L'Arbre des Refuges: Une Philosophie Non Confessionnelle

La seule façon d’apporter la paix au monde est d’apprendre soi-même à vivre en paix.( Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C )


Les livres à lire dans sa vie

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Boîte aux lettres " Besoin de prières"
les trois autres grands signes EmptyAujourd'hui à 11:37 par Disciple laïc

» Amitābha: Le Grand Soutra de la Vie Infinie
les trois autres grands signes EmptyHier à 20:42 par Mila

» Les voeux de Bodhisattva
les trois autres grands signes EmptyHier à 20:19 par Disciple laïc

» Une question à propos du Bouddhisme zen
les trois autres grands signes EmptyVen 30 Juil 2021, 17:57 par Lilian

» Ce qui n'est pas cassé , ne le répare pas .
les trois autres grands signes EmptyJeu 29 Juil 2021, 16:41 par Jovin

» Guru Padmasambhava: À la recherche du Maître né du Lotus
les trois autres grands signes EmptySam 24 Juil 2021, 16:40 par Admin

» Cramage du cerveau par CQFD
les trois autres grands signes EmptyVen 23 Juil 2021, 13:45 par LeRetour

» Bonjour, bientôt je vais aller au temple Boudhiste à lodéve
les trois autres grands signes EmptyVen 23 Juil 2021, 13:44 par LeRetour

» Contre la nourriture carnée
les trois autres grands signes EmptyMer 21 Juil 2021, 19:25 par Disciple laïc

» question ...mandant une réponse
les trois autres grands signes EmptyMer 21 Juil 2021, 06:39 par LeRetour

» TocToc Le Retour de la folie
les trois autres grands signes EmptyMer 21 Juil 2021, 01:38 par LeRetour

» Comment pratiquer la vraie observation ? Krishnamurti
les trois autres grands signes EmptyLun 19 Juil 2021, 22:07 par Ortho

» Comment définir un être sensible
les trois autres grands signes EmptyLun 19 Juil 2021, 20:50 par Disciple laïc

» Le Monde selon Xi Jinping - Arte
les trois autres grands signes EmptyLun 19 Juil 2021, 20:33 par Mila

» ASBL L'Arbre des Refuges: Présentation du Projet
les trois autres grands signes EmptyLun 19 Juil 2021, 10:09 par Manu8370

» L'apprentissage du Bouddhisme : un apprentissage différent
les trois autres grands signes EmptyLun 19 Juil 2021, 07:38 par Disciple laïc

» La foire aux bonnes nouvelles
les trois autres grands signes EmptyVen 16 Juil 2021, 17:51 par Mila

» Nouveau membre. Question sur le forum.
les trois autres grands signes EmptyJeu 15 Juil 2021, 08:25 par Karma Trindal

» le corps énergétique : question concernant
les trois autres grands signes EmptyMar 13 Juil 2021, 13:07 par Disciple laïc

» question concernant le détachement
les trois autres grands signes EmptyLun 12 Juil 2021, 21:01 par Disciple laïc

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
les trois autres grands signes EmptyLun 12 Juil 2021, 12:58 par Mila

» Pensée amérindienne - Luther Standing Bear
les trois autres grands signes EmptySam 10 Juil 2021, 11:28 par Pema Gyaltshen

» Le mythe de la liberté et la voie de la méditation - De Chögyam Trungpa
les trois autres grands signes EmptyJeu 08 Juil 2021, 19:48 par dominique0

» Le trésor des miracles , tome 1, Editions Claire Lumière
les trois autres grands signes EmptyJeu 08 Juil 2021, 17:14 par Pema Gyaltshen

» La méditation présentée comme "bonne pour la santé"
les trois autres grands signes EmptyJeu 08 Juil 2021, 13:41 par Mila

» Message du Dalaï Lama pour son 86e anniversaire, demain, le 6 juillet .
les trois autres grands signes EmptyLun 05 Juil 2021, 19:16 par Mila

» Tout est une question de pensée
les trois autres grands signes EmptyLun 05 Juil 2021, 14:19 par Disciple laïc

