L'Arbre des Refuges: Une Philosophie Non Confessionnelle

La seule façon d’apporter la paix au monde est d’apprendre soi-même à vivre en paix.( Bouddha « l’Éveillé » 623-543 av. J.-C )


Les livres à lire dans sa vie

Etudes, Pratiques & Compassion


Derniers sujets

» AU SUJET DU DOCUMENTAIRE "BOUDDHISME : LA LOI DU SILENCE".
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyHier à 23:06 par Ortho

» 100 000 mantras.5.Dhâranî des 100 000 ornements de l'Eveil
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 22 Sep 2022, 18:18 par Gàara

» Qui veut parrainer OU veut un parrain?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 22 Sep 2022, 09:16 par Mila

» Qu’est-ce que la prise de refuge pour vous ?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 22 Sep 2022, 08:30 par MichelPaul

» C'est quoi, la générosité ?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 21 Sep 2022, 11:08 par Losang

» Les "mauvaises fréquentations"
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 21 Sep 2022, 10:55 par Losang

» Le passé est-il existant oui ou non . Et si ??
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 18 Sep 2022, 23:41 par LeLoups

» Bouddhisme : la loi du silence
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 17 Sep 2022, 11:48 par Disciple laïc

» Les origines des mantras secrets
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 13 Sep 2022, 13:23 par Mila

» Les voeux de Bodhisattva
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 13 Sep 2022, 12:17 par Mila

» Présentation de ma personne
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 12 Sep 2022, 20:21 par Disciple laïc

» La pratique des bols dans le bouddhisme zen
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 11 Sep 2022, 18:39 par Disciple laïc

» Des arbres , pour l'Arbre .
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 10 Sep 2022, 23:46 par Abhradan

» Amitābha: Le Grand Soutra de la Vie Infinie
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 09 Sep 2022, 15:59 par Disciple laïc

» Les religions et sagesses de l’Asie - Hindouisme, Bouddhisme, Taoïsme, etc…
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 04 Sep 2022, 11:40 par Disciple laïc

» Les deux objets de transmission dans le bouddhisme zen
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 04 Sep 2022, 11:19 par Disciple laïc

» Le Kintsugi, art traditionnel japonais pour réparer les objets brisés avec de l'or
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 01 Sep 2022, 13:19 par Mila

» Les VRAIES RAISONS du retour sur la LUNE!
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 31 Aoû 2022, 21:03 par Disciple laïc

» Nouveau sur le forum - merci pour votre accueil
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 30 Aoû 2022, 22:50 par Ethanwolf

» Collecte de preuve en vue d'un dépot de plainte
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 30 Aoû 2022, 20:21 par Mila

» POURQUOI UN SYSTEME DE CASTE EN INDE ? (HISTOIRE ANTIQUE DE l'INDE, INDOUISME, BOUDHHISME)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 30 Aoû 2022, 15:13 par Disciple laïc

» La Chine à l’âge du bronze
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 30 Aoû 2022, 14:44 par Disciple laïc

» La Chine à l’âge du bronze
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 30 Aoû 2022, 14:44 par Disciple laïc

» A propos de Kalou Rimpoché
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 29 Aoû 2022, 22:51 par Ortho

» Demande d'aide régulière à une famille népalaise.
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 27 Aoû 2022, 18:31 par Disciple laïc

» Sortir de l’islam, mais à quel prix ?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 25 Aoû 2022, 10:15 par Disciple laïc

» Inde : la fête des couleurs | Rituels du monde | ARTE
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 25 Aoû 2022, 08:32 par Disciple laïc

» Les longues retraites dans le vajrayana
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 23 Aoû 2022, 19:05 par Disciple laïc

» La Beauté spirituelle , selon Matthieu Ricard.
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 20 Aoû 2022, 10:38 par Mila

» Qu'est-ce que la maturité spirituelle ?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 19 Aoû 2022, 18:24 par Mila

» Jamgon Kongtrul Lodrö Chökyi Nyima quitte ses fonctions ...
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 01 Aoû 2022, 20:25 par Mila

» Les lumineuses leçons d'Alexandra David Néel
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 30 Juil 2022, 17:19 par Mila

» "BOUDDHISME ET NEUROSCIENCES"
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 29 Juil 2022, 22:01 par Hélène135

» Merci de m'accepter sur votre forum
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 27 Juil 2022, 08:41 par Hélène135

» Qu'est-ce que je viens faire ici
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 25 Juil 2022, 18:35 par MichelPaul

» Nouveau sur votre forum
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 23 Juil 2022, 20:52 par Florence

» Boîte aux lettres " Besoin de prières"
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 19 Juil 2022, 21:49 par Mila

» C’est quoi être hypersensible ?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 19 Juil 2022, 07:20 par Algo

» Bonjour à tout le monde-Nathalie
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 19 Juil 2022, 06:37 par Algo

» Je ne suis pas certain qu'il aie été juste de verrouiller le sujet je ne suis pas bouddhiste
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 18 Juil 2022, 18:43 par Algo

» Effacer les fautes du passé
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 18 Juil 2022, 18:09 par Algo

» Nouveau membre ainsi que nouveau dans le bouddhisme.
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 18 Juil 2022, 17:56 par Algo

» Vers une écologie intérieure - Invité : Karma Trinlay Rimpoché
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 10 Juil 2022, 11:56 par Disciple laïc

» Comment ne pas se perdre dans les bardos après la mort physique?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 09 Juil 2022, 17:06 par Mila

» Yogas tibétains du rêve et du sommeil
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 09 Juil 2022, 17:04 par Mila

» Quelle attitude face au Dharma de Bouddha - Invité : Roland Yuno Rech
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 04 Juil 2022, 21:18 par Disciple laïc

» Donne, donne donne un peu de toi ....
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 01 Juil 2022, 00:02 par Mila

» La nature de Bouddha en nous - Invité : Marc de Smedt
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 30 Juin 2022, 20:23 par Disciple laïc

» Un trésor de bénédictions - Invité : Jigmé Thrinlé Gyatso
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 30 Juin 2022, 20:19 par Disciple laïc

» Emission radio France sur Alexandra-David-Néel
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 26 Juin 2022, 14:58 par Ortho

» Syndrome du cœur brisé, ou Tako Tsubo,
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 25 Juin 2022, 23:57 par petit_caillou

» Le Parfum de la Lumière (anthologie)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMar 21 Juin 2022, 10:03 par Disciple laïc

» Enseignements sur le Gyud Lama et le Bodhicharyavatara
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 17 Juin 2022, 11:16 par Mila

» Un Pèlerin du 21e siècle ...
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 16 Juin 2022, 13:20 par Mila

» Vivre léger ( Wilfred Thesiger )
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 16 Juin 2022, 12:42 par Mila

» Je suis toujours là malgré une année spéciale
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 13 Juin 2022, 22:46 par Mila

» Habiter le moment présent 1/2 et 2/2
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 13 Juin 2022, 07:59 par Disciple laïc

