lettre. Certains termes, formulations ou titres en dialecte de l’époque ont été retirés du texte. Certains écrits sont passés d’un dialecte initial, au sanskrit, retranscrit en anglais et traduit par nos soins en français. Ces extraits d’édits sont classés ici par thème ce qui ne correspond pas forcément à l’ordre initial inscrit sur les stupas.

Respect et Vérité

Rescrit sur pierre mineure 2

«Le roi Asoka le décrète ainsi : Le respect dû doit être présenté à la mère et au père ; également aux aïeux. Considération, respect et protection de tout être vivant doivent être fermement établis. La vérité doit être dite. Les valeurs de cette éthique individuelle et sociale doivent être proposées. Les élèves doivent honorer les professeurs, les parents doivent être bien estimés. Voici une loi de longue date, cela doit être pratiquée. Inscrit par le scribe Chapada».

Rôle et fonction du Roi

«Dans le passé, des affaires d’état n’ont pas été traitées faute de rapports du peuple fournis au roi. A présent, j’ai donné ordre que les rapports me soit donnés à toute heure. Que je sois au lit, dans le char, dans le palanquin, dans le parc, dans le quartier des femmes, tout rapport relatif aux affaires du peuple doit m’être transmis où que je sois afin de traiter ces affaires et donner des instructions appropriées. En tant que roi et pour le bien-être de tous, ceci est mon devoir. Il n’y a pas de tâche plus noble que celle qui consiste à favoriser le bien-être de toute personne. Par mes propres efforts, je ne fais que rembourser ma dette de reconnaissance envers tous les êtres en assurant leur bonheur dans cette vie, et en leur permettant de suivre la voie de l’illumination, seule finalité de tout être vivant».

«Les rois dans le passé partaient en excursions pour leur propre plaisir, chassant et se divertissant. A présent, le roi part en excursion pour instituer et enseigner le respect de toute vie. Pendant ces excursions, le roi visite et offre des cadeaux aux brahmanes et aux ascétiques, il offre de l’or aux anciens, il rencontre les gens dans la campagne, enseignant la Loi, et dialoguant avec eux comme il convient. Ces activités réjouissent le cœur de l’Aimé des Dieux au delà de tout autre plaisir». «Douze ans après mon couronnement, j’ai commencé à promulguer des édits écrits pour le bien-être et le bonheur du peuple, de sorte qu’en ne les transgressant pas le peuple acquière sagesse et discernement. Comment faire perdurer le bonheur du peuple? En faisant en sorte que chaque personne offre toute son attention à ses parents, ses voisins, ses proches avec le cœur de les mener au bonheur et d’agir en conséquence. Moi-même, je fais la même chose pour tous les groupes. J’ai honoré toutes les religions de diverses manières. Mais je considère qu’il est toujours préférable de rencontrer des personnes individuellement pour enseigner l’éthique qui mène au bonheur, et à la prospérité».

Religions

«L’Aimé-des-Dieux, le Roi, désire que toutes les religions résident dans le Royaume, car toutes sont des moyens d’acquérir sagesse et pureté du cœur. Les hommes ayant divers désirs et passions, ils demeurent libres de pratiquer la religion de leur choix. Cependant, un homme généreux qui n’acquière ni sagesse, ni pureté du cœur, ni gratitude, ni ferme dévotion n’aura aucune grandeur».

«L’Aimé des Dieux, le Roi, honore par ses cadeaux la pureté du cœur et la dévotion issues de toutes les religions. Cependant, aucun homme ne doit mettre sa religion en avant et condamner une autre religion sans bonne raison. Et s’il est juste de critiquer une religion, cela doit être fait de manière douce. Mais il est préférable d’honorer les autres religions. En faisant ainsi, on honore sa propre religion. En critiquant les autres religions, on nuit à sa propre religion. Par conséquent, le contact et l’échange entre les religions est bon. On devrait écouter et respecter les doctrines professées par d’autres. L’Aimé des Dieux, désire que tous connaissent les bonnes doctrines des autres religions. Ainsi, tous chemineront sur la voie de la bienveillance et la vérité morale s’en illuminera. Tel est le souhait du roi».

