L'Arbre des Refuges: Une Philosophie Non Confessionnelle

La seule façon d’apporter la paix au monde est d’apprendre soi-même à vivre en paix.( Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C )


Appel aux dons: Aidez-nous à Aider- Merci à vous !

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Cramage du cerveau par CQFD
Les fruits de la tendresse EmptyAujourd'hui à 13:45 par LeRetour

» Bonjour, bientôt je vais aller au temple Boudhiste à lodéve
Les fruits de la tendresse EmptyAujourd'hui à 13:44 par LeRetour

» Contre la nourriture carnée
Les fruits de la tendresse EmptyMer 21 Juil 2021, 19:25 par Disciple laïc

» question ...mandant une réponse
Les fruits de la tendresse EmptyMer 21 Juil 2021, 06:39 par LeRetour

» TocToc Le Retour de la folie
Les fruits de la tendresse EmptyMer 21 Juil 2021, 01:38 par LeRetour

» Comment pratiquer la vraie observation ? Krishnamurti
Les fruits de la tendresse EmptyLun 19 Juil 2021, 22:07 par Ortho

» Comment définir un être sensible
Les fruits de la tendresse EmptyLun 19 Juil 2021, 20:50 par Disciple laïc

» Le Monde selon Xi Jinping - Arte
Les fruits de la tendresse EmptyLun 19 Juil 2021, 20:33 par Mila

» Les voeux de Bodhisattva
Les fruits de la tendresse EmptyLun 19 Juil 2021, 20:30 par Mila

» Amitābha (ou Amitāyus ou encore Amida)
Les fruits de la tendresse EmptyLun 19 Juil 2021, 16:53 par Disciple laïc

» ASBL L'Arbre des Refuges: Présentation du Projet
Les fruits de la tendresse EmptyLun 19 Juil 2021, 10:09 par Manu8370

» L'apprentissage du Bouddhisme : un apprentissage différent
Les fruits de la tendresse EmptyLun 19 Juil 2021, 07:38 par Disciple laïc

» Boîte aux lettres " Besoin de prières"
Les fruits de la tendresse EmptyDim 18 Juil 2021, 18:24 par Ortho

» La foire aux bonnes nouvelles
Les fruits de la tendresse EmptyVen 16 Juil 2021, 17:51 par Mila

» Nouveau membre. Question sur le forum.
Les fruits de la tendresse EmptyJeu 15 Juil 2021, 08:25 par Karma Trindal

» le corps énergétique : question concernant
Les fruits de la tendresse EmptyMar 13 Juil 2021, 13:07 par Disciple laïc

» question concernant le détachement
Les fruits de la tendresse EmptyLun 12 Juil 2021, 21:01 par Disciple laïc

» Une question à propos du Bouddhisme zen
Les fruits de la tendresse EmptyLun 12 Juil 2021, 20:53 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Les fruits de la tendresse EmptyLun 12 Juil 2021, 12:58 par Mila

» Pensée amérindienne - Luther Standing Bear
Les fruits de la tendresse EmptySam 10 Juil 2021, 11:28 par Pema Gyaltshen

» Le mythe de la liberté et la voie de la méditation - De Chögyam Trungpa
Les fruits de la tendresse EmptyJeu 08 Juil 2021, 19:48 par dominique0

» Le trésor des miracles , tome 1, Editions Claire Lumière
Les fruits de la tendresse EmptyJeu 08 Juil 2021, 17:14 par Pema Gyaltshen

» La méditation présentée comme "bonne pour la santé"
Les fruits de la tendresse EmptyJeu 08 Juil 2021, 13:41 par Mila

» Message du Dalaï Lama pour son 86e anniversaire, demain, le 6 juillet .
Les fruits de la tendresse EmptyLun 05 Juil 2021, 19:16 par Mila

» Tout est une question de pensée
Les fruits de la tendresse EmptyLun 05 Juil 2021, 14:19 par Disciple laïc

» L'expérience de mort imminente serait-elle une stratégie de survie ?
Les fruits de la tendresse EmptyVen 02 Juil 2021, 21:54 par Mila