» L'expérience de mort imminente serait-elle une stratégie de survie ?
les trois autres grands signes EmptyVen 02 Juil 2021, 21:54 par Mila

» Citation de " NathalC " ( Trouvée sur " Babelio" )
les trois autres grands signes EmptyVen 02 Juil 2021, 20:37 par Mila

» Générer la certitude basée sur la réflexion
les trois autres grands signes EmptyJeu 01 Juil 2021, 12:47 par Mila

» En quête d'un nouveau moi ou plutôt d'un moi plus vrai.
les trois autres grands signes EmptyJeu 01 Juil 2021, 11:22 par Mila

» Besoin d'un petit coup de pouce pour déchiffrer un message :)
les trois autres grands signes EmptyMer 30 Juin 2021, 19:22 par Disciple laïc

» Le vrai secret du bonheur ,c'est l'amour .
les trois autres grands signes EmptyMer 30 Juin 2021, 12:17 par dominique0

» Différence entre Amour bienveillant et Compassion
les trois autres grands signes EmptyMer 30 Juin 2021, 11:47 par Mila

» signification de Exsuffler
les trois autres grands signes EmptyMer 30 Juin 2021, 11:29 par epsilon777

» Citation d' Ajahn Chah - [ Page du site : "Babelio " ]
les trois autres grands signes EmptyMar 29 Juin 2021, 11:42 par dominique0

» Petit rappel : Lodjong, l'entraînement de l'esprit en 7 points
les trois autres grands signes EmptyLun 28 Juin 2021, 11:58 par Mila

» Réflexions de jetsunma Tenzin Palmo sur le tonglen
les trois autres grands signes EmptyLun 28 Juin 2021, 11:16 par dominique0

» Une citation de Jetsunma Tenzin Talmo
les trois autres grands signes EmptyDim 27 Juin 2021, 10:33 par dominique0

» Regard sur l'Abhidharma de Chögyam Trungpa
les trois autres grands signes EmptyVen 25 Juin 2021, 12:08 par menddy

» Comprendre la phénoménologie avec une tique (Von Uexküll)
les trois autres grands signes EmptyMer 23 Juin 2021, 19:00 par dominique0

» Eric Emmanuel Schmitt - Ma vision de l'amour
les trois autres grands signes EmptyMer 23 Juin 2021, 18:06 par dominique0

» ARTE Découverte: Tibet, les dilemmes de Tashi
les trois autres grands signes EmptyMer 23 Juin 2021, 00:43 par Admin

» Bonjour ,c'est Carine11 ,ravie d'être parmis vous.
les trois autres grands signes EmptyMar 22 Juin 2021, 23:00 par petit_caillou

» Des propos intéressants sur la question de la confiance en soi
les trois autres grands signes EmptyLun 21 Juin 2021, 18:37 par dominique0

» Qu’est-ce qu’un maître authentique ?
les trois autres grands signes EmptyDim 20 Juin 2021, 20:17 par Disciple laïc

» Sur Giordano Bruno - Une courte présentation
les trois autres grands signes EmptySam 19 Juin 2021, 19:16 par Disciple laïc

» La pensée du Bouddha - De Richard Gombrich
les trois autres grands signes EmptyVen 18 Juin 2021, 20:30 par Disciple laïc

» Les 4 karmas , transcription d'un séminaire de Chögyam Trungpa
les trois autres grands signes EmptyVen 18 Juin 2021, 20:13 par dominique0

» Sauver un écureuil - Des gestes simples mais efficaces
les trois autres grands signes EmptyVen 18 Juin 2021, 20:00 par dominique0

» Colloque avec Somasekha, Pierre Leret Guillemet et Julie Ann.
les trois autres grands signes EmptyLun 14 Juin 2021, 11:20 par dominique0

» Les trésors du musée CERNUSCHI 1/2 et 2/2
les trois autres grands signes EmptyDim 13 Juin 2021, 20:03 par Disciple laïc

» Somasekha - Soin d’Amour - Soin de la Source - Vidéo
les trois autres grands signes EmptyDim 13 Juin 2021, 19:16 par dominique0

