Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

Etudes, Pratiques & Compassion. Bienvenue sur L'Arbre des Refuges !



Forum bouddhiste: L'Arbre des Refuges

École de la vérité expérimentée

...

Adblock Plus

Surfez sans désagrément !


  • Bloque les bannières, pop-ups, malware, etc.
  • Par défaut, les publicités non intrusives ne sont pas bloquées
  • Gratuit et en source libre (GPLv3)


Accepter et installer pour Chrome


Accepter et installer pour Firefox


Accepter et installer pour Internet Explorer

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» Citation d'Einstein sur le bouddhisme
Hier à 21:18 par manila

» L'Arbre des Refuges/- Les mots qui se suivent
Hier à 21:11 par manila

» Digestion difficile
Hier à 19:18 par Disciple laïc

» QUE LA PAIX VOUS ACCOMPAGNE !
Hier à 14:07 par Karma Döndrup Tsetso

» Dans la circulation à Dakar
Hier à 13:51 par tindzin

» Atteindre rigpa par la base
Hier à 00:47 par tindzin

» Dhammapada
Jeu 16 Nov 2017, 13:06 par vaygas

» What is nirvana ?
Jeu 16 Nov 2017, 10:50 par Disciple laïc

» Quatre nobles vérités
Jeu 16 Nov 2017, 10:29 par Franck Barron

» Créer une association
Jeu 16 Nov 2017, 09:35 par manila

» Tout sur le karma
Mer 15 Nov 2017, 00:09 par tindzin

» Bouddhisme engagé : La Chine, amie ou ennemie ? L'exemple de Leibniz et Confucius
Mar 14 Nov 2017, 23:23 par tindzin

» L'homme n'est pas notre ennemi
Mar 14 Nov 2017, 20:35 par Karma Yéshé

» Reliques du Bouddha
Mar 14 Nov 2017, 20:24 par Karma Yéshé

» Table d'étude
Mar 14 Nov 2017, 14:54 par Tsultrim Yeunten

» Esprit du Bouthan
Mar 14 Nov 2017, 14:22 par Akana

» Présentation de "Renaissance"
Mar 14 Nov 2017, 13:02 par Puchi

» bonjour à tous!
Mar 14 Nov 2017, 12:59 par Puchi

» Les 16 attitudes ou l'éducation universelle 2/2
Mar 14 Nov 2017, 12:58 par Disciple laïc

» Recherche magasin de zafus sur Paris
Mar 14 Nov 2017, 12:15 par Disciple laïc

» Prière d'offrande de lampes
Mar 14 Nov 2017, 11:49 par manila

» Marcher de noel hilamayen
Mar 14 Nov 2017, 11:43 par Karma Yéshé

» Présentation Bern
Mar 14 Nov 2017, 11:05 par manila

» Présentation Tsultrim Yeunten
Mar 14 Nov 2017, 10:38 par manila

» Histoire Zen _ Le Maître du Silence
Mar 14 Nov 2017, 10:36 par manila

» Rencontre en cercle inter-tradition
Lun 13 Nov 2017, 18:51 par Pema Gyaltshen

» Ecouter les enseignements.
Lun 13 Nov 2017, 14:45 par Karma Yéshé

» Sciences et Vie: Les étonnantes vertus de la méditation
Dim 12 Nov 2017, 21:46 par Bern

» Statuette de Bern
Dim 12 Nov 2017, 20:49 par Bern

» Aller à contre courant, se libérer des habitudes
Mer 08 Nov 2017, 10:30 par manila

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
Mer 08 Nov 2017, 10:23 par manila

» Adzom Gyalsé Rinpotché à Bruxelles novembre 2017
Mer 08 Nov 2017, 09:46 par Pema Gyaltshen

» Entretien autour d'un film.
Mar 07 Nov 2017, 19:54 par Karma Yéshé

» Vivre en centre spirituel
Mar 07 Nov 2017, 12:40 par manila

» Japon : les chemins de pélérinage
Mar 07 Nov 2017, 12:38 par manila

» Homéo et aphtes.
Mar 07 Nov 2017, 09:28 par Karma Yéshé

» Le bouddhisme selon Matthieu Ricard
Lun 06 Nov 2017, 20:49 par Karma Yéshé

» Les 4 Nobles Vérités selon le maître Zen Thich Nath Hanh
Lun 06 Nov 2017, 20:03 par Karma Yéshé

» Pourquoi et comment méditer sur la vacuité ?
Lun 06 Nov 2017, 19:57 par Karma Yéshé

» Kyudo, tir à l’arc zen
Lun 06 Nov 2017, 17:57 par manila

» Une policière rencontre Thich Nhat Hanh
Lun 06 Nov 2017, 17:57 par Karma Yéshé

» Homéo et acné
Lun 06 Nov 2017, 16:34 par manila

» Pour les allergiques au lactose
Lun 06 Nov 2017, 07:09 par Karma Yéshé

» Les 5 poisons mentaux.
Dim 05 Nov 2017, 21:24 par Disciple laïc

» Les chants de réalisation des maîtres de la lignée shangpa
Dim 05 Nov 2017, 20:14 par manila

» Pâtes au ofu et paprika de A.Boncompain
Dim 05 Nov 2017, 19:59 par manila

» Le processus de la mort par ph Cornu
Dim 05 Nov 2017, 19:56 par manila

» Chakras et méridiens
Dim 05 Nov 2017, 17:12 par Karma Yéshé

» H E Ravintsara
Dim 05 Nov 2017, 17:08 par Karma Yéshé

» L'instant présent
Dim 05 Nov 2017, 16:10 par Karma Yéshé

» Citation du Bouddha
Dim 05 Nov 2017, 16:08 par Karma Yéshé

» Les 16 attitudes ou l'éducation universelle 1/2
Dim 05 Nov 2017, 15:23 par Karma Yéshé

» Un soir au musée : Angkor
Dim 05 Nov 2017, 15:04 par Karma Yéshé

» Regards zen sur l’alimentation
Dim 05 Nov 2017, 14:52 par manila

» Moine bouddhiste en Kalmoukie
Sam 04 Nov 2017, 12:23 par manila

» Les mantras peuvent guérier les maladies, etc.. ?
Ven 03 Nov 2017, 23:00 par Jorince

» Bouddhisme et management responsable
Ven 03 Nov 2017, 21:23 par Karma Yéshé

» Aide au Bouddhisme
Ven 03 Nov 2017, 21:14 par Invité

» Quelles sont les caractéristiques propres au bouddhisme tibétain
Ven 03 Nov 2017, 20:49 par Karma Yéshé

» L'enseignement du Bouddha avec Philippe Cornu
Ven 03 Nov 2017, 20:34 par Karma Yéshé

» Une vie, une oeuvre : Bouddha
Ven 03 Nov 2017, 20:18 par Karma Yéshé

» La sagesse de la vacuité
Ven 03 Nov 2017, 19:24 par Disciple laïc

» Les premiers habitants de l'Hymalaya
Ven 03 Nov 2017, 19:23 par Disciple laïc

» L'esprit d'eveil
Jeu 02 Nov 2017, 21:43 par Disciple laïc

» Pîqure de rappel ?
Jeu 02 Nov 2017, 12:47 par tindzin

» Sciences et Vie :Gottfried Wilhelm Leibniz "Génie d’hier et d’aujourd‘hui"
Mer 01 Nov 2017, 20:59 par Admin

» Yoga ? Une bonne solution?
Dim 29 Oct 2017, 01:11 par Ortho

» Le Naraka le lac des Enfers
Sam 28 Oct 2017, 11:12 par Ortho

» MATRUL Rinpoché à Bruxelles octore 2017
Ven 27 Oct 2017, 17:40 par Pema Gyaltshen

» Précieuse existence humaine
Mer 25 Oct 2017, 11:05 par Ortho

» Témoignage: Mise en place du projet: Méditation à l'école!
Mer 25 Oct 2017, 00:00 par Karma Yéshé

» Présentation Jcare
Dim 22 Oct 2017, 22:14 par Ortho

» Illusion ou Réalité: Ram Bahadur Bamjon - Réapparition de Little Buddha
Dim 22 Oct 2017, 13:27 par manila

» Annonce: Cherchons animateur vidéo pour le forum
Dim 22 Oct 2017, 11:32 par Karma Trindal

» Un maître du Soto Zen - 1902-2008 - 95 ans de zazen
Ven 20 Oct 2017, 17:05 par Disciple laïc

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 32 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 30 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Akana, tindzin


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 93159 messages dans 10832 sujets

Nous avons 4090 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est chollet74

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7414)
 
Karma Trindal (6794)
 
petit_caillou (4717)
 
manila (4473)
 
Karma Döndrup Tsetso (3441)
 
karma djinpa gyamtso (3386)
 
MionaZen (3353)
 
Karma Yéshé (2732)
 
Karma Yönten Dolma (2311)
 
vaygas (2034)
 

Bouddhisme et franc-maçonnerie

Partagez
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:27

Bouddhisme et franc-maçonnerie

Présentation et historique de deux traditions et de leur mode de transmission

Par Lama Denys


Le terme bouddhisme est apparu vers 1825. C’est ce que nous apprend Roger-Paul Doit dans un de ses derniers livres. Bouddhisme est un néologisme qui n’est pas très heureux pour rendre justice à la tradition du Bouddha.