«Massacrer ou nuire aux êtres vivants est un comportement erroné qui a perduré pendant des siècles. Mais aujourd’hui, le bruit du tambour a été remplacé par les enseignements élémentaires de Bouddha. Apercevoir des processions merveilleuses, des éléphants fabuleux, des corps de feu, des châteaux célestes, sont autant de signes divins qui ne se produisaient plus depuis longtemps. Maintenant, le massacre, la nuisance envers tout être vivant étant proscrits par l’Aimé des Dieux, l’enseignement du respect des lois éthiques, la générosité étant institués, de plus en plus de signes auspicieux apparaissent à travers tout le royaume. Ceci n’était pas advenu depuis des temps immémoriaux».


_________________

avatar
Karma Trindal
Administrateur
Administrateur

Féminin
Nombre de messages : 6836
Age : 38
Contrée : Bruxelles - Belgique
Arts & métiers : Directrice d'Ecole fondamentale
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Nature, Lecture, Echanges, Pédagogie, Bien-être...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Re: Le fabuleux destin d'un Roi "Ashoka" Guerres et paix !

Message par Karma Trindal le Mar 28 Juil 2009, 16:39

... Suite:

Droit d’accueil et assistance

«Partout dans l’Empire et aux frontières de l’Empire le roi «Bien-aimé des Dieux», porte assistance. Celle-ci consiste en soins médicaux pour les hommes et en attention pour les animaux. Les herbes médicinales si utiles pour l’homme ou pour la bête, sont apportées et plantées partout où elles ne poussent pas naturellement. De la même façon, racines et fruits sont apportés et plantés partout où ils ne poussent pas naturellement. Le long des routes j’ai fait planter des arbres de banian de sorte qu’ils puissent donner l’ombre aux animaux et aux hommes, et j’ai fait planter des manguiers. À intervalles réguliers, j’ai fait creuser des puits, construit des abris, aménagé des fontaines pour les animaux et les hommes».

Protection des animaux

«Autrefois, dans les cuisines du roi, des centaines de milliers d’animaux étaient tués quotidiennement pour leur viande et le carry. Aujourd’hui, seuls trois animaux sont tués rituellement, deux paons et un cerf. Mais à l’avenir, même ces trois animaux ne devront plus être tués». «Le Roi parle ainsi : Vingt-six ans après mon couronnement, les animaux suivants sont déclarés protégés et inviolables : les perroquets, les étourneaux, les arunas, les canards brahmane, les oies sauvages, les nandimukhas, les gelatas, les chauves-souris, les fourmis de la reine, les tortues d’eau douce, les poissons sans os, les vedaveyakas, les gangapuputakas, les patins, les tortues, les écureuils, les cerfs, les taureaux brahmane, les rhinocéros, les pigeons blancs, les pigeons communs, tous les quadrupèdes qui ne sont ni utiles ni comestibles. Les chèvres, brebis et truies avec des petits ou donnant le lait à leurs jeunes sont protégés, et ainsi sont les jeunes animaux de moins de six mois. Les cosses cachant les êtres vivants ne doivent pas être brûlées et les forêts ne doivent pas être brûlées sans raison au risque de tuer des créatures. Tout animal ne doit pas être donné à manger à un autre. Pendant les trois jours de Tisa et pendant le quatorzième et le quinzième jour de l’Uposatha, les poissons sont protégés et ne doivent ni être tués ni être vendus. Durant ces jours, dans les forêts d’éléphants et les étangs de poissons, aucune autre espèce animale ne doit être tuée».

Administration et éthique

Le «Bien Aimé des Dieux» commande ceci : chaque province du Royaume sera inspectée par des émissaires pour enseigner l’éthique individuelle et sociale, veillant également à d’autres travaux administratifs. Ils instruiront mes sujets que l’obéissance aux aïeux et à la mère est excellente ; que la générosité envers les amis, les associés et les parents, les intellectuels et les ascètes, est aussi bonne que de s’abstenir de tuer des animaux. Posséder peu est également bon. Le conseil ordonnera aux fonctionnaires de veiller à ce que cet édit soit respecté dans la lettre comme dans l’esprit».

