Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Aujourd'hui à 13:58 par indian

» Bouddhisme et foi Baha'ie
Aujourd'hui à 13:44 par indian

» 13 Juin : Toupten Zangpo
Aujourd'hui à 00:56 par Toupten Zangpo

» Alexandra David Neel une Femme Remarquable
Hier à 19:34 par indian

» Bonjour a tous
Hier à 17:21 par Disciple laïc

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 15:45 par indian

» Dhammapada
Hier à 13:29 par vaygas

» Pacifisme et non-violence
Hier à 04:17 par indian

» Bonjour à tous.
Hier à 01:03 par Malilo

» Maîtres Eveillés: Shabkar! Autobiographie d’un yogi tibétain
Jeu 19 Juil 2018, 22:08 par Admin

» Histoire du bouddhisme
Jeu 19 Juil 2018, 08:07 par Disciple laïc

» Inexistence en soi et souffrance
Mer 18 Juil 2018, 17:42 par indian

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Mer 18 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Les ruses de Māra
Mer 18 Juil 2018, 16:17 par Disciple laïc

» Declaration Universelle des Droits de l'Homme (tous les genres humains)
Mer 18 Juil 2018, 13:33 par indian

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Mer 18 Juil 2018, 11:13 par Karma Trindal

» indian, David
Mer 18 Juil 2018, 00:02 par indian

» Le temps... différence d'état
Mar 17 Juil 2018, 21:11 par Disciple laïc

» Qui est Bouddha Maitreya?
Mar 17 Juil 2018, 14:50 par indian

» Ayurveda, aux origines du bien être, l'Inde ancienne
Lun 16 Juil 2018, 22:37 par manila

» Les 3 entraînements
Lun 16 Juil 2018, 13:50 par Disciple laïc

» La preuve scientifique de l'existence du Dharma
Lun 16 Juil 2018, 13:34 par indian

» Bouthan : le royaume secret des plantes médicinales
Lun 16 Juil 2018, 13:25 par Disciple laïc

» Est-ce bien ici?
Dim 15 Juil 2018, 22:38 par Disciple laïc

» Le choix ..est-il une illusion?
Sam 14 Juil 2018, 04:15 par Kleine Muis

» Les préceptes du bouddhisme: 8 pépites du bouddhisme pour gérer la colère
Ven 13 Juil 2018, 13:39 par Kleine Muis

» Anniversaire de Guru Padmasambhava
Ven 13 Juil 2018, 00:02 par Puntsok Norling

» Ma présentation
Lun 09 Juil 2018, 19:41 par indian

» Méditer sur le non-soi
Lun 09 Juil 2018, 18:13 par Disciple laïc

» Existence en soi
Lun 09 Juil 2018, 17:55 par Disciple laïc

» Réhabiliter le destin de l'humanité
Lun 09 Juil 2018, 16:41 par indian

» Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ
Dim 08 Juil 2018, 20:33 par Disciple laïc

» La doctrine du non-soi :anatta
Ven 06 Juil 2018, 08:22 par Disciple laïc

» Question sur les "vies antérieures"
Jeu 05 Juil 2018, 14:16 par indian

» Quel support pour l'offrande du Mandala
Mer 04 Juil 2018, 15:58 par manila

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Mer 04 Juil 2018, 15:54 par indian

» Logique éco, systémique
Mar 03 Juil 2018, 15:31 par indian

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Mar 03 Juil 2018, 15:15 par indian

» Karma... des définitions?
Mar 03 Juil 2018, 13:46 par Disciple laïc

» Une oeuvre qui me parla, me parle et me parlera ...
Mar 03 Juil 2018, 13:35 par indian

» Méditation sur le son ou les sons
Jeu 28 Juin 2018, 10:42 par Disciple laïc

» Khenpo Gyurmé Tsultrim Belique et France 2018
Jeu 28 Juin 2018, 10:02 par Pema Gyaltshen

» Une piste, comment répondre à une personne énonçant une vue fausse
Jeu 28 Juin 2018, 02:46 par tindzin

