Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Accompagner les enfants et les ados dans la méditation
Aujourd'hui à 14:32 par Karma Trindal

» Dhammapada
Aujourd'hui à 13:13 par vaygas

» Site sur le bouddhisme
Aujourd'hui à 13:08 par indian

» Le "crime" d'être homosexuel dans le monde
Aujourd'hui à 13:06 par indian

» Le trésor du coeur des êtres éveillés
Aujourd'hui à 08:29 par Mila

» Quand chante Milarépa
Hier à 21:22 par Mila

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 16:37 par indian

» décès de Namkhai Norbu
Dim 16 Sep 2018, 22:17 par Disciple laïc

» Quelques questions sur le Véhicule de Diamant
Dim 16 Sep 2018, 18:27 par Ortho

» IA et éthique
Dim 16 Sep 2018, 07:06 par Disciple laïc

» Do Tulku Rinpoché à Bruxelles
Ven 14 Sep 2018, 19:09 par Akana

» Prise de refuge
Jeu 13 Sep 2018, 12:59 par Vyathita

» La vacuité selon le Véhicule de Diamant ?
Mar 11 Sep 2018, 20:44 par Disciple laïc

» En quête de ma Source, Jésus et l'Inde
Mar 11 Sep 2018, 18:52 par Disciple laïc

» Visite de Kalou Rimpoche à Samye Dzong Bruxelles , du 6 au 13 décembre 2018
Lun 10 Sep 2018, 14:11 par Mila

» L’art tibétain : mille ans de peintures murales du Tibet
Dim 09 Sep 2018, 14:28 par Disciple laïc

» Les 3 voies du Bouddha
Sam 08 Sep 2018, 11:56 par Disciple laïc

» Bouddhisme et christianisme
Sam 08 Sep 2018, 07:45 par Disciple laïc

» Le mouvement est la vie
Ven 07 Sep 2018, 22:06 par Disciple laïc

» Comment ajouter un événement dans le calendrier ?
Ven 07 Sep 2018, 17:14 par Karma Trindal

» Moment propice - par Maître Eihei Dôgen
Ven 07 Sep 2018, 10:52 par Disciple laïc

» Un reportage dans le Japon de l'année 1958, cérémonies bouddhistes
Jeu 06 Sep 2018, 18:05 par Disciple laïc

» Centre shingon - komyo In
Jeu 06 Sep 2018, 17:58 par komyo*

» HAIR
Jeu 06 Sep 2018, 15:03 par Mila

» Le bouddhisme est-il une religion ?
Jeu 06 Sep 2018, 14:34 par indian

» (Re)nouveau et présentation :)
Mar 04 Sep 2018, 20:41 par Karma Trindal

» Bonjour de présentation à tous !
Mar 04 Sep 2018, 20:39 par Karma Trindal

» Présentation Zui Ho/Livres Bouddhistes
Mar 04 Sep 2018, 20:38 par Karma Trindal

» Bonjour à tous
Mar 04 Sep 2018, 20:35 par Karma Trindal

» Présentation
Mar 04 Sep 2018, 20:34 par Karma Trindal

» Salut à Tous
Mar 04 Sep 2018, 20:31 par Karma Trindal

» Présentation des messages, à lire svp.
Mar 04 Sep 2018, 20:27 par Karma Trindal

» Entretiens avec Houang-po - maître Chan (?-850)
Lun 03 Sep 2018, 18:38 par Disciple laïc

» Anecdotes sur Mazu (maître ch'an 709-788)
Lun 03 Sep 2018, 18:06 par Disciple laïc

» Un grand père soldat dans les années 20 à 40.
Lun 03 Sep 2018, 09:58 par Ortho

» venue du Dalaï Lama à Rotterdam
Dim 02 Sep 2018, 12:55 par Mila

» Le double accomplissement du bien d’autrui et de notre propre bien
Dim 02 Sep 2018, 10:27 par Mila

» Kagyu Meunlam, 4 jours de souhaits bouddhistes au Bois de Vincennes
Dim 02 Sep 2018, 10:20 par Mila

» Rappel : lois de conservation de la matière/énergie
Dim 02 Sep 2018, 04:10 par indian

» Se libérer des quatre attachements
Sam 01 Sep 2018, 23:54 par Mila

» Rencontre avec Yongey Mingyour Rimpoché – 1ère partie
Jeu 30 Aoû 2018, 20:15 par Disciple laïc

» Le Bouddha dans son contexte indien
Jeu 30 Aoû 2018, 20:03 par Disciple laïc

» Un "truc" pour être vigilant vis à vis de la médisance
Jeu 30 Aoû 2018, 15:33 par indian

» Quelques enseignements sur le thème de la colère
Jeu 30 Aoû 2018, 09:22 par Disciple laïc