» La joie et le bouddhisme zen
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 12 Juin 2022, 09:38 par Ortho

» Jour de ROUE important dans le calendrier Bouddhiste
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 12 Juin 2022, 08:07 par Pema Gyaltshen

» :-) :-) Tantra KalaChakra :-) :-) suite et fin
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 06 Juin 2022, 22:31 par Ortho

» Le Dharma expliqué aux enfants
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 01 Juin 2022, 20:24 par Disciple laïc

» La vie d’ermite au sein du bouddhisme 1 et 2/2
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 01 Juin 2022, 20:22 par Disciple laïc

» Le vrai secret du bonheur ,c'est l'amour .
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 29 Mai 2022, 19:56 par Nathalie85

» Consolation avec Christophe André
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyDim 29 Mai 2022, 19:49 par Nathalie85

» question pour 21 aspects de tara
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptySam 28 Mai 2022, 11:57 par Lilian

» :-) :-) Tantra KalaChakra :-) :-)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 26 Mai 2022, 11:40 par pelletier

» Y'aurait t'il une technique de méditation ?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 25 Mai 2022, 15:28 par Mila

» Halte aux voleurs de Bonheur !
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 23 Mai 2022, 22:52 par FilsDeGaïa

» TROUBLE BIPOLAIRE TYPE 1 ET PRATIQUE
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyLun 23 Mai 2022, 09:19 par nitso

» Hard rock Français qui voit la méditation d'un oeil sympathique
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 20 Mai 2022, 13:59 par FilsDeGaïa

» Moi et ma douleur / Moi et ma libération
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 20 Mai 2022, 13:19 par Perfid7

» Panique et Joie de vivre je vais bien mais ?
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyVen 20 Mai 2022, 08:33 par FilsDeGaïa

» Toutes mes excuses les plus sincéres
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 19 Mai 2022, 23:06 par FilsDeGaïa

» Théorie positivie du moment présent pour une fois
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyJeu 19 Mai 2022, 22:36 par FilsDeGaïa

» L'Arbre des Refuges: Les Créateurs et Modérateurs du Forum
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE EmptyMer 18 Mai 2022, 14:58 par Vacuité permanente

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 21 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 21 Invités :: 3 Moteurs de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 605 le Dim 10 Sep 2017, 22:58

L’Arbre et ses racines

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 107270 messages dans 12842 sujets

Nous avons 4592 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Gàara

Meilleurs posteurs

Pema Gyaltshen (7804)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
Karma Trindal (7217)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
petit_caillou (4834)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
Mila (3511)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
Karma Döndrup Tsetso (3503)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
karma djinpa gyamtso (3385)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
MionaZen (3351)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
Karma Yéshé (3196)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
vaygas (2774)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 
Disciple laïc (2676)
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_leftUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE BarUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE Bar_right 

UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:21

UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 220px-Chandra_khonnokyoong

par Upasika Kee Nanayon

La maladie, au sens habituel du terme, peut nous atteindre tous,
un jour ou l’autre. Mais il existe une autre sorte de «
maladie
»
qui, elle, nous permet de continuer à fonctionner dans la vie et
n’est donc pas reconnue comme telle
: il s’agit de ce que l’on
considère, dans le monde, comme la condition humaine
normale. En effet, si on y regarde de près, on voit que le corps,
dans son état «
normal
», est malade par nature puisque les
phénomènes physiques et mentaux qui le composent se
détériorent sans cesse au fil du temps – simplement on en a
rarement conscience.
Quand ils ont encore la santé pour faire ceci et cela, les gens se
laissent emporter par leurs pensées et leurs soucis, mais tout
cela est vain. Ces préoccupations sont bien futiles comparées à
celles des personnes couchées dans leur lit de malade. En fait,
les malades ont de la chance parce qu’ils ont l’occasion de ne
rien faire d’autre qu’observer la douleur et la souffrance. Leur
esprit n’est pas encombré par les préoccupations, il ne
vagabonde pas ailleurs. Les malades peuvent observer la
douleur à tout moment... mais aussi lâcher la douleur à tout
moment.
Observez la différence. Quand vous êtes pris par vos activités
et que vous méditez de temps en temps, le soi-disant «vide»
de votre esprit n’est qu’un jeu, il n’a rien à voir avec la
véritable vacuité. Par contre, observer l’impermanence, la
souffrance et le non-soi tels qu’ils apparaissent précisément en
vous tandis que vous êtes ici, malade et alité, peut vous être
très bénéfique.Veillez simplementà une chose : ne croyez pas que ce qui a mal, c’est vous. Dans les événements physiques et
mentaux que vous ressentez, voyez seulement des phénomènes
naturels qui passent, qui passent... Ils ne sont pas vous. Ils ne
vous appartiennent pas vraiment. Vous n’avez pas de réel
pouvoir sur eux. Regardez bien tout ce qui vous agite
: avez-
vous le moindre pouvoir sur tout cela
? Non. Et c’est vrai pour
tout le monde, vous savez.
Quelle que soit la maladie qui habite le corps, elle n’est pas
importante. Ce qui est important, c’est la maladie qui habite
l’esprit. En temps normal, nous ne nous intéressons guère au
fait que des maladies habitent notre esprit – je veux parler de la
maladie des
kilesa
, du désir et de l’attachement. Nous ne nous
intéressons qu’à nos maladies physiques, craignant les
horribles choses qui peuvent arriver au corps. Mais, quels que
soient nos efforts pour les écarter avec nos peurs, quand l’heure
arrive, les médicaments qui traiteront le corps ne lui
accorderont qu’un répit temporaire. Parmi les personnes qui
ont vécu autrefois, même celles qui n’ont pas subi de grave
maladie nous ont quittés. Elles ont toutes dû finir par se séparer
de leur corps.
Quand on réfléchit de cette manière, continuellement, on arrive
à voir, en soi, la vérité de l’impermanence, de la souffrance et
de l’impersonnalité. Ensuite, on perd progressivement sa vision
illusoire des choses et on s’en détache de plus en plus
facilement.
Essayez de lâcher prise et regardez: qui est là? Etes-vous ce
qui a mal ou bien cette douleur relève-t-elle simplement du
Dhamma? Vous devez examiner cela très attentivement pour
voir que ce n’est pas vraiment un «moi» qui a mal. La maladie n’est pas «votre» maladie; c’est une maladie du corps, une maladie du physique. Au final, le corps physique et les attributs mentaux sont obligés de changer, de souffrir de ce
changement et d’être impersonnels dans le changement et la
souffrance. Mais vous devez vous concentrer sur vos ressentis,
les observer et les étudier de près pour les voir avec lucidité.
Rendez cette compréhension parfaitement claire et c’est là que
vous serez libéré de toute douleur et de toute tension. C’est
précisément là que vous mettrez fin à toute forme de
souffrance. Quant aux agrégats, ils continueront à apparaître,
vieillir, tomber malades et mourir selon leur propre histoire.
Quand les causes et les conditions qui les sous-tendent seront
épuisées, ils mourront et partiront dans un cercueil.
Il arrive que des personnes, très fières de leur bonne santé,
meurent soudainement, de manière imprévisible, sans savoir ce
qui leur arrive. Leur esprit est complètement inconscient de ce
qui se passe. C’est un sort bien pire que celui du malade alité
qui a l’occasion d’observer la douleur et de développer le
détachement. N’ayez donc pas peur de la douleur
! Si elle doit être présente, laissez-la être présente mais ne laissez pas
l’esprit souffrir avec elle. Ensuite, observez bien: en cet instant, l’esprit est-il vide de toute notion de «moi» et de «mien»?
Continuez toujours à regarder à l’intérieur pour que les choses
soient vraiment claires et cela suffira. Vous n’avez pas besoin
de savoir autre chose. Quand on peut guérir la maladie ou que
la douleur s’atténue, c’est normal; quand elle ne s’atténue pas,
c’est normal aussi. L’important est que le cœur soit simplement
vide de «moi» et de «mien»; alors, il n’y aura aucune douleur en lui. Quant à la douleur des agrégats, ne lui accordez pas la moindre pensée.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:24

