Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Aujourd'hui à 13:06 par Methos

» Dhammapada
Aujourd'hui à 12:55 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Aujourd'hui à 12:54 par manila

» La Mort selon les bouddhistes
Aujourd'hui à 09:58 par Ortho

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 12:35 par manila

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Dim 22 Avr 2018, 13:26 par Disciple laïc

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Dim 22 Avr 2018, 10:09 par Disciple laïc

» Khandro Rimpoché
Sam 21 Avr 2018, 20:47 par manila

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Ven 20 Avr 2018, 19:31 par manila

» Présentation rom5991
Jeu 19 Avr 2018, 22:12 par rom5991

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Ven 13 Avr 2018, 11:32 par manila

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

» C'est un au revoir
Mer 11 Avr 2018, 15:31 par Karma Tsultrim Jyurmé

» Question sur les "vies antérieures"
Lun 09 Avr 2018, 23:00 par Ortho

» Bibliothèque multi-médias: La Cité interdite révélée
Lun 09 Avr 2018, 21:58 par Admin

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Lun 09 Avr 2018, 21:37 par Admin

» Salut à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:30 par Karma Trindal

» Bonjour à toutes et à tous
Lun 09 Avr 2018, 17:28 par Karma Trindal

» Bonjour de Bretagne
Lun 09 Avr 2018, 17:09 par Karma Trindal

» La marche inspirante
Dim 08 Avr 2018, 10:50 par Disciple laïc

» Un autre regard sur la culpabilité - 1/2
Dim 08 Avr 2018, 10:44 par Disciple laïc

» Bouddhisme engagé, écologie, interdépendance et non-discrimination
Sam 07 Avr 2018, 08:38 par Disciple laïc

» Kaccānagotta Sutta — Pour Kaccāna — SN 12.15
Ven 06 Avr 2018, 19:54 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Ven 06 Avr 2018, 19:28 par tindzin

» Du bouddhisme, ou de l'islam, es-ce de l'art ou du cochon ?
Ven 06 Avr 2018, 17:40 par tindzin

» Pour aider : identifier nos formations mentales quand elles surgissent
Jeu 05 Avr 2018, 22:37 par Karma Trindal

» Je ne suis pas bouddhiste ....
Jeu 05 Avr 2018, 22:32 par Karma Trindal

» 1959 = 666
Jeu 05 Avr 2018, 22:24 par Karma Trindal

» Problème de respiration
Jeu 05 Avr 2018, 21:55 par Karma Trindal

» Précision et clarté au sujet de mon écrit "Le livre de l'Eveil"
Jeu 05 Avr 2018, 11:23 par tindzin

» Le fou divin
Mar 03 Avr 2018, 09:26 par Pema Gyaltshen

» La loi du Karma
Mar 03 Avr 2018, 07:23 par Disciple laïc

» Sur les Bodhisattvas
Lun 02 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 02 Avr 2018, 08:06 par Disciple laïc

» Le lâcher-prise
Dim 01 Avr 2018, 21:28 par Disciple laïc

» Les 3 absolus
Sam 31 Mar 2018, 10:29 par tindzin

» Je ne suis pas certain qu'il aie été juste de verrouiller le sujet je ne suis pas bouddhiste
Jeu 29 Mar 2018, 18:28 par tindzin

» Sur la conscience
Jeu 29 Mar 2018, 10:25 par Disciple laïc

» Attentat de Trèbes : la peur du changement est dans les 2 camps
Mer 28 Mar 2018, 12:45 par Ortho

» Le bouddhisme et la violence injustifiable
Mar 27 Mar 2018, 09:00 par Disciple laïc

» Ce qu'est vraiment le bouddhisme
Mar 27 Mar 2018, 08:40 par Disciple laïc

» Quelques Kôans qui ont surgit
Lun 26 Mar 2018, 20:52 par Disciple laïc

» Bouddhisme et individualisme
Lun 26 Mar 2018, 08:48 par Disciple laïc

» Nirvana - tentative de description
Ven 23 Mar 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Stephen Hawking est mort
Ven 23 Mar 2018, 16:44 par manila

