L'Arbre des Refuges: Une Philosophie Non Confessionnelle

La seule façon d’apporter la paix au monde est d’apprendre soi-même à vivre en paix.( Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C )


Les livres à lire dans sa vie

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Amitābha: Le Grand Soutra de la Vie Infinie
Dvedhāvitakka Sutta EmptyHier à 16:05 par Disciple laïc

» La communication, le partage, la coopération : le défi de notre société
Dvedhāvitakka Sutta EmptyHier à 13:31 par Disciple laïc

» Dagpo Rimpoché - Le lama venu du Tibet 3/3
Dvedhāvitakka Sutta EmptyHier à 13:24 par Disciple laïc

» Un petit message de présentation
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 04 Fév 2023, 20:34 par Nangpa

» La force des souhaits dans le vajrayana
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 28 Jan 2023, 08:08 par Disciple laïc

» Iti 18 : Saṅghabheda Sutta : La division du Sangha.
Dvedhāvitakka Sutta EmptyVen 27 Jan 2023, 20:41 par Yeshi

» SN 22.43 Attadīpa Sutta : Une île de soi-même.
Dvedhāvitakka Sutta EmptyVen 27 Jan 2023, 14:50 par Disciple laïc

» Présentation de ma personne
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 25 Jan 2023, 15:37 par Yeshi

» Trouble psychique et traitement médicamenteux
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 22 Jan 2023, 20:04 par Yeshi

» j'ai du mal à gérer mes emotions, je souhaite m'en sortir
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 22 Jan 2023, 16:12 par felin75

» Promenade dans la nature avec le Bouddha
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 14 Jan 2023, 23:47 par Mila

» Le Cheval
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 03 Jan 2023, 17:59 par Pema Gyaltshen

» demande d'informations sur quelques themes
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 01 Jan 2023, 09:17 par Ortho

» La Roue de la vie bouddhique 1/2 et 2/2
Dvedhāvitakka Sutta EmptyLun 26 Déc 2022, 12:59 par Disciple laïc

» Le Singe
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 18 Déc 2022, 22:39 par Ortho

» Le Cochon
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 23:07 par petit_caillou

» Le Serpent
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 23:04 par petit_caillou

» La Chèvre (ou Mouton)
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 23:00 par petit_caillou

» Le Coq
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:50 par petit_caillou

» Le Chien
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:46 par petit_caillou

» Le Dragon
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:41 par petit_caillou

» Le Lapin (ou Chat)
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:39 par petit_caillou

» Le Tigre
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:33 par petit_caillou

» Le Buffle
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:29 par petit_caillou

» Le Rat
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:25 par petit_caillou

» L' année du Lapin - 2023
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 22:14 par petit_caillou

» Fermer Les yeux rend t'il heureux ?
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 17 Déc 2022, 18:09 par Disciple laïc

» L'Histoire des Derniers Romains : Sagalassos.
Dvedhāvitakka Sutta EmptyJeu 15 Déc 2022, 22:39 par Disciple laïc

» Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ? Abdennour Bidar et Chawkat Moucarry
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 14 Déc 2022, 22:30 par Ortho

» L’apport du bouddhisme dans la quête de sagesse démocratique
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 14 Déc 2022, 18:22 par Disciple laïc

» Les animaux ont-ils conscience d’eux-mêmes ?
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 14 Déc 2022, 15:56 par Disciple laïc

» SN 55.17 . Mittāmacca Sutta : Amis & collègues.
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 11 Déc 2022, 21:29 par Disciple laïc

» Confiance en soi, timidité, les autres, Dharma
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 11 Déc 2022, 10:17 par Disciple laïc

» Japon, l'art du jardin zen
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 11 Déc 2022, 09:19 par Disciple laïc

» AN 8.26 Jīvaka Sutta : Les questions de Jivaka.
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 10 Déc 2022, 21:39 par Disciple laïc

» AN 7.71 Bhāvanā Sutta : Le développement.
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 10 Déc 2022, 21:36 par Disciple laïc

