Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Quand chante Milarépa
Aujourd'hui à 10:45 par Mila

» Question sur la vie
Aujourd'hui à 10:00 par Disciple laïc

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 22:41 par indian

» Je m'appelle Mila
Hier à 11:27 par Mila

» Dhammapada
Hier à 09:00 par vaygas

» Présentation Zui Ho/Livres Bouddhistes
Sam 18 Aoû 2018, 21:24 par Livres.Bouddhistes.ZuiHo

» Salut à Tous
Sam 18 Aoû 2018, 16:53 par Ortho

» Instructions fondamentales : Introduction au bouddhisme Vajrayana
Ven 17 Aoû 2018, 10:23 par Mila

» Lama à 19 ans , et après
Ven 17 Aoû 2018, 08:30 par Mila

» Maîtres Eveillés: Shabkar! Autobiographie d’un yogi tibétain
Jeu 16 Aoû 2018, 12:38 par Mila

» Présentation
Lun 13 Aoû 2018, 21:06 par Disciple laïc

» Pourquoi cette censure?
Sam 11 Aoû 2018, 18:58 par Karma Trindal

» (Re)nouveau et présentation :)
Sam 11 Aoû 2018, 17:04 par Erispoë

» Don du sang
Mer 08 Aoû 2018, 12:40 par indian

» bonjour de présentation a tous !
Mer 08 Aoû 2018, 10:12 par Akana

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Mer 08 Aoû 2018, 07:28 par Invité

» Hérault : dérives et abus de pouvoir, le temple bouddhiste de Lodève dans la tourmente
Lun 06 Aoû 2018, 11:36 par Invité

»  Propagande positive pour le Bien de tous les Etres
Dim 05 Aoû 2018, 13:03 par indian

» Question sur le karma
Sam 04 Aoû 2018, 14:42 par indian

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Ven 03 Aoû 2018, 10:11 par Geronima

» Décadence de la Loi
Mer 01 Aoû 2018, 13:08 par Ortho

» Lumbini, lieu de naissance du Bouddha
Mer 01 Aoû 2018, 09:29 par Disciple laïc

» Les religions du Vietnam
Mar 31 Juil 2018, 13:36 par Disciple laïc

» ZAZEN - Pratique du Zen dans un temple bouddhiste
Mar 31 Juil 2018, 12:48 par Disciple laïc

» Présentation
Lun 30 Juil 2018, 12:53 par indian

» Bonjour tout le monde
Lun 30 Juil 2018, 12:47 par indian

» L'ego (ou le Moi)
Dim 29 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Idées reçues
Dim 29 Juil 2018, 16:24 par Disciple laïc

» Le Bouddha et la Voie
Dim 29 Juil 2018, 16:21 par Disciple laïc

» Est-ce bien ici?
Mer 25 Juil 2018, 22:46 par Karma Trindal

» Ma présentation
Mer 25 Juil 2018, 22:43 par Karma Trindal

» Présentation de MINISCALCO
Mer 25 Juil 2018, 22:40 par Karma Trindal

» Présentation groupes de pratique
Mer 25 Juil 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Bonjour a tous
Mer 25 Juil 2018, 22:35 par Lisalisa

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mer 25 Juil 2018, 22:33 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Mer 25 Juil 2018, 22:32 par Karma Trindal

» Explication de la Roue de la Vie
Mer 25 Juil 2018, 22:14 par Karma Trindal

» Bonjour à tous.
Mer 25 Juil 2018, 22:04 par Karma Trindal

» Citations Ikkyu
Mer 25 Juil 2018, 21:41 par Karma Trindal

» 13 Juin : Toupten Zangpo
Mer 25 Juil 2018, 21:20 par Karma Trindal

» Bonjour...Je me présente
Mer 25 Juil 2018, 21:19 par Karma Trindal

» Cherche référence livre
Mer 25 Juil 2018, 16:17 par Disciple laïc

» Les 6 règles de la concorde
Mar 24 Juil 2018, 20:11 par Disciple laïc

» La Nature ultime de l'esprit
Mar 24 Juil 2018, 18:31 par Akana

» 3 Sagesses anciennes : Gilgamesh, Bouddha, Epictete
Mar 24 Juil 2018, 10:43 par Akana

» Le Trikaya : Les Trois Corps
Lun 23 Juil 2018, 22:13 par Disciple laïc

» La religion bouddhique présentée par la Police de Montréal
Lun 23 Juil 2018, 21:28 par indian

» 24 heures chez les moines bouddhistes
Lun 23 Juil 2018, 07:34 par Disciple laïc

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Dim 22 Juil 2018, 21:22 par indian

» Les ruses de Māra
Dim 22 Juil 2018, 20:22 par Disciple laïc

» Eveil au "beau"
Dim 22 Juil 2018, 14:59 par Disciple laïc

» Le Noble Sentier Octuple 1/2 et 2/2 rediffusion.
Dim 22 Juil 2018, 12:25 par Disciple laïc