» Khenpo Tséten Bruxelles Mars 2018
Ven 23 Mar 2018, 14:13 par Pema Gyaltshen

» Les 10 mouvements en pleine conscience
Jeu 22 Mar 2018, 08:22 par Disciple laïc

» La Voie du Bouddha et "les plaisirs des sens"
Jeu 22 Mar 2018, 08:12 par Disciple laïc

» Journal de méditation d'Urbanyogi
Mer 21 Mar 2018, 19:43 par Urbanyogi

» Quelle éthique pour un monde plus heureux - 1ère et 2ème partie
Lun 19 Mar 2018, 12:35 par Disciple laïc

» DE L'IGNORANCE A L'EVEIL
Lun 19 Mar 2018, 11:23 par tindzin

» Non-soi (indépendant) - Très important
Lun 19 Mar 2018, 10:49 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 55 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 52 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, Dawa Pende, Sig35


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 94962 messages dans 11008 sujets

Nous avons 4187 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est margorabby

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7445)
 
Karma Trindal (6836)
 
manila (4886)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3457)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2264)
 

Les posteurs les plus actifs du mois


L'universalité de la compassion (soeur Emmanuelle)

Partagez
avatar
Invité
Invité

L'universalité de la compassion (soeur Emmanuelle)

Message par Invité le Mer 15 Juin 2011, 09:49

Bouddhisme > Entretiens

L’universalité du coeur

Au-delà des formes et des mots, au-delà des croyances religieuses, soeur Emmanuelle exprime l’universalité du coeur, un amour dans le vif de l’expérience spirituelle.


Par Sœur Emmanuelle

Entretien avec Sofia Stril-Rever, extrait du livre

Enfants du Tibet, de coeur à coeur avec Jetsun Pema et soeur Emmanuelle

Sofia Stril-Rever : Le Dalaï-Lama place au cœur du bouddhisme l’amour et la compassion. Ces mêmes valeurs sont-elles aussi celles du christianisme ? Existe-t-il une universalité du cœur ?

Sœur Emmanuelle : Ce n’est pas un question de religion. Ce que tu appelles « l’universalité du cœur » dépasse le cadre des religions. Elle concerne ce qui est inné dans le cœur de l’homme, à savoir le respect et la fraternité vis-à-vis des autres.

Au moment de la création de l’homme par Dieu, il est dit, au premier chapitre du Livre de la Genèse, que Dieu modela l’homme à partir du limon de la terre. « Tu es poussière... », dit l’Ecclésiaste. Et alors que l’homme est encore inerte, il est écrit : « Dieu insuffla son souffle dans les narines de l’homme. Et l’homme devint vivant. » Cela est beaucoup plus profond que bien des philosophies !

Rappelle-toi aussi, il est dit : « Dieu créa l’homme à son image et à sa ressemblance ». Le palestinien Elias a raison de déclarer : « Je ne suis né ni catholique, ni musulman, ni juif, ni bouddhiste. Je suis né homme. » Quand tu es né homme, au fond de ton cœur, il y a l’image sacrée de Dieu qui aime l’homme.

Tous mes amis, de toutes les confessions, ont tous le respect et le sens de la fraternité envers les autres. C’est le fond du cœur humain. Je me retrouve tout de suite sur la même longueur d’onde avec ces personnes, indépendamment de leur système de croyance. Qu’ils soient athées ne me gêne pas non plus.

Je me souviens d’une conférence, à l’issue de laquelle le maire communiste de la ville avait voulu dîner en tête-à-tête avec moi. On m’avait prévenue qu’il était communiste et athée. Mais j’ai accepté son invitation et ce repas avec lui est un de mes meilleurs souvenirs. Il m’a exposé son projet pour un village d’Afrique, où on a entrepris de creuser un puits et des canaux d’irrigation. Moi-même je lui ai parlé de mon travail dans le bidonville du Caire. La conversation était si passionnante que j’en ai oublié de manger. Nous avons parlé fraternellement.