» que pensez vous de toutes ces théories ?
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 07 Déc 2022, 23:15 par Ortho

» Le Yang doit t’il récupéré sa tête
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 07 Déc 2022, 18:22 par LeLoups

» QUI REMPLIT LES PRISONS ? QUI ? Et surtout pourquoi ?
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 06 Déc 2022, 22:33 par Ortho

» Les voeux de Bodhisattva
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 06 Déc 2022, 22:22 par Mila

» Difficulté générale que je rencontre
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 06 Déc 2022, 10:31 par Disciple laïc

» Bonne nouvelle : une ordination
Dvedhāvitakka Sutta EmptyJeu 01 Déc 2022, 19:34 par Ortho

» La voie du souffle, dans le bouddhisme theravada
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 30 Nov 2022, 19:03 par Disciple laïc

» Le taoïsme et le bouddhisme s’opposent sur l’approche de la mort (guide touristique)
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 30 Nov 2022, 10:21 par Nangpa

» conseil concernant un livre : taoisme
Dvedhāvitakka Sutta EmptyJeu 24 Nov 2022, 08:35 par Disciple laïc

» Bouddhisme & Santé: Le bouddhisme m'a sauvé de mon cancer (témoignage)
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 23 Nov 2022, 12:33 par Mila

» La pratique de Shamatha ou la quiétude mentale par Jetsunma Tenzin Palmo
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 22 Nov 2022, 15:29 par Disciple laïc

» Quand les musulmans se détournent de la foi
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 20 Nov 2022, 22:34 par Ortho

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 19 Nov 2022, 20:36 par Mila

» Les cinq éléments du tao, élixirs de vie
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 19 Nov 2022, 19:35 par Disciple laïc

» Lanterna magica , la Forêt enchantée .
Dvedhāvitakka Sutta EmptyJeu 17 Nov 2022, 19:13 par Mila

» Les souhaits de Shantideva
Dvedhāvitakka Sutta EmptyLun 14 Nov 2022, 17:16 par Mila

» Amazonie, les civilisations oubliées de la forêt
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 13 Nov 2022, 22:43 par Disciple laïc

» Bouddhisme : Ethique et karma
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 13 Nov 2022, 15:29 par Disciple laïc

» Bangkok, vue et commentée par Kalu Rimpoché
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 06 Nov 2022, 21:01 par Mila

» Japon, l'art du jardin zen
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 06 Nov 2022, 20:46 par Disciple laïc

» Carnac : sur les traces du royaume disparu
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 06 Nov 2022, 08:49 par Disciple laïc

» Un chien à la recherche des disparus
Dvedhāvitakka Sutta EmptyVen 04 Nov 2022, 17:52 par Mila

» Des ours polaires s'installent dans une station météorologique de l'arctique
Dvedhāvitakka Sutta EmptyVen 04 Nov 2022, 16:49 par Mila

» ASBL L'Arbre des Refuges: Présentation du Projet
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 01 Nov 2022, 16:46 par Karma Trindal

» La Bonne Nouvelle du Salut.
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 01 Nov 2022, 16:38 par Karma Trindal

» Nouveau sur le forum - merci pour votre accueil
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 01 Nov 2022, 16:37 par Karma Trindal

» Des arbres , pour l'Arbre .
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 29 Oct 2022, 11:21 par Mila

» La première étape de la discipline...
Dvedhāvitakka Sutta EmptySam 29 Oct 2022, 11:00 par Mila

» Fanatisme religieux sur CNEWS ?
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMar 25 Oct 2022, 10:12 par Disciple laïc

» Circonstances favorables et confiance (précieuse existence humaine)
Dvedhāvitakka Sutta EmptyLun 17 Oct 2022, 18:19 par Disciple laïc

» Une ville rasée par une comète : Sodome.
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 16 Oct 2022, 18:57 par Disciple laïc

» La Lignée Drikung Kagyu en France
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 16 Oct 2022, 15:10 par thie24