Donc, nous parlerons plutôt de Dharma ou de tradition du Bouddha, entendu qu’il n’est pas plus juste, de notre point de vue, de parler de bouddhisme qu’il ne le serait de parler de franc-maçonnisme avec tout ce que "bouddhisme" implique de théories, de doctrines.

La voie du Bouddha
Il faut s’imaginer, à son origine, le Bouddha, vingt-cinq siècles auparavant, au centre de l’Inde à Bodhgaya, sous l’arbre de la Bodhi. Il enseigna à partir d’une expérience -l’éveil-, un important canon qui se diffusa vers le Sud, jusqu’à l’océan, Ceylan, Sumatra, Bornéo, et vers le Nord, au Tibet, puis par la route de la soie en Chine, au Japon, en Corée et vers l’Ouest jusqu’aux confins du monde grec.

L’enseignement du Bouddha, le Dharma, est, d’une certaine façon, le fond commun de la vision traditionnelle de l’Orient. En tout cas il est largement son dénominateur commun.

Le thème de notre rencontre est tradition/transmission.

Depuis le Bouddha, depuis vingt-cinq siècles, une filiation s’est perpétuée. Elle nous a transmis... Que nous a -t-elle transmis ? Tout d’abord, au centre du Dharma, il y a une expérience : l’expérience de l’éveil. En termes de transmission, l’accent est mis sur l’expérience. C’est le vécu qui est ici très important.

Il ne s’agit pas d’une philosophie, ni d’une métaphysique, encore moins d’une théologie, ni d’une vérité écrite, inscrite de façon définitive, même s’il y a un corpus énorme de textes d’enseignements.

Le coeur de la transmission du Bouddha est une expérience : l’expérience de l’éveil, l’expérience du Bouddha, l’expérience de la nature de Bouddha. Elle peut se nommer aussi expérience de l’intelligence en soi, expérience de la claire lumlière, expérience immédiate, directe, de l’état de présence.

C’est cet état de présence direct, immédiat, non dualiste, qui a inspiré l’enseignement du Bouddha, le Dharma comme moyen offert - pour ceux qui le souhaitent - de découvrir cet état, cette expérience fondamentale et la réintégrer. Car elle est notre nature la plus profonde, la plus intime.

Cette expérience se nomme en sanscrit. "bouddhayana", l’intelligence immédiate d’un Bouddha.

Il y a donc dans la transmission un aspect central, fondamental, qui est de l’ordre du vécu, puis un enseignement qui rend compte de ce vécu et sert de tremplin, d’accès, à la réalisation de celui-ci.

On présente traditionnellement le Dharma en trois points : sa vision, son ou ses points de vue, ensuite la méditation ou la qualité d’expérience dans la vie, puis, la discipline.

La vision du Bouddha est d’abord celle du non-soi. La découverte que ce que nous sommes et que ce que nous vivons n’est pas une expérience solide, monolithique, statique, ou une réalité en soi, inhérente, comme nous avons tendance à le percevoir.

Cette vision du non-soi se traduit aussi comme la vision de l’interdépendance, dans la mesure où il n’est rien qui n’existe en soi et par soi. Toute chose, tout ce que nous vivons, tout ce que nous sommes, tout ce que nous expérimentons, existe et n’existe qu’en tant qu’événements interdépendants.

Tout ce qui est inter-est n’est (naît) que dans l’inter-être, dans l’inter-relation, dans l’interdépendance. C’est cette vision qui est connue comme celle de la vacuité. Vacuité et interdépendance sont à entendre comme synonymes. Cette vision débouche aussi sur cette expérience que nous avons appelée "état de présence".

Lorsque la conscience habituelle se dégage de ses illusions, de ses fixations, elle s’ouvre à une expérience de clarté, de lucidité qui se comprend, s’expérimente en elle-même et c’est cette lucidité autoconnaissante en soi, cette intelligence en soi qui est nommée expérience d’éveil, nature de Bouddha, ou plénitude de l’expérience de vacuité. Voici, très schématiquement, quelques aspects de la vision du Dharma.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:28

Sa pratique est, extérieurement, une discipline d’action fondée sur la compassion et, intérieurement, une qualité d’expérience que l’on nomme habituellement méditation.

Le terme de méditation est assez impropre au sens où ce dont il s’agit est une expérience d’ouverture, de lucidité, une expérience de présence, de vigilance, d’attention : une présence attentive, vigile dans une qualité d’expérience ouverte, dégagée, claire.

Il est différentes façons de découvrir et de cultiver cette expérience. La méditation assise le permet dans les maintes formes des différentes traditions selon leurs aspects, leurs lignées. Puis, il s’agit surtout d’intégrer cette qualité de présence, d’ouverture vigile et lucide, dans les faits et gestes de la vie quotidienne.

Il est ensuite une relation entre cette qualité d’expérience et l’action : c’est ce que l’on entend par discipline.

Extérieurement, l’éthique du Dharma, ou discipline, est fondée sur la compassion entendue comme un état de non-agression, de non-violence.

Nous entendons par compassion cette attitude ouverte, cette intelligence du coeur qui est à la fois réceptivité, disponibilité au-delà des blocages. C’est cette qualité de compassion, de non-violence, qui est le fondement, le coeur de l’éthique du Dharma.

Cette éthique peut être dite universelle. Elle recoupe très largement une éthique que l’on pourrait dire monothéiste, chrétienne, à cette différence près qu’il y a dans la perspective bouddhiste une vision beaucoup plus médicale, fondée sur l’harmonie et sur la compassion plutôt qu’une perspective plus juridique fondée sur les commandements et des arguments d’autorité.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:29

Présentation de la franc-maçonnerie

Alain Lorand


A la différence de Lama Denys, qui est un maître dans le bouddhisme, je n’ai de leçon de franc-maçonnerie à donner à personne. Ma présentation de la franc-maçonnerie sera la plus large, la plus exhaustive possible, et, bien sûr, reflètera la façon, qu’à titre personnel, je vois la franc-maçonnerie. Cette présentation est à l’attention des non-maçons. Les maçons n’apprendront certainement rien de nouveau.

Comme nous sommes dans le thème tradition et transmission, je tiens à vous faire part de ma petite transmission à moi. Je voudrais rappeler trois frères qui sont passés à l’Orient éternel et qui ont été mes maîtres, en quelque sorte : les frères Gaston Chazette, Francis Viaud et N’Guyen Tanh Khiet. C’est ma petite lignée personnelle, à laquelle je tenais à rendre hommage parce que, si ces frères n’avaient pas été là, je ne serais pas là non plus en train de vous parler de la franc-maçonnerie ! Il y a un rattachement qui ne remonte pas à vingt-cinq siècles mais qui est néanmoins existant car eux-mêmes se rattachaient à ..., qui se rattachaient à..., etc.

Donc, très respectable Lama Denys, frères et soeurs de la congrégation, frères et soeurs en vos grades et qualités, chers amis, pour cette présentation de la franc-maçonnerie, je ne vais pas reprendre le travail fourni par le frère Jean-Pierre Schnetzler lors du premier colloque et qui figure in extenso dans le livre que l’on vous a présenté. Je vais décrire l’historique, la genèse, de la franc-maçonnerie moderne. J’insisterai sur ce qui l’anime, sur l’esprit maçonnique et ce qui fait son originalité.

Pour définir la franc-maçonnerie, je vais reprendre les termes du programme du colloque. La franc-maçonnerie est un ordre initiatique, traditionnel, d’origine artisanale, fondée sur le symbolisme de la construction et ayant son origine dans les initiations antiques des constructeurs développées en milieu judéo-chrétien. Sa vocation est universelle. La franc-maçonnerie a pour objet de construire le temple intérieur afm de réaliser le temple extérieur, c’est-à-dire une société fraternelle.

