Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Prise de Refuge et Bodhicitta
Aujourd'hui à 10:43 par Mila

» L'armée américaine veut tester une théorie folle pour envoyer une fusée dans l'espace sans carburant
Aujourd'hui à 10:11 par Vyathita

» Education des enfants aux faits religieux
Hier à 20:44 par indian

» Ou est celui qui s'interroge ?
Hier à 20:43 par indian

» Seven Wonders of the Buddhist World
Hier à 13:34 par Disciple laïc

» Genius of the Ancient World part 1/3 : Buddha
Hier à 13:23 par Disciple laïc

» Les Soi et le Pas-Soi - 1ère et 2ème partie
Hier à 12:14 par Disciple laïc

» L’Institut d’Etudes Bouddhiques – IEB - à Paris
Hier à 12:02 par Disciple laïc

» Dhammapada
Hier à 11:49 par Mila

» Quand chante Milarépa
Hier à 11:42 par Mila

» Le centre bouddhiste Karma Ling a brûlé
Dim 23 Sep 2018, 18:27 par Ortho

» Sommes nous sûres de comprendre correctement ?
Dim 23 Sep 2018, 13:20 par indian

» Fête du nouvel an thaï au Wat Thammapathip de Moissy-Cramayel, Val de Marne
Dim 23 Sep 2018, 12:26 par Mila

» L'enfance d'un maître .
Sam 22 Sep 2018, 19:24 par Mila

» venue du Dalaï Lama à Rotterdam
Sam 22 Sep 2018, 13:05 par Mila

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Ven 21 Sep 2018, 17:29 par indian

» Le "crime" d'être homosexuel dans le monde
Ven 21 Sep 2018, 13:17 par indian

» AN 4.180 Mahāpadesa Sutta — Les grandes références —
Ven 21 Sep 2018, 12:18 par Disciple laïc

» On ne peut plus être Tartuffe quant à l'avenir du monde
Jeu 20 Sep 2018, 19:17 par indian

» L'an 2000 vu dans les années 1960
Jeu 20 Sep 2018, 18:39 par Mila

» Visite d'un temple tibétain en Auvergne avec lama Namgyal
Jeu 20 Sep 2018, 17:57 par Disciple laïc

» AN 5.29 Caṅkama Sutta — Méditation marchée —
Jeu 20 Sep 2018, 17:47 par Disciple laïc

» AN 4.202 Assaddha Sutta — Sans conviction —
Jeu 20 Sep 2018, 17:30 par Disciple laïc

» Le Bouddhisme et le Salut
Jeu 20 Sep 2018, 15:20 par Disciple laïc

» L’art tibétain : mille ans de peintures murales du Tibet
Jeu 20 Sep 2018, 12:04 par Disciple laïc

» Accompagner les enfants et les ados dans la méditation
Mer 19 Sep 2018, 22:04 par Karma Trindal

» Site sur le bouddhisme
Mer 19 Sep 2018, 13:08 par indian

» Le trésor du coeur des êtres éveillés
Mer 19 Sep 2018, 08:29 par Mila

» décès de Namkhai Norbu
Dim 16 Sep 2018, 22:17 par Disciple laïc

» Quelques questions sur le Véhicule de Diamant
Dim 16 Sep 2018, 18:27 par Ortho

» IA et éthique
Dim 16 Sep 2018, 07:06 par Disciple laïc

» Do Tulku Rinpoché à Bruxelles
Ven 14 Sep 2018, 19:09 par Akana

» Prise de refuge
Jeu 13 Sep 2018, 12:59 par Vyathita

» La vacuité selon le Véhicule de Diamant ?
Mar 11 Sep 2018, 20:44 par Disciple laïc

» En quête de ma Source, Jésus et l'Inde
Mar 11 Sep 2018, 18:52 par Disciple laïc

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , du 6 au 13 décembre 2018
Lun 10 Sep 2018, 14:11 par Mila