» MARPA, l’un des fondateurs de la lignée Kagyu
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 16 Oct 2022, 10:06 par Disciple laïc

» Enseignement et initiation d'Amithaba
Dvedhāvitakka Sutta EmptyJeu 13 Oct 2022, 18:03 par Disciple laïc

» Une compassion égale pour tous
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 12 Oct 2022, 22:33 par Mila

» Rituel annuel, Drouptcheu de Karmapakshi , à Bruxelles
Dvedhāvitakka Sutta EmptyMer 12 Oct 2022, 21:57 par Mila

» Le zen, une pratique du temps infini
Dvedhāvitakka Sutta EmptyDim 02 Oct 2022, 10:15 par Disciple laïc

» Le festival pour la Paix à la Pagode de Vincennes
Dvedhāvitakka Sutta EmptyJeu 29 Sep 2022, 20:39 par Disciple laïc

» AU SUJET DU DOCUMENTAIRE "BOUDDHISME : LA LOI DU SILENCE".
Dvedhāvitakka Sutta EmptyJeu 29 Sep 2022, 16:07 par MichelPaul

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 27 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Nanachi


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

L’Arbre et ses racines

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 107468 messages dans 12891 sujets

Nous avons 4620 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Aniketa

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7807)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
Karma Trindal (7220)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
petit_caillou (4847)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
Mila (3549)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
karma djinpa gyamtso (3385)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
MionaZen (3351)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
Karma Yéshé (3196)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
vaygas (2774)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 
Disciple laïc (2751)
Dvedhāvitakka Sutta Bar_leftDvedhāvitakka Sutta BarDvedhāvitakka Sutta Bar_right 

    Dvedhāvitakka Sutta

    heyopibe
    heyopibe
    Protecteur de l'Arbre [PdA]
    Protecteur de l'Arbre [PdA]


    Masculin
    Nombre de messages : 1522
    Zodiaque : Balance Âge : 57
    Contrée : france
    Arts & métiers : bénévole chez les migrants
    Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Serpent
    Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : apaisement
    Éthique de la vertu : Aucun avertissement

    Date d'inscription : 16/07/2009

    Titre-sujet Dvedhāvitakka Sutta

    Message par heyopibe Mar 30 Nov 2010, 12:27

    Dvedhāvitakka Sutta - Majjhima Nikāya 19

    Le Bouddha raconte comment avant son éveil il pratiqua la discrimination de ses pensées en deux classes (dvedhā= en deux; vitakka= pensée), et explique pourquoi il faut couper court à toutes les pensées négatives et cultiver des pensées bienveillantes.



    Evaṃ me sutaṃ:

    En une occasion, le Bhagavā demeurait à Sāvatthī, dans le bois de Jeta, le parc d'Anāthapiṇḍika. Là, il s'adressa aux bhikkhus:

    – Bhikkhus!
    – Oui, Bhante, répondirent les bhikkhus.

    Le Bhagavā dit:

    – Bhikkhus, avant ma sambodhi, quand je n'étais encore qu'un Bodhisatta non-éveillé, cette pensée vint à moi:
    'Et si je divisais mes pensées en deux classes?'
    Je fis donc une classe regroupant les pensées empreintes de désir sensuel, les pensées empreintes de rancune, et les pensées empreintes de nocivité, et une autre classe regroupant les pensées de renoncement, les pensées de non-rancune, et les pensées de non-nocivité.

    Et alors que je demeurais ainsi attentif, ardent, et résolu, une pensée empreinte de désir sensuel fit son apparition.
    Je compris: 'Une pensée empreinte de désir sensuel a surgi en moi;
    et cela conduit à ma propre affliction ou à l'affliction d'autres ou à l'affliction des deux'.
    Cela fait obstruction à la sagesse, engendre de la contrariété, et ne conduit pas au nibbāna.'