» L'enseignement du Bouddha d'après les textes les plus anciens
Dim 22 Juil 2018, 08:02 par Disciple laïc

» Hédonisme et eudémonisme, bonheur et plaisir : la grande confusion
Dim 22 Juil 2018, 07:16 par Disciple laïc

» Alexandra David Neel une Femme Remarquable
Ven 20 Juil 2018, 19:34 par indian

» Pacifisme et non-violence
Ven 20 Juil 2018, 04:17 par indian

» Histoire du bouddhisme
Jeu 19 Juil 2018, 08:07 par Disciple laïc

» Inexistence en soi et souffrance
Mer 18 Juil 2018, 17:42 par indian

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Mer 18 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Declaration Universelle des Droits de l'Homme (tous les genres humains)
Mer 18 Juil 2018, 13:33 par indian

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Mer 18 Juil 2018, 11:13 par Karma Trindal

» indian, David
Mer 18 Juil 2018, 00:02 par indian

» Le temps... différence d'état
Mar 17 Juil 2018, 21:11 par Disciple laïc

» Qui est Bouddha Maitreya?
Mar 17 Juil 2018, 14:50 par indian

» Ayurveda, aux origines du bien être, l'Inde ancienne
Lun 16 Juil 2018, 22:37 par Invité

» Les 3 entraînements
Lun 16 Juil 2018, 13:50 par Disciple laïc

» La preuve scientifique de l'existence du Dharma
Lun 16 Juil 2018, 13:34 par indian

» Bouthan : le royaume secret des plantes médicinales
Lun 16 Juil 2018, 13:25 par Disciple laïc

» Le choix ..est-il une illusion?
Sam 14 Juil 2018, 04:15 par Kleine Muis

» Les préceptes du bouddhisme: 8 pépites du bouddhisme pour gérer la colère
Ven 13 Juil 2018, 13:39 par Kleine Muis

» Anniversaire de Guru Padmasambhava
Ven 13 Juil 2018, 00:02 par Puntsok Norling

» Méditer sur le non-soi
Lun 09 Juil 2018, 18:13 par Disciple laïc

» Existence en soi
Lun 09 Juil 2018, 17:55 par Disciple laïc

» Réhabiliter le destin de l'humanité
Lun 09 Juil 2018, 16:41 par indian

» Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ
Dim 08 Juil 2018, 20:33 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 49 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 46 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Abhradan, Akana, Karma Trindal


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 96498 messages dans 11135 sujets

Nous avons 4231 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Skuale

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7475)
 
Karma Trindal (6880)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2371)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Partagez
avatar
Admin
Fondateur
Fondateur

Masculin
Nombre de messages : 785
Age : 46
Contrée : Royaume de Belgique
Arts & métiers : Administrateur réseaux
Disposition de l'Esprit : « Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. (Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C)
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/01/2007

Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Admin le Mar 17 Nov 2009, 21:15

Le Bouddhisme comparé au Christianisme
par Friedrich Nietzsche
Commentaires de Kelly Taylor, Philosophie de Religion HACU 227
Nomination 3 - Question *5, le 3 décembre 2001

Dans l’Antéchrist, Nietzsche présente le Bouddhisme comme l’antithèse complète du Christianisme, quoiqu’il les voit tous deux comme des religions* nihilistes décadentes . Au-delà de cette similitude fondamentale, les contrastes avec le Christianisme sont innombrables et Nietzsche en présente beaucoup dans sa discussion sur le Bouddhisme comme forme “acceptable” d’une religion nihiliste.

Une différence principale entre elles est que le Bouddhisme est plus réaliste que le Christianisme et essaye de surmonter les problèmes de ce monde par une volonté de vivre, contrairement à l’espoir chrétien d’une meilleure vie après celle-ci et, de ce fait, à son vouloir létal [ Nietzsche Friedrich. l’Antéchrist. Amherst, NEW YORK, Prometheus Livres, 1911; 23].

Nietzsche voit aussi le Bouddhisme comme une religion positive qui ne reconnaît pas ou essaye de traiter avec le péché, il n’essaye pas non plus d’adhérer aux concepts moraux de la façon dont le Christianisme le fait, mais au contraire est concentré sur l’homme plus réaliste en “lutte avec la douleur” [Ibid; 23]. Le centrage sur la douleur est le résultat de la fondation de la religion sur deux facteurs physiologiques
- 1) l’irritabilité excessive deu sentiment, et - 2) la super spiritualisation [Ibid; 24]. Ces facteurs incitent un état de dépression contre lequel les enseignements de Bouddha créent un style de vie pour le combattre [Ibid; 24]. Le Bouddhisme exige donc la capacité de faire face aux problèmes objectivement et impartialement, une capacité manifestée suite aux centaines d’années d’activation de la pensée philosophique à la religion
[Ibid; 23].