» Les 3 voies du Bouddha
Sam 08 Sep 2018, 11:56 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Sam 08 Sep 2018, 07:45 par Disciple laïc

» Le mouvement est la vie
Ven 07 Sep 2018, 22:06 par Disciple laïc

» Comment ajouter un événement dans le calendrier ?
Ven 07 Sep 2018, 17:14 par Karma Trindal

» Moment propice - par Maître Eihei Dôgen
Ven 07 Sep 2018, 10:52 par Disciple laïc

» Un reportage dans le Japon de l'année 1958, cérémonies bouddhistes
Jeu 06 Sep 2018, 18:05 par Disciple laïc

» Centre shingon - komyo In
Jeu 06 Sep 2018, 17:58 par komyo*

» HAIR
Jeu 06 Sep 2018, 15:03 par Mila

» Le bouddhisme est-il une religion ?
Jeu 06 Sep 2018, 14:34 par indian

» (Re)nouveau et présentation :)
Mar 04 Sep 2018, 20:41 par Karma Trindal

» Bonjour de présentation à tous !
Mar 04 Sep 2018, 20:39 par Karma Trindal

» Présentation Zui Ho/Livres Bouddhistes
Mar 04 Sep 2018, 20:38 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Mar 04 Sep 2018, 20:35 par Karma Trindal

» Présentation
Mar 04 Sep 2018, 20:34 par Karma Trindal

» Salut à Tous
Mar 04 Sep 2018, 20:31 par Karma Trindal

» Présentation des messages, à lire svp.
Mar 04 Sep 2018, 20:27 par Karma Trindal

» Entretiens avec Houang-po - maître Chan (?-850)
Lun 03 Sep 2018, 18:38 par Disciple laïc

» Anecdotes sur Mazu (maître ch'an 709-788)
Lun 03 Sep 2018, 18:06 par Disciple laïc

» Un grand père soldat dans les années 20 à 40.
Lun 03 Sep 2018, 09:58 par Ortho

» Le double accomplissement du bien d’autrui et de notre propre bien
Dim 02 Sep 2018, 10:27 par Mila

» Kagyu Meunlam, 4 jours de souhaits bouddhistes au Bois de Vincennes
Dim 02 Sep 2018, 10:20 par Mila

» Rappel : lois de conservation de la matière/énergie
Dim 02 Sep 2018, 04:10 par indian

» Se libérer des quatre attachements
Sam 01 Sep 2018, 23:54 par Mila

» Rencontre avec Yongey Mingyour Rimpoché – 1ère partie
Jeu 30 Aoû 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Le Bouddha dans son contexte indien
Jeu 30 Aoû 2018, 20:03 par Disciple laïc

» Un "truc" pour être vigilant vis à vis de la médisance
Jeu 30 Aoû 2018, 15:33 par indian

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Jeu 30 Aoû 2018, 09:22 par Disciple laïc

» Méditation assise problème de dos
Mer 29 Aoû 2018, 16:30 par Ortho

» Les 10 tableaux de dressage du bœuf (ou du buffle)
Mar 28 Aoû 2018, 14:27 par Mila

» Question sur la vie
Lun 27 Aoû 2018, 16:29 par indian

» Méditation avec Lama Lodoe Rinpoche
Lun 27 Aoû 2018, 11:57 par Puntsok Norling

» Les Incroyables comestibles
Dim 26 Aoû 2018, 18:39 par vaygas

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Dim 26 Aoû 2018, 15:41 par Disciple laïc

» l'étude et la résolution de la question de la souffrance humaine et rien d'autre.
Ven 24 Aoû 2018, 21:48 par Disciple laïc

» Contes et histoires pour enfant de 4 ans
Jeu 23 Aoû 2018, 12:00 par Mila

» Les livres sur la Médecine Tibétaine
Jeu 23 Aoû 2018, 11:51 par Mila

» Instructions fondamentales : Introduction au bouddhisme Vajrayana
Mer 22 Aoû 2018, 12:36 par Karma Détchen Dordje