» Méditation assise problème de dos
Mer 29 Aoû 2018, 16:30 par Ortho

» Les 10 tableaux de dressage du bœuf (ou du buffle)
Mar 28 Aoû 2018, 14:27 par Mila

» Question sur la vie
Lun 27 Aoû 2018, 16:29 par indian

» Méditation avec Lama Lodoe Rinpoche
Lun 27 Aoû 2018, 11:57 par Puntsok Norling

» Les Incroyables comestibles
Dim 26 Aoû 2018, 18:39 par vaygas

» Bouddhisme Mahayana et Theravada
Dim 26 Aoû 2018, 15:41 par Disciple laïc

» l'étude et la résolution de la question de la souffrance humaine et rien d'autre.
Ven 24 Aoû 2018, 21:48 par Disciple laïc

» Contes et histoires pour enfant de 4 ans
Jeu 23 Aoû 2018, 12:00 par Mila

» Les livres sur la Médecine Tibétaine
Jeu 23 Aoû 2018, 11:51 par Mila

» Instructions fondamentales : Introduction au bouddhisme Vajrayana
Mer 22 Aoû 2018, 12:36 par Karma Détchen Dordje

» Je m'appelle Mila
Lun 20 Aoû 2018, 22:23 par Mila

» Lama à 19 ans , et après
Ven 17 Aoû 2018, 08:30 par Mila

» Maîtres Eveillés: Shabkar! Autobiographie d’un yogi tibétain
Jeu 16 Aoû 2018, 12:38 par Mila

» Pourquoi cette censure?
Sam 11 Aoû 2018, 18:58 par Karma Trindal

» Don du sang
Mer 08 Aoû 2018, 12:40 par indian

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Mer 08 Aoû 2018, 07:28 par Invité

» Hérault : dérives et abus de pouvoir, le temple bouddhiste de Lodève dans la tourmente
Lun 06 Aoû 2018, 11:36 par Invité

»  Propagande positive pour le Bien de tous les Etres
Dim 05 Aoû 2018, 13:03 par indian

» Question sur le karma
Sam 04 Aoû 2018, 14:42 par indian

» L'éclat du soleil: Dza Patrul Rinpoché (1808–1887)
Ven 03 Aoû 2018, 10:11 par Geronima

» Décadence de la Loi
Mer 01 Aoû 2018, 13:08 par Ortho

» Lumbini, lieu de naissance du Bouddha
Mer 01 Aoû 2018, 09:29 par Disciple laïc

» Les religions du Vietnam
Mar 31 Juil 2018, 13:36 par Disciple laïc

» ZAZEN - Pratique du Zen dans un temple bouddhiste
Mar 31 Juil 2018, 12:48 par Disciple laïc

» Présentation
Lun 30 Juil 2018, 12:53 par indian

» Bonjour tout le monde
Lun 30 Juil 2018, 12:47 par indian

» L'ego (ou le Moi)
Dim 29 Juil 2018, 16:28 par Disciple laïc

» Idées reçues
Dim 29 Juil 2018, 16:24 par Disciple laïc

» Le Bouddha et la Voie
Dim 29 Juil 2018, 16:21 par Disciple laïc

» Est-ce bien ici?
Mer 25 Juil 2018, 22:46 par Karma Trindal

» Ma présentation
Mer 25 Juil 2018, 22:43 par Karma Trindal

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 39 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 39 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 97137 messages dans 11172 sujets

Nous avons 4237 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Anne B

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7485)
 
Karma Trindal (6895)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3504)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
vaygas (2406)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
hananou (1701)
 

Les Emotions Adultes

Partagez
avatar
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]

Féminin
Nombre de messages : 4731
Age : 36
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Les Emotions Adultes

Message par petit_caillou le Jeu 01 Mar 2012, 21:16

Les Emotions Adultes



Vénérable Ajahn Vajiro

"Les émotions adultes sont celles qui permettent aux autres de grandir.”

Dans les enseignements du Bouddha, il est fait mention de quatre vertus — la bienveillance, la compassion, la joie altruiste et l’équanimité — regroupées sous le nom de Brahma Vihara. Ce mot est généralement traduit par « les Demeures Divines » mais il s’agit là d’une traduction littérale (Brahma = dieu et Vihara = demeure). En réalité, ces « demeures » peuvent très bien être ramenées des cieux vers la terre si on considère que, en tant qu’« émotions » (é – motion), elles nous motivent et nous encouragent à transcender les limitations de l’existence humaine de base. « Transcender les limitations » est une autre définition pour « grandir ». Cette idée a germé en moi grâce à un ami qui a souligné que les Demeures Divines du bouddhisme peuvent être considérées comme « les émotions adultes ». Ceci n’est donc pas une analyse fouillée des Brahma Vihara que l’on pourra trouver dans tout livre sur le bouddhisme mais simplement la suite des réflexions nées de cette idée.