Considérez donc que vous avez de la chance d’être malade et couché dans un lit. Vous avez l’occasion de pratiquer la méditation de la vision pénétrante à chaque instant. Peu importe que le lit soit ici, à l’hôpital, ou chez vous. Ne laissez pas l’esprit penser que vous êtes ici ou là. Laissez-le être dans la vacuité, vide de toute idée, de toute parole. Vous n’avez
aucun besoin de penser au lieu où vous vous trouvez.
En réalité, les agrégats ne sont pas là où «vous» êtes. Ils sont vides de toute «personne» qui les habiterait. Ils sont vides de tout «moi» ou «mien». Quand l’esprit est ainsi, il n’a besoin
de rien du tout. Il n’a pas besoin d’être ici, d’aller là ou ailleurs.
C’est la fin absolue de toute douleur et de toute souffrance.
Quand l’esprit ne se laisse pas absorber par le goût du plaisir ou de la douleur, il est libre en lui-même et par lui-même,conformément à sa nature. J’aimerais que vous observiez de
près le comportement de cet esprit, alors qu’il est vide,conformément à sa nature, qu’il n’est pas en train de concocter des désirs, en train de rechercher le plaisir ni de repousser la
douleur. Voyez: quand l’esprit est vide, conformément à sa nature, il n’a aucun sens de la propriété, il ne se désigne par aucun mot. Même si des pensées surviennent, il voit qu’elles
sont sans substance, vides de soi. Il y a simplement une sensation qui ne fait que passer. Une sensation qui ne fait que passer et c’est tout.
Vous devez donc observer les phénomènes qui apparaissent et disparaissent – autrement dit, vous devez observer le présent continuellement. Dès lors, l’esprit sera vide dans la mesure où
il ne donnera pas de sens aux événements, il ne collera pas de mots sur eux quand ils apparaîtront puis disparaîtront. Quant au fait d’apparaître et de disparaître, c’est une caractéristique des
agrégats que vous devez considérer comme faisant partie de leur nature; mais l’esprit, lui, ne s’y engage pas, ne s’en saisit pas. Voilà ce qui peut vous aider.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:28

Vous ne pouvez pas empêcher le plaisir et la douleur, vous ne pouvez pas empêcher l’esprit de mettre des mots sur les choses et de fabriquer des pensées, mais vous pouvez utiliser cela
autrement. Si l’esprit met les mots «j’ai mal» sur une sensation douloureuse, vous devez étudier soigneusement ces mots jusqu’à voir qu’ils ne sont pas corrects. S’ils étaient corrects, ils exprimeraient le fait que la douleur n’est pas moi, qu’elle est vide. De même, si vous vous dites «
je souffre»,c’est une pensée erronée. Vous devez aborder la pensée différemment, voir que la pensée est impermanente,insatisfaisante et qu’elle ne vous appartient pas.
Alors, quoi qu’il arrive, examinez de près ce que vous avez sous les yeux et puis lâchez. Assurez-vous simplement de ne pas vous attacher aux pensées et aux ressentis et l’esprit restera
vide, conformément à sa nature. Même si la douleur est grande ou si l’esprit développe une humeur négative, regardez toujours en vous, restez en contact avec la sensation de l’esprit lui-même, et aucune pensée ne vous tracassera. Quand vous aurez ressenti la vacuité de l’esprit, si une perturbation ou un sentiment d’irritation vous agite, vous saurez que ce qui l’a occasionné n’a aucune réalité absolue et la compréhension juste prendra aussitôt le dessus, écartant automatiquement les pensées erronées.
Pour rester sans cesse connecté à ce fondement de la compréhension juste, vous devez commencer par exercer un certain contrôle sur l’esprit en concentrant votre attention pour
contempler le phénomène de la douleur et de la souffrance.
Maintenez ce contrôle jusqu’à ce que l’esprit reste de lui-même dans la claire vacuité du cœur. Si vous pouvez y arriver jusqu’au bout, la disparition ultime de la souffrance se produira juste là où l’esprit est vide.

Mais, pour cela, vous devez pratiquer continuellement. A chaque fois que la douleur se manifeste, qu’elle soit forte ou légère, ne mettez pas de mots dessus, ne lui attribuez aucune signification particulière. Même si le plaisir apparaît, ne pensez pas qu’il s’agit de «votre» plaisir. Laissez-le simplement passer et, à chaque instant, l’esprit sera libéré, vide de toute saisie, de tout attachement à un sentiment de «moi». Vous devez appliquer toute votre attention et votre énergie à cela.
Vous devez vous considérer chanceux d’être couché ici, malade et libre de contempler la douleur, car vous avez l’occasion de pleinement développer la Voie, de voir la vérité profonde des choses et de lâcher prise. Nul n’a de meilleure occasion que vous en ce moment. Il y a des gens qui courent dans tous les sens pour gérer leurs affaires et, même s’ils prétendent que leur esprit reste libre, vous êtes bien mieux loti qu’eux. Une personne alitée a l’occasion de développer une vision profonde des choses, avec chaque inspiration et chaque expiration. En pratiquant les enseignements du Bouddha jusqu’à obtenir une connaissance claire de la véritable nature des choses, en elles-mêmes et par elles-mêmes, vous montrez que vous n’avez pas gâché votre naissance en tant qu’être humain.
La véritable nature des choses, au niveau extérieur, se réfère aux phénomènes du présent, aux changements des cinq agrégats. Vous pouvez déchiffrer leur mode de fonctionnement et, une fois que vous l’avez compris, en être désenchanté jusqu’à perdre toute attirance envers eux et les laisser aller.
Quand l’esprit est dans cet état, le niveau suivant consiste à l’examiner avec précision pour voir qu’il est vide et poursuivre ainsi jusqu’à voir la vacuité ultime. Cette vacuité pénètre clairement au plus profond de votre véritable nature, là où il n’y a pas de fabrication de pensées, pas d’apparitions et ni de disparitions, pas de changement du tout.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:31