    Lorsque je considérai: 'Cela mène à ma propre affliction', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela mène à l'affliction d'autres', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela mène à l'affliction des deux', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela fait obstruction à la sagesse, engendre de la contrariété, et ne conduit pas au nibbāna', elle s'évanouit.
    A chaque fois qu'une pensée empreinte de désir sensuel surgissait, je l'abandonnais simplement, la détruisais, la dissipais, l'éliminais.

    Et alors que je demeurais ainsi attentif, ardent, et résolu, une pensée empreinte de rancune fit son apparition.
    Je compris: 'Une pensée empreinte de rancune a surgi en moi; et cela conduit à ma propre affliction ou à l'affliction d'autres ou à l'affliction des deux'.
    Cela fait obstruction à la sagesse, engendre de la contrariété, et ne conduit pas au nibbāna.'
    Lorsque je considérai: 'Cela mène à ma propre affliction', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela mène à l'affliction d'autres', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela mène à l'affliction des deux', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela fait obstruction à la sagesse, engendre de la contrariété, et ne conduit pas au nibbāna', elle s'évanouit.
    A chaque fois qu'une pensée empreinte de rancune surgissait, je l'abandonnais simplement, la détruisais, la dissipais, l'éliminais.

    Et alors que je demeurais ainsi attentif, ardent, et résolu, une pensée empreinte de nocivité fit son apparition. Je compris: 'Une pensée empreinte de nocivité a surgi en moi; et cela conduit à ma propre affliction ou à l'affliction d'autres ou à l'affliction des deux'. Cela fait obstruction à la sagesse, engendre de la contrariété, et ne conduit pas au nibbāna.'

    Lorsque je considérai: 'Cela mène à ma propre affliction', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela mène à l'affliction d'autres', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela mène à l'affliction des deux', elle s'évanouit.
    Lorsque je considérai: 'Cela fait obstruction à la sagesse, engendre de la contrariété, et ne conduit pas au nibbāna', elle s'évanouit.
    A chaque fois qu'une pensée empreinte de nocivité surgissait, je l'abandonnais simplement, la détruisais, la dissipais, l'éliminais.

    Ce à quoi un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment devient l'inclination de son esprit.
    Si un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment à des pensées empreintes de désir sensuel, il abandonne ainsi les pensées de renoncement pour cultiver les pensées empreintes de désir sensuel.
    Si un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment à des pensées empreintes de rancune, il abandonne ainsi les pensées de non-rancune pour cultiver les pensées empreintes de rancune.
    Si un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment à des pensées empreintes de nocivité, il abandonne ainsi les pensées de non-nocivité pour cultiver les pensées empreintes de nocivité.

    De la même manière qu'au cours du dernier mois de mousson, pendant la saison d'automne, lorsque les récoltes sont en train de mûrir, un vacher s'occuperait de ses vaches: il les taperait, les piquerait avec un bâton de ce côté-ci et de ce côté-là pour les contrôler et les réfréner.
    Pourquoi cela? Parce qu'il voit qu'il pourrait en résulter une flagellation ou un emprisonnement ou une amende ou une réprimande publique [s'il laissait ses vaches divaguer dans les récoltes].
    De la même manière j'ai vu dans les états mentaux malsains des inconvénients, des dégradations, et des souillures, et j'ai vu dans les états mentaux sains la bénédiction du renoncement et l'aspect de purification.


    Et alors que je demeurais ainsi attentif, ardent, et résolu, une pensée de renoncement fit son apparition.
    Je compris: 'Une pensée de renoncement a surgi en moi; et cela ne conduit ni à ma propre affliction, ni à l'affliction d'autres, ni à l'affliction des deux'.
    Elle suscite la sagesse, n'engendre pas de contrariété, et conduit au nibbāna.
    Si je devais penser et réfléchir de cette manière même pendant toute une nuit... même pendant toute une journée... même pendant tout un jour et une nuit, je ne vois aucun danger qui pourrait en venir, à part que poursuivre cette pensée et cette réflexion pendant longtemps fatiguerait le corps.
    Lorsque le corps est fatigué, l'esprit est perturbé; et un esprit perturbé est loin de la concentration.'
    J'ai donc affermi mon esprit intérieurement, je l'ai posé, unifié, et concentré.
    Pourquoi donc? De façon à ce que mon esprit ne soit pas perturbé.