Nietzsche déclare que le Bouddhisme croit que la bonté est réalisée par la promotion de la santé et les meilleures façons de combattre la dépression et la douleur de la vie sont : l’hygiène, la vie dans l’ouverture, la vie des voyages, la modération et le choix prudent dans l’alimentation, il avertit en ce qui concerne tout spiritueux intoxiquant et toutes les passions qui échauffent le sang [Ibid; 24]. Cette vision d’avocat selon laquelle il ne faut pas “trop se soucier de soi-même ou des autres” et l’on doit se concentrer seulement sur les idées qui apportent la paix ou la bonne chère [Ibid; 24]. Il est aussi impressionné par le fait que le Bouddhisme “invente des moyens par lesquels l’habitude d’idées contradictoires peut être perdue” pour qu’il n’y ait aucune possibilité de lutte ou de douleur.

Le bouddhisme est “Au-delà du Bien et du Mal.” Il ne contient aucune prière ou ascétisme, ni Impératif Catégorique ou n’importe quelle discipline, même dans les monastères que chacun peut quitter à tout moment si toutes ces choses augmentent seulement son irritabilité naturelle, qu’il est conforme d’éviter {Ibid; 24]. Il ne fait la guerre à aucun en désaccord parce que la vengeance, l’aversion et le ressentiment doivent être évités, car l’enseignement stipule “pas d’hostilité ; la fin de l’hostilité”. Pour tous, ces ressentiments sont malsains [Ibid; 24-25]. Le Bouddhisme cherche à combattre avec la fatigue mentale, l’objectivité excessive et la perte d’intérêt personnel et d’égoïsme en concentrant des intérêts spirituels sur l’individu, allant jusqu’à dire que “l’égoïsme est un devoir” [Ibid; 25].
Selon Nietzsche, il y a certaines choses préalables au Bouddhisme. Celles-ci incluent un climat doux, des gens très doux et libéraux, aucun militarisme. Il prétend que le Bouddhisme doit émaner des classes supérieures et éduquées, par opposition au Christianisme, dans lequel les classes inférieures cherchent leur sauvetage [Ibid; 25]. La Perfection n’est pas seulemernt quelque chose auquel on aspire dans le Bouddhisme, mais c’est la norme.

Les aspirations comprises dans le Bouddhisme sont la gaieté, la paix et l’absence de désir, ce qui est en flagrante opposition avec le Christianisme qui élève les vertus de Foi, d’Espoir et de Charité [25, 29]. Le Bouddhisme est “trop plein d’une sagesse ancienne, trop positiviste” pour être pris par ces “mesures précautionneuses” [29] chrétiennes. Le Bouddhisme est présenté comme une religion d’idéaux élevés de pureté et de bonheur et en effet la perfection, en dépit de l’existence d’effort pour s’éloigner de la douleur [25]. Le Christianisme est, par contraste, comme une religion comprenant “des instincts de subjugation et d’oppression”, hanté par le négativisme “du péché, l’autocritique et l’examen de conscience”. Le Bonheur, qui peut seulement être compris comme extase dans la communion avec Dieu, est seulement entretenu par la prière constante [26]. Dans le Christianisme on trouve seulement l’obscurité et la dissimulation, mais pas la franchise. Le corps, la santé physique et la sensualité, y compris la propreté, sont considérés comme un mal [26]. La Cruauté est la norme et il y a beaucoup de persécution et de violence envers ceux qui ne partagent pas le système de croyance et de vues chrétiennes.

Nietzsche décrit plus loin le désir d’être dans le Christianisme comme un “épileptique”, leur régime “morbide”, et iol attribue aux Chrétiens “la haine mortelle” des règles politiques [26]. Le Christianisme est hanté par le péché et cherche l’extase et la grâce par la présence divine dans la prière, des manquements dans la donne claire, nie la propreté, préconise la cruauté vers le moi et d’autres, déteste et persécute tous qui ne partagent pas les vues de Christia-nisme. En général le Christianisme est défini par la haine pour toutes les choses auxquelles aspire le Bouddhisme, y compris “l’intellect,” “la fierté,” “le courage”, “la liberté” et la liberté intellectuelle, même “les sens, la joies des sens, la joie en général” [18].

La raison de ces choses, ou peut-être seulement une partie de la cause, est que le Christia-nisme a été formé de gens au plus bas de l’échelle sociale et comme il s’est étendu à travers le globe de sa place d’origine, il a absorbé et a converti seulement des gens barbares les plus bas qu’il a rencontrés [19]. Le converti étaient “le sauvage et l’auto déchiré” pas ceux qui avaient éprouvé les difficultés de civilisation et avaient cultivé la lassitude de cette vie, desquelles Nietzsche prétend que le Bouddhisme est le meilleur convenant.