» Je m'appelle Mila
Lun 20 Aoû 2018, 22:23 par Mila

» Lama à 19 ans , et après
Ven 17 Aoû 2018, 08:30 par Mila

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 28 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97241 messages dans 11190 sujets

Nous avons 4238 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Locana

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7485)
 
Karma Trindal (6896)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2412)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

3 femmes remarquables

Partagez
avatar
Invité
Invité

3 femmes remarquables

Message par Invité le Mer 29 Juin 2011, 16:58

Trois femmes remarquables


Des pionnières qui ont changé notre regard sur les enfants



Françoise Dolto



Françoise Marette-Dolto (1908 – 1988), est une pédiatre et psychanalyste française. Elle s'est largement consacrée à la psychanalyse de l'enfance dont elle est une des pionnières.
Issue d'une famille bourgeoise catholique et conservatrice, elle parle très jeune de devenir "médecin d'éducation" qui, selon ses propres mots d'enfant est « Un médecin qui sait que quand il y a des histoires dans l'éducation ça fait des maladies aux enfants, qui ne sont pas des vraies maladies, mais qui font vraiment de l'embêtement dans les familles et compliquent la vie des enfants qui pourrait être si tranquille."


Pour sa mère, une fille n'a d'autre horizon que le mariage et, forte de ce principe, elle lui interdira de poursuivre des études. À seize ans, elle doit affronter la volonté de sa mère qui ne veut pas la laisser passer son baccalauréat, car elle ne serait plus mariable. Néanmoins, Françoise Marette réussira à devenir infirmière puis médecin, « en payant ses études avec l'argent qu'elle gagne ».

En 1932, elle entreprend une psychanalyse qui durera trois ans avec le professeur René Laforgue, un pionnier de la psychanalyse en France. Celui-ci, lui trouvant des aptitudes, lui conseille de devenir elle-même psychanalyste, ce qu'elle refuse d'abord, voulant se consacrer à la médecine.

En 1939, sur les conseils de Laforgue et après avoir été en contrôle avec Nacht et Lagache, elle devient membre adhérente de la Société psychanalytique de Paris.
À la veille de la guerre, elle jette les bases d'une méthode psychanalytique de thérapie d'enfants centrée sur l'écoute de l'inconscient et débarrassée du regard psychiatrique.

En février 1942, elle épouse Boris Ivanovitch Dolto, fondateur d'une nouvelle méthode de kinésithérapie en France, ainsi que d'une école de podologie : l'École française d'orthopédie et de massage. Ils s'intéressent tous deux aux rapports entre corps et psychisme ; leurs échanges seront très enrichissants. Ils auront trois enfants.


Elle devient réputée pour l'efficacité de son travail de clinicienne, mais aussi reconnue pour son travail théorique, notamment sur l'image du corps. Elle oeuvre à la vulgarisation de ces connaissances, en particulier à travers une émission de radio, ce qui contribue à la faire connaître du grand public.

Par sa vision singulière de l’enfant, son humour et un talent unique pour mettre en mots simplement les théories psychanalytiques, Françoise Dolto a largement contribué à la modification du statut de l’enfant dans la société contemporaine.

Elle a laissé à sa mort une œuvre abondante comprenant à la fois des textes théoriques et des écrits destinés au grand public ainsi que des nombreux inédits et des enregistrements audio et video réalisés lors de conférences et d’émissions radiodiffusées, l’ensemble conservé au siège des Archives Françoise Dolto.

Quelques citations de Françoise Dolto : " Votre enfant est né de vous et tel que vous êtes vous, soyez vrai, dites avec des mots ce que vous ressentez, et c'est de votre sincérité dont votre enfant a le plus besoin".

" L'un petit, l'autre grand, mais d'égal valeur".

