Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Pacifisme et non-violence
Aujourd'hui à 06:59 par Disciple laïc

» indian, David
Aujourd'hui à 00:02 par indian

» Declaration Universelle des Droits de l'Homme (tous les genres humains)
Hier à 23:59 par indian

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 23:09 par indian

» Le temps... différence d'état
Hier à 21:11 par Disciple laïc

» Qui est Bouddha Maitreya?
Hier à 14:50 par indian

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 12:19 par manila

» Dhammapada
Hier à 06:39 par vaygas

» Ayurveda, aux origines du bien être, l'Inde ancienne
Lun 16 Juil 2018, 22:37 par manila

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Lun 16 Juil 2018, 21:22 par Disciple laïc

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Lun 16 Juil 2018, 17:38 par Disciple laïc

» Les 3 entraînements
Lun 16 Juil 2018, 13:50 par Disciple laïc

» La preuve scientifique de l'existence du Dharma
Lun 16 Juil 2018, 13:34 par indian

» Bouthan : le royaume secret des plantes médicinales
Lun 16 Juil 2018, 13:25 par Disciple laïc

» Les ruses de Māra
Lun 16 Juil 2018, 08:37 par Disciple laïc

» Est-ce bien ici?
Dim 15 Juil 2018, 22:38 par Disciple laïc

» Le choix ..est-il une illusion?
Sam 14 Juil 2018, 04:15 par Kleine Muis

» Les préceptes du bouddhisme: 8 pépites du bouddhisme pour gérer la colère
Ven 13 Juil 2018, 13:39 par Kleine Muis

» Anniversaire de Guru Padmasambhava
Ven 13 Juil 2018, 00:02 par Puntsok Norling

» Ma présentation
Lun 09 Juil 2018, 19:41 par indian

» Méditer sur le non-soi
Lun 09 Juil 2018, 18:13 par Disciple laïc

» Existence en soi
Lun 09 Juil 2018, 17:55 par Disciple laïc

» Réhabiliter le destin de l'humanité
Lun 09 Juil 2018, 16:41 par indian

» Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ
Dim 08 Juil 2018, 20:33 par Disciple laïc

» La doctrine du non-soi :anatta
Ven 06 Juil 2018, 08:22 par Disciple laïc

» Question sur les "vies antérieures"
Jeu 05 Juil 2018, 14:16 par indian

» Quel support pour l'offrande du Mandala
Mer 04 Juil 2018, 15:58 par manila

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Mer 04 Juil 2018, 15:54 par indian

» Logique éco, systémique
Mar 03 Juil 2018, 15:31 par indian

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Mar 03 Juil 2018, 15:15 par indian

» Karma... des définitions?
Mar 03 Juil 2018, 13:46 par Disciple laïc

» Une oeuvre qui me parla, me parle et me parlera ...
Mar 03 Juil 2018, 13:35 par indian

» Méditation sur le son ou les sons
Jeu 28 Juin 2018, 10:42 par Disciple laïc

» Khenpo Gyurmé Tsultrim Belique et France 2018
Jeu 28 Juin 2018, 10:02 par Pema Gyaltshen

» Une piste, comment répondre à une personne énonçant une vue fausse
Jeu 28 Juin 2018, 02:46 par tindzin

» Regard des bouddhistes sur Jésus
Sam 23 Juin 2018, 23:46 par Hild-Rik

» JESUS ou SAINT ISSA: Jésus en Asie.
Sam 23 Juin 2018, 20:23 par Disciple laïc

» Présentation de MINISCALCO
Jeu 21 Juin 2018, 14:30 par manila

» Rencontre en cercle inter-tradition
Jeu 21 Juin 2018, 09:50 par Pema Gyaltshen

» Foi et compassion dans le bouddhisme
Mer 20 Juin 2018, 07:30 par Disciple laïc

» La vérité ultime selon le bouddhisme
Mer 20 Juin 2018, 07:10 par Disciple laïc

» Pauvre diable ! (Une excuse trop commode)
Mar 19 Juin 2018, 08:10 par Disciple laïc

» Rencontre avec Takloung Matrul Rimpoché 1/2 et 2/2
Dim 17 Juin 2018, 20:47 par Disciple laïc

» Présentation groupes de pratique
Mer 13 Juin 2018, 18:22 par Puntsok Norling

» Khenshen Pema Sherab Bruxelles Juin 2018
Mer 13 Juin 2018, 10:06 par Pema Gyaltshen