Ainsi, l’inassouvissement de la vie et la souffrance n’est pas exprimé par l’hypersensibilité, mais par la violence, l’infliction de douleur et l’hostilité des autres. De ces sociétés barbares, le christianisme a gagné des moralités barbares et des rituels, y compris “le sacrifice du premier-né, le boire du sang à la communion, le mépris de l’intellect et de la culture ; la torture sous toutes ses formes, sensuelles et non sensuelles la grande splendeur du culte” [20]. Ces choses émanent des suites de la composition de base du Christianisme comme une religion conçue pour apprivoiser des bêtes en les rendant trop malades pour protester, pour leur imposer sa propre version de civilisation quand il n’y a aucune, le tout fait par la violence [21]. Les Barbares ne trouvant pas la souffrance acceptable sans une explication ou la justification, ils nieront la souffrance ou la supporteront en silence. Le bouddhisme, en contraste, ne doit pas justifier ou essayer d’incorporer la douleur et la souffrance, mais simplement/plutôt les accepter comme partie de la vie et essaye d’en sortir [22].

Nietzsche voit seulement une autre similitude entre le Bouddhisme et le christianisme en plus du nihilisme, celle de l’indifférence envers la vérité réelle, par opposition à quelque chose crut pour être vrai -par exemple, le seul besoins de croire qu’ils ont péché, ils ne doivent pas avoir en réalité péché. Dans le christianisme, cependant, la recherche de la vérité absolue est interdite de fait par la nécessité de la foi [23]. Si la foi est la seule exigence, “une connaissance raisonnable et la recherche scientifique” doivent être pensées de comme le mal [24]. Pour des chrétiens, l’espoir d’un autre monde est la seule chose qui leur fasse supporter celui-ci et cet espoir est supérieur à n’importe quelle joie [25]. Le Christianisme possède aussi le concept d’amour, qui exige la valeur de chasteté, aussi bien que la personnification de déités. Cet amour est ce qui rend la vie dans le Christianisme supportable [26].

En opposition au christianisme barbare et bestial, le Bouddhisme est pour ces cultures qui sont devenues “référence, douce et sur spirituelle et qui ressentent la douleur trop facilement” pour atteindre la paix et la gaîté, la dureté intellectuelle et physique et la répartition par groupes [27]. Le Bouddhisme est plus froid, plus véridique, plus objectif et ne doit pas justifier la douleur et la souffrance en les blâmant en péchés, à leur tour causés par les forces d’un mauvais ennemi [28].
Peut-être a-t-il une notion idéalisée de ce que le Bouddhisme est, mais de sa description, c’est une religion très attirante, conçue pour s’élever des banalités de chaque jour de vie. Nietzsche fait une référence brève au fait qu’il n’y ait aucune déité dans le Bouddhisme, mais il aurait été intéressant si Nietzsche avait discuté ultérieurement comment le manque d’existence de Dieu influence les différences entre le christianisme et le bouddhisme. Une analyse ultérieure des principes fondamentaux et n’importe quels textes ou écrits canonicaux du bouddhisme ne pourrait avoir été plus utile dans cette comparaison, aussi bien que plus d’information sur la formation et l’assise du Bouddhisme. La vie de Bouddha, comme le fondateur de la religion, en comparaison à celle de Jésus pourrait fournir l’information clef qui convaincrait ultérieurement le lecteur de la validité plus grande du bouddhisme comme une religion moderne et aurait fourni une évidence complémentaire pour soutenir ses revendications. En addition, la discussion des pratiques et les croyances du bouddhiste moderne auraient tenu le grand intérêt et ultérieurement la compréhension des différences entre le bouddhisme et le christianisme et la supériorité d’un sur l’autre. Ceux-ci auraient été particulièrement appropriés avaient-ils la tentative de convertir ou persuader le lecteur de se convertir ou du moins d’abandonner le christianisme, mais comme ce n’était pas spécifiquement son intention, son analyse est suffisante pour la brève opposition des deux religions dans le contexte de discuter du christianisme.

Notes: Nietzsche, Friedrich. l’Antéchrist. Arnherst, NEW YORK: Prornetheus Livres




_________________
«Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas.»[ Bouddha ]
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7475
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Pema Gyaltshen le Mer 18 Nov 2009, 10:42

Je me demande en quel monde ce pauvre Nietzsche s'est réincarné ?


_________________

avatar
justelà
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 40
Contrée : France
Arts & métiers : Professeur des écoles
Disposition de l'Esprit : plein de questions sans réponses....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 08/08/2010

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par justelà le Lun 09 Aoû 2010, 13:28