" Le parler-vrai signifie considérer celui qui est en face de vous comme un homme ou une femme en devenir, qui est tout entier langage dans son être ; il est votre égal"

Et avec simplicité et humour :
" Entendez ce que je vous dis, entendez d'autres personnes et puis faites comme vous l'entendez".
Ci-dessous : extraits d'une vidéo
.

Sur sa vie et son oeuvre voir le site qui lui est consacré - et aussi Wikipédia



Isabelle Filliozat





Fille d'un psychologue et d'une psychanalyste, elle se trouve depuis son enfance plongée dans le monde des émotions.

Sa mère, Anne-Marie Filliozat-Cosson est l'une des toutes premières psychologue-psychanalystes non médecin. Outre sa pratique privée, elle a travaillé dans de nombreuses institutions surtout auprès d'enfants, notamment à l'hôpital Necker auprès d'enfants atteints de mucoviscidose. Aujourd'nui, si elle continue d'enseigner certains concepts de la psychanalyse, sa pratique de psychothérapeute a évolué vers des outils plus performants introduisant le corps, le souffle, le travail émotionnel et le travail en groupe.
Co-créatrice de la formation de Conseil en Santé Holistique avec son mari Rémy Filliozat, elle ne reçoit plus de clientèle privée mais poursuit ses activités de formation à la psychosomatique et a publié "aide-toi, ton corps t'aidera" avec Dr Gérard Guasch, éd. Albin Michel.

L'adolescence d'Isabelle Filliozat a été marquée par les nouvelles thérapies venues d'Amérique… Stages de créativité, affirmation de soi, visualisation positive… Son père est l'un des trois pionniers qui ont introduit l'Analyse Transactionnelle en France. Il a été psychothérapeute et didacticien pendant plus de trente ans. Parallèlement, il s'est passionné pour la psychosomatique et la visualisation positive comme outil de guérison. Il a développé (entre autres) un stage original : « je dis non à la maladie, je dis oui à ses messages » et a co-créé avec sa femme cette formation à un nouveau métier : Conseil en Santé Holistique.

Le travail d'Isabelle Filliozat s'axe pluparticulièrement sur la relation, que ce soit la Relation parent-enfant ou la Relation dans le couple, avec soi, avec ses voisins, ses collègues et de manière plus large avec l'Autre.
Se sentir relié est un besoin et c'est parfois si compliqué...
Il serait utopique de croire qu'une relation puisse être sans difficulté. Et chaque difficulté peut nous faire grandir.

Le conflit est inhérent à la relation, mais conflit n'est pas dispute.

Son engagement dans la non-violence, sa culture bouddhiste et son enracinement dans la psychologie humaniste ont nourri son approche de la relation.

Les directions à approfondir pour vivre plus heureux avec soi-même et avec les autres :
- Se comprendre soi-même, devenir plus conscient
- Ressentir et exprimer nos émotions d'aujourd'hui
- Guérir de nos blessures
- Savoir écouter, vraiment
- La résolution non-violente des conflits
- La communication efficace

et surtout : l'empathie et l'interactivité.

Elle est l'auteure de nombreux ouvrages dont le célèbre Au coeur des émotions de l'enfant à recommander à tous les parents et à ceux qui vont le devenir.







Alice Miller


Alice Miller (12 janvier 1923 - 14 avril 2010), docteur en philosophie, psychologie et sociologie, ainsi que chercheur sur l'enfance, est l'auteure de 13 livres, traduits en trente langues.
Née en Pologne, à Lvov (aujourd'hui Lviv, en Ukraine), le 12 janvier 1923, Alice Miller a étudié la philosophie, la psychologie et la sociologie à Bâle (Suisse), avant d'entreprendre, à Zurich, une formation de psychanalyste.


A partir de 1954, elle enseigne à l'université de Zurich et exerce en tant que psychothérapeute. Son désaccord avec certaines thèses freudiennes la conduira toutefois, en 1988, à rompre avec l'Association psychanalytique internationale (API) dont elle était membre. A ce stade de sa carrière, elle est en effet convaincue que l'enfant n'est pas un "pervers polymorphe" régi par ses pulsions sexuelles, comme l'affirme la psychanalyse. Et que cette dernière, a contrario, minimise les sentiments de haine que peuvent avoir les parents vis-à- vis de leurs enfants.