Il me paraît évident que les émotions sont motivantes. Je les vois comme des causes, des moteurs qui nous dirigent et nous font bouger Elles fournissent l’énergie qui engendre le mouvement, l’action d’aller vers un objet ou une situation ou de s’en éloigner. Nous nous déplaçons et nous agissons par le corps, la parole et l’esprit, et ce mouvement est une réponse à des stimuli sensoriels. C’est d’ailleurs grâce à cette réponse que nous prenons conscience de l’apparition des émotions. Avant le mouvement il y a une stimulation sensorielle, un contact ; il s’ensuit une sensation et puis une perception, et c’est cela qui est mêlé ou lié aux émotions adultes.

En Pali il n’y a pas de mot équivalent au mot « émotion ». Une émotion est un mélange de perception et de sankhara — un schéma d’habitude — et les deux peuvent être consciemment travaillés. Les émotions adultes sont la réponse et le moteur d’action de la personne adulte.

Parfois le but du bouddhisme est décrit dans des termes qui laisseraient croire que l’on cherche à avoir un cœur libre de toute passion, de toute émotion, froid : pas de réaction, pas de sentiment, pas de désir, pas de motivation … Mais cette image est en total désaccord avec ce que nous savons du Bouddha : c’était un homme poussé par une forte motivation et une immense compassion qui a mené sa vie pour le plus grand bien de tous les êtres.

Les émotions adultes sont celles qui permettent aux autres de grandir. Alors quand une personne agit ou réagit en faisant preuve d’une émotion adulte, elle aide ceux qui l’entourent à transcender leurs limitations. Si cela vous paraît abstrait, voyez comment les parents réussissent le mieux à permettre à leurs enfants de mûrir : en exprimant ces émotions adultes que sont la bienveillance, la compassion, la joie altruiste et l’équanimité.

Dans la pratique, ces quatre émotions « qui font grandir » sont liées, même si on les sépare pour mieux les analyser et les expliquer. Elles sont comme les différents aspects d’un même lieu, différentes manières de décrire une vertu céleste et nous en décrivons les différents aspects pour nous aider à mieux en être conscients et pouvoir les exprimer dans notre vie.

Metta est la bienveillance, la gentillesse. Quand cette vertu est éveillée en nous, elle nous aide à nous accepter nous-mêmes et à accepter les autres, et donc à nous comprendre et à comprendre les autres. La compréhension implique la sagesse et cette sagesse est ce qui nous permet de trouver la voie, de dépasser ou de lâcher ce qui limite et attache le cœur. Et quand on exprime cette bienveillance aux autres, on leur permet de s’accepter et d’accepter les autres. Il s’agit d’une acceptation émotionnelle qui vient du cœur ou des tripes et qui permet à nos réactions à ce qui est perçu comme « autre » d’être pleines de gentillesse et non motivées par le rejet, l’aversion ou la peur. Quand metta est illimité, ses effets sont rayonnants et attirants : metta réchauffe ceux qui ont froid et rafraîchit ceux qui ont chaud.

Karuna est la compassion. La compassion nous permet de percevoir clairement chez les autres la souffrance, l’angoisse, la peine, l’agonie, le tourment et la détresse parce que nous la laissons aussi nous pénétrer. Dès lors, il ne s’agit plus d’ignorer ou d’être inconscient mais d’inclure, d’accepter, d’être conscient. La compassion est vaste, elle permet à ce qui est d’exister, d’évoluer et de prendre fin — elle permet surtout à la souffrance de prendre fin. Cela signifie qu’elle doit être patiente, sans aucune hâte pour se débarrasser de la souffrance à n’importe quel prix. C’est le côté actif de la sagesse et le purificateur suprême. La compassion du Bouddha lui a permis de comprendre qu’un être pleinement éveillé pouvait encore faire quelque chose. C’est la compassion qui l’a poussé à enseigner « pour le bien de ceux qui n’ont que peu de poussière dans les yeux ».

L’empathie est une autre forme de la compassion. Ce mot est peu utilisé mais il évoque une qualité de cœur, une promptitude à se charger du fardeau des autres, à toujours aider de son mieux, à écouter les appels au secours et à agir. Les « appels » ne sont pas forcément dramatiques. Il peut simplement s’agir d’aider à préparer une salle avant une réunion ou de la nettoyer après. A chaque fois que nous prenons conscience qu’une aide serait la bienvenue et que nous agissons dans ce sens, nous pratiquons karuna.