» Bande annonce : Walk with me (version française)
Mar 12 Juin 2018, 07:52 par Karma Döndrup Tsetso

» Uruvela Kassapa et le Bouddha
Dim 10 Juin 2018, 20:27 par Disciple laïc

» La compassion
Dim 10 Juin 2018, 17:08 par manila

» Les actions bienfaisantes, appelées « punna » ou mérites, dans la tradition theravada
Dim 10 Juin 2018, 09:55 par Disciple laïc

» L’aumônerie bouddhiste en milieu hospitalier
Sam 09 Juin 2018, 15:32 par Pema Gyaltshen

» Enfer et souffrances
Sam 09 Juin 2018, 07:42 par Disciple laïc

» Présentation et recherche communauté Mons, BE
Ven 08 Juin 2018, 13:37 par Neige86

» Votre regard sur l'Eveil
Jeu 07 Juin 2018, 21:00 par Disciple laïc

» Centre shingon - komyo In
Mer 06 Juin 2018, 16:34 par komyo*

»  Nagarjuna (IIe - IIIe siècle après J-C.) : Hymne à la réalité absolue !
Mar 05 Juin 2018, 10:31 par tindzin

» Les 4 Etats illimités
Lun 04 Juin 2018, 18:59 par Disciple laïc

» La parole non-juste : la médisance
Lun 04 Juin 2018, 18:32 par Disciple laïc

» Assaddha Sutta - Sans conviction (AN 4.202) Canon Pali
Lun 04 Juin 2018, 17:26 par Disciple laïc

» Forum Bouddhiste-L'Arbre des Refuges : Mise à jour, Règlement à lire !
Lun 04 Juin 2018, 01:57 par Nanachi

» RINGU Tulku Bruxelles 2018
Ven 01 Juin 2018, 09:18 par Pema Gyaltshen

» Un moine occidental au monastère de Menri en Inde
Jeu 31 Mai 2018, 22:18 par Disciple laïc

» "Le livre de l'Eveil"
Jeu 31 Mai 2018, 20:16 par tindzin

» Le bouddhisme et la science
Jeu 31 Mai 2018, 12:03 par Disciple laïc

» France: Quand les députés s'essaient à la "méditation de pleine conscience"
Jeu 31 Mai 2018, 11:50 par tindzin

» Présentation Disciple Laïc
Mar 29 Mai 2018, 22:07 par Disciple laïc

» La réincarnation n'est pas la renaissance d'un "moi"
Mar 29 Mai 2018, 19:50 par Disciple laïc

» Complexité du Karma
Mar 29 Mai 2018, 15:32 par Disciple laïc

» La lignée Karma Kagyu: Le 17ème Karmapa
Lun 28 Mai 2018, 19:51 par Admin

» Quelques courtes vidéos sur le bouddhisme en Thaïlande
Lun 28 Mai 2018, 17:20 par Disciple laïc

» Sur la loi du karma
Lun 28 Mai 2018, 16:12 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Lun 28 Mai 2018, 13:59 par Pema Gyaltshen

» Etre ce qui est : l’enseignement le plus profond d’Ajahn Chah
Dim 27 Mai 2018, 19:43 par Disciple laïc

» Grande interrogation
Mer 23 Mai 2018, 20:54 par Disciple laïc

» Bouddhisme et transcendance
Mer 23 Mai 2018, 16:06 par Disciple laïc

» Le corps et l'esprit
Mer 23 Mai 2018, 11:41 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 23 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Disciple laïc


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 95903 messages dans 11096 sujets

Nous avons 4217 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Kleine Muis

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7472)
 
Karma Trindal (6845)
 
manila (5100)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3492)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2339)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 

Le « cancer » de la mort

Partagez
avatar
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4731
Age : 36
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Le « cancer » de la mort

Message par petit_caillou le Mer 09 Nov 2011, 23:53

Le « cancer » de la mort

Ajahn Liem

Extrait d'une série de questions-réponses avec des moines, des nonnes et des laïcs,
au monastère Bodhivana, en Australie, en mai 2004.


Q : Luang Por, cette jeune fille, là, a une tumeur cancéreuse au cerveau. Le médecin dit qu’elle va guérir mais le cancer est toujours là. Comment doit-elle vivre avec cela ?