Au début des années 1980, Alice Miller décide de se consacrer uniquement à l'écriture et à l'exposé de ses idées, qu'elle développera dans une dizaine de livres. Ce choix la fera connaître dès son premier ouvrage, Le Drame de l'enfant doué (PUF, 1983). Par enfant "doué", elle entend l'enfant sage : celui qui s'adapte aux règles édictées par ses parents pour combler leurs attentes, au prix d'une répression plus ou moins sévère de ses propres sentiments.

S'inspirant des récits de ses patients, ainsi que de biographies de dictateurs et d'artistes, Alice Miller insiste sur le fait que la maltraitance produit non seulement des enfants malheureux, mais aussi, bien souvent, des parents maltraitants. Contraints dans leur jeune âge de refouler colère et angoisse, ce n'est qu'à l'âge adulte qu'ils peuvent décharger ces émotions. Sur leurs propres enfants, voire sur des nations tout entières.



Dans C'est pour ton bien (1984), qui la rend célèbre auprès du grand public, elle secoue ainsi l'opinion allemande en appliquant cette lecture à la trajectoire d'Adolf Hitler. La cruauté du dictateur nazi, affirme-t-elle, trouve son origine dans la structure de sa famille : un prototype du régime totalitaire, où la seule autorité incontestée et souvent brutale était le père.

Toutes les victimes ne seront pas forcément bourreaux, mais tous les bourreaux ont été victimes.

"PÉDAGOGIE NOIRE"

Elle remet en cause les principes d'éducation appliqués en Europe au cours des derniers siècles. Des principes régis par le précepte "Qui aime bien châtie bien", qu'elle qualifie de "pédagogie noire", et qui brisent, selon elle, la volonté de l'enfant pour en faire un être docile et obéissant, mais sujet d'un douloureux conflit intérieur.

Prenant son propre cas en exemple, elle estimait avoir été "conçue sans amour par deux enfants sages qui devaient obéissance à leurs parents et souhaitaient engendrer un garçon, afin de donner un petit-fils aux grands-pères" (Notre corps ne ment jamais, 2004).

Alice Miller a été largement soutenue par de grandes organisations internationales, l'Unesco et l'Unicef. Son engagement radical contre les violences "ordinaires" faites aux enfants est aujourd'hui relayé par nombre de thérapeutes et d'associations. C'est aussi l'attitude du Conseil de l'Europe, qui mène campagne, depuis plusieurs années, pour l'interdiction de la claque et de la fessée.

C'est au moment où le Conseil de l’Europe débatait à Strasbourg le 27 avril 2010, sur l'abolition des «châtiments corporels» dans les 47 pays qui le composent, qu'a été annoncée la disparition d'Alice Miller.

Aux Etats-Unis, il y a encore 20 Etats où les châtiments corporels sont autorisés à l'école et même sur les adolescents. Les personnes qui peuvent s'indigner de ces faits et qui en mesurent les graves conséquences, comprendront sans problème tous les livres d'Alice Miller. Elles comprendront aussi pourquoi cet auteure s est autant engagée pour libérer la société de son ignorance à l'aide de ses livres, articles, tracts, interviews et réponses aux courriers des lecteurs sur son site.
Elle insistait sur le fait que la maltraitance des enfants produit non seulement des enfants malheureux et perturbés, des adolescents destructeurs mais aussi des parents maltraitants. Grâce à ses recherches sur l'enfance, Alice Miller a compris que la violence exercée sur les enfants conduit à la violence globale qui règne sur le monde entier, d'autant plus que l'on commence à frapper les enfants dans les premières années de leur vie, justement au moment où leur cerveau se construit.