Mudita est souvent traduit par « joie altruiste ». Altruisme, joie, apporter de la joie sont des mots qui évoquent pour moi les qualités de cœur qui sont à l’opposé de l’envie et la jalousie. Mudita c’est se réjouir du bonheur des autres. Cela implique qu’il faut être pleinement conscient et s’ouvrir à la possibilité d’apprécier ce qui va bien pour les autres et, en particulier, ce qui est bon, vertueux et sage chez autrui. Mudita peut éveiller une aspiration à agir de même. Ajahn Sumedho dit que mudita c’est aussi apprécier la beauté d’une rose épanouie, ce qui signifie que l’on peut pratiquer cette vertu à tous les niveaux. Mais il arrive qu’en voyant une rose épanouie nous pensions avec un soi-disant « réalisme » : « Bof, de toutes façons, elle va finir par se faner. Pas d’attachement ! » Pour équilibrer attachement et mudita, upekkha doit être présent.

Upekkha est l’équanimité ou la sérénité, dans la mesure où l’on accepte les limitations et on s’élève au-dessus d’elles. A chaque fois que la vie m’a apporté des difficultés, que j’ai été freiné par les circonstances, par moi-même ou par les autres, j’ai été aidé par l’évocation de la phrase suivante : « Sois serein dans l’unité des choses ». Il doit y avoir une acceptation consciente du fait que les choses sont limitées pour que le cœur puisse travailler à transcender ces limites.

Sur un plan « ordinaire », si je veux apprendre à taper sur mon ordinateur sans regarder le clavier, je dois commencer par accepter qu’actuellement je n’en suis pas capable ; ce n’est qu’alors que je pourrai honnêtement faire l’effort d’apprendre à entraîner les doigts et les yeux à fonctionner ensemble de manière automatique. Si je refuse d’accepter le fait qu’à l’heure actuelle je ne sais pas faire, je peux toujours prétendre taper sans regarder le clavier mais la seule personne que je tromperai, c’est moi-même. C’est exactement ce que nous faisons sur une grande échelle quand nous prétendons être des gens mûrs et accomplis, alors que nous sommes incapables d’accepter les limitations que nous trouvons en nous. Nous prétendons être mûrs mais, en réalité, nous ne sommes pas clairement conscients de nos émotions ni de nos intentions, et nous nous autorisons à agir sous l’impulsion d’émotions immatures et néfastes. Quand il s’agit de taper sur un clavier, les conséquences ne sont pas graves mais quand une personne se fait croire et fait croire aux autres qu’elle est adulte, c’est plus dangereux pour elle et pour les autres.

Les quatre Brahma Vihara font un tout. Ajahn Buddhadasa disait qu’upekkha menait les trois autres. Dans certaines situations où un bel altruisme peut s’épanouir, mudita est la motivation « adulte » du cœur. S’il est possible d’alléger une souffrance ou une détresse, la compassion est le recours. Une situation laide ou désagréable nécessite l’intervention de metta. L’acceptation, autre aspect de metta, trouve un écho dans l’acceptation de nos limites inhérente à upekkha, c’est pourquoi il est tellement important de commencer avec metta.

Pour la plupart d’entre nous, et même chez les animaux, metta est la première émotion qui permet à tous de grandir et de mûrir. Cela commence avec la mère qui accepte son petit de manière inconditionnelle. Un petit qui ne reçoit pas de metta — en particulier un être humain — mourra rapidement ou deviendra un individu à problèmes et immature. Metta est la première des motivations qui poussent les petits à grandir.

La compassion nous permet d’être clairement conscients des changements et des évolutions qui font partie des changements — depuis le bébé, l’enfant, l’adolescent, l’adulte, le vieillard, ainsi que la souffrance d’être séparé de ce que l’on connaît qui fait partie de ce processus — et de supporter ces changements avec bon sens et sensibilité.

Mudita nous donne l’occasion de nous réjouir de la vie, de ressentir la beauté et l’émerveillement d’être une vie sensible séparée et en même temps mystérieusement reliée au tout. Et, quand on s’autorise à lâcher toutes les peurs de l’inconnu, on peut s’émerveiller et se réjouir de ce qui est au-delà du connu.

Ce qui nous fait avancer dans la vie, au milieu de l’incertitude et du changement, c’est ce qui peut apporter un peu de liberté aux êtres. Nos intentions nous font avancer dans la vie, nos intentions sont l’espace de notre plus grande liberté. Notre défi consiste à utiliser et entraîner cette liberté avec sagesse.

Source: http://www.dhammadelaforet.org/sommaire/vajiro/emotions_adultes.html


_________________
avatar
Karma Yéshé
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 2779
Age : 52
Contrée : hainaut
Arts & métiers : TS
Disposition de l'Esprit : shiné
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/09/2011

Re: Les Emotions Adultes

Message par Karma Yéshé le Ven 02 Mar 2012, 06:46

je ne voyais pas la compassion ect... comme des emotions.

    La date/heure actuelle est Mer 19 Sep 2018, 17:21