En 1723, en Angleterre, le pasteur Désaguliers dédicace au duc de Montaigu la Constitution comprenant l’histoire, lois, obligations, ordonnances, règlements et usages de la respectable confrérie des francs-maçons. C’est de ce document fondamental que naît la franc-maçonnerie d’origine anglaise, chrétienne et protestante.

Tout phénomène ayant une cause, que se passait-il donc, à cette époqne et en ce lieu ?

En 1710, Georges 1er de Hanovre, donc allemand, monte sur le trône d’Angleterre et s’adresse à ses sujets lors de son discours inaugural, en latin et en français, car il ne connaissait pas l’Anglais. Traumatisés par les luttes entre les stuartistes, les papistes, les Hanovriens, et j’en passe, une élite à dominante protestante cherche à se rassembler, à réunir ce qui est épars, en trouvant un dénominateur commun, un élément de croyances minimales sur lequel s’entendraient les hommes d’honneur.

En 1723, en Angleterre, l’individu qui se proclamait athée ne pouvait être qu’un stupide complet ou un libertin notoirement corrompu par oubli ou, plus, par mépris des lois de son Créateur.

Tout porte à croire que les fondateurs, en 1723, n’avaient aucunement l’intention de fonder une nouvelle religion ou une secte. Ils avaient le désir de rassembler le plus grand nombre possible de gentlemen en laissant les querelles religieuses au vestiaire et en déposant les métaux, comme l’on dit, à la porte du temple. Leur but était de se rassembler, autour d’un idéal spirituel, d’un besoin de solidarité et de fraternité, dans le secret et la liberté de la loge, hors des Eglises et des corps constitués. Cet idéal est resté le même aujourd’hui.

Mais d’où vient le terme franc-maçon ? Les francs-maçons sont des constructeurs, donc des maçons. Au moyen-âge, l’apprenti, le compagnon et le maître d’une corporation médiévale donnaient à leur labeur un caractère sacré. La cité humaine était une ébauche de la cité divine. Le travail fait avec amour devenait une prière. Il avait un caractère sacré s’il était exécuté avec un état d’esprit se référant à la tradition. Au moyen-âge, maçon signifiait tout à la fois ouvrier, conducteur de travaux et architecte. On distinguait les maçons ordinaires ou rough-masons et les maçons instruits ou free-masons. Ces free-masons étaient groupés en corporations puissantes dans toute la chrétienté. Nous leur devons les chefs-d’oeuvre du roman et de l’ogival. Ils circulaient librement d’un royaume à l’autre, au gré des chantiers. Ils jouissaient de privilèges matériels et d’une certaine liberté de pensée.

Fiers d’être une élite, ils se protégeaient par des barrières de secrets traditionnels et se recrutaient par cooptation. Ils se réunissaient dans un lieu clos, à l’écart des autres, dans un local nommé loge. Ils formaient des apprentis cooptés à une discipline sévère en veillant à leur instruction technique et sur leur valeur morale. En effet, une grande oeuvre n’est réalisée que si l’on garde le coeur pur.

Pour se distinguer des rough-masons et autres manoeuvres, les free-masons échangeaient entre eux des signes, mots et gestes qui leur servaient de passeport et de reconnaissance dans leurs déplacements. Eux seuls savaient manier certains outils, appliquaient des règles de mécanique, de projection, de trigonométrie leur permettant de tracer les plans et de dégrossir une pierre brute jusqu’à ce qu’elle devienne une clef de voûte. Il n’y avait pas de livre imprimés, donc beaucoup d’analphabètes dans leurs rangs. L’enseignement se transmettait oralement, dans le secret des loges, en utilisant largement les symboles.

Lorsque l’âge des cathédrales déclina, on cessa d’utiliser les maillets et les ciseaux pour construire. Vint alors, l’ère des outils symboliques pour tailler les esprits et bâtir les cathédrales spirituelles : les temples intérieurs. Telle fut la naissance de la franc-maçonnerie moderne dite spéculative (du latin speculare qui signifie qui observe) qui a pour objet l’étude des faits de conscience.

Il est remarquable de constater que les sociétés recrutant par cooptation et se protégeant par des secrets fonctionnent sur un modèle standard. Ce type de sociétés date de l’aube de la civilisation. Elles s’imposent pour mission essentielle d’être gardiennes d’une forme élaborée de la vérité qui serait inassimilable voire dangereuse pour le tout-venant et d’initier leurs membres par transmission directe, les chaînons se prolongeant d’un côté vers le lointain passé et l’autre vers l’avenir selon ce que les hermétistes appelaient la chaîne d’or d’Homère. A l’origine de chaque société, est une proclamation du ou des fondateurs qui, en quelque sorte, s’auto-initient. Le fait de résister à l’usure du temps et de perdurer sanctifie toute institution qui tend à faire reculer le plus loin possible son origine en perdant celle-ci dans le passé le plus lointain. Ce qui en augmente considérablement le mystère.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:29

L’initiation en général et maçonnique en particulier se confère par des rituels obéissant à la thématique suivante, commune à toutes les sociétés qui fonctionnent par cooptation et initiation :

1) choix et consacration d’un lieu sacré, templum, temporaire ou définitif ;

2) éloignement des profanes, ou de ceux qui n’ont pas atteint le degré où s’ouvre la cérémonie ;

3) ouverture des travaux par un personnage qualifié qui consacre l’espace et le temps ;

4) introduction, mort et résurrection symbolique du candidat ;

5) épreuves sous formes de voyages et purification, le plus souvent, par les quatre éléments alchimiques, terre, feu, air et eau ;

6) psychodrame évoquant la vie d’un personnage archétypique, à l’origine de la société ;

7) prestation par le néophyte d’un serment solennel qui le lie ad vitam à l’association et à ses frères ;

Cool marques d’une personnalité nouvelle, nom mystique, âge symbolique ; vêture particulière, tablier du franc-maçon, épée et éperon du chevalier, canne du compagnon ;

9) transmission dles moyens de reconnaissance, signes, mots, gestes, attouchements, marches ;

l0) il lui est dévoilé, directement ou allusivement, les idéaux de la société ;

11) retour au monde devenu profane (du latin pro, en avant et fanum, temple), marqué par une libation, un repas cérémoniel, voire une orgie (Est-ce au programme ? Lama Denys confirme. Rires).

Ces rites de retour ne font pas perdre les qualités d’initié qui sont gardées pour l’éternité.

La rituélie met en oeuvre des symboles s’adressant aux cinq sens car seule la forme permet d’accéder à la non-forme, à l’informel. Tout ce squelette, cette carrosserie symbolique, fonctionne remarquablement. Mais tout va dépendre de ce qui l’anime et du pilote qui orientera vers le bien ou le mal, le noir ou le blanc, le bien des êtres ou leur asservissement. Les forces de la contre-initiation dont parle René Guénon sont aussi à l’oeuvre. Très proches de nous, les nazis ont largement utilisé ces procédés jusqu’à l’emploi de la croix gammée, notamment. Donc, il faut se méfier.

Qu’est-ce donc qui anime l’ordre maçonnique ? Quels sont les buts qu’il se propose d’atteindre ? Quels moyens met-i1 à disposition ? En entrant en franc-maçonnerie, il n’y a pas à adhérer à un programme prédéfini, à croire les enseignements d’un fondateur éclairé. On devient franc-maçon petit à petit, au fil du temps, par imprégnation, par osmose. Par le travail en loge. C’est en maçonnant que l’on devient franc-maçon. Pour gravir les échelons, il est une sorte une vérification

des connaissances.

Ce qui sous-tend le tout, c’est une foi, une foi dans le sens de confiance, une foi inaltérable dans l’individu et sa perfectibilité incessante. Le franc-maçon, femme ou honune, se veut libre autant que faire ce peut et désir améliorer, élever les hommes, ses frères, et améliorer la société humaine en la rendant fraternelle.

La micro-société de la loge doit servir de modèle, de maquette à la société en générale. Ce qui se traduit "par répandre en dehors du temple les vérités qu’il y aura acquises". C’est par le dialogue, la non-violence, en ayant laissé les certitudes politiques religieuses ou autres, dans un esprit d’ouverture et de tolérance, que le franc-maçon souhaite contribuer à l’apaisement des conflits jusqu’à ce qu’enfin la lumière chasse les ténèbres et que l’ordre se substitue au chaos.