Quand vous verrez correctement la nature des choses extérieures jusqu’à ce que tout soit bien clair pour vous, l’esprit lâchera prise. Il lâchera. Dès lors, vous verrez automatiquement
clairement la nature de ce qui est en vous. Là, tout est vide :pas de cycle de naissance et de mort, absolument rien n’est fabriqué– c’est l’extrême vide de la vacuité, sans paroles, sans
étiquettes, sans saisie ni attachement. Tout ce que je souhaite,c’est que vous voyiez cela clairement dans votre propre esprit.
Le vide ordinaire de l’esprit est utile à un certain niveau mais ce n’est pas tout. La véritable vacuité reste vide jusqu’à ce qu’elle atteigne la nature réelle des choses à l’intérieur. Voilà
qui vaut vraiment la peine d’être débusqué, qui vaut vraiment la peine d’être découvert.
C’est une chose que vous devez constater par vous-même. Il n’y a pas de mots pour la décrire mais nous pouvons en parler pour vous guider parce qu’il est possible qu’au final, vous
lâchiez tout dans ce que l’on appelle «la disparition sans laisser de traces». Si vous continuez à développer la vision intérieure chaque jour, à chaque instant, comme cela, l’instant de disparition de l’esprit sans laisser de trace se produira tout seul. L’esprit «saura», de lui-même. Alors ne le laissez pas se fourvoyer dans des préoccupations de plaisir ou de douleur.
Concentrez-vous sur l’approfondissement de l’esprit en lui-même et par lui-même, sans répit.
Voyez-vous comme tout cela est différent du temps où vous alliez et veniez, fort et en bonne santé, pensant à une chose et une autre? Voilà pourquoi il n’y a pas de mal à accueillir la
douleur. Le problème est seulement dans notre stupidité, quand nous mettons des mots sur les choses et que nous leur donnons du sens. En général, les gens ont tendance à réfléchir à la
nature éphémère de la vie quand quelqu’un d’autre tombe malade ou meurt, mais ils réfléchissent rarement à la nature éphémère de leur propre vie. Ou bien ils y réfléchissent un moment puis s’empressent d’oublier en se jetant à corps perdu dans d’autres préoccupations. Ils ne laissent pas ces vérités les pénétrer pour réfléchir à l’impermanence qui se manifeste continuellement en eux. Le fait qu’ils puissent encore faire ceci et cela, penser à ceci et cela, dire ceci et cela, leur fait perdre toute perspective.
Quand on pratique la méditation de la vision pénétrante, on ne le fait pas pendant un mois ou deux, à l’occasion d’une retraite,par exemple. C’est sans comparaison avec ce que vous faites
en ce moment car ici, vous pouvez pratiquer chaque jour, toute la journée et toute la nuit, sauf quand vous dormez. Et quand la douleur est forte, c’est très bon pour votre méditation car
l’occasion vous est ainsi donnée de savoir, une fois pour toutes,en quoi consiste l’impermanence, en quoi consistent la douleur et la souffrance, en quoi consiste votre incapacité à contrôler
les choses.
Vous devez découvrir cela ici même, face à vous-même, alors n’essayez pas d’éviter la douleur. Pratiquez la vision profonde pour voir la véritable nature de la douleur en tant que Dhamma,
et ensuite, laissez-la passer, encore et encore. Si vous pratiquez ainsi, vous ne pourrez pas vous tromper. C’est la voie qui mène à la libération de la souffrance.
C’est une chose qu’il faut faire avant de mourir, vous savez; ilne s’agit pas d’attendre le moment de la mort! Il faut tout simplement pratiquer en continu, tourner sans cesse le regard
vers l’intérieur. Quand la maladie faiblit, vous le constatez en vous-même ; quand elle redouble, vous le sentez en vous-même. Si vous développez le regard intérieur de cette façon,
l’esprit dépassera ses limites et sa vision erronée des choses.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:36

Autrement dit, les désirs et les kilesa n’oseront plus harceler l’esprit comme ils le faisaient auparavant.
Maintenant que vous avez l’occasion de pratiquer le Dhamma,vous devez vous investir entièrement dans cette tâche, y consacrer toute votre attention, toute votre énergie. Faites en sorte que cette vie soit la dernière ; ne laissez rien qui puisse renaître. Si vous reprenez naissance, les choses redeviendront exactement comme elles sont maintenant : les mêmes vieux problèmes vous assailliront, encore et encore. Avec la naissance viendront le vieillissement, la maladie et la mort.
Conformément aux kilesa qui habiteront votre esprit, vous connaîtrez les bonnes et les mauvaises conséquences des actes que vous ne cesserez d’accomplir en série. C’est un cycle de souffrance. La meilleure chose à faire est donc de vous libérer de la naissance. Ne vous permettez plus de désirer quoi que ce soit car tout désir relève inévitablement de ce qui est impermanent, insatisfaisant et impersonnel.Désirer est simplement une manifestation des kilesa. Vous
devez vous libérer de ces choses à l’endroit même où elles apparaissent. Le désir qui n’est qu’une soif de sensations, le désir de devenir quelqu’un ou quelque chose, le désir de ne plus exister – il s’agit là, présents dans le cœur, des germes d’une future naissance.
Alors, concentrez-vous sur ce qui est en vous et observez bien là où il faut regarder, pour voir que,
même si le désir engendre une forme de naissance lors d’un contact sensoriel, vous pouvez être pleinement présent au niveau de l’esprit, au niveau de la conscience, et permettre à «ce qui sait
» de s’abandonner lui-même. C’est un regard qu’il faut travailler sans relâche jusqu’à le maîtriser
parfaitement.
Etre pleinement présent au niveau de l’esprit et lâcher «ce qui sait » de cette manière, est très bénéfique. On ne peut plus être piégé, on ne se saisit plus de ce que l’on sait ou de ses opinions. Si ce que l’on sait est juste, on le lâche ; si c’est faux,on le lâche aussi. On appelle cela être conscient du lâcher-prise de «ce qui sait» sans créer de confusion. Cela empêche l’esprit de se saisir de tout ce qui peut apparaître en lui. A l’instant où vous êtes conscient de quelque chose, vous l’avez déjà lâché. L’esprit continue à rester vide, vide de formations mentales et de pensées, vide de toutes sortes d’idées fausses qui pourraient l’atteindre. Il voit aussitôt au travers et laisse
passer, il est conscient et laisse passer, sans s’attacher à rien.
Tout ce qui lui reste, c’est la vacuité...Petit à petit, vous avez eu l’occasion de voir les fruits de votre pratique, de votre observation suivie d’un lâcher-prise, et même du lâcher-prise de la pensée que «vous» êtes celui qui a mal, que «vous» êtes celui qui va mourir. La douleur et la mort ne concernent que les agrégats, purement et simplement.
Quand vous savez cela avec clarté et certitude, quand vous pouvez vous dire: «Ce ne sont pas mes affaires ; il n’y a pas de ‘moi’ là-dedans», il ne reste qu’un esprit vide, et même vide
de tout mot pour se qualifier lui-même. Telle est la nature de l’esprit quand il est libre de la confusion qui, autrefois, lui faisait croire ceci ou cela. Cette confusion a disparu à présent.
Elle a disparu parce que nous avons médité dessus, nous avons lâché prise. Nous avons placé notre pleine conscience précisément au niveau de l’esprit et lâché sans cesse tout ce qui
a pu y apparaître, jusqu’à ce que l’esprit soit vide – clair en lui-même et par lui-même.
Quand on est tourné vers l’intérieur, on voit que la conscience apparaît et disparaît du fait de sa propre nature. Elle n’a pas vraiment d’essence. Voilà ce que l’on découvre quand on regarde ses propriétés élémentaires (viññana-dhatu).