» Regard des bouddhistes sur Jésus
Sam 23 Juin 2018, 23:46 par Hild-Rik

» JESUS ou SAINT ISSA: Jésus en Asie.
Sam 23 Juin 2018, 20:23 par Disciple laïc

» Présentation de MINISCALCO
Jeu 21 Juin 2018, 14:30 par manila

» Rencontre en cercle inter-tradition
Jeu 21 Juin 2018, 09:50 par Pema Gyaltshen

» Foi et compassion dans le bouddhisme
Mer 20 Juin 2018, 07:30 par Disciple laïc

» La vérité ultime selon le bouddhisme
Mer 20 Juin 2018, 07:10 par Disciple laïc

» Pauvre diable ! (Une excuse trop commode)
Mar 19 Juin 2018, 08:10 par Disciple laïc

» Rencontre avec Takloung Matrul Rimpoché 1/2 et 2/2
Dim 17 Juin 2018, 20:47 par Disciple laïc

» Présentation groupes de pratique
Mer 13 Juin 2018, 18:22 par Puntsok Norling

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2018
Mer 13 Juin 2018, 10:06 par Pema Gyaltshen

» Bande annonce : Walk with me (version française)
Mar 12 Juin 2018, 07:52 par Karma Döndrup Tsetso

» Uruvela Kassapa et le Bouddha
Dim 10 Juin 2018, 20:27 par Disciple laïc

» La compassion
Dim 10 Juin 2018, 17:08 par manila

» Les actions bienfaisantes, appelées « punna » ou mérites, dans la tradition theravada
Dim 10 Juin 2018, 09:55 par Disciple laïc

» L’aumônerie bouddhiste en milieu hospitalier
Sam 09 Juin 2018, 15:32 par Pema Gyaltshen

» Enfer et souffrances
Sam 09 Juin 2018, 07:42 par Disciple laïc

» Présentation et recherche communauté Mons, BE
Ven 08 Juin 2018, 13:37 par Neige86

» Votre regard sur l'Eveil
Jeu 07 Juin 2018, 21:00 par Disciple laïc

» Centre shingon - komyo In
Mer 06 Juin 2018, 16:34 par komyo*

»  Nagarjuna (IIe - IIIe siècle après J-C.) : Hymne à la réalité absolue !
Mar 05 Juin 2018, 10:31 par tindzin

» Les 4 Etats illimités
Lun 04 Juin 2018, 18:59 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 04 Juin 2018, 18:32 par Disciple laïc

» Assaddha Sutta - Sans conviction (AN 4.202) Canon Pali
Lun 04 Juin 2018, 17:26 par Disciple laïc

» Forum Bouddhiste-L'Arbre des Refuges : Mise à jour, Règlement à lire !
Lun 04 Juin 2018, 01:57 par Nanachi

» RINGU Tulku Bruxelles 2018
Ven 01 Juin 2018, 09:18 par Pema Gyaltshen

» Un moine occidental au monastère de Menri en Inde
Jeu 31 Mai 2018, 22:18 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Jeu 31 Mai 2018, 20:16 par tindzin

» Le bouddhisme et la science
Jeu 31 Mai 2018, 12:03 par Disciple laïc

» France: Quand les députés s'essaient à la "méditation de pleine conscience"
Jeu 31 Mai 2018, 11:50 par tindzin

» Présentation Disciple Laïc
Mar 29 Mai 2018, 22:07 par Disciple laïc

» La réincarnation n'est pas la renaissance d'un "moi"
Mar 29 Mai 2018, 19:50 par Disciple laïc

» Complexité du Karma
Mar 29 Mai 2018, 15:32 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 37 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 35 Invités :: 2 Moteurs de recherche

anaelle13, Malilo


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 95993 messages dans 11100 sujets

Nous avons 4219 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est irene_b

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7472)
 
Karma Trindal (6846)
 
manila (5116)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3495)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2341)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 

Disciple de Maître Deshimaru

Partagez
avatar
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4731
Age : 36
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Disciple de Maître Deshimaru

Message par petit_caillou le Sam 29 Oct 2011, 23:08

Disciple de Maître Deshimaru

Quels sont les critères de choix ? Comment discerner le vrai du faux maître ? Je ne crois pas qu’il y ait des critères de choix car on ne choisit pas son maître : on le rencontre et le sentiment de foi, de confiance se manifeste.