après lecture de cet intéressant passage...je me pose toujours des questions! lol
ou peut être n'ai je pas trouvé le passage adéquat sur le forum....
Si je reprends - par exemple - une partie de la fin:
Nietzsche fait une référence brève au fait qu’il n’y ait aucune déité dans le Bouddhisme, mais il aurait été intéressant si Nietzsche avait discuté ultérieurement comment le manque d’existence de Dieu influence les différences entre le christianisme et le bouddhisme. (...)
La vie de Bouddha, comme le fondateur de la religion, en comparaison à celle de Jésus pourrait fournir l’information clef qui convaincrait ultérieurement le lecteur de la validité plus grande du bouddhisme comme une religion moderne et aurait fourni une évidence complémentaire pour soutenir ses revendications.
Ne peut on pas - je pose juste une question, là! - faire un parallèle entre nos dieux quels qu'ils soient? (Jésus, ou tt autre religion) et les bouddhas...certes, ils ne st pas des dieux, ms ce st tout de mm eux qui ns guident vers la "vérité" (si je puis dire)... faut il y voir une aussi grande différence? ou ai je mal saisi le texte? parceque si Bouddha est fondateur....OK....ms en quoi cela oppose réellement ces deux religions?
J'en profite pour poser d'autres questions, pour m'aider à la compréhension de ce passage ci : (je sais j'adore les questions!!! lol....)
Nietzsche voit seulement une autre similitude entre le Bouddhisme et le christianisme en plus du nihilisme, celle de l’indifférence envers la vérité réelle, par opposition à quelque chose crut pour être vrai -par exemple, le seul besoins de croire qu’ils ont péché, ils ne doivent pas avoir en réalité péché. Dans le christianisme, cependant, la recherche de la vérité absolue est interdite de fait par la nécessité de la foi [23]. Si la foi est la seule exigence, “une connaissance raisonnable et la recherche scientifique” doivent être pensées de comme le mal .
Je ne saisis pas le passage "le seul besoin de croire qu'ils ont pêché" ? OUPS? excusez, ma là, je ne comprends pas....on a besoin de croire qu'on a pêché, mais on le SAIT si on a pêché, non? ou alors c'est la notion de pêché et ce à quoi elles correspond qui correspond à "ce qu'on nous fait croire"? Je veux dire, quels sont les pêchés pour les chrétiens et ceux du bouddhisme? N'y a til pas une forte similitude entre eux? (si il y a un post à ce sujet, je suis preneuse pour le lien!
Je reviens donc, au début du texte :
Une différence principale entre elles est que le Bouddhisme est plus réaliste que le Christianisme et essaye de surmonter les problèmes de ce monde par une volonté de vivre, contrairement à l’espoir chrétien d’une meilleure vie après celle-ci et, de ce fait, à son vouloir létal [ Nietzsche Friedrich. l’Antéchrist. Amherst, NEW YORK, Prometheus Livres, 1911; 23].

En quoi le christianisme n'essaie pas de surmonter les pbs de ce monde? L'abbée Pierre ou mère Thérésa n'ont ils pas aidé à leur manière? D'accord, la vision d'une vie meilleure...tend plutôt à "attendre que ca se passe pr le mieux ds le meilleur des mondes" mais rien n'empêche un chrétien d'oeuvrer pour changer les autres et le monde..... une façon d'aider à surmonter les pbs, aussi...non? Je m'égare?
Je continue donc la lecture et mon interprétation :
Nietzsche voit aussi le Bouddhisme comme une religion positive qui ne reconnaît pas ou essaye de traiter avec le péché, il n’essaye pas non plus d’adhérer aux concepts moraux de la façon dont le Christianisme le fait, mais au contraire est concentré sur l’homme plus réaliste en “lutte avec la douleur” [Ibid; 23]. Le centrage sur la douleur est le résultat de la fondation de la religion sur deux facteurs physiologiques
- 1) l’irritabilité excessive deu sentiment, et - 2) la super spiritualisation [Ibid; 24]. Ces facteurs incitent un état de dépression contre lequel les enseignements de Bouddha créent un style de vie pour le combattre [Ibid; 24]. Le Bouddhisme exige donc la capacité de faire face aux problèmes objectivement et impartialement, une capacité manifestée suite aux centaines d’années d’activation de la pensée philosophique à la religion