Comment procéder pour que des honunes et des femmes venant d’horizons très différents finissent par se reconnaître comme frères et soeurs, par développer une réelle fraternité où le sens de l’entraide naîtra spontanément ?

C’est toujours et uniquement par la pratique, la pratique du travail en loge, dans un cadre rituel, avec l’aide de symboles, que l’on finit par se sentir franc-maçon et que l’on est reconnu comme tel par la communauté fraternelle.

Juste avant de procéder à l’initiation du profane, celui-ci descend dans une cave éclairée d’une bougie, rappel de la graine que l’on enfouit en terre et qui doit mourir pour devenir épi. Au mur, une inscription reprenant les premières lettres d’une formule alchimique V.I.T.R.I.O.L., signifiant : "visite l’intérieur de la terre et tu y trouveras la pierre cachée".

C’est donc, avant même le départ, une invitation pressante à cultiver le regard intérieur, à se connaître soi-même. C’est une invitation au "connais-toi toi-même", au "gnôthi seauton" maxime écrite au fronton du temple de Delphes et adoptée par Socrate. N’est-ce pas là une injonction à la méditation, à calmer et à voir le fond de l’esprit ? Cette recommandation n’est, hélas, complétée par aucune instruction technique sur le comment faire, ni par ancune disposition pour en réaliser le suivi.

C’est là le point fondamental qui, à mon sens manque, et où l’enseignement du Bouddha peut apporte une aide inestimable.

Néanmoins au fil des ans, en loge, par la pratique de l’écoute fraternelle et compatissante, le franc-maçon viendra à penser par lui-même, à construire ses propres vérités, à être son propre flambeau.

Cette qualité de pensée libre lui attirera les foudres de tous les totalitarismes, politiques et autres, de tout dogmatisme sans exception. S’il est difficile de cerner avec précision les contenus de l’esprit maçonnique, il est en revanche facile d’en définir les adversaires. Ce sont les mêmes qui ont détruit les universités bouddhistes en Inde, qui ont incendié la bibliothèque d’Alexandrie, les synagogues, allumé les bûchers de l’Inquisition, exterminé les cathares et, en islam, exterminés les babis, édifié les camps de la mort etc., le catalogue serait sans fin.

Les trois mauvais compagnons : l’ignorance, le fanatisme et le mensonge, rôdent toujours. Ils sont actifs et réveillent sans cesse les forces obscures tapies au fond de nos esprits.

A la veille du XXIe siècle, dans deux ans, les forces de lumière et de tolérance doivent contribuer à prendre conscience, à faire prendre conscience à l’humanité, que seule la paix intérieure permettra de réaliser la paix extérieure.

J’ai un peu étudié l’enseignement du Bouddha. Deux points, en tant que franc-maçon, m’ont interpellé. Le premier est : "Ne croyez pas ce que je dis, mais en pratiquant mon enseignement, voyez et observez les résultats. Le second est : "Ne jetez pas le trouble dans les croyances d’autrui, toutes les spiritualités sont respectables."

En conclusion, qui mieux que la poésie pourrait tenter de cerner la subtilité, le parfum, l’essence de l’esprit maçonnique. Voici quelques extraits d’un poème écrit en 1896 par le frère Rudyard Kipling de retour en Angleterre après un séjour en Inde.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:29

Il s’intitule La Loge mère.

"II y avait Rundle, le chef de station,

Beazeley, des voies et travaux,

Ackmam, de l’intendance,

Dankin, de la prison,

Et Blacke, le sergent instructeur,

Qui fut deux fois notre Vénérable,

Et aussi le vieux Franjee Eduljee

Qui tenait le magasin « Aux denrées européennes ».

Dehors, on se disait : « Sergent, monsieur, salut, salam. »

Dedans c’était : "Mon Frère", et c’était très bien ainsi.

Nous nous réunissions sur le niveau et nous nous quittions sur l’équerre.

Moi, j’étais second diacre dans ma loge-mère, là-bas.

Comme nous nous en revenions à cheval,

Mahomet, Dieu et Shiva

Jouaient étrangement à cache-cache dans nos têtes.

Combien je voudrais les revoir tous

Ceux de ma loge-mère, là-bas !

Dehors, on se disait : « Sergent, monsieur, salut, salam. »

Dedans c’était : « Mon frère », et c’était très bien ainsi.

Comme je voudrais les revoir,

Mes frères noirs et bruns,

Et me retrouver parfait maçon,

Une fois encore, dans ma loge d’autrefois. »

Que l’esprit de tolérance, d’amour et de fraternité éclaire et dirige les travaux de ce deuxième colloque franc—maçonnerie et bouddhisme.

J’ai dit.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:32

Questions-réponses

Le fondement du bouddhisme est la compassion. Je crois que l’on pourrait dire que la fraternité est le fondement de la franc-maçonnerie. Pourriez-vous développer les similitudes et les différences entre fraternité et compassion ?

Lama Denys.Je vais essayer très brièvement de définir la compassion qui est, dans son ouverture, un moment d’accueil, de réceptivité, de partage. Compatir est partager. Il y a dans la compassion une empathie, une communion entre l’amant et l’aimé, le compatissant et son sujet. Réceptivité aussi dans la compassion où il y a cette sensibilité qui est le fait d’être disponible, sans retenue, sans blocage, dans la situation telle qu’elle est. C’est cette sensibilité qui permet, dans l’harmonie, que la réponse juste, non violente et adaptée - la réponse bonne de toute bonté - agisse. La compassion entendue dans ce sens peut aussi être synonyme d’amour. Mais ce terme, très connoté, prête à confusion.

Compassion et vacuité ont le même dénominateur commun. Tout à l’heure, en quelques mots, j’ai suggéré que la vacuité soit comprise comme l’intelligence dans l’interdépendance, dans une attitude de non-ego, dans une attitude non égocentrée, non égoïste.

L’interdépendance est au plan humain, relationnel, social, économique, cette capacité à interagir, à interdépendre les uns des autres d’une façon non égocentrée, non égoïste. Il y a, dans l’interdépendance et la compassion, la notion de solidarité. Nous sommes solidaires : ne fais pas à

l’autre ce que l’on ne voudrait pas que l’on te fit. J’essaye juste de suggérer la continuité qu’il y a entre interdépendance, compassion, non-violence et solidarité. Je crois que, de la solidarité à la fraternité, la transition est assez évidente.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:33

Jean-Pierre Schnetzler. Fraternité et compassion sont certainement des vertus essentieIles aussi bien en franc-maçonnerie qu’en bouddhisme. Mais, comme vient de le suggérer Lama Denys, eIles sont complétées par d’autres vertus. En franc-maçonnerie, on se réfère souvent au ternaire : sagesse, force et beauté. Dans le bouddhisme, la sagesse et la compassion sont dites devoir être cultivées de façon égale. Il y a donc là deux principes complémentaires. Il est très intéressant de noter que trois bodhisattvas sont fréquemment invoqués dans le bouddhisme tantrique : Manjoushri, Vajrasattva, Avalokitechvara, la sagesse, la force et la bonté ou la beauté. On retrouve donc un ternaire équivalent dans les deux cas. Relevons enfin un dernier parallèle symbolique. Dans le bouddhisme, la compassion suppose un sens très aigu de notre appartenance à la totalité de l’univers. Or, les dimensions du temple maçonnique vont du nadir au zénith, du septentrion au midi, de l’orient à l’occident.

On devient maçon en maçonnant, que devient le maître sans tablier ?

Alain Lorand
Il y a des gens qui ont toutes les qualités d’un franc-maçon, mais les circonstances de la vie ont fait qu’ils ne se sont pas fait initier, qu’ils n’en ont pas eu l’occasion ni le désir, peut-être. Cela n’enlève rien à leurs qualités. Le travail en loge permet une facilité. Par la fraternité, par le groupe et par l’étude des symboles, on avance davantage. Il y a des profanes tout à fait honorables qui sont des maçons sans tablier. D’ailleurs, on les cite souvent.

Les participants sont présentés comme francs-maçons et bouddhistes, ou inversement. Est-ce l’ancienneté dans l’une ou l’autre tradition, et si oui, qu’est-ce qui a mené le bouddhiste vers la franc-maçonnerie ?

On a été ainsi présenté effectivement. En ce qui me concerne, j’ai été présenté comme bouddhiste et franc-maçon. Or, il se trouve que je suis devenu simultanément l’un et l’autre. Le frère qui m’a enquêté m’a parlé du bouddhisme et c’est pratiquement en même temps que je suis devenu l’un et l’autre.