Même si les conséquences scandaleuses sont évidentes, elles ne sont pas perçues et encore moins prises en compte par la société. Or, la situation est facile à comprendre : les enfants ne sont pas autorisés à se défendre de la violence des parents et sont alors obligés de supprimer et refouler les réactions naturelles à l'agression parentale comme les émotions de la colère et d'angoisse. Ce n'est qu'à l'âge adulte qu'ils peuvent décharger ces émotions très fortes, sur leurs propres enfants ou, dans certains cas, sur des nations toutes entières.

L'omission de ces discours sur l'enfance dans la société permet d'entraîner chez les enfants, dans l'obscurité familiale, des comportements extrêmement dangereux comme la brutalité, le sadisme et d'autres perversions, ce que l'on aime appeler ensuite, chez l'adulte, des «troubles génétiques». Ce n'est qu'en prenant conscience de cette dynamique que l'on peut rompre la chaîne de la violence, pensait Alice Miller, et elle a consacré son oeuvre à cet éclairage.

Alice Miller pensait que, malgré les aspects tragiques de sa découverte, celle-ci apporte quand même des options positives et optimistes, parce qu'elle ouvre la porte à la conscience, à la perception de la réalité de l'enfant et en même temps à la libération chez l'adulte de sa peur enfantine et de ses effets destructeurs. Sa perception du vécu réel de l'enfant n'est plus en lien avec celle de la psychanalyse. A son avis, celle-ci reste dans la vieille tradition qui accuse les enfants et protège les parents, autant dans la théorie que dans la pratique. C'est pour cette raison qu'elle avait quitté l'Association Psychanalytique Internationale.

La singularité d'Alice Miller réside dans le fait qu'elle s'engage au delà d'un argumentaire clinique pour nous inciter à la prise de conscience que les humiliations vécues par un enfant laissent une trace durable dans sa croissance, qu'il risque de transmettre à la génération suivante. Et pour l'auteure, il ne s'agit pas tant d'un problème individuel (familial) mais d'un comportement qui concerne aussi bien la vie sociale que politique.

D'où son engagement «militant», qui ressort de l'extrait d'un «tract» qu'elle a signé et diffusé en mai 2003 :


(...) Quelles leçons le bébé retient-il des fessées et autres coups ? :

• Que l'enfant ne mérite pas le respect.

• Que l'on peut apprendre le bien au moyen d'une punition (ce qui est faux, en réalité, les punitions n'apprenent à l'enfant qu'à vouloir lui-même punir).

(...) C'est le corps qui garde en mémoire toutes les traces nocives des supposées "bonnes fessées".

Comment se libère-t-on de la colère refoulée?

• Dans l'enfance et l'adolescence: On se moque des plus faibles. On frappe ses copains et copines. On humilie les filles. On agresse les enseignants. On vit les émotions interdites devant la télé ou les jeux vidéo en s'identifiant aux héros violents.

• A l'âge adulte : On perpétue soi-même la fessée, apparemment comme un moyen éducatif efficace, sans se rendre compte qu'en vérité on se venge de sa propre souffrance sur la prochaine génération.
On refuse (ou on n'est pas capable) de comprendre les relations entre la violence subie jadis et celle répétée activement aujourd'hui. On entretient ainsi l'ignorance de la société.
On s'engage dans les activités qui exigent de la violence.
On se laisse influencer facilement par les discours des politiciens qui désignent des boucs émissaires à la violence qu'on a emmagasinée et dont on peut se débarrasser enfin sans être puni: races "impures", ethnies à "nettoyer", minorités sociales méprisées.

La démarche d'Alice Miller implique un grand respect pour le parcours de chacun(e) et la recherche de la compréhension de ce qui a fait qu'on devient «violent» avec son enfant. Ceci n'enlève rien à la responsabilité mais permet de la situer, de l'analyser et d'envisager des réponses pour la traiter.

    La date/heure actuelle est Mar 25 Sep 2018, 16:36