Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion.



Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !

Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la Vérité Expérimentée


...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 19:45 par manila

» Dhammapada
Hier à 18:49 par vaygas

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 15:45 par manila

» Grande interrogation
Mer 23 Mai 2018, 20:54 par Disciple laïc

» Bouddhisme et transcendance
Mer 23 Mai 2018, 16:06 par Disciple laïc

» Le corps et l'esprit
Mer 23 Mai 2018, 11:41 par Disciple laïc

» présentation
Mar 22 Mai 2018, 23:36 par Akana

» presentation groupes de pratique
Mar 22 Mai 2018, 10:57 par Puntsok Norling

» Cherche référence livre
Mar 22 Mai 2018, 08:33 par Disciple laïc

» Funérailles de robots
Lun 21 Mai 2018, 19:58 par Ortho

» C'est quoi être "bouddhiste" ?
Lun 21 Mai 2018, 14:37 par Disciple laïc

» meditation et pratique avec Lodoe Rinpoche
Dim 20 Mai 2018, 23:56 par Puntsok Norling

» Le programme B.A.S.E - bouddhisme, action sociale et engagement
Dim 20 Mai 2018, 19:32 par Disciple laïc

» Livre sur le bouddhisme Theravada
Dim 20 Mai 2018, 16:14 par Ortho

» Bouddhisme et Science: la plus petite particule de matière indivisible
Dim 20 Mai 2018, 15:12 par Admin

» Kyabdjé Dudjom Rinpoché: Le Miroir qui révèle ce qu'il faut adopter et ce qu'il faut abandonner
Dim 20 Mai 2018, 09:37 par Pema Gyaltshen

» Christopher Dawson
Ven 18 Mai 2018, 19:55 par Disciple laïc

» Rencontre en cercle inter-tradition
Ven 18 Mai 2018, 15:48 par Pema Gyaltshen

» M6-Replay >Enquêtes extraordinaires: Preuve de la réincarnation ?
Mar 15 Mai 2018, 22:00 par Disciple laïc

» Khandro Rimpoché
Mar 15 Mai 2018, 19:04 par Disciple laïc

» 4 AMAZING INCIDENTS IN THE LIFE OF BUDDHA
Mar 15 Mai 2018, 14:28 par manila

» Film en diffusion ce soir le 14/05/2018
Lun 14 Mai 2018, 23:16 par manila

» Sur la loi du karma
Lun 14 Mai 2018, 18:13 par Akana

»  Actualités du Bouddhisme dans le monde: Le maître tibétain Sogyal Rinpoché disgrâcié
Lun 14 Mai 2018, 14:30 par Nanachi

» Bonjour tout le monde!
Dim 13 Mai 2018, 19:46 par Karma Trindal

» Présentation rom5991
Dim 13 Mai 2018, 19:43 par Karma Trindal

» Saka Dawa Festival
Dim 13 Mai 2018, 10:58 par Puntsok Norling

» Rencontre avec Sa Sainteté le XVIIème Karmapa Trinlé Thayé Dorjé – 1/2 et 2/2
Dim 13 Mai 2018, 10:23 par Disciple laïc

» Meditation et pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 12 Mai 2018, 11:29 par Puntsok Norling

» Présentations
Jeu 10 Mai 2018, 21:43 par Disciple laïc

» Bonjour à tous
Mar 08 Mai 2018, 01:04 par rom5991

» Amour altruiste et compassion.
Lun 07 Mai 2018, 17:56 par Disciple laïc

» Les crises de panique: que sont-elles et comment les affronter ?
Sam 05 Mai 2018, 06:21 par rom5991

» Sensation pendant et après méditation
Mer 02 Mai 2018, 13:46 par Srivatsa

» Sexisme, andocentrisme, et misogynie
Mar 01 Mai 2018, 20:42 par Disciple laïc

» Recherche de bouddhistes sur Troyes
Mar 01 Mai 2018, 10:24 par vaygas

» Réflexions sur les trois piliers de la voie du Bouddha : vertu, méditation et sagesse
Lun 30 Avr 2018, 17:35 par Disciple laïc

» Même le Bouddha fut confronté à des épreuves
Lun 30 Avr 2018, 14:27 par Disciple laïc

» Lama Puntso nous parle du bouddhisme
Lun 30 Avr 2018, 10:37 par Disciple laïc

» Complexité du Karma
Dim 29 Avr 2018, 20:00 par Disciple laïc

» Traduction et L'interprétation des écrits saints en Islam
Dim 29 Avr 2018, 18:51 par Disciple laïc

» Nos deux mains
Dim 29 Avr 2018, 13:10 par manila

» Aumônerie bouddhiste
Dim 29 Avr 2018, 10:05 par Ortho

» Meditation et Pratique avec Lodoe RInpoche
Sam 28 Avr 2018, 22:14 par Puntsok Norling

» Les bienfaits de la souffrance
Sam 28 Avr 2018, 21:20 par Disciple laïc

» En quoi se démarque « Le livre de l’Eveil » des traditions théistes et du bouddhisme, tout en y étant attaché.
Sam 28 Avr 2018, 15:41 par tindzin

» Bouddhisme et nihilisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:37 par Disciple laïc

» le rêve dans le bouddhisme
Jeu 26 Avr 2018, 22:20 par Jean-François

» La Mort selon les bouddhistes
Mer 25 Avr 2018, 22:29 par Ortho

» Que penser de la méditation coupée de ses racines ?
Mer 25 Avr 2018, 16:26 par Pema Gyaltshen

» Je n'arrive plus à croire en mes rêves
Mer 25 Avr 2018, 08:54 par Karma Tsultrim Jyurmé