» Petite présentation, parcours, intérêt, questionnement, gratitude, etc ...
les trois autres grands signes EmptyDim 13 Juin 2021, 16:09 par Karma Trindal

» Allâh Akbar, ou l'expression d'une transgression. Une courte vidéo qui vaut vraiment la peine d'être écoutée
les trois autres grands signes EmptyVen 11 Juin 2021, 22:58 par Disciple laïc

» Pensée du Dalaï-lama - ( Traduite de l'anglais en français )
les trois autres grands signes EmptyMer 09 Juin 2021, 10:02 par dominique0

» Citation extraite d'un livre de Françoise Verny
les trois autres grands signes EmptyMar 08 Juin 2021, 18:05 par dominique0

» Un homme passionné par les gorilles - Une belle histoire .
les trois autres grands signes EmptyMar 08 Juin 2021, 11:41 par dominique0

» Un homme passionné par les gorilles - Une belle histoire .
les trois autres grands signes EmptyMar 08 Juin 2021, 11:41 par dominique0

» Une belle voix - Avinu Malkeinu
les trois autres grands signes EmptyDim 06 Juin 2021, 19:05 par dominique0

» Un monument en hommage aux animaux de guerre
les trois autres grands signes EmptyDim 06 Juin 2021, 16:38 par Mila

» La journée mondiale de l'environnement
les trois autres grands signes EmptyDim 06 Juin 2021, 10:00 par Mila

» Marcher dans les Bois , le guide amoureux de la forêt .
les trois autres grands signes EmptyDim 06 Juin 2021, 09:47 par Mila

» Nous avons un anniversaire aujourd'hui
les trois autres grands signes EmptyVen 04 Juin 2021, 20:22 par Disciple laïc

» Pensées de Gilles Deleuze - Dialogues avec Claire Parnet. Paris, éditions Flammarion, 1977.
les trois autres grands signes EmptyJeu 03 Juin 2021, 11:39 par dominique0

» Les fleurs comestibles ....
les trois autres grands signes EmptyMar 01 Juin 2021, 13:42 par Mila

» Le bouddhism est contradictoire ?
les trois autres grands signes EmptyMar 01 Juin 2021, 11:12 par Tranquilité

» Stéphane Allix: "L’âme conserve l’empreinte des traumatismes des vies passées"- Un témoignage intéressant
les trois autres grands signes EmptyMar 01 Juin 2021, 10:29 par dominique0

» Un Bouddha du 7ème siècle retrouvé en...Suède ???
les trois autres grands signes EmptyLun 31 Mai 2021, 16:38 par Disciple laïc

» Thich Nhat Hanh, figure du bouddhisme engagé, de retour au Vietnam, mais sous surveillance
les trois autres grands signes EmptyLun 31 Mai 2021, 15:28 par Disciple laïc

» Les peintures de Djé Tsongkhapa
les trois autres grands signes EmptyDim 30 Mai 2021, 20:07 par Disciple laïc

» Aide au Bouddhisme
les trois autres grands signes EmptyDim 30 Mai 2021, 11:54 par Nangpa

» Pensées de Jetsunma Tenzin Palmo
les trois autres grands signes EmptyDim 30 Mai 2021, 10:38 par Mila

» Trouble psychique et traitement médicamenteux
les trois autres grands signes EmptySam 29 Mai 2021, 22:26 par Disciple laïc

» Les "mauvaises fréquentations"
les trois autres grands signes EmptySam 29 Mai 2021, 21:23 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 24 Invités :: 3 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

L’Arbre et ses racines

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 106009 messages dans 12591 sujets

Nous avons 4524 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Lilian

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7773)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
Karma Trindal (7182)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
petit_caillou (4816)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
karma djinpa gyamtso (3385)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
MionaZen (3351)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
Karma Yéshé (3196)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
Mila (3147)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
vaygas (2774)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 
Disciple laïc (2423)
les trois autres grands signes Bar_leftles trois autres grands signes Barles trois autres grands signes Bar_right 

les trois autres grands signes

Ortho
Ortho
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1848
Zodiaque : Bélier Âge : 66
Contrée : France
Arts & métiers : Vaguemestre
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chèvre
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bientôt la retraite?
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 04/08/2011