Donc la notion de pêché n'est pas vraiment existante dans le bouddhisme? (pardonnez je mégare, là, avec le paragraphe cité précédemment).... Donc le christianisme pose pour vrai des péchés...eux, ds les "confession" on traite aussi en partie le p^éché pour l'enlever, l'oublier, l'effacer, non?
Dans ce paragraphe, je me suis un peu perdue, j'avoue...on commence par expliquer que le bouddhisme est concentré sur l'homme en lutte avec la douleur (la douleur réelle? la douleur physique? la douleur morale?)...et là je ne comprends pas la phrase sur le "centrage de la douleur est le résultat de la fondation de la religion....mais on parle plus du bouddhisme, là, on reparle des chrétiens? (puisque le bouddhisme n'est pas une réelle religion? or le début de la phrase concernait le bouddhisme...là désolée, je relis, ms j'ai dû louper un truc ou désactiver le neurone correspondant à cette compréhension, OUPS...).
dc les 2 facteurs invoqués invitent ensuite à un état de dépression...ppff, on lutte ou on dépressionne là? Car toute lutte implique un investissement personnel et biensûr un effort physique et moral....mais si cela entraîne la dépression...donc ds le christianisme, en gros, on souffre de dépression (pr caricaturer ce que j'ai mal saisis, lol) et avec le bouddhisme on tente en même temps de régler ce conflit de dépression....et cette histoire d'une centaine d'année, là...ca vient faire quoi? il faut une centaine d'année pour y parvenir? Peu par rapport aux réalisations humains, non?
je poursuis:
le fait que le Bouddhisme “invente des moyens par lesquels l’habitude d’idées contradictoires peut être perdue” pour qu’il n’y ait aucune possibilité de lutte ou de douleur.
Là j'ai besoin d'une explication purement et simplement...j'ai décroché...j'avoue.
Suite:
Le bouddhisme est “Au-delà du Bien et du Mal.” Il ne contient aucune prière ou ascétisme, ni Impératif Catégorique ou n’importe quelle discipline, même dans les monastères que chacun peut quitter à tout moment si toutes ces choses augmentent seulement son irritabilité naturelle, qu’il est conforme d’éviter {Ibid; 24]. Il ne fait la guerre à aucun en désaccord parce que la vengeance, l’aversion et le ressentiment doivent être évités, car l’enseignement stipule “pas d’hostilité ; la fin de l’hostilité”. Pour tous, ces ressentiments sont malsains [Ibid; 24-25]. Le
Je comprends, mais pour bcp de chrétien, personne ne souhaite la gueere! Mais il est vrai que bcp ne ressentent pas de culpabilité à être en colère auprès qqun, effectuer une vengeance ou autre....ms comme je ne suis pas calée ds la religion chrétienne, je me pose la question si cela est aussi réellement acceptable ds cette religion? là, je ne suis qu'une intuition personnelle, cela me paraîtrait carrément stupide d'encourager de tels actes, ds cette même religion, et j'aurai plutôt tendance à croire que c'est plutôt un point commun? sauf à penser que mon postulat de base, mon intuition est fausse, et là, oui, cela divergerait...
(et je fais une disgression....parceque je ne fais qu'essayer de méditer à mon petit niveau...et plus je tente , plus je sais que du fond du coeur j'accroche à ts ces concepts bouddhistes, et plus je me rends compte que je suis ignoble en fait! je suis incapable de retenir une colère, tant je suis impulsive pour une pécadille! J'ai honte!!!! mais en même tps ds les minutes qui suivent je n'ai plus de colère, et je suis incapble d'en vouloir à quiconque sur quoi que ce soit (mm des faits parfois plsu graves)...ms alors pourquoi suis je incapble de retenir ces réactions vives? ppff..... bref, je disgresse, je reviens à mon analyse.... ms pr ceux qui auraient un tuyau...ça me soulagerait pas mal de contrôler mes émotions (oui, j'irai vite lire les postes à ce sujet!)
Bouddhisme cherche à combattre avec la fatigue mentale, l’objectivité excessive et la perte d’intérêt personnel et d’égoïsme en concentrant des intérêts spirituels sur l’individu, allant jusqu’à dire que “l’égoïsme est un devoir” [Ibid; 25].

Là encore, veuillez m'excuser, je ne saisis pas tout..ppff.....ce n'est pas le bouddhisme qui prône l'ouverture aux autres? Effectivement suivre la "voie, le chemin" (je ne sais comment dire, bref, pratiquer) n'implique que nous même...mais ces "intérêts spirituels"...on ne dit pas qu'il faut en reverser les bienfaits à autrui? Et que seulement qd ns aurons atteint l'esprit de clarivoyance, alors ces bienfaits ns serons reversés à nous même ms que ds ts les cas,; en tant que pratiquant bouddhiste, il ne devrait pas ns importer de faire le bonheur (pas de terme plus proche) des autres et d'abord penser aux autres, soi même n'étant que la dernière étape qui découle justement du bonheur des autres? ce qui est cité de suite après, d'ailleurs : Les aspirations comprises dans le Bouddhisme sont la gaieté, la paix et l’absence de désir, ce qui est en flagrante opposition avec le Christianisme qui élève les vertus de Foi, d’Espoir et de Charité
Le paragraphe suivant je pensais le compendre à l'exception du terme de franchise pour lequel je ne vois pas pourquoi il est exclus, là???? ci joint : ]. Dans le Christianisme on trouve seulement l’obscurité et la dissimulation, mais pas la franchise.
En général le Christianisme est défini par la haine pour toutes les choses auxquelles aspire le Bouddhisme, y compris “l’intellect,” “la fierté,” “le courage”, “la liberté” et la liberté intellectuelle, même “les sens, la joies des sens, la joie en général” [18].
confirmeriez vous ce paragraphe ci dessus? personnellement , je viens de "l'apprendre"...ms j'aurai besoin de vos confirmations ou infirmations....merci!
BON, j'ai été comme d'habitude un peu longue (le concis et moi, ça fait deux, lol)...
Je suis désolée par avance pour tous ceux que ma "réponseé énervera...et je remercie ceux qui voudront bien prendre la peine de me répondre...avant de se lasser de toutes mes questions! lol....ben je sais j'en pose bcp et je contribue peu....mais je cherche à comprendre les choses, voilà tout!
Bonne journée à vous!
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7475
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Pema Gyaltshen le Lun 09 Aoû 2010, 17:37

Bon, je veux bien essayer de répondre un peu Laughing
Mais je vais prendre mon temps cette fois ok ?
En attendant et comme préambule je dirais que personnelement
l'avis de Friedrich Nietzsche m'indiffère puisqu'il ne connait
pas le Bouddhisme, mais quand même je vais essayer de débrouiller tout ça...