» La loi de causalité
Dim 22 Avr 2018, 20:40 par Disciple laïc

» Les enfants du Goulag
Dim 22 Avr 2018, 20:11 par Disciple laïc

» C'est tous ce qu'il y a à savoir
Dim 22 Avr 2018, 13:31 par manila

» Un bon critère pour savoir ou nous en sommes
Jeu 19 Avr 2018, 16:04 par manila

» Shantidéva (687-763)
Mar 17 Avr 2018, 21:34 par Disciple laïc

» L'illusion du temps
Mar 17 Avr 2018, 18:49 par Disciple laïc

» Le désir sensuel/sexuel et les filles de Mara
Mar 17 Avr 2018, 16:43 par Ortho

» L’art de la méditation
Mar 17 Avr 2018, 09:34 par Disciple laïc

» Présentation d'une petite nouvelle
Lun 16 Avr 2018, 20:27 par vaygas

» La jalousie, l'envie, des idées pour soigner ce poison?
Lun 16 Avr 2018, 15:25 par Disciple laïc

»  Un traducteur et un ami est mort , Frans Goetghebeur
Lun 16 Avr 2018, 10:11 par Disciple laïc

» Le monde de la compassion existe
Lun 16 Avr 2018, 10:10 par Disciple laïc

» Y a t'il un point commun entre Nikola Tesla, les autres scientifiques, Holywood et les Maîtres bouddhistes ?
Lun 16 Avr 2018, 08:55 par tindzin

» A ceux qui fréquentent Karma Samye Dzong (Bruxelles)
Sam 14 Avr 2018, 18:01 par manila

» Me revoici
Sam 14 Avr 2018, 13:27 par Cris87

» Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure
Sam 14 Avr 2018, 11:55 par manila

» Le bouddhisme et la science
Ven 13 Avr 2018, 19:50 par manila

» Les enseignements du Vénérable K. Sri Dhammananda
Ven 13 Avr 2018, 19:15 par Disciple laïc

» Le bouddhisme zen "Rinzaï" au Japon
Ven 13 Avr 2018, 18:54 par Disciple laïc

» Bonjour tout le monde
Ven 13 Avr 2018, 13:13 par vaygas

» Comment réussir à surmonter une déception
Ven 13 Avr 2018, 12:42 par Disciple laïc

» Point utile sur le Village des Pruniers
Ven 13 Avr 2018, 12:15 par Disciple laïc

» Le Complexe de Dieu
Ven 13 Avr 2018, 10:54 par petit_caillou

» Film "Le Vénérable W."
Jeu 12 Avr 2018, 18:44 par Akana

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 20 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 19 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Disciple laïc


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 95281 messages dans 11043 sujets

Nous avons 4201 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Amoghasiddhi

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7462)
 
Karma Trindal (6843)
 
manila (4977)
 
petit_caillou (4731)
 
Karma Döndrup Tsetso (3466)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2779)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2297)
 

Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Partagez
avatar
oranzade
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 41
Contrée : FRANCE
Arts & métiers : GESTION
Disposition de l'Esprit : OUVERTE
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/11/2011

Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par oranzade le Mar 10 Avr 2012, 22:14

Le syndrome d’abandon
L’abandonnisme est un état psychologique de sentiment d’insécurité permanente lié à une peur irrationnelle d’être abandonné. La personne qui souffre d’un état d’abandonnisme est en demande d’affection pour combler un manque originel (séparation traumatisante du passé ) ce que j’ai trouvé la dessus sur l’internet
Mais comment AIDER UNE PERSONNE COMME CA ? car je suis confrontée à une situation comme ça au bureau .. cette personne est devenue une amie, et j’essaie de la comprendre et l’aider mais COMMENT je dois dire qu’à long terme les situations deviennent invivables , aussi bien pour elle que pour son entourage
2 exemples :
Le 1 er : aujourd’hui, j’ai discuté avec une autre collègue au bureau qui a assise à coté de moi à la même table … une bonne partie de la journée, et en fin de la journée la personne souffrant du syndrome de l’abandon ( elle est assise en face) m’a envoyé un mail, pour me dire qu’elle souffrait beaucoup, qu’elle se sentait abandonnée par moi car je discutait avec l’autre collègue, qu’elle se sentait exclue….
2eme exemple, une fois elle m’a vu aller dejeuner avec une autre collègue , et j’ai eu le mail disant que c’était une souffrance ENORME POUR ELLE qu’elle se sentait abandonnée ….

J’ai vraiment envie de l’aider …car je sais qu’elle souffre énormément à cause de cela …mais COMMENT ?
Je suppose que ça doit venir de son enfance, je pense qu’elle n’a pas eu assez d’amour de ses parents, ils l’ont abandonnée sentimentalement ou peut être ça doit venir de sa naissance, elle a survécu malgré que les médecins disaient qu’elle allait mourir .. elle vit toute sa vie avec ce sentiment DE MORT … comment l’aider ?
J’ai beaucoup d’empathie pour elle comment l’aider ?
avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par MionaZen le Mer 11 Avr 2012, 08:57

Es-tu sûre qu'il s'agit bien là du syndrôme d'abandon ?



Peut-être s'agit-il tout simplement d'une personne réservée, qui a des difficultés à aller vers autrui qui recherche l'exlusivité auprès de la personne qu'elle a choisi comme amie. Peut-être une personne anxieuse (presque agoraphobe) qui de ce fait va très peu vers les autres mais reste proche d'un nombre restreint d'amis.