» Citation de " NathalC " ( Trouvée sur " Babelio" )
Les fruits de la tendresse EmptyVen 02 Juil 2021, 20:37 par Mila

» Générer la certitude basée sur la réflexion
Les fruits de la tendresse EmptyJeu 01 Juil 2021, 12:47 par Mila

» En quête d'un nouveau moi ou plutôt d'un moi plus vrai.
Les fruits de la tendresse EmptyJeu 01 Juil 2021, 11:22 par Mila

» Besoin d'un petit coup de pouce pour déchiffrer un message :)
Les fruits de la tendresse EmptyMer 30 Juin 2021, 19:22 par Disciple laïc

» Le vrai secret du bonheur ,c'est l'amour .
Les fruits de la tendresse EmptyMer 30 Juin 2021, 12:17 par dominique0

» Différence entre Amour bienveillant et Compassion
Les fruits de la tendresse EmptyMer 30 Juin 2021, 11:47 par Mila

» signification de Exsuffler
Les fruits de la tendresse EmptyMer 30 Juin 2021, 11:29 par epsilon777

» Citation d' Ajahn Chah - [ Page du site : "Babelio " ]
Les fruits de la tendresse EmptyMar 29 Juin 2021, 11:42 par dominique0

» Petit rappel : Lodjong, l'entraînement de l'esprit en 7 points
Les fruits de la tendresse EmptyLun 28 Juin 2021, 11:58 par Mila

» Réflexions de jetsunma Tenzin Palmo sur le tonglen
Les fruits de la tendresse EmptyLun 28 Juin 2021, 11:16 par dominique0

» Une citation de Jetsunma Tenzin Talmo
Les fruits de la tendresse EmptyDim 27 Juin 2021, 10:33 par dominique0

» Regard sur l'Abhidharma de Chögyam Trungpa
Les fruits de la tendresse EmptyVen 25 Juin 2021, 12:08 par menddy

» Comprendre la phénoménologie avec une tique (Von Uexküll)
Les fruits de la tendresse EmptyMer 23 Juin 2021, 19:00 par dominique0

» Eric Emmanuel Schmitt - Ma vision de l'amour
Les fruits de la tendresse EmptyMer 23 Juin 2021, 18:06 par dominique0

» ARTE Découverte: Tibet, les dilemmes de Tashi
Les fruits de la tendresse EmptyMer 23 Juin 2021, 00:43 par Admin

» Bonjour ,c'est Carine11 ,ravie d'être parmis vous.
Les fruits de la tendresse EmptyMar 22 Juin 2021, 23:00 par petit_caillou

» Des propos intéressants sur la question de la confiance en soi
Les fruits de la tendresse EmptyLun 21 Juin 2021, 18:37 par dominique0

» Qu’est-ce qu’un maître authentique ?
Les fruits de la tendresse EmptyDim 20 Juin 2021, 20:17 par Disciple laïc

» Sur Giordano Bruno - Une courte présentation
Les fruits de la tendresse EmptySam 19 Juin 2021, 19:16 par Disciple laïc

» La pensée du Bouddha - De Richard Gombrich
Les fruits de la tendresse EmptyVen 18 Juin 2021, 20:30 par Disciple laïc

» Les 4 karmas , transcription d'un séminaire de Chögyam Trungpa
Les fruits de la tendresse EmptyVen 18 Juin 2021, 20:13 par dominique0

» Sauver un écureuil - Des gestes simples mais efficaces
Les fruits de la tendresse EmptyVen 18 Juin 2021, 20:00 par dominique0

» Colloque avec Somasekha, Pierre Leret Guillemet et Julie Ann.
Les fruits de la tendresse EmptyLun 14 Juin 2021, 11:20 par dominique0

» Les trésors du musée CERNUSCHI 1/2 et 2/2
Les fruits de la tendresse EmptyDim 13 Juin 2021, 20:03 par Disciple laïc

» Somasekha - Soin d’Amour - Soin de la Source - Vidéo
Les fruits de la tendresse EmptyDim 13 Juin 2021, 19:16 par dominique0

» Petite présentation, parcours, intérêt, questionnement, gratitude, etc ...
Les fruits de la tendresse EmptyDim 13 Juin 2021, 16:09 par Karma Trindal