Titre-sujet les trois autres grands signes

Message par Ortho Dim 29 Avr 2012, 00:17

Extrait du site:

http://www.dhammadana.org/bouddha/4_grands_signes.htm#ch2



Le malade


Quatre mois plus tard, ayant de nouveau le désir de se
rendre au jardin royal, le prince Siddhattha fit atteler la diligence
princière et se mit en chemin, escorté de soldats et de quelques membres
de la cour. Juste avant que la voiture ne pénétrât dans le jardin, le deva
(celui qui fit apparaître le premier des quatre grands signes) fit
apparaître le deuxième des quatre grands signes. Il créa un malade, le
corps recouvert de pustules, rongé par la maladie baignant
lamentablement dans ses propres excréments et urines. Il n’avait pas la
force de se lever, ni de s’allonger tout seul. Profondément marqué par
la douleur, l’apparence cadavérique et vide de santé, le malade se
tenait devant l’entrée du jardin. Le deva
fit de telle sorte que seuls, le prince et le cocher puissent
l’apercevoir. Le prince, qui n’avait jamais vu que des personnes en
pleine santé, fut très surpris par cette vision. Choqué, il s’enquit
auprès du cocher :

« Les yeux de cette personne ne sont pas comme ceux des
autres. Ils demeurent ternes et à peine entre-ouverts. Sa voix non plus
n’est pas comme celle des autres. Il gémit comme s’il était
continuellement en proie à la douleur. À l’inverse des autres personnes,
il semble être condamné par une immense faiblesse. Qui est-ce ?

— Ceci est un malade. Une personne qui souffre de maladie.

— Auparavant, je n’avais vu de personnes aux yeux ternes
et à peine ouverts (il répéta toute la description), et n’en avais
jamais entendu parler, non plus. Comment se fait-il qu’il soit ainsi ?
Expliquez-moi !

— Cet homme a contracté une maladie. C’est-à-dire qu’une
affection s’est emparée de son corps. La maladie dont il souffre fait
qu’il n’est pas conscient de sa posture : il ne sait pas s’il est debout
ou assis. Il existe en outre de nombreuses autres maladies.

— Moi aussi, un jour, vais-je inévitablement souffrir d’une maladie, comme cet homme ?

— Tous les êtres sont assujettis à la maladie, personne
n’en est épargné, personne ne demeure éternellement en parfaite santé.
Le fait d’avoir un corps amène inévitablement, un jour ou l’autre, à
éprouver des maux physiques divers.

— Je peux donc connaître moi aussi la maladie. Je suis si
bouleversé que ne veux plus aller au jardin. Faites demi-tour et
rentrons au palais ! »

La vision du deuxième des quatre grands signes provoqua chez le jeune
prince une profonde prise de conscience. Il demeurait effrayé à l’idée
qu’il connaisse irrémédiablement la maladie. Étonné de voir la
diligence si vite revenir au palais, le roi interrogea le cocher :

« Comment se fait-il que vous ne soyez pas restés au jardin royal ?

— Le prince n’a même pas voulu y pénétrer tant il est bouleversé, Sire.

— Qu’a-t-il bien pu le bouleverser ?

— Il a aperçu un malade, Sire. »

Le roi comprit aussitôt ce que son fils a dû ressentir au contact de
cette vision. Très soucieux à l’idée qu’il puisse découvrir les deux
autres signes, le monarque fit élargir d’une troisième distance, depuis
laquelle on ne peut plus entendre une vache meugler, le périmètre vierge
de tout élément susceptible de lui faire découvrir l’un de ces deux
autres signes. Il fit encore multiplier les réjouissances et les
distractions dont disposait déjà son fils pour tenter d’effacer sa
désillusion.