Le souffle de l’Esprit de Dieu n’a pas besoin de structure ecclésiale ; il les dépasse ; il est dans le cœur de tout homme de bonne volonté. C’est exactement cela qu’on trouve dans les documents de Vatican II, ce que notre pape, Jean-Paul II, répète sans cesse. Entre hommes de bonne volonté, travaillons ensemble, cœur à cœur, la main dans la main, en nous respectant profondément les uns les autres, sans nous critiquer, sans entretenir de complexe de supériorité. Nous sommes frères, nous sommes tous les mêmes. C’est très simple.

S. S-R : Une religion, telle que le catholicisme, aide-t-elle à aimer encore plus ?

Sœur Emmanuelle : Afin que se développe l’amour, il faut à la base, dans le cœur de l’homme, une certaine compassion pour la souffrance de l’homme, et particulièrement celle de l’enfant.

Dans une religion telle que le christianisme, vision d’amour et de don, le sentiment de compassion est la porte au dépassement de soi et aux extrêmes. Les gens que j’ai rencontrés dans la vie et qui étaient le plus donnés aux autres, avaient un sentiment religieux très prononcé. D’autres, certes, n’étaient pas croyants, mais les plus nombreux sont ceux que soutient la force du Christ. On est décuplé dans l’amour du Christ.

Est-ce Dieu que vous aimez à travers les enfants, les femmes et les hommes que vous sauvez ?

Sœur Emmanuelle : Aimer l’homme ou aimer Dieu est un seul acte, un seul engagement de tout mon être. Si tu aimes l’homme tu aimes Dieu, si tu aimes Dieu, tu aimes l’homme. Je n’ai pas besoin de penser que j’aime Dieu quand j’aime un enfant ; pas besoin de penser que j’aime un enfant quand j’aime Dieu. C’est un acte unique.

Il y a une composante peut-être, c’est l’exemple de la nature chimique de l’eau que j’aime bien citer. Tu connais la formule, H2O, double molécule d’hydrogène et une seule molécule d’oxygène. Pourtant, quand on a soif, on boit de l’eau, on ne se dit pas qu’on boit de l’hydrogène et de l’oxygène. De même, quand tu aimes et que tu sauves un enfant, tu es avec Dieu. Cet enfant est là devant toi. Tu n’as pas besoin de te dire parce que j’aime Dieu, j’aime cet enfant ; ça n’a pas de sens. Tu aimes, c’est fini. C’est un acte unique. Tu embrasses en même temps Dieu puisque tu aimes l’homme et tu aimes l’homme parce qu’en effet il est aimé de Dieu. C’est de l’ordre du cœur - pas du raisonnement.

L’amour est unique, c’est un souffle qui n’est pas composé. Je n’y pense pas. Les SDF me font une peine... tu n’as pas idée ! Ils sont jeunes, déjà pris par l’alcool et la drogue. C’est extrêmement difficile de les en sortir. Je ne pense pas à Dieu quand je suis avec eux, je pense à eux. Puis dans la prière, je les prends dans mon cœur et je dis « Seigneur, aies pitié ! » Quand je suis à la chapelle, mon cœur se penche spécialement sur Dieu. Quand je suis avec eux, mon cœur se penche spécialement sur eux.

Demain, je serai avec eux, je vais penser à leur procurer une bonne journée pour leur faire du bien. Mais le soir, j’irai à la messe et je remercierai Dieu de m’avoir permis de leur donner un peu de joie.