Alors, me direz-vous, pourquoi me présenté-je comme bouddhiste et comme franc-maçon ? Ce n’est pas une question de hiérarchie. Je pense simplement que, dans l’ordre du transcendental, je mettrais le bouddhisme avant la franc-maçonnerie.

Si je devais abandonner l’un ou l’autre, j’abandonnerais peut-être la maçonnerie. Voilà pourquoi je me présente d’abord comme bouddhiste. Il est évident aussi que, dans certains cas et je crois que c’est le cas de certains des intervenants, il s’agit simplement d’une question chronologique.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:34

Jean-Pierre Pilorge. Je voudrais enchaîner sur cette présentation que vous vous proposez de faire de nous-mêmes. Il faut toujours connaître l’heure qu’il est à la montre de l’autre. C’est ce que l’un de mes amis et directeur spirituel m’a enseigné aux cours des exercices spirituels de saint Ignace de Loyola.

Moi, qui suis désigné sous la terminologie de franc-maçon et de chrétien, je suis né catholique romain. J’ai été dans le mouvement scout et dans toutes les formes de responsabilité de ce mouvement à vocation catholique. Puis, je me suis éloigné du catholicisme au début de ma vie d’homme.

En grande recherche, j’ai eu un certain nombre de pratiques dans des domaines orientaux, soit zen, soit soufi, ou encore dans les lettres hébraïques, avant d’entrer en franc-maçonnerie. Au bout de quelques années de pratique maçonnique, j’ai été renvoyé par la maçonnerie comme à travers la vision d’un miroir à ma religion d’origine qui était le catholicisme romain. Je suis redevenu pratiquant depuis une quinzaine d’année dans la religion catholique romaine en essayant, sans jamais faire de confusion, aucun amalgame, de rechercher dans ma pratique religieuse, catholique romaine, s’il y avait une voie initiatique parallèle aux exigences que je trouvais en franc-maçonnerie. J’ai trouvé, par maçonne interposée, les exercices spirituels de St Ignace de Loyola que j’ai pratiqués de nombreuses fois. Là, je suis entré, aussi, dans une démarche catholique, chrétienne, qui a les mêmes exigences que la maçonnerie, la même universalité de vue à travers une pratique. Je dois dire que, depuis ce temps-là, j’ai trouvé parfaitement ma stabilité et mon équilibre.

Et j’insiste beaucoup, l’un enrichissant l’autre par les mêmes exigences et ne devant faire l’objet d’aucun syncrétisme, car le syncrétisme est contraire à la tradition, chacun restant dans ses différences de vocabulaire et de mise en mouvement.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:34

Lama Denys. Je répondrai très brièvement parce que nous aurons le temps de revenir sur ces thèmes ; mais auparavant nous nous étions entendus pour que les personnes qui posent des questions se déclarent afin que nousn sachions à qui nous nous adressons.

Le premier Bouddha et les autres Eveillés ont vécu une expérience verticale. Quand ils transmettent, ils sont sur l’horizontale avec leur éducation, leur environnement différents. Leurs enseignements s’en ressentent. Il y a, verticalement, l’immédiateté, qui est une expérience primordiale, fondamentale, aconceptuelle, universelle. Cette expérience a été celle de tous les bouddhas. Le Bouddha Sakyamouni est le quatrième de mille bouddhas d’un kalpa dans une perspective cyclique où les kalpas - cycles cosmiques - se succèdent.

Il n’a fait qu’ouvrir une voie ancienne, universelle, atemporelle. C’est cette expérience, dans ce qu’elle a d’universel, d’atemporel, qui, ensuite, s’inscrit horizontalement dans les différents milieux socioculturels, les différentes matrices sociolinguistiques, et qui se transmet aussi avec différents véhicules langagiers, différentes expressions, avec les spécificités et les différentes façons d’exprimer, de pointer vers cette expérience. Etant entendu, pour être bref, qu’il ne faut pas confondre le doigt et la lune, selon l’adage.

Le bouddhisme évoque et fonde son enseignement sur la non-dualité. En revanche, dans la franc-maçonnerie, nous serions dans l’univers de la multiplicité, donc de la dualité. Où se situe le point de convergence entre bouddhisme et franc-maçonnerie ? C’est une question qui est au centre de notre rencontre, et que je laisse pour plus tard, si vous le voulez bien.

Merci de préciser, au sujet de l’amour, la notion d’amour inconditionnel qui donne à l’amour une toute autre dimension. Il en est une autre que je traiterai en même temps et qui lui est apparentée : la compassion dans son rapport à la non-violence.

Bouddha ne s’est-il jamais mis en colère ? Alors compassion égale non-violence ? Oui, mais la non-violence ne signifie pas la compassion de grand-mère, molle, complaisante, qui satisfait n’importe quel caprice de façon idiote. Il est une compassion qui doit savoir trancher, dire non, qui, lorsqu’une tumeur est maligne, doit savoir en faire l’ablation. En certaines circonstances, le Bouddha savait trancher et c’est là un acte de compassion.

Amour et compassion peuvent être relationnels et immédiats : un relationnel inconditionnel. L’amour et la compassion commencent dans la relation, dans la participation que nous évoquons et ils trouvent leur forme la plus profonde dans ce que l’on pourrait nommer une communion en laquelle l’amant et l’aimé, le sujet et l’objet, ne se vivent plus comme deux séparés. C’est ce que l’on nomme traditionnellement amour-compassion non dualiste, inconditionnel, qui est sans pourquoi.


_________________
avatar
petit_caillou
Animatrice d'honneur
Animatrice d'honneur

Féminin
Nombre de messages : 4717
Age : 35
Contrée : ici
Arts & métiers : Secrétariat
Disposition de l'Esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par petit_caillou le Lun 28 Mai 2012, 20:35

Y a-t-il plusieurs degrés de lucidité ou un seul ?

Lama Denys. Il y a beaucoup de degrés de lucidité, de vigilance ou de clarté. Toute la pratique de la méditation est une voie d’entrée dans la lumière. On entend ici par lumière aussi bien la clarté que la lucidité. Il y a une toute petite lucidité qui est au départ de la vigilance attentive, une lucidité qui s’éclaire et qui devient de plus en plus claire jusqu’à la lucidité éveillée, la lucidité d’un Bouddha qui est l’intelligence qui se comprend en elle-même ou la lucidité qui se vit en soi dans l’expérience immédiate non dualiste. Il y a une infinité de degrés de lucidité.

Octobre 1997

Source: http://www.buddhaline.net/Bouddhisme-et-franc-maconnerie,305


_________________
avatar
Ortho
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1197
Age : 62
Contrée : France
Arts & métiers : Vaguemestre
Disposition de l'Esprit : Calme plat, la mer est d'huile..........
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Ortho le Lun 28 Mai 2012, 23:32

Ah, Petit-Caillou, vous nous aviez habitués à des sujets plus intéressants que cet océan putride!
S'il y a bien deux choses antinomiques, c'est bien Enseignement du Bouddha et Franc-Maçonnerie!
Ce sont deux mondes totalement différents, sans rapport commun.
La Franc-maçonnerie est une initiation Occidentale, d'origine, militariste, bourgeoise, matérialiste, et sectaire malgré ses paroles de "Liberté",où beaucoup, n'y sont que par affairisme et réseaux (voir l'évolution de la GLNF en France:
http://www.gadlu.info/ebay-tablier-de-grand-maitre-de-la-glnf-a-vendre.html
Je rigole!...).
Et qui se terminent par des agapes au vin généreusement consommé!
Le Symbolisme initiatique y est souvent ignoré et dénaturé, comme le sont la plupart des Traditions d'Occident. Je renvoie les contradicteurs aux ouvrages de René GUENON, qui s'est converti à l'Islam Soufi d'Egypte, faute d'avoir pu trouver une Voie, à son époque, alors qu'il fut lui-même , Franc-Maçon.
En France surtout, les Franc-Maçons, ne sont qu'à 80%, que des instruments du mythe DESTRUCTEUR de la Révolution Française, en vue de l'élaboration de la République Universelle ( via le Rite Ecossais Ancien et Accepté/ REAA), qui est le seul but de cette Philosophie.
On peut voir, dans les révolutions des pays Arabes, dans l'évolution de l'Afghanistan, l'ineptie de la pensée des Lumières, à vouloir, universaliser "les droits de l'homme". Ce qui est valable pour l'Occident ne l'est pas forcément pour l'Asie, ou l'Afrique ou....
La Force principale de la Loge est l'égrégore, mis en br.... à travers le Rite.