En tous les cas cette personne semble avoir peur des relations avec les autres mais aussi d'être seule. Ce n'est que mon humble avis, mais je pense qu'il faudrait d'abord identifier le problème car sinon on risque d'essayer de l'aider mais de la mauvaise manière et peut-être de créer plus de dégâts.
avatar
karma djinpa gyamtso
Protecteur de l'Arbre [PdA]
Protecteur de l'Arbre [PdA]

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 46
Contrée : Samsara
Arts & métiers : Monteur
Disposition de l'Esprit : Quel esprit?
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/12/2009

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par karma djinpa gyamtso le Mer 11 Avr 2012, 09:26

Oui peut-etre l'orienter vers un professionnel de santé dans un premier temps quitte à l'accompagner, cette personne doit etre dans une grande souffrance et il faut accepter aussi comme dit Miona qu'on est peut-etre pas capable de l'aider seul soi même.
avatar
oranzade
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 41
Contrée : FRANCE
Arts & métiers : GESTION
Disposition de l'Esprit : OUVERTE
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/11/2011

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par oranzade le Mer 11 Avr 2012, 22:26

bonsoir à vous deux Smile Smile
il s'agit d'une personne très sociale joyeuse, sociale, heureuse.. dans la plupart de temps, juste ces crises d’abandon de temps en temps, ...on dirait qu'on l'a abondoné dans son passé, et elle a peur à nouveau qu'on l'abondonne, le spécialiste , pourquoi pas je verrai par la suite, mais comment l'aider en attendant , quoi lui dire ? je l'ai ramenée en méditation avec moi ce soir ....
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7462
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Pema Gyaltshen le Jeu 12 Avr 2012, 08:15

Si tu l'as amené à la méditation avec toi, tu as fait le plus efficace des traitements.

Toutes ces formes de traumatismes et de difficultés sont toujours des aspects venant de l'ego souffrant de son ignorance, comme nous tous, à plus ou moins de degrés.

La méditation est certainement le remède le plus efficace !
En même temps, lui garder l'amitié et les encouragements et lui dédier des mérites de vos pratiques...



_________________

avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par MionaZen le Dim 15 Avr 2012, 12:09

Comment s'est passé la méditation ? Veut-elle renouveller l'expérience ?
avatar
oranzade
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 41
Contrée : FRANCE
Arts & métiers : GESTION
Disposition de l'Esprit : OUVERTE
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/11/2011

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par oranzade le Ven 18 Mai 2012, 00:56

Bonsoir,

merci pour vos réponses, je suis pas venue depuis longtemps, OUI on y va régulièrement ( en méditation) tous les mercredi, elle adore:)

sauf que d'après ce que je vois, ce qu'elle fait, elle a arrêté d'aller vers les gens, on dirait pour ne plus être abandonnée, elle se sépare de gens : elle m’a avoué ‘ j’ai l’impression d’être toujours en demande, c’est toujours moi qui va vers les gens, je les invite, je les contacte etc une fois que j’ai arrêté ça , de les contacter , inviter, plus personne m’invite, me contacte«

c’est super triste, car j’ai l’impression qu’en ayant peur d’être abandonnée, elle a abandonnée elle-même , peut-être pour se confirmer dans son sentiment d’abandon

moi je lui ai réponde, « écoute , peut être t’as mal choisi tes amis, t’es allée vers des personnes qui ne voulaient pas de toi, peut etre t’as regardé dans la mauvaise direction fait rien , attend , tu verras les miracles se passeront, les gens qui t’aiment véritablement apparaitront, sans que tu l’attende … je ne sais pas si c’est la bonne réponse ?
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7462
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Pema Gyaltshen le Ven 18 Mai 2012, 06:00

Bonjour Oranzade

Ces difficultés peuvent provenir de sa plus tendre enfance, voire même depuis sa naissance, il n'est pas rare que la souffrance de la naissance produise ce sentiment d'abandon.
Même de la période intra-utérine...les émotions de la maman enceinte influencent aussi.C'est très délicat.

Quoi qu'il en soit, le principal c'est le présent et finalement votre présence est sans doute la meilleure chose qui puisse l'aider.
N'est-ce pas vous le miracle, par votre amitié et votre compassion pour elle ?
Avec la méditation et le temps, elle devra se rendre compte que nous sommes tous reliés les uns aux autres en réalité.
Nous sommes à la fois seul au moment de la mort, et jamais seul dans la réalisation vers l'éveil.

Comme le chantait un artiste, "la solitude ça n'existe pas".

Sauf dans notre ignorance...
Je pense que vous faites très bien ce qu'il faut.



_________________

avatar
oranzade
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 41
Contrée : FRANCE
Arts & métiers : GESTION
Disposition de l'Esprit : OUVERTE
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/11/2011

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par oranzade le Ven 18 Mai 2012, 12:40

Wow merci pour votre réponse, c’est incroyable ce que vous
dites Ce AR JE PENSE QUE c'est vraiment ça!ça doit venir de de sa naissance! effectivement
je me suis dernièrement intéressée a ce sujet, pour pouvoir aider, et donc j’ai
lu un bouquin la dessus, par rapport à ce que la personne m’a dit , petit à
petit je découvre les raisons, elle a dit » ma maman m’a pas voulu , j’ai
été conçue par accident, donc j’ai pas voulu rester dans le vendre de ma mère car
elle me voulait pas, donc je suis née à 6 mois de grossesse …. Contre tout avis
médical j’ai survécu( car ilya plus de 30 ans, tous les médecin disaient elle mourra …
j’ai voulu quitter ce ventre qui me voulait pas ET VIVRE !!!! malgré qu’elle
soit pas voulu, malgré que les médecins disent qu’elle va mourir, elle survit !c’est
incroyable ! ensuite 3 mois de couveuse … » je pense que la couveuse
c’était encore l’abandon …… c’est quand même incroyable et passionnant cette
histoire


Donc dans le livre de CATHERINE DRUON" à l’écoute du bébé prématuré"
j’ai lu « toute observation montre des signes chez le bébé prématuré, d’un
bien -être, d’un mal- être, de la souffrance, de l’angoisse possible.. »
avatar
RINCHEN DOLMA
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 85
Age : 51
Contrée : Saint amour
Arts & métiers : eje
Disposition de l'Esprit : en recherche
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/06/2011

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par RINCHEN DOLMA le Ven 18 Mai 2012, 12:55

Oranzade, votre ouverture de coeur est sans doute une des meilleures attitudes à adopter lorsque l'on ressent la souffrance d'un etre...