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:42

Quand elle n’est pas engagée dans des phénomènes physiques et mentaux, elle est simplement consciente d’elle-même –consciente, pure et simple. C’est ce que l’on appelle l’esprit pur
et simple ou la qualité de conscience pure et simple, en elle-même et par elle-même, qui lâche prise d’elle-même. Quand on vous dit d’être conscient et de lâcher prise de ce qui est
conscient, cela signifie être présent à la conscience qui sent les choses puis lâche prise d’elle-même.
En ce qui concerne l’agrégat de la conscience sensorielle(viññana-khandha), c’est une forme de conscience qui cause des problèmes. La confusion qui ne cesse d’aggraver les choses se trouve dans cette forme de conscience qui veut s’attacher à un sentiment de «moi». Même si elle peut lâcher la douleur physique ou les événements physiques et mentaux en général,elle est toujours attachée à un sentiment de moi. Donc, quand on vous dit d’être conscient du lâcher-prise de ce qui est conscient, cela signifie lâcher cette sorte de conscience jusqu’au point où la conscience n’a plus de mot pour se qualifier elle-même. C’est alors qu’elle est vide. Si vous comprenez cela ou si vous pouvez renforcer le cœur et l’esprit par cet angle-là, il ne restera rien. La douleur, la souffrance, les tensions, toutes vos préoccupations n’auront plus aucun sens. Il n’y aura plus aucun jugement en termes de bon, de mauvais ou de quoi que ce soit ; les dualités ne vous atteindront plus. Si vous êtes conscient de cette manière – avec cette conscience qui ne se saisit de rien – toute possibilité de fabrication mentale sera évitée.
Ces dualités qui façonnent le bon et le mauvais n’ont vraiment aucune réalité. Elles apparaissent et c’est tout; elles disparaissent et c’est tout. Nous en venons donc maintenant à connaître comment les dualités façonnent l’esprit ou la conscience en spirales, en des cycles sans fin. Quand, au niveau même de la conscience, vous êtes conscient de ce qui est conscient lâchant prise de lui-même, les dualités n’ont plus de sens. Il n’y a plus de saisie de mots comme bon et mauvais,plaisir et douleur, vrai et faux, etc. On laisse tout aller, tout le temps.
Quand ce qui est conscient lâche ce dont il est conscient, il n’a pas de mot pour se décrire lui-même, pas de «je sais» ou de «je vois». Mais c’est une connaissance profonde, qui nécessite
un effort pour être vue avec clarté et justesse. Il faut continuer à observer avec perspicacité. La perspicacité de votre regard:voilà qui est très important car c’est la seule chose qui puisse mener à l’Eveil. Votre connaissance doit être fine, ingénieuse.Veillez à avoir finesse et ingéniosité, sans quoi votre connaissance de la véritable nature des choses, au niveau extérieur comme intérieur, ne sera pas vraiment claire. Elle se bloquera aux niveaux élémentaires de la vacuité, mettra des
mots dessus et s’en saisira, pour n’aboutir qu’à compliquer les choses. Ce type de vacuité n’est pas comparable avec l’autre:ce qui est conscient s’abandonnant lui-même au niveau de la
conscience, purement et simplement. Assurez-vous que cette conscience soit sans cesse présente. Si vous dérapez un moment, revenez-y. Vous verrez que, quand vous ne vous
saisissez pas de mots et de sens, les pensées de bon et de mauvais s’arrêtent tout simplement. Elles disparaissent. Le Bouddha nous dit de voir que le monde est vide – eh bien, à ce
moment-là, c’est effectivement ainsi que nous le voyons. La vacuité, c’est quand l’esprit ne donne pas de sens aux choses, ne fabrique rien, ne s’attache pas. C’est ainsi qu’il est
vide. Une fois que vous avez un ressenti juste de ce qu’est l’esprit vide, vous ne vous laissez plus jamais emporter par quoi que ce soit. Mais si vous ne vous concentrez pas vraiment dessus de cette manière, vous n’aurez qu’une notion superficielle de la vacuité puis vous vous retrouverez distrait par ceci et cela, et vous gâcherez la vacuité. Cette sorte de vacuité est de la confusion mentale. On est prisonnier de la confusion parce que l’on n’a pas analysé les choses jusqu’à
leur niveau le plus profond. On se contente de jouer avec la notion de vacuité. Pour atteindre les niveaux plus profonds, il est nécessaire de se concentrer à l’intérieur et de persévérer dans cette investigation jusqu’à voir, avec une clarté absolue, la véritable nature des choses dans le présent qui apparaît et disparaît juste sous nos yeux. Un esprit comme celui-ci ne s’emporte pas, ne se saisit pas des mots, ne donne pas d’importance exagérée aux choses.
Si vous percevez correctement cette sorte de vacuité, il n’y a plus de problèmes, plus de mots pour qualifier cette masse de phénomènes physiques et mentaux. Quand l’heure viendra pour
tout cela de disparaître, il n’y aura aucune raison de s’affoler, aucune raison de s’attrister, car c’est ainsi que les choses se passent naturellement. Ce n’est que si nous nous en saisissons
que nous souffrons.
Le Dhamma est juste là, dans notre corps et notre esprit;simplement, nous ne le voyons pas ou bien nous ne le voyons pas de manière juste : nous nous en saisissons et nous nous faisons souffrir. Si nous considérons les choses sous l’angle de l’attention et du discernement, qu’est-ce qui peut nous faire souffrir? Pourquoi craindre la douleur et la mort ? Et si nous en avons peur, qu’y gagnons-nous? Les phénomènes physiques et mentaux doivent suivre leur nature, or ils sont
impermanents par nature, insatisfaisants par nature,impossibles à maîtriser par nature. Alors pourquoi nous en mêler en nous en saisissant et en prétendant que leur douleur et leur souffrance sont notre douleur et notre souffrance ?