Le Bouddhisme,lui, fonctionne sur l'individu.Il ne prétends nullement être conquérant [à la différence des autres pensées "religieuses" (Islam, Christianisme,etc...) ou philosophiques telles la Franc-Maçonnerie: Un Maçon , initié, est et sera toujours Maçon, même s'il prétends ne plus y être ou être "en sommeil"].
Comme Franc-Maçons déclarés on peut citer,en France, Mrs J-L MELANCHON, révolutionnaire patenté ou Xavier BERTRAND (ancien ministre de N.SARKOZY), Alain BAUER, conseiller de ce dernier, tous Membres du GRAND ORIENT de FRANCE, qui a passé les siècles derniers à détruire tout ce qui ressemble de près ou de loin à de la Foi religieuse.
Ce G.O.D.F. dont une revue " Franc-Maçonnerie Magazine" passe son temps à encenser l'Islam "des Lumières" (qui n'existe pas en Islam qui l'interdit dans les pays musulmans), et détruire l'Eglise Papiste (même si je n'approuve pas celle-ci! Ou son "Infaillible Vicaire" de Rome).

C'est une organisation à visage "couvert"...Attention, danger.
"Ainsi, j'ai dit!"


_________________
Les apparences sont trompeuses!
[i]
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7414
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Pema Gyaltshen le Mar 29 Mai 2012, 09:22

Je trouve le sujet de la Franc Maçonnerie intéressant mais je dois avouer que je n'ai jamais réussis à comprendre exactement ce qu'était cette société, ou ces différentes loges de Franc-maçonnerie...
Avec leur "mystères" et petits secrets sois-disant initiatiques...
J'ai étudié en son temps les œuvres complètes de René Guénon alias le Cheikh Abdel Wahid Yahia.

Mais justement, je ne me suis pas attardé sur la franc-Maçonnerie suite à ces études...

J'ai quelques amis qui ont fréquentés ou font partie de cette "chose" mais on en parle très peu car c'est toujours entouré d'opacité.
J'ai même un ami dessinateur, décédé maintenant, qui a réalisé des BD sur le sujet...mais toujours avec plein de mystères...( il a même mis ma tête dans sa BD, mais c'était juste pour nous amuser...)


_________________

avatar
Ortho
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1197
Age : 62
Contrée : France
Arts & métiers : Vaguemestre
Disposition de l'Esprit : Calme plat, la mer est d'huile..........
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Ortho le Jeu 31 Mai 2012, 08:20

@Pema Gyaltshen a écrit:(...) je dois avouer que je n'ai jamais réussis à comprendre exactement ce qu'était cette société, ou ces différentes loges de Franc-maçonnerie...
Avec leur "mystères" et petits secrets sois-disant initiatiques...
J'ai étudié en son temps les œuvres complètes de René Guénon alias le Cheikh Abdel Wahid Yahia.(...)

.J'ai même un ami dessinateur, décédé maintenant, qui a réalisé des BD sur le sujet...mais toujours avec plein de mystères...( il a même mis ma tête dans sa BD, mais c'était juste pour nous amuser...)

Bonjour,
1/Je ne veux pas généraliser car cela serait une erreur, mais je crois que René Guénon, a bien démontré dans ses ouvrages le côté "contre-initiation", d'un vaste mouvement et pas seulement au sein de la Franc-Maçonnerie, mouvement qui fait croire à une initiation, là où, il y en a pas!
L'Initiation doit être constituée par un ou des enseignements Traditionnels VRAIS, c'est-à-dire transmis de bouche de "Maître" à "oreille de disciple".
Ce que l'on retrouve aussi bien dans le Bouddhisme Tibétain par exemple, que dans certaines branches Soufies de l'Islam, etc...
Il s'agit d'un "retournement" tout entier de l'Etre, intérieurement et extérieurement (j'ose dire "urbi et orbi"), ce qui est LE but de "l'ESO-térisme" authentique.
Et ce qui n'a rien à voir avec les initiations à la chaîne des groupes genre "Rose+Croix" et Cie....
Mais nous sommes en Occident où tout, absolument tout devient objet de consommation...!
Le contraire d'une initiation authentique, et ce contraire ou ce "masque" est tout simplement l'Oeuvre du "Diabolos" ("diviseur" en Grec), l'opposé du "SIM-Bolos" le "Symbole" qui tends à unir.
D'où la perversité absolue et intrinsèque de mouvement faisant croire qu'ils sont initiatiques, par l'utilisation du Symbole. Shocked
2/ Etait-ce Hugo PRATT?
Bonne journée.


_________________
Les apparences sont trompeuses!
[i]
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7414
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Pema Gyaltshen le Jeu 31 Mai 2012, 08:48

Non, je n'ai pas eu l'honneur de connaître Hugo Pratt !
Mon ami s'appelait Jean-Jacques Gilbert et son scénariste Roger Facon.
J'apparais à l'arrière de la case du bas à gauche, héhé.


_________________

avatar
Karma Yönten Dolma
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 2311
Age : 55
Contrée : VILLEJUIF 94 ( FRANCE)
Disposition de l'Esprit : me ressourcer dans la nature, Bouddhisme, randonnées Equestre, lecture, Amis (es)
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/02/2007

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Karma Yönten Dolma le Jeu 31 Mai 2012, 12:06

Méfiance...


_________________
" Chou ma nyok ma dang, sem ma chu na de"

[i]"L'eau, si vous ne l'agitez pas, deviendra claire ; l'esprit laissé inaltéré trouvera sa propre paix naturelle"
avatar
Traveller
Membre confirmé
Membre confirmé

Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 33
Contrée : France, ici et là
Arts & métiers : nomadisme
Disposition de l'Esprit : Remonter après avoir touché le fond
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 19/12/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Traveller le Ven 16 Nov 2012, 14:35

Bonjour, je reconnais de pas avoir de connaissances poussées sur la Francs maçonnerie , mais m'étant quand même quelque peu renseigné sur le sujet, je me permet juste d'émettre une petite réaction..

Je pense personnellement que la Francs-maçonnerie, non seulement n'a rien à voir avec le Bouddhisme, mais je dirais même que c'est un danger pour le Bouddhisme car je pense que les Francs maçons s'infiltrent dans les religions pour les détourner de leur message d'origine à des fins de contrôle. On peux déjà voir ça par exemple dans le catholicisme. De plus la Francs maçonnerie est en France une sorte de religion sans révélation, qui agit de manière occulte et tire les ficelles en décidant de la marche à suivre sur nombres de sujets importants au sein de l'état. ( voir à ce sujet entre autre "un état dans l'état" de Sophie Coignard"). Beaucoup de nos élites font partie de la Francs Maçonnerie, et de sombres histoires de cultes sataniques y sont liées. Tout ces réseaux occultes mondialistes destructeurs de cultures ne m'inspirent pas du tout confiance. Désolé de parler de politique ici, je n'aime pas vraiment la politique car elle amène trop de conflit, mais parler de Francs maçonnerie amène inévitablement à parler de politique.. Pour un aperçu du rôle occulte joué par cette organisation dans la politique, il n'y a qu'à regarder la déclaration universelle des droits de l'homme de 1789, sur laquelle est représenté un triangle avec un oeil, qu'on retrouve aussi sur le dollars... Après tout ça n'est que mon avis je ne l'impose à personne, et je ne met pas tout le monde dans le même panier . Donc oui moi je suis plutôt D'accord avec " Ortho" .
avatar
Karma Yönten Dolma
Hydrofuge
Hydrofuge

Féminin
Nombre de messages : 2311
Age : 55
Contrée : VILLEJUIF 94 ( FRANCE)
Disposition de l'Esprit : me ressourcer dans la nature, Bouddhisme, randonnées Equestre, lecture, Amis (es)
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 14/02/2007

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Karma Yönten Dolma le Ven 16 Nov 2012, 20:46

Très méfiante également. Ils sont aussi infiltrés dans le monde scientifique et lobies pharmaceutiques. Ce "nouvel ordre mondial" comme ils disent cache en réalité une dictature sans que les gens en aient conscience car ça se fait très discrètement tout comme la DGSE qui assassinent certains scientifiques et médecins qui arrivent a mettre le nez sur dossiers politico-financières et dont des corruptions assez effroyables...