    Et alors que je demeurais ainsi attentif, ardent, et résolu, une pensée de non-rancune fit son apparition.
    Je compris: 'Une pensée de non-rancune a surgi en moi; et cela ne conduit ni à ma propre affliction, ni à l'affliction d'autres, ni à l'affliction des deux'.
    Elle suscite la sagesse, n'engendre pas de contrariété, et conduit au nibbāna.
    Si je devais penser et réfléchir de cette manière même pendant toute une nuit... même pendant toute une journée... même pendant tout un jour et une nuit, je ne vois aucun danger qui pourrait en venir, à part que poursuivre cette pensée et cette réflexion pendant longtemps fatiguerait le corps.
    Lorsque le corps est fatigué, l'esprit est perturbé; et un esprit perturbé est loin de la concentration.'
    J'ai donc affermi mon esprit intérieurement, je l'ai posé, unifié, et concentré. Pourquoi donc? De façon à ce que mon esprit ne soit pas perturbé.

    Et alors que je demeurais ainsi attentif, ardent, et résolu, une pensée de non-nocivité fit son apparition.
    Je compris: 'Une pensée de non-nocivité a surgi en moi; et cela ne conduit ni à ma propre affliction, ni à l'affliction d'autres, ni à l'affliction des deux'.
    Elle suscite la sagesse, n'engendre pas de contrariété, et conduit au nibbāna.
    Si je devais penser et réfléchir de cette manière même pendant toute une nuit... même pendant toute une journée... même pendant tout un jour et une nuit, je ne vois aucun danger qui pourrait en venir, à part que poursuivre cette pensée et cette réflexion pendant longtemps fatiguerait le corps.
    Lorsque le corps est fatigué, l'esprit est perturbé; et un esprit perturbé est loin de la concentration.'
    J'ai donc affermi mon esprit intérieurement, je l'ai posé, unifié, et concentré. Pourquoi donc? De façon à ce que mon esprit ne soit pas perturbé.

    Ce à quoi un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment devient l'inclination de son esprit.
    Si un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment à des pensées de renoncement, il abandonne ainsi les pensées empreintes de désir sensuel pour cultiver les pensées de renoncement.
    Si un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment à des pensées de non-rancune, il abandonne ainsi les pensées empreintes de rancune pour cultiver les pensées de non-rancune.
    Si un bhikkhu pense et réfléchit fréquemment à des pensées de non-nocivité, il abandonne ainsi les pensées empreintes de nocivité pour cultiver les pensées de non-nocivité.

    Tout comme au cours du dernier mois de la saison chaude, lorsque toutes les récoltes ont été rassemblées dans les villages, un vacher surveillerait ses vaches tout en se reposant à l'ombre d'un arbre ou au grand air, puisqu'il lui suffirait d'être attentif à ce que les vaches soient là.
    De la même manière, il me suffisait d'être attentif à ce que ces états mentaux fussent toujours présents.


    Une énergie persistante surgit en moi, et une attention sans faille s'instaura.
    Mon corps était calme et sans perturbation, mon esprit concentré et unifié.
    Relativement détourné de la sensualité, détourné des états mentaux malsains, je pénétrai et demeurai dans le premier jhāna: ravissement et plaisir nés de la séclusion, accompagnés par les applications initiale et soutenue de l'esprit (à l'objet). [séclusion : isolement protecteur]

    Avec l'apaisement des applications initiale et soutenue de l'esprit, je pénétrai et demeurai dans le second jhāna: ravissement et plaisir nés de la concentration, unification de la conscience exempte des applications initiale et soutenue de l'esprit – assurance intérieure.

    Avec l'estompement du ravissement je demeurai dans l'équanimité, attentif et vigilant, physiquement sensible au plaisir. Je pénétrai et demeurai dans le troisième jhāna, dont les êtres nobles déclarent: 'Celui qui est équanime et attentif, fait l'expérience de cette félicité.'