Le mort


Quatre mois plus tard, ayant de nouveau le désir de se
rendre au jardin royal, le prince Siddhattha fit atteler la diligence
princière et se mit en chemin, escorté de soldats et de quelques membres
de la cour. Juste avant que la voiture ne pénétrât dans le jardin, le deva
fit apparaître le troisième des quatre grands signes. Il créa un mort,
installé dans un palanquin mortuaire qu’était en train de préparer et
entourait un large groupe de personnes. Le deva
fit de telle sorte que cette procession, qui prenait place devant
l’entrée du jardin, ne fut visible que du prince et du cocher. Curieux
de cette scène, le jeune Siddhattha s’enquit auprès du cocher :

« Que fait cet attroupement de gens ?

— Ils préparent un palanquin pour transporter un mort.

— Auparavant, je n’ai jamais vu de mort, et n’en ai jamais non plus entendu parler. Emmenez-moi voir cette personne morte. »

Quand le cocher eut approché la diligence, le prince en descendit et
s’approcha du mort pour l’observer de près. Le cadavre avait la peau
blanchâtre, d’un aspect lugubre, déjà rongée par la décomposition. Très
surpris de voir une apparence si macabre émanant d’un être humain, le
prince, qui n’avait jamais vu que des personnes en vie, demanda au
cocher :

« Comment expliquez-vous la mort ?

— Quand on parvient à la mort, on ne revoit plus jamais sa famille, ni ses amis.

— Moi aussi, serai-je mort, un jour ? Connaîtrais-je
inévitablement la mort ? Moi aussi, viendrais-je à ne plus jamais revoir
ma famille, ni mes amis ? (Le prince ne savait pas que sa mère était
morte, car le jour de son décès, il n’avait que sept jours, et depuis
lors, on lui avait laissé croire que la reine Mahāpajāpati Gotamī était
sa mère biologique).

— Tous les êtres qui peuplent l’univers connaîtrons
inévitablement la mort. À un moment de l’existence, tout corps finit par
dépérir de cette façon, aboutissant inévitablement à la mort. Vous
aussi, un jour vous serez mort, et ainsi, ne reverrez plus votre
famille, ni vos amis.

— Je peux donc connaître comme tout le monde la mort, moi
aussi. Je suis si bouleversé que ne veux plus aller au jardin. Faites
demi-tour et rentrons au palais ! »

La vision du troisième des quatre grands signes provoqua chez le
jeune prince une profonde prise de conscience. Il demeurait effrayé à
l’idée qu’il connaîtrai irrémédiablement la mort. Étonné de voir la
diligence si vite revenir au palais, le roi interrogea le cocher :

« Comment se fait-il que vous ne soyez pas restés au jardin royal ?

— Le prince n’a même pas voulu y pénétrer tant il est bouleversé, Sire.

— Qu’a-t-il bien pu le bouleverser ?

— Il a aperçu un mort, Sire. »

Le roi comprit aussitôt ce que son fils a dû ressentir au contact de
cette vision. Très soucieux à l’idée qu’il puisse découvrir le dernier
signe, le monarque fit élargir d’une quatrième distance, depuis laquelle
on ne peut plus entendre une vache meugler, le périmètre vierge de tout
élément susceptible de lui faire découvrir ce dernier signe. Il fit,
une fois de plus, multiplier les réjouissances et les distractions dont
disposait déjà son fils pour tenter d’effacer sa désillusion. Néanmoins,
le jeune prince voulut rester seul dans sa chambre, tant il était
accablé par cette troisième vision. Il songea :

« Ainsi, chacun dans le monde est destiné à mourir, un
jour ou l’autre. Personne n’a découvert comment échapper à cela. Il doit
cependant bien y avoir un moyen d’y parvenir. Je dois le découvrir et
en faire bénéficier tous les êtres ! »




Le renonçant


Quatre mois plus tard, ayant de nouveau le désir de se
rendre au jardin royal, le prince Siddhattha fit atteler la diligence
princière et se mit en chemin, escorté de soldats et de quelques membres
de la cour. Juste avant que la voiture ne pénétrât dans le jardin, le deva
fit apparaître le dernier des quatre grands signes. Il créa un
renonçant, le crâne et le menton rasés, vêtu d’un simple tissu ocre,
assis et immobile, absorbé dans un profond samādhi.
Affichant une apparence noble et sereine, le renonçant se trouvait
devant l’entrée du jardin, de sorte que seuls, le prince et le cocher
puissent l’apercevoir. Le prince, qui n’avait jamais vu que de personnes
sans cesse obsédées par les activités effervescentes du monde, fut très
surpris par cette vision. Intrigué, il demanda au cocher :

« Ce personnage n’est pas comme les autres. Il n’a pas de
cheveux, ni de barbe. L’habit – teinté d’un ton ocre – qu’il porte
n’est pas non plus comme celui des autres. Qui est-il ?