_________________
" Chou ma nyok ma dang, sem ma chu na de"

[i]"L'eau, si vous ne l'agitez pas, deviendra claire ; l'esprit laissé inaltéré trouvera sa propre paix naturelle"
avatar
Ortho
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1197
Age : 62
Contrée : France
Arts & métiers : Vaguemestre
Disposition de l'Esprit : Calme plat, la mer est d'huile..........
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Ortho le Ven 16 Nov 2012, 23:46




Bonsoir,

Pour ceux (celles) qui seraient à Paris ou proche banlieue, intéressé(e)s, voici le programme qui se tiendra à la Grande Loge de France, au 8, rue de Puteaux à 75017 Paris.M°:Rome.

Organisé par l'Institut Maçonnique de France.

Programme du Salon maçonnique du livre de Paris - 17 & 18 Nov - Paris 17e

Cette année, pour sa dixième édition, le salon s'articulera autour de la musique, de la peinture et de la poésie en maçonnerie.



Les conférences des Grands maîtres auront lieu sur des créneaux horaires inhabituels :



Samedi 17 Novembre à 11h :

Trois siècles de franc-maçonnerie

José Gulino, Grand maître du Grand Orient de France



Samedi 17 Novembre à 15h30 :

Le réenchantement du Monde

Jacques Samouelian, Président de la Fédération Française du Droit Humain

Les conférences alternent chaque année entre celle du Droit Humain – (les années paires) …

et celle de la Grande Loge Féminine de France (années impaires).

En cette année 2012, c’est au tour du Droit Humain de tenir une conférence.



Dimanche 18 Novembre à 15h30 :

Quelle espérance pour le 21e siècle ?

Marc Henry, Grand maître de la Grande Loge de France



Mais aussi 3 tables rondes, dont celle du Dimanche à 10h30 animée par les historiens de la maçonnerie française, Roger Dachez et Pierre Mollier. ou bien encore la projection de 2 films, la tenue d’un concert, mais aussi une exposition concours de 20 peintures à caractère symbolique.



La célèbre cérémonie de remise des prix littéraires se tiendra le Samedi 12h30.

Si vous avez l'occasion d'entendre Roger DACHEZ, profitez en, car c'est un homme aux profondes connaissances de l'Histoire Maçonnique.



Je reviens sur les avis de Traveller et de Karma Younten Dolma:

Je crois qu'il faut séparer les genres:



La Franc-Maçonnerie n'est pas interprétée partout pareillement:



Il y a d'abord la FM, telle qu'elle fut en 1732-1795, pièce maitresse à travers ses clubs, de la Révolution Française, il n'y a aucun doute.Le propre cousin du Roi, Philippe d'Orléans, qui vota la mort de Louis XVI, était Grand Maitre de L'Ordre de l'époque.Nombreux sont les aristocrates qui en firent partie, ce qui expliquent leur faible résistance,par la suite, aveuglés par leur idéal Franc-Maçon.Beaucoup d'Evêques aussi...C'était, comme l'écrira la pauvre Marie-Antoinette, à sa mère l'impératrice d'Autriche Marie-Thérèse, "dans l'air du temps"; "tout le monde en est".A versailles, à la Cour, mais à Paris, à Lyon, à Nantes, tout le monde se mélange aux bourgeois, qui, eux, veulent prendre le pouvoir!

Et ils l'auront.Bien vite, les Mirabeau,les Talleyrand, les Bailly, les Lafayette, seront bousculés, emportés par la vague corrompue des Danton, des Siéyès, eux-mêmes décapités (pas Siéyès) par les "purs":les St Just et les Robespierre...



Le Roi n'a rien voulu savoir. Il a été emporté par sa "bonté". En tant que Roi, il aurait du faire arrêter les meneurs, faire tirer sur les émeutes, et arrêter ces débordements qui vont engendrer plusieurs centaines de milliers de morts (avec les colonnes infernales en Vendée en 93-94:125000 morts environ: enfants, femmes et vieillards, sabrés , explosés, brulés dans leurs églises, écrasés sous les sabots des chevaux: aucun "regret de la République Française n'a eu lieu encore 210 ans après les évènements!).Mais plusieurs fois, il a dit (témoins) que "ce peuple n'est pas méchant" et "je refuse de faire couler le sang pour ma cause"...

Il faut ajouter, qu'aucune monarchie européenne ne s'est précipitée pour détruire la Révolution et ses armées, qui étaient faiblement armées, et ce n'est pas Valmy, qui va nous démontrer le contraire: victoire donnée par le Duc de Brunswick, lui aussi, Grand Maître de la Maçonnerie en son pays...Il y aura au total 484 morts.

On est loin des batailles de Napoléon, continuateur de l'âme destructrice de la Révolution: 23900 morts ou blessés à Austerlitz, 12000 morts et 35000 blessés à Waterloo, et un total de 1 million de pertes (pour les Français) en vie humaine en 11 ans de règne !...etc...

C’était le karma immédiat de la Révolution ! 1914-1918 en sera la suite.



Aux Etats Unis, la FM elle est essentiellement oeuvre de charité...sauf la FM Sataniste (dernier "cru" maison Américain), inventée par un leader sataniste, chef du "BrotherHood of Satan", ancien Franc-maçon, templier, etc...



Je crois qu'il faut séparer la Franc-Maçonnerie des "racontars" américains sur des sacrifices d'enfants dans des messes satanistes (on en disait autant des Chrétiens dans la Rome de Commode) et les mélanger avec des trusts Internationaux qui dirigeraient le monde.

Il faut être très prudents. Je crois que ce sont surtout des gens qui sont prêts à tout pour s'enrichir, sans conscience de ce qu'ils font, ils s'en moquent d'ailleurs. C'est ce que j'ai remarqué au cours de ma vie, lors de rares rencontres avec des gens très riches, lors de sorties, fêtes, galas...Il faut avoir le mental pour cela.

Comme ceux qui "perdent" ont un mental pour cela. C'est un mental de renoncement, qui doit être un mental "mystique" quelque part, peut-être...



Encore une fois, ma compassion va vers le Roi Louis XVI (et à toutes les victimes de cette période, véritable Révolution Culturelle avant l'heure), qui n'a rien vu venir, et qui se "baladait" dans une grosse berline pour s'échapper lors de sa "fuite" vers Varennes. Qui était attendu « ailleurs », par les troupes Royales…Comment aurait-il pu passer inaperçu? Après, et bien, il a pris son rôle de martyr en suivant le Christ, de 1791 jusqu'à la guillotine du 21 janvier 1793.Il aura tout subit: des mensonges, des menaces, des clowneries, comme lorsqu'à l'instar du Christ "déguisé" par ses bourreaux en "Roi des Juifs", la foule des émeutiers le coiffera du bonnet rouge Jacobin , qu’il subira sans mot dire, avant de l'enfermer au ...Temple, prison de l'Ordre détruit par son ancêtre Philippe IV le Bel en 1307.Il n'a pu protéger son épouse, ni ses enfants. Seule Marie-Thérèse de France échappa à ces exécutions, par un échange en 1795, contre des prisonniers Français par les Autrichiens. Elle fut toute sa vie séparée de sa famille Autrichienne, à qui elle reprocha leur inaction.



Je termine mon texte, en posant simplement une question :



Pourquoi, dans l’Histoire des dynasties Royales de la France (Mérovingiens, Carolingiens…), seules les trois dynasties venues après la mort de Philippe le Bel (1314), survenue 40 jours, après une « malédiction » de Jacques de Molay sur son bûcher (1314): à savoir les Capétiens, les Valois et les Bourbons, s’achèveront avec trois frères sans descendance ou dont la descendance n’aura que peu vécu (Jean le Posthume) ou demeurée stérile: 3x3=9 ; neuf qui était le nombre majeur de l’Ordre du Temple ? Drôle de raccourci...



_________________
Les apparences sont trompeuses!
[i]
avatar
Pema Gyaltshen
Modérateur d'honneur [RdA]
Modérateur d'honneur [RdA]

Masculin
Nombre de messages : 7414
Age : 63
Contrée : Bruxelles
Arts & métiers : Artiste
Disposition de l'Esprit : Arts
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 13/02/2007

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Pema Gyaltshen le Sam 17 Nov 2012, 10:01

Merci beaucoup Ortho, pour ces éclaircissements et cet exposé historique passionnant !

Je perçois la FM actuelle comme une sorte de lobby qui infiltre divers endroits de pouvoir et de stratégie, mais c'est vraiment juste une impression intuitive qui peut être fausse..(?)

Pour en revenir à la révolution, je crois que karmiquement et surtout symboliquement, un peuple qui coupe la tête à son Roi est un signe très négatif et significatif sur la décadence spirituelle.
Malgré que ce soit enrobé d'un déclaration des Droits de l'Homme...qui n'est appliquée que quand cela arrange les affaires.