Je vais vous conter une histoire que j'ai vécu il y a quelques mois...J'étais allée écouter une conference de Matthieu Ricard, s'intitulant la necessité de l'altruisme...

A la fin de cette conférence, il était possible d'acheter un de ses ouvrages et de le faire dédicacer...

Comme nous étions nombreux à désirer cet autographe, je suis restée un long moment proche de lui...

Il y avait une effervescence et chacun attendait ce moment avec impatience...

J'ai préféré ne pas me précipiter et adopter une attitude d'observations...

A un moment précis, une personne s'est approchée de lui, cette femme était en grande souffrance, alors Matthieu Ricard lui a accordé le temps necessaire pour qu'elle puisse déposer sa souffrance...

Les attitudes juste se vivent dans l'ouverture de coeur, la souffrance est à prendre dans l'instant...

Oranzade, soyez vous meme... Prenons exemple de nos maitres et de l'enseignement qu'ils dispensent à leur disciples... L'experience de la Voie donne l'authenticité à l'enseignement...

Il est important d'etre dans la justesse... Il n'existe pas de hasards dans les rencontres, avez vous certainement l'une et l'autre à vous découvrir...

L'altruisme, la compassion et la sagesse nous élèvent...

Je vous remercie Oranzade de votre attitude, puisse t'elle offrir les fruits d'une guérison...

Tous mes respects, RINCHEN DOLMA



avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7462
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Pema Gyaltshen le Sam 19 Mai 2012, 08:57

@ Oranzade
Voyez, je ne connaissais pas son histoire, mais ce que je constate c'est que la VIE prend le dessus ! C'est réconfortant !
je ne connais pas le livre dont vous parlez, certainement très instructif...
Le sujet est fondamental, ce qui est triste c'est que dans la grande ignorance de notre époque, beaucoup de femmes enceintes ne font plus trop attention à leur comportement.
Ainsi par exemple des futures mamans qui fument durant leur grossesse, c'est une catastrophe !
Sans parler de toutes les autres drogues...en vente libre ou non !

Oui, souvent les bébés ont ressentis un rejet : les premières semaines de la grossesse sont très délicates et toutes les pensées de la mère sont enregistrées dans le fœtus.
Ainsi, il utile de prendre conscience que toutes les pensées et actes de corps, de parole, et d'esprit de la maman, sont transmis directement au futur bébé.

( oui, j'en vois qui pensent : et les papas ? Mais bien sûr, le papa aussi à transmis ses difficultés, mais le lien est moins direct naturellement )

Ceci dit, je ne suis pas un "spécialiste" de la question, seulement nous avons reçu pas mal d'enseignements de nos Maîtres sur ce sujet important.
Bien sûr aussi reviennent les conséquences de la loi du Karma...mais nous sommes là pour essayer d'aider à ne pas ajouter de la souffrance au monde et peut-être soulager un petit peu...




_________________

avatar
oranzade
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 41
Contrée : FRANCE
Arts & métiers : GESTION
Disposition de l'Esprit : OUVERTE
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/11/2011

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par oranzade le Sam 19 Mai 2012, 11:53

bonjour


Je lis quelques livres pour m’instruire Boris Cyrulnik dans
les vilains petits canards dit » aujourd’hui l’échographie permet de
soutenir que les dernières semaines de grossesse constitue le 1 er chapitre de notre biographie (..) bien
avant la naissance le bébé n’est pls dans sa mère, il est avec elle.Il répond à
ses questions comportementales, à ses sursauts, ses cris ou son apaisement par
changement de posture, accélération cardiqaques,la bouche de fœtus révèle l’angoisse
de la mère (..)on est pas encore né que
déjà on se tricote. Prématurés nés quelques semaines d’avance on constate qu’ils
ne se déplacent pas au hasard dans les couveuses, presque tous gambadent et
roulent sur eux même jusqu’à moment où ils parviennent à un contact .(…)



L’histoire de la mère
, ses relations actuelles et passées , participent ainsi à la constitution des
traits tempéramentaux de l’enfant à naitre ou juste né. Avant le premiers regard
avant le premier souffle, le nouveau-né humain est happé par un monde où la sensorialité
est déjà historiée, c’est là où il aura
a se développer.



Faire naitre un enfant n’est pas suffisant,
il faut aussi le mettre au monde »






Quand on sait tout ca, effectivement ça me fait des frissons, et
surtout en voyant une maman qui fume, qui se drogue …..



Heureusement que la médecine nous permet de savoir tout ça, et quand je
pense qu’Ilya encore 60 ans on ne considérait pas les enfants comme des être
humains( des enfants grands je ne sais pas d’un an deux ans, c’est mon père qui
me racontait ( il a 64 ans ) que à l’époque c’était normal de battre les
enfants !!






Donc après je ne suis pas étonnée qu’Ilya en tant de souffrance !
que ma collègue souffre de l’abandon..vu ce qu’elle a vécu …









avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7462
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Pema Gyaltshen le Sam 19 Mai 2012, 18:57

Je fais remarquer que cette situation est ainsi en occident mais les textes Tibétains qui parlent de la grossesse avec beaucoup de détails et de précisions sont très anciens.
Et proviennent de la tradition orale et ancestrale.

La tradition est bien plus fiable que la science moderne limitée ...ce qu'elle "découvre" depuis 60 ans est connu depuis des millénaires par d'autres cultures.

Au niveau de l'esprit, la médecine moderne à encore du chemin à parcourir...