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:44

Si nous comprenons que c’est cette saisie qui nous fait souffrir, encore et encore, à chaque respiration, tout ce qu’il nous reste à faire,c’est lâcher prise et nous verrons comment survient la
libération de la souffrance, juste sous nos yeux.
Alors, continuez à regarder à l’intérieur pour être toujours conscient, comme je l’ai expliqué, juste au niveau de l’esprit.
Mais n’allez pas y ajouter le mot «esprit» ou quoi que ce soit.Laissez les choses être comme elles sont, en elles-mêmes et par elles-mêmes, pures et simples. C’est suffisant. Inutile de leur
mettre des mots ou de leur donner du sens... et ce sera la fin de toute souffrance.
Quand les choses disparaissent définitivement, elles disparaissent juste au niveau de la propriété élémentaire de la conscience libre de la confusion qui porte les germes d’une nouvelle naissance. C’est là que tout s’arrête: plus de renaissance, plus de mort, d’aucune sorte.
La méditation est une chose que l’on doit pratiquer par soi-même. Une compréhension claire et correcte des choses, grâce à votre propre attention et à votre propre discernement
: voilà votre outil, bien aiguisé, entre vos mains. Si l’esprit est entraîné à être aiguisé par l’attention et le discernement pour s’observer lui-même, les kilesa, le désir et l’attachement seront
progressivement débroussaillés et nettoyés. Vous pouvez déjà le constater: suite à votre pratique, n’êtes-vous pas déjà libéré jusqu’à un certain point? L’esprit n’a pas besoin de s’inquiéter de quoi que ce soit, n’a pas à s’engager dans autre chose.
Lâchez tout ce qui est extérieur et continuez à lâcher jusqu’à ce que l’esprit s’abandonne lui-même. Quand on pratique ainsi,comment ne pas voir l’immense valeur du Dhamma?
Je souhaite pour vous que l’esprit se vide de tout attachement,de tout sentiment de «moi»; qu’il évolue assez pour qu’il vous soit parfaitement clair et évident que l’esprit n’est que Dhamma. Puisse ceci vous apparaître, simplement tel que c’est,instant après instant


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:47

Quand l’esprit a déjà atteint un certain fondement de vacuité, il est très utile d’écouter le Dhamma. C’est comme un tonique énergisant. Quand nous sommes malades, il y a inévitablement
une douleur qui nous perturbe mais, si nous n’y prêtons pas attention, cela devient simplement le problème du corps et l’esprit n’est absolument pas impliqué. Prenez-en conscience tandis que vous m’écoutez : l’esprit a lâché la douleur pour écouter les mots, abandonnant la douleur à elle-même. L’esprit est alors vide...
Une fois que l’esprit percevra honnêtement la vérité selon laquelle tout ce qui est composé est impermanent, il aura lâché ses attachements. Ici, le problème est que nous ne l’avons pas
vraiment vu ou que nous n’y avons pas réfléchi en profondeur.Par contre, sitôt que nous le faisons, l’esprit est toujours prêt à rayonner. La compréhension claire rend aussitôt l’esprit radieux. Alors, maintenez une attention soutenue. Même si vous n’avez pas beaucoup de connaissances dans ce domaine,soyez simplement conscient de l’esprit qui maintient un équilibre à son niveau élémentaire de neutralité et de vacuité. A ce moment-là, il ne pourra pas s’inquiéter pour les douleurs du
corps et vous ne serez pas obligé de vous y attacher. Par conséquent, maintenez votre conscience de la douleur juste au niveau où elle n’est qu’une simple sensation physique. C’est
la douleur du corps, alors ne laissez pas l’esprit souffrir avec lui ! Si vous laissez l’esprit souffrir de la douleur du corps,vous ne ferez qu’aggraver la situation. La première étape consiste donc à protéger l’esprit, à lâcher les choses, puis à se tourner vers l’intérieur pour trouver la partie la plus profonde de votre conscience et rester juste là. Vous n’êtes pas obligé de vous impliquer dans les douleurs extérieures. Même si vous essayez simplement de les supporter, ce sera peut-être trop dur
pour vous. Cherchez plutôt l’aspect de l’esprit qui est au plus profond de vous et vous pourrez ensuite mettre tout le reste de côté.
Plus tard, si les douleurs sont supportables, faites l’effort de les observer. L’esprit restera dans son état de neutralité normale,calme du fait de sa vacuité intérieure, et il observera la douleur
tandis qu’elle change et disparaît. Mais si la douleur est extrême, retournez vers l’intérieur car, si vous ne pouvez pas la supporter, le désir va intervenir, il va vouloir la repousser pour la remplacer par le bien-être. Ceci ne fera qu’aggraver les choses et créer un horrible chaos dans l’esprit.
Alors, commencez par résoudre le problème qui est sous vos yeux. Si la douleur est soudaine et aigüe, tournez-vous immédiatement vers l’intérieur et concentrez votre attention sur l’esprit. Vous n’avez pas à vous soucier du corps, des douleurs du corps. Ne leur accordez pas le moindre regard. Focalisez plutôt votre attention sur la partie la plus profonde de votre conscience. Allez jusqu’au point où vous percevez l’état d’esprit pur, qui ne souffre pas avec le corps, puis restez à ce niveau, avec clarté, sans discontinuer. Quand l’attention tournée vers l’intérieur est claire et soutenue, quelle que soit la douleur du corps, ce n’est plus qu’une affaire d’événements
mentaux et physiques dans laquelle l’esprit n’est pas engagé. Il met tout cela de côté. Il lâche prise.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:50