Philippe le Bel: la destruction de l’Ordre du Temple,qui était un lien entre l’Orient et l’Occident.








_________________

avatar
Shirab Dolma
Membre confirmé
Membre confirmé

Féminin
Nombre de messages : 25
Age : 64
Contrée : haute-normandie
Arts & métiers : créativité,activités manuelles puisque fauteuil roulant
Disposition de l'Esprit : partage,échange, Amour de mon Prochain Méditation,Apprendre et progresser autant que possible sans cesse,recevoir et donner peut-être mais je suis encore "toute petite,toute petite"
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 28/10/2012

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Shirab Dolma le Sam 17 Nov 2012, 18:52

Je suis d'accord avec Traveller, la Franc-maçonnerie n'a pas
sa place avec le Bouddhisme. Il faut savoir que partout où elle peut
s'infiltrer elle le fait. Mais, je ne "vois" pas se qu'elle pourrait faire parmi
nous? Le Bouddhisme et la f.m sont deux pôles opposés.
Le Bouddhiste souhaite atteindre l'Eveil
Le franc-maçon souhaite le "concret "
avatar
Ortho
Présence spontanée
Présence spontanée

Masculin
Nombre de messages : 1197
Age : 62
Contrée : France
Arts & métiers : Vaguemestre
Disposition de l'Esprit : Calme plat, la mer est d'huile..........
Appréciations : Aucun avertissement

Date d'inscription : 04/08/2011

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Ortho le Sam 17 Nov 2012, 22:17

Pour Eveline N.: Cela n'a pas empêché Jean Pierre Schnetzler, psychiatre, l'un des fondateurs de Karma Myngyur Ling, d'être à la fois Bouddhiste depuis l'âge de 20 ans, et Franc-maçon...J'ai quelques unes de ses cassettes sur l'Enseignement du Bouddha...super.

Alexandra DAVID-NEEL, la 1ère femme Européenne à être entrée à Lhassa, dans les années 20, était Bouddhiste (elle parlait le Sanscrit, le Pâli et le Tibétain), et...Franc-Maçonne.

C'est vraiment une question personnelle.Mais le Franc-Maçon n'est rien sans le Rite.Il doit se nourrir de l'énergie de l'égrégore de la Loge.Et il nourrit l'égrégore en échange (il est obligatoire d'y participer).L'un des traits du Franc-Maçon, est je crois, sa volonté d'aller vers le mieux pour tous avec une grande indépendance d'esprit.Le Rite, il faudrait en reparler...

Oui, Pema Gyaltshen, c'est un très mauvais karma, pour la France.

ET la Révolution en France s'est transformée en un vaste mouvement anti-Chrétien: Laïcisation des prêtres (dont certains n'étaient pas contre), destruction à grande échelle des églises, des monastères, des statuaires; poursuite des prêtres réfractaires à la Convention,éxécutions des religieuses et des religieux, comme à Nantes, où l'on procédait au "mariage républicain": un moine attaché à une nonne et noyés dans la Loire;plus de 2000 morts ainsi...
Les idées de la Révolution prendront corps définitivement avec la troisième république, celle des Colonies, conquises "pour apporter la lumière du savoir" ou "Les Lumières", aux Peuples frustres et sauvages (Jules Ferry)*.

Colonisation dont le karma est ,aujourd'hui, l'Immigration qui a bouleversée les données de population dans toutes les grandes villes de France, (et en Europe) conséquence de la dénatalité due à la Grande Guerre, sur fonds des droits de l'Homme dont tu parles et qui ne sont plus valables dans les discussions avec la Chine, devenue 2ème puissance mondiale grâce à l'esclavage de la main d'oeuvre Chinoise à bas prix (contre lequel luttaient les Frères du temps de J.GREVY), sans compter les laogaïs...

[4. Ils se prosternent devant le dragon, parce qu’il a donné puissance à la bête. Ils se prosternent devant la bête et disent: « Qui est semblable à la bête ? Qui peut guerroyer contre elle ? »"La femme et le dragon.Découvrement de Iohanân] André CHOURAQUI.


Extrait de Wikipédia , article Jules FERRY:

"Article connexe : Affaire du Tonkin.

Parallèlement, Jules Ferry se montre un partisan actif de l'expansion coloniale française, à tel point qu'il sera surnommé « Tonkinois » par ses adversaires politiques et une partie de l'opinion publique hostile à l'expansion coloniale.

On retrouve notamment l'empreinte de Jules Ferry en Tunisie, dont il obtient le protectorat le 12 mai 1881 par le traité du Bardo, et à Madagascar. Il lance l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza à la conquête du Congo (1879). Ce dernier dossier lui sera fatal lors de sa seconde présidence du Conseil commencée le 21 février 1883. Il s'était d'ailleurs réservé le portefeuille des Affaires étrangères. Les conservateurs, comme Adolphe Thiers, sont opposés à la colonisation, qu'ils accusent de détourner hors du territoire les investissements, tandis que les progressistes y sont favorables pour des questions idéologiques. Mais la gauche républicaine de Georges Clemenceau y est opposée également, parce que les aventures colonialistes détournent l'attention des provinces perdues d'Alsace-Lorraine. Les positions s'inverseront diamétralement en trois ou quatre générations.

Ayant obtenu d'un vote de la Chambre les crédits nécessaires à la conquête du Tonkin, il provoque une extension du conflit à la Chine. L'annonce de l'évacuation de Lạng Sơn, qui lui vaudra le surnom de « Ferry-Tonkin », déclenche une violente opposition parlementaire et provoque sa chute le 30 mars 1885. Il connaît alors une vague d'impopularité en France...."



Je le remercie d'avoir créé en France , l'Ecole Laïque, gratuite et obligatoire, pour tous les enfants; ces enfants que les industriels utilisaient dans les manufactures de tissus , à cause de leur petites mains qui se faufilaient partout, travaillant dès le plus jeune âge, pendant 12 heures par jour, payés le 10ème d'un ouvrier homme.C'est-à-dire qu'une famille le père, la mère et les enfants avaient de quoi se payer l'équivalent d'une miche de pain et d'un litre de lait, pour une journée de travail éreintant...

Et il était Franc-Maçon, comme quoi, il y avait de tout chez eux.

Je crois que c'est surtout sous la quatrième République, qu'il y a eu des scandales dans lesquels , ils étaient mêlés.

Et de nos jours à travers les histoires liées à la Grande Loge Nationale Française (G.L.N.F.), seule Grande Loge "Régulière"(c'est-à-dire reconnue par la Grande Loge d'Angleterre, la Loge - Mère, de toutes les Grandes Loges dites "régulières" à travers le Monde...).Mais c'est un autre débat.

Philippe le Bel fut un unificateur administratif du Royaume de France, un peu sans scrupules.Il lutta contre un Ordre devenu inutile depuis la reprise de Jérusalem par les Musulmans.C'était un Ordre très riche, monétairement ,territorialement et philosophiquement.

Le roi a voulu sans doute s'emparer des richesses et accessoirement des connaissances (relatives aux légendes alchimiques). Mais des écrits sortis de la Bibliothèque du Vatican, sur les interrogatoires des sergents du Temple ou des Chevaliers, interrogés sous menace de la question, montrent une piètre connaissance de rites secrets: crachat sur la Croix (puisque le Christ était ressucité), infâme instrument de torture Romain, le port d'une cordelette autour de la taille (rite Palestinien), auparavant qui entourait une "idole barbue (tête momifiée de...?)" et des baisers sur les points de chakras importants, qui à cette époque était considérés comme rites sacrilèges , et donc passibles du bûcher;ce que le Roi savait.

Accuser le Grand Maître de tels forfaits même avoués sous la torture, c'était, à coup sûr, le destiner au poteau d'éxécution, car cela, Jacques de Molay, Grand Maître (22ème et dernier), ne pouvait le supporter (les Templiers sont l'Ordre qui a perdu le plus de Chevaliers au combat en Orient).Donc, il reviendrait sur ses aveux et comme Jeanne d'Arc plus tard, serait condamné à mort pour relaps.

Le reste, c'est qu'à mon humble avis, nous avons la chance de vivre à une époque et un pays, où le Dharma du Bouddha est enseigné...et nous permette, peut-être de franchir le Samsara, d'une autre manière! Mais le Karma perdure.

Merci à tous ceux qui ont permis cela.


_________________
Les apparences sont trompeuses!
[i]

Contenu sponsorisé

Re: Bouddhisme et franc-maçonnerie

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017, 00:06