_________________

avatar
Ombre
Auditeur
Auditeur

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 59
Contrée : lointaine
Arts & métiers : créativité
Disposition de l'Esprit : ouvert
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 01/12/2012

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Ombre le Sam 08 Déc 2012, 11:45

https://www.youtube.com/watch?v=Vg04KWHWH5o&feature=youtu.be

bjr Oranzade

je voulais juste ajouter que l'abandon est effectivement une grande souffrance, il n'est pas aisé de se comprendre soi même quand l'on vit cet état. Une aide psychologique pour en comprendre les mécanismes est je pense nécessaire. Car même un ami(e) proche ne peut toujours avoir la bonne réponse, ou l'attitude que l'abandonné attend, lorsque cette panique de l'abandon l'emparre. J'écoutais ce matin (mais je n'ai pas tout visionner) cette conférence sur la théorie de l'attachement. Peut-être cela pourrait donner une source de compréhension à votre amie et à nous tous d'ailleurs (lien ci-dessus).
avatar
111111
Nouveau membre
Nouveau membre

Féminin
Nombre de messages : 1
Age : 27
Contrée : Corrèze
Arts & métiers : Santé
Disposition de l'Esprit : ouvert
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 17/07/2013

Syndrome d'abandon

Message par 111111 le Mer 17 Juil 2013, 22:46

Bonjour,

Votre amie souffre effectivement d'un syndrome d'abandon. J'en souffre moi même et connais par conséquent bien les situations dans lesquelles ils s'expriment. Je n'ai pas de réponse à donner à votre message, je souhaite juste faire partager ma propre expérience.
J'ai fait 1 an de psychothérapie qui m'a largement aidée, mais n'a pas fait complètement disparaitre le symptôme le plus difficile à supporter qui est l'angoisse. Lorsque l'on est en proie à une crise, ou lorsque ce sentiment pointe le bout de son nez la situation peut devenir vite intolérable et s'en est parfois presque insupportable. C'est effectivement une véritable souffrance. En plus, personnellement je sais que mon angoisse est injustifiée, mais elle est là, je suis terrorisée à l'idée de me retrouver seule, abandonnée par mes amies, ma famille, mon ami...tout le monde....et pour moi effectivement je ne fais que retarder au maximum ce jour, mais il viendra... C'est atroce.
Cependant, contrairement à votre amie, je ne connais pas la source exacte de ce sentiment chez moi, j'ai de lointain souvenir ou j'étais déjà victime de cette peur de l'abandon, lorsque j'avais 5-6 ans, mais je ne me souviens pas d'une réelle situation traumatisante, qui aurait pu être vécu comme un abandon. Il semblerait que la voie de la guérison se trouve en exprimant les sentiments que l'on a ressenti lors de cette situation traumatisante...même si cela me semble un peu compliqué lorsqu'il s'agit d'un évènement de l'enfance. La deuxième étape si j'ai bien compris ce que j'ai lu, serait dans l'acceptation de nos sentiments à chaque instant de notre vie, en réintégrant le présent et en n'étant pas dans l'anticipation du futur, ou le ressassement du passé. Tout ceci dans le but d'augmenter l'estime de soi par le ressenti et d'écarter ce que daniel Dufour appelle le mental qui est en faite le fruit de nos réflexions et de l'intellectualisation journalière de nos sentiments. 

Voila je ne sais pas si ça peut vous aider à comprendre ce que votre amie ressent, mais c'est en tout cas mon expérience. Et de c e que je sais c'est source d'une grande souffrance et il me semble important qu'elle essaie au moins un peu la psychothérapie. Cela permet de comprendre pas mal de chose et d'accepter un peu mieux ce que l'on est.
avatar
karquen
Philanthrope
Philanthrope

Masculin
Nombre de messages : 595
Age : 46
Contrée : Lorraine
Arts & métiers : formateur en informatique
Disposition de l'Esprit : Philosophie Bouddhiste et taï Chi taoïste.
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2013

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par karquen le Jeu 18 Juil 2013, 21:52