Tous les êtres humains ont un « cancer » – nous tous, ici ! [Ajahn Liem rit.] Tout le monde a le « cancer », une maladie que l’on ne peut pas guérir : la mort. Même si l’on traite ce « cancer », il ne partira pas. Vous comprenez ?

Nous ne pouvons pas passer notre vie à croire que nous allons échapper à tous les problèmes. Le corps humain est un nid de maladies – c’est dans sa nature. Ne pas s’inquiéter … c’est tout. Prenez ce que vous avez et faites-en bon usage. Etre angoissé et se faire beaucoup de souci ne fait qu’accroître l’inquiétude et cela empêche le système physique de fonctionner correctement.

Moi aussi j’ai le « cancer ». J’ai consulté un médecin et, après examen, il m’a dit que mon rythme cardiaque était irrégulier : « C’est un peu anormal », a-t-il dit. J’ai répondu : « Non, c’est normal. Ce cœur fonctionne depuis longtemps ; il est épuisé, c’est tout. »

Au cours de la vie d’un être humain, il y a un moment où le corps s’effondre. Tout doit suivre les lois de la nature – aucune inquiétude. Quand le moment est venu, les choses font automatiquement ce qu’elles sont supposées faire. [Il rit gentiment.] Détendez-vous. Si votre cœur est en paix, vous pourrez ressentir du bonheur.

Quoi que nous ayons à vivre, le Bouddha voulait que nous soyons « ce qui sait » et que notre relation à la vie soit telle que nous puissions lâcher prise et laissez les choses suivre leur cours. Si nous pouvons lâcher, rien ne pèse lourd. Ce n’est que quand on porte les choses qu’elles sont lourdes. Porter les choses, c’est s’y attacher comme si elles étaient nôtres alors qu’en réalité rien ne nous appartient dans ce monde.

Il y a le monde extérieur – la surface de la planète terre – et il y a le monde intérieur. Dans le monde intérieur, il y a les éléments qui font partie du corps et qui constituent l’animal que nous appelons « nous ». Mais on ne peut pas dire que l’ensemble de tous ces éléments soit « à nous » parce qu’ils vont tous s’effondrer un jour. Tout ce qui existe doit se désintégrer. Au bout du compte, tout change pour se retrouver dans un état où rien ne nous appartient plus.

Le Bouddha voulait donc que nous voyions notre vie dans cette perspective qui nous permet de ne pas mal percevoir les choses. Quand nous les percevons mal, nous commençons à nous en saisir et à nous y attacher ; nous nous faisons tant de souci que nous avons l’impression d’être emprisonnés et attachés par toutes sortes de liens – qu’il ne nous reste aucune liberté.

Quel que soit le type de maladie que nous ayons, je vous en prie, ne croyez pas que c’est un énorme problème. Tout cela, c’est la nature. Tout ce qui est apparu doit continuer à se transformer. C’est normal.

La maladie est quelque chose de tout à fait normal et naturel. Le Bouddha nous a donc suggéré d’en faire un terrain d’étude et d’investigation, et de trouver des méthodes pour la comprendre. Ainsi nous pouvons guider notre ressenti vers une voie qui mène à la libération de tous les obstacles. Il est possible que la paix, la fraîcheur et le refuge arrivent du fait d’une maladie.


_________________
avatar
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4731
Age : 36
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Le « cancer » de la mort

Message par petit_caillou le Mer 09 Nov 2011, 23:53

Par contre, si nous nous attachons aux choses, d’autres facteurs s'attacheront à nous, comme la colère par exemple, ou encore la convoitise et l’ignorance. Le désir, l’aversion et les concepts erronés sont les principaux responsables des problèmes qui nous accablent. Le Bouddha nous a enseigné à pratiquer et à approfondir les choses précisément pour que ces états de mal-être n’apparaissent pas. Tous les enseignements du Bouddha sont centrés sur dukkha et la façon d’y mettre fin. Si on veut résumer les enseignements, on peut dire que c’est là tout ce que le Bouddha a enseigné.

Dukkha existe à cause du désir. Il se renforce quand nous lui permettons de s’installer mais il diminue si nous savons comment l’arrêter et comprenons pourquoi. Nous sommes libres de dukkha si nous savons comment lâcher prise. Nous avons donc besoin des méthodes de lâcher-prise pour laisser aller les attachements. Nous développons des manières de nous concentrer sur ce qui diminue le sentiment de soi, la saisie de ce que le Bouddha appelait attavādupādāna : l’attachement au soi.