» Allâh Akbar, ou l'expression d'une transgression. Une courte vidéo qui vaut vraiment la peine d'être écoutée
Les fruits de la tendresse EmptyVen 11 Juin 2021, 22:58 par Disciple laïc

» Pensée du Dalaï-lama - ( Traduite de l'anglais en français )
Les fruits de la tendresse EmptyMer 09 Juin 2021, 10:02 par dominique0

» Citation extraite d'un livre de Françoise Verny
Les fruits de la tendresse EmptyMar 08 Juin 2021, 18:05 par dominique0

» Un homme passionné par les gorilles - Une belle histoire .
Les fruits de la tendresse EmptyMar 08 Juin 2021, 11:41 par dominique0

» Un homme passionné par les gorilles - Une belle histoire .
Les fruits de la tendresse EmptyMar 08 Juin 2021, 11:41 par dominique0

» Une belle voix - Avinu Malkeinu
Les fruits de la tendresse EmptyDim 06 Juin 2021, 19:05 par dominique0

» Un monument en hommage aux animaux de guerre
Les fruits de la tendresse EmptyDim 06 Juin 2021, 16:38 par Mila

» La journée mondiale de l'environnement
Les fruits de la tendresse EmptyDim 06 Juin 2021, 10:00 par Mila

» Marcher dans les Bois , le guide amoureux de la forêt .
Les fruits de la tendresse EmptyDim 06 Juin 2021, 09:47 par Mila

» Nous avons un anniversaire aujourd'hui
Les fruits de la tendresse EmptyVen 04 Juin 2021, 20:22 par Disciple laïc

» Pensées de Gilles Deleuze - Dialogues avec Claire Parnet. Paris, éditions Flammarion, 1977.
Les fruits de la tendresse EmptyJeu 03 Juin 2021, 11:39 par dominique0

» Les fleurs comestibles ....
Les fruits de la tendresse EmptyMar 01 Juin 2021, 13:42 par Mila

» Le bouddhism est contradictoire ?
Les fruits de la tendresse EmptyMar 01 Juin 2021, 11:12 par Tranquilité

» Stéphane Allix: "L’âme conserve l’empreinte des traumatismes des vies passées"- Un témoignage intéressant
Les fruits de la tendresse EmptyMar 01 Juin 2021, 10:29 par dominique0

» Un Bouddha du 7ème siècle retrouvé en...Suède ???
Les fruits de la tendresse EmptyLun 31 Mai 2021, 16:38 par Disciple laïc

» Thich Nhat Hanh, figure du bouddhisme engagé, de retour au Vietnam, mais sous surveillance
Les fruits de la tendresse EmptyLun 31 Mai 2021, 15:28 par Disciple laïc

» Les peintures de Djé Tsongkhapa
Les fruits de la tendresse EmptyDim 30 Mai 2021, 20:07 par Disciple laïc

» Aide au Bouddhisme
Les fruits de la tendresse EmptyDim 30 Mai 2021, 11:54 par Nangpa

» Pensées de Jetsunma Tenzin Palmo
Les fruits de la tendresse EmptyDim 30 Mai 2021, 10:38 par Mila

» Trouble psychique et traitement médicamenteux
Les fruits de la tendresse EmptySam 29 Mai 2021, 22:26 par Disciple laïc

» Les "mauvaises fréquentations"
Les fruits de la tendresse EmptySam 29 Mai 2021, 21:23 par Disciple laïc

» Kōmyōzō -Zanmai - La lumière spirituelle, trésor de Samadhi
Les fruits de la tendresse EmptyVen 28 Mai 2021, 22:54 par âne aveugle

» Expo " Emerveillement" , de Matthieu Ricard , à l'abbaye de Villers .
Les fruits de la tendresse EmptyVen 28 Mai 2021, 22:37 par Mila

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 36 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 36 Invités :: 3 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

L’Arbre et ses racines

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 105997 messages dans 12590 sujets