Quand vous devenez expert en la matière, cette aptitude à diriger l’attention vers l’intérieur est très utile parce que les choses importantes de la vie ne se trouvent pas à l’extérieur.
Elles se situent entièrement dans l’esprit. Si nous comprenons cela correctement, nous n’aurons pas besoin de nous tourner vers l’extérieur pour nous saisir de ceci ou de cela. Nous n’aurons pas à nous saisir de quoi que ce soit parce que, si nous le faisons, nous nous créons simplement des souffrances inutiles. Le bien-être de l’esprit réside là où il ne se saisit de rien, où il ne désire rien. C’est là que toute insatisfaction, toute souffrance disparaît : juste au niveau de l’esprit.
Par contre, si nous ne comprenons pas vraiment les choses,l’esprit ne voudra pas lâcher prise. Il s’attachera de toutes ses forces aux choses extérieures parce qu’il y trouvera goût. Ces
choses engendrent inévitablement l’insatisfaction et la souffrance mais il est aveuglé par ce qui l’attire.
Nous devons nous concentrer sur le regard intérieur et l’observation, repérer la confusion qui est encore présente dans l’esprit, les concepts erronés et les opinions qui le recouvrent et
nous empêchent de voir sa nature intrinsèquement vide et silencieuse. Concentrez-vous sur l’observation de vos opinions ; voyez comme elles engendrent des attachements compliqués, lesquels ensevelissent l’esprit jusqu’à ce qu’il se retrouve dans une situation désastreuse. Voyez comment les événements mentaux – sensations, perceptions et formation de pensées – conditionnent l’esprit, conditionnent la qualité de la conscience, jusqu’à créer la pire des confusions.
Voilà pourquoi il est si important de découvrir ce qui est conscient et qui lâche ce dont il est conscient – autrement dit,ce qui connaît la qualité de conscience pure et simple quand les
événements mentaux ne l’ont pas encore pénétrée et conditionnée ou quand elle ne s’est pas échappée pour conditionner les événements mentaux. C’est précisément là que les choses deviennent vraiment intéressantes, en particulier les formations de pensées qui conditionnent la conscience. Elles viennent de l’ignorance, n’est-ce pas ? C’est parce que nous n’avons pas la compréhension juste, parce que notre compréhension est erronée, que nous sommes capables de
conditionner les choses.
Je souhaite donc que vous puissiez vous concentrer sur cette ignorance, cette non-compréhension. Si vous pouvez prendre conscience des caractéristiques de la non-compréhension, cela vous permettra de connaître aussi bien les caractéristiques des
formations de pensées tandis qu’elles se conditionnent, que le moyen de les faire disparaître. Cela requiert une observation fine et profonde parce que c’est subtil et profond. Mais, quoi qu’il en soit, le fait que nous ayons développé notre attention et notre discernement jusque-là signifie que nous devons et nous pouvons nous pencher sur la question. Sinon, il n’y a aucun moyen de mettre fin à la souffrance ou de nous en libérer.Vous pouvez aussi considérer les choses sous un autre angle:
concentrez-vous exclusivement sur l’aspect de l’esprit qui est constamment vide. Si des préoccupations apparaissent, soyez simplement conscient des caractéristiques des sensations
(impermanence, insatisfaction et impersonnalité) quand les formes entrent en contact avec les yeux, les sons avec les oreilles, etc. Avant que des mots comme «agréable» ou«désagréable» leur soient associés, voyez qu’il s’agit de simples sensations qui vont disparaître. S’il n’y a que de
simples sensations qui apparaissent puis disparaissent, il n’y a pas de souffrance.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:54

Soyez attentif au moment où les formes entrent en contact avec es yeux. Les choses qui ne vous intéressent pas n’éveilleront aucun sentiment de «j’aime» ou «je n’aime pas». Mais si une
forme, un son, une odeur, une saveur ou une sensation tactile vous intéresse ou si vous lui accordez du sens, vous remarquerez que, dès que vous lui donnez un sens,l’attachement est déjà présent.
Si vous prenez le temps de regarder ainsi, vous verrez que l’attachement est subtil parce qu’il est présent même dans le simple fait de donner du sens. Si vous regardez de manière superficielle, vous ne verrez pas qu’il s’agit d’attachement
;
pourtant, il s’agit bien de cela mais c’est très subtil. Dès qu’il y a sens, il y a attachement. Pour le voir, vous devrez être très attentif et vigilant, parce que, dans le contact au niveau des yeux et des oreilles, que nous considérons tout à fait normal,beaucoup de choses se passent simultanément – de vrais tours de passe-passe – ce qui signifie que nous ne sommes pas
conscients de la caractéristique de ce qui a conscience de chaque sensation individuellement. Nous devons être très vigilants si nous voulons être conscients de ces choses. Si nous
n’avons pas ce degré de pleine conscience, tout sera empreint d’attachement. L’esprit recevra des messages qui engendreront toutes sortes de conditionnements et de problèmes qui le
laisseront dans le chaos le plus total.Par conséquent, si nous voulons que notre regard intérieur soit pur, nous devons être extrêmement vigilants parce qu’au-dedans, les choses sont subtiles, insaisissables et sensibles.
C’est quand l’esprit est vide et neutre que vous devez vraiment l’observer de près et le contrôler pour être pleinement conscient au moment du contact sensoriel : si le contact demeure pur et simple, il disparaît très vite et l’esprit reste vide – neutre et vide. Quand vous saurez cela, vous saurez comment est l’esprit quand il n’est pas conditionné par la force des kilesa , du désir et de l’attachement. Vous pourrez utiliser cette vacuité de l’esprit comme moyen de comparaison et cela vousfera un bien immense.
Vous finirez par voir la vacuité de tous les contacts sensoriels.
C’est ce que le Bouddha dit quand il recommande de voir le monde comme étant vide : nous devons observer les sensations à l’état brut, simplement comme des phénomènes qui
apparaissent et disparaissent ; ainsi, quand la conscience se limite à recevoir des contacts sensoriels sans rien y ajouter, nous découvrons sa véritable nature. Si vous parvenez à voir
cela, l’étape suivante de la pratique ne sera pas difficile du tout parce que vous aurez établi cette neutralité dès le départ.
Recevoir un contact sensoriel n’aura plus rien de compliqué;l’esprit ne se saisira plus des choses, ne ressentira plus ni attirance ni aversion. Il sera simplement paisible et pleinement conscient de tout, en lui-même, à tout moment. Si vous parvenez à ce stade, vous constatez combien il est bénéfique de ne pas compliquer les choses, de ne pas les laisser devenir des problèmes sous l’effet des kilesa, du désir et de l’attachement.
Le simple fait d’avoir ce regard libère déjà de beaucoup de problèmes.Ensuite, quand vous regarderez encore plus profondément pour voir la nature de tous les phénomènes connus au travers des contacts sensoriels, vous verrez qu’il n’y a que de simples sensations et absolument rien en elles qui mérite que l’on s’y attache. Même si le monde regorge d’objets, si vous regardez
avec les yeux de la véritable attention et du véritable discernement, vous verrez nécessairement la vacuité. Vous le savez, les yeux voient beaucoup de formes, les oreilles entendent beaucoup de sons, mais l’esprit peut cesser de leur donner du sens en voyant que les objets n’ont aucun sens en eux-mêmes ni par eux-mêmes.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Sam 27 Juil 2013, 23:58