— C’est un renonçant.

— Qu’est-ce qu’un renonçant ? Expliquez-moi ce que cela signifie !

— C’est une personne qui s’entraîne en vue de se libérer
de la vieillesse, de la maladie et de la mort. Sa générosité est sans
limite. Il s’entraîne noblement et sans relâche au développement des 10 kusalakammapathadhamma.
Ne consacrant sa vie qu’à cela, il porte cet habit ocre, renonçant à
toutes les réjouissances de la vie laïque. Une telle personne est
appelée un renonçant. Un renonçant est une personne proche du dhamma,
qui ne commet pas de faute, il observe une conduite pure. Il sait que
sa pratique est bonne. Une telle personne est appelée un renonçant. Il
n’opprime pas les êtres, il prend toujours soin d’autrui, ne visant que
le bénéfice de chacun. Il comprend que cela est bien. Une telle personne
est appelée un renonçant.

— J’ai beaucoup d’admiration pour de tels êtres, qui
s’entraînent en vue de se libérer de la vieillesse, de la maladie et de
la mort. (il énonce ainsi toute la définition que le cocher vient de lui
exposer) Voilà une noble manière de vivre ! »

Comme le prince souhaita parler directement au renonçant, il
s’approcha de lui, et lui adressa les mêmes questions qu’il venait
d’adresser au cocher. Comme le renonçant lui fournit les mêmes réponses,
le prince conclut le dialogue par les mêmes paroles de félicitations.

Très heureux, le prince pénétra dans le jardin royal. Ayant prit
place à l’ombre d’un bosquet, il savoura la délicieuse atmosphère et la
délicatesse des parfums généreusement offerts par des fleurs de toutes
espèces, dont le dégradé des couleurs n’avait rien à envier aux plus
beaux ciels permis par le coucher du soleil. Ses pensées rivées sur la
découverte qu’il venait de faire, il irradiait du plus intense des
bonheurs.

Remarque : Concernant le futur
bouddha Gotama, l’espace de temps entre les apparitions des quatre
grands signes fut de quatre mois, mais pour d’autres bouddhas, cette
durée peut être de cent ans – en proportion de leur durée de vie. Selon
les enseignements du dhamma, à chaque antarakappa
la durée de vie des humains s’allonge progressivement jusqu’à un nombre
astronomique d’années, pour redescendre ensuite peu à peu, jusqu’à
l’âge de dix ans. Toutefois, un bouddha n’apparaît jamais dans une
période dont l’espérance de vie des humains excède les cent mille ans.
La raison étant que leur vie est si longue que les humains, oubliant
complètement leur naissance, n’accepteraient pas l’enseignement du dhamma,
refusant de croire que leurs corps ont à subir la naissance, la
vieillesse, la maladie et la mort. Bien que ces points constituent la
seule chose qui pousse les êtres à la pratique du dhamma,
rares, déjà parmi ceux qui ont une vie suffisamment courte pour en être
pleinement conscients, sont ceux qu’ils motivent à s’entraîner sur la
voie de la libération jusqu’au succès. Ignorant de ces points
fondamentaux pour vouloir la libération, personne – à une époque où l’on
vit jusqu’à cent mille ans – ne voudrait faire le moindre effort pour
espérer échapper à des souffrances invisibles (car trop lointaines pour
être visibles).
Smile


_________________
"La raison dessèche le coeur" Dit d'un vieux Turc.

    La date/heure actuelle est Dim 01 Aoû 2021, 16:30