Chacun peu avoir en soit ce phénomène qui s'exprime de différentes manières et notamment par des crises d'angoisses.
Je ne sais pas si ça pourra aider, mais j'aimerai vous parler de mon expérience - presque comme l'abandon mais qui n'en est pas ! - si ça peu aider à éclaircir ou recouper des informations pour s'en faire une idée plus précise... j'ai 41 ans. Je suis un homme c'est important de le dire. A 27 ans, j'avais un CDD où le poids de travail administratif et accueil était immense, de 7 heures à 19 heures, sous-payé bien-sur ; et une amie disons de relation périodiques sans engagement. j'ai ressenti mes premières angoisses - l'impression d'étouffer, le coeur battant la chamade, les sueurs froides, la peur de mourir parsqu' incompréhension de ce qui m'arrivait, bref la totale à 27 ans. Je me suis mis à boire beaucoup d'alcool - gin-coca - pour m'anesthésier ; l'alcool étant un anesthésiant ponctuel, pour me calmer, mais si l'effet était temporairement bénéfique c'était l'enfer le lendemain, où il fallait biensur aller bosser et assurer au boulot, et voire sobre cette amie divorcée dont les enfants ado me rejetais totalement même avec des sorties ou des restau... Rien n'y faisait... cette amie voulait la distance - j'habitais pas avec elle - ses enfants me rejetaient, j'étais mal dans mon job...
Bref un soir, j'avais une vielle bouteille de 1975 de poire du Morvan à 55°...
je me suis réveillé sur un fauteuil roulant le matin, en face d'une femme qui me posait des questions...
Êtes-vous suicidaire ? non ! drogué ? non ! Voulez-vous mourir ? je pense pas non !
Vous ne pensez pas ? Je ne sais pas (je voulais parler de mon état pas de la mort)... Et hop ! interné une semaine en psychologie ! ... 1 er jour à dormir, deuxième drogué par les cachets, j'arrivais pas à lever ma petite cuillère pour un yahourt, 3 jours vue la psy - je lui ai supplier de supprimer les cachets, j'étais un zombie ! 4 eme jour au 8 eme jour 3 séances de psy par jour... je vous passe tout ce j'ai vu comme souffrance humaines chez les autres patients.... c'est... j'ai pas de mots...
Bref, le 8 eme jour après bien des séances de discutions, on a démêlé la pelotte de laine emêllée, et là : ouawouuu ! découverte initiale des mes angoisses : un rejet de maman à l'age de 7 ans ! Elle s'était fâchée avec mon père dans la cuisine, naturellement je me suis approchée d'elle et je voulais la réconforter, elle ma pris par le col et m'a envoyer valser à l'autre bout de la chambre.... Gros choc émotionnel... dont biensûr je ne me souvenais pas ! puisque refoulé !
Donc : d'où mon attitude de 7 à 27 ans à sur-protéger les femmes, à en souffrir puisqu'en les aimant en classe ne pouvant pas leurs dire mais vouloir les protéger... Largué à l'Armée par ma 1er copine à 18 ans, j'étais resté 3 jours à l'infirmerie par une première crise, tombé dans les pommes en pleins exercice... mais les médecins ne savaient pas d'où ça venait, ils m'ont donné des vitamines... lol...
Oeudipien : rejet de la mère. de 7 à 27 ans sous influence de ce phénomène, alors que j'avais de grandes capacité d'études - capable de calculer dix plus vite que mes camarades en classe - j'étais moyen, ramenant juste un 10 à la maison, et comme j'aimais les mathématiques- j'aurai pu avoir 20/20... j'avais 0 en math tout le temps ! j'ai passé le bac "administration" avec 17 de moyenne en français mais 3 en math évidemment... ce qui m'a fermé les porte de Sorbonne Paris 1 Lettres modernes et classiques... donc voilà...
Loupé mes études...
C'est Oeudipien de vouloir, pour un garçon la volonté de sur-protèger sa maman à 7 ans....
J'aurai pas protégé mon père ! je savais qu'il était capable de le faire lui-même !
Mes parents ont vécus heureux jusqu'au décès de papa et maman à la pêche même à 74 ans aujourd'hui, elle est partie toute seule avec son chien en cure dans le Sud de la France...

Voilà après la psy : de 27 à 29 ans suivi en psy aussi et éliminé les anti-dépresseurs, puis éliminé les anxiolitiques, même si je reste toujours avec un cachet d’anxiolytique, il m'arrive encore d'avoir non pas une crise, mais une peur de crise, mais je le sais c'est un placebo pour me rassurer moi-même car j'ai trouvé ce qui allait pas, j'ai soigné ce qui allait pas, et je vis avec ma compagne tout à fait normalement aujourd'hui... sans la sur-protèger genre trop attentionné, jusqu'à l'étoufer et lui demander en permanence si elle va bien, ce qu'elle veux, la peigner etc...
Ouf quoi !
Voilà si ça peu aider à comprendre certains réflexes, mais j'insiste beaucoup sur l'Oeudipien : encore une fois la réaction d'un homme n'est pas celle d'une femme et d'un garçon d'une fille...

Dans ce "sauve" si on peu dire parsque je connais le phénomène vraiment bien... c'est la peur de mourri, de "crever" littéralement l'envie de se taper la tête contre les murs pour "non c'est pas vrai" ; l'étouffement, les sueurs froides transpirer puis froid, puis se mettre sous une couette et ne plus bouger, avoir peur de bouger, faire un effort pour aller se faire un café, sortir faire des courses étaient un calvaire, des crises moyennes redondantes à la caisse, ou un son, une lumière... se faire couper les cheveux chez le coiffeur : il a fallu que je dise à la coiffeuse que j'étais très billeux et j'avais une pellade (à l'époque un manque de cheveux en rond d'une pièce de monnaie de 5 Francs si vous vous rappelez...
Bref retour au boulot quand ça existait encore avec l'Interim Adecco - merci Adecco - ! et voilà quoij'ai repris vie ! tellement d'ailleurs que je suis parti de Paris quand j'ai pu !
Et j'ai rencontré ma compagne ça fait 15 ans et sur en pleine harmonie car dés notre rencontre on s'est dit : 50/50.

Voilà de philosophie taoïste et bouddhiste, je me sent à la quarantaine très bien aujourd'hui, des liens normaux même si j'adore toujours les femmes - naturellement sans sur-protection - le boulot y'en a pas mais j'en trouve parfois, j'ai malgré tout réussi à avoir une maison (relativement assez grande), un grand jardin, nous n'avons pas pu avoir d'enfants, mais nous comblons par d'autre choses, des sorties, notre pépère chien, et surtout la rénovation de la maison (demain un peu d'enduit dans la salle de bain de 30 m²)...

Voilà ne pas desepérer ! ... pourquoi faire ?

Le temps arrange toujours les choses...
avatar
vaygas
Hydrofuge
Hydrofuge

Masculin
Nombre de messages : 2297
Age : 52
Contrée : france
Arts & métiers : technicien
Disposition de l'Esprit : ouvert
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 07/01/2013

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par vaygas le Ven 19 Juil 2013, 14:53

"Voilà ne pas desepérer ! ... pourquoi faire ?