«La bienveillance est difficile. Celui qui fait un acte bienveillant accomplit quelque chose de difficile. Négliger toute bienveillance est facile. J’ai accompli d’innombrables actes de bienveillance. La bienveillance sera autant pratiquée par mes fils, mes petits-fils que par les générations futures jusqu’à la dissolution de cet univers». «Autrefois, il n’y avait pas de fonctionnaires moraux. Depuis mon couronnement il y a treize ans, j’ai nommé des fonctionnaires qui incarnent l’éthique. Ils se sont engagés avec les dévots de toutes croyances afin d’établir de manière ferme l’éthique individuelle et sociale, pour son progrès, pour le bonheur de tous mes sujets et pour faire reculer l’immoralité. Ils sont employés parmi les grecs, les kambojas, les gandharas, les rachtrikas, les petenikas et les peuples frontaliers. Ils sont employés parmi les domestiques et les maîtres, parmi les intellectuels, les dépourvus et les âgés, pour leur bien-être et leur bonheur. Ils travaillent pour le traitement approprié des prisonniers afin qu’ils retrouvent la liberté. Si des prisonniers ont une famille à charge, s’ils sont vieux, s’ils acquièrent le respect et la pratique du Dharma, ils sont libérés…»

«Mes fonctionnaires sont nommés et ont à leur charge des centaines de milliers de sujets. Je leur ai donné la liberté de juger les cas et d’infliger les punitions. Pourquoi? Parce que mes fonctionnaires doivent agir sans me craindre et avec confiance, s’efforçant d’assurer le bien-être et le bonheur des peuples en ville et des gens dans la campagne. Ils doivent être libres pour juger avec discernement et montrer au peuple ce qui est cause de bonheur et ce qui est cause de souffrance. Ils instruiront les gens en ville et en campagne sur les principes de l’éthique individuelle et sociale, afin que le salut puisse leur être à tous assuré ici et au-delà. Les fonctionnaires sont ravis de me servir et ils instruisent leurs agents de mes intentions. Les fonctionnaires furent nommés afin d’assurer le bien-être et le bonheur des gens de la campagne, ils peuvent exécuter leurs fonctions sans crainte, avec confiance, tranquillement et sans distraction. Pour cette raison je leur accorde ma confiance, la liberté de juger les cas et d’infliger les punitions».

Conquête militaire et conquête du Dharma

«Le Roi a conquis le Kalinga huit ans après son couronnement. Cent cinquante mille ont été expulsés, cent mille soldats ont été tués et beaucoup plus sont morts des conséquences désastreuses de la guerre. Après que le Kalinga ait été conquis, le roi s’est converti au bouddhisme. Aujourd’hui il est plein de profonds remords pour avoir conquis le Kalinga. Cette conquête a engendré mort, souffrance, déportation de population. Des hommes au cœur pur et respectueux du divin en chaque chose sur ces territoires ont souffert ou ont été tués pendant cette guerre. Ces faits sont cause de souffrance pour «l’Aimé des Dieux»…»

«Il n’y a aucun pays, où des brahmanes, des ascètes ou dévots d’autres religions au cœur pur, ne se soient trouvés, pendant la guerre. Le massacre, la mort ou la déportation de un centième, ou même un millième de ceux qui sont morts pendant la conquête de Kalinga est cause de souffrance et de remords pour le roi. «L’Aimé des Dieux», le roi, pense que même ceux qui font du tort aujourd’hui devraient être pardonnés. Le roi a la puissance de les punir au besoin, de sorte qu’ils devraient avoir honte de leur mal mais ils ne doivent pas être tués. Ils doivent juste être suppliés et persuadés pour agir autrement». «Le roi souhaite réparer les dommages et le mal qu’il a suscité. Il souhaite offrir le bien-être à tous dans l’impartialité. La seule conquête qui ait une valeur à ses yeux aujourd’hui est la conquête par le Dharma qui insuffle bonté, respect, générosité, sagesse et pureté intérieure. C’est la meilleure conquête. Celle-ci a été gagnée ici, sur les frontières, jusqu’au confins du royaume, où le Roi grec Antioche règne, au pays de Ptolémée, d’Antigone, de Magas et d’Alexandre, même dans le sud parmi le Cholas, le Pandyas, et jusque Tamraparni. Dans le domaine du roi, parmi les Grecs, le Kambojas, le Nabhakas, le Nabhapamkits, le Bhojas, le Pitinikas, l’Andhras et le Palidas, les instructions du Dharma sont suivies. Cette conquête a été gagnée partout, et elle donne la grande joie, la joie intérieure que seule la conquête du Dharma peut donner…» «J’écris cet édit pour mes fils et mes petits-fils afin qu’ils ne s’engagent pas dans de nouvelles conquêtes guerrières, que leur conquête soit celle du Dharma, la seule qui porte des fruits en ce monde et pour le prochain».

Source:


_________________


Contenu sponsorisé

Re: Le fabuleux destin d'un Roi "Ashoka" Guerres et paix !

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 23 Avr 2018, 05:57