Nous avons 4522 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Nguyen anne

Les livres à lire dans sa vie

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7773)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
Karma Trindal (7182)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
petit_caillou (4816)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
karma djinpa gyamtso (3385)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
MionaZen (3351)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
Karma Yéshé (3196)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
Mila (3142)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
vaygas (2774)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 
Disciple laïc (2419)
Les fruits de la tendresse Bar_leftLes fruits de la tendresse BarLes fruits de la tendresse Bar_right 

Les fruits de la tendresse

petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4816
Zodiaque : Poissons Âge : 39
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Les fruits de la tendresse

Message par petit_caillou Lun 11 Juil 2011, 21:29

Les fruits de la tendresse

Denis Ledogar est prêtre assomptionniste, infirmier anesthésiste de formation, et aumônier à l’hôpital de Hautepierre, à Strasbourg. Dans ce texte, il exprime sa révolte, ses doutes face à la réalité de la souffrance. Et il témoigne de la profondeur de la tendresse dans un questionnement intense devant Dieu.

Par Denis Ledogar

Extrait du livre La tendresse pour tout bagage

Mon cœur ne m’appartient pas. Il est à ceux vers qui l’Église m’a envoyé.

Le cœur d’un prêtre, c’est celui de tout humain. Le cœur d’un aumônier d’hôpital, c’est d’être gros comme une montagne pour recevoir et porter la souffrance de l’autre ; c’est en même temps une part de Dieu, car mon cœur ne m’appartient pas. Il est à ceux vers qui l’Église m’a envoyé. Et l’Église m’a nommé à l’hôpital de Hautepierre pour une mission située entre l’affectif et le spirituel. Lorsque je me retire, presque sur la pointe des pieds, que je me glisse vers d’autres malades, peut-être sont-ils quelques-uns à conserver gravée au plus profond de leur cœur l’image d’un prêtre assis à leurs côtés ? Lorsque je me recueille dans la chapelle de l’hôpital ou que je célèbre la messe, je parle au Seigneur : « Nous déposons sur cette patène*, les visages de celles et ceux que nous avons visités... »

Tout marin, tout passager qui monte dans un bateau attend et espère une traversée sans histoire. Ainsi étaient les apôtres... ainsi chacun de nous attend et espère une traversée paisible de la vie. Mais voilà... Il n’y a pas de vie sans tempête, sans orage. Qui n’a pas failli chavirer sous les rafales de la douleur, du désespoir, de la révolte, des questions sans réponse ? Oh ! non, il n’y a pas de vie sans tempête. Mais il y a des barques plus fragiles et des tempêtes plus violentes que d’autres.

Comme cette tempête de douleur qu’est la disparition brutale d’un être cher. Confronté à la plus grande des souffrances, on a envie de hurler, on a envie de cogner, simplement parce qu’on n’a pas pu empêcher ce qui est arrivé, parce qu’on se découvre impuissant face à des forces déchaînées et implacables qui bousculent nos convictions, et qui arrachent sur leur passage nos ultimes certitudes. Alors seulement on fait la tragique expérience de la plus radicale pauvreté, car la mort d’un proche nous dépouille de nos mots, de nos fondements intimes, de notre courage, de nos rêves... Emporté dans la tempête, comme les apôtres, oui, on a peur : on a peur d’aujourd’hui et peur de demain, peur du jour qui se lève, peur de la nuit qui va tomber ; on a peur de la solitude, peur de ne pas pouvoir y arriver seul ; on a peur des autres et de soi-même.

Comment accepter de mourir pour vivre ?
Un jour, il y a eu Julien, un petit garçon de cinq ans. Les parents avaient dû réhospitaliser leur fils, qui souffrait d’un cancer ; ils avaient passé plusieurs nuits à le veiller. Un matin - il devait être six heures -, Julien s’est agité. Sa maman a caressé son visage et l’a regardé tendrement. Un léger rictus a parcouru ses lèvres, peut-être un sourire, puis il s’est éteint, sans un mot, sans une larme. La famille m’a réclamé à son chevet, et je me suis rendu aussitôt à Hautepierre. Oui, Julien est mort. Une fois encore, j’ai eu envie de crier à l’injustice. Trois jours plus tard, dans la chapelle, les siens étaient réunis dans le recueillement. La maman, fatiguée, s’appuyait sur le bras de son mari. Un simple regard, une complicité soudain mise à nue dans la souffrance - ils s’approchèrent du cercueil, la maman à gauche de l’enfant, le papa à sa droite ; elle avait besoin de se sentir plus près de son petit. Ce cercueil les unissait et c’était un lien plus fort que tous les autres, aussi fort que le sacrement du mariage. Il y avait là leur petit. Ils ne s’étaient jamais quittés comme ça, depuis cinq ans. Et, tout à l’heure, la journée sans Julien s’ouvrira comme un abîme sans fond.