Le principe que le Bouddha enseigne pour diminuer la saisie du « moi » et le sentiment d’importance qu’on lui accorde commence tout simplement par s’arrêter et puis développer un état d’esprit appelé ekaggatā (focalisation sur un point unique) – en d’autres termes, être totalement présent à ce qui se passe dans l’instant-même. Se poser dans l’instant présent en pleine conscience apporte non seulement stabilité et fermeté mais aussi la possibilité de mieux se comprendre soi-même.

Les méthodes que le Bouddha nous a données ne sont pas très compliquées. Nous n’avons qu’à concentrer notre attention et étudier ce qui se présente avec un esprit libre de soucis, de doutes et de toute forme d’anxiété.

Concentrez-vous sur la nature des composants physiques du corps, de ses agrégats et de ses conditions. Commencez par vous poser des questions sur le corps et les conventions du monde à ce sujet, et demandez-vous s’il y a quoi que ce soit qui nous appartienne. On peut diviser le corps en de nombreuses parties : sur la tête, il y a les cheveux ; sur le corps, les poils, les ongles, les dents et puis la peau qui enveloppe et recouvre tout le corps.

Le Bouddha voulait que nous étudions et analysions ces parties du corps pour mieux voir qu’elles ne sont ni stables ni durables. Un jour ou l’autre, elles se désintègreront et reviendront aux éléments. Voyant cela, nous ne pouvons plus prétendre que c’est « notre » corps, qu’il nous appartient. Nous ne pouvons pas prétendre avoir le droit de maintenir tous ces éléments dans leur état actuel. Notre relation au corps n’est que temporaire.

On peut comparer cela à passer la nuit dans un hôtel ou dans une maison louée. Il y a une durée de temps limitée à notre séjour – une nuit, par exemple. Quand le temps est écoulé, le propriétaire de la maison nous demande de partir. Il en va de même pour la durée de notre vie.

Le Bouddha considérait ces processus comme des aspects de la nature qui se manifestent en toute chose. Quand les choses apparaissent, elles doivent cesser et puis finalement disparaître. Réfléchir ainsi calme les passions. Nous pouvons lâcher un peu notre saisie des choses et notre sentiment d’être quelqu’un d’important. Nous n’aurons plus à nous inquiéter si on nous parle d’une maladie ou d’une autre. Tout le monde a des maladies. Au minimum, nous avons la maladie de dukkha vedanā – sentiment d’insatisfaction – que nous essayons de guérir chaque jour en mangeant : c’est la douloureuse sensation de faim. Quand nous l’avons soulagée en donnant de la nourriture au corps, elle réapparaît dans le besoin d’uriner et de déféquer, ce qui crée de nouvelles contraintes. Tout cela est maladie.

La maladie est une chose qu’il faut étudier, à laquelle il faut réfléchir. Le Bouddha a dit que nous ne devions pas trop nous en inquiéter. Il voulait que nous pratiquions de manière équilibrée qui soit simplement juste – comme la respiration où nous ne forçons ni l’inspiration ni l’expiration.

La nature des éléments et des agrégats de notre corps prend soin d’elle-même. C’est ainsi que nous voyons ces phénomènes de façon à ne pas tomber dans la saisie et l’attachement. Nous nous plaçons dans une position d’équanimité.

Nous avons la chance de pouvoir reconnaître aussitôt les trois caractéristiques de l’existence : anicca, dukkha et anattā [l’impermanence, la souffrance et le non,-soi]. Grâce à cela, notre esprit s’apaise. Nous savons qu’il n’y a rien de stable ni d’éternel. Nous observons et nous réfléchissons à ces vérités pour lâcher notre saisie et nos attachements. Nous acceptons que la réalité soit ainsi. C’est une manière de considérer les choses qui permet à la vision juste d’apparaître.