Par Roland Rech

A travers quelques questions posées par Bruno Solt, Roland Rech essaye d’exprimer certains aspects de la relation maître-disciple avec Maître Deshimaru.

Quels sont les critères de choix ?

Comment discerner le vrai du faux maître ?


Je ne crois pas qu’il y ait des critères de choix car on ne choisit pas son maître : on le rencontre et le sentiment de foi, de confiance se manifeste. Même s’il m’impressionnait, j’ai aimé Maître Deshimaru dès que je l’ai vu et je ne peux pas vraiment dire pourquoi. Par la suite, la confiance que je mettais en lui s’est renforcée en le voyant pratiquer réellement ce qu’il enseignait : son enseignement, sa pratique dans le dojo et dans la vie quotidienne faisaient un tout harmonieux. Il ne transmettait pas des notions apprises dans les sutras mais l’essence de la transmission du Zen qu’il avait reçue de son maître Kodo Sawaki et qu’il avait pratiquée pendant quarante ans. J’étais heureux de me trouver en sa présence et j’avais envie de suivre ce qu’il suivait. Même si parfois j’éprouvais des doutes, ils me renvoyaient à moi-même et ne remettaient pas en question le fait qu’il était mon maître et que j’étais son disciple.

Un faux maître est celui qui enseigne une voie erronée, c’est-à-dire qui ne conduit pas à une authentique libération. Ou bien quelqu’un qui ne transmet que des paroles vides sans expérience et sans pratique profonde. Le nombre des disciples n’a rien avoir avec l’authenticité du maître. Actuellement, certaines personnes sont tellement désorientées qu’elles sont prêtes à suivre n’importe quoi, comme le nain qui sans pouvoir voir le spectacle se contente de rire quand la foule rit.

Maître Dogen disait : « Le vrai maître, peu importe son âge, son sexe, ses origines ; il doit seulement être au-delà de tout, être l’homme du satori, un homme absolu vrai et sincère gouverné par aucun karma : ni par sa propre pensée ni par celle des autres. » Cette description correspond à ce que nous ressentions de Sensei dont la réalisation s’exprimait par une vie non égoïste, totalement consacrée à aider les autres à réaliser la Voie.

Qu’est-ce qui distingue un sage tel que Maître Deshimaru d’ un autre homme ?

Le fait qu’il ait totalement engagés sa vie dans la pratique de la Voie et qu’il ait mis toute son énergie et son expérience à aider aussi les autres à la réaliser. Il ne se prend pas pour un grand sage mais se laisse éclairer par zazen. Il harmonise sa vie avec cet enseignement de zazen en ne se distinguant pas des gens ordinaires - car il perçoit la vacuité de toute différenciation et vit au-delà de son ego sa véritable unité avec les autres, la vie, la nature, tout l’univers. Il vivait réellement ici et maintenant.

Qu’est-ce qui vous laissait entrevoir dans le vécu de maître Deshimaru qu’il s’agissait d’ un sage ?

Il harmonisait en lui tous les aspects de l’être humain : homme avec ses émotions et ses passions, et Bouddha qui en voit la vacuité et s’en détache. Il avait aussi une grande compréhension de l’esprit qui animait ses disciples et nous tendait un miroir pour nous voir nous-mêmes.

Il avait aussi une vision claire des erreurs de notre civilisation et enseignait comment la pratique juste de zazen pourrait y remédier. Son enseignement était très vaste et sa vie l’exprimait.

Si le vécu du maître est le reflet d’ une perfection intérieure, comment peut-il avoir de mauvais côtés ?