S.S-R : Nous avons parlé de l’universalité du cœur dans la compassion en actes. Vous avez dit que l’Esprit de Dieu dépasse les structures ecclésiales. La sœur du Dalaï-Lama dit de même : « J’ai la certitude que toutes les religions procèdent d’une même essence ; aussi n’ai-je jamais éprouvé de difficulté particulière à vivre auprès de jeunes filles de confession différente : islamiste, hindouiste et bien sûr catholique. A mon sens, la bonté, la compassion, le désir de justice, l’amour représentent des sentiments universels, au-delà de toute frontière. J’y ajouterai aussi la vérité. Ces valeurs forment la base de mon éducation et sont aussi au cœur de l’enseignement du bouddhisme. » Vous reconnaissez-vous dans ces propos de Jetsun Pema ?

Sœur Emmanuelle : Bien sûr, parce que, vois-tu, la sœur du Dalaï-Lama et moi, nous exprimons ce que nous vivons : un même amour. Elle l’appelle Bouddha, moi je l’appelle le Christ. Mais c’est le même souffle. Bouddha était animé par Dieu. Nos deux positions sont vraies. Car Dieu est la simplicité même.

C’est nous qui, par l’analyse, faisons comme une anatomie. Avec le bistouri, nous séparons les organes les uns des autres, et, dans les organes, nous analysons les fibres. Mais l’être humain est un tout.

S. S-R : Vous avez parlé du souffle que Dieu inspira dans les narines de l’homme, de ce même souffle du Bouddha ou du Christ qui nous traverse. Faut-il entendre ce souffle comme une respiration spirituelle qui nous relie à un « plus grand que nous », à notre source sacrée ?

Sœur Emmanuelle : La source est en Dieu, elle n’est pas en l’homme. Et le souffle est une émanation divine que Dieu donne à l’homme. Le souffle de Dieu est présent dans toutes les religions. Cependant à mon sens, le christianisme est le souffle de Dieu pris à sa source la plus directe. Mais le souffle de Dieu anime aussi les non-croyants, car il représente ce que nous donnons de meilleur en nous penchant vers l’autre et en l’aimant.

Le prêtre a terminé la messe de ce matin en lisant ceci : « Demeurez dans mon amour pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit en moi ! »

Le souffle de Dieu est un souffle de joie, un souffle de vie parce qu’il vient directement de Dieu. C’est le souffle qu’Adam a transmis à ses descendants. Et dans les cinq continents, dans tous les pays du monde, en haut et en bas de l’échelle sociale j’ai retrouvé ce souffle qui ne connaît pas de frontière, de limite, de caste, de religion.

S. S-R : Jetsun Pema dit que vous êtes « un bodhisattva ». Que diriez-vous d’elle ?

Sœur Emmanuelle : Pour moi, il est clair que Jetsun Pema est inspirée de l’Esprit et de l’amour de Dieu. Elle a d’autres mots pour exprimer sa foi, mais nous vivons un même amour.

Sœur Emmanuelle


lotuszen
Philanthrope
Philanthrope

Féminin
Nombre de messages : 953
Age : 45
Contrée : bouddhisme zen
Arts & métiers : animatrice
Disposition de l'Esprit : les pieds sur terre
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 18/07/2011

Re: L'universalité de la compassion (soeur Emmanuelle)

Message par lotuszen le Sam 25 Fév 2012, 18:32

J'aime beaucoup soeur Emmanuelle : elle me guide beaucoup dans mes pensées : je suis entrain de lire auctuellement son livre "confessions d'une religieuse" : je me suis jamais sentie aussi proche d'elle : quel amour cette femme.... Elle qui était amour et compassion : a tellement traverser d'épreuves pour arriver à faire ce qui lui tenait à coeur : aider les enfants, aider son prochain, être avec dieu.... A force de volonté et persévérance : malgré les obstacles : elle ne sait jamais découragée et est arrivée là où elle voulait être.... Un modèle d'amour et de compassion pour tous.... très touchée par ses confessions : elle nous a ouvert sa vie, son intimité sans honte de ce qu'elle avait pu ressentir : peut être justement pour que les autres voient que ce qu'elles ressentaient elle l'avait aussi vécut :

    La date/heure actuelle est Mar 24 Avr 2018, 18:31