Mourir, c’est, dit-on, le temps de la terre dans laquelle on enfouit le corps d’un enfant, comme on le ferait pour une graine. Ensuite, il ne se passe plus rien, du moins en apparence. Dans nos cœurs et dans la terre, il fait froid comme en hiver. Et nos cœurs crient à l’absurdité. Julien respirait la vie, il portait la vie, il aimait la vie. Comment accepter que soient enfouis dans cette terre son devenir, son avenir d’homme ? Comment accepter ce paradoxe de n’être plus rien, pour devenir tout dans les mains de Dieu ? Comment accepter de mourir pour vivre ? Tout, dans la vie quotidienne de nos campagnes, nous l’indique : on n’enfouit dans la terre que ce qui est porteur de vie, on n’enfouit que les graines, on n’enfouit pas les pierres. La graine dort... sous la neige... et craque, pour libérer le germe d’une vie nouvelle. Et si mourir, c’était tout simplement notre écorce qui craque, pour libérer cet autre soi-même, que personne ne connaît encore, et qui fleurit déjà dans le printemps de Dieu ? Après la mise en terre de Julien, dans le ciel chargé de nuages sombres, un canal d’une vive clarté s’est ouvert : l’espérance.

La vraie paix est une conquête, comme l’espérance
mmédiatement après, je me sens incapable de célébrer la messe. « La Grâce de Jésus Notre-Seigneur, l’amour de Dieu le Père... », non, je ne les vois pas, je ne les sens pas à ce moment-là. Je suis comme happé par un grand vide, sentiment partagé par bien des parents. Comme les apôtres, je crie, nous crions : « Maître, maître, au secours, nous périssons. » Avec eux je me heurte au silence de Dieu. Comme eux, je m’interroge encore : « Dieu dormirait-il, indifférent aux tempêtes qui agitent l’homme ? Comment peut-il dormir ainsi, quand la tempête fait rage dans le monde, quand la souffrance fait chavirer le cœur de l’homme ? » Et d’appeler : « Dieu, réveille-toi ! L’homme a peur ! L’homme a mal ! Dieu, réveille-toi ! Et donne la paix à l’homme... »

La paix, c’est ce que nous désirons, c’est ce que nous attendons. Nous voudrions tant que tout soit « comme avant ». Mais la paix... ce n’est ni le statu quo, ni le retour en arrière... La vraie paix, ce n’est pas l’ignorance des conflits et des tempêtes, c’est l’au-delà du conflit, c’est la tempête apaisée. La vraie paix, ce n’est pas un état originel, naturel, immuable, c’est celle que le Christ nous propose aujourd’hui, par l’apaisement, la pacification. C’est une conquête, comme l’espérance. Et l’espérance n’est pas l’ignorance du désespoir, elle est le désespoir surmonté.

Dans les jours qui ont suivi la disparition du petit Julien, j’ai été confronté à la mort bien plus qu’à l’accoutumée, sans doute la fameuse loi des séries... Elle avait frappé des personnes auxquelles j’étais très attaché. J’avais un trop-plein de décès à gérer et du mal à faire le travail de deuil. Une nuit, alors que j’étais particulièrement angoissé, j’ai ressenti une peur effroyable. Des mains essayaient d’agripper les miennes, comme si elles voulaient m’entraîner. Je découvrais l’angoisse de la mort, mais cette fois-ci je n’étais plus l’accompagnateur, j’étais dans un lit et on allait m’emmener. Oh, toutes ces mains qui me tiraient vers l’au-delà ! Ces mains glaciales couraient sur mon visage, sur mon torse, sur mon corps. J’avais froid et j’avais peur. Les cris se bloquaient dans ma gorge : « Oh, Seigneur, ne me laisse pas tomber ! » Inconsciemment, je m’étais enroulé dans les draps, prenant soin de ne pas laisser la moindre prise à ces mains qui s’acharnaient toujours... Et puis, soudain, tout s’est arrêté.