Source: http://www.dhammadelaforet.org/sommaire/liem/cancer_mort.html


_________________
avatar
Karma Yéshé
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 2779
Age : 51
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Re: Le « cancer » de la mort

Message par Karma Yéshé le Jeu 10 Nov 2011, 06:42

C'est bien vrai. Merci pour ce partage.
avatar
Byvos
Membre confirmé
Membre confirmé

Masculin
Nombre de messages : 32
Age : 28
Contrée : Belgique
Arts & métiers : Art martiaux
Disposition de l'Esprit : Tourné vers l'Ouest
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 06/12/2012

Re: Le « cancer » de la mort

Message par Byvos le Ven 14 Déc 2012, 12:17

Tres bonne leçon de vie Smile merci beaucoup


_________________

OM AMI DEWA HRI

avatar
Bernadette B
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 67
Contrée : Belgique
Arts & métiers : vitraux
Disposition de l'Esprit : Gaie
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 08/02/2012

Re: Le « cancer » de la mort

Message par Bernadette B le Ven 14 Déc 2012, 12:56

c'est bien vrai, mais cela ne doit quand même pas nous empêcher de nous soigner Wink
avatar
plantamare
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 164
Age : 39
Contrée : france
Arts & métiers : photographie
Disposition de l'Esprit : mélancholie
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 09/12/2012

Re: Le « cancer » de la mort

Message par plantamare le Ven 14 Déc 2012, 14:12

Bonjour


Comme sans doute la plupart d'entre vous, je connais et ai connu de nombreuses personnes qui ont eu le cancer et beaucoup qui en sont mortes. Il est évident qu'il faut se soigner! mais réellement se soigner, pas simplement consommer des médicaments ou des thérapies parce qu'elles existent et contribuent à enrichir les grands groupes pharmaceutiques.


Dans l'un de ses livres, je ne sais plus lequel, Arnaud Desjardins raconte l'histoire suivante, à propose de son maître spirituel (enfin, l'un de ses maîtres spirituels, car comme de nombreux pèlerins de la spiritualité, il en a eu plusieurs) : ce dernier était atteint d'un cancer, mais refusait la chimiothérapie. Il ne refusait pourtant pas de se soigner de façon générale. Si je me souviens bien, ce maître aurait dit : la nature des cellules (cancéreuses) est de proliférer ; par contre, j'ai mal à la tête, je veux bien prendre une aspirine. En d'autres termes, rien ne s'opposait selon lui à la prise d'un médicament utile, mais il considérait le cancer comme un phénomène naturel et inéluctable, qu'il convient d'accepter.


Mon expérience/observation me conduit à une conclusion assez similaire :
- parmi les personnes que je connais ou ai connues, il y a celles qui ont changé quelque chose dans leur vie et qui s'en sont sorties ; certaines ont changé leurs priorités ou leur conception de la vie, d'autres sont devenues écologistes ou ne mangent plus que bio, etc. L'important ne semble pas tant être ce qu'elles ont fait que le travail fait sur elles-mêmes - pour se transformer, accompagner les traitements officiels ou les remplacer.
- les autres ont passé par des opérations, de la radiothérapie, de la chimiothérapie, ont été en rémission, puis le cancer est revenu.


Il apparaît assez clairement que les traitements dont on dispose aujourd'hui ne permettent pas de guérir le cancer, mais de repousser l'inéluctable. Il conviendrait alors de peser le rapport entre la souffrance liée aux traitements et le bénéfice que l'on en retire, en termes de prolongement de la vie (ce qui, évidemment, n' a du sens que si on fait quelque chose d'intelligent du temps qu'on arrache à la mort).


Ce que diagnostiquent assez bien les maîtres spirituels, habituellement, c'est que le cancer incarne à lui tout seul la peur panique de la mort en Occident. Alors qu'effectivement, il y a bien d'autres maladies mortelles et que traverser la rue sans regarder à droite et à gauche peut être au moins aussi dangereux. Nous avons tous intégré l'idée que cancer=mort. Des chercheurs ont pourtant montré que nous avons tous des cellules cancéreuses dans notre corps, tout le temps (sans que nous soyons malades), mais qu'elles ne se cristalliseront en tumeur qu'en présence d'autres causes et conditions.