    Avec l'abandon du plaisir et de la douleur – tout comme pour la disparition préalable de l'euphorie et de l'affliction – je pénétrai et demeurai dans le quatrième jhāna: pureté de l'équanimité et de l'attention, sans plaisir ni douleur.


    Lorsque l'esprit fut ainsi concentré, purifié, clair, sans tache, débarrassé des souillures, souple, malléable, ferme, et établi dans l'imperturbabilité, je l'orientai vers la capacité à me rappeler mes vies passées.
    Je me rappelai mes multiples vies passées, c'est-à-dire une naissance, deux... cinq... dix... cinquante, cent, mille, cent mille, de nombreux éons de contraction cosmique, de nombreux éons d'expansion cosmique, de nombreux éons de contraction et d'expansion cosmique, de la manière suivante: 'Là j'avais tel nom, j'appartenais à tel clan, j'avais telle apparence.

    Telle était ma nourriture, telle mon expérience du plaisir et de la douleur, telle fut la fin de ma vie.
    En quittant cet état, après mon décès, je renaquis là.
    Là aussi j'avais tel nom, j'appartenais à tel clan, j'avais telle apparence.
    Telle était ma nourriture, telle mon expérience du plaisir et de la douleur, telle fut la fin de ma vie.
    En quittant cet état, après mon décès, je renaquis ici.' C'est ainsi que je me rappelai mes multiples vies passées dans leurs modes et détails.

    Ceci fut la première connaissance à laquelle j'arrivai, durant la première partie de la nuit.
    L'ignorance fut détruite; la connaissance surgit; l'obscurité fut détruite; la lumière surgit – comme cela arrive à celui qui est vigilant, ardent, et résolu.

    Lorsque l'esprit fut ainsi concentré, purifié, clair, sans tache, débarrassé des souillures, souple, malléable, ferme, et établi dans l'imperturbabilité, je l'orientai vers la connaissance du décès et de la réapparition des êtres.
    Je vis – au moyen de l'oeil divin, purifié et surpassant l'oeil humain – des êtres mourant et réapparaissant, et je discernai la façon dont ils étaient inférieurs et supérieurs, beaux et laids, fortunés et infortunés en accord avec leur kamma: 'Certains êtres – qui adoptaient de mauvaises conduites de corps, de paroles, et d'esprit, qui injuriaient les nobles personnes, soutenaient des opinions erronées et entreprenaient des actions sous l'influence d'opinions erronées – avec la rupture du corps, après la mort, réapparaissaient dans le plan d'existence où règne la privation, la mauvaise destination, les domaines inférieurs, en enfer.

    Mais certains êtres – qui adoptaient de bonnes conduites de corps, de paroles et d'esprit, qui n'injuriaient pas les nobles personnes, qui soutenaient des opinions correctes et entreprenaient des actions sous l'influence des opinions correctes – avec la rupture du corps, après la mort, réapparaissaient dans les bonnes destinations, dans le monde céleste.' Ainsi – au moyen de l'oeil divin, purifié et surpassant l'oeil humain – je vis des êtres mourant et réapparaissant, et je discernai la façon dont ils étaient inférieurs et supérieurs, beaux et laids, fortunés et infortunés en accord avec leur kamma.

    Ceci fut la seconde connaissance à laquelle j'arrivai, durant la seconde partie de la nuit.
    L'ignorance fut détruite; la connaissance surgit; l'obscurité fut détruite; la lumière surgit – comme cela arrive à celui qui est attentif, ardent, et résolu.