_________________

avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7475
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Pema Gyaltshen le Lun 09 Aoû 2010, 18:18

1)Pour les Chrétiens il y a un Dieu créateur ce concept
n'existe pas dans le Bouddhisme.

2) Le Bouddhisme n'est pas du tout nihiliste contrairement à
ce qui est dit ici.Incompréhension fondamentale...

3) Il n'y a pas de péchés dans le Bouddhisme,seulement des erreurs due à l'ignorance.Et donc que l'on corrige en "confessant" c'est à dire en reconnaissant les erreurs et les actes nuisibles et en essayant de ne plus les commettre mais au contraire de faire des actions justes. Il n'y a donc pas de sentiment de culpabilité dans le Bouddhisme. Il n'y a pas de "morale" mais bien une éthique ce qui est différent.
4) Ce qui est exact c'est que le Bouddhisme est très réaliste !
Nous savons qu'il faut préparer la mort et que ce sont nos actes et nos pratiques qui détermineront la suite dans le Bardo et pour la prochaine vie.
Il n'y a pas un Dieu sauveur qui va intervenir et nous passer l'éponge sur notre karma négatif...

5 )Contrôler les émotions c'est là un des objectifs de la pratique Bouddhiste, c'est un long entrainement et il ne faut pas se décourager mais avoir beaucoup de patience aussi avec sois-même...
6 ) Bien sûr le Bouddhisme prône l'ouverture aux autres...!
et pour le reste, foi espoir et charité ça c'est clairement catho ! Chez nous c'est "confiance en son Lama et les Enseignements , la discipline pour réaliser les pratiques serait l'espoir...car on veut évidemment progresser dans la sagesse, et la charité, chez nous c'est la compassion universelle.

7 ) Je ne confirme personnellement aucun des paragraphes de cet article et je répète que monsieur Nietzsche n'était pas Bouddhiste et en ignorait le sens profond.

En conclusion, il vaut mieux lire des articles des Maîtres qui nous enseignent et qui savent de quoi ils parlent, et si c'est nécessaire pour vous de faire des parallèles avec le christianisme, je dirais que cela ne se compare pas.
C'est comme comparer l'école primaire et l'université...
( ça c'est mon avis personnel )
Au plaisir de converser avec vous Justelà !


_________________

avatar
justelà
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 40
Contrée : France
Arts & métiers : Professeur des écoles
Disposition de l'Esprit : plein de questions sans réponses....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 08/08/2010

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par justelà le Lun 09 Aoû 2010, 18:29

Merci encore de vos réponses...pour quelqu'un qui n'a guère le temps....vous répondez à une vitesse qui m'étonne encore! lol
Je suis allée achetée 2 livres cités ds vos listes bibliographiques, je vais dc commencer par ceux ci...
à bientôt et merci encore!
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7475
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Pema Gyaltshen le Lun 09 Aoû 2010, 18:58

Si j'avais eu le temps je vous aurais répondu à 13 H 29...

Bonne lecture et revenez poser des questions !


_________________

avatar
Yeshé Kunga
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 405
Age : 65
Contrée : France
Arts & métiers : Traducteur
Disposition de l'Esprit : quel esprit ?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 26/01/2010

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Yeshé Kunga le Mer 11 Aoû 2010, 10:37

Nietzsche est un immense philosophe critique.
En effet, il ne connaissait rien du bouddhisme, mais la comparaison qu'il fait entre bouddhisme et christianisme lui sert, tout simplement, à critiquer les "défauts" du christianisme.
Peut-être, s'il avait été un intello himalayen, qu'il aurait procédé à l'inverse, en utilisant un christianisme "romantique" pour stigmatiser les défauts du bouddhisme.
Les défauts des bouddhistes, plutôt, ou des chrétiens.
avatar
justelà
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 40
Contrée : France
Arts & métiers : Professeur des écoles
Disposition de l'Esprit : plein de questions sans réponses....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 08/08/2010

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par justelà le Mer 11 Aoû 2010, 13:25

un "christianisme romantique"? lol, joli terme en tous cas.... il existe une définition?
parceque par ces termes j'aurai plutôt compris que certaines notions chrétiennes , vision "romancée" (autre que faire les guerres de religions, pratique pure et dure)...Serait complémentaire des "vertus" du bouddhisme....
MERCI!
avatar
astr@lotus
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 27
Contrée : Canada
Arts & métiers : Étudiant
Disposition de l'Esprit : en questionnement...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 24/01/2010