Pour un autre regard sur le cancer que celui de la médecine officielle, je conseille le remarquable site de R. Webster Kehr, qui s'est attelé à la tâche gigantesque de recencer tous les traitements alternatifs du cancer. Site en anglais : http://www.cancertutor.com/


Ce n'est pas une approche bouddhiste, mais si vous avez une personne atteinte du cancer parmi vos proches, c'est vraiment une lecture à recommander.
avatar
Carine
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Féminin
Nombre de messages : 293
Age : 54
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : téléphoniste
Disposition de l'Esprit : en progrès...
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 21/07/2011

Re: Le « cancer » de la mort

Message par Carine le Ven 21 Déc 2012, 13:57

Noté
Merci beaucoup Plantamare
avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Le « cancer » de la mort

Message par MionaZen le Ven 21 Déc 2012, 15:00


avatar
Iscles
Membre
Membre

Féminin
Nombre de messages : 8
Age : 67
Contrée : Allemagne
Arts & métiers : peinture, piano, langues
Disposition de l'Esprit : en recherche
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/02/2015

Re: Le « cancer » de la mort

Message par Iscles le Dim 15 Fév 2015, 23:35

Merci petit caillou:sunny:
avatar
manila
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 5100
Age : 62
Contrée : Belgique
Arts & métiers : la tête dans les étoiles
Disposition de l'Esprit : qui voyage bien ne laisse pas de trace
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 19/01/2011

Re: Le « cancer » de la mort

Message par manila le Lun 16 Fév 2015, 20:13

@Plantamare :

Voilà plus de deux ans que tu as écrit cette réponse , mais je partage ta façon de voir et trouve que tu la présentes très bien .

Merci  beaucoup .
avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Le « cancer » de la mort

Message par MionaZen le Sam 21 Fév 2015, 18:55

Je me sens bien mieux à la relecture de cet article, les rappels ont du bon ! 
Actuellement dans mon entourage beaucoup de personnes malades, y compris moi , certaines atteintes du cancer d'autre non.
Merci à la personne qui a remonté ce post  bisou
avatar
Iscles
Membre
Membre

Féminin
Nombre de messages : 8
Age : 67
Contrée : Allemagne
Arts & métiers : peinture, piano, langues
Disposition de l'Esprit : en recherche
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/02/2015

Re: Le « cancer » de la mort

Message par Iscles le Sam 21 Fév 2015, 22:10

Ce sujet est une excellente occasion de revenir sur l'étroite connexion entre le corps et l'esprit. Un thème encore plus incontournable sur un forum bouddhiste. En France tout le monde connaît la méthode d'Emile Coué dont on se moque parfois, faute de l'avoir lu. Mais c'est le même principe.
Il y a une dizaine d'années j'ai acheté "L'infini pouvoir de guérison de l'esprit selon le bouddhisme tibétain" de Tulku Thondup. Il est devenu ma Bible en raison de sa sérénité, de sa simple poésie, de son bon sens et des excellents remèdes de l'esprit que l'on peut appliquer.
Je l'utilise sur moi-même depuis plus de 10 ans. Je suis en effet affligée d'une maladie incurable, qui ne cesse d'étonner mes docteurs par sa lenteur chez moi. Je suis loin d'être un maître de la méditation et cependant malgré mes humbles capacités j'ai ralenti la progression de ma maladie du simple au double. Et je n'ai pas encore dit mon dernier mot! 
D'autres livres  à lire sur les pouvoirs psychiques sur le corps sont ceux de l'Australien Ian Gawler.
Je crois fermement que quelle que soit la maladie dont on est atteint la confiance, la sérénité et la joie de vivre soulèvent des montagnes, et de toute façon le présent est beaucoup plus agréable dans cet état d'esprit. Smile
avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Le « cancer » de la mort

Message par MionaZen le Dim 22 Fév 2015, 09:48

Tout cela a effectivement déjà été prouvé scientifiquement !
Les nations orientales sont en avance sur ce point depuis déjà des générations. En Occident ça ne fait que quelques années que l'on accepte l'idée que le corps et l'esprit forment un tandem. 
Continue à prendre bien soin de ta santé Iscles ! 
avatar
clanatib
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Féminin
Nombre de messages : 336
Age : 31
Contrée : France
Arts & métiers : secretaire
Disposition de l'Esprit : ouverte
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/01/2013

Re: Le « cancer » de la mort

Message par clanatib le Mar 03 Mar 2015, 21:06

très bon texte.

j'ai lu aussi un livre qui s'appelle "ton corps te dit aime toi". Lorsque j'ai mal quelques part, je lis la partie concernée et ça correspond tout a fait à mon ressenti du moment. 

je crois totalement au pouvoir de l'esprit.

Contenu sponsorisé

Re: Le « cancer » de la mort

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 18 Juil 2018, 07:04