Le temps arrange toujours les choses... "


Merci pour ton témoignage
avatar
clanatib
Sympathisant de l'arbre
Sympathisant de l'arbre

Féminin
Nombre de messages : 336
Age : 31
Contrée : France
Arts & métiers : secretaire
Disposition de l'Esprit : ouverte
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/01/2013

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par clanatib le Ven 19 Juil 2013, 16:54

le syndrome de l'abandon, je l'ai vécu aussi.
j'ai toujours trouvé que ma mère était froide, disons que je comprends aujourd'hui que ce n'était pas facile pour elle. moi, j'avais besoin d'attention, je me revois encore à 3ans pleurer à 5h du mat car je voulais maman (qui était partie travailler) et qui n'allait pas revenir pour moi!
je lui ai souvent dit d'ailleurs "tu ne m'aimes pas!", je le pensais vraiment à l'époque! Elle criait beaucoup, avait la claque facile, on devait obéir et c'est tout!

du coup, tout mon univers était dépendant à l'affection que l'on voulait bien me donner. pour le coup, je n'avais plus d'égo car je n'étais personne mais j'étais surtout ce que les autres voulaient que je sois! gentille au possible! ce qui m'a vallu d'être aussi bien refoulée!

j'ai changé le jour ou je me suis dit qu'il fallait que je vive pour moi (après 20 ans, il est temps!), que j'ai vu une psy car inévitablement j'étais tombée dans l'anorexie/boulimie. et prendre une autre position sur soi. ne plus se lamenter mais essayer de changer les choses!

et merci au bouddhisme qui m'aide encore au quotidien! grace à lui aussi j'ai changé! je suis enfin heureuse!
avatar
MionaZen
Animatrice Inter-News
Animatrice Inter-News

Féminin
Nombre de messages : 3353
Age : 37
Contrée : Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles
Arts & métiers : Artisan de paix
Disposition de l'Esprit : A la recherche d'une vie plus riche de sens
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2010

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par MionaZen le Lun 29 Juil 2013, 09:38

Je suis très heureuse de lire que ton amie va mieux Oranzade bisou 
Je reste toujours aussi étonnée de voir comme notre période pré-natales influe sur ce que nous sommes alors que c'est le cas pour moi-même. Je ne souffre pas du syndrome d'abandon mais si je n'ai pas mon permis de conduire aujourd'hui c'est en raison d'une très grande peur de la route; je ne suis à l'aise ni dans un bus, ni dans une voiture, ni en vélo, patins à roulette, ... par contre aucune crainte du train, de l'avion, du bateau. La psy qui me suivait il y a quelques temps m'a demandé si étant enfant j'avais eu ou vu un grave accident qui aurait pu me déstabiliser. Je lui ai répondu que non, et puis un jour j'en ai parlé avec ma mère (je précise qu'elle n'est pas très à l'aise au volant d'une voiture, bizarre non ?!) qui s'est rappelé avoir eu un accident de voiture assez impressionnant (la voiture a fait des tonneaux jusque dans un fossé) à plus de 6 mois de grossesse lorsqu'elle était enceinte de moi. Voilà qui explique peut-être mes troubles face à la route ...
avatar
Lodrö
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 38
Contrée : Pachamama (mais dans les yvelines en ce moment)
Arts & métiers : Derrière un clavier :(
Disposition de l'Esprit : Confiant
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 01/08/2013

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Lodrö le Lun 19 Aoû 2013, 14:42

Je me permets de réagir à ce sujet, car je suis également concerné par ce sujet et que je ne sais pas trop comment m'y prendre.

En fait,il s'agit de ma mère. C'est assez long et pas super facile à résumer.
Dans les grandes lignes, j'ai toujours connu ma mère déprimée (connu est un bien grand mot car je n'ai jamais vraiment pas parler avec elle), fataliste, défaitiste, toujours en train de se plaindre voire de pleurer et de se lamenter sur son sort. A l'écouter, il n'y a rien de positif, ni en elle ni dans sa vie. Elle s'est toujours inquiétée et s'inquiète au moindre prétexte. Me croirez-vous si je vous dit que quand je lui ai parlé du bouddhisme, de ma joie d'avoir découvert le Dharma et les bienfaits de la méditation après m'être assuré à 100% que je n'allais pas m'engager dans un mouvement sectaire caché derrière une appellation bouddhiste qu'elle m'a répondu "ça m'inquiète. Ca prend trop de ta place dans ta vie, ça va faire finir par casser ton couple ou je sais pas quoi."? sachant que ma compagne voit mes croyances d'un très bon oeil car elle voit que ça me plait autant que ça m'intéresse.

Ma mère est à la retraite, et sa vie d'aujourd'hui se résume à ce qu'elle appelle faire son devoir, à savoir s'occuper de ma grand mère: aller la voir plusieurs fois par jour, l'aider à faire la cuisine, lui faire le ménage, dormir chez elle un soir sur deux. Ca fait des années qu'elle n'est pas partie en vacances, il est inconcevable pour elle de partir ne serait-ce que pour un week-end. Elle est clairement malheureuse, mais elle est auto-convaincue qu'elle n'a pas d'autre choix et qu'elle ne peut pas s'éloigner de ma grand-mère.
Ca doit faire 13 ans que je vis à 700km de chez eux, ils sont venus une seule fois me rendre visite, au tout début. Depuis, plus rien, et c'est à moi d'aller les voir. J'ai toujours peur de dire à ma mère que je pars en week-end ou en vacances, de peur qu'elle ne le prenne mal et qu'elle ne vienne me dire "et voilà, tu as des vacances, mais tu viens jamais nous voir." Sachant que eux, ils sont tous deux à la retraite.

J'ai beaucoup souffert de la voir ainsi triste, et j'en souffre toujours. J'ai quitté le foyer familial il y a 15 ans environ pour travailler et essayer de faire ma vie.