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par astr@lotus le Ven 20 Aoû 2010, 06:14

Wow, quel topic intéressant... Je suis d'accord avec Pema Gyaltshen en totalité, j'aimerais seulement questionner un point, le quatrième plus précisément. Le Bouddhisme, comme le dit Nietzsche, est réaliste et on n'y retrouve pas d'élément de FOI, ou de croyance aveugle en des choses abstraites, et je suis d'accord avec lui sur ce point. Voilà où je me retrouve confus, certains membres de ce forum parlent de «déités» Bouddhistes, comme s'il s'agissait d'une certitude absolue. Bien sûr, je peux comprendre que certains maîtres éveillés ont compris et enseignés ces principes, j'ai «foi» en leur parole en ce qui concerne le karma et le cycle de réincarnation mais pour «les bouddhas...certes, ils ne st pas des dieux, ms ce st tout de mm eux qui ns guident vers la "vérité" (si je puis dire)...» comme le dis Justelà, je ne comprend pas! D'où sortent ces entités divines dont vous me parlez, quoi qu'on me dise j'ai du mal à embarquer dans cette histoire de dieux, je croyais que le bouddhiste se voulait athée! Peut-être s'agit-il d'une différence de point de vue entre deux branches du Bouddhisme? Personnellement, le Théravada me rejoint beaucoup plus (sans mettre de côté la compassion universelle évidemment;), et comme le disait le vénérable Dr. Reweta Dhamma, «le Bouddhisme n'est pas une religion au sens habituel du terme. C'est un chemin de purification ouvert à tous sans discrimination. Le Bouddha n'est ni un sauveur, ni un prophète, ni un Dieu» et concernant le karma et la vie dans un autre monde, il énumère le «quadruple réconfort dont est assuré l'esprit libéré et purifié», beaucoup trop long à copier ici mais qui veut dire en gros que peu importe les histoires de karma, il faut être bon parce qu'il est rationnellement défendable que la «bonté» mène au bonheur et à la paix (on peut prouver qu'être bon améliore concrètement le sort de tous et mène au bonheur). Il ne faut SURTOUT pas «être bon» pour «avoir un bon karma»!!! On retombe dans les menaces chrétiennes de l'Enfer! Franchement... Le Bouddhisme n'a jamais eu à faire peur aux gens pour les convaincre de suivre le même chemin qu'eux, contraiment à la plupart des autres religions... Tout ça pour dire, certains semblent considérer le Bouddhisme comme une religion de foi. Que ces entités soient réelles ou non, il est possible de s'élever par soi-même, en comprenant les enseignements et en méditant, sans considérer ces autres éléments qui relèvent de la foi (à mon humble avis du moins).
N'hésitez pas à me corriger si je dis des faussetés, sachez que je n'ai aucune intentions hostiles bien au contraire:)
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7475
Age : 64
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Pema Gyaltshen le Ven 20 Aoû 2010, 09:21

Bonjour Atr@lotus
Nous avons déjà traité ces éléments sur l'Arbre des Refuges, il faut chercher "arts sacré" et "Divinités", il est vrai que
le sujet est riche.
Ce que l'on nomme divinités ou déités sont des symboles d'une réalité expérimentée par les êtres éveillés.
Ainsi les représentations incarnent des "manières d'être" et non des choses, elles symbolisent la réalité ultime de l'être et en même temps elles sont réellement cette réalité ultime.
C'est de l'énergie qui existe.
Je parle ici par rapport à l'art sacré du Vajrayana.
C'est pourquoi une divinité est représentée avec des proportions et une attitude adéquate pour communiquer à l'être le niveau de conscience qui lui est propre.
L'être invoquera des divinités différentes au fur et à mesure qu'il progressera dans la méditation.
Avalokiteshvara, Manjusri et Vajrapani, sont les modèles de tous les Boddhisattvas; ils expriment la compassion, la sagesse et une puissance sans limites dans les efforts désintéressés qu'ils
font pour amener l'être à la Bouddhéité.
Il y a aussi les Maîtres, comme Bouddha, Padma etc les Dâkinis, les Protecteurs, etc
et les Mandalas qui sont un vaste déploiement de divinités.
Pour le reste, il n'y a pas de menace mais des conseils, un guide ne vous menace pas en vous montrant le bon chemin, mais il vous prévient des dangers et vous invite à la prudence.



_________________

avatar
astr@lotus
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 27
Contrée : Canada
Arts & métiers : Étudiant
Disposition de l'Esprit : en questionnement...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 24/01/2010

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par astr@lotus le Ven 20 Aoû 2010, 15:12

Ah oui d'accord, je crois comprendre maintenant Surprised
Je dois avouer que je ne me suis pas beaucoup renseigné sur ce sujet précis auparavant, merci d'avoir répondu Smile

Contenu sponsorisé

Re: Inter-religieux : Bouddhisme & Christianisme: L' Analyse par Friedrich Nietzche

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 20 Aoû 2018, 14:23