Quelques nuits plus tard, j’ai fait un autre rêve, qui répondait à mes grandes interrogations : « Moi qui ai accompagné tant de malades en fin de vie, qu’y a-t-il donc de l’autre côté ? » Si Dieu n’est pas une chimère, je dois savoir. Dans ma révolte, j’en arrive quelquefois à essayer de me persuader que Dieu est finalement la plus belle invention de l’homme. Quand je vois tous ces corps aimés en état de décomposition, quand on les dépose à la morgue, dans un cercueil, comment ne pas s’interroger ? Tous ces hommes, ces femmes, ces enfants, où sont-ils ? que deviennent-ils ?

Cette nuit-là, Dieu m’aurait-il entendu ?

Cette nuit-là, Dieu m’aurait-il entendu ? Dans mon rêve, je l’ai rencontré et j’ai pu lui confier toutes mes interrogations, toutes mes incertitudes :

- Seigneur, il faut que je sache ce qu’il y a dans l’au-delà, pour continuer l’accompagnement quotidien de ceux qui souffrent et meurent. J’ai trop peur, je suis trop angoissé...

Et Dieu m’a répondu :

- C’est de l’ordre du mystère et il n’appartient à aucun être humain de connaître les mystères de Dieu.

Bien sûr trottait dans ma tête cette phrase de l’Évangile : « Nul ne connaît ni le jour ni l’heure, pas même le Fils, mais uniquement le Père et celui à qui le Père veut bien le révéler. » Donc, moi, petit dernier des humains, tout petit curé d’hôpital, je n’avais pas à savoir. M’armant de tout mon courage, j’ai osé réitérer ma demande :

- Je veux savoir, sinon je ne pourrai plus continuer mon boulot...

- Alors tu seras le seul à qui je vais le révéler, m’a-t-il répondu.

Nous avons marché, longtemps, et puis nous sommes arrivés devant une grande porte.

- Réfléchis bien, puis ouvre-la.

Je me suis retourné vers Dieu, hésitant, tremblant de tous mes membres. « Impertinent, Denis, tu ne changeras donc jamais ! » me suis-je dit. Et puis, d’une voix à peine contenue :

- Je veux savoir, Seigneur.

Alors, j’ai ouvert la porte, lentement, très lentement, et je suis tombé, tombé, tombé... dans le néant total, dans le vide absolu.

Et puis je me suis réveillé, terriblement angoissé, tout en sueur, mais tellement heureux d’être en vie.

*patène : pour les catholiques, vase sacré en forme de petite assiette qui sert à couvrir le calice et à recevoir l’hostie.

Denis Ledogar


Source: http://www.buddhaline.net/spip.php?article843


_________________
Les fruits de la tendresse 78317617_oLes fruits de la tendresse 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
Sourire
Sourire
Aucun Rang !
Aucun Rang !

Féminin
Nombre de messages : 554
Zodiaque : Cancer Âge : 62
Contrée : suisse
Arts & métiers : artiste
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Cochon
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : attentive et ouverte
Éthique de la vertu : Sectaire & Prosélytisme

Date d'inscription : 11/12/2010

Titre-sujet Re: Les fruits de la tendresse

Message par Sourire Mar 12 Juil 2011, 16:07

Ce texte est très beau Petit Caillou,

mais la réalité de la vie, vois-tu,ce n'est pas du copier-Coller, mais plutôt du Dé-copier et du Dé-coller, surtout lorsqu'il s'agit de faire face à la souffrance, la sienne comme celle de nos enfants.

Car il faut créer soi-même et par soi-même seulement, les outils adaptés qui permettent de continuer à vivre et de guérir cette souffrance et de permettre à un enfant d'en sortir.

Alors seulement, il est permis de récolter les fruits de notre tendresse.

Les fruits de la tendresse 266149 Les fruits de la tendresse 229794

    La date/heure actuelle est Ven 23 Juil 2021, 22:06