    Lorsque l'esprit fut ainsi concentré, purifié, clair, sans tache, débarrassé des souillures, souple, malléable, ferme, et établi dans l'imperturbabilité, je l'orientai vers la connaissance de la destruction des impuretés mentales.
    Je discernai, tel que c'était réellement présent, que 'Ceci est la souffrance... Ceci est l'origine de la souffrance... Ceci est la cessation de la souffrance... Ceci est le chemin qui mène à la cessation de la souffrance... Voici les impuretés mentales... Ceci est l'origine des impuretés mentales... Ceci est la cessation des impuretés mentales... Ceci est le chemin qui mène à la cessation des impuretés mentales.'
    Mon coeur, sachant cela, voyant cela, fut libéré de l'impureté de la sensualité, libéré de l'impureté du devenir, libéré de l'impureté de l'ignorance. Avec la libération, il y eut la connaissance, 'Libéré.'
    Je discernai que 'La naissance est terminée, la vie sainte vécue à son terme, la tâche accomplie. Il n'y a rien de plus à réaliser dans ce monde.'

    Ceci fut la troisième connaissance à laquelle j'arrivai, durant la troisième partie de la nuit.
    L'ignorance fut détruite; la connaissance surgit; l'obscurité fut détruite; la lumière surgit – comme cela arrive à celui qui est attentif, ardent, et résolu.


    Supposez, bhikkhus, que dans une forêt sauvage il y ait un grand marais bas, dans lequel vivrait un grand troupeau de cerfs; et qu'un homme devait survenir, ne désirant pas leur bonheur, ne désirant pas leur bien-être, ne désirant pas les libérer de l'esclavage.
    Il fermerait le chemin sûr et tranquille qui mène à leur ravissement, et ouvrirait une fausse voie, mettrait en place un leurre mâle, placerait un leurre femelle, et ainsi le grand troupeau de cerfs, plus tard, sombrerait dans la ruine et le désastre.

    Puis supposez qu'un homme apparaisse à ce même grand troupeau de cerfs, désirant leur bonheur, désirant leur bien-être, désirant les libérer de l'esclavage.
    Il ouvrirait le chemin sûr et tranquille qui mène à leur ravissement, fermerait la fausse voie, enlèverait le leurre mâle, détruirait le leurre femelle, et ainsi le grand troupeau de cerfs, plus tard, connaîtrait la croissance, l'augmentation, et l'abondance.


    J'ai donné cette comparaison afin de transmettre une signification.
    La signification est celle-ci: 'Le grand marais bas' désigne les plaisirs des sens.
    'Le grand troupeau de cerfs' désigne les êtres.
    'L'homme qui ne désire pas leur bonheur, ne désire pas leur bien-être, ne désire pas les libérer de l'esclavage' désigne Māra, le Malveillant.
    'La fausse voie' désigne l'octuple sentier erroné, c'est-à-dire: vue erronée, intention erronée, parole erronée, action erronée, moyens de subsistance erronés, effort erroné, attention erronée, et concentration erronée.
    'Le leurre mâle' désigne la passion et le plaisir.
    'Le leurre femelle' désigne l'ignorance. 'L'homme désirant leur bonheur, désirant leur bien-être, désirant les libérer de l'esclavage' désigne le Tathāgata, l'arahant, le sammāsambuddha.
    'Le chemin sûr et tranquille qui mène à leur ravissement' désigne le noble octuple sentier, c'est-à-dire: vue correcte, intention correcte, parole correcte, action correcte, moyens de subsistance corrects, effort correct, attention correcte, et concentration correcte.

    Ainsi, bhikkhus, j'ai ouvert le chemin sûr et tranquille, j'ai fermé la fausse voie, enlevé le leurre mâle, détruit le leurre femelle. Tout ce que devrait faire un instructeur - recherchant le bien-être de ses disciples, par sympathie pour eux - je l'ai fait pour vous. Là-bas, il y a les racines des arbres; là-bas, des pièces vides.
    Pratiquez le jhāna, bhikkhus.
    Ne soyez pas négligents ou vous pourriez plus tard le regretter. Ceci est notre message pour vous.

    Voici ce que leur dit le Bhagavā. Gratifiés, les bhikkhus se réjouirent des paroles du Bhagavā.

      La date/heure actuelle est Lun 06 Fév 2023, 00:39