Le maître aussi a son karma et donc ce qu’on appelle des défauts. Mais il n’en dépend pas. Il les utilise librement pour aider les autres. Ainsi ses passions deviennent source d’éveil pour lui et pour les autres. Le vrai Zen ne consiste pas à les trancher mais à les transformer et à utiliser l’énergie pour la pratique de la Voie. Par exemple boire ensemble permettait d’abolir la barrière entre maître et disciple, de faire tomber les masques, l’esprit de sérieux qui n’est qu’un attachement égoïste et une peur des souillures. Sensei nous apprenait constamment à harmoniser en nous tous les aspects bons et mauvais, démon et Bouddha, sans demeurer sur aucun.

N’y a-t-il pas parfois une part d’infantilisme à chercher un maître dans le monde d’aujourd’hui où il fait parfois office d’un père et d’une mère sur qui on projette tout ce qu’on n’a pas reçu ?

Maître Deshimaru avait en lui la force et la sagesse du père ; l’amour, la compassion de la mère. L’amour qu’on pouvait éprouver à son égard avait quelque chose de stimulant et non d’aliénant Car son but était de nous stimuler à suivre la même pratique libératrice que lui et non de nous attacher à sa personne. Chez lui, il n’y avait pas de désir d’emprise sur les êtres mais le souhait de nous rendre véritablement autonomes. Comme dans la parabole du fils de l’homme du Sutra du Lotus, il visait à nous faire reconnaître notre propre trésor, notre propre nature de bouddha au lieu de quêter de la sagesse chez les autres.



_________________
avatar
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4731
Age : 36
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Disciple de Maître Deshimaru

Message par petit_caillou le Sam 29 Oct 2011, 23:09

Comment se passait son enseignement en dehors du dojo ?

Comme Kannon aux mille mains, Sensei utilisait tous les phénomènes pour éduquer ses disciples. Les soirées que nous passions ensemble étaient l’occasion d’enseigner, inconsciemment et naturellement, de voir ses bonno apparaître dans le miroir que Sensei présentait par sa simple présence.

Souvent il nous appelait le soir pour une réunion. Je me disais que j’allais en profiter pour lui poser telle question, mais quand j’arrivais devant lui la question s’était évanouie comme une pensée en zazen à la fin de l’expiration. Rien de personnel n’était plus important. Sans demande personnelle on pouvait vraiment jouer ensemble, faire des plans, passer en revue les disciples dont les noms montaient et descendaient plusieurs fois en une soirée sur le tableau où il les classait (les plus élevés étaient les diamants, puis venaient les golden, puis les bleus, les roses ... ) Mais quand votre nom venait sur la table, c’était l’occasion de réaliser qu’on n’était pas si détaché...

Parfois, au milieu de ces soirées, quelqu’un frappait à la porte. La secrétaire allait ouvrir. Sensei lui faisait demander ce que voulait le visiteur.« Il veut vous parler d’un problème personnel. - Dites-lui que Sensei se repose. » D’autres fois, le visiteur répondait qu’il ne voulait rien, juste voir Sensei. Alors, celui-ci répondait immédiatement : « D’accord, faites-le entrer. » Parfois il voulait nous parler d’un projet, organiser quelque chose pour sa mission : là, c’était le br....-bas de combat et tout le monde repartait motivé par la tâche que Sensei lui avait confîée. D’autres fois, il y avait un problème dans la sangha et Sensei voulait se concerter avec ses proches disciples. Dans ce cas-là s’il critiquait quelqu’un, on pouvait écouter ses critiques comme si elles nous étaient adressées, ce qui était souvent le cas, car Sensei ne nous critiquait pas souvent directement. Mais à travers ce qu’il disait de quelqu’un d’autre, on pouvait entendre ce qu’il voulait aussi nous dire à nous.

La pire attitude était de prendre la défense de celui qui était critiqué : Sensei prenait cela comme un rejet de son enseignement et l’avocat devenait aussitôt le premier accusé. « Qui se trompe ? » disait-il, furieux. Certains ne s’en sont jamais remis... Il fallait comprendre la source de son esprit et ne pas se perdre dans les arguments qui ont cours dans le monde ordinaire.

Source: http://www.zen-azi.org


_________________

    La date/heure actuelle est Sam 21 Juil 2018, 15:47