La seule chose qui compte, c’est l’esprit. Tous les problèmes viennent de l’esprit qui s’échappe pour donner du sens aux choses ; cela engendre aussitôt l’attachement qui va créer
toutes sortes de tensions et de souffrances. Vous devez donc observer les choses de près jusqu’à les voir dans leur extrême profondeur, aussi bien au-dehors qu’au-dedans, jusqu’à voir au
travers de l’impermanence, de l’insatisfaction et de l’impersonnalité. Voyez les choses telles qu’elles sont, en elles-mêmes et par elles-mêmes, conformément à leur nature propre,avant de leur donner du sens et de vous y attacher. Alors, il n’y aura plus de problèmes. L’esprit sera vide, clair et lumineux,sans que vous n’ayez rien à faire.
En conséquence, comme l’esprit est généralement habité par le virus de l’ignorance ou du désir qui engendre toutes sortes de problèmes, nous ne pouvons pas nous permettre d’être négligents. Au début, vous devez bien observer tout ce qui se présente pour voir l’apparition du désir à l’instant du contact sensoriel. Par exemple, quand une sensation de douleur apparaît, si vous ne l’interprétez pas comme «votre» douleur, le désir n’interviendra quasiment pas. Par contre, si vous
l’interprétez ainsi, vous aurez le désir de repousser la douleur ou de la remplacer par le bien-être.
Et pourtant, le désir ne nous a jamais rien apporté de vrai ni de fiable! Le plaisir que nous obtenons de nos désirs assouvis ne dure pas. Il nous séduit puis se transforme. La douleur nous
trompe puis se transforme. Tous ces changements s’additionnent et compliquent l’esprit, c’est pourquoi il demeure dans l’ignorance. Il a été conditionné de tant de façons, qu’il est dans la confusion, égaré, obscurci et brûlant sous les cendres.
Toutes sortes de choses couvent sous les cendres... C’est pourquoi le principe de «ce qui est conscient lâchant prise de lui-même » est un outil majeur. Quoi qu’il vous arrive, cet outil
peut vous aider à passer outre. Il prend soin de tout. S’il vous échappe, revenez-y simplement. Voyez par vous-même jusqu’où il pourra vous mener, à quel point il peut maintenir votre esprit dans un état de neutralité et de vacuité.
Il se peut que vous découvriez cela petit à petit. Dans les moments où l’esprit n’est pas trop engagé dans des pensées,quand il est à un niveau de «normalité», c’est-à-dire vide ou paisible, observez-le bien et analysez-le. Ne le laissez pas dans un état d’indifférence inconsciente sinon il perdra son équilibre. Si vous êtes dans un état d’inconscience, dès qu’un contact sensoriel a lieu, il entraîne inévitablement attachement ou désir. Vous devez vous concentrer sur l’observation des
changements, sur le comportement de l’esprit à chaque instant.Dès que votre attention faiblit, revenez immédiatement à l’état de «normalité». Il est inévitable que notre attention flanche de
temps en temps. Cela nous arrive à tous parce que le poison de l’ignorance – le plus puissant de tous les kilesa–est encore présent dans l’esprit.
C’est la raison pour laquelle nous devons travailler à développer notre attention, notre investigation et notre concentration pour qu’elles deviennent toujours plus claires.
Permettez à votre esprit de mûrir continuellement en attention et en discernement. Quand il est assez mûr pour vous permettre d’avoir une compréhension fine des choses, vous pouvez faire
disparaître les kilesa à l’instant même où ils se présentent. Dès que vous commencez à ressentir une attirance ou une répulsion,vous pouvez la dépasser avant qu’elle ne dégénère; tout est
beaucoup plus facile. Par contre, si vous la laissez suivre son cours habituel, elle conditionnera l’esprit, l’irritera, le salira et l’agitera au point que cela transparaîtra dans vos paroles et dans vos actes. Vous vous retrouverez alors dans une situation terrible: en enfer, dans cette vie-même.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta
petit_caillou
petit_caillou
Protectrice de l'Arbre [PdA]
Protectrice de l'Arbre [PdA]


Féminin
Nombre de messages : 4834
Zodiaque : Poissons Âge : 40
Contrée : ici
Arts & métiers : travaille sur l'art de la paresse
Astrologie chinoise Astrologie chinoise : Chien
Théorie de l'esprit Théorie de l'esprit : Bouddhisme, Zen, Lecture.....
Éthique de la vertu : Aucun avertissement

Date d'inscription : 12/02/2011

Titre-sujet Re: UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE

Message par petit_caillou Dim 28 Juil 2013, 00:01

La pratique du Dhamma exige de l’ingéniosité et de la modération au niveau de l’esprit. Les
kilesa sont toujours prêts à nous flatter, à rechercher nos faveurs. Si notre attention n’est
pas pleine et entière, si nous ne savons pas comment surveiller minutieusement l’esprit, nous ne serons pas à la hauteur car leurs pièges sont nombreux. Mais si nous veillons bien sur
l’esprit, ces kilesa auront peur de nous, de notre attention et de notre discernement. Ils seront mis en déroute par la pleine conscience.
Voyez quand l’esprit est vide, pleinement conscient, sans aucun attachement : les kilesa se font tout petits comme s’ils n’étaient pas là du tout. Pourtant, à peine notre attention se relâche-t-elle
qu’ils resurgissent aussitôt, comme sous l’effet d’un ressort.Mais si vous êtes capables de les reconnaître dès qu’ils apparaissent, ils disparaissent immédiatement. C’est une aptitude très appréciable car, si nous laissons les kilesa se multiplier jusqu’à créer des problèmes, il sera beaucoup plus difficile de les faire disparaître. Il faut donc endurer et ne pas abandonner la lutte.
Quoi qu’il advienne, commencez par accueillir la situation, la supporter – pas pour la subir mais pour l’examiner, pour voir à quoi elle ressemble, comment elle change, comment elle disparaît. Nous supportons de façon à voir au travers des leurres. Nous observons la façon dont les choses apparaissent,durent puis disparaissent d’elles-mêmes. Si elles disparaissent pendant que nous les étudions et que nous voyons clairement leur manège, nous pouvons en finir avec elles pour de bon.
L’esprit restera dans un état de liberté et d’indépendance,entièrement vide en lui-même. Apprendre à voir au travers des choses dès qu’elles apparaissent, c’est comme avoir des petits éveils instantanés.
La présence consciente devient de plus en plus lumineuse,toujours plus forte et plus vaste.
Alors, travaillez-y, développez ces instants de vision pénétrante et, quand tout se mettra en place correctement, le moment viendra où les kilesa seront tous tranchés d’un seul coup et à jamais. Quand cela se produit, c’est le nibbana. Il n’y a plus de naissance. Tant que vous n’aurez pas atteint ce stade, continuez à affûter vos outils – votre attention et votre discernement. S’ils
sont mal aiguisés, ils ne pourront rien trancher. Ceci dit, quel que soit leur état actuel, coupez sans cesse tout ce que vous pourrez, petit à petit.
J’aimerais que vous continuiez à utiliser l’esprit pour examiner et comprendre tout ce qui s’y passe jusqu’au moment où tout sera absolument clair. Alors, vous pourrez tout lâcher en comprenant que rien, dans les cinq agrégats ou dans les phénomènes physiques et mentaux, n’est vous ni à vous.
Continuez à essayer de lâcher prise et ce sera suffisant. A tout moment, tandis que l’on s’occupe de vous, ici, à l’hôpital,faites ce qu’il faut pour soulager votre maladie mais assurez-
vous qu’il y ait, séparément, cette pleine conscience particulière de l’esprit qui s’abandonne purement et simplement. Cela mettra aussitôt fin à vos problèmes.


_________________
UNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78317617_oUNE BONNE DOSE DE DHAMMA POUR UN MEDITANT MALADE 78305167_p

Instagram: @larbredesrefuges #larbredesrefuges page insta

    La date/heure actuelle est Lun 26 Sep 2022, 06:22