Ca fait déjà quelques temps où elle ne cesse de m'envoyer des messages qui parfois tournent au harcèlement et que mon psy a qualifié "d'une violence incroyable". Un exemple concrêt: je lui avais une fois envoyé un SMS pour lui dire coucou, il fait beau, ça fait du bien et j'avais eu pour réponse: "heureusement que tu es là sinon je ne serais plus de ce monde", d'autres fois c'est "tu nous oublies", "tu nous tournes le dos" ou d'autres messages dans ce genre. Elle cherche à me faire culpabiliser parceque je vis loin de chez eux, et comme je suis hyper-sensible, ça marche plutôt bien... mieux qu'avec mon frère qui est plus "solide" que moi. Les fois où je l'appelle (car, évidemment, c'est sytématiquement à moi de le faire), j'ai toujours une grosse inquiétude, une crainte qu'elle n'aille me confondre une nouvelle fois avec un psy et me parler de tous ses problèmes car "si c'est pas à toi que j'en parle, à qui je peux en parler?"
Pendant un temps, ils m'avaient véritablement harcelés parcequ'ils s'inquiétaient de leur succession et de ce qu'allaient devenir leur maison et leurs biens. "De toute façon, tu n'auras qu'à tout vendre, ça te permettra de financer tes voyages et tant pis pour nous et les souvenirs de ta famille." Je n'étais déjà pas très bien à cette époque suite à une rupture douloureuse avec mon ex, cet épisode ne m'avait guère aidé.

Mon psy m'expliquait qu'elle est dans une quête insatiable de reconnaissance et d'affection de ses enfants. Clairement, ça lui irait parfaitement que je laisse tomber ma vie avec ma compagne, mon job pour venir vivre à côté de chez eux, voire chez eux, pour que je sois là comme elle fait avec ma grand-mère. Après, le reste, que je trouve un autre job ou pas, que ça me convienne ou pas d'aller retourner vivre là-bas, c'est pas important, tant que je suis avec eux pour eux.

Moi, de mon côté, j'essaie de vivre ma vie de mon mieux, de savourer les instants que je passe avec ma compagne avec qui je m'entends à merveille, de vivre avec mes angoisses et autres névroses qui sont comme des braises sur lesquelles ma mère vient régulièrement souffler un coup quand elle m'envoie ses messages. J'essaie de leur dire/montrer que je les aime, car c'est le cas, mais ce n'est jamais assez pour eux. Mon frère est sur le point de se marier, il m'a raconté qu'il y a peu il avait manqué de se prendre un coup par mon père qui lui reprochait à lui aussi de les laisser tomber, de ne pas avoir de reconnaissance pour eux. Je ne raconte pas non plus des difficultés de ma future belle-soeur avec eux.
Il y a quelques semaines, je lui ai envoyé les ouvrages "Il n'y ni mort ni peur" de Thich Nath Han ainsi que "Plaidoyer pour le bonheur" de Matthieu Ricard en espérant que ça puisse la faire réfléchir, mais même mon psychiatre me disait que c'était peu probable. Je tenais néanmoins à essayer.

Bref, voilà, c'est très compliqué pour moi à gérer et je ne sais pas trop quoi faire. J'avais lu dans un ouvrage bouddhiste (je ne sais plus lequel) que parfois il était préférable de ne rien faire, et que c'est elle-même qui a cultivé l'état d'esprit dans lequel elle est et que c'est son karma, mais j'ai du mal dans tous les sens du terme. Combien de fois j'ai essayé de la faire relativiser, de lui dire d'arrêter de tout voir en noir, mais rien à faire... J'ai perdu espoir que ma mère change son point de vue et accepte que je puisse être autre chose que ce qu'elle aimerait que je sois et qu'elle se rende compte à quel point ses attachements lui pourrissent la vie, mais je n'y crois guère.

Merci de m'avoir lu si votre lecture vous a amené jusqu'ici. Considérez ça comme un témoignage plutôt qu'une demande de conseil. J'espère juste ne pas être dans l'erreur vis-à-vis d'eux et des enseignements du Dharma, mais en tout cas, ce n'est guère facile à concilier.
avatar
Invité
Invité

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Invité le Lun 19 Aoû 2013, 15:21

Courage Lodro !

Je comprends que ca doit être très dur à vivre au quotidien.
 
Ca me fait penser au livre Parents Toxique de Suzan Forward
 
Tu peux trouver le résumé du livre ici :
 
http://www.relation-aide.com/dos_description.php?id=38&cat=4
avatar
Lodrö
Auditeur
Auditeur

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 38
Contrée : Pachamama (mais dans les yvelines en ce moment)
Arts & métiers : Derrière un clavier :(
Disposition de l'Esprit : Confiant
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 01/08/2013

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Lodrö le Lun 19 Aoû 2013, 16:10

Merci beaucoup pour ton message, Jojo, ainsi que pour le lien. J'ai lu la page avec attention (c'est pas facile car ça soulève tout à la fois des souvenirs douloureux et une sorte de malaise), et il est clair que je retrouve des expériences de mon enfance, notamment mon père qui ne cessait de me répéter que j'étais un nul, un faignant, un bon à rien si je ne m'étais pas acquité des travaux divers et variés qu'il m'obligeait à faire (quand ce n'était pas des coups de pieds au derrière ou des coups de martinet en cuir), ou quand mes résultats scolaires n'étaient pas à la hauteur.
C'est pas facile de voir la vérité en face et de savoir comment agir Sad
Vraiment pas facile de vivre avec ça et les conséquences qui vont avec depuis que les souffrances sont apparues plus ou moins soudainement: angoisses, cauchemards, etc...
je crois que je vais ajouter cet ouvrage à ma to-read-list.


Heureusement, j'ai énormément de chance d'avoir une compagne qui soit d'une gentillesse, d'une compréhension et d'un soutien sans faille.
Il y a sans doute une part d'opportunisme de m'être tourné vers le bouddhisme, mais je n'attends pas des enseignements du Dharma ou de la méditation de résoudre mes problèmes, mais en tout cas ils me font du bien et me parlent beaucoup. Mes croyances et mon engagement sont sincères.

Contenu sponsorisé

Re: Le syndrome d’abandon COMMENT AIDER ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 25 